RSS

Archives de Tag: un rapport

De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux, selon un rapport

Résultat de recherche d'images pour "De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux, selon un rapport"

De plus en plus de pays suivent l’exemple de la Russie et de la Chine en manipulant les réseaux sociaux et en traquant les opposants sur internet, une grave menace pour la démocratie, s’est inquiétée mardi l’organisation Freedom House.

Selon une étude sur la liberté de l’internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l’information en ligne, contre 23 l’année précédente.

Ces manipulations incluent l’usage de commentateurs payés, de trolls, de « bots » – des comptes automatisés – ou de faux sites d’information selon ce rapport intitulé « Freedom on the Net » (Liberté sur internet).

Le rapport indique que ces tactiques de manipulation et de désinformation en ligne ont joué un rôle important dans les élections d’au moins 18 pays au cours de l’année écoulée, y compris aux Etats-Unis.

« L’usage de commentateurs rémunérés et de « bots » politiques pour diffuser la propagande gouvernementale a d’abord été développé par la Chine et la Russie, mais c’est maintenant un phénomène mondial », a expliqué Michael Abramowitz, le président de Freedom House.

Pour Sanja Kelly, directrice du projet « Freedom on the Net », ces manipulations sont souvent difficiles à détecter, « et plus difficiles à combattre que d’autres types de censure, comme le fait de bloquer certains sites web ».

L’année 2017 marque selon l’organisation la septième année consécutive de déclin de la liberté sur internet.
Pour la troisième année, la Chine est classée en tête des pays qui manipulent internet, en raison d’un renforcement de la censure et de la lutte contre l’anonymat en ligne et de l’emprisonnement de dissidents s’exprimant sur le web.

Le rapport mentionne aux Philippines une « armée de claviers » dans laquelle les gens sont payés 10 dollars par jour pour donner l’impression d’un soutien généralisé à la politique de répression brutale du trafic de drogue; et l’utilisation par la Turquie de quelque 6.000 personnes pour contrer les opposants au gouvernement sur les réseaux sociaux.

Accusée d’avoir cherché à influencer les élections aux Etats-Unis et en Europe, la Russie a quant à elle renforcé ses contrôles de l’internet dans le pays.

Les blogueurs qui attirent plus de 3.000 visiteurs par jour doivent désormais s’enregistrer auprès du gouvernement russe et se conformer à la loi sur les médias de masse. Les moteurs de recherche ont interdiction de prendre en compte les pages internet provenant de sites non enregistrés.
Freedom House exprime également son inquiétude face aux restrictions croissantes sur les VPN – des réseaux privés virtuels qui permettent de contourner la censure – désormais en place dans 14 pays.
Les Etats-Unis ne sont pas épargnés, selon le rapport.

« Si l’environnement en ligne aux Etats-Unis est resté dynamique et diversifié, la prévalence de la désinformation et des contenus partisans a eu un impact significatif », indique le rapport, ajoutant que « les journalistes qui contestent les positions de Donald Trump ont été confrontés à un harcèlement en ligne de façon flagrante ».

source 

Publicités
 

Étiquettes : , , , , ,

Menace terroriste : Un rapport alarmant sur la sécurité des centrales nucléaires …

Les conclusions de ce rapport commandé par Greenpeace seraient « tellement alarmistes » que les experts auraient décidé « de ne rendre publique qu’une version expurgée des informations les plus sensibles »… Pour ne pas donner des idées aux mal intentionnés ? Rien qu’avec l’article c’est déjà fait non?.. Le renforcement de la protection coûterait « entre 140 et 222 milliards d’euros ». Mais quels genres de protections pour ce coût faramineux ? Nous n’en saurons pas plus et, on ne protégera rien du tout, vu le coût…

Les conclusions d’un rapport d’experts du nucléaire et du terrorisme, mandatés par Greenpeace, pour étudier la sécurité des centrales nucléaires françaises face au risque terroriste sont si inquiétantes que l’ONG ne rendra publique mardi qu’une version expurgée des informations les plus sensibles, révèle Le Parisien dans son édition de mardi.

En mandatant ces sept experts (trois Français, une Allemande, deux Britanniques et un Américain), l’idée de l’ONG de défense de l’environnement était « d’identifier les failles de sécurité et d’alerter les pouvoirs publics et EDF », qui exploite les 19 centrales françaises, sur « le danger que cela représente » en cas d’attaque terroriste, rapporte le quotidien.

D’après le Parisien, « les conclusions du rapport sont tellement alarmistes que les experts et Greenpeace, pourtant rompus aux hypothèses les plus inquiétantes ont décidé de ne rendre publique ce matin qu’une version expurgée des informations les plus sensibles ».

Le renforcement de la protection coûterait « entre 140 et 222 milliards d’euros »

Seules sept copies de ce rapport seront remises mardi matin par le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard, à des hauts fonctionnaires en charge des questions de défense et sécurité au sein des institutions (ASN, IRSN et Cossen) et du gouvernement, selon la même source.

Le chargé de campagne auprès de Greenpeace, Yannick Rousselet justifie cette décision en expliquant qu’il « s’agit d’alerter l’opinion et les pouvoirs publics, pas de donner des idées à des personnes mal intentionnées ».

Les experts concluent à un « déficit historique de la protection de nos installations », particulièrement celle des piscines de refroidissement. Le renforcement des 62 piscines de refroidissement et des 58 réacteurs coûterait « entre 140 et 222 milliards d’euros », selon les experts, « soit entre trois et cinq fois ce qu’EDF a prévu de dépenser pour prolonger la durée de vie des centrales », a calculé le Parisien.

Les experts ont « imaginé le pire pour éviter qu’il ne survienne » explique encore le quotidien auquel le directeur du parc nucléaire d’EDF, Philippe Sasseigne assure que « tous les moyens sont mis en œuvre et de manière coordonnée, entre EDF et l’Etat » pour assurer la sécurité des centrales face aux nouvelles formes de menaces.

source, via LME

 
3 Commentaires

Publié par le 10 octobre 2017 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , ,

Un rapport met en garde contre les produits nocifs émis par les bâtons d’encens, les cônes et les bougies

Un rapport de l’Ademe recommande d’utiliser des bâtons d’encens cancérigènes plutôt que des cônes encore plus cancérigènes . Merci !!

Attention, Le cancer est absolument partout autour de nous, autant dans la nourriture que nous absorbons que dans les divers produits que nous inhalons  . 

Un rapport, que nous dévoilons, met en garde contre les produits nocifs émis par les bâtons d’encens, les cônes et les bougies qui parfument nos intérieurs. On se retrouve ainsi à inhaler jusqu’à cinq fois plus de benzène, un hydrocarbure classé cancérigène, qu’à proximité du périphérique parisien !

Le pire est que ce rapport recommande d’utiliser des bâtons d’encens cancérigènes plutôt que des cônes encore plus cancérigènes  ! Bravo et merci du conseil ..

Un rapport met en garde contre les produits nocifs émis par les bâtons d’encens, les cônes et les bougies

Certaines dégagent des notes sucrées de marshmallow grillé, d’autres fleurent bon le savon de Marseille, la lavande ou le cèdre. Dans cette petite boutique de déco de la rue de Rochechouart, à Paris, on peut acheter des dizaines de bougies parfumées différentes. Passées en coup de vent pour trouver un cadeau, Manon et Clémentine, 25 ans, repartent avec un modèle aux senteurs marines. « Ces produits s’écoulent très bien, explique la vendeuse en train d’emballer leur emballe leur achat. Certains clients viennent renouveler leur stock toutes les semaines. »

 

Plus de pollution que sur le périphérique

 

Les familles françaises sont en effet accrocs : 37 % utilisent des bougies parfumées chez elles, 20 % de l’encens. Or, selon une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), que nous révélons, ces produits peuvent s’avérer dangereux pour la santé. En voulant installer une ambiance cosy, on se retrouve à inhaler jusqu’à cinq fois plus de benzène, un hydrocarbure classé cancérigène, qu’à proximité du périphérique parisien !

 

Selon un critère strictement environnemental, préférez les bougies. « Il n’y a pas photo, elles émettent dix à cent fois moins de benzène, le principal polluant, que l’encens », explique Nadia Herbelot, chef du service qualité de l’air de l’Ademe. Si vous êtes adepte de l’encens, faîtes brûler des bâtons plutôt que des cônes. Et cela peut sembler surprenant mais mieux vaut les allumer avec son briquet. « Utiliser des allumettes ajoute encore du polluant au polluant », pointe Nadia Herbelot.

 

A court terme, le benzène et les particules fines émis lors de la combustion peuvent provoquer irritations respiratoires ou oculaires, maux de tête et nausées. A plus long terme, ils augmentent le risque de cancer. Bien sûr, utiliser une bougie à la rose de temps à autre n’est pas synonyme d’un lymphome malin dans les dix ans mais « attention à l’effet cocktail », insiste la spécialiste. « Si la personne fume, habite au-dessus d’un axe routier et utilise des produits chimiques dans son garage, cela multiplie les risques. »

 

Mieux informer le consommateur

 

« Voilà vingt ans que la profession s’attache à prévenir les consommateurs, par exemple en développant des pictogrammes qui seront bientôt adoptés par l’Union européenne », assure de son côté Hubert Bocquelet, secrétaire général de la Fédération nationale des industries des corps gras (FNCG), qui rassemble les fabricants de bougies. Selon lui, les produits fabriqués dans l’Hexagone « sont de bonne qualité et il n’y a pas de préoccupation à avoir par rapport aux émissions ».

 

Dans la boutique de déco de la rue de Rochechouart, Chloé, la vendeuse, rassure, elle, les clients inquiets en les orientant vers la cire d’abeille ou de soja. Pourtant, les chercheurs de l’Ademe n’ont pas relevé de différences notables entre les bougies estampillées 100 % nature et celles à base de paraffine. Ni d’ailleurs entre les produits français et les autres.

 

Si l’on veut tout de même créer une ambiance romantique dans son salon, quelques précautions s’imposent. Première d’entre elles : ne pas utiliser ces produits tous les jours. Et surtout, après votre dîner romantique, aérez au moins dix minutes.

 

« Les personnes asthmatiques, les femmes enceintes et les enfants devraient, eux, tout simplement s’abstenir », conseille Nadia Herbelot. Afin de mieux informer le consommateur, l’Ademe préconise un étiquetage avec des couleurs et des lettres, selon les émissions de polluants, à l’instar de celui des pots de peinture. Le dossier est sur la table du ministère de l’Environnement.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Selon un rapport du Sénat, un risque de krach de même ampleur que celui de 2007 n’a pas diminué, bien au contraire…

Jacques Cheminade a récemment évoqué ce rapport que personne n’évoque lors d’un entretien.

Voilà ce que l’on peut apprendre au travers d’un Rapport d’information du Sénat (délégation aux collectivités territoriales) daté du Jeudi 09 Février 2017 sur l’avenir et les risques du système financier et bancaire.

D’abord qu’après dix ans de crise la probabilité de réédition d’un krach du système financier d’ampleur équivalente n’a pas diminué, bien au contraire. Les quelques dispositions pour rendre le système moins instable, qui ont pu lui être imposées sous le coup de l’émotion et la pression des opinions publiques, non seulement ont laissé intact l’essentiel mais ont été largement compensées par les effets négatifs du traitement utilisé pour le sortir du coma et réanimer l’économie : l’injection massive de liquidités et des taux directeurs aux limites du pensable.

Tous les ingrédients, anciens comme nouveaux, d’un nouveau krach sont donc là et aucun des spécialistes que nous avons rencontrés, même ceux dont la fonction est d’être optimistes, ne se risque à dire que le danger est derrière nous.

L’hypothèse d’un nouveau krach financier, à moyen terme, ne saurait donc être écartée, loin de là.

Ci-dessous, l’intégralité du rapport d’information du sénat

http://www.senat.fr/rap/r16-393/r16-3931.pdf

Page 1 sur 275

Source: senat.fr

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 avril 2017 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Tentative de « Coup d’état Soft » – Selon un rapport secret de la CIA, la Russie a aidé Trump à gagner l’élection : les démocrates veulent maintenant « empêcher la prestation de serment de Trump » !!!

Afficher l'image d'origine..

Pour commencer cet incroyable développement qui pourrait mener vers une guerre civile aux Etats unis – Vous vous souvenez que Les Clinton et Soros ont lancé la « Révolution Pourpre en Amérique, hé bien aprés l’histoire du recomptage des votes (toujours en cours) l’affaire prend de l’ampleur et les services de renseignements US entrent dans la partie . Selon un rapport secret de la CIA, la Russie a aidé Donald Trump à gagner l’élection , on se demande si Trump va arriver (qui plus est vivant) jusqu’à l’investiture en Janvier . C’est absolument énorme ce qui se joue en ce moment, du jamais vu :

Une évaluation secrète de la CIA conclut que la Russie a interféré dans l’élection présidentielle américaine pour aider Donald Trump à l’emporter, rapporte vendredi le Washington Post, qui s’appuie sur des responsables ayant pris connaissance de ce rapport.

L’article du quotidien a été publié après que le président Barack Obama a ordonné un rapport complet sur les piratages informatiques menés pendant la campagne présidentielle, sur fond d’interrogations persistances sur la nature des interférences de Moscou dans le scrutin.

L’équipe du président élu des Etats-Unis a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA, jugeant que les analystes qui y sont parvenus « sont les mêmes que ceux qui disaient que (l’ancien président irakien) Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive ». « L’élection a pris fin il y a déjà un bout de temps et elle s’est soldée par l’une des plus larges victoires de l’histoire au niveau du collège électoral. Il est temps de passer à autre chose et de ‘Rendre sa grandeur à l’Amérique' », a expliqué l’entourage de M. Trump dans une allusion au slogan de campagne du candidat républicain victorieux.

À en croire le Washington Post, des personnes liées à Moscou ont fourni au site WikiLeaks des e-mails piratés sur les comptes de l’ancien directeur de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, John Podesta, et du parti démocrate, entre autres. « La communauté du renseignement estime que l’objectif de la Russie était de favoriser un candidat par rapport à un autre, d’aider Trump à être élu », a indiqué au Washington Post un haut responsable mis au courant d’un exposé fait par le renseignement à des sénateurs. « C’est le consensus ».

Des agents de la CIA ont indiqué aux élus qu’il était « assez clair » que le but de Moscou était d’aider M. Trump à gagner, d’après des responsables qui ont parlé au journal. Le Post note toutefois que l’évaluation de la CIA est loin de constituer un rapport en bonne et due forme reflétant la position des 17 agences américaines du renseignement. Et, explique le Post, des interrogations demeurent. Le renseignement américain ne dispose ainsi d’aucune preuve montrant que des responsables du Kremlin auraient « ordonné » à des intermédiaires de transmettre les e-mails piratés à WikiLeaks, note un interlocuteur du quotidien.

Selon Zero Hedge, c’est ni plus ni moins Une tentative de « Coup d’état Soft »  – Trump  Furieux dénonce le rapport « Secret » de la CIA selon lequel la Russie l’a aidé à gagner : 

Le dernier article «sans preuve »  du WaPo, selon laquelle la CIA a publié une évaluation « secrete » affirmant que la Russie a aidé Trump à gagner la présidence, pourrait avoir des conséquences énormes non seulement pour l’administration Trump, sur le prochain vote collège électoral, mais pour les Etats-Unis eux-même.  

Cette Nuit la guerre de la  propagande médiatique a escaladé après la publication vendredi d’un article par le Washington Post(qui la semaine dernière a admis avoir utilisé des infos non vérifiées, ou fausses dans une tentative de décrédibiliser d’ autres sites de soi-disant «fausses infos») selon lequel une secrète évaluation CIA a révélé que la Russie a cherché à faire basculer l’ élection présidentielle américaine du mois dernier en faveur de Donald Trump, une conclusion présentée sans aucune preuve réelle, et qui a attiré une réprimande extraordinaire, et la colère du camp du président élu.

«Ce sont les mêmes personnes qui ont dit que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive » , l’équipe de transition de Trump a dit, en lançant une contre offensive contre l’agence d’espionnage. « L’élection a pris fin il y a longtemps dans l’ une des plus grandes victoires du collège électoral de l’histoire. Il est maintenant temps d’avancer et de ‘Make America Great Again.  »

 Le rapport du Washington Post vient après que le président sortant Barack Obama a ordonné un examen de tous les cyberattaques qui ont eu lieu au cours du cycle des élections 2016 , au milieu de plus en plus d’appels par le Congrès pour avoir plus d’informations sur l’ampleur de l’ ingérence russe dans la campagne. Le journal a cité des responsables informés sur la question en disant que les individus ayant des liens avec Moscou ont fournis a WikiLeaks des emails piratés du Comité national démocrate, dont ceux du chef de campagne (podesta) et d’ autres personnalités de la campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton.

Sans l’ombre d’une preuve fournie, et en dépit du propre aveu de Wikileaks  » que la source des courriels n’était pas russe, l’attaque lancée par le WaPo affirme que les messages électroniques ont été régulièrement « fuités » par les russes via WikiLeaks dans les mois précédant l’élection, altérant les chances de Clinton dans la course à la Maison Blanche. Essentiellement, selon le WaPo, le but des Russes était d’aider Donald Trump à gagner – et non pas seulement à saper le processus électoral américain, faisant allusion à une tentative par Poutine de contrer Hillary .

Un côté intéressant du papier du Wapo de la nuit dernière et de la réponse de l’équipe de Trump est qu‘il y a maintenant une guerre ouverte entre Trump et la CIA, comme Chuck Todd de de NBC l’a observé dans une série de tweets vendredi …

Déclarations auxquelles Glenn Greenwald a fourni le meilleur contre-argument :

(..)

Cependant, dans cette mini tempête de Tweets,  l’aspect le plus important fut la suggestion à peine voilée que , en plus de la Russie, à la fois le FBI et la présidence Obama ont empêché Hillary de devenir le prochain président des États – Unis …

… Ce qui , à la lumière de ces superbes nouvelles allégations non prouvées et sans fondement, peut maintenant très bien lui permettre de renouveler ses aspirations.

* * *

Ainsi , c’est là la dernière tentative du WaPo d’attiser les feux d’une propagande sans preuves, que le WaPo qualifierait lui même de « fausses infos » – C’est une histoire qui a des implications dramatiques.

Voici les deux seules citations qui comptent :

« … Il n’y a pas de preuve claire – même maintenant », a déclaré Rep Devin Nunes (R-Calif.), Le président de la commission du renseignement et membre de l’équipe de transition de Trump « Il y a beaucoup de sous-entendus, beaucoup de preuves circonstancielles, c’est tout.  »

* * *

« … Obama veut le rapport avant qu’il ne quitte ses fonctions le 20 janvier, a annoncé Monaco. L’examen sera dirigé par [LE MENTEUR PROUVE] James Clapper, le directeur sortant du renseignement national, ont indiqué des responsables. »

Ou, comme un lecteur l’ a dit, cela est une tentative de « coup soft » par les dirigeants de la communauté Intel (les services, l’état profond – ndlr) et de l’administration Obama pour influencer le vote du collège électoral, semblable au roman des années 1960  » Sept jours en mai . »

Pour enfoncer le clou et légitimer la chose (ce nouvel « agenda » de  » l’état profond » et de l’establishment US) , Nate Silver « Calcule » que Hillary aurais gagné Si il n’y avait pas eu Comey (FBI) ni la Russie : du coup les démocrates sortent du bois et l’affaire prend une autre ampleur – pour les démocrates «la priorité maintenant est d’empêcher la prestation de serment de Trump » 

Comme le rapporte Zero Hedge :

Dans le sillage immédiat de l’article WaPo hier soir révélant une évaluation  « secrete » de la CIA selon laquelle la Russie (sans la moindre preuve) a aidé Trump à gagner l’élection, nous avons expliqué – en cinq points – comment cela n’était rien de moins qu’une «tentative de coup d’état en douceur » par les dirigeants de la communauté Intel américaine (= l’état profond, via les services, ndlr) et de l’administration Obama d’influencer le vote du collège électoral. *

Peu après, l’éminent phare de la pensée libérale , Paul Krugman, a confirmé que cet agenda a rapidement pris forme quand il a tweeté que « nous aurons un président qui a perdu au niveau du vote populaire de 2,1%, et qui a gagné grâce au FBI et à Poutine. Et ses supporters exigeraient le respect. Euh, non.  »

Il a poursuivi: « A noter également que la CIA n’a communiqué ses résultats qu’après l’élection, le FBI a éclaboussé Clinton avec son histoire – qui se révéla être littéralement une fanfaronnade – 10 jours avant », et il conclu avec fureur que «Le gros problème, du moins pour moi, est comment maintenir la colère populaire sur un feu doux, plutôt que de la faire bouillir , car le chemin de la justice sera long (09:24 – 10 décembre 2016).  »

Ce fut la première salve. Elle a été suivi rapidement par de nombreuses autres voix libérales qui ont non seulement conclu que s’il n’y avait pas la Russie, Trump n’aurait pas gagné, et que sans la participation du directeur du FBI Comey et de Vladimir Poutine, Hillary aurait gagné les principaux swing states, et donc la présidence. Affaire au point, le statisticien Nate Silver qui, en même temps que tous les autres experts, a dénoncé radicalement une fraude électorale, et est maintenant à la recherche de boucs émissaires. Il apparaît qu’ils en ont trouvé.

Et ainsi, avec Krugman établissant le strapontin idéologique et le «génie statistique» Nate Silver validant ce strapontin fabriqué de toutes pièces en calculant les chances de victoire de Hillary si elle n’avait pas été « victime » du FBI et des pirates du gouvernement russe, les démocrates sont sortis du bois, avec un autre commentateur libéral, Keith Olbermann, exposant la nouvelle ligne du parti en disant que «la priorité maintenant (pour les démocrates , ndlr) est d’empêcher la prestation de serment de Trump :

Par ailleurs, incarnant le mouvement de contestation anti-trump qui prend de l’Ampleur – Michael Moore met en garde contre « Quelque chose de fou pourait se produire pour stopper Trump de devenir Président »

Est ce que le cinéaste prédit une tentative d’attenter à la vie de Trump ?

Le réalisateur, fervent opposant au magnat de l’immobilier, mais aussi l’un des seuls qui avait prédit sa victoire, a lancé lors de l’émission Late Night with Seth Meyers sur NBC, un appel pour évincer Donald Trump.

« Il n’est pas encore président, non? », a-t-il la

ncé au public du show. « Ne croyez-vous pas, quel que soit votre bord politique, que ça a été la plus folle année électorale? Rien de ce qui avait été prédit ne s’est déroulé comme prévu, au contraire. Alors n’est-il pas possible, juste possible, que dans les six prochaines semaines, quelque chose d’autre se produise, quelque chose de fou auquel personne ne s’attend? »

Par delà l’indéniable talent de bateleur de Michael Moore, la procédure électorale américaine permet, en théorie, qu’une telle volte-face se produise. D’autant qu’il ne reste pas six semaines avant l’échéance de décembre.

Après qu’un des grands électeurs républicains, a d’ores et déjà annoncé dans le New York Times qu’il voterait contre Trump lors du collège électoral malgré la « tradition » US de respecter le vote et le mandat donné par les électeurs , la question devient plus que jamais pertinente – Les grands électeurs peuvent-ils empêcher Trump de devenir président, dans ce qui ressemble à une Tentative de « Coup d’état Soft » par l’establishment et l’état profond ?

Hé bien figurez vous que La presse américaine a déjà étudié les différents scénarios possibles à l’issue de la réunion du Collège électoral du 19 décembre prochain, qui pourrait décider de choisir une autre personnalité républicaine pour succéder à Barack Obama – comme le rapportent les médias mainstreams :

 
3 Commentaires

Publié par le 11 décembre 2016 dans général, INSOLITES Du Dimanche, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La Marine russe aura des missiles hypersoniques Zircon presque imparables d’ici à 2018 – selon un rapport

Un missile hypersonique affiché lors d'une exposition à l'Alexander Bereznyako Raduga Design Bureau © Sergey Mamontov
Un missile hypersonique développé par la Russie est susceptible d’entrer en production en série dès 2018, quatre ans avant la date prévue. Les essais du missile Zircon, qui peut voler à des vitesses plus de 6000 km / h a déjà commencé.(la Russie test des missile hypersonique Zircon Mach 6  pour les sous-marins 5G )

Le complexe militaro-industriel Russe a raccourci le délai pour l’introduction du missile hypersonique de quatre ans, déplaçant la production de masse de roquettes Zircon de 2022 a 2018, rapporte l’agence TASS, citant une source dans l’industrie.

«Nous prévoyons d’effectuer des tests officiels en 2017 et commencer la production en série un an plus tard, » a dit la source.

En Février 2015, il a été signalé qu’une formule de carburant spéciale qui permet aux véhicules aériens hypersoniques de voler cinq fois plus vite que la vitesse du son avait été développée en Russie, Sputnik a cité le ministre adjoint de la Défense, le général d’armée Dmitry Boulgakov, comme disant.

Le nouveau missile ultra secret devrait être capable de voler au moins cinq à six fois plus vite que la vitesse du son, qui est plus de 6.125 kmh, ce qui le rend pratiquement impossible à intercepter.

Avec une portée d’au moins 400 km (1000 km, selon d’autres rapports), le nouveau missile sera en mesure de trouver sa cible en quelques minutes, ce qui rend impossible pour un navire de guerre d’échapper à sa portée, qui est un problème commun avec des missiles modernes de croisière subsoniques anti-navires.

Il a été rapporté en Février que le croiseur lance-missiles à propulsion nucléaire de la marine russe le Pyotr Velikiy (Pierre le Grand, projet 11442) serait armé avec des missiles de croisière hypersoniques en 2022.

Un autre navire du projet 11442, le croiseur lance-missiles à propulsion nucléaire Amiral Nakhimov, a été l’objet d’une révision générale depuis la fin 2014 et sera entièrement rénové et réarmé avec lr tout nouveau missile Zircon et des systèmes de missiles Kalibr NK.

EN SAVOIR PLUS:  des missiles de croisière hypersoniques en 2022

Les missiles Zircon auraient également être montés sur les sous-marins les plus récents de cinquième génération à propulsion nucléaire de classe Husky, actuellement en développement.

La Russie développe aussi activement d’autres systèmes hypersoniques, tels que le BrahMos II, un statoréacteur missile à courte portée sur la base du P-800 Onyx. Les BrahMos est un projet commun russo-indienne qui produit actuellement missile qui se déplace à une vitesse de Mach 2,8 à 3 (ou jusqu’à trois fois la vitesse du son), largement considéré comme le plus rapide missile de croisière anti-navire du monde en fonctionnement.

Source  – resistanceauthentique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

11 septembre – un rapport pointe le rôle de l’Arabie Saoudite : « Riyad menace de vendre ses actifs américains si la Maison Blanche adopte une loi permettant de traduire les autorités saoudiennes en justice »

arabie saoudite 11 septembre

D’abord , sur le 11 septembre : un rapport pointe le rôle de l’Arabie Saoudite :

Bob Graham, ancien président du Comité du renseignement du Sénat au moment de l’enquête gouvernementale sur les attentats du 11 septembre 2001 se bat pour faire déclassifier un rapport qui prouverait le rôle financier des Saoudiens.

A quelques jours du voyage de Barack Obama en Arabie Saoudite, la volonté de Bob Graham de voir déclassifier ce rapport de 28 pages semble enfin rallier des suffrages importants. Et pour cause. Bob Graham et les rares personnes ayant eu l’autorisation de le lire assurent que ce texte, supprimé du rapport complet sur le 11 septembre publié en 2002 par l’administration Bush, établit le rôle financier de l’Arabie Saoudite dans ces attaques.

Pour les chercheurs de vérité, l’implication de l’Arabie saoudite est depuis longtemps un secret de Polichinelle. Mais qui n’épuise évidemment pas le sujet du 11 septembre comme opération terroriste sous faux drapeau. Le plus énorme et sordide false flag jamais réalisé… OD (merci à Alcide)

La réponse de Ryad face à ce qui est un outil de pression US, a fusé, avec une proportion qui montre que le sujet est brûlant car les Saoudiens qui se croient tout puissants avec leur pétrole, ont peur que leur régime soit déstabilisé et d’être traduits un jour en justice (sans compter son image en terme de com), l’enjeu est grand : 

« Riyad menace de vendre ses actifs américains si la Maison Blanche adopte une loi permettant de traduire les autorités saoudiennes en justice pour leur éventuelle implication dans les attaques du 11 septembre 2001.

Lors de sa récente visite à Washington, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Joubeir a transmis personnellement un message royal annonçant que les Saoudiens seraient obligés de vendre leurs titres du Trésor ainsi que d’autres actifs aux Etats-Unis d’une valeur totale de 750 milliards de dollars avant que ces derniers ne soient gelés par la justice américaine, rapporte The New York Times.

Selon le quotidien américain, l’administration de Barack Obama fait pression sur le Congrès afin de bloquer le passage du projet de loi qui risque d’avoir de graves conséquences économiques et financières pour Washington.

Les efforts intenses déployés par la Maison Blanche en vue de suspendre la loi ont attiré l’attention des familles des victimes des attaques. D’après elles, l’administration du président américain cherche à les empêcher d’apprendre la vérité sur le rôle des certains responsables saoudiens dans les attentats.

Certains experts cités par le journal notent que l’ultimatum de l’Arabie saoudite sera difficile à tenir, car le retrait des actifs pourrait « paralyser » l’économie du Royaume. Cependant, soulignent-ils, cette menace témoigne d’une escalade des tensions entre Riyad et Washington.

Plus tôt cette semaine, l’ex-sénateur démocrate Bob Graham, qui a participé à l’enquête sur les attaques du 11 septembre menée par le Congrès, a annoncé que d’ici 60 jours, le président américain Barack Obama déciderait de la publication de la partie classifiée du rapport sur les attentats terroristes qui avaient frappé les Etats-Unis en 2001.

Selon la chaîne Fox News, 28 pages du document en question pourraient confirmer l’implication des Saoudiens dans ces attaques ».

Source via OD

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :