RSS

Archives de Tag: vouloir

Un rapport norvégien « secret » détaille les liens entre l’EI et la Turquie au moment où l’ONU prétend vouloir « stopper » les sources de financement des terroristes

« La résolution nous donne plus de flexibilité pour poursuivre ceux qui aident l’Etat islamique [EI], que ce soit pour transférer des fonds, pour stocker des fonds ou pour gagner des fonds« .

Cette déclaration d’Adam Szubin, sous-secrétaire d’Etat contre le terrorisme s’occupant du renseignement financier au Trésor US, fait référence à une résolution du Conseil de sécurité proposée par Washington et Moscou, qui appelle à une vague de répression pour interdire l’accès de l’État islamique (EI) au système financier international.

Comme le rapporte le Financial Times (FT), la « rencontre exceptionnelle des ministres des Finances des membres du Conseil de sécurité a également décidé de soutenir les autres nations à appliquer plus rigoureusement les règles conçues pour limiter le flux des recettes, des combattants et des équipements pour les groupes de miliciens islamistes. »

Et voici un peu de rhétorique vide de sens de l’ONU elle-même :

Lors de sa première réunion au niveau des ministres des Finances, le Conseil de sécurité des Nations Unies aujourd’hui a intensifié ses efforts pour couper toutes les sources de financement de l’État islamique en Syrie et en Irak (EI) et d’autres groupes terroristes, y compris le paiement de rançons.

Le Conseil a également appelé les États membres à promouvoir une vigilance renforcée par des personnes relevant de leur juridiction pour détecter tout détournement d’explosifs et de matières premières et de composants qui peuvent être utilisés pour fabriquer des engins explosifs improvisés ou des armes non conventionnelles, y compris les composants chimiques, les détonateurs

« Ils (les terroristes) sont agiles et ont trop facilement accès à des financements pour leurs actes odieux« , a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon au Conseil au début du débat. « Comme Da’esh (un autre nom pour l’EI) et d’autres groupes terroristes diffusent leur propagande haineuse jusqu’à réaliser des attaques meurtrières, nous devons unir nos forces pour les empêcher d’acquérir et de déployer des ressources pour faire davantage de mal« , a-t-il souligné.

Oui, « nous devons ’empêcher ces terroristes d’acquérir et de déployer des ressources pour faire plus de mal. » La raison pour laquelle nous appelons cela une rhétorique « vide de sens » est qu’il s’agit d’une insulte à tous ceux qui ne savent rien sur le rôle que les membres de l’ONU jouent dans le financement et le soutien de l’EI.

Prenez cette déclaration, par exemple : « Le Conseil a également appelé les États membres à renforcer leur vigilance sur les personnes relevant de leur juridiction pour détecter tout détournement d’explosifs et de matières premières et de composants qui peuvent être utilisés pour fabriquer des engins explosifs improvisés ou des armes non conventionnelles, y compris des composants chimiques ».

Eh bien, pour commencer, nous savons que le nitrate d’ammonium transite de la ville turque d’Akcakale à travers la frontière de la ville syrienne de Tel Abyad, qui est tombée dans les mains de l’EI durant un certain nombre d’occasions. Selon un article du New York Times publié en mai :

Le nitrate d’ammonium a été un ingrédient essentiel dans certains des attentats terroristes les plus notoires de la planète, y compris le bombardement du bâtiment fédéral d’Oklahoma City en 1995 et les bombardements des ambassades étatsuniennes en Tanzanie et au Kenya en 1998.

Il a également été largement utilisé par les miliciens en Irak et en Afghanistan, et par l’Etat islamique.

Une bombe remplie d’environ 45.000 livres (20500 kilos) pourrait endommager 16 immeubles de la ville, a déclaré le Dr John Goodpaster, un chimiste légiste de l’Indiana University-Purdue d’Indianapolis, ajoutant qu’il semblait y avoir au moins 55.000 livres (25.000 kilos) dans des tas de sacs attendant de transiter [entre Akcakale et Tel Abyad].

Un rapport norvégien "secret" détaille les liens entre l'EI et la Turquie au moment où l'ONU prétend vouloir "stopper" les sources de financement des terroristes (zero Hedge)

Les responsables turcs ont échoué à expliquer pourquoi la substance avait été autorisée à franchir la frontière syrienne.

Pour empêcher les « composants chimiques » de tomber dans les mains de l’EI, non seulement la Turquie n’a pas fait grand chose pour résoudre la situation, mais Ankara est en fait plus préoccupée à accuser de trahison ceux qui tentent de montrer son implication dans les transferts illégaux de gaz sarin. Rappelons que plus tôt cette semaine, le Bureau du Procureur général d’Ankara a ouvert une enquête sur le député du CHP, Eren Erdem, après que celui-ci ait fait des allégations selon lesquellesles groupes radicaux utilisent la Turquie comme une voie de transit pour le transport de gaz sarin.

En plus de ce qui précède, la Turquie est aussi accusée (par la Russie et d’autres pays) de faciliter la vente du pétrole illicite de l’EI et ainsi d’aider Etat islamique à sécuriser des centaines de millions de dollars dans le financement dont elle a besoin pour continuer à déstabiliser le gouvernement d’Assad en Syrie et de contrer l’influence iranienne / chiite en Irak. (A noter qu’Israël a été également mis en cause comme principal acheteur du pétrole volé de l’EI, NdT)

Combinez tout cela avec le fait que, comme Vladimir Poutine l’a souligné le mois dernier à Antalya que l’EI reçoit un financement d’au moins 40 pays, y compris des membres du G20. Alors oui, « la résolution » de l’ONU est complètement grotesque.

Il faut aussi considérer les dernières découvertes d’un nouveau rapport « secret » préparé pour le compte du ministère norvégien des Affaires étrangères par Rystad énergie. Selon Dagens Næringsliv(traduit), le rapport indique que « de grandes quantités de pétrole ont été envoyées en contrebande à travers la frontière de la Turquie à partir des zones contrôlées par l’EI en Syrie et en Irak. » Le « pétrole est envoyé par camions-citernes par des voies de contrebande à travers la frontière [et] est vendu à des prix fortement réduits, de 25 à 45 dollars le baril« , est-il écrit dans ce rapport.

Dagens Næringsliv continue d’impliquer le même réseau de trafiquants qui ont aidé Saddam à éviter les sanctions internationales, et qui maintenant aide les exportations du pétrole volé de l’EI et lui permettent d’importer des fonds.

« Le Conseil de sécurité des Nations Unies discutera jeudi d’une proposition française visant à imposer des sanctions aux pays qui autorisent les échanges avec l’EI, » ajoute le rapport, sèchement.

Donc là on tient le Conseil de sécurité des Nations unies. Si vous êtes à la recherche des Etats qui aident l’EI à « acquérir et déployer des ressources » nous lui suggérons de regarder son propre membre à savoir la Turquie qui adhère à l’OTAN, car apparemment, tout le monde partout sur la planète sait ce qui se passe et personne ne veut rien faire à ce sujet.

Zero Hedge

 
1 commentaire

Publié par le 21 décembre 2015 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

L’Astrophysicien Stephen Hawking :  » L’homme devra émigrer vers d’autres planètes dans 100 ans si il veut survivre »

Nous devrons trouver des maisons ailleurs dans l’univers (…)  Je pense que la survie de la race humaine dépendra de sa capacité à trouver de nouvelles maisons ailleurs dans l’univers, car il y a un risque croissant qu’une catastrophe détruira la Terre. (« because there’s an increasing risk that a disaster will destroy Earth. ») Je veux donc à sensibiliser le public sur l’importance du vol spatial. J’ai appris à ne pas regarder trop loin devant, mais de se concentrer sur le présent. Il y a tant que j’aimerais faire.

C’est ce qu’avait dernièrement déclaré le physicien dans une interview accordée au quotidien espagnol El Pais, qui affirme énigmatiquement qu’il y a « un risque croissant qu’une catastrophe détruira la Terre » :  Qu’entend il par là exactement ? 

Selon Hawking « L’homme devra émigrer vers d’autres planètes dans 100 ans si il veut survivre » :

Stephen Hawking, scientifique que l’on ne présente plus, a ces derniers temps, des positions très dures sur l’avenir de l’espèce humaine. « L’Homme, pour se sauver, devra émigrer vers d’autres planètes d’ici 100 ans… », tel est l’avis de Stephen Hawking.

L’exploration dans les prochaines années de planètes potentiellement habitables relance férocement le débat sur une éventuelle colonisation de l’Homme vers d’autres mondes, Elon Musk proposant de son côté une terraformation originale de la planète rouge.

« Je pense que la survie de l’espèce humaine dépend de sa capacité à vivre dans d’autres endroits de l’univers, parce que le risque d’une catastrophe de détruire la Terre est grand. Donc, je tiens à éveiller l’intérêt du public dans les vols spatiaux », a-t-il déclaré au journal El Pais, et rapporté par la République.

Stephen Hawking a lancé une campagne de recherche de vie intelligente dans notre galaxie, d’après lui « si des Aliens viennent nous rendre visite, le résultat serait très similaire à ce qui est arrivé lorsque Christophe Colomb a débarqué en Amérique : cela a-t-il été une bonne chose pour les Amérindiens ? ».

Le scientifique britannique tient à expliquer sa position : « De mon esprit mathématique, penser qu’il existe une vie extraterrestre est quelque chose de rationnel. Le véritable défi est de savoir comment sont ces Aliens ».

Il y a très peu de temps, il avait expliqué dans une lettre ouverte conjointement avec d’autres personnalités « que les ordinateurs dépasseront les humains grâce à l’intelligence artificielle dans les cent prochaines années. Lorsque cela va se passer, nous devrons être sûrs que les objectifs des ordinateurs correspondront aux nôtres. »

L’avenir de l’humanité tiendrait dans un premier temps à une émigration vers une planète proche habitable ou terraformée, afin de reconstruire une civilisation durable. Avec une planète en danger comme la Terre, notre avenir serait dur à assurer en cas de catastrophe, de problèmes avec des intelligences artificielles ou d’une rencontre non amicale avec une espèce extraterrestre.

Pour finir , à la question « Pourquoi devrions-nous craindre l’intelligence artificielle ? » il répond :

Les Ordinateurs avec une intelligence artificielle vonr dépasser les humains à un certain point dans les 100 prochaines années. Lorsque cela se produira nous devons nous assurer que les ordinateurs ont des objectifs qui concordent avec les nôtres.

El Pais. – resistanceauthentique – sciencespost 

 
1 commentaire

Publié par le 14 octobre 2015 dans Espace, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Le monde au bord de la 3e guerre mondiale : Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre, la RUSSIE prévient, les experts avertissent ….

h1

Le monde est désormais au bord de la 3e guerre mondiale : On voit depuis quelque mois que Washington et ses alliés tentent par tous les moyens de créer un motif pour envahir la Syrie , comme en Lybie ou encore en IRAK : sauf que cette fois, c’est avec les armes chimiques, dont les SYRIENS, les RUSSES ont donnés maintes fois la preuve qu’elles étaient utilisées par les pseudo rebelles http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/la-russie-accuse-les-rebelles-syriens-d-avoir-utilise-des-armes-chimiques_366688.html /// http://fr.rian.ru/world/20130826/199114966.html /// http://fr.rian.ru/world/20130824/199100976.html / , et alors que beaucoup d’experts en armement soupçonnent l’utilisation d’armes tactique nucléaires par ISRAEL https://resistanceauthentique.wordpress.com/2013/08/21/la-bombe-nucleaire-aurait-ete-utilisee-4-fois-en-syrie-par-israel/ : un gros pas de plus va être franchi par les état unis et les occidentaux , un pas qui pourrait faire basculer le monde à n’importe quel moment, dans une guerre mondiale , à cause du phénomène d’alliances . Barack OBAMA , qui refuse pour le moment de trop s’avancer sur l’utilisation de ces armes par BACHAR, subit de grosse pression de la part de l’oligarchie sioniste, qui détient le pouvoir dans tous les domaines  grâce à l’intermédiaire de puissants lobbies qui cherchent à démarrer cette guerre à tous prix  et par tous les moyens , alors même que TSAHAL, l’armée Israélienne  y est réticente http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/271929-guerre-us-contre-la-syrie-l-arm%C3%A9e-isra%C3%A9lienne,-r%C3%A9ticente ! L’affrontement si situe aussi au niveau  des militaires, qui ne veulent pas de guerre, face aux politiques, à la botte des puissants lobbies …http://fr.rian.ru/world/20130825/199104822.html Alors une attaque directe sans passer par l’ONU http://fr.rian.ru/world/20130823/199091790.html nous mènerait surement dans l’inconnu .

revue de presse 2013 Z@laresistance

Des experts avertissent :

IRIB-Sous prétexte d’avoir à punir un gouvernement syrien……
qu’ils accusent d’usage de l’arme chimique contre ses opposants, les Etats Unis d’Amérique sont sur le point de déclencher la guerre . Samedi au cours d’une réunion qui avait tout pour ressembler à un conseil de guerre , Obama s’est penché en compagnie de ses hauts conseillers sur une intervention militaire en Syrie . Quatre navires dotés de missiles de croisières se sont mis en ordre de bataille en Mediterranée et ils ont en point de mire, Damas et d’autres grandes villes syriennes

 Le ministre britannique de la Défense a annoncé ce samedi tenir une réunion lundi en Jordanie en présence des chefs d’état major des alliés arabes  et européens des Etats Unis, à savoir l’Arabie saoudite , le Qatar, la Grande Bretagne, la France , l’Allemagne, l’Italie et le Canada (Otan).
 Il s’agit de la troisème réunion du genre à avoir été consacrée à la Syrie en territoire jordanien là où se situe par ailleurs e centcom US contre la Syrie. les sources occidentales parlent désormais d’un scénario kosovar en Syrie . ce dimanche la Maison Blanche dit avoir peu de doute sur l’implication de Damas dans l’attaque chimique du 21 août contre rif de Damas.
un responsable US a annoncé pouvoir faire confiance à Obama puisqu' »il prendra une décision intelligente et conforme aux intérêts des Etats Unis  » le dernier conseil « pré guerre  » d’Obama et ses lieutenants ne s’est penchée sur une zone de no Fly ni non plus sur un engagement des troupes au sol en Syrie . L’Amérique ainis que l’écrivait NY Times samedi est parfaitement capable de se passer du conseil de sécurité et de lancer des frappes contre Assad comme elle l’a fait dans le temps contre Miloseviç . mais quelles en seront les conséquences.?Kévin Barth , expert en géostratégie estime qu’une intervention militaire ne résoudra pas la crise  :  » elle ne fera que compliquer davantage la donne ainsi qu’il en est de toutes les interventions américaines ces dernières années dans les quatre coins du monde »و
 » Nous sommes au seuil de la troisième guerre mondiale . Le Moyen Orient se déstabilise de jour en jour .. je crois que les pressions du lobby israélien est derrière ce virage dangereux que vient de prendre l’administration Us  » Obama ira-t-il jusu’à faire entrer son nom dans les annales de l’Histoire à tire de président Us qui a déclenché la 3ème guerre mondiale?http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/271815-syrie-vers-la-trois%C3%A8me-guerre-mondiale

MADURO avertit :

Président du Venezuela Nicolas Maduro

Président du Venezuela Nicolas Maduro

© RIA Novosti. Ruslan Krivobok

Les Etats-Unis voudraient déchaîner une nouvelle guerre mondiale, a déclaré samedi le président du Venezuela Nicolas Maduro, cité par les médias locaux.

« Il semblerait que les Etats-Unis veulent déchaîner la grande guerre mondiale », a indiqué le chef de l’Etat vénézuélien. Selon lui, les autorités américaines font pression sur le monde arabe et la Syrie.

« Actuellement, les médias du monde entier se sont attaqués au gouvernement syrien, nous sommes au bord de la guerre ouverte contre la Syrie, mais nous ne lâcherons pas le peuple syrien », a déclaré M.Maduro.

« La Syrie est la base de stabilité du monde arabe,elle résiste aux attaques et l’expansion« , a-t-il ajouté.

http://fr.rian.ru/world/20130825/199105060.html

MOSCOU averti :

La Russie a mis en garde les Etats-Unis contre les conséquences d’une possible intervention militaire en Syrie. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a pour sa part déclaré que « chaque heure compte » pour la mise en oeuvre de l’enquête des experts sur l’attaque présumée à l’arme chimique en Syrie.

Au cours d’un entretien téléphonique avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov « a attiré l’attention de son interlocuteur sur les conséquences extrêmement graves d’une possible intervention militaire pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord où des pays comme l’Irak ou la Libye sont toujours déstabilisés », a indiqué Moscou.

Le président syrien Bachar al-Assad a qualifié d' »insensées » les accusations occidentales sur l’attaque chimique perpétrée par son régime. Il a prévenu les Etats-Unis que leur projets d’intervention militaire en Syrie étaient voués à l' »échec » dans une interview au quotidien russe Izvestia.

« Les déclarations faites par des hommes politiques aux Etats-Unis et en Occident sont une insulte au bon sens », a-t-il déclaré. « Les Etats-Unis essuieront un échec comme lors de toutes les guerres précédentes qu’ils ont lancées à commencer par le Vietnam » s’ils décident de mener une opération militaire en Syrie, a-t-il ajouté.

Enquête de l’ONU

Ces déclarations interviennent alors que les experts des Nations unies doivent entamer une mission d’inspection dans la zone, près de la capitale syrienne, théâtre mercredi dernier d’une attaque chimique présumée.

« Chaque heure compte. Nous ne pouvons pas nous permettre de délai supplémentaire », a déclaré Ban Ki-moon lors d’une visite à Séoul. « Le monde regarde la Syrie », a déclaré Ban Ki-moon. Il a souligné une fois de plus que les experts de l’ONU doivent avoir « un accès libre » au site et pouvoir travailler « sans entrave ».

« Nous ne pouvons pas laisser impuni ce qui apparaît être un crime grave contre l’humanité », a ajouté le patron de l’ONU. Le régime de Damas a donné le feu vert à cette mission mais Washington et Londres ont déploré que le régime syrien ait tardé à autoriser les experts de l’ONU à se rendre sur place, permettant la disparition de preuves.

ATS

 
2 Commentaires

Publié par le 26 août 2013 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :