RSS

Archives de Tag: vous auriez

Si vous aviez acheté 100 dollars de Bitcoins en 2010, vous auriez aujourd’hui plusieurs millions

Le cours de la monnaie cryptographique est monté à 2.239,75 dollars pour un bitcoin, après ouvert lundi au-dessus de 2.000 dollars pour la première fois de son histoire . Comme le démontre le graphique, les hausses sont strictement dues à une augmentation des volumes : en d’autres termes, il n’y a pas de mouvements qui reflètent une valeur intrinsèque du Bitcoin qui , de toute maniere, n’existe pas puisque le bitcoin n’est pas une monnaie . Ce sont les derniers acheteurs qui sont les pigeons. Ils paieront au prix fort la dégringolade qui ne saurait tarder.

Si vous aviez connaissance des Bitcoins il y a sept ans, vous vous moquiez alors certainement de l’idée de devise cryptographique. Après tout, pourquoi payer pour des chiffres inutiles sur un écran ? Mais ne vous reprochez pas trop de n’en avoir acheté aucun quand ils ne coûtaient pas grand-chose. Même ceux qui en ont acheté les premiers ne savaient pas s’ils vaudraient un jour quelque chose.

C’est par exemple le cas de Laszlo Hanyecz. Le 22 mai 2010, Laszlo est rentré dans l’Histoire en devenant le tout premier à faire un achat en Bitcoins. Il en a dépensé 10.000 pour acheter deux pizzas Papa John’s. Au vu de la hausse de la valeur des Bitcoins survenue ces dernières semaines, s’il n’avait pas effectué cet achat, sa vie serait aujourd’hui très différente.

Le 22 mai 2010, Hanyecz a demandé à un autre passionné de Bitcoin d’accepter 10.000 Bitcoins pour deux pizzas Papa John’s. A l’époque, Hanyecz pensait que les Bitcoins qu’il avait « extraits » sur son ordinateur valaient environ 0,003 cents chacun.

L’exploitation minière du Bitcoin implique une résolution de problèmes mathématiques complexes contre laquelle le mineur est rémunéré en Bitcoins. C’est ainsi qu’Hanyecz a pu obtenir ses premiers Bitcoins.

Beaucoup doutent encore de la devise cryptographique, qui continue d’être associée aux activités criminelles, mais vient d’enregistrer une hausse spectaculaire. Voyez à quel point :

  • Bien qu’elles valaient 30 dollars à l’époque, les pizzas d’Hanyecz lui ont coûté 22,5 millions de dollars aux prix actuels.
  • Si vous aviez acheté 100 dollars de Bitcoins pour 0,003 cent pièce le 22 mai 2010, vous disposeriez aujourd’hui de 75 millions de dollars.

Mais Bitcoin n’est pas la seule devise cryptographique à avoir atteint des records de prix ces quelques derniers mois. La capitalisation boursière combinée de toutes les crypto-devises a récemment enregistré une hausse très importante. Le prix d’Ethereum est passé de 10 dollars en février dernier à près de 180 dollars aujourd’hui, pour devenir la deuxième devise cryptographique en termes de valeur.

Quant à ce qui se trouve à la source de cette tendance, plusieurs facteurs sont à soulever. Il y a d’abord le fait que le Japon ait récemment légiféré sur le droit des magasins du pays à accepter Bitcoin en tant que devise légitime. Le Japon étant la troisième économie du monde, il n’est pas surprenant que cette loi ait fait entrer beaucoup d’argent sur le marché des devises cryptographiques. La Chine a aussi eu un gros impact l’année dernière, beaucoup de citoyens du pays ayant échangé leurs yuans dévalués contre des Bitcoins.

Le principal moteur du marché est peut-être le niveau actuel de troubles politiques et d’incertitude à l’échelle globale. Bitcoin est depuis longtemps considéré comme une valeur de couverture. Dans les pays où font rage des crises économiques ou politiques, les gens font tout leur possible pour déplacer leur argent sur les devises cryptographiques.

Mais ces devises cryptographiques sont une valeur de couverture bien étrange. En fin de compte, elles ne sont que des nombres sur un écran d’ordinateur. Elles ne sont garanties par rien. Le seul avantage qu’elles ont sur les devises fiduciaires, c’est d’être anonymes et intouchables par l’inflation. L’or et l’argent sont de bien meilleures valeurs de couverture. Après que Bitcoin s’est effondré en 2013 (et la même chose pourrait se reproduire aujourd’hui), j’ai souligné le fait qu’il n’existe qu’un seul actif qui soit vraiment une valeur refuge.

Seuls les actifs physiques – que nous pouvons tenir entre nos mains – peuvent être qualifiés de valeurs de couverture.

La nourriture que vous avez dans vos placards et pouvez consommer à tout moment.

Les talents que vous pouvez échanger contre d’autres biens.

Les métaux précieux, qui ont su résister au passage du temps.

Les terres grâce auxquelles vous pouvez produire de la nourriture et établir des réseaux énergétiques alternatifs.

Ce sont là des actifs susceptibles de vous apporter un niveau réaliste de sécurité.

Ces actifs font office de monnaies quand le système s’effondre et que le niveau de confiance en la combine à la Ponzi de la monnaie papier plonge tout autour du monde.

Bitcoin est utile pour certains types de transactions. Mais disposer de fonds sur Bitcoin n’est pas différent de la possession d’un compte ouvert auprès d’une banque susceptible de faire faillite, ou d’actions achetées sur un marché boursier manipulé.

Si vous souhaitez vous protéger face à une crise, il n’y a que deux choses qui peuvent vous aider à garder la tête hors de l’eau. Les actifs physiques, et les talents dont vous disposez et qui vous permettront de gagner votre vie. Tout le reste disparaîtra quand le système s’effondrera.(source)

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :