RSS

Archives de Tag: sur la Lune

Donald Trump veut renvoyer des astronautes américains sur la Lune !!

Donald Trump entouré d’astronautes lors de la signature de la directive.
Donald Trump entouré d’astronautes lors de la signature de la directive. SAUL LOEB / AFP

Hé bien, il est temps ! Des hommes sur la lune , voici ce qu’aucune nation n’a officiellement réalisé depuis les années 70 . Et on se demande bien pourquoi … Je pense aux contraintes techniques et aux ceintures de Van allen . Mieux, établir une base lunaire ! On se demande pourquoi ça n’a pas déjà été fait ….

Mais pour le moment ce ne sont que des mots, j’attend vraiment de voir comment Trump va concrétiser ce projet . Simple effet d’annonce avec mouvements de manchettes ou vrai projet ? J’ai du mal à y croire personnellement . Surout dans la mesure où il n’a défini ni calendrier ni budget  . Quand ?? Comment ??? C’est le grand mystère une fois de plus …. Z . 

Le président américain souhaite que la NASA établisse une base lunaire, première étape pour une mission vers Mars. Mais il n’a défini ni calendrier ni budget.

Le président américain, Donald Trump, a signé lundi 11 décembre la « Space Policy Directive 1 » (« directive sur la politique spatiale ») visant à renvoyer des astronautes états-uniens sur la Lune afin de préparer une mission vers Mars. Aucun homme n’est retourné sur la Lune depuis le 11 décembre 1972, lors de la mission Apollo 17. Donald Trump a signé cette nouvelle directive en présence de l’astronaute Jack Schmitt, qui avait participé à cette ultime mission habitée sur notre satellite naturel, et le dernier membre de cet équipage encore en vie.

Le locataire de la Maison Blanche a demandé à l’agence spatiale américaine (NASA) d’accentuer ses efforts sur les missions habitées vers l’espace lointain, une priorité qui rassemble des élus des deux bords. Mais il est resté évasif sur le financement et le calendrier d’une telle initiative.

« Cette fois, il ne s’agira pas seulement de planter notre drapeau et de laisser notre empreinte. Nous établirons une base pour une mission vers Mars et peut-être un jour au-delà », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie à la Maison Blanche.

La mission vers un astéroïde mise au panier

La directive, qui s’appuie sur des recommandations du Conseil national de l’espace (NSC), récemment réactivé, va « recentrer la NASA sur sa mission de base, l’exploration spatiale », a précisé le porte-parole de la Maison Blanche Hogan Gidley. Donald Trump et plusieurs de ses soutiens climatosceptiques trouvent que l’agence spatiale américaine dépense trop d’argent et d’énergie pour observer et étudier notre planète, et plus particulièrement son climat.

La NASA, dans un communiqué, prend acte du fait que cette nouvelle directive met un terme à son programme visant à envoyer un équipage vers un astéroïde, qui était jusqu’alors considéré comme une étape vers une mission martienne. Qu’en sera-t-il de la « Deep Space Gateway », une sorte de station spatiale située au-delà de l’orbite lunaire, envisagée comme tremplin vers la Planète rouge?

M. Trump s’inscrit, s’agissant de l’objectif d’une mission habitée vers Mars, dans la ligne de son prédécesseur démocrate Barack Obama – bien que le trajet pour y parvenir apparaisse différent. Quelques semaines avant son départ de la Maison Blanche, ce dernier avait énoncé « un objectif clair pour le prochain chapitre de l’histoire de l’Amérique dans l’espace : envoyer des humains sur Mars dans la décennie 2030 et les faire revenir sur Terre en sécurité ».

Cependant, Donald Trump n’a pas annoncé de calendrier, ni de budget lors de la présentation de la directive. Mais comme l’administration précédente, l’idée est d’associer le secteur commercial. La Commercial Spaceflight Federation, qui rassemble les industriels impliqués dans le vols humains, applaudit cette initiative. Son président, Eric Stallmer, a rappelé dans un communiqué que «  l’industrie spatiale américaine a investi des centaines de millions de dollars de capitaux privés pour développer des capacités innovante de transport, d’opérations, et d’utilisation des ressources sur la Lune ». Il en appelle à la NASA pour développer encore des partenariats pour atteindre les objectifs fixés par la directive Trump.

La nouvelle orientation lunaire impulsée par le président américain devrait réjouir Johann-Dietrich Wörner, le patron de l’Agence spatiale européenne, fervent avocat d’un « village lunaire », un projet qui vise à fédérer toutes les initiatives publiques et privées ayant la Lune pour objectif.

Les experts sont unanimes, atteindre la Planète rouge, qui se trouve au minimum à 56 millions de kilomètres de la Terre, nécessitera une véritable prouesse technique et un budget immense, sans commune mesure avec un retour sur la Lune. Un rapport du bureau d’audit de la NASA rappelait, en avril, qu’une expédition humaine vers Mars dans les années 2030 dépasserait les 210 milliards de dollars – deux fois plus que l’ISS et ses trente ans d’exploitation. Plus cruel encore, le Conseil ­national de la recherche américain de 2014, au terme d’une analyse fouillée, intitulée « Les chemins de l’exploration », concluait qu’« aucune raison ne semble à elle seule justifier la poursuite des vols spatiaux humains. »

Le président Trump n’a pas caché que sa directive recouvrait aussi des objectifs militaires et de défense. Comme le rapporte le site Space.com, son vice-président, Mike Pence, qui a présidé les travaux de la NSC, a déclaré lors de la signature du document: « en poursuivant ces objetifs, M. le Président, nous améliorerons notre sécurité nationale et notre capacité à assurer le défense commune du peuple des Etats-Unis d’Amérique. »

Quoi qu’il en soit, la nouvelle directive devrait signer le lancement de grandes manœuvres de réalignement des programmes publics et privés d’exploration habitée, et donner un coup de fouet à ceux soutenus par Elon Musk (SpaceX) et Jeff Bezos (Blue Origin), plus que jamais désireux de chambouler un secteur longtemps resté la chasse gardée des grands opérateurs historiques.

source

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 12 décembre 2017 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , ,

L’Inde « ira sur la Lune » en 2018 !

Notez dans le papier suivant que ce que l’on entend par « L’inde ira sur la lune » est qu’un véhicule sera envoyé sur notre satellite , et non un humain . C’est qu’il y a les ceintures de Van Allen qui sont pratiquement infranchissables (de nouveaux boucliers capable de les franchir auraient été créés, mais pas en Inde ..) . Ce n’est pas encore demain la veille que nous verrons un homme sur notre beau satellite … Z .

L’Inde lancera et posera un véhicule sur la surface lunaire en 2018. Une première pour le pays qui compte bien se faire entendre dans le domaine en vogue de l’exploration spatiale.

En 2013, la Chine débarquait le rover Yutu sur la Lune. Depuis, personne n’a mis « les pieds » sur notre satellite. Cela va néanmoins changer au début de l’année 2018, avec l’entrée en scène de l’Inde. L’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) débarquera en effet son premier rover lunaire au cours de l’année 2018 dans le cadre de sa mission baptisée Chandrayaan-2 (qui se traduit approximativement par « véhicule lunaire » ou « voyage lunaire »). L’agence vise actuellement un atterrissage au mois de mars prochain.

Cette mission prend ainsi le relais (tardif) de Chandrayaan-1 qui, en 2008, avait détecté de « l’eau magmatique » dans un cratère lunaire. Malheureusement, cette sonde s’était écrasée sur la Lune avant d’être retrouvée à la dérive par la NASA en 2016. Cette nouvelle mission permettra alors une vision plus précise de la surface lunaire. Ce lancement comprendra notamment trois véhicules sans équipage : un engin orbiteur qui planera au-dessus de la surface de la Lune, un rover lunaire, et un atterrisseur. Après un atterrissage tout en douceur — une première passionnante pour l’Inde — le rover explorera la croûte lunaire et le manteau tandis que l’orbiteur mettra au point « une carte tridimensionnelle détaillée de la surface », selon l’ISRO.

Le coût total de ce projet ambitieux est par ailleurs estimé à environ 93 millions de dollars. Notons également que l’agence indienne a également d’autres projets en cours. La mission « Aditya », notamment, qui vise à étudier le Soleil, et « XPoSat », un satellite qui analysera le rayonnement cosmique. Cette nouvelle mission, et les autres qui suivront, sont donc un signe positif que de plus en plus de pays investissent dans l’exploration spatiale et améliorent nos capacités à comprendre et à voyager vers le cosmos. Rendez-vous en mars prochain pour assister à cet atterrissage historique.

Source

 
3 Commentaires

Publié par le 6 décembre 2017 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , ,

La Chine compte envoyer des hommes sur la Lune avant 2040

 

Ah on y arrive enfin . Donc cette fois il s’agit bien d’envoyer un homme un vrai, et pas une machine , sur la Lune, ce que personne n’a fait depuis le programme Appolo dans les 70’s – officiellement . Et même d’y construire une base .

Donc, la grande question devient de plus en plus pertinente : Si on a la capacité d’y aller depuis les années 70 sur la lune , pourquoi attendre la fin de la décennie 2030 ?????

Hé oui, tout est là . C’est que les Chinois y tiennent à leur « prestige lunaire » ! 

Les Chinois ne sont pas à ce point à la ramasse niveau technologique (loin de là même – les Chinois communiquent peu mais disposent de technologies que nous n’imaginons même pas, j’en ai dejà exposé quelques aperçus) 

Ça ressemble un peu à Kennedy quand il avait annoncé que les US iraient sur la lune avant la fin de la décennie (c’était au début des sixties donc) pendant la guerre froide.

D’ailleurs à ce sujet pensez vous que les américains laisseraient la primauté de construire une base lunaire aux Chinois ?!

On voudrait nous faire croire qu’il faudra 70 ans à la Chine pour rattraper la technologie US des années 70 ? (de 69 à 2040, comptez)

C’est absolument absurde .

3 Solutions :

  • Soit les américains n’ont jamais été sur la lune et les superpuissances ne les dénoncent pas (sauf la Russie qui s’est moqué ouvertement du soi disant alunissage d’armstrong et qui a lancé une enquête dernierement, tout ceci est sourcé et trés sérieux j’en ai parlé ici)
  • Soit quelque chose effraye tout le monde sur la Lune depuis le milieu des années 70 
  • Soit tout se fait en sous main, il existe des programmes inconnus du grand public

Ou les 3 à la fois ….

En tout cas rien ne colle dans le discours officiel « lunaire » de la Nasa, même pas les photos, ni même les ombres sur les photos …


Afficher l'image d'origine

Troisième puissance spatiale à avoir envoyé un Homme dans l’espace par ses propres moyens, en 2003, après l’ex-URSS et les États-Unis, la Chine étoffe son programme lunaire et veut faire de notre satellite son terrain de jeu. Une première mission habitée est planifiée pour 2036. © Nasa

Aux États-Unis, les yeux sont tournés vers le système martien. Mais en Chine, l’objectif principal est très vraisemblablement le retour de l’Homme sur la Lune et son installation dans des bases permanentes. Officiel depuis 2011, ce projet lunaire habité pourrait se concrétiser avant la fin de la décennie 2030.

Après l’atterrissage de Chang’e 3 et en attendant un retour d’échantillons lunaires puis une mission sur la face cachée de la Lune (en 2018), « la Chine veut envoyer des astronomes sur la Lune en 2036 », vient de déclarer le lieutenant-général Zhang Yulin, haut responsable du programme des vols habités chinois. Mieux encore, « l’avenir du programme spatial habité de la Chine n’est pas l’alunissage, ce qui est assez simple, ou un programme de vol habité vers Mars, qui reste difficile actuellement, mais l’exploration continue de l’espace Terre-Lune avec un développement constant des technologies », tient-il à préciser. C’est aussi la traduction concrète des objectifs du président chinois Xi Jinping, qui veut faire de son pays une puissance spatiale innovante et non plus en phase de rattrapage derrière les agences spatiales américaine, européenne et russe.

À ce jour, seuls les États-Unis ont été capables d'envoyer des Hommes sur la Lune. Les Soviétiques s'y sont essayés mais sans succès. Avant la fin de la décennie 2030, la Chine pourrait être le deuxième pays à le faire. À l'image, sur la surface lunaire, l'ombre d'un module lunaire Apollo de la Nasa. © Nasa
À ce jour, seuls les États-Unis ont été capables d’envoyer des Hommes sur la Lune. Les Soviétiques s’y sont essayés mais sans succès. Avant la fin de la décennie 2030, la Chine pourrait être le deuxième pays à le faire. À l’image, sur la surface lunaire, l’ombre d’un module lunaire Apollo de la Nasa. © Nasa

Après un rattrapage de technologie, place à l’innovation spatiale

Pour Philippe Coué, spécialiste du programme spatial chinois, « cette annonce est tout à fait crédible car la Chine prévoit les premiers essais de la CZ-9 vers 2025 ». En effet, pour s’installer durablement dans l’espace et envoyer le nécessaire pour vivre et travailler sur la Lune ou dans la région Terre-Lune, la Chine devra disposer d’un lanceur suffisamment lourd, du type de la Saturn V des missions Apollo. Ce sera la Longue Marche 9 (CZ-9) dont la configuration est très proche du lanceur SLS de la Nasa. D’une hauteur de cent mètres, ce lanceur serait doté d’un corps central et de quatre propulseurs d’appoint. Capable d’injecter 130 tonnes en orbite basse, ce futur lanceur autoriserait la dépose d’un module lunaire habité pour des opérations en surface.

Pour en savoir plus sur le programme spatial de la Chine, on peut lire Shenzhou, les Chinois dans l’espace, de Philippe Coué (éditions L’Esprit du temps), spécialiste français du sujet et chargé de mission à la direction du programme études générales et espace de Dassault Aviation, et déjà auteur d’un premier ouvrage sur les vols chinois habités il y a onze ans. De la genèse de la station spatiale chinoise à la conquête de la Lune, sans oublier le mystérieux Shuguang qui préfigurera Shenzhou, l’ouvrage détaille les grandes étapes de l’histoire du programme spatial habité de la Chine.

Source

Faites recherche dans notre menu et vous pourrez voir les nombreux docus qui appuient ma logique et mes propos 

 
1 commentaire

Publié par le 12 mai 2016 dans Espace, général, Insolite, International, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

Vidéo du WE – Des mines sur la lune

Problème de réseau en  heures de pointe . Désolé pour le désagrément – j’espère que ça reviendra vite je fais le nécessaire.

 
 

Étiquettes : ,

Scientifique de la NASA : Il y a quelqu’un d’autre sur la Lune

watchmen-terre-lune

Il semblerait que ce n’est plus une question de savoir si oui ou non il y a de mystérieuses structures « extraterrestres » sur la Lune. Durant ces quelques dernières années, de nombreux scientifiques renommés ont osé s’exprimer sur la vérité lugubre qui entoure le satellite naturelle de la Terre.

Depuis la création du Freedom of Information Act, les gens ont réalisé que tout ce qui se passe dans les coulisses n’est pas publiquement accessible. Nous élaborons sur le fait que de nombreuses découvertes ont été faites au fil des années qu’elles sont dissimulées ‘en sécurité’ loin de la société.

L’un des meilleurs commentaires en rapport à ce secret a été émis par Neil Armstrong quand il a dit:« qu’il y a de grandes idées intactes, des percées scientifiques accessibles à ceux qui retirent les couches protectrices de la vérité. »

Le Freedom of Information Act permet une révélation complète ou partielle d’information cachée hautement classifiée et d’archives contrôlées par le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

Durant ces quelques dernières années, un grand nombre de scientifiques au service de la NASA, ont révélé des mystères associés à la Lune. Par exemple, George Leonard, un scientifique de la NASA en charge d’analyser des photos, est devenu une personnalité très controversées pour avoir publié un livre intitulé, « Quelqu’un d’autre est sur la Lune. » (Somebody Else Is On The Moon, NDLR)

Bien que les images de la NASA présentées dans le livre sont pour la plupart d’une mauvaise qualité et d’une petite taille, elles présentent des caractéristiques incroyables qui n’ont rien à voir avec nos prouesses terrestres.

Mais les images ne sont que le sommet de l’iceberg, les propos de Leonard qui a travaillé pour la NASA (ce qui est vérifiable) sont beaucoup plus intéressants que des images floues.

Leonard était l’un de ces employés de la NASA qui ont révélé ce qu’il y avait sur la Lune. Dans son livre, Leonard explique que la NASA sait qu’il y a une activité sur la Lune et que depuis ce temps, elle a tout fait pour cacher l’information de la connaissance publique. Leonard n’a pas été le seul à dénoncer la NASA pour des raisons similaires.

« Lisez les livres, lisez le compte rendu, commencez à comprendre qu’il y a toujours eu des ovnis, car il ne fait aucun doute que l’on nous rend visite… L’univers dans lequel nous vivons est plus incroyable, réjouissant et complexe que tout ce que nous avons été capable d’apprécier jusqu’à présent. L’humanité s’est longtemps demandée si elle était seule dans l’univers, mais nous savons depuis peu de temps la vérité: Non, nous ne sommes pas seuls. » – Dr. Edgar Mitchell, ancien astronaute de la NASA

En 1979, Maurice Chatelain, l’ancien directeur des systèmes de communication de la NASA a confirmé les dires d’Armstrong après avoir vu deux ovnis sur le bord d’un cratère. « La NASA était au courant de cette rencontre, » révéla-t-il. « Mais jusqu’à présent personne n’en a parlé. »

D’après Armstrong, de manière non-officielle, « nous avons été mis en garde. » « Je ne peux pas trop entrer dans les détails, mis à part le fait que leurs vaisseaux étaient nettement supérieurs aux nôtres, tout comme leur technologie. Ils étaient majestueux et … menaçants. »

Plusieurs personnes croient fermement que plusieurs photos publiées par la NASA ne sont actuellement pas celles qui ont été prises sur la Lune. Plusieurs personnes pensent que les vraies images révèlent des structures et artefacts qui causeraient une pandémie de panique généralisée sur Terre. Plusieurs personnes croient que des centaines de photos de la NASA ont été altérées afin de dissimuler les structures, bases lunaires, et artefacts qui prouveraient bien que des aliens sont présents sur la Lune. Dr. Farouk El-Baz, scientifique de la NASA, a déclaré que « toutes les grandes découvertes ne sont pas annoncées au public. »

En plus du témoignage de Leonard, plusieurs ex astronautes ont décrit une forme de vie extraterrestre, une déclaration intéressante qui a été faite par le Dr. John Brandenburg qui était le chef de la Mission Clementine sur la Lune, la mission de la NASA qui a découvert de l’eau au niveau des pôles lunaires en 1994.

Dans une interview, le Dr. Brandenburg -qui a autrefois évoqué le fait que Mars possédait de la vie dans un passé lointain- a dit la chose suivante:

« C’est lors de la Mission Clementine, une mission de reconnaissance afin de voir si d’autres gens construisaient des bases sur la Lune que nous ne connaissions pas que nous les avons vues, ces structures.

De toutes les photos lunaires à notre disposition, la plus impressionnante est celle d’une structure de deux kilomètres de haut. C’était définitivement une structure artificielle et elle ne devait pas être là du tout. En tant qu’employé de la communauté de la défense spatiale, j’observais n’importe quelle structure sur la Lune avec beaucoup d’attention car ce n’est pas de nous. En aucun cas l’humanité a construit une telle chose. Cela veut dire que quelqu’un d’autre se trouve là-haut. »

Le Dr. Brandenburg a fait des déclarations extrêmement intéressantes en rapport avec Mars quand il a dit « qu’il y a suffisamment de preuve pour prouver que deux puissantes explosions nucléaires ont eu lieu à la surface de la planète rouge il y a fort longtemps. »

La théorie proposée par le Dr. Brandenburg est fondée sur les traces d’uranium et de thorium qui ont été enregistrés à la surface de Mars. La civilisation Martienne a été annihilée par une autre race extraterrestre venant d’ailleurs dans l’univers. Le Dr. Brandenburg a mis en garde que notre civilisation pourrait subir le même sort.

Pour résumer toutes les déclarations ci-dessus, nous avons la confirmation qu’une confrontation avec une force extraterrestre à l’échelle mondiale est quasi inévitable.

Source: Before It’s News, le 9 avril 2016

 
3 Commentaires

Publié par le 10 avril 2016 dans Espace, Exopolitique - Ufologie, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , ,

Quand la NASA avoue par deux fois qu’ils ne sont pas allés sur la Lune

Dans le premier extrait, l’ingénieur de la NASA Kelly Smith nous indique qu’ils n’ont pas encore réussi à faire voyager des hommes au delà de la ceinture de Van Allen. En effet, il indique que la mission Orion doit d’abord répondre à certains défis liés aux fortes radiations au sein de cette partie de l’espace avant de pouvoir y envoyer des astronautes. Comment ont-ils pu aller sur la Lune en 1969 sans répondre à ces problèmes?

Dans le deuxième extrait, c’est encore plus clair. Terry Virts et Samantha Cristoforetti sont interviewés depuis l’ISS. Oubliez la supposition du traducteur selon laquelle ils seraient devant un écran vert, rien ne le prouve. Par contre, ce que dit Virts est sans équivoque. Il indique que la capsule VLS permettrait d’envoyer des humains dans l’espace hors de l’orbite terrestre car pour le moment « on ne peut voler que dans l’orbite terrestre, c’est le plus loin qu’on puisse atteindre. Le nouveau système leur permettrait d’explorer LA LUNE, Mars, des astéroïdes, il y a de nombreuses destinations ou nous pourrions aller. Et on construit ces composants afin de réaliser cet objectif dans le futur ».

Selon Michel Duchaine :

Documentaire fort  intéressant.. La propagande étasunienne essaie de  vendre  le projet Orion pour aller sur Mars . Dans leur discours ils ne se rendent même pas compte qu’ils avouent ne jamais être allé sur la lune… Les gars sur  l’ISS le disent:actuellement l’ISS est dans l’atmosphère terrestre même si l’air y est très rare et la pesanteur faible… et pour  les projets suivants on leur demande ? 

Donc si on a bien compris: avec le projet Orion on pourra aller plus loin …vers  la lune, mars,etc…mais  la lune? on y est pas  sensé être  déjà allé? et l’autre gars le dit :avec Orion ,on pourra mesurer les radiations de la ceinture de van allen avant que l’on puisse envoyer des astronautes…. ah bon, on l’a pas déjà fait plusieurs fois pendant les missions Apollo ?

Quelle contradiction majeure !

Conspiration et conjuration du secret:un vidéo où les ingénieurs de la NASA avouent n’être jamais allé sur la Lune

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 janvier 2016 dans Espace, général, Insolite, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , ,

Espace : un village pourrait être bâti sur la Lune

L'Agence spatiale européenne voudrait construire un village sur la Lune
Crédit : JUAN BARRETO / AFP

L’Agence spatiale européenne voudrait construire un village sur la Lune

La conquête de l’espace est toujours d’actualité. Alors que le film Seul sur Mars, imaginant un Matt Damon seul face aux conditions hostiles de la planète rouge, sort le 21 octobre au cinéma, l’Agence spatiale européenne vient d’annoncer être en faveur de la construction d’un « village lunaire ». Ce village basé sur la Lune serait construit en partie grâce à des robots et permettrait à l’homme de se rendre à nouveau sur le satellite de la planète Terre. La dernière expédition sur la Lune remonte à 1972.

Cette idée a été soutenue par Johann-Dietrich Woerner, nouveau directeur de l’Agence spatiale européenne, lors du 66e Congrès international d’astronautique, qui s’est tenu à Jérusalem du 12 au 16 octobre. Il souhaiterait ainsi que ce village soit ouvert à la communauté internationale (de la Terre), et permanent.

Se préparer à des expéditions plus lointaines

« L’expression ‘Moon village’ ne veut pas dire que l’on va construire sur la Lune un village avec des écoles, des églises, des maisons », insiste  Franco Bonacina, porte-parole de Johann Dietrich-Woerner. « C’est un concept qui prévoit une participation internationale pour faire des missions diverses et variées sur la Lune, peut-être sur sa face cachée ».

Avant d’aller sur Mars, nous devrions faire des tests sur la Lune

Johann-Dietrich Woerner

« La face cachée de la Lune est très intéressante parce que nous pourrions y placer des télescopes qui permettraient de regarder loin dans l’Univers, nous pourrions faire de la science lunaire sur la Lune et l’aspecter international du projet est très intéressant, avait souligné Johann-Dietrich Woerner à la BBC, en juillet. Les Américains ont l’intention d’aller très bientôt sur Mars – et je ne vois pas comment nous pourrions y parvenir – avant d’aller sur Mars, nous devrions tester ce que nous pourrions faire sur Mars, sur la Lune. »

« Il y aura une étape de village robotique. Puis une étape de station habitée. Mais cela nous servira aussi à préparer des expéditions vers des destinations encore plus lointaines« , confirme à l’Agence France Presse Bernard Foing, responsable scientifique de la mission SMART1 et à la tête du Groupe international pour l’exploration humaine.

Trouver un objectif commun

L’idée est aussi de trouver une nouvelle mission après la fin de la Station spatiale internationale, qui devrait fermer aux alentours de 2024, après avoir été créée en 1998. « Il faut réfléchir à ce que nous voulons faire après. D’où l’idée d’inciter la communauté internationale à réaliser quelque chose ensemble sur la Lune« , explique Franco Bonacina. « Il s’agit de rassembler et de fédérer des idées » autour du satellite de la Terre, qui a encore beaucoup à nous apprendre.

D’ici à ce que ce projet aboutisse peut-être, la mission orbitale Orion emportera quatre astronautes en orbite autour de la Lune, à l’horizon 2020, pour une mission de trois semaines.

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 octobre 2015 dans Espace, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :