RSS

Archives de Tag: spatial

Apres les US , Le Luxembourg part à la conquête de l’or spatial

Afficher l'image d'origine

Je suis de trés prés cette histoire d’or spatial à savoir quand serons nous exactement capables d’exploiter les astéroïdes . Une question très importante pour le marché de l’or forcément .

  » Les premières extractions pourraient débuter au début des années 2020. » Je pense plutôt vers 2030 pour la vrai exploitation, mais à suivre de prés car entre « la fin de l’or » sur terre et le début de l’or spatial , ce sera trés serré  …

——————————————————————

Cap sur les astéroïdes. Trois mois après avoir instauré un cadre légal qui permet l’exploitation minière dans l’espace, en février, le Luxembourg se lance dans la prospection. A la veille du Space Forum, qui réunit, dans sa capitale, mardi 10 mai et mercredi 11 mai, les acteurs de la filière, le Grand-Duché vient de s’associer à la start-up américaine Deep Space Industries.

Ensemble, ils vont développer Prospector-X, un programme de test des technologies qui seront utilisées pour une mission prévue dans cinq ans. Un microsatellite de moins de 10 kg, Deep Space Comet 1, ira cartographier les astéroïdes qui tournent autour de la Terre pour identifier leurs potentiels en minerais et en glace. Il disposera de deux caméras optiques et sera propulsé par des moteurs qui fonctionnent à l’eau. Les informations collectées par ce vaisseau « made in Luxembourg » compléteront la base de données de l’entreprise californienne, car d’autres satellites ont déjà été lancés depuis sa création en 2013.

Le second pays au monde à s’engager dans cette « ruée vers l’or »

Pour le ministre de l’économie du Luxembourg, Etienne Schneider, cette coopération « montre clairement la ferme volonté du gouvernement de soutenir l’exploration et l’utilisation future de ressources spatiales ». Ce secteur est « en constante expansion » et fait partie intégrante de la « politique de diversification de l’économie nationale ». Des discussions sont aussi menées avec Planetary Resources, pionnière dans ce domaine. La start-up a été créée en 2012 avec le soutien de Larry Page et Eric Schmidt, respectivement cofondateur et patron à l’époque de Google.

Toujours très actif dans le spatial, le Luxembourg est le second pays au monde, après les Etats-Unis, à s’engager dans cette nouvelle « ruée vers l’or ». En novembre 2015, Barak Obama a promulgué le Space Act, une loi qui autorise l’usage commercial des ressources découvertes et qui attribue la propriété à celui qui les trouve. En février, l’un des plus petits des Etats membres de l’Union européenne est allé plus loin, en incitant les entreprises à venir s’installer sur son sol. La vitesse de réaction est à la hauteur de l’intérêt suscité par ces étoiles mystérieuses.

Source

Hé oui , en fin d’année dernière,  Obama avait donné le top départ de la ruée vers l’or spatial

Le Président américain a autorisé l’exploitation minière par les Américains des astéroïdes et de la lune. Libérés de tout risque juridique, les pionniers de cette nouvelle conquête spatiale vont pouvoir envoyer leurs vaisseaux spatiaux et leurs robots pour mettre la main sur des gisements prometteurs.

L’humanité est à l’aube d’une prochaine ruée vers l’or. Mais ce n’est pas le grand ouest américain qui fait rêver les orpailleurs modernes, c’est l’espace. Et plus précisément les astéroïdes qui croisent aux environs de la Terre. Barack Obama vient en effet de promulguer le « Space act », une loi qui stipule que tout matériau trouvé par un citoyen américain ou une entreprise américaine sur un astéroïde ou sur la Lune lui appartiendra. Les États-Unis rompent ici avec l’idée que l’espace appartient à tous et qu’il doit être exploré à des fins scientifiques et dans l’intérêt de tous.

Ce « Space act » est une première mondiale qui devrait donc transformer l’espace en terrain de jeu commercial. Les entreprises et les investisseurs se frottent déjà les mains. Les stars de la Silicon Valley lorgnent déjà depuis un petit moment du côté des étoiles. Jeff Bezos (Amazon) et Elon Musk (Tesla)ne cachent pas leurs ambitions en la matière. Mais ils ne sont pas les seuls.

Planetary Ressources, une discrète société américaine qui compte Larry Page, Eric Schmidt (Google) et James Cameron parmi ses actionnaires développe déjà des satellites d’exploration minière des astéroïdes. De même que Deep Space Industries qui prévoit de lever 3 millions de dollars en février prochain et dont le patron n’a pas manqué de remercier le président américain pour sa loi.

Des gisements supérieurs à la production terrestre

Baptisés DragonFly, les engins spatiaux de cette société américaine pourraient dès 2018 rapporter sur Terre des échantillons de minerai stellaire afin de les analyser. La Nasa a identifié 1.500 astéroïdes facilement accessibles, dont 10% pourraient être riches en ressources minières. Du nickel, du minerai de fer, mais aussi de l’or et du platine à usage industriel.

Et ces gisements seraient colossaux. Selon les estimations de la Nasa, un petit astéroïde de 1 km de diamètre pourrait contenir jusqu’à 2 milliards de tonnes de minerai de fer ou de nickel, soit plus que la production mondiale terrestre sur une année (1,6 milliard de tonnes en 2010). Une richesse d’autant plus prometteuse que les réserves sur Terre ne sont pas illimitées.

Selon certaines prévisions, il ne resterait que 78 ans de réserves mondiales de minerai de fer (au rythme d’exploitation actuel). Les experts estiment en tout cas que les richesses qu’on peut trouver sur la Lune ou les astéroïdes seraient aussi importantes pour les activités spatiales du XXIème siècle que l’ont été les gisements de fer du Minnesota pour l’industrie automobile aux États-Unis au siècle dernier.

Des points d’eau disponibles dans l’espace ?

L’eau potentiellement contenue sous forme de glace dans les astéroïdes est également dans le viseur des pionniers de cette nouvelle conquête spatiale. L’hydrogène qu’on peut en tirer permettrait d’alimenter en carburant des engins spatiaux sans qu’ils aient besoin de revenir sur Terre. Sans compter qu’aujourd’hui l’envoi d’eau depuis la Terre vers l’espace coûte une fortune (100 millions de dollars par an pour 2 tonnes d’eau envoyées). Pour peu qu’elle soit techniquement possible, son extraction à proximité des stations orbitales habitées par des hommes pourrait se révéler extrêmement rentable.

Le président américain a en tout cas conscience de l’immense enjeu économique. « L’Amérique se dote du même cadre légal qui a permis de créer les grandes économies de Histoire », a-t-il déclaré à l’occasion de la promulgation du « Space Act ».

Les cours des métaux devront être élevés

Comme pour le pétrole, c’est le cours des métaux qui décidera les sociétés à lancer dans de tels investissements. Plus ils seront élevés, plus les coûts d’extraction spatiale seront rentables. Quoi qu’il en soit les premières missions de prospection devrait commencer en 2017. Elles devraient durer deux ans. Objectif: confirmer les informations actuellement disponibles. Les premières extractions pourraient débuter au début des années 2020.

Les pionniers de cette ruée vers l’or continuent par ailleurs à faire du lobbying auprès des gouvernements étrangers susceptibles de leur mettre des bâtons dans les roues pour qu’ils deviennent leurs clients. L’idée c’est qu’ils fassent comme Obama et qu’il adoptent des lois similaires au « Space Act »

source.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 9 mai 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Catherine Austin Fitts dénonce : programme spatial secret, budget occulte et contrôle totalitaire sur Terre et dans l’espace


Dans une récente entrevue avec Dark Journalist, Catherine Austin Fitts (qui a notamment été secrétaire adjointe au secrétariat du logement des États-Unis) a discuté de l’intense secret entourant l’existence d’une futuriste économie spatiale, parallèle à l’économie officielle, et d’un immense budget occulte visant la domination totalitaire de toute activité dans l’espace.

S’appuyant sur sa carrière à des postes de haut niveau dans l’administration publique des États-Unis et à Wall Street, Fitts pèle soigneusement les différentes couches de mensonge et de désinformation enveloppant le système de l’État secret qui utilise les ressources publiques pour développer de nouvelles activités économiques dans l’espace, au profit d’élites économiques privées. Elle estime que les technologies super évoluées qui sont aux mains d’une minuscule élite d’initiés privilégiés représentent un danger réel pour la planète Terre, et elle soutient que ces gens se considèrent tellement au-dessus des lois qu’ils peuvent assassiner qui que ce soit en toute impunité lorsque leurs intérêts cupides semblent menacés.

Programme spatial secret

Fitts fait remonter les origines du programme spatial secret à 1947, avec l’adoption de la loi sur la sécurité nationale des États-Unis (National Security Act), qui a permis d’allouer d’énormes ressources à des intervenants occultes qui ont développé un système financier secret. john-f-kennedy-12Ce qui a conduit à la création de la CIA et d’un groupe d’initiés en charge des technologies extraterrestres évoluées, totalement à l’insu du public. Lorsque John F. Kennedy est arrivé au pouvoir avec la ferme intention de s’attaquer à ce gouvernement occulte et de faire du programme spatial la pièce maîtresse de son administration, une véritable guerre civile faisait rage entre l’administration secrète et l’administration officielle.

Après assassinat de John Kennedy, le programme spatial a fini par être divisé en deux éléments distincts : le premier, une parodie de la NASA originale qui avait envoyé un homme sur la Lune, maintenant sous-financée et prône aux accidents; l’autre, un fantastique programme spatial occulte, super évolué, financé par un budget occulte, qui a permis de développer une civilisation indépendante visant la domination de l’espace en s’appuyant sur le détournement de fonds publics.

Naval-Spacecraft-Battlecruiser-768x660C’est ce programme spatial qui a développé la technologie de la guerre des étoiles (aussi appelée initiative de défense stratégique [IDS]) ayant permis de militariser l’espace, une violation des traités internationaux. Selon Fitts, le véritable mystère derrière ce programme occulte, c’est qu’il a probablement été développé non seulement pour assurer le contrôle de la vie et des ressources sur Terre, mais également pour faire face à une civilisation extraterrestre que l’on observait dans nos cieux depuis 1947. Récemment, l’ancien chef d’État soviétique Mikhail Gorbachev a d’ailleurs confirmé que le président Ronald Reagan avait sollicité sa collaboration pour faire face à une menace extraterrestre dans l’espace.

La division du programme spatial en deux éléments distincts, l’un public et l’autre secret, a entraîné un état schizophrénique entre la réalité officielle et la vérité cachée — qui devient de plus en plus difficile à dissimuler alors que l’attention du public s’éveille et que l’emprise des intérêts privés et de l’appareil de la sécurité nationale sont exposés.

AIR FORCE FLYING SAUCER

Des mondes meilleurs…

Il semble que l’ensemble du système économique mondial dysfonctionnel soit en voie d’être réarrangé pour faire face à la présence de visiteurs extraterrestres et pour qu’un minuscule groupe d’initiés puisse monopoliser les ressources spatiales et coloniser certaines planètes, tout en dominant la population terrestre au moyen d’une intelligence artificielle, de la robotique, de satellites-espions, de drones, et de technologies de détection GPS évoluées.

Est-ce que ce minuscule groupe d’initiés qui contrôle les grands médias peut être mis en échec par la prise de conscience de leurs activités pernicieuses avant qu’ils ne développent la phase finale de leur économie spatiale et plongent le monde dans leur cauchemar sans âme sous l’emprise d’une intelligence artificielle totalitaire?

Si vous comprenez l’anglais, je vous invite à visionner cette entrevue percutante avec Catherine Austin Fitts pour en découvrir davantage.

Traduit et adapté de l’américain par Henri Thibodeau – Henri’s Web Space

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le Luxembourg veut se lancer dans le forage spatial !

Les métaux rares seraient en quantités illimitées dans les astéroïdes et autres comètes. | – / AFP

On peut estimer en gros que l’homme sera capable d’aller exploiter les astéroïdes d’ici 10 à 20 ans .  

D’ici là certains métaux entreront en phase de pénurie (or, argent, palladium, zinc, indium … , certains métaux rares d’ores et déjà, et d’autres de manière imminente, d’ici 5 ans pour le ryolithe, le terbium, le hafnium,  etc ) , ce qui accélérera surement le mouvement vers la conquête des ressources spatiales .  

Cela signifie que entre la « fin » de certaines ressources (facilement accessibles disons, car il en restera toujours en sol) sur terre et le début de l’exploitation des ressources spatiales, il devrait y avoir une petite période de flottement, de quelques années .  

De plus en plus d’acteurs commencent donc à se rendre compte de l’enjeu crucial que représente l’exploitation des ressources de l’espace .

Le Luxembourg veut se lancer dans le forage spatial  

Cent quinze ans après Jules Verne, le Luxembourg se lance dans « la chasse au météore ». Contrairement au roman, il ne s’agit pas de s’intéresser à l’or d’un astéroïde qui s’écrase sur la Terre, mais d’envisager l’exploitation des richesses minières dans l’espace.

Dans cet esprit, mercredi 3 février, le vice-premier ministre et ministre de l’économie du Grand-Duché, Etienne Schneider, a dévoilé une série de dispositions visant à favoriser le développement de cette activité en attirant les entreprises et les start-up dans le pays.

Cette initiative intervient trois mois après la promulgation par les Américains du Space Act, une loi autorisant l’usage commercial des ressources découvertes et attribuant la propriété à celui qui les trouve. Le Luxembourg va plus loin. Tout en instaurant également un cadre légal, il envisage de prendre des participations dans les sociétés privées qui viendront s’installer sur son territoire.

« RUÉE VERS L’OR »

Très actif dans le spatial, le plus petit des Etats membres de l’Union européenne est le deuxième pays, après les Etats-Unis, à s’engager dans cette nouvelle « ruée vers l’or ». Il s’agira d’aller vers ces corps célestes, de s’y poser, éventuellement de les rediriger vers une orbite plus accessible, de les forer, de transformer sur place les matières premières qu’ils contiennent ou de les rapporter sur Terre. « Chacune de ces étapes est à portée de main techniquement, le problème est économique », estime Jean-Jacques Dordain, l’ancien patron de l’Agence spatiale européenne (ESA) conseiller du gouvernement luxembourgeois.

« La beauté de ce projet est de transformer deux menaces en une opportunité, celle d’étendre au-delà de la Terre les champs d’activités sans impact environnemental pour notre planète », ajoute-t-il. Le premier danger, celui qu’un météore percute la planète, pourrait ainsiêtre évité. Le second est lié à l’épuisement des ressources sur Terre ; or, les métaux rares seraient en quantités illimitées dans les astéroïdes. Quant aux glaces d’eau, elles devraient permettre aux futures expéditions de se ravitailler pour aller toujours plus loin dans l’univers. Comme dans les meilleurs films de ce qui est encore de la science-fiction.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 février 2016 dans Espace, général, Insolite, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , ,

Général US: la Russie possède un potentiel spatial redoutable

*

La Russie s’est dotée d’armements spatiaux susceptibles d’empêcher l’Alliance atlantique d’exercer ses activités, estime un haut responsable militaire des Etats-Unis.

La Russie s’efforce de faire en sorte que l’Otan ne soit pas en mesure de remplir ses missions, a déclaré le chef d’état-major des armées américaines, le général Martin Dempsey, lors d’une rencontre avec les responsables des forces d’autodéfense irlandaises.

Selon le général, la Russie dispose d’un « potentiel assez redoutable » en ce qui concerne les systèmes spatiaux, le cyberespace, les missiles de croisière basés au sol et les sous-marins.

« L’une des orientations de l’activité de la Russie consiste à discréditer l’Otan ou — ce qui est encore plus dangereux — à réunir des conditions susceptibles de rendre l’Alliance incapable de remplir ses missions »,  a indiqué Martin Dempsey, soulignant la « situation précaire » dans laquelle l’Otan s’était retrouvée suite au conflit dans le Donbass.

Sur fond de désaccords avec la Russie sur la crise en Ukraine, l’Alliance atlantique a décidé d’intensifier radicalement ses activités militaires en Europe, y compris d’augmenter sa force de réaction rapide, de renforcer la présence américaine sur le continent, d’élargir le programme des manœuvres et des missions de patrouille, et d’augmenter les dépenses militaires.Le chef de l’état-major général russe, le général Valeri Guerassimov, a pour sa part indiqué que l’Alliance atlantique accusait la Russie de pratiquer une politique agressive à la seule fin de pouvoir intensifier ses propres activités militaires.

source

A noter aussi – L’ambassadeur de Turquie en France nie tout trafic avec Daech , « Les Russes sont très doués pour la désinformation » , lire ici :

 

 

Étiquettes : , , , , ,

Obama a donné le top départ de la ruée vers l’or spatial

Vidéo

Le Président américain a autorisé l’exploitation minière par les Américains des astéroïdes et de la lune. Libérés de tout risque juridique, les pionniers de cette nouvelle conquête spatiale vont pouvoir envoyer leurs vaisseaux spatiaux et leurs robots pour mettre la main sur des gisements prometteurs.

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 décembre 2015 dans Espace, général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , ,

L’opération Solar Warden : Le programme spatial étasunien le plus ultra secret révélé !

Je vous en avais parlé mais je n’ai pas encore fait mon papier dessus : l’opération Solar Warden .

En fait,  nous (les US) aurions une flotte que de nombreux scientifiques (et ufologues) pensent réelle, et sur laquelle nous avons de nombreuses et sérieuses infos et preuves, dont je vais vous en présenter certaines. 

La technologie « réelle » dont « nous » disposons (il n’y a pas  que les US) a des dizaines d’années d’avance sur ce qu’on présente au grand public .

Ce projet aurait été lancé par Ronald Reagan  dans les années 80 sous couvert du projet « guerre des étoiles », qui n’aurait été qu’une façade pour ce black project .

L’existence de Solar Warden, si elle est vérifiée, prouverait que la NASA n’est qu’un programme de couverture qui utilise les technologies obsolètes des années 40 , de propulsion avec des fusées.

Qui peut croire que nous n’avons fait aucun  progrès en 70 ans et que nous sommes restés bloqués à la technologie des fusées, qui date de l’antiquité ???!!

La première référence à Solar Warden date de Mars 2006. Une source fiable, selon les administrateurs du forum Open Minds, a révélé son existence et ses moyens : tous les programmes spatiaux ne serviraient qu’à occulter la réalité de cette flotte. Nous disposions, dès 2005, de huit vaisseaux, utilisés comme des porte-avions, et 43 « protecteurs » – qui sont des avions spatiaux.Dès lors, le Programme « futuriste » de Constellation serait lui aussi une couverture parce que nous aurions déjà un programme spatial capable de missions interplanétaires utilisant des technologies de propulsion par antigravité. 

L’un aurait été récemment perdu, suite à un accident dans l’orbite de Mars, alors qu’il tentait de ravitailler la colonie multinationale.

Cette base aurait été établie en 1964 par une équipe américano-russe..

Des preuves bien établies confirment qu’il existe une flotte secrète d’engins spatiaux à antigravité.

Par exemple, le 6 août 2007, la NASA a honoré « l’Equipe de Soutien aux Vols Habités » parce qu’elle a permis d’éviter aux vaisseaux de la NASA d’entrer en collision avec des débris spatiaux. Cette équipe faisait partie du Space Command, dont il est notoire qu’il est le principal commandement militaire qui fournit une assistance spatiale à l’U.S. Strategic Command.

« Cette récompense… souligne le soutien exceptionnel que l’équipe nous a apporté pour permettre à la navette, à la Station Spatiale Internationale et à leurs équipages, d’éviter les dangers des débris en orbite, les collisions de vaisseaux, et autres accidents potentiels qui sont inhérents aux manoeuvres en orbite.«

Toutefois, le public n’a pas connaissance que l’USAF Space Command ni le Strategic Command disposeraient d’engins spatiaux qui puissent assister la Navette ou l’ISS. Normalement, ces vaisseaux de la NASA devraient nécessiter des corrections graduelles, lesquelles prennent beaucoup de temps, et ne permettraient pas de faire face à des dangers imminents.

Selon Ted Twietmeyer, cette récompense est la preuve que des engins à antigravité existent, qui sont dotés d’armes à rayonnement de particules avec lesquelles ils peuvent détruire les débris qui se trouvent sur le chemin des vaisseaux de la NASA.

Autre exemple , que j’avais évoqué, cette note étonnante du Président Ronald Reagan, dans son Journal, qui nous parle d’une navette qui aurait la capacité d’emporter 300 passagers en orbite terrestre.

Le 15 avril 2009 The Examiner publie un nouvel article : « Les notes de Reagan & la flotte de vaisseaux à antigravité du Commandement Spatial » :

« Le 13 avril, l’Administration des Archives Nationales a diffusé 250.000 pages de documents concernant le gouvernement de Ronald Reagan. Ca représente des mois de travail avant que les chercheurs aient fini de les recenser.

Nous espérons que celà permettra, entre autres, d’éclairer un commentaire relevé dans son Journal à la date du mardi 11 juin 1985 (page 334) :

« Déjeûner avec 5 savants spatiaux de haut niveau. Passionnant. L’espace est décidément notre ultime frontière, et certaines découvertes en astronomie, etc… font penser à de la science-fiction, mais nous sommes bien dans le réel.

J’ai appris que la capacité de notre navette permettrait de placer 300 personnes en orbite. »

The Reagan Diaires (Harper Collins, 2007)

Tout cela est assez curieux parce qu’il n’existe que 7 Navettes spatiales, et que chacune ne peut embarquer qu’un maximum de huit passagers . Même en envoyant ces 7 navettes avec 8 personnes dans chacune toutes ensemble dans l’espace, nous n’arriverions jamais au chiffre de 300 passagers.

Reagan avait-il révélé l’existence de programmes hautement classifiés ?

C’est apparemment le cas, selon des dizaines d’informateurs des milieux militaires et issus de compagnies privées : le Strategic Command est l’un des dix poles de commandement dans l’armée américaine; il contrôlerait une flotte de vaisseaux à antigravité qui ont la taille de porte-avions.

Les Etats-Unis ont structuré leurs forces militaires en instituant dix commandements unifiés, chacun sous la responsabilité d’un général ou un amiral à quatre étoiles, qui dépend directement du Ministre de la Défense. Six d’entre eux servent à couvrir toutes les régions géographiques du globe.

A celà s’ajoutent quatre commandements opérationnels dont les activités militaires spécialisées sont orchestrées par un unique « Combatant Commander ». De 1985 à 2002, le Space Command a été responsable des opérations militaires dans l’espace. En juin 2002, le Space Command a fusionné avec le Strategic Command, qui a la charge des activités spatiales comme la gestion des satellites, des missile, du nucléaire, et des missions de renseignement.

Le 23 mars 1993, lors d’une réunion destinées aux ingénieurs, organisée à Los Angeles, j’en ai déjà beaucoup parlé, le Dr. Ben Rich – ancien directeur éxécutif des ‘recherches avancées’ chez Lockheed – a montré une image d’un disque noir se dirigeant vers l’espace et a déclaré :

« Nous possédons maintenant la technologie nécessaire pour ramener E.T. à la maison« .

Pourquoi Ben Rich affirmerait-il cela ???

Les rumeurs selon lesquelles les Etats-Unis possèdent une flotte ultra-secrète de vaisseaux à antigravité circulent depuis des années.

Des informateurs des milieux militaires et d’autres, issus de compagnies privées, ont ouvertement témoigné qu’ils avaient une bonne connaissance de tels engins à antigravité, comme l’Aurora et le TR-3B.

Dans son livre, « The Hunt for Zero Point« , l’analyste Nick Cook, du Jane’s Defense Weekly, écrit ceci à propos de l’Aurora : « Depuis la fin des années 80, on s’interroge sur l’existence du successeur secret du Blackbird; il s’agit d’un avion mythique nommé l’Aurora qui serait capable de voler deux fois plus vite et aux limites de notre atmosphère » (p. 14).

D’autres informateurs, comme Edgar Fouche, ancien contractant du Ministère de la Défense, ont soutenu que l’Aurora, à la suite du Blackbird [ou du SR-71] se compose de deux types d’avions hypersoniques pour aller dans l’espace :

« L’Aurora intègre le SR-75, qui est capable de voler à Mach 5, et sert de vaisseau-mère pour le SR-74, qui peut atteindre Mach 18 et aller placer des satellites dans l’espace.«

Plus spectaculaire, il y a aussi le TR-3B, de forme triangulaire, qui selon Fouche génère un champ électromagnétique intense, lequel réduit son poids de 89%.

D’après lui, le TR-3B utilise l’effet Biefeld-Brown (créé par d’importantes charges électrostatiques), puis des systèmes de propulsion plus conventionnels tels que les scramjets l’amènent à des vitesses prodigieuses. Ca se situerait bien au-dessus de Mach 18, qui est selon lui la vitesse du SR-74.

Fouche affrime que le TR-3B a un diamètre de 200 mètres, ce qui approche la taille d’un porte-avions.

AF Space Command

En réalité, depuis les années 1980, les États-Unis disposent d’une flotte spatiale secrète, sous le nom de code « Solar Warden », qui est Formée de huit vaisseaux mères en forme de cigare (chacun mesurant près de 150 mètres) et 43 petits navires « scouts ».

La Flotte américaine dans l’espace fonctionne sous le réseau naval américain et l’espace Commandement des Opérations (NNSOC) [Space Command]

Les vaisseaux de la flotte spatiale americaine sont occupés par des officiers de marine du Cadre des techniques spatiales, dont la formation leur a valu le prestigieux 6206-P (désignation de spécialité opérations spatiales) après avoir obtenu leur diplôme d’études supérieures à la Naval Postgraduate School de Monterey, en Californie, Tandis que la Marine et le corps des Marines fournit des hommes et des femmes officiers à ce programme. 

Je vous avait déjà montré cette vidéo ci dessus de l’excellente série Hangar 1 avec le témoignage direct de gary Mckinnon .

Lorsque le civil britannique Gary McKinnon a piraté les ordinateurs des États-Unis Space Command il y a plusieurs années, et qu’il avait annoncé qu’il avait eu accès à des dossiers secrets du Pentagone et de la NASA, dont une ‘liste d’officiers non-terrestres’, ainsi qu’une directive qui évoquait des ‘transferts de flotte à flotte’, et d’un programme secret appelé « Solar Warden », il a été inculpé par le ministère Bush d’avoir commis « Le plus grand hacking d’ordinateurs militaires de tous les temps  » et se tint à faire face à une peine de prison pouvant aller jusqu’à 70 ans après son extradition du Royaume-Uni.

Mais éprouver sérieusement McKinnon en audience publique, impliquerait son témoignage sur les faits ci-dessus classées, et son avocat serait en mesure de citer à comparaître des agents du gouvernement à témoigner sous serment au sujet de la flotte spatiale de la Marine.
À ce jour, l’extradition de McKinnon aux Etats-Unis fut abandonnée . 

Cette idée d’une flotte secrète, disposant de technologies avancées, capable d’intervenir pour assister la Navette et l’ISS, est également renforcée par le témoignage d’un ancien employé de la NASA.

Clark McClelland a travaillé comme opérateur pour plusieurs lancements de la Navette de 1989 à 1992. Il a déclaré avoir vu embarquer un passager immense, qui devait faire 2,5 à 2,80m et à côté de lui un engin à antigravité en forme d’aile delta.

McClelland connaissait tous les astronautes de ce programme de la NASA, et il pense que ce personnage en combinaison spatiale était un extraterrestre. On ne peut écarter la possibilité que cet être, ainsi que l’engin, aient fait partie d’une mission secrète en relation avec la Flotte de l’Espace, sous l’autorité de l’U.S. Strategic Command.

Si on considère ces preuves, émanant de diverses sources, la note du Président Reagan rédigée en 1985 dans son Journal apparait comme une reconnaissance évidente d’un programme spatial secret qui permet de transporter et de prendre en charge des centaines d’astronautes. Cette note montrerait qu’il a reçu un ou plusieurs briefings sur ce sujet. D’autres indices importants peuvent émerger des 250.000 pages de documents récemment déclassifiés. L’essentiel serait que le public soit informé des technologies d’antigravité qui ont été développées dans le plus grand secret, et qu’on utilise depuis des décennies pour envoyer des astronautes militaires dans l’espace. »Se pourrait-il que le géant, accompagnant deux autres astronautes, fasse partie d’un groupe d’officiers ‘non-terrestres’, qui peuvent apporter leur soutien aux programmes de la Navette, sous l’égide du Space Command de l’US Air Force ?

Si Solar Warden a permis d’établir une colonie sur Mars, en utilisant des systèmes de propulsion à base d’antigravité, ça pourrait expliquer pourquoi les recherches sur l’antigravité sont devenues hautement classifiées vers le milieu des années 50.

Ca expliquerait également pourquoi les chercheurs civils qui étaient parvenus à répliquer les technologies d’antigravité furent brutalement écartés ainsi que c’était arrivé pour Otis T. Carr en 1961.

Cette mise à l’écart a été révélée pour la première fois en 2007 grâce au témoignage de Ralph Ring, l’ancien fidèle de Carr. (vidéo ci dessus) 

Les témoignages d’informateurs et d’experts se multiplient, qui attestent de l’existence d’un tel programme spatial.

Farfelu tout ça dites vous, tous ces éléments ne vous convainquent pas encore ?

Hé bien Pour finir, la preuve la plus significative selon moi que tout ça est bien réel, nous viens de l’Astrophysicien JPP (jean pierre petit), le plus grand astrophysicien français vivant, rien de moins, qui confirme que les étasuniens ont bien mis en oeuvre des blacks projects et qu’ils disposent de « vaisseaux qui sont en train de visiter l’univers en ce moment même » . (vidéo ci dessous, et j’en ai déjà aussi beaucoup parlé par le passé)

Il a eu confirmation au début des années 2000 par des hauts gradés étasuniens, qui se sont d’ailleurs basés sur ses propres travaux, que Aurora (ou le TR 3B) n’était pas qu’un mythe : il est bien réel … et en action .

Donc à moins que vous ne pensiez que JPP soit FOU …

Voilà un affaire qui montre que nous avons surement une lecture erronée de pas mal d’événements dont l’actualité, et qui ouvre pas mal de portes ….

Sources diverses sur le net – resistanceauthentique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Voyages intergalactiques, Spirale de Norvège et vortex d’Aden (wikileaks) : La NASA aurait Créé un champs de distorsion (vortex spatio-temporel) « par hasard » !!!

warp

La NASA aurait « accidentellement » prouvé que les trous de ver fonctionnent ; Les voyages dans l’espace plus vite que la vitesse lumière seraient désormais possibles !

En fait, je suis en plein dans cette affaire depuis un bout de temps et il est possible je pense, et ça devient de plus en plus clair, de traverser de très grandes distance dans l’univers assez facilement finalement, en créant un « trou de ver », ou champs de distorsion .

J’ai diffusé ce WE une vidéo sur les ET et le satanisme, avec ce postulat que les ET ne venaient pas de l’espace, mais d’une autre dimension : ça s’appelait « les ET viennent des enfers »  .

Ce n’était pas un hasard .

Comme je l’ai récemment reporté, les scientifiques pensent désormais qu’il existe plusieurs dimensions .

Les satanistes (dont une certaine élite) savent depuis toujours ouvrir des portails inter-dimensionnels, des « champs de distorsion » d’où sortent des entités .

Ceci est possible, d’après mes recherches, par 2 moyens :

La volonté (ou « la suggestion » comme en hypnose) : Donc en « invoquant » les entités . (qui « entendent » sur la bonne fréquence)

Et les hommes savent faire ça depuis le nuit des temps . 

Ces entités proviennent d’une autre dimension (dans le cas des « invocations » satanistes, car elles peuvent venir d’autres mondes aussi, ce qui pourrait en fait être, la même chose..) et utiliseraient les vortex pour apparaître dans notre monde. 

Les hommes eux mêmes sont des êtres inter dimensionnels .

2 e moyen, la géométrie sacrée : par la simple géométrie (disposition en ronds et triangles) on peut aussi ouvrir des champs de distorsion.

D’ailleurs les satanistes utilisent ces 2 moyens , et l’homme (les « initiés ») sait utiliser cette géométrie depuis la nuit des temps aussi .

Comme le montrent bien certains scientifiques (comme nassim Haramein), la géométrie joue un rôle prépondérant dans la structure du vide, et donc de l’univers , et en sachant la manipuler, on peut manipuler l’univers et le tissu spatio temporel.

Donc, comme Einstein l’avait prédit, on peut voyager bien plus vite que la lumière en utilisant les trous de vers , qui sont des des champs de distorsion de l’espace temps .

C’est assez simple sur le papier, et il existe plusieurs moyens d’ouvrir un trou de ver …

Un trou de ver peut même etre ouvert accidentellement, ou à distance .

Ainsi, ce qu’on a vu en Norvège, la fameuse spirale de Norvège, était d’après plusieurs sources un vortex spatio temporel (qui aurait été ouvert par le CERN dans le cadre de ses travaux) .

Vous avez là l’ouverture d’un vortex, littéralement une porte des étoiles

Nous avons un rapport pour l’ USNORTHCOM sur cette spirale de Norvège qui conseille directement l’activation du projet Alice 2012 et le BUNKER pour l’administration en place :

norv

Cliquer pour agrandir (voir ICI)

C’est dire si les étasuniens ne savaient pas à quoi s’en tenir, ce qui invalide pour moi la piste du CERN : qui a bien pu ouvrir ce vortex en Norvège, et pourquoi ?  .

Ainsi, finalement il est assez simple de voyager plus vite que la lumière, un simple humain est capable d’ouvrir un vortex, et ce depuis la terre ..

Je ne vous parlerais donc pas du vortex qui s’est ouvert en 2000 dans le golf d’Aden et qui était resté stable jusqu’en 2009 environ , date à laquelle les états unis ont lancé une alerte mondiale, provoquant une ruée de toutes les flottes du monde vers le YEMEN et ADEN .

Nous avons un câble de Wikileaks là dessus et seul le journal « d’état » Russe PRAVDA l’avait reporté :

Wikileaks, le bunker secret américain, le Vortex du golfe d’Aden : Contact établi ?

Pour justifier cette ruée des flottes mondiales de plus de 100 nations , et écarter le grand public, la menace ridicule des pirates somaliens fut évoquée .

Ce document de wikileaks explique la vérité, qui est qu’un vortex s’est ouvert au Yemen Dans le golf D’Aden , et qu’on ne sait pas par qui (des êtres inter-dimensionnels sont évoqués) . Ce vortex s’est ouvert en 2000 et à commencer à s’agrandir et à devenir fortement instable en 2009 .

Bon je pourrais continuer longtemps sur cette affaire , donc j’abrège .

D’où l’intérêt de traiter ces questions, car nous pourrions louper une grande partie de la « vrai réalité » disons .

Alors d’après vous, est ce vraiment cette poignée de rebelles HOUTIS qui affolent le Yémen, et la région, ou autre chose ???

Toutes les sources y compris wikileaks (n’hésitez pas à jeter un oeil au document original : https://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1975381) dans cette vidéo (et dans la description)

La NASA aurait Créé un champs de distorsion (vortex spatial)  « par hasard » 

Les geeks spatiaux sont paniqués parce que la NASA peut avoir accidentellement découvert un champ de distorsion, une avenue pour que les vaisseaux spatiaux puissent voyager plus vite que la vitesse de la lumière – quelque chose qui, à ce jour, n’existait que dans la science-fiction.

Les champs de distorsion (warp fiedl) ont pour longtemps été une partie intégrante de la fantaisie de Star Trek –« Warp speed, Mr. Sulu », fût la commande souvent donnée par James Kirk, le capitaine du vaisseau spatial fictif, le U.S.S. Enterprise.

Mais dans les années 1990, le physicien Miguel Alcubierre a proposé l’idée d’une onde qui contracterait l’espace à l’avant du vaisseau, tandis qu’à l’arrière elle s’étendrait. Cette distorsion de l’espace-temps développerait ce que l’on appelle une bulle warp, qui permettrait à n’importe quel vaisseau de voyager à une vitesse incroyable tout en restant stationnaire.

L’énergie nécessaire pour accomplir ce rêve a fait que la vision d’Alcubierre n’a pas pu être réalisée, cependant.

Mais travaillant sur les théories de son prédécesseur, Harold « Sonny » White du Johnson Space Center de la NASA a fait quelques changements qui pourraient significativement réduire les besoins énergétiques.

Pendant ce temps, dans un laboratoire, la NASA et d’autres agences spatiales font des expériences avec le EmDrive, un moteur qui permettrait de se déplacer dans l’espace sans avoir besoin de carburant.

twt1
« WOAH! La NASA a accidentellement créé un champ WARP. Ca implique les voyages spatiaux, ça veut dire TELLEMENT DE CHOSES. Vous devriez tous être excités comme des puces »

Selon les messages de NASASpaceFlight.com, un site internet dévoué à l’ingénierie et aux actualités spatiales, quand des lasers furent tirés dans la caisse de résonance de l’EmDrive, certains faisceaux apparurent voyager plus vite que la vitesse de la lumière.

Si cela est vrai, cela veut dire que le EmDrive produit un champ warp ou une bulle.

twt2
« Donc les scientifiques de la NASA peuvent avoir accidentellement créé un champ warp qui théoriquement permettrait les voyages spatiaux plus vite que la vitesse de la lumière. #mindblown »

Mysterious Universe a fait le commentaire suivant sur un forum après les tests:

« C’est une grosse surprise. Cette signature (le modèle d’interférence) sur le EmDrive ressemble à une bulle ou un champ warp. Et les mathématiques découvertes dans la bulle warp correspondent effectivement au modèle d’interférence trouvé dans le EmDrive. »

Quoi d’autre, la découverte était accidentelle, tel que le démontre ce commentaire:

« Il semblerait que ça soit une connexion accidentelle. Ils se demandaient d’où avait bien pu provenir cette « poussée ». Une scientifique a proposé que c’était peut-être une modification de la fabrique de l’espace-temps, qui provoqua la poussée. »

Afin de prouver que le champ warp n’a pas été provoqué par la chaleur atmosphérique, les scientifiques devront répliquer le test dans le vide. S’ils obtiennent les mêmes résultats, cela pourrait signifier que le Emdrive produit un champ de distorsion, ce qui pourrait aboutir à l’élaboration du premier champ de distorsion.

http://sputniknews.com/us/20150425/1021360503.html#ixzz3YciBFV3p – resistanceauthentique  avec l’aide de http://www.nouvelordremondial.cc – https://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1975381 – http://english.pravda.ru/opinion/columnists/08-12-2010/116116-gulf_aden_vortex-0/

 
3 Commentaires

Publié par le 28 avril 2015 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :