RSS

Archives de Tag: Thomson Reuters GFMS

Thomson Reuters GFMS anticipe une hausse de l’or jusqu’à 1500 $ l’once

lingots d'or pur

Il est évident que si rien ne se passe la courbe des taux va continuer à se tendre, ce qui  devrait envoyer l’or sur la lune car les banques centrales devront se mettre en porte à faux et réagir pour éviter un effondrement (dans un 1er temps). La dédollarisation qui explique le découplage entre les taux qui montent et le dollar qui baisse va aussi soutenir l’or dans les années à venir : les matières 1eres sont parmi les rares actifs extrêmement sous évalués qui ne sont pas dans une bulle, c’est là où il faut absolument être présent, surtout dans le contexte actuel . L’or et l’argent ne pourront que monter de façon substantielle et exploser à la hausse … Z 

Dans leurs perspectives 2018, les analystes de Thomson Reuters GFMS anticipent une hausse de l’or jusqu’à 1500 $ l’once au cours de cette année, sur fond de crainte du retour de l’inflation. Cela propulserait le métal jaune à des niveaux que l’on n’a plus connus depuis avril 2013.

D’après Thomson Reuters, cette hausse pourrait être alimentée par des craintes de voir les États-Unis répudier l’ALÉNA. L’ALÉNA est bien sûr l’accord de libre-échange nord-américain, un accord commercial que les États-Unis ont conclu avec le Canada et le Mexique, qui sont 2e et 3e au classement de ses partenaires commerciaux les plus importants.

L’administration Trump a déjà imposé des droits de douane sur le bois canadien. Il a également augmenté récemment les droits de douane sur les importations de panneaux solaires et de machines à laver. Ces mesures sont inflationnistes. Il en va de même pour la réforme fiscale fraîchement adoptée, qui a poussé des sociétés comme Walmart et Starbucks à augmenter leur salaire minimum.

Mais si l’administration américaine devait se retirer de l’ALÉNA, comme le président Trump l’a suggéré à plusieurs reprises, les prix des biens de consommation et des services seraient déstabilisés à la hausse.

Anticipant cela, les investisseurs pourraient considérer d’augmenter leur exposition a l’or, qui a pour caractéristique historique de très bien se comporter durant les périodes de hausse de l’inflation.

L’or a permis de protéger les patrimoines, et de les apprécier, durant les périodes de progression de l’inflation.

Le graphique ci-dessous, fourni gracieusement par le World Gold Council, indique que le rendement annuel moyen de l’or s’est élevé à 15 % durant les années ayant enregistré une inflation d’au moins 3 % entre 1970 et 2017. En termes réels (ajustés à l’inflation), le rendement fut en réalité d’environ 8 %. Cela reste néanmoins supérieur à la moyenne des années affichant une inflation inférieure.

D’après le WGC, « le rendement de l’or fut supérieur à la progression du CPI en raison de ses nombreuses sources de demande. Le métal jaune ne sert pas uniquement à préserver son pouvoir d’achat, mais à l’augmenter ».

Posséder 5 à 10 % de son patrimoine en or et en actions minières, donc, permet de minimiser ses pertes sur d’autres classes d’actifs.

La faiblesse du dollar soutient également les prix de l’or

Les droits de douane et la hausse des salaires ne sont pas les seuls facteurs qui poussent les investisseurs vers l’or. La faiblesse du dollar par rapport aux autres devises est également un paramètre très important.

Durant ces dernières semaines, le billet vert a vu sa valeur plonger. Il s’est notamment replié de plus d’un pour cent rien que mercredi dernier, pour connaître sa baisse quotidienne la plus importante des 10 derniers mois. Cet événement fut la conséquence des commentaires du secrétaire au Trésor Mnuchin prononcés durant le forum économique mondial de Davos. Il a déclaré qu’un dollar plus faible « est bon pour nous en ce qui concerne le commerce et les opportunités ». Le dollar avait déjà vacillé de façon similaire en avril 2017 lorsque le président Trump avait déclaré que la devise américaine « devenait trop forte ». Peu de temps après, elle tombait en dessous de sa moyenne mobile à 200 jours.

suite et fin

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 8 février 2018 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Les Français craignent pour leur épargne et sont de plus en plus friands d’or – prédictions 2015 Thomson Reuters GFMS

Thomson Reuters GFMS: Gold en moyenne $ 1170 en 2015

Thomson Reuters GFMS prédit le Gold en moyenne à $ 1170 en 2015 : comme tous les autres ils se trompent toujours, jamais une seule prédiction de TR GFMS ne s’est réalisée à ma connaissance … Par contre ils donnent des news intéressantes, comme par exemple le fait que nous ayons atteint « le pic de l’or » : jamais plus on ne reproduira autant d’or qu’avant 2015 . Cette année est celle du grand basculement de l’offre . Z 

Thomson Reuters GFMS a publié son enquête annuelle sur l’or jeudi dernier, offrant un regard sur les tendances de l’offre et de la demande ainsi que ses perspectives de prix pour 2015 et 2016.

Alors que le prix de l’or a certainement eu des hauts et des bas, en regardant le tableau d’ensemble ont peut tenter de comprendre ce qui donne les tendances et conduit les investisseurs intéressés par le métal jaune .

Voici quelques faits saillants de l’enquête, y compris ce qui est arrivé avec l’offre et la demande dans l’univers de l’or en 2014 et ce que Thomson Reuters s’attend à voir à l’avenir.

L’Approvisionnement en 2014

Une des choses les plus remarquables qui ont eu lieu avec l’approvisionnement en or en 2014 était une augmentation de la production miniere à un niveau record de 3133 tonnes.

Voici un regard sur quelques autres points clés sur l’offre d’or mentionné dans le rapport :

2014 n’ était que la deuxième année en termes de couverture nette des producteurs  depuis 1999, avec 103 tonnes d’approvisionnement accéléré générés pour l’année.

Les coûts all in ont chutés de 25 pour cent, à $ 1314 l’once, les charges ont reculé par rapport aux niveaux accrus de  2013. Pendant ce temps, hors charges, les coûts étaient en moyenne de $ 1208 l’once, soit une baisse de 2,3 pour cent.

L’approvisionnement en ferraille (scrap) au niveau mondial a diminué de 13 pour cent en 2014 à un creux de sept ans de 1125 tonnes, principalement en raison d’un dollar plus faible et d’un environnement économique amélioré.

Image donnée avec la courtoisie de Thomson Reuters GFMS.


Graphique de l’offre d’or par Thomson Reuters GFMS.

En regardant l’offre pour cette année, Thomson Reuters s’ attend à un arrêt de la croissance de la production. Cette prédiction se fonde sur le fait que les les investissements dans le développement de nouveaux projets est resté contraint en 2014; y a eu aussi  des coupes dans les dépenses d’exploration.

Les Français craignent pour leur épargne et sont de plus en plus friands d’or

Les Français craignent pour leur épargne. Et plutôt que de se tourner vers les produits bancaires, ils choisissent l’or.

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 avril 2015 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Un marché haussier de l’or commencera graduellement en 2015

 

Lingot d'or à Londres, BullionVault

Tiens, pour une fois on est d’accord avec Thomson Reuters GFMS , le point bas à 1200 $ devrait tenir … Toutefois je pense que c’est maintenant et dans les prochaines semaines que ça va se jouer, et vers fin d’année début 2015 ça recommencerait effectivement à monter , et tout cela confirmerait, encore une fois,  le marché haussier sur le graphique ;   Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Le prochain plancher est à 1 200 $ (GFMS).

Le long marché haussier de l’or de dix ans devrait reprendre en 2015, bien que graduellement à partir d’un nouveau plancher, selon la dernière prévision du cabinet-conseil spécialiste des métaux précieux Thomson Reuters GFMS.

Le cabinet conseil indique dans son rapport Gold Survey 2014, que les marchés de consommateurs sensibles aux prix ont vu les ventes ralentir, et ce à cause du rebond des cours de l’or du premier semestre 2014 de 1 200 à 1 400 dollars l’once.

« Nous estimons qu’il faudra que les cours [atteignent] un écart de 1 200 – 1 250 dollars pour que les achats physique du Moyen Orient et des marchés de l’est et de l’Asie du sud-est commencent à augmenter. »

Une faible volatilité et l’écart des prix de l’or qui se resserre forme l’autre caractéristique du marché de 2014 jusqu’ici, a ajouté GFMS, indiquant que la volatilité sur la base de cent jours avait chuté à son second niveau le plus bas depuis 2005, affectant les volumes de négoce.

Au lancement de la publication jeudi, la directrice de recherche et de prévisions des métaux pour le cabinet, Rhona O’Connell, a indiqué que le manque de direction claire des prix plus les anticipations de cours plus bas ont été les facteurs clé pour dissuader les achats parmi les acheteurs privés. Une mentalité similaire a prévalu dans le secteur professionnel.

Une reprise de la croissance économique européenne est essentielle pour la prévision de long terme par GFMS des cours de l’or. C’est seulement de cette façon que l’attention des investisseurs se focalisera sur les pressions inflationnistes découlant des injections massives de liquidité dans le système financier ces sept dernières années par les banques centrales du monde entier.

La banque centrale de Chine aurait injecté la semaine passée 81 milliard de dollars US en espèces dans les cinq plus grandes banques du pays. La Banque centrale européenne a prévu de commencer une nouvelle vague de prêts bancaires bon marché.

Il y a eu une forme d’intérêt pour l’or cette année de la part des investisseurs professionnels, mais cela reste toujours très timide à cause du tapering de la Fed concernant son QE, plus des risques perçus de l’augmentation des taux d’intérêt une fois que ce ralentissement du QE prend fin.

O’Connell ajoute aussi, remarquant les problèmes de la demande d’or au Moyen Orient à cause des conflits politiques et militaires, que toute chute des cours vers les 1 200 dollars devrait offrir une forte résurgence de l’intérêt physique de la part des marchés des consommateurs sensibles aux prix.

La demande chinoise en particulier a été entravée en 2014 par la chasse aux bonnes affaires des consommateurs avec le krach des cours de 2013, plus une énorme réserve de stocks des grossistes.

La demande d’investissement en or au premier semestre 2014 a chuté de 50% dans le monde, avec une plus forte baisse en Chine et en Inde, les deux pays les plus grands consommateurs de métal jaune.

Les cours de l’or à 1 200 dollars l’once marquent maintenant le prochain niveau d’importance à observer dans un mouvement à la baisse ; un niveau qui devrait probablement être atteint dans les prochains mois.

Mais avec les banques centrales des économies émergentes continuant une politique d’achats réguliers fermes, GFMS prévoit aussi une production minière aurifère mondiale qui culminera et atteindra un plateau. Le tout couplé avec un retour probable des inquiétudes concernant l’inflation, la position fondamentale de l’équilibre offre/ demande sur le marché de l’or commencera à se resserrer en 2015 alors que la demande sous-jacente s’intensifiera, amenant le marché vers un déficit.

« Le cours devrait donc alors trouver un plancher en 2015 avant de s’embarquer dans un marché haussier graduel ».

https://or.bullionvault.fr/actualites-de-l-or/un-marche-haussier-de-l-or-commencera-graduellement-en-2015-24091

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 septembre 2014 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :