RSS

Archives de Tag: vote

Le congrès US vote les fonds pour un ministère de la propagande

Afficher l'image d'origine

J’en ai parlé Dimanche dernier (Les sénateurs Français et US adoptent en catimini la pénalisation des sites web faisant de la « désinformation » !!!!)

Voici des précisions sur cette nouvelle « loi anti propagande » , qui prétend contrer la propagande par la propagande ..

LA LOI ANTI-PROPAGANDE CRÉE TRANQUILLEMENT UNE USINE A PROPAGANDE !

Le jeudi 8 décembre, le Sénat américain a discrètement adopté la Loi sur l’autorisation de la Défense nationale (ou la NDAA) pour l’exercice financier 2017. Fondamentalement, la NDAA est adoptée chaque année pour reconduire la loi.

Cependant, beaucoup seraient choqués par les lois ridicules et terrifiantes que notre congrès traître enterre habituellement dans le projet de loi annuel – Exemple, le Congrès vient d’utiliser la NDAA pour créer un «Centre d’engagement mondial», dirigé par le Secrétaire d’Etat. Ça sonne inoffensif, non? Eh bien, cela pourrait l’être jusqu’à ce que vous réalisiez  que « Global Engagement Center » est le code pour notre nouveau « Ministère de la propagande américaine. »

Contre-propagande = Propagande

Caché dans les profondeurs fantastiquement ennuyeuses de la NDAA de 1576 pages, au §1259C, sous le Sous-titre E, intitulé «Autres sujets», sous le titre XIII, est approuvé le financement d’une nouvelle agence de propagande qui sera gérée par le secrétaire d’État . Le texte a  peu près repris mot à mot du:  « Portman-Murphy Counter Disinformation and Propaganda Act » Sauf que le congrès a changé le nom du «Centre d’analyse de l’information et de réponse», un peu inquiétant, en un «Global Engagement Center» plus heureux. Entre autres choses, la fonction du centre est de –

… élaborer, planifier et synchroniser … des initiatives pan-gouvernementales visant à dénoncer et à contrer la propagande et la désinformation étrangères dirigées contre les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis et à faire progresser de façon proactive des récits fondés sur des faits qui appuient les alliés et les intérêts des États-Unis – §1259C, a3

Ou, pour simplifier, ils vont aider le gouvernement américain à distribuer des informations qui soutiendront leurs intérêts, en particulier ceux qui font l’objet d’un examen minutieux dans d’autres pays. Cependant, comme je l’ai dit auparavant, il est souvent très difficile ou impossible pour le public de vérifier si les communistes sans Dieu (ou qui que ce soit) sont en train de jouer avec nous ou si nos fonctionnaires ne fabriquent que des excuses pour leur propre corruption.

Quoi qu’il en soit, il semble raisonnable de supposer que le journalisme de style WikiLeaks (comme les fuites de courrier électronique lors de nos «élections») sera désormais considéré comme de la «propagande étrangère et de la désinformation …»

Si ce n’est pas un drapeau rouge assez grand pour vous déjà, considérez le fait que, non seulement le nouveau ministère de la Propagande envisage de «pro activement promouvoir des récits basés sur les faits», ils ont l’intention de le faire avec l’aide à la fois de nos écoles et du secteur privé.

Établir des relations de coopération ou de liaison avec des partenaires étrangers et des alliés … et d’autres entités, comme le milieu universitaire, les organisations non gouvernementales et le secteur privé – §1259C, a5

Ou, en d’autres termes, ils implanterons leurs gens dans le cadre universitaire.  La section approuve même le financement pour espionner les journalistes, les groupes de médias sociaux, les partis politiques,

Identifier les tendances actuelles et émergentes dans … les informations obtenues à partir de médias imprimés, diffusés, en ligne et sociaux, le soutien à des tiers comme les groupes de réflexion, les partis politiques et les organisations non gouvernementales … et l’utilisation d’opérateurs et d’agents spéciaux clandestins ou clandestins pour influencer Populations ciblées et gouvernements … »- §1259C, b4

Est-ce la fin du journalisme?

Enfin, j’aimerais vous montrer la part de tout cela que je trouve le plus inquiétante en tant que journaliste :

AUTORITÉ DES SUBVENTIONS.-Le Centre est autorisé à fournir des subventions ou des contrats de soutien financier à des groupes de la société civile, des journalistes, des organisations non gouvernementales, des centres de recherche et de développement financés par le gouvernement fédéral, des entreprises privées ou des établissements universitaires aux fins suivantes: Contre les efforts des gouvernements étrangers pour utiliser la désinformation, la désinformation et la propagande pour influencer les politiques et la stabilité sociale et politique des États-Unis – §1259C, f (1)

I

Cela veut dire que les États-Unis vont commencer à subventionner les journalistes, les chercheurs et même les écoles qui sont d’accord avec le régime – qui, par ailleurs, punira et menacera potentiellement la viabilité de médias vraiment indépendants.

La propagande gouvernementale est dangereuse

Or, ce projet de loi contient des libellés vagues, comme la fonction du Centre d’engagement mondial qui consiste à «démontrer les nouvelles technologies, méthodologies et concepts pertinents pour les missions du Centre», ce qui pourrait signifier à peu près tout. Cela a toujours été l’un des trucs préférés du Congrès – adopter une loi qui pourrait être interprétée de différentes façons, afin qu’ils puissent refuser la responsabilité tout en mettant des fonds à disposition pour faire ce qu’ils veulent.

Cela signifie que cette loi ressemble beaucoup à un pistolet chargé – inoffensif dans les mains d’une personne mais potentiellement dévastateur dans les mains d’une autre en fonction de comment la vision et le langage de la loi est interprétée. Qu’est-ce que les « nouvelles technologies » démontreront-elles ?Quelles seront les « missions du Centre » ? Quelles populations seront visées ? Quels seront les « intérêts des US, qui est « étranger » et est-ce que les journalistes qui relayent cette désinformation étrangère seront considérés comme propagandistes pour des agents étrangers ?

La réponse à ces questions dépend de qui est en charge de les interpréter – ce qui signifie que la question la plus importante de toute est : Avez-vous confiance dans les États Unis et particulièrement dans la future administration pour prendre ces décisions ?

Je sais que non.

In solidarity, John Laurits

 

Étiquettes : , , , , ,

Merkel déclare la guerre aux « Fausses infos » au moment où l’Europe vote une résolution contre les médias Russes, accusant RT et Sputnik de « Dangereuse propagande »

Angela Merkel met en garde contre la diffusion de fausses informations sur l’internet et les réseaux sociaux qui font le lit du populisme, dans un discours de politique générale devant les députés du Bundestag. PHOTO/AFP Tobias Schwarz

C’est la nouvelle mode, les politiciens de l’establishment mettent leur défaites (ou peur de défaite) et leur médiocrité, leurs échecs lamentables, et leur rejet de plus en plus massif par les peuples – sur le compte des « Fausses infos »  et des « Sites de fausses infos » . C’est évidemment un bouc émissaire .

Oui il y a une guerre mondiale critique de l’info qui en cours : le public ne gobe plus ce que racontent les médias achetés de l’élite . L’opinion publique ne se fait plus manipuler aussi facilement que par le passé . Et en plus de manifester un ras le bol à travers les bulletins de vote, les populations se détournent massivement des médias « mainstreams » qui leur ont menti pendant tant d’années, pour désormais se tourner vers des sources d’infos « alternatives » (tant sur le net en général que sur les réseaux sociaux).

Ce que l’establishment appelle désormais les « sites de fausses infos » contre lesquels il mène une véritable chasse aux sorcières qui s’amplifie de plus en plus, les rendant responsable de leur propres échecs (et à propos desquels il a établi des listes, où nous figurons d’ailleurs en bonne place), car nous allons contre « le système » et réduisons en pièce la doxa officielle ce qui élargi la perspective du public – et que – en tant que pure émanation du peuple (et donc en étant représentatif) nous sommes en train de provoquer un changement de paradigme et de faire voler en éclats l’establishment qui a lamentablement échoué . Sans pour autant diffuser de « fausses informations » (je ne dis pas que ça n’arrive pas, mais c’est tout autant dans les médias mainstreams qu’alternatifs comme je l’ai déjà montré).  

Ce n’est pas les médias diffusant de prétendues « fausses infos » qui ont réveillé les « populismes » en Europe, ni partout ailleurs dans le monde, mais nos propres élites, de part leurs mensonges éhontés et leur gestion catastrophique des affaires pendant des décennies . En voulant démanteler les nations pour concrétiser leur idéal mondialiste via une stratégie de polarisation  (la technocratie non élue de Bruxelles et la religion de l’Euro en sont un bon exemple), elles ont elles même provoqué la « réaction » et la révolte des peuples qu’ils ont contribué à paupériser tout permettant à une infime minorité de s’accaparer les richesses, avec les inégalités qui atteignent des sommets historiques. Les peuples se reprennent en main et défient les élites et leur establishment partout dans le monde . C’est à cause d’elles que nous sommes dans la situation actuelle, elle ne peuvent s’en prendre qu’à elles même . De notre coté, nous n’avons cessé de dénoncer leurs actions – dangereuses pour le monde.   

Dans un 1er temps – cette nouvelle grande guerre médiatique et cette crainte de l’impact sur l’opinion publique des sources d’infos alternatives par l’establishment, La chancelière allemande Angela Merkel l’incarne parfaitement. Merkel qui est candidate à un quatrième mandat l’an prochain, a mis en garde mercredi contre la diffusion de fausses informations sur l’internet et les réseaux sociaux qui font le lit du populisme, selon elle.

« Je crois que nous ne devons pas sous-estimer ce qui se passe (…) avec la numérisation et internet », a assuré la dirigeante conservatrice dans un discours de politique générale devant les députés du Bundestag. « Nous avons aujourd’hui beaucoup de gens qui consultent des médias qui sont basés sur des règles bien différentes » des critères journalistiques en vigueur jusqu’à récemment. « Je ne veux pas dire que ce sont les seules raisons » de la montée du populisme mais « je voudrais faire remarquer que la façon dont on se forge une opinion intervient de manière différente aujourd’hui d’il y a 25 ans », a-t-elle ajouté.

La chancelière, qui a grandi sous la dictature est-allemande, a énuméré « les faux sites, les intelligences artificielles, les trolls et les choses qui se génèrent par elles-mêmes » et modifient la façon dont les gens se font une opinion. Elle a aussi mis en garde contre « les opinions qui se renforcent par elles-mêmes via des algorithmes » durant ce discours au Bundestag, le premier depuis qu’elle a annoncé dimanche qu’elle serait candidate à un nouveau mandat de quatre ans à l’issue des élections législatives de septembre ou octobre prochains.

« Quelque chose a changé (…) alors que la mondialisation avançait », a assuré Mme Merkel, depuis 11 ans au pouvoir, insistant sur le fait que le débat politique intervenait dans un « environnement médiatique complètement différent » de celui qui prévalait lors de la chute du Mur de Berlin, en 1989. « Le populisme et les extrémismes politiques connaissent une ascension dans les démocraties occidentales », a-t-elle déploré.

Dès le lendemain de la présidentielle américaine, Angela Merkel avait rappelé au magnat Donald Trump les principes de l’Etat de droit et de la démocratie. Sa réaction peut facilement s’expliquer par le fait que à quelques mois des élections où elle se présente, L’Allemagne, qui faisait jusqu’ici figure d’exception en Europe, est désormais confrontée à la montée d’une droite « xénophobe, anti-euro et populiste », l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) qui va de succès en succès depuis plus d’un an dans les élections régionales.

Tout porte à croire que ce nouveau parti devrait faire son entrée au Bundestag l’an prochain, surfant notamment sur une vague de rejet des partis politiques traditionnels.

L’avertissement de Merkel intervient une semaine après que Google et Facebook (qui a révélé avoir un « outil » prêt à mettre en œuvre la censure régionale) propose de couper des revenus publicitaires aux sites de fausses infos après une campagne électorale américaine dans laquelle l’industrie mondiale de la désinformation aurait influencé le résultat du vote.

Pendant ce temps, pendant que Merkel  lançait la guerre de l’ Europe contre les « fausses infos », les bureaucrates européens ont une longueur d’ avance, et dans un mouvement choquant, le mercredi le Parlement européen a voté une résolution non législative qui appelle l’UE à  » répondre à la guerre de l’ information Russe.  » Les  sites de presse russes RT et Sputnik ont été désignés être parmi les plus dangereux  » outils de propagande russe « .

En effet – Dans une proposition de résolution hallucinante, la présidente polonaise de la sous-commission défense et sécurité du parlement européen avait réclamé le soutien des centre de communication de l’Otan pour mettre fin aux activités subversives des agences publiques de presse russes… et des terroristes de l’Etat Islamique.

La rotation des responsabilités au Parlement européen a ça de particulier qu’elle permet à des phénomènes russophobes tels que l’Eurodéputé polonaise Anna Fotyga, de faire voter des résolutions dangereuses pour la diversité de la presse voire pour certains journalistes. Le texte original, dont Sputnik s’est procuré une copie, évoque pêle-mêle Russia Today, Sputnik, Daesh, le Kremlin, les « trolls » ou l’Eglise orthodoxe comme autant de moyen de propagande contre lesquels il faut lutter.

Hé bien aujourd’hui, Le Parlement européen a adopté la résolution sur « la lutte contre les médias russes »

Le 23 novembre, le Parlement européen a adopté une résolution prévoyant des mesures destinées à limiter l’activité des médias russes en Europe. Il est connu également que certains passages du documents ont été, quand même, refusés.

691 députés ont pris part au vote. 304 personnes ont voté pour, 179 contre et 208 députés se sont abstenus. L’agence Sputnik a réagi en exhortant l’Onu, l’OSCE et la communauté médiatique internationale à prendre des mesures contre la mise en œuvre de cette résolution.

Dans une résolution intitulée « Les communications stratégiques de l’UE en tant qu’instrument pour contrecarrer la propagande des parties tiers », la Russie est accusée d’utiliser les relations bilatérales pour semer la discorde dans la communauté européenne.

En particulier, le document affirme que Moscou fournirait un soutien financier aux partis politiques et aux organisations d’opposition dans les États membres de l’UE.

Le document met également les organisations des médias russes aux côtés des groupes terroristes comme Etat islamique (ISIS / ISIL).

La résolution nomme les principaux médias qui menacent, selon le Parlement européen, l’UE et ses partenaires de l’Europe de l’Est. Il s’agit de l’agence de presse Sputnik, de la chaîne de télévision RT, de la fondation « Le monde russe » et de l’agence fédérale russe « Rossotroudnitchestvo ».

La résolution du Parlement européen visant à contrer les médias russes est une violation manifeste de la liberté des médias et des droits de l’homme, a déclaré mercredi le service de presse de Sputnik. Le document est entre autres destiné à limiter l’activité de l’agence de presse Sputnik et du radiodiffuseur RT en Europe.

Tatjana Ždanoka, députée au Parlement européen, a fortement critiqué la décision en qualifiant ce document de manifestation de « la politique de deux poids deux mesures ». Ce rapport parle de soi-disant propagande russe, mais où est la condamnation de la russophobie et de la propagande anti-russe ? », a déploré Mme Ždanoka.

L’agence Sputnik a réagi en exhortant l’Onu, l’OSCE et la communauté médiatique internationale à prendre des mesures contre la mise en œuvre de cette résolution.

En d’autres termes: pour contrer la prétendue propagande russe, l’Europe a organisé sa propre contre-propagande. 

Peu de temps après le vote, Vladimir Poutine a dénoncé la résolution du Parlement de l’ UE contre les médias russes.

A la suite du vote au Parlement européen sur la résolution intitulée « Communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers », le dirigeant russe a affirmé espérer que le bon sens l’emporte malgré tout et a félicité les journalistes de la chaîne RT et de l’agence de presse Sputnik pour leur travail.

« Si une telle décision est prise, cela veut dire que nous avons affaire à une dégradation manifeste, politiquement parlant, de la conception de la démocratie au sein de la société occidentale », a déclaré Vladimir Poutine aux journalistes après l’adoption de la résolution par le Parlement européen. « J’espère que le bon sens l’emportera et qu’il n’y aura pas de restrictions réelles pour les médias russes »

On essaye de nous enseigner la démocratie, mais les restrictions ne sont pas le meilleur moyen de le faire, a-t-il fait remarquer. « Je veux féliciter les journalistes de RT et de Sputnik pour la qualité de leur travail », a rajouté M. Poutine.

Il est curieux de voir comment de nombreux citoyens « de la société occidentale » seront d’ accord avec lui.

 
1 commentaire

Publié par le 23 novembre 2016 dans Education - information, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Parlement européen vote pour protéger le « secret des affaires » et le droit à l’opacité !

Afficher l'image d'origine

Selon Eric Verhaeghe :

Ce qui gêne tout le monde, c’est que cette directive a été négociée en cachette, en catimini. On voit bien que c’est la manifestation ou l’œuvre d’un lobby et spécialement du lobby bancaire qui cherche à maîtriser la communication qu’on peut faire sur le fonctionnement des entreprises et notamment sur le fonctionnement des banques.

Evidemment, ce n’est pas un hasard si cette directive arrive dans un contexte où il y a eu les Panama Papers, où il y a eu différents lanceurs d’alerte comme Jerôme Kerviel en France. Bien entendu, c’est un contexte où un certain nombre de grandes entreprises qui ne sont pas transparentes ne souhaitent pas être victimes de cette transparence et préfèrent maîtriser la communication sur leurs activités.

Le Parlement européen adopte régulièrement des textes qui sont très favorables à des lobbies industriels et qui ne respectent pas l’intérêt général. On peut donc imaginer que, là encore, sur le secret des affaires, l’influence des lobbies a été extrêmement importante pour orienter, pour influencer le vote final. Au final, une fois de plus, le Parlement européen est en train de se faire le défenseur des grands groupes multinationaux et qu’il s’éloigne petit à petit de la mission d’intérêt général qui était la sienne initialement.

————————————————————

Incroyable, Sur 652 eurodéputés présents à Strasbourg pour voter cette directive, 503 ont voté pour – Les députés européens ont adopté le 14 avril à une très large majorité la directive sur le « secret des affaires », un texte qui risque de rendre la vie beaucoup plus difficile aux lanceurs d’alerte, salariés, journalistes et plus généralement à tous ceux qui s’efforcent d’informer de manière indépendante sur les activités des entreprises. La mobilisation de la société civile, des pétitions signées par plusieurs centaines de milliers d’Européens et le scandale des Panama Papers, survenu dix jours seulement auparavant, n’auront pas suffi à dissuader les parlementaires européens d’adopter cette directive, en séance plénière à Strasbourg.

Sous couvert de lutter contre l’espionnage industriel, elle consacre un principe très général et flou de « protection des informations relatives à la vie des entreprises contre toute forme de divulgation publique » (lire notre article). En les protégeant ainsi encore un peu plus des regards de la société. « Avec cette directive, le parlement européen a l’inconscience de créer un nouveau droit à l’opacité pour les multinationales et fragilise encore les contre-pouvoirs », s’indigne la coalition européenne d’ONG, de syndicalistes et de journalistes qui a mené la bataille contre ce projet.

Le droit à l’information devient l’exception

Pour justifier leur soutien au texte, les eurodéputés sociaux-démocrates et libéraux déclarent avoir introduit suffisamment de garanties pour les journalistes et les lanceurs d’alerte, et que le projet soumis au vote représentait le meilleur des compromis possibles. Il n’en reste pas moins que la directive consacre le principe du secret comme la règle, et le droit à l’information comme l’exception. Les décideurs européens ont refusé d’en circonscrire le champ aux pratiques anticoncurrentiellesstricto sensu (l’utilisation des informations protégées à des fins économiques intéressées). Les entreprises auront donc une très grande latitude pour décider quelles informations elles souhaitent garder secrètes. Les protections introduites pour les journalistes et les lanceurs d’alerte ne sont pas automatiques et seront décidées devant les tribunaux. À une journaliste de la BBC qui lui demandait si elle pouvait lui garantir qu’elle ne serait jamais condamnée à cause de cette directive, la rapporteure française du texte, Constance Le Grip (Les Républicains), n’a eu que cette réponse : « Je ne suis pas juge. »

Les eurodéputés verts ont demandé – sans succès – que le vote d’hier au Parlement soit repoussé, afin que la directive sur le secret des affaires soit adoptée en même temps qu’un projet de directive sur la protection des lanceurs d’alerte, qu’ils doivent présenter le 4 mai prochain.

Transposition de la directive européenne en France

On se souvient que début 2015, il avait été envisagé d’introduire dans la loi Macron des dispositions sur le secret des affaires à la teneur proche de la directive européenne. La proposition a été abandonnée face à la levée de boucliers de la société civile (lire notre article). Maintenant que les inspirateurs du texte ont eu plus de succès au niveau européen, la bataille va revenir à l’échelle nationale, avec la transposition de la directive dans les législations de chaque pays. Le gouvernement français va-t-il essayer de réintroduire les sanctions pénales exorbitantes (jusqu’à 3 ans de prison et 375 000 euros d’amende) qui avaient été envisagées l’année dernière ?

La bataille se poursuivra également devant les tribunaux. Le procès du lanceur d’alerte Antoine Deltour et du journaliste français Édouard Perrin, à l’origine des « LuxLeaks » doit s’ouvrir dans quelques jours. Il y a lieu de craindre que ce ne soit pas le dernier.

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Terrorisme : l’Assemblée vote un panel de mesures controversées, dont l’assouplissement de l’usage des armes par la police

  • Les mesures anti-terrorisme votées l’Assemblée comprennent usage assoupli armes forces l’ordre

Les mesures anti-terrorisme votées par l’Assemblée comprennent un usage assoupli des armes par les forces de l’ordre – Shutterstok 

La possible retenue durant quatre heures après un contrôle d’identité, le temps de vérifier la situation d’un individu, a notamment été votée dans un climat parfois houleux dans l’hémicycle.

Une partie de l’arsenal anti-terrorisme voulu par François Hollande et Manuel Valls est passé dans la nuit à l’Assemblée. Non sans mal. L’Assemblée a donné mercredi soir son feu vert à une retenue de quatre heures après contrôle d’identité, un usage assoupli des armes par les forces de l’ordre et un contrôle administratif au retour du « jihad », mesures les plus litigieuses de la réforme pénale post-attentats.

Ce projet de loi de « lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement », qui modifie aussi la procédure pénale, et sur lequel quelque 350 amendements restent à débattre, doit être examiné jusqu’à vendredi en première lecture.

Critiqué notamment par des parlementaires de gauche et par des associations et magistrats, en raison selon eux d’une atteinte aux libertés et d’une mise à l’écart du juge judiciaire, ce texte vise à prendre le relais du régime critiqué de l’état d’urgence , en vigueur depuis les attentats du 13 novembre.

Disposition phare du projet de loi, la possible retenue durant quatre heures après un contrôle d’identité, le temps de vérifier la situation d’un individu, a été votée dans un climat parfois houleux dans l’hémicycle.

« Populisme pénal »

L’écologiste Noël Mamère a critiqué un « populisme pénal » et une disposition plutôt « de l’ordre de l’état d’urgence », tandis que le frondeur socialiste Pouria Amirshahi a dénoncé l’introduction de « l’arbitraire dans la loi » et condamné la « durée inouïe de quatre heures ». Des amendements de divers bords pour l’intervention d’un avocat ont été rejetés.

Il s’agit selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve de pouvoir « prévenir le risque terroriste » avec cette retenue. Les députés LR auraient même souhaité porter sa durée à huit heures maximum.

Autre disposition majeure adoptée, l’assouplissement des règles d’usage des armes par les forces de l’ordre, au-delà de la légitime défense, doit s’appliquer aux cas de « périple meurtrier », comme lors des attentats de 2015.

« Loin d’un permis de tuer »

M. Cazeneuve a assuré que cette mesure était « loin d’un permis de tuer », alors que des députés du Front de gauche, des écologistes et des socialistes ont pointé ce qui s’apparente selon eux à une « présomption d’irresponsabilité » pour les policiers, gendarmes ou militaires.

A l’inverse, les députés LR se sont félicités que le ministre ait « souhaité répondre à (leurs) attentes », selon leur orateur Eric Ciotti. Mais, se prévalant du soutien du syndicat policier Alliance et reprenant l’avis mitigé du Conseil d’Etat sur la mesure, il en a appelé à une « redéfinition plus globale » de l’usage des armes.

Les députés ont en outre approuvé la possibilité d’un contrôle administratif pour des individus de retour du « jihad », contre lesquels il n’y aurait pas d’éléments suffisants pour justifier une mise en examen. Ils pourraient ainsi être assignés à résidence durant un mois, devoir signaler leurs déplacements ou encore déclarer leurs identifiants électroniques.

« Dans le doute, nous ne pouvons laisser sans surveillance » ces personnes, le temps de réunir d’éventuelles preuves contre elles pour saisir la justice, a fait valoir M. Cazeneuve, évoquant « 30-40 » cas actuellement.

Une partie de la gauche s’est là aussi opposée à ce contrôle, traduit comme un « nouveau transfert » du judiciaire vers l’autorité administrative, tandis que les élus LR ont eux cherché à aller plus loin.

En vue de l’Euro 2016

L’Assemblée a en outre validé un article renforçant les contrôles d’accès, notamment pour le personnel, aux installations accueillant de grands événements comme l’Euro 2016. Une enquête administrative pourra être conduite sur chacun.

Les députés ont également approuvé le cadre proposé pour la généralisation des « caméras mobiles » portées par les forces de l’ordre, activées en cas d’incident ou à la demande des personnes concernées par une intervention. Via un amendement PS, ces caméras pourront aussi être expérimentées par les agents de police municipale dans les zones de sécurité prioritaire.

Ces enregistrements ont été présentés par un des rapporteurs, Pascal Popelin (PS), proche de Manuel Valls, comme une voie à privilégier par rapport à l’idée d’un récépissé de contrôle d’identité, promue par des députés socialistes et écologistes pour traduire l’engagement du candidat Hollande en 2012 de lutter contre le « délit de faciès ».

Après avoir ajouté diverses mesures au projet de loi, comme le rétablissement de l’autorisation de sortie du territoire pour les mineurs, les députés ont aussi voté l’autorisation des perquisitions de nuit lors d’enquêtes préliminaires, en les assortissant de précautions supérieures à celles prévues par le gouvernement.

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le parlement américain vote pour fournir une aide létale à l’armée ukrainienne !

Martin Dempsey a dit qu’il « envisageait absolument » de fournir une aide létale

Une news très importante … qui ne peut mener qu’a une escalade encore plus rapide . Z .

Une résolution pour fournir une aide létale aux forces de sécurité ukrainiennes vient d’être adoptée par le parlement américain avec un large support bipartisan. La décision augmente la pression sur la Maison Blanche, qui réfléchit elle aussi à une livraison d’armes.

La chambre des représentants des États-Unis a voté à une large majorité, lundi dernier, l’approbation d’une résolution poussant le président Barack Obama à livrer des armes létales à l’Ukraine afin de combattre les séparatistes pro-russes.

La résolution demande à Obama de fournir l’Ukraine en systèmes de défense létaux qui lui permettraient de mieux défendre son territoire contre l’agression permanente et non provoquée par la fédération de Russie.

Le soldat ukrainien
Source: Reuters Le soldat ukrainien

La résolution non contraignante a été approuvée par une majorité accablante de 348 représentants sur 435.

Envoyer des armes aux autorités de  ne signifie pas s’engager dans une nouvelle guerre pour les Etats-Unis, a déclaré le représentant démocrate de l’Etat de New York Eliot Engel, qui a soutenu la résolution. «Le peuple ukrainien ne veut pas des troupes américaines», a dit Engel. «Il a besoin d’armes».

Selon Engel, «cette guerre pose la plus grande menace à la sécurité européenne depuis la Seconde guerre mondiale, nous ne devons pas la prendre à la légère et demeurer impassibles tout autant qu’il ne faut pas permettre à d’autres pays de nous dire ce qu’il faut faire».

La Maison-Blanche, quant à elle, ne souhaite pas radicaliser sa position sur le dossier ukrainien et se montre attentive à l’effort de la chancelière allemande Angela Merkel de persuader  d’appuyer le plan de paix européen en Ukraine à la suite de la visite de la chancelière aux Etats-Unis en février.

En septembre, le président ukrainien Petro Porochenko a demandé au Congrès d’autoriser la livraison d’équipements militaires américains au gouvernement ukrainien. Pour l’instant, l’administration Obama ne fournit qu’une aide non létale tout en maintenant les sanctions contre la Russie qui, selon Kiev et Washington, est engagée dans le conflit malgré l’absence des preuves soutenant ces allégations.

Les militaires ukrainiens ont lancé une opération dans le sud-est du pays en avril dernier après que les régions de  et de Lougansk ont refusé de reconnaître les nouvelles autorités ukrainiennes issues du coup d’Etat de février 2014 à Kiev.

Une maison détruite à DebaltsevoSource: Reuters
Une maison détruite à Debaltsevo

Le nombre de morts dans le conflit ukrainien a dépassé 5 800 personnes, dont beaucoup de civils, tandis que 14 000 ont été blessés, selon le dernier rapport de l’ONU publié en février.

L’aéroport de Donetsk, à l’approche de l’été 2014, s’est transformé en terrible champ de bataille. L’aéroport international, qui transportait cinq millions  passagers chaque année, est maintenant en ruines.

La région de Donetsk a subi des bombardements quotidiens avant le dernier accord de cessez-le feu conclu le 12 février à Minsk entre les belligérants. Les obus ukrainiens ont touché de nombreuses cibles civiles tels que des immeubles résidentiels, des écoles, des hôpitaux et des infrastructures de transport en commun. Les forces pro-Kiev et antigouvernementales se sont aussi durement battues pour Debaltsevo, un carrefour ferroviaire entre les régions de Donetsk et Lougansk.

La semaine dernière, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a appelé l’Allemagne et la France à prendre des mesures contre le non-respect des accords de paix de Minsk par Kiev. Selon Lavrov, Kiev n’a pas fait d’effort pour entamer un dialogue avec les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk sur les modalités des élections locales.

De plus, Lavrov a déclaré samedi que l’UE ne répondrait pas à la demande de Kiev d’envoyer une force de maintien de la paix en Ukraine à moins que les forces antigouvernementales n’approuvent cette mission. «Je crois qu’il n’y a pas de fous dans l’UE. [L’UE a auparavant déployé les forces de maintien de la paix] seulement dans les situations, comme dans les Balkans, où toutes les parties au conflit ont consenti à cette mission», a déclaré le ministre russes des Affaires étrangères lors d’une intervention sur la chaîne de télévision Rossiya 1.

En savoir plus : Lavrov : «Il n’y a pas d’imbéciles dans l’UE» pour envoyer des soldats de la paix en Ukraine

Le personnel militaire britannique est arrivé en Ukraine et commence sa mission d’entraînement là-bas, a annoncé le ministère de la Défense britannique la semaine dernière. Côté américain, l’entraînement va débuter en avril alors que les Etats-Unis ont engagé près de 300 parachutistes dans cette mission.

En savoir plus : Ukraine : le Royaume-Uni commence à entraîner l’armée ukrainienne et les USA sont prêts à le faire

La Russie, qui s’est portée garante de l’application du plan de paix de Minsk, a fait entendre son opposition à la fourniture d’une aide létale en Ukraine.

La décision de Washington de fournir des munitions et des armes à l’Ukraine «renverserait toute la situation» dans l’est de l’Ukraine, poussant Moscou à répondre «de manière appropriée», a fait savoir fin février Sergueï Ryabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères.

«Ce serait une violation fondamentale des accords de Minsk et cela renverserait toute la situation», a déclaré Sergueï Ryabkov, cité par TASS.

http://francais.rt.com/lemonde/1267-etats-unis–chambre-representants

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Jim Rickards : Obama brise l’Alliance avec l’Arabie Saoudite et tue le Pétrodollar (+ L’Argent métal à 10 $ ? Le GOFO plonge, et l’Inde n’arrange pas les choses)

C’est bien ce que je disais : Jim Rickards confirme qu’il y a eu un retournement d’alliance fin 2013 : Les US avaient créé le pétrodollar avec l’Arabie dans les 70’s (kissinger) avec un deal « sécurité pour  l’Arabie Saoudite » contre cette dernière qui vend son pétrole  exclusivement en dollars : ce fut le standard pétrodollar depuis ;

Or fin 2013 selon jim, les états unis se sont détournés de l’Arabie et se sont rapprochés avec l’IRAN à qui ils font des avances , et qui est ‘un meilleur deal’ désormais pour les US : ce n’est plus qu’une question de temps avant que l’Arabie n’accepte du yuan de la Chine, son 1er client pour son pétrole désormais ; 

Rickards dit aussi que nous somme dans une dépression structurelle depuis 2007 et que en ce moment la déflation est « l’état naturelle de l’Economie », que la planche à billet a permis d’équilibrer  : la planche à billet  a créé de l’inflation contrecarrant la déflation, sans planche à billet ce sera la dépression, donc la planche  billet (QE) va revenir pour équilibrer et éviter l’effondrement déflationniste, c’est inéluctable selon jim ;

C’est passionnant ce qu’il raconte.

Je suis pas d’accord avec la version mainstream de l’Arabie qui fait baisser les prix du pétrole pour réduire à néant l’industrie du schiste américain, afin de garder son avantage stratégique, il faudrait être bien naïf pour le croire : ça cadrerait bien mais c’est pas ça ; 

Plutôt je pense, comme Poutine l’a déclaré; que les US et l’Arabie se sont entendu sur le prix du brut pour viser la Russie, le Vénézuela, et même l’Iran, qui perd de l’argent à ces prix : ce serait donc au final un moyen de pression aussi sur l’Iran (les bas prix actuels, peut être suite à un refus iranien de coopérer) , les US jouant sur les 2 tableaux

(baisser les prix du pétrole = aussi pour jouer une relance par la consommation au niveau mondial)

« USA et ARABIE SAOUDITE paieront pour leur MANIPULATIONS des prix du pétrole » ! (poutine)

4 billions de planche à billet de la FED n’ont donc pas créé d’inflation (car usd monnaie de réserve et contexte déflationniste), par contre il ne peuvent plus faire ça : à la prochaine crise, ce sera donc le FMI et les DTS qui interviendront (DTS ,  droits de tirages spéciaux du FMI, valant 1.5 $ en ce moment, et qui à la base ont été principalement créés pour remplacer l’or monétaire dans les grandes transactions internationales)  pour sauver la FED , et là c’est très inflationniste .

 » A chaque crise un joueur de plus en plus gros intervient, et le prochain sera le FMI pour sauver la FED (qui a sauvé les banques en 2008, qui elles ont sauvés des hedges funds en 2000 etc)  »

« il s’agira de sauver l’économie globale aux dépends du dollar US » La confiance sera détruite et il faudra un standard or pour restaurer la confiance (après avoir essayé les DTS, droits de tirages spéciaux du FMI, « que personne ne comprendra »)

 Il seront donc contraints de retourner au standard or (ou une forme de standard or) pour restaurer la confiance .

« Les planificateurs centraux ne le comprennent pas, ils pensent que le dollar restera roi » conclu jim .

Jim Rogers : « l’or plongera sous les 1000 $ en 2015, achetez le à ce moment »

L’argent métal à 10 $ ?

Un petit mot rapide sur les MP (métaux précieux) ce dimanche de vote suisse (qui passera pas) :

Je ne donne pas de conseil financiers, et chacun fait ce qu’il veut de ce que je pense, mais je tente d’affiner mes prédictions au fur et a mesure  (j’essaie de trouver la vérité, en général)

Dans un contexte baissier (à court et moyen terme) alors que d’habitude on a le rally de fin d’année , l’initiative suisse a conduit les prix a tct (trés court terme) dernièrement (pas tant que ça au final) , comme je le disais : au début elle les a un peu soutenu fournissant un petit support pour la hausse avant de vite s’essouffler (après les sondages négatifs) , puis les mp ont été envoyé par le bas , le marché priçant un NON au vote suisse ,

Les banksters devaient ternir l’image de l’or avant le vote pour éviter un cataclysme .

Mais je pense que plus de faiblesse est à venir car la tendance de fond est baissière : l’argent peut aller à 13 $ , si le support à 15.4 est cassé , ce qui risque bien d’arriver avec comme catalyseur un NON ce jour, tout mon schéma graphique (qui pourrait supporter une petite pointe à 13 $) ne tiendrait plus pendant ce temps et le silver pourrait très bien aller a 10 $ ( je cherche, mais je ne vois pas encore de « prix plancher » pour le silver, contrairement à l’or, même si 13 $ offre un support solide)

Tout est question de timing avant que la tendance ne se retourne, et comme je vois pas de de retournement possible avant fin d’année voir 1er semestre 2015 ,  comme je l’ai dejà répété, ça laisse le temps d’aller chercher un fond assez exceptionnel, on pourrait au final avoir la formation d’un « fond complexe » pour les mp (950 $ pour l’or) ;

Seul un événement  inattendu peut renverser la tendance d »ici là, mais il y a aussi beaucoup d’autres facteurs, c’est un marché complexe.

Le silver est nettement en survente par exemple, le graphique est époustouflant à ce niveau  

try

Prix de l’agent,avec le Directional Movement Index en dessous : observez la ligne bleu , puis encore en dessous c’est l’accumulation distribution index

Bien sur il y a aussi la question des stocks de physique qui s’amenuisent avec le déport , et un taux GOFO historiquement négatif (on n’a même plus les chiffres LBMA pour le SIFO , l’équivalent du GOFO pour l’argent, depuis 2 ans je le rappel) :

On vient d’apprendre que le GOFO a un an est entré en territoire négatif (pour l’or, vu une seule fois dans l’histoire) , ce qui met toutes les échéances dans le rouge, du jamais vu qui signale une pénurie historique, ‘qui pourrait durer longtemps’ selon ZH : 

Et l’Inde vient d’abolir en urgence la nuit dernière la règle des 80/20 , qui obligeait les opérateurs indiens à réexporter 20 % des imports d’or, ce qui freinait énormément la demande gloutonne indienne . 

Le GOFO qui plonge, et de manière historique, annonce déjà une pénurie d’or (et une défiance envers la monnaie papier fiat), et l’Inde qui va recommencer à engloutir du métal , ça ne va pas arranger les choses …

Je suis curieux de voir l’évolution de cette affaire .

source

La cassure des 18.9 $ = graphique haussier endommagé, dernière limite à 15.4 $ (en dessous ce n’aurait plus rien d’un graphique haussier, selon moi, tout dépendra du timing, du contexte), si c’ est cassé à la baisse (trés probable) , ce sera le plongeon ; 

J’ai deja donné mon avis : entre 15 $ et une pointe à 13 $ minimum pour le silver ; 

Mais le silver à 10 $ ? c’est possible évidemment….  bien sur je peux me tromper : espérons que oui… .

(à trés long terme ça importe peu …)

Qui peut savoir ?

 
2 Commentaires

Publié par le 30 novembre 2014 dans économie, général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Image

Retour sur des incohérences de l’attentat de Boston – L’Incroyable vote à l’ONU dont personne ne parle …

 

Dans la vidéo ci dessus : Notre traducteur FRED a souhaité revenir sur l’attentat de BOSTON, avec une grosse incohérence qui le triturait …

 Autre sujet,

A l’ONU , à la question qui demandait :

 » souhaitez vous combattre la glorification du nazisme, du néo nazisme, et des autres pratiques qui contribuent au sentiment et aux formes de discriminations raciales contemporaines »  

Voici les incroyables résultats du vote de l’ONU : 

 
115 OUI, ABSTENTIONS 55, NON, 3.

USA, Ukraine et Canada: ont voté  NON.

France, Grande Bretagne et Allemagne  se sont ABSTENUS.

C’est pas fou comme vote ça, à l’ONU ?!

Et on retrouve … le chef de meute étasunien , libérateur officiel des peuples et chantre de la « democrassie » , et 2 de ses sous fifres, dont les pantins de Washington à KIEV

Ça date de fin 2013 , En avIez vous entendus parlé ??

 

Iran, Israel, Syria United, For Almost A Decade, in Support of United Nations Anti-Nazi Resolution; United States, For Almost a Decade, Opposed To This Resolution

On November 15, 2013, the United Nations Third Committee adopted Resolution A/c.3/68/L.65/Rev.1, on the Elimination of Racism, Racial Discrimination, Xenophobia and Related Intolerance.

The Resolution is entitled:

COMBATING GLORIFICATION OF NAZISM AND OTHER PRACTICES THAT CONTRIBUTE TO FUELLING CONTEMPORARY FORMS OF RACISM, RACIAL DISCRIMINATION, XENOPHOBIA AND RELATED INTOLERANCE.’

This resolution is unique within the United Nations because it has united Iran, Israel and Syria, together with 123 other member States, in support of this resolution, repeatedly, year after year for almost a decade, while this same resolution, combating the resurgence of Nazism, has been consistently opposed by the United States, almost in isolation, during the same years.

 

un1

 
Source et LIEN  PDF : http://www.un.org/en/ga/third/69/docs/voting_sheets/L56.Rev1.pdf 

globalresearch.ca

 
5 Commentaires

Publié par le 24 novembre 2014 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :