RSS

Archives de Tag: va imploser

La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin – Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

Pour la première fois depuis le 22 août, le prix USD du Bitcoin a chuté en dessous de 4 000 $, soit une baisse de plus de 20% par rapport à son niveau record le 1er septembre.

Le BTC est attaqué de toutes parts, dans un 1er temps La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin 

Le Bitcoin en Chine, c’est bientôt fini. Les autorités locales s’apprêtent à interdire le commerce domestique de toutes les monnaies virtuelles. Un coup dur pour le développement du Bitcoin, dont 90% des échanges quotidiens proviennent des trois principales places de marché chinoises.**

La Chine ne veut plus du Bitcoin sur son sol; après que les investisseurs du pays aient « parié » en Bitcoin contre le Yuan (les attaques contre la monnaie nationale se sont étendues sur toute l’année 2016), la Chine se serait décidée à interdire toute forme d’échange financier numérique en Bitcoin, un ban qui viserait aussi à préserver les trois monnaies « virtuelles » locales que sont Bitfinex, OkCoin et la BTCC; ces dernières ont occupé 45% du marché global des devices sur les 30 derniers jours, mais la progression du Bitcoin est une menace de plus en plus précise, et que la Chine se sait incapable de contrôler.

Selon le Wall Street Journal, le régulateur devrait donc interdire toute transaction en Bitcoin sur le territoire chinois, une décision qui ferait de la Chine l’un des pays les plus ouvertement hostiles au bitcoin.

Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

NEW YORK | Jamie Dimon, le PDG de la banque JPMorgan Chase, a estimé mardi que le bitcoin, monnaie virtuelle à l’évolution en montagnes russes, «va imploser» parce qu’elle est une «escroquerie».

Cette monnaie cryptographique «ne va pas bien finir», a déclaré M. Dimon, lors d’une conférence sur la finance à New York. «C’est une escroquerie», a-t-il assuré, ajoutant qu’un gouvernement peut décider d’y mettre fin car les autorités publiques aiment avoir la main sur les devises.

Le banquier le plus influent de Wall Street a mis en garde ses traders, avertissant que si ceux-ci venaient à passer des ordres d’achat ou de vente sur le bitcoin: «Je les licencierais à la seconde. Pour deux raisons: c’est contre les règles et ils sont stupides et les deux sont dangereux», a-t-il prévenu.

Il a toutefois reconnu que la blockchain, «chaîne de blocs» (registre virtuel regroupant toutes les transactions effectuées par des utilisateurs N.D.L.R) , technologie derrière le bitcoin, était, elle, utile mais que ses usages dans le quotidien allaient prendre du temps. «Ça ne se fera pas du jour au lendemain», a-t-il affirmé.

Associées à des groupes technologiques, de grandes banques mondiales espèrent se servir de la «blockchain» pour simplifier des transactions financières et réduire leurs coûts notamment.

M. Dimon a fait savoir que le meilleur argument en faveur du bitcoin c’est qu’il peut être utilisé dans des régions géographiques en difficulté ou par des malfrats.

«Si vous étiez au Venezuela ou en Equateur ou en Corée du nord (…) ou si vous êtes un trafiquant de drogue, un assassin ou quelque chose de ce genre, vous préféreriez sans doute le bitcoin aux dollars américains», a-t-il dit. «Oui, il doit sans doute y avoir un marché pour ça, mais c’est un marché limité», a-t-il conclu.

Le bitcoin avait atteint le niveau de 4 880 dollars le 1er septembre, un record, sur différentes plateformes d’échanges. Il est depuis redescendu, affecté notamment par la décision de la Chine d’interdire les nouvelles émissions de monnaies cryptographiques. (source)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Le bouclage des frontières en Europe n’est plus tenable. Si rien n’est fait, d’ici 10 jours le système va imploser ! (Bruxelles)

Afficher l'image d'origine

Et c’est Bruxelles qui sonne l’alarme , alors là on aura tout vu – L’Union européenne a exhorté jeudi les Etats-membres à apporter à la crise migratoire des “résultats tangibles” dans un délai maximum de “dix jours”. Sinon le risque de voir “le système s’effondrer complètement” est grand, estime-t-on à Bruxelles.

L’avertissement émane du commissaire européen d’origine grec Dimitris Avramopoulos. Il a fait cette déclaration à l’issue d’une réunion jeudi à Bruxelles des 28 ministres de l’Intérieur. “La possibilité d’une crise humanitaire à grande échelle est là, très réelle, très proche”, a-t-il encore dit. La conseillère fédérale en charge du dossier Simonetta Sommaruga était également présente.

M. Avramopoulos a de nouveau appelé à la mise en oeuvre rapide des décisions prises par les 28 l’été dernier en termes de répartition des réfugiés au sein de l’UE pour soulager l’Italie et la Grèce.

Afficher l'image d'origine

Il s’en est pris aux décisions prises unilatéralement par certains pays comme l’Autriche pour limiter la progression des flux vers le nord de l’Europe, au risque de créer un engorgement en Grèce. “Le temps n’est plus aux actions sans coordination. Nous n’avons absolument plus de temps à perdre”, a-t-il lancé.

Le commissaire européen a jugé “très critique” la situation des migrants qui veulent rallier le nord de l’Europe via la route des Balkans par les pays de l’ex-Yougoslavie et se retrouvent progressivement bloqués aux différentes frontières.

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :