RSS

Archives de Tag: un monde

Big Brother : les progrès de la reconnaissance faciale vont-ils nous jeter dans un monde où il n’y aura plus nulle part où se cacher ?

De nombreux experts ont déjà sonné l’alarme en ce qui concerne la reconnaissance faciale. Si elle était à l’origine utilisée pour des questions de sécurité uniquement, elle s’est grandement démocratisée, jusqu’à devenir une technologie prédictive. Des chercheurs affirment d’ailleurs aujourd’hui pouvoir déterminer votre sexualité grâce à elle...

Michal Kosinski et Yilun Wang, de Stanford, ont utilisé un logiciel de reconnaissance faciale entrainé sur 35 326 photos de profil publiques de 14 776 personnes d’une application de rencontre pour identifier avec précision la sexualité des sujets.

Voici les résultats de leurs recherches, résumées par The Economist :

Lorsqu’on lui montrait une photo d’un homme homosexuel puis d’un homme hétérosexuel, tous deux choisis aléatoirement, le modèle était capable de les identifier correctement 81% du temps. Lorsqu’on lui montrait cinq photos de chaque homme, la sexualité était correctement établie 91% du temps. Le modèle est moins performant avec les femmes, distinguant les homosexuelles et hétérosexuelles avec une précision de 71% en analysant une seule photo et 83% avec cinq photos. Dans les deux cas, le niveau de réussite dépasse la capacité humaine à faire cette distinction. En utilisant les mêmes photos, les gens détectent l’homosexualité dans 61% des cas pour les hommes et 54% pour les femmes. Cela coïncide avec de précédentes recherches suggérant que l’homme est capable de déterminer la sexualité avec un simple visage en utilisant autre chose que la chance.

L’intelligence artificielle fait ainsi largement mieux que l’homme, là encore. Et cette fois, il n’y a même pas eu à créer de nouveau logiciel, les technologies existent déjà. Facebook utilise la reconnaissance faciale pour identifier les personnes sur les photos et votre comportement pour déterminer votre sexualité, même si vous ne l’indiquez pas explicitement. Google, quant à lui, n’a qu’à utiliser votre historique de recherche pour le savoir…

Cette technologie pourrait donc facilement être utilisée à de mauvaises fins. En Tchétchénie, par exemple, les homosexuels sont emprisonnés, on les oblige à révéler les noms d’autres homosexuels…

Big Brother : les progrès de la reconnaissance faciale vont-ils nous jeter dans un monde où il n’y aura plus nulle part où se cacher

Les technologies de reconnaissance faciale se développent notamment avec les prochaines générations de Smartphones qui pourront être débloqués grâce à ce moyen d’identification du propriétaire.

Atlantico : Les technologies de reconnaissance faciale se développent notamment avec les prochaines générations de Smartphones qui pourront être débloqués grâce à ce moyen d’identification du propriétaire.Quels sont les avantages et les inconvénients que soulève cette technologie ?

Jean-Paul Pinte : La reconnaissance faciale est une technique d’identification biométrique fondée sur un traitement automatique d’images numériques d’un individu et permettant de l’identifier à partir des caractéristiques de son visage.

Cette méthode d’identification semble être la plus naturelle, puisque, nous nous connaissons les individus en regardant les visages.

Aborder les capacités de reconnaissance faciale a toujours fasciné les chercheurs qui voient dans cette technologie des avancées utiles pour notre société sans forcément en avoir mesuré toutes les facettes négatives et positives. Les idées autour de cette reconnaissance faciale laissent en effet rêveurs celles et ceux qui pensent que notre personne pourrait uniquement attester de son identité pour un paiement, un contrôle d’identité, ou encore toute action dans notre société devenue complexe.

Dans le courant des années 90, Joseph J. Atick a largement contribué au développement des technologies liées à la reconnaissance faciale. A l’époque, le physicien croit dur comme fer au potentiel de ce système, utilisé par les autorités pour identifier les criminels et empêcher l’usurpation d’identité. « Nous avons sauvé des vies et résolu des crimes » expliquait-il en mars 2014, à l’occasion d’une conférence sur le sujet. Plus tard il s’inquiètera au cœur de l’affaire PRISM de la manière dont la reconnaissance faciale est utilisée : « elle est utilisée pour voler l’anonymat de tout le monde » estime-t-il dans un entretien accordé au New York Times

Même malgré de nombreux progrès dans ce sens l’exploitation des composantes du visage reste assez complexe car nous avons tous des émotions comme le sourire, la tristesse, l’étonnement, ce qui complique la tâche lorsqu’il s’agit d’attester et d’authentifier un visage  (Choix du cadrage, de la forme, problème des visages multiples, …)

Ces systèmes de reconnaissance faciale sont principalement utilisés avec les systèmes de vidéo surveillance pour des raisons:

– De sécurité. Dans les stades, les aéroports et les centres commerciaux dans plusieurs pays pour interdire l’accès de certains individus fichés.

– contrôler l’accès des employés aux entreprises.

Dans les stades, par exemple une première a eu lieu. Sans aller jusqu’à parler de police prédictive un homme a été appréhendé le 31 mai 2017 par des policiers du Pays de Galles du Sud. Le site Ars Technica révèle, révèle que c’est la technologie de reconnaissance faciale automatique installée sur un camion équipé de caméras qui aurait conduit à cette action.

On évoque même l’intégration de cette technologie dans le futur IPHONE 8 en remplacement du bouton central voué à disparaître.

Rappelons que ce moyen d’identification par empreinte digitale (Touch ID) avait déjà fait l’objet de plusieurs détournements comme celle de l’utilisation d’une résine copiant votre peau et permettant de reprendre de l’utilisateur à son insu.

Ce qui est positif c’est que la recherche avance bien dans ce sens comme le cas de chercheurs de l’université de Hong Kong qui ont mis au point un algorithme jugé plus puissant que l’œil humain, nommé GaussianFace.

Le logiciel serait capable de gérer différentes composantes parfois mal analysées par certains systèmes : un mauvais éclairage ou des changements physiques (maquillage, coupe de cheveux) ne seraient pas un problème pour ce super-système.

Cette dernière est plus pertinente que la méthode de reconnaissance faciale Eigenfaces employant la technique de l’analyse en composante principale (PCA), qui est différente aux méthodes géométriques ou locales. Elles se basent sur les particularités du visage analysé, et dont les défauts résident dans son manque de précision, ainsi que sa sensibilité aux informations qui ne sont pas pertinentes.

En France, c’est le projet Défi Repère (Reconnaissance de personnes dans des émissions audiovisuelles) qui fait parler de lui, en associant trois technologies : la reconnaissance des visages, celle des paroles et celle des caractères de texte.

Le visage affiche beaucoup d’autres informations, et les machines peuvent aussi lire cela, il faut voir quelque part des avantages de ce côté !

Tous ces systèmes d’authentification améliorés  devraient permettre de protéger nos données qui seront couplées de plus en plus à des applications en interaction permanente avec d’autres. C’est aussi l’occasion de supprimer les mots de passe (Depuis que l’on en parle…) et par là même une usurpation d’identité et le vol de données en pleine recrudescence.

Pour les aspects plus sombres sur le site de ZATAZ on peut lire que le FBI aurait accès à une base de données biométrique gigantesque. Des bases de données biométriques que l’agence fédérale consulterait sans avoir la moindre autorisation, de la justice et des sociétés qui archives les données en question. Environ 80% des photos dans le réseau du FBI seraient des informations de personnes « non criminelles », y compris des photos des permis de conduire et des passeports. Les algorithmes utilisés pour identifier les correspondances produiraient environ 15% de fausses alertes et ont encore du mal à identifier des photos d’individus blancs ou noirs.

La prise de conscience progressive de cette reconnaissance faciale sur les réseaux sociaux devait enfin accroître certains risques chez les jeunes mais à la lecture de cet article de Sciences et Avenir il y a de quoi alerter les défenseurs de la vie privée car l’anonymat ne serait plus garanti si ces méthodes venaient à être de plus en plus employées. D’autant que, comparées aux autres techniques biométriques, celle de la reconnaissance faciale s’effectue à distance !

L’article du journal The Economist pointe les problèmes liés à la discrimination raciales et les discriminations sur le sexe des individus qui seront filmés. Des personnes pourraient sur ces seuls critères se voir refuser des postes notamment. Quel est la réalité sur ce problème ? La reconnaissance faciale pourrait-elle entraver les libertés individuelles ?

Les libertés individuelles et nos données personnelles seront automatiquement impactées par ces technologies de reconnaissance faciale et il y a fort à parier qu’il faudra redéfinir de nouvelles règles éthiques assez vite.

L’impact sera plus fort encore pour les personnes de couleur dont l’image pourra modifier l’appréciation du recruteur par exemple.

Un utilisateur du service Google Photos, une application capable de détecter le contenu de clichés, s’est ainsi plaint d’avoir été identifié comme un gorille par le logiciel.

Que dire aussi quand vous pourrez voir comme en Chine sur un grand écran votre visage, votre nom, votre adresse, si vous ne respectez pas le code de la route …

Le perfectionnement des caméras à reconnaissance faciale devrait aussi être à la source d’autres problèmes touchant à l’identité individuelle d’une personne en lui développant des composants à son ADN numérique. Ces outils pourraient pourtant avoir de nombreux débouchés. « On est intéressés par ce type d’outils, pour analyser le comportement des gens quand ils voient des publicités à la télévision, pour connaître leur degré d’acceptation et d’intérêt en voyant la publicité », explique François Klipfel, de l’institut GfK.

Autre utilisation en matière de sécurité, la caméra peut enregistrer une liste de visages, et donc repérer toute physionomie inconnue. Détectant la présence d’éventuels cambrioleurs dans une maison, la caméra peut envoyer le film sur smartphone à son propriétaire, qui pourra décider d’alerter les secours ou non.

Des systèmes de reconnaissance faciale comme les tests réalisés à la Gare du Nord et à l’aéroport de Roissy devraient pourtant aider à lutter contre le terrorisme et la délinquance dans ces lieux fréquentés.

Dans les démocraties, au moins, comme le précise l’article, la législation pourra aider à modifier l’équilibre des bons et des mauvais résultats. Les régulateurs européens ont en effet intégré un ensemble de principes dans la future réglementation de la protection des données, décrétant que les informations biométriques, qui incluent les «empreintes faciales», appartiennent à son propriétaire et que son utilisation nécessite un consentement – afin que, en Europe, contrairement à l’Amérique, Facebook ne puisse pas vendre simplement des publicités aux visiteurs. Les lois contre la discrimination pourront être appliquées à un employeur qui sélectionnerait les images des candidats. Les fournisseurs de systèmes commerciaux de reconnaissance faciale devront se soumettre à des audits, afin de démontrer que leurs systèmes ne mettent pas en doute leurs usagers. Les entreprises qui utiliseront ces technologies devraient être aussi tenues responsables.

A quel point ce dispositif est-il déjà répandu ? Qui sont les gens, quels sont les métiers qui l’utilisent déjà ? Cette proportion de personnes concernées progressera-t-elle ?

Si le marché de la reconnaissance faciale parait récent il est né dans les années 70 et compte déjà de nombreux adeptes dans les stratégies des entreprises. Le marché de la reconnaissance faciale devrait croître ainsi à un rythme annuel de 28% jusqu’en 2018

Le marché du marketing digital s’est engagé dans la technologie.

Du programme « Deepface » de Facebook au logiciel de Google « Facenet », il n’est rien de dire que la reconnaissance faciale représente depuis plusieurs années déjà un enjeu colossal pour les géants du web.

Adossée à des programmes d’intelligence artificielle de plus en plus évolués, ceux-ci ambitionnent de référencer le plus grand nombre de visages à des fins commerciales à peine déguisées ou via dans le marketing via des panneaux interactifs qui modifient la publicité en fonction du nombre d’interaction avec le passant…

Facebook peut ainsi identifier près 1 milliard de personne grâce à la reconnaissance faciale. Quid des photos prises en selfies ?

Pour ne pas tous les citer ici tant ils tendent à se développer, on peut néanmoins insister sur les dernières nouveautés proposées par de grands groupes.

Les métiers de la sécurité l’utilisent également en la combinant à un système de vidéosurveillance et cela permet d’interpeller des personnes recherchées. Puis, elle est utilisée par les organismes bancaires, et est aussi mise en place dans la conduite d’une voiture,

Bosch a même proposé au dernier salon de Las Vegas son système de  reconnaissance faciale et de personnalisation intelligente.

Une caméra (Driver Monitor Camera) permet une reconnaissance faciale et une personnalisation dès l’arrivée du conducteur. La voiture règle alors par exemple le volant, les rétroviseurs, la température dans l’habitacle ou encore la station de radio. La caméra est aussi capable de détecter le niveau de vigilance du conducteur. Si ce dernier risque de s’endormir, la voiture émet une alerte.

Delta Air Lines teste aussi la reconnaissance faciale et parle d’une « évolution naturelle » pour améliorer les services en aéroports avec ces dépôts de bagages automatisés et utilisant cette technologie. Les quatre machines rejoindront le RFID (identification par fréquence radio) pour lequel elle est « leader de l’industrie », les kiosques à billet d’avion ou l’enregistrement via l’app Fly Delta Mobile, qui ont déjà « décongestionné les halls d’aéroports et amélioré de façon drastique la satisfaction des clients ».

Dans le monde du smartphone, Synaptics a collaboré avec KeyLemon pour un système qui peut être utilisé aussi bien sur smartphone, tablette, que PC portable. L’utilisateur peut choisir s’il préfère utiliser l’empreinte ou la reconnaissance faciale pour son appareil. Il peut également combiner les deux pour plus de sécurité, tout dépendra des services proposés par les fabricants et leurs appareils.

En ce qui touche à la santé, des généticiens ont utilisé un système de reconnaissance faciale pour repérer une maladie génétique rare. Une avancée qui pourrait améliorer le dépistage.

Dans les transports une expérience d’un an à l’aéroport de Roissy a été menée. Cinq sas sont présents depuis le 28 décembre 2016 à l’aéroport Paris-Charles de Gaule. C’est encore une expérimentation. Elle doit se terminer en décembre 2017. Ces sas sont situés dans le terminal 2F. Près de 20.000 visages de personnels navigants, des pilotes, des hôtesses et des stewards, ont déjà été contrôlés de cette façon. Des passagers européens, à qui on a expliqué le système, ont accepté d’utiliser ces sas. A la Gare du Nord, les voyageurs qui prennent l’Eurostar, passent désormais dans des sas de contrôle qui intègrent la reconnaissance faciale

Une nouvelle start-up française appelée Start me up a proposé au CES 2016 un logiciel de reconnaissance faciale et d’analyse de visage en temps réel. La start-up grenobloise fait appel à des technologies de machine learning et d’intelligence artificielle.

Comme le signale Digital Colab, on voit que les usages qui découlent de la reconnaissance faciale sont multiples, on peut « tagger » automatiquement des individus figurant sur une vidéo ou participer à la protection des mineurs. Les nouvelles technologies d’analyse des images permettent de détecter les expressions des visages, l’âge, ainsi que les caractéristiques physiques. Les applications se trouvent aussi désormais dans la photo, l’électronique embarquée ou encore la robotique.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2017 dans général, Nouvel ordre mondial, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Vers un monde sans cash : bientot la fin des distributeurs automatiques de billets ?

Avec la hausse du paiement en ligne et sans contact, sur mobile ou par carte, les automates sont de moins en moins utilisés.
Avec la hausse du paiement en ligne et sans contact, sur mobile ou par carte, les automates sont de moins en moins utilisés. (Crédits : Reuters)
Les banksters planchent sur un monde sans cash depuis quelques années déjà, et l’idée est diffusée via les médias affiliés . Voici un papier tout à fait révélateur de la Tribune qui en fait la promo et expose des statistiques en ce sens …  

Ce papier à charge contre le cash est intitulé Banque : et si c’était la fin des distributeurs automatiques de billets ? 

L’essor du paiement en ligne et sans contact, sur mobile ou par carte, accélère la baisse des usages des automates, qui coûtent cher aux banques. Le DAB a encore de l’avenir selon certains fournisseurs qui essaient d’inventer de nouveaux services comme la réservation de billets de spectacles.

Le mois prochain, on fêtera les cinquante ans du premier DAB, le distributeur automatique de billets, ouvert par la Barclays, au nord de Londres en juin 1967. En France, le premier automate fut installé l’année suivante, à la Société Marseillaise de Crédit, au tout début de la carte bleue, qui peina à décoller avant le milieu des années 1980 pour devenir le premier moyen de paiement des Français en 2003. Les machines se sont modernisées depuis mais, à l’heure du numérique, de la banque sur mobile et du paiement sans contact, qui laisse entrevoir un monde sans cash, les spécialistes du secteur s’interrogent sur « la fin des automates bancaires ».

Barclays DAB

[Barclaycash, le premier distributeur automatique de billets mis en service, chez Barclays, en juin 1967, devait permettre à l’agence de fournir un service 24h/24.]

Selon une étude OpinionWay pour l’éditeur italien de logiciels bancaires Auriga dévoilée ce jeudi, 29% des Français estiment qu’ils utilisent moins souvent les distributeurs automatiques de billets depuis cinq ans, principalement parce qu’ils paient plus fréquemment en carte bancaire et moins en espèces.

Usages DAB distributeur banques

[Quels sont les types d’opérations que vous avez réalisées sur des distributeurs automatiques de billets au cours des 12 derniers mois ? En gris : non. Crédits : sondage OpinionWay pour Auriga]

Baisse du nombre de retraits et du parc

Interrogé, le Groupement des Cartes bancaires nous révèle les tous derniers chiffres: en 2016, le nombre de DAB a diminué de 2% (-1.200), le parc total tombant à 57.136. Le nombre de retraits baisse graduellement (-2,5% en 2015), tombant à moins de 22 par an et par carte. Toutefois, en valeur, le montant total des retraits a légèrement progressé (+1% à près de 127 milliards d’euros). Les Français retirent un peu moins souvent, mais davantage: 86 euros en moyenne en 2016, contre 84 euros l’année précédente.

Les banques ont tendance à « dédoublonner » leurs distributeurs et à regrouper les agences en fermant les plus petites, face à la baisse de fréquentation  – seulement 21% des Français se rendent dans leurs agences plusieurs fois par mois, contre 52% en 2010. Pour la première fois, en 2016, une banque française ayant l’un des tous premiers réseaux de distribution a enregistré une baisse, proche de 5% du nombre de transactions sur ses automates.

D’ores et déjà, les espèces représentent moins de 5% du total des transactions en valeur, selon des estimations convergentes, tandis que le paiement par carte ne cesse de progresser depuis 2000  et pèse plus de la moitié des transactions en volume.

Transactions cartes bancaires France 2008-2015

[Evolution des transactions par carte bancaire en France de 2008 à 2015. Crédits : Groupement des cartes bancaires]

« Ennuyeux » et « pas sûr »

Près d’un quart des Français (23%) perçoivent le DAB comme « ennuyeux » et la proportion monte à 37% chez les 25-34 ans, qui ne le trouve « pas sûr » non plus (45%, contre 35% pour l’ensemble des personnes interrogées). Selon ce sondage*, « le choix du DAB se fait d’ailleurs à 89% pour des aspects sécuritaires », à l’intérieur d’une agence notamment. La fonction plébiscitée demeure le retrait de billets, faute d’alternative: 92% des Français l’ont fait au cours des 12 derniers mois, loin devant le dépôt de chèque (45%) et la consultation des comptes (39%).

L’éditeur de logiciels veut croire que « les automates bancaires n’ont pas dit leur dernier mot » car 23% des sondés sont ouverts à plus de services sur ces machines. Par exemple, ils sont 51% (sur les 23%) à être intéressés par le retrait d’argent sans carte bancaire, à l’aide d’un code reçu par mail ou SMS. Plusieurs banques françaises ont commencé à le faire, notamment la Caisse d’Epargne et le Crédit Mutuel (e-retrait). Et 43% sont intéressés par la réservation et l’impression de billets de spectacles ou événements sportifs, 42% par le paiement de factures ou services administratifs, directement depuis le DAB.

« Le consommateur actuel a profondément changé, il est plus exigeant, encouragé par une utilisation accrue des applications bancaires mobiles et en ligne. Si l’utilisation massive de la carte bancaire relègue l’automate bancaire au second plan, cette étude prouve que le DAB a encore de l’avenir devant lui. En lui apportant davantage de valeur ajoutée via des services additionnels, son attractivité auprès des Français et plus particulièrement des 25-34 ans, serait renforcée », fait valoir Thierry Crespel, le responsable commercial pour la zone Europe d’Auriga.

Toutefois, l’enquête OpinionWay souligne « un point de vigilance: les usagers ne montrent pas un très fort enthousiasme à l’égard de ces nouveaux services ». Et une toute petite fraction serait prête à payer un surcoût (14% des personnes intéressées, moins de 2 euros par service).

En septembre dernier, les experts des services financiers du cabinet Deloitte s’étaient montrés très dubitatifs, en présentant une étude sur les relations entre les banques et leurs clients, soulignant que les consommateurs n’étaient pas très attachés au DAB de leur agence.

« Les machines multi-usages comme l’achat de billets de concerts, c’est le chant du cygne des fabricants de GAB, pour continuer à exister ! » avaient-ils estimé. « Est-ce la vocation d’un DAB de proposer de la recharge de crédit de téléphone mobile ? Avec le développement des moyens digitaux, on se dirige vers une diminution structurelle du nombre de guichets automatiques, qui coûtent cher aux banques en frais de transport de fonds », prédisaient-ils.

Banques DAB Français

[Lieu de retrait d’espèces habituel préféré des Français. Crédits: baromètre 2016 des relations banques clients Deloitte]

Si, en ville, il suffit de marcher quelques mètres de plus pour trouver un distributeur, les fermetures de DAB et d’agences posent un tout autre problème en zones rurales. Au Royaume-Uni, une solution a été trouvée pour éviter cet appauvrissement et la désertification bancaire des campagnes: les bureaux de la Poste servent désormais de guichet universel, à la suite d’un accord signé avec les plus grandes banques.

* Etude quantitative réalisée entre le 3 et le 8 mars 2017 auprès de 1.026 individus de 18 à 65 ans clients d’au moins une banque traditionnelle ou en ligne et utilisateurs de DAB.

 

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Celente : Un monde au bord du chaos ! L’Or, la Chine, la France, le Bitcoin et le Moyen-Orient risquent d’exploser

Non seulement La croissance chinoise n’a jamais été aussi faible depuis 1990, mais les réserves de change s’effondrent  ostensiblement….

L’américain Gerald Celente, fondateur du Trends Research en 1980 est l’un des meilleurs prévisionnistes au monde. Rappelons qu’il a prédit le crash de 2008, et croit que nous allons bientôt assister à l’effondrement du marché financier mondial. Il prévoit « un tremblement de terre économique qui aura des répercussions à travers le monde »

Alors que le cours de l’Or vient de franchir à la hausse le seuil des 1240 dollars l’once, aujourd’hui, Gerald Celente explique sur kingworldnews à quoi s’attendre durant l’année 2017. Selon lui, le monde est au bord du chaos alors que l’Or, la Chine, la France, le Bitcoin et le Moyen-Orient risquent d’exploser.

Surveillez l’Or, la Chine, la France, le Bitcoin, et le Moyen-Orient en 2017

Hier, le Bitcoin a grimpé de plus de 2 %, atteignant son niveau le plus élevé depuis le 4 Janvier 2017. Aujourd’hui, l’Or vient d’atteindre un sommet de 3 mois, ce qui équivaut à une hausse de 7 % de son cours depuis le début de l’année.

Et bien que les marchés boursiers continuent de tutoyer des sommets historiques aux Etats-Unis, le Bitcoin comme l’Or progressent également à des niveaux plus élevés. les hausses constantes et régulières des cours de l’Or et du Bitcoin annoncent-elles un début de tempête sur les marchés ? Ou assistons-nous à l’extension d’une plus importante tendance ?…

Ce que nous observons actuellement ne ressemble absolument pas à des marchés boursiers dynamiques, robustes, avec un dollar fort et une forte croissance économique qui poussent le cours de l’Or à la baisse. Dans le nouvel ordre géopolitique et économique mondial, nous pensons que l’Or comme cette nouvelle monnaie alternative qu’est le Bitcoin, vont augmenter et ce en dépit de conditions de marché favorables.

En ce qui concerne le Bitcoin, la hausse d’hier est à mettre au crédit de l’information qui est sortie sur la fonte record des réserves de change chinoises. Elles se sont réduites pour le 7ème mois consécutif, diminuant de 12,3 milliards de dollars le mois dernier, et franchissant à la baisse le seuil psychologique des 3.000 milliards de dollars.

Les réserves de change chinoises plongent à un plus bas de 6 ans

L’essoufflement de l’économie chinoise (à son plus bas niveau de croissance depuis 26 ans) et le net effritement du yuan depuis l’été 2015 ont incité investisseurs et entreprises à transférer leur argent hors de Chine, vers des placements jugés plus sûrs et rémunérateurs. Ces colossales fuites de capitaux (évaluées à 1.000 milliards de dollars pour 2015 et 700 milliards en 2016) ont précipité la glissade du yuan, qui a chuté de 7% face au dollar l’an dernier(sa pire performance depuis 1994). Tout ceci a motivé les chinois à acheter des bitcoins afin de se couvrir face à une plus importante dépréciation du yuan. Bien que le gouvernement chinois ait imposé un montant forfaitaire de 0,2 % par transaction il y a 2 semaines, et à faire en sorte de « de se protéger des manipulations du marché et de freiner l’extrême volatilité du cours », le volume des transactions a continué d’accélérer malgré tout.

Foncez sur l’Or

Sur le front de l’Or, nous avons noté la semaine dernière que le Dow Jones avait connu connu sa pire journée depuis le jour de l’élection américaine, après que le président ait ratifié un certain nombre de décrets, comme celui interdisant aux ressortissants de sept pays musulmans d’entrer aux Etats-Unis. Alors que les marchés boursiers chutaient, l’Or s’est mis à progresser de 15 dollars, gagnant ainsi plus de 5 % sur le mois de Janvier, son meilleur mois depuis Juin 2016.

Une lionne prend la tête en France

Au-delà de l’élection de Donald Trump, la confiance des investisseurs s’effrite en raison d’inquiétudes grandissantes liées au paysage politique européen. En France, par exemple, le Front National, anti-Union européenne et anti-euro de Marine Le Pen vient de dépasser le parti de François Fillon, l’ex favori de l’establishment dans la course à la présidentielle. Ceci découle d’accusations selon lesquelles la femme et les enfants de ce dernier sont soupçonnés d’avoir touché 1 million de dollars pour des emplois fictifs.

En Allemagne, au Pays-Bas et en Italie, l’euroscepticisme se renforce, les partis anti-immigrationnistes « populistes » continuent de prendre de l’ampleur, menaçant du coup, l’ordre économique et politique établi en europe.

Un monde au bord du chaos

Et sur le front géopolitique, au-delà d’une lutte contre le terrorisme et de guerres sans fin au Moyen-Orient, les tensions sont encore montées d’un cran à la fois en raison d’un décret du gouvernement israélien autorisant la construction de milliers de logements en territoire palestinien ainsi qu’à une nouvelle loi israélienne permettant l’expropriation de terres palestiniennes. Sans compter l’Ukraine, où les tambours de la guerre se font à nouveau entendre.

Le cours de l’or sera sans doute volatile mais il va continuer d’augmenter

La hausse des taux d’intérêt dans les différents pays pourrait faire baisser le cours de l’Or et renforcer le dollar. Cependant, étant donné les multiples problèmes géo-économiques et géopolitiques qui ne font que croître, le cours de l’Or va augmenter tandis que les investisseurs chercheront des valeurs refuges. Et alors que le Bitcoin va continuer d’augmenter et gagner en respectabilité, il est possible que les gouvernements l’attaquent afin de faire baisser sa valeur.

Source

 
5 Commentaires

Publié par le 15 février 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Que deviendrait l’or dans un monde sans cash ?

20161222_btc1_0

Il y a une monnaie dont nous parlons peu mais qui vaut la peine d’être suivie. Nous parlons du bitcoin. Ce dernier vient de passer la barre des 800 $ pour un Bitcoin. Nous avons marqué un plus haut sur 875 $. Nous sommes au plus haut depuis 3 ans.

Cette semaine, le bitcoin a gagné 10 %. Nous étions retombés à 200 $ il y a un peu plus de un an. Il semble donc que le bitcoin ait la dent dure.

Les analyses des flux financiers signalent que les achats viennent surtout de Chine. Un moyen comme un autre de retirer ses billes d’un pays qui ralentit fortement… Les sorties de capitaux de Chine poussent le Yuan à la baisse. Il est au plus bas depuis 10 ans face au Dollar.

Que deviendrait l’or dans un monde sans cash ?

Voilà une sacrée question !

Bon, tout d’abord, nous n’y sommes pas à la société sans cash… Et il n’est pas certain que nous puissions y arriver ou que nous ayons le temps d’y arriver avant de passer, contraints et forcés, par une case troc, mais pour les besoins du raisonnement, admettons que ça y est ! Nous sommes en 2021, et les pièces et billets sont désormais interdits.

Vous ne pouvez plus payez que par CB, téléphone et autres bitcoins dématérialisés validés avec la reconnaissance de votre iris par exemple.

Bref, un monde « new age » et de haute technologie.

Dans un tel monde, l’or serait lui aussi tout simplement dématérialisé comme c’est d’ailleurs déjà le cas aujourd’hui.

Vous avez ce que l’on appelle l’or papier ! Peu importe que nous parlions de trackers, ou de fonds, l’idée c’est que l’or peut se dématérialiser.

Allez voir votre banque, dites-lui que vous voulez 10 lingots en comptes titres, et vous recevrez un beau papier de la banque disant que vous avez 10 lingots en comptes titres. Bref, vous n’avez rien d’autre qu’un papier.

Dans tous ces cas, votre or a été dématérialisé. Dans une telle hypothèse, il ne pose pas de problème au « système ». Le système veut de la traçabilité : en dématérialisant l’or, vous le rendez traçable. Et traçable, il est donc taxable.

Mais alors l’or physique qui s’échange de la main à la main ?

Eh bien paradoxalement, dans un monde sans espèce, tout numérique, seul l’or physique dans votre poche et qui s’échange de la main à la main pourra assurer un anonymat dans une transaction.

D’ailleurs, que ce soit en Inde, en Chine et même en France où nos compatriotes détiennent au moins 2 500 tonnes d’or dans leurs bas de laine, il y a peu de chance que ces pièces et lingots réintègrent le système bancaire traçable classique.

Il est fort à parier au contraire, qu’en interdisant le cash, se développent des actifs parallèles non traçables et tangibles. L’or et l’argent évidemment, mais également les bijoux, ou encore même des objets. Mais dans toutes ces possibilités offertes, la plus efficace sera évidemment la possession d’or ou d’argent physique qui existe déjà à l’état de monnaie sous forme de pièces. L’or et l’argent sont intrinsèquement des monnaies.

Même le KGB n’a pas réussi à empêcher les Russes de commercer au marché noir en dollars. Il en sera de même avec l’or.

Aucun pays, aucune autorité à aucune époque n’a pu interdire le marché noir.

Le contrôle numérique d’une population a lui aussi une limite.

La limite est simple : c’est celle du consentement.

Si les masses consentent, le système tient. Quand le consentement s’effondre, alors le système s’effondre.

Sur ces considérations, je vous souhaite évidemment d’excellentes fêtes de fin d’année à commencer par un joyeux Noël. Pour vous souhaiter un joyeux Noël en ces temps d’exacerbation des religions et d’une laïcité branlante ne sachant plus se définir, je voulais citer cette lettre qui a été rédigée l’année dernière à l’attention d’un tribunal qui avait refusé une crèche.

« Une question de tradition

La crèche, c’est ce qu’on appelle une tradition. Et ne me faites pas croire, Monsieur le tribunal, que le principe de la tradition vous est étranger. Sinon comment expliquer que les magistrats exercent leur métier dans un costume aussi ridicule si ce n’est parce qu’il est le fruit d’une tradition ?

Vous êtes un briseur de rêves Monsieur, vous êtes un étouffeur de sens. La crèche, c’est Noël, et Noël, c’est la crèche. La crèche, c’est aussi l’histoire d’une famille qui faute de droit opposable au logement est venue se réfugier dans une étable. C’est un signe d’espoir pour tous les sans-logement. La crèche, c’est aussi un roi arabe et un autre africain qui viennent visiter un juif. C’est un signe d’espérance et de paix en ces temps de choc de civilisations et de conflit au Moyen-Orient. 

La crèche, c’est aussi des éleveurs criant de joie et chantant dans une nuit de décembre. Connaissez-vous beaucoup d’agriculteurs qui rigolent en cette période de crise ? La crèche c’est un bœuf, symbole de la condition laborieuse de l’Homme. Enfin, la crèche, c’est un âne, même si une rumeur court disant que cet âne a quitté la crèche en 2013 pour rejoindre le Tribunal administratif de Nantes.

Malgré le fait que vous allez sans doute, par souci de cohérence, vous rendre à votre travail le 25 décembre, je vous prie de croire, Monsieur le tribunal, à l’expression de mes souhaits de bon et joyeux Noël. »

Oui, c’est tout cela Noël, mais pas uniquement. On peut fêter un Noël laïc, ou même un Noël païen. Mais l’esprit chrétien de Noël est un esprit d’ouverture vers l’autre, un symbole d’union et pas de rejet.

Nous sommes dans une société où nous nous rejetons mutuellement et nous voyons bien la gravité de la situation.

Il n’y a pas de fatalité ; pourtant, toutes les décisions prises vont dans le sens d’une aggravation.

J’espère vous retrouver l’année prochaine, le 3 ou 4 janvier, sans que nous ayons connu de nouveaux drames collectifs.

Ce que dit la Crèche, ce que raconte Noël, c’est exactement ce que disait Martin Luther King avec cette formule :

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

Bonnes fêtes à tous mes amis, et à très bientôt!

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Source

 
2 Commentaires

Publié par le 26 décembre 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Professeur Feuillage – UN MONDE SANS PETROLE

Ça nous pend au nez !!! Dans quelques années, il n’y aura plus de pétrole !! Nos sociétés sont-elles préparées à cette apocalypse énergétique ?!… Eh bien non. Pas du tout. Mais alors… Pas du tout du tout. Si bien qu’on risque de bientôt se trouver très mal. Venez nombreux pour assister au cours du Professeur Feuillage. Il vous dira tout sur notre dépendance à l’or noir et les solutions pour s’en passer demain.

 
2 Commentaires

Publié par le 9 septembre 2016 dans Climat - Environnement, général, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : ,

Vers un monde sans travail ? La moitié des emplois en Suisse seront remplacés par des machines d’ici vingt ans

Permalien de l'image intégrée

Vous imaginez, on ne parle pas de centaines ni de milliers d’emplois, mais de la moitié des emplois d’un pays !! Avec l’arrivée des robots humanoïdes domestiques, ‘est un révolution qui est en cours . Z .

Une  forte proportion des destructions d’emplois est la conséquence étalée et tardive des progrès de la technologie et des processus de ces 20 dernières années. Une nouvelle vague se prépare, encouragée par la financiarisation qui accroit l’exigence de profit. Les solutions actuelles au problème de l’emploi semblent dérisoires. Le chômage et le sous-emploi augmentent les dépenses de répartition en  même temps qu’ils réduisent les recettes des budgets publics, redoutable effet de ciseaux.

Près de la moitié des emplois en Suisse seront remplacés par des machines d’ici vingt ans. Telle est la conclusion d’une étude du cabinet de conseil Deloitte pour le compte de l’émission « Eco » de la télévision alémanique SRF.

A en croire cette étude, 48% des postes de travail actuels vont être automatisés dans vingt ans. L’industrie figure évidemment en première ligne, mais des emplois dans le secteur des services et de l’administration seront aussi de plus en plus concernés.

L’étude de Deloitte cite les emplois dont les tâches sont les plus répétitives et uniformisées. Cela concerne des métiers comme celui de téléphoniste ou caissier, mais aussi des postes plus qualifiés comme celui de conseiller fiscal, opticien ou agent immobilier.

Bruno Bertez Le 9  Novembre 2015

Robotisation : vers un monde sans travail ?

nov 9, 2015 OR-ARGENT.EU/ TELEGRAPH

Si la crise économique est un facteur qui alimente le foyer du chômage, un autre élément pourrait bien dans les années à venir rendre l’humain quasi obsolète en tant que force de travail : la robotisation. Cette révolution risque d’être tellement abrupte qu’elle arrivera à un moment où le socialisme, vertement critiqué (et à raison), deviendra une nécessité.

Qu’on le veuille ou non, la redistribution de la richesse sera le thème politique central des décennies à venir dans un monde où les êtres humains ne joueront plus qu’un rôle de figuration dans l’ensemble de l’activité économique, que ce soit les biens ou les services. Cette révolution est déjà en marche. Bank of America vient de publier un rapport de 300 pages sur le sujet, qui a fait l’objet d’un article duTelegraph :

« Les robots occuperont 45 % de tous les emplois industriels pour faire baisser les coûts salariaux de 9 trillions de dollars d’ici une décennie. Bank of America prédit que les robots et les formes d’intelligence artificielle transformeront le monde d’ici 2025 de façon jamais vue, balayant les anciens business models dans un tsunami d’innovations perturbatrices. (…)

Le rapport affirme que la vitesse de l’évolution de l’innovation technologique perturbatrice est devenue parabolique. Les pays qui ne prendront pas le train de la robotisation chuteront rapidement dans les classements de la compétitivité.

Le salaire des ouvriers chinois a été multiplié par 9 depuis les années 2000, le nombre de travailleurs diminue. La Chine est déjà le plus gros acheteur de robots du monde, représentant 25 % du marché mondial.

Le prix des robots que ce soit pour prendre soin des personnes âgées, pour planter des graines ou cueillir des fruits, des drones commerciaux ou des programmes d’intelligence artificielle (note : il existe déjà, par exemple, un programme qui appelle automatiquement des prospects pour leur vendre une assurance), ont baissé en moyenne de 27 % durant les 10 dernières années, et la tendance devrait se poursuivre. (…)

Le « cobot » standard Baxter, qui travaille côte à côte avec les humains sur les chaînes de montage, par exemple pour visser des boulons, ne coûte que 22.000 $. Nous approchons du moment crucial d’inflexion lorsqu’il sera 15 % moins cher d’utiliser un robot qu’un travailleur.

Ce seuil a déjà été franchi dans le secteur automobile des États-Unis, d’Europe et du Japon, où un robot soudeur coûte 8 $ de l’heure contre 25 $ pour un travailleur. (…) Bank of America estime que 50 % des emplois américains sont menacés. (…) Ceux qui détiennent le capital s’adjugeront un pan encore plus important de la richesse produite pour pousser les inégalités vers de nouveaux extrêmes. (…) »

http://or-argent.eu/robotisation-vers-un-monde-sans-travail/

Via Lupus

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 novembre 2015 dans général, Insolite, International, Sciences, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Egon Von Greyerz : l’économie mondiale est sur le point de s’effondrer, dans un Monde déjà en faillite

Afficher l'image d'origine

« L’économie mondiale est sur le point de s’effondrer »,  » l’économie mondiale est sur le point de s’effondrer » , on entend ça régulièrement , surtout en ce moment . Mais la partie importante de l’affirmation c’est « dans un Monde déjà en faillite » : l’effondrement a déjà commencé chers lecteurs, et ce que nous voyons actuellement est une forte accélération de cet effondrement . C’est ce que montrent tous les indicateurs : après une petite reprise achetée à coup de milliers de milliards, le monde post-Lehman, qui ne s’est jamais remis de 2008, replonge , comme on le prédit depuis le début de ce Blog. Ça prend du temps, mais c’est en train de craquer . C’est un effondrement majeur, au ralenti, que nous vivons . Z .

Aujourd’hui, l’homme qui est devenu une légende pour ses anticipations de quantitative Easing, dans les fluctuations des devises et sur des évènements mondiaux majeurs alerte kinkworldnews que l’économie mondiale est au bord de l’effondrement alors qu’elle est déjà en situation de faillite internationale.

Egon Von Greyerz: ” Eric, à la fin de la semaine dernière, on a remarqué également la folie des investisseurs des marchés actions qui suivaient la mouvance délirante des banques centrales du monde entier. A la conférence de presse de la BCE, Mario Draghi a signalé que les impressions monétaires pourraientt augmenter en décembre.

Est-ce que la volatilité des marchés nuit à la préservation de la richesse ?

Egon Von Greyerz poursuit: En réplique à la hausse du DAX de plus de 2% ( indice actions allemand), le Dow Jones a également augmenté. Comme d’habitude, les mauvaises nouvelles de l’économie mondiale deviennent de bonnes nouvelles pour les investisseurs dans leur éternelle croyance que plus on imprime d’argent papier et plus on crée de la richesse dans le monde.

KWN Fitzwilson VI 2:22:2015

Au bord de l’effondrement

Mais peu d’investisseurs se rendent compte que la BCE imprimera davantage d’argent papier comme la FED le fera non pas pour faire plaisir aux marchés mais parce que l’économie mondiale et son système financier sont au bord de l’effondrement. les liquidités sont extrêmement réduites dans le système bancaire et les prêts bancaires sont en chute libre.

J’ai publié un article sur KWN concernant les problèmes auxquels la banque allemande ” Deutsche Bank “ fait face à cause de leurs positions sur les produits dérivés d’un montant de 100.000 milliards de dollars. Mais cette banque n’est pas la seule à s’être exposée de manière aussi massive. Par exemple, la JP Morgan avait une exposition sur les produits dérivés d’un montant d’environ 100.000 milliards de dollars comme les banques américaines les plus importantes. Les banques ont une exposition sur les produits dérivés d’un montant hallucinant de 250.000 milliards de dollars. Et si ces produits dérivés étaient correctement évalués, la valeur réelle sur la position des banques américaines correspondrait à un chiffre phénoménal proche de 500.000 milliards de dollars.

Lorsque les contreparties bancaires viennent à faire défaut, le montant total de 500.000 milliards de dollars des banques américaines et l’exposition totale sur les produits dérivés d’un montant de 1.500.000 milliards de dollars soutiendra des pertes inimaginables. Et ceci est l’une des raisons principales pour lesquelles les banques centrales sont pétrifiées et continueront d’actionner la planche à billets ad vitam aeternam.

L’économie mondiale chute.
De surcroît, l’économie mondiale chute à travers tous les pays du monde. la plupart des pays européens subissent une véritable pression et le Portugal est maintenant la dernière zone critique. Le parti socialiste portugais s’est maintenant rallié avec les communistes et le bloc de gauche et ceci leur donnera une majorité absolue pour gouverner le pays. Apparemment, ils sont totalement contre l’austérité ainsi que contre les réductions de salaires proposées. Ils veulent également un accord pour que la dette portugaise soit ramenées à moins de 50 %. Naturellement, ils veulent également quitter l’Euro.

L’Euro a tristement détruit plusieurs pays européens depuis que sa monnaie est devenue trop forte. Mais d’un autre côté, les exportations allemandes ont considérablement bénéficié d’un euro faible. A mon avis, même avant la création de l’euro, ça aurait échoué. Et je suis sûr que ça ne marchera pas – C’est seulement une question de temps.

Donc, nous avons une Europe qui est faible aussi bien sur le plan économique et financier et la BCE fait tout ce qu’elle peut pour maintenir le système vacillant tout en faisant tourner la planche à billets. C’est un mensonge de considérer les marchés sont comme un indicateur de santé économique comme le font la plupart des investisseurs. Au lieu de cela, les investisseurs feraient mieux de se concentrer sur de véritables indicateurs américains. Par exemple, les ventes au détail, Walmart, Catterpillar aussi bien que sur le grand nombre de gens qui sont exclus du marché du travail. Tous ces exemples montrent la réelle faiblesse de l’économie mondiale.

Une banqueroute mondiale.

Et si on étudiait de combien la dette a augmenté de manière exponentielle, la plupart des pays et des Pib ont arrêté de croître et en fait sont même en train de décliner. C’est évident maintenant que nous avons atteint un point de non retour. C’est pourquoi, les investisseurs ne devraient pas croire que faire tourner la planche à billets les sauvera de la banqueroute mondiale.

Les investisseurs en on bien profité depuis 2009 mais avec des marchés de bulles. je ne dormirais pas bien si j’avais investi fortement sur les marchés.

D’un autre côté, les investisseurs qui détiennent de l’or physique peuvent dormir très tranquillement sur leurs deux oreilles car l’or sera l’un des quelques investissements qui éviteront la destruction de richesse à venir.

Kingworldnews – resistanceauthentique , avec BB

 
2 Commentaires

Publié par le 28 octobre 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :