RSS

Archives de Tag: sera

IMPORTANT – Big Brother : Nous devons désormais transmettre nos Données Biométriques . Le méga-fichier TES entre en vigueur dès aujourd’hui, et sera généralisé en France …

Voici une énième atteinte à notre liberté fondamentale, et pas des moindres , ça devient absolument énorme ! Nous devons désormais transmettre nos données biométriques  . En cause – Le méga-fichier TES, qui permettra de centraliser et de contrôler l’ensemble de nos données biométriques – qui entre qui en vigueur dès aujourd’hui, et qui sera sera généralisé en France d’ici fin Mars . Le peuple Français vient de perdre une grande bataille contre Big Brother, mais pas la guerre …. Nous en sortirons renforcés le moment venu .

Voici un dossier complet sur ce dispositif qui tente de nous fliquer plus que jamais (toujours pour notre sécurité bien sur …) – et sur cette affaire en général .

Selon Liliane held-Khawam :

Pour votre sécurité, vos données personnelles et biométriques seront numérisées et stockées. Mais où donc ?

Le 9 février 2017, un arrêté a été émis en France par le directeur des libertés publiques et des affaires juridiques. Il s’agit de l’application qui autorise la « création d’un traitement de données à caractère personnel relatif aux pièces d’identité »(décret n° 2016-1460 du 28 octobre 2016). Sont concernés votre passeport et votre carte d’identité.

Ces pièces d’identité deviennent des  TES pour »Titres électroniques sécurisés ». Grâce à ce dispositif signé par le directeur des libertés et des affaires juridiques, l’ensemble de la population sera répertoriée dans un fichier supposé sécurisé….

Mais plus important encore que le fichier lui-même, c’est le passage en force de la mise en place d’outils liberticides, où la liberté de disposer de son corps, qui supposerait le refus de la transmission de ses empreintes digitales ou de la photographie de son visage, n’est plus possible!

Il est piquant de constater que la personne qui émet le décret vous forçant à transmettre des données intimes (selon Wikipédia: l’identité, le sexe, la couleur des yeux, la taille, l’adresse du domicile, les données relative a la filiation, l’image numérique du visage et de la signature, l’adresse email et les empreintes digitales ) s’appelle « directeur des libertés »…

 

A terme, les données personnelles de plus de 60 millions d’individus seront stockées. A la problématique du traitement, voire de l’exploitation des données personnelles qui permettraient potentiellement des applications effrayantes, s’ajoutent les entreprises sous-traitantes du Tech qui vont bénéficier commercialement bien sûr de ce trésor inestimable! Mais ce n’est pas tout.

Le « cadeau » fait à certaines entreprises de traiter ces données est un transfert incroyable de la puissance de l’Etat vers des entreprises très probablement étrangères. Grâce à ce genre d’actes, on favorise la présence massive des géants de la technologie dans la vie « publique ».

Ces entreprises privées globalisées vont pouvoir mettre la main au fil du temps sur les données personnelles qui concernent, par accumulation, l’humanité entière.

Quant à l’administration publique, elle sera vouée à disparaître à terme, emportant avec elle les restes du concept étatique..

Bref, nous sommes mis progressivement au pied du mur de la nouvelle gouvernance made in Global corporates… pour votre sécurité et vos libertés bien sûr…

On y croit….

Le méga-fichier TES en vigueur dès aujourd’hui à Paris

Le fichier « titres électroniques spécialisés » (TES), qui regroupe les données biométriques des Français, est déployé dès aujourd’hui à Paris, avant d’être généralisé à tout le territoire.

Le TES est une réalité à Paris à partir d’aujourd’hui. Ce méga fichier « titres électroniques spécialisés », qui regroupera à terme l’ensemble des données biométriques des Français, sera ensuite étendu à toute la France d’ici la fin du mois de mars.

Passant outre les avis de l’Anssi, de la Dinsic, du CNNum et de la Cnil, le ministère de l’Intérieur avait publié vendredi l’agenda de déploiement du fichier TES qui s’étendra du 21 février au 28 mars :

L’arrêté du ministère de l’Intérieur a été publié au Journal officiel vendredi matin. L’énorme fichier regroupant l’ensemble des informations du passeport et de la carte d’identité, dont les données biométriques (empreintes digitales et photo du visage) sera mis en place pour toute nouvelle demande de carte d’identité dès le 21 février à Paris (le dispositif est expérimenté depuis le 08/11/2016 dans les Yvelines).

D’abord Paris, puis le Val d’Oise, les Hauts-de-Seine, puis les autres départements. D’ici la fin mars, toutes les demandes de cartes nationales d’identité présentées en métropole seront encadrées par les prescriptions du décret instaurant le fichier TES.

 

Les vœux exprimés par le Conseil national du numérique, visant à mettre en pause ce processus, outre les solutions alternatives exposées par Inria cette semaine n’auront donc eu aucun effet sur la détermination du ministère.

Cet arrêté rend ainsi applicable l’ensemble des dispositions prévues par le décret publié le 30 novembre dernier

La création de ce fichier avait créé une vive polémique, ses détracteurs lui reprochant d’être une cible de choix pour les pirates informatiques et d’être potentiellement utilisé à des fins malsaines. Par ailleurs, sa validation par décret à la Toussaint (et non par une loi passée devant le parlement) a également été contestée.

Depuis l’annonce de sa création en octobre 2016, de nombreuses voix se sont élevées contre TES dans un souci de préserver les libertés individuelles. Début février, le Conseil National du Numérique estimait qu’il était urgent de « suspendre la généralisation du projet TES. » Mais le ministère de l’Intérieur en a donc décidé autrement pour respecter le calendrier de départ.

Les concessions oubliées 

Rappelons que dans un communiqué, toujours en ligne et cosigné avec Axelle Lemaire, la secrétaire d’État au numérique, Bernard Cazeneuve avait promis que « dans le cadre d’une demande ou d’un renouvellement d’une carte nationale d’identité, le recueil et le versement des empreintes digitales du demandeur du titre seront soumis à son consentement express et éclairé ».

Seulement cette concession, qui faisait suite aux critiques de la CNIL, du CNNum et d’une tempête dans l’opinion, n’a pas été actée. Visiblement, cette partie a été oubliée, le décret du 30 novembre n’a donc pas été modifié sur ce point.  L’article 10 du décret TES est resté intact : il prévoit que « le demandeur du titre est informé, au moment de la demande (…) du nombre et de la nature des empreintes digitales enregistrées dans le traitement ». Non qu’il puisse refuser un tel versement.

L’Intérieur avait tout autant promis que « le dispositif ne sera déployé sur l’ensemble du territoire qu’après que l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) aura homologué la sécurité du système et des procédures par un avis conforme. »

Un dossier renvoyé dans les mains du futur ministre de l’Intérieur

Le fichier TES a été effectivement audité par l’ANSSI et la DINSIC, qui dans leur rapport ont souligné qu’outre des bugs d’importances variables, l’actuel dispositif permettait de renverser la vapeur : basculer d’un système d’authentification à un système d’identification biométrique. Les deux entités ont ainsi proposé plusieurs solutions pour réduire ce risque.

L’« avis conforme » promis par Bruno Le Roux n’a finalement pas eu la portée attendue. Interrogé sur la mise en œuvre de ces préconisations par le sénateur Philippe Bas, président de la commission des lois, «Bruno Le Roux a fait part des réserves du ministère de l’Intérieur et renvoyé cette réflexion à son successeur ». On en déduit que la patate chaude a été renvoyée dans les bras du futur locataire de la Place Beauvau. Alors que le fichier TES aura été déployé dans toute la France.

 

Cette énième atteinte à la liberté fondamentale a fait dire en novembre 2016 à Jean-Marc Manach, journaliste et auteur spécialisé dans les questions de politique numérique :

« Le gouvernement fait passer en douce, un dimanche matin pendant le week-end de la Toussaint, un texte qui avait été fortement critiqué par la CNIL et censuré par le Conseil Constitutionnel. Il le fait passer sans aucun débat parlementaire et sans respecter l’avis de la CNIL ».

Gaëtan Gorce, commissaire de la CNIL (équivalent français du Préposé à la protection des données) a eu ces mots dans Libération:

« Ce qui m’inquiète particulièrement, c’est qu’on est dans un contexte spécial, lié à la menace terroriste et aux attentats. Il pourra être assez facile pour un gouvernement de modifier la nature du fichier et de rendre exploitables les données, puisqu’il existe. En ayant accès aux empreintes digitales, à l’adresse, à la couleur des yeux, vous vous rendez compte de quel outil pourrait disposer la police ? »

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Les sénateurs McCain et Graham jurent d’écraser la Russie : « 2017 sera l’année de l’offensive contre Poutine »

Du coté US , la vengeance se prépare (cf article précédent) – Les sénateurs étatsuniens, John McCain et Lindsey Graham, ont voyagé sur la ligne de front de l’Ukraine à Shyrokyne pour proclamer à une équipe de première classe de fusiliers marins que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de battre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Le Daily Express rapporte que, VLADIMIR Poutine a été averti qu’il est voué à l’échec en Ukraine et que 2017 sera une année d’agression anti-russe.

 

Les sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham se sont rendus à la ligne de front de Shyrokyne en Ukraine pour proclamer devant un groupe de marines d’élite que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de vaincre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Si Poutine revendique la victoire en Ukraine alors il pourra continuer à envahir, annexer et conquérir d’autres parties du monde, a averti l’ancien candidat présidentiel républicain et prisonnier de guerre au Vietnam John McCain.

Le républicain Graham a également adressé un message accablant à M. Poutine, en disant:

 «J’admire le fait que vous allez vous battre pour votre patrie.

« Votre combat est notre combat – 2017 sera l’année de l’offensive.

« Nous allons revenir à Washington et nous allons maintenir le cap contre la Russie. Assez de cette agression russe.

«Il est temps pour eux de payer un lourd tribu. Notre combat n’est pas avec le peuple russe, mais avec Poutine.

« Notre promesse est de soutenir votre cause à Washington, informer le peuple américain de votre bravoure et de soutenir votre engagement contre Poutine dans le monde. »

M. McCain a ajouté: «Je crois que vous allez gagner. Je suis convaincu que vous allez gagner et nous ferons tout notre possible pour vous fournir ce dont vous avez besoin pour gagner.

«Nous avons réussi pas à cause de l’équipement, mais à cause de votre courage.

« Le monde regarde et nous ne pouvons pas permettre à Vladimir Poutine de réussir ici car s’il réussit ici, il réussira dans d’autres pays. »

[…]
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Le prix de l’or sera 300 fois plus élevé qu’en 1971

[titre article pour referencement]

Ne pensez pas trop au prix de l’or, qui est en train de remonter (le plus bas de 2015 est in, ou « validé » pour les profanes) . Et il montera haut, très haut (encore plus vite avec Trump, qui est un partisan de l’or) c’est inéluctable . Les américains auront beau faire ce qu’ils veulent pour maintenir le dollar, personne ne peut lutter contre les lois de la pesanteur . Leur règne se termine, fini le temps de l’alchimie . Il y a un temps pour tout .

Ne me demandez pas mes sources (elles sont diverses), mais l’or de la France, sur lequel lorgnaient les américains, est désormais définitivement en sécurité . Plus une once ne sera vendue – comme je nous l’avons plusieurs fois constaté, nos élites gouvernantes, qui comprennent les enjeux, commencent à s’émanciper de la tutelle US .

Et il y a même de nouvelles mines qui sont en train d’être réactivées (notamment en Guyane), pour rattraper les 600 Tonnes vendues par Sarkozy  . Nous allons rejoindre l’Allemagne à ce niveau, puis les dépasser (ils n’ont pas notre potentiel minier)

Voici Von Gruyere , véritable devin des temps moderne, qui va tout vous résumer – cet homme a tout compris :

Au début de cette nouvelle année, il est normal d’essayer de prédire quels seront les événements ou tendances probables pour 2017. Un grand nombre d’experts du monde entier vont prédire quelques « nouveaux » événements, comme si beaucoup de choses changeront seulement parce que nous commençons une nouvelle année.

Mais, malheureusement, je vais décevoir tout le monde, car je ne changerai pas de cap sur un seul des sujets abordés dans le passé. Les tendances ne changent pas au début d’une nouvelle année. Les tendances majeures à long terme prennent beaucoup de temps à se développer, voire encore plus pour opérer un véritable reversement.

L’expérience alchimique a débuté en 1913

Ce qui a débuté par la création de la Fed en décembre 1913 a mené à la plus grande expérience alchimique que le monde n’ait jamais connue. L’alchimie est un processus visant à transformer de métaux de base en or. L’alchimie désigne aussi un processus magique de transformation et de création. Le mot alchimie vient du grec et un peu de l’arabe (al-), et signifie simplement « magie noire ».

La magie noire, ou l’alchimie, est exactement ce qu’on fait les banquiers qui se sont rencontrés sur Jekyll Island pour créer la réserve fédérale américaine. Cette banque se voudrait être la banque centrale des États-Unis, et elle serait la propriété de banquiers privés, pour leur propre bénéfice. Ce complot extrêmement astucieux et sournois a calqué les conseils de Mayer Amschel Rothschild qui, cent ans plus tôt, avait déclaré : « Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. »

À partir de 1914, l’expérience alchimique consista à changer du papier en monnaie. Cette mine d’or d’impression monétaire et de création de crédit, qui dure depuis près de cent ans, a failli prendre fin brutalement durant la Grande crise financière de 2006-2009. Le système financier était au bord du gouffre en 2007, mais les banquiers n’allaient pas abandonner si facilement leur « très fructueuse » expérience alchimique. Les banques d’investissement virtuellement en faillite, telles JP Morgan et Goldman Sachs, ont montré à la Fed, et donc aux autres banques centrales, ce qu’elles avaient à faire pour sauver le système, et une autre dose massive de magie noire fut créée, à hauteur d’environ 25 000 milliards $. Les banquiers ont ainsi pu sauver leur empire financier mondial et garder le contrôle de la monnaie.

Les réservoirs sont maintenant vides

Depuis le début de la crise en 2006, la dette mondiale a augmenté de 70%. Le problème réside dans le fait que, dans la plupart des pays occidentaux, il faut plusieurs dollars de dette supplémentaire pour produire un seul dollar de PIB. Le monde n’a plus d’essence et il semble que nous sommes sur le point d’en prendre conscience. Le monde commence à réaliser que le système financier reposant sur cette expérience alchimique est en fait une fraude massive que les banquiers dirigent impunément depuis très longtemps. Mais il n’y a pas que les banquiers qui soient concernés. Avec leur puissance financière, ils ont « acheté » des gouvernements, des industries et des médias. La puissance de l’argent, bien que complètement fictive, leur a donné le contrôle total de l’ensemble du système occidental.

Mais, malheureusement, toute bonne chose a une fin, surtout si elle est basée sur des principes frauduleux – car l’alchimie ne fonctionne pas, vu qu’il est impossible de créer de la richesse pour un pays entier ou pour le monde en imprimant simplement des morceaux de papier. Cela marche pour ceux qui sont proches des planches à billets, car ils peuvent utiliser cette monnaie avant qu’elle ne perde toute sa valeur. Le plus triste est que les gens pensent que ce système vaut mieux que les autres. Ceux ayant réussi à élever leur standard de vie ne réalisent pas que cela n’est pas dû à une amélioration réelle de la productivité, mais principalement au fait que la dette mondiale est passée de presque zéro, il y a une centaine d’années, à 230 000 milliards $ aujourd’hui. Ce chiffre astronomique comprend les dettes personnelles, qui ne peuvent pas être remboursées, et les dettes gouvernementales, qui ne seront jamais remboursées. De plus, il y a plusieurs millions de milliards de dollars d’actifs non capitalisés et des produits dérivés.

Un ralentissement séculaire majeur se profile

Cela fait plus de dix ans que la crise a débuté et, à en juger par l’optimisme des marchés financiers, surtout celui des actions, il semble que cette récente crise financière était bénigne. Peu de gens réalisent que la crise de 2006-2009 n’était qu’une répétition, et que la vraie crise débutera probablement très bientôt. J’ai souligné à maintes reprises les différents risques avec la dette souveraine, le système bancaire, et tous les marchés d’actifs en bulle, comme les actions, les obligations et l’immobilier. Ajoutez-y les sérieux risques géopolitiques, les risques de troubles sociaux et les cyber-guerres, et nous obtenons une cocktail qui pourrait infliger de sérieux dommages au monde, dès 2017, et qui pourraient durer entre cinq et huit ans, voire beaucoup plus longtemps.

Lorsque vous êtes sur le marché du travail depuis plus de cinquante ans, vous accumulez beaucoup d’expérience. Vous voyez l’éternel optimisme de l’humanité, mais vous expérimentez aussi un pessimisme qui est bien plus important encore. Je me souviens d’avoir commencé à travailler pour une société de vente au détail, Dixons Group Plc, en 1972. J’ai reçu mes premières options sur la société, à 136 pence. À la fin de 1974, suite à un krach sévère du marché boursier, les parts de Dixon chutèrent de 93% ! La société était solide financièrement et rentable. Mais le pessimisme était extrême. Il y avait des grèves nationales, de l’électricité que trois jours par semaine, et la plupart des gens croyaient que cette situation désastreuse durerait éternellement. Évidemment, la situation s’est retournée et nous avons fait de Dixons une société du FTSE 100 et le leader des ventes au détail de produits électroniques au Royaume-Uni.

Depuis 1972, j’ai connu quatre corrections majeures du marché supérieures à 40%. Suite à la première, qui s’est terminée avec le Dow Jones à 570, le marché américain a maintenant grimpé à un sommet de 19 987, il y a quelques jours. Après chaque chute, les pouvoirs en place ont appliqué leur magie noire. Cela inclut les interventions de la Plunge Protection Team, des manipulations de taux d’intérêt, de l’impression monétaire et autres astuces pour stimuler le marché boursier. Mais l’investisseur en Bourse, lui, y a trouvé son compte. Le marché a été multiplié par 35 sur une période de 42 ans. Cela représente un taux de croissance annuel composé de près de 9%. Cela signifie qu’en moyenne, un investisseur en Bourse a doublé son argent tous les huit ans. Un investissement de 25 000 $ en 1974 vaudrait aujourd’hui 875 000 $.

L’or a été multiplié par 30 depuis 1971… il le sera probablement par 300

Les actions et les obligations ont été des investissements très avantageux. Mais qu’en est-il de cette relique barbare, l’or ? Il s’agit de l’investissement compris par le moins de gens et que les banquiers et conseillers financiers évitent à tout prix. Cet investissement mal-aimé a vu sa valeur multiplier par 30 depuis 1971. N’oubliez pas que, au contraire du marché boursier, l’or est loin de son pic de 1 920 $ en 2011. À ce moment là, l’or avait atteint 55 fois le prix de 1971. Depuis 1999, le Dow Jones a perdu 62% par rapport à l’or. Très peu d’investisseurs et aucun conseiller en investissement ne savent cela. Ils ne réalisent pas, non plus, que les marchés boursiers sont dans une tendance baissière séculaire à long terme face à l’or. Cette tendance ne s’arrêtera pas avant que les actions ne chutent de 90% supplémentaires par rapport à l’or, d’ici quelques années. Cela ramènera le ratio Dow/or à 1 pour 1, son niveau de 1980.

Avant la fin du prochain marché haussier, l’or aura été multiplié par 300 depuis 1971, en monnaie d’aujourd’hui. Cela nous donnera un prix de l’or à plus de 10 000 $, voire bien plus en monnaie hyper-inflationniste.

La magie noire des données économiques gouvernementales

La magie noire, ou l’alchimie, ne s’arrête pas à l’impression monétaire ou à la manipulation des marchés et des taux d’intérêt. Non, comme les déficits gouvernementaux augmentent et que le chômage réel atteint des niveaux vus pour la dernière fois durant la Grande dépression, toutes les données économiques doivent aussi être maquillés ou manipulés, afin de dépeindre un tableau tout rose de l’économie. Il est intéressant de voir que cette manipulation si évidente des données économiques est totalement acceptée par les analystes économiques, les médias et des lauréats de prix Nobel.

Il n’y a pas d’analyse sérieuse des données économiques de nos jours. Tout ce que la machine de propagande gouvernementale émet est accepté comme véridique. Le fait que le chômage réel soit de 22%, et non de 5%, ou que les salaires réels soient en déclin depuis des décennies, ou que l’inflation réelle soit considérablement plus élevée, ou que le PIB réel, ajusté à l’inflation réelle, soit à la baisse, et non à la hausse… tout cela est ignoré. Les ajustements apportés par les gouvernements à toutes ces données sont gobés par tout le monde, sans se poser de questions.

L’implosion des bulles débutera en 2017

Qu’arrivera-t-il en 2017 ? Trump va t’il changer quelque chose ? Évidemment, Donald Trump ne peut rien changer. Comme je l’ai dit au début, le chemin a été tracé il y a cent ans, et il ne peut être modifié par un président ou tout autre individu. Les présidents et les leaders sont des instruments de leur époque. Le leader adéquat pour mener à bien ce que dicte le cycle économique sera toujours élu, qu’il s’agisse d’un Carter, d’un Reagan ou d’un Trump. Aujourd’hui, le monde est proche d’un tournant dans tous les marchés en bulle, d’un effondrement des marchés de crédit, d’une montée en flèche des taux d’intérêt, d’une augmentation de dépenses déficitaires et d’un échec du système financier. Trump sera probablement l’instrument ou le catalyseur de ces événements. Ses propositions de dépenses en infrastructure, de baisses d’impôt et de tarifs douaniers constituent un bon départ pour déclencher tous ces risques.

Personne ne doit se fier au cash ou mettre son argent en banque

Très peu d’investisseurs se sont préparés pour ce tournant qui débutera probablement en 2017. Personne n’est préparé à ce que les gouvernements du monde entier font pour contrôler l’argent des gens. Pays après pays, cela devient presque un crime de détenir ou d’effectuer des transactions en espèces. Il y plusieurs raisons : il est alors plus facile de contrôler les gens et leurs dépenses, et cela rend l’évasion fiscale presque impossible. Mais la raison principale est d’empêcher l’effondrement du système financier. S’il n’y a plus de cash, cela rend impossible un bank run. Il n’y aura plus d’argent dans les distributeurs automatiques. Et tout transfert électronique peut être facilement stoppé.

Jusqu’à présent, l’or et l’argent ne sont pas contrôlés dans les pays occidentaux. Le gouvernement indien menace maintenant de confisquer l’or… Dans un pays où la détention privée d’or est plus répandue que partout ailleurs au monde, la confiscation de leur or entraînerait une révolution et une guerre contre le gouvernement. Il est possible que l’étape ultime consiste à rendre obligatoire la déclaration de propriété d’or physique. Certains pays pourraient aller jusqu’à la confiscation. Je doute que cela arrive en Occident, mais le risque existe. Il serait bien plus facile de taxer les actifs des riches. Mais la possibilité que cela arrive rend encore plus essentielle la détention d’or physique pour préserver sa richesse, hors de son pays de résidence et hors du système bancaire, dans une juridiction où il existe une forte tradition de l’or. La Suisse, qui produit plus de 60% des lingots d’or au monde, et qui a une tradition d’épargne dans l’or, ne confisquera certainement pas le métal précieux. La Suisse est aussi une des plus anciennes démocraties au monde, un pays où l’état de droit s’applique.

Le monde entre maintenant dans une période très incertaine, et il risque fort d’y avoir des chambardements politiques, économiques et financiers. Il est maintenant essentiel de prendre des mesures face à ces risques, ce qui signifie ne pas être trop exposé au système bancaire et détenir de l’or physique et de l’argent, dans le but d’être protégé et de détenir de l’assurance.

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Keith Olbermann dénonce « un coup d’état Russe aux US » : « L’armée US sera bientôt contrôlée par ‘Des salauds’ redevables à ces ‘Salauds de russes’ « 

Voici une diatribe épique, aboutissant à ce qui aurait pu etre une réelle crise de nerfs, par Keith Olbermann sur le « coup d’ Etat russe » qui serait actuellement en cours – Olbermann qui menace sur « la fin des États-Unis en tant que Pays indépendant. »

«La nation et l’ ensemble de nos libertés sont suspendues à un fil. Et l’ appareil militaire de ce pays est sur le point d’être remis à des salauds qui sont redevables à d’autres salauds, des salauds de russe .   Comme les choses sont aujourd’hui, le 20 janvier ne sera pas une inauguration mais plutôt la fin des États-Unis en tant que un pays indépendant.   Ce ne sera pas un changement pacifique du pouvoir. Ce sera une usurpation.  et l’usurpateur n’a aucune légitimité, aucune crédibilité et aucune autorité en vertu de la constitution.   Ceci est une réalité qui deviendra la seule réalité jusqu’à ce que ce pays se débarrasse de Donald Trump.  Ce nest pas un président « .

Étant donné que la gauche est soudainement terrifiée d’un « Coup d’état Russe, » nous avons pensé que la compilation vidéo suivante datant de 2012, dans lequel tout le monde de Obama à Biden à Hillary moqua le gouverneur Romney pour avoir fait référence à la Russie comme notre  » ennemi géopolitique numéro un, » était appropriée.

Obama« La politique étrangère des années 1980 est maintenant révolue parce que la guerre froide est finie depuis 20 ans. »

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 décembre 2016 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Une troisième guerre mondiale est « inévitable », elle sera « Rapide et dévastatrice »

La 3ème guerre mondiale sera rapide et extrêmement meurtrière… Ce qui se cache derrière les prédictions de cet expert du FBI

Une troisième guerre mondiale entre les États-Unis et la Chine ou la Russie est inévitable. C’est juste une question de temps et elle sera dévastatrice .

Lors d’une conférence sur le futur de l’armée américaine, qui a eu lieu à Washington, deux représentants des forces armées américaines ont exposé leurs conclusions sur l’avenir de la planète.

Pour William Hix, un général de l’armée américaine, une troisième guerre mondiale est pratiquement garantie. Dans un futur proche, il y aura une guerre qui impliquera plusieurs grands pays comme les États-Unis, la Chine et la Russie. Elle sera extrêmement rapide et dévastatrice.

En effet, les progrès de l’intelligence artificielle permettent désormais de concevoir des armes capables de déterminer leurs cibles et de prendre la décision de tirer. À long terme, ce seront donc les machines qui prendront des décisions plus rapides et les soldats devront apprendre une approche différente avec cette technologie.

De surcroît, des pays comme la Russie et la Chine forment d’énormes armées et améliorent leurs troupes avec toutes sortes de gadgets. C’est la raison pour laquelle il faudrait se préparer au plus grand conflit armé depuis 60 ans.

Même son de cloche pour Mark Miley, chef d’état-major des forces terrestres américaines. Il confirme que les États-Unis doivent se tenir prêts et  que c’est juste une question de temps. Des déclarations qui font froid dans le dos.

Voici des précisions, ça ressemble au scénario du film Terminator avec Skynet , destiné à automatiser la riposte nucléaire – un programme qui existe bel et bien comme je l’ai rapporté (« Skynet » n’était pas vraiment un mythe – La NSA aurait-elle tué des centaines d’innocents par erreur ?) :

La 3ème guerre mondiale sera rapide et extrêmement meurtrière… Ce qui se cache derrière les prédictions de cet expert du FBI

Les progrès de l’intelligence artificielle permettent désormais de concevoir des armes capables de déterminer elles-même la cible et de prendre la décision de tirer. L’avènement de ces nouvelles technologies d’armement pourrait changer durablement le visage de la guerre.

Selon les déclarations de plusieurs officiers américains rapportées par site anglo-saxon Daily Mail (voir ici), le visage de la guerre et des conflits pourrait être durablement changé par l’avènement de nouvelles technologies d’armement. Quelles sont ces nouvelles armes et comment sont-elles effectivement susceptibles de transformer les guerres à l’avenir ? 

François Géré : A bien des égards, ces préoccupations ne sont pas récentes. Dès 1990, à l’occasion de la guerre du Koweït, les Etats-Unis ont expérimenté les instruments de guerre électromagnétique qui préfiguraient ce que l’on nomme aujourd’hui la cyberguerre. En une campagne initiale de deux semaines, les Etats-Unis ont pulvérisé les systèmes de défense anti-aérienne de l’Irak et totalement brouillé les communications, les transmissions  et les moyens de commandement d’un ennemi qui avait pris vingt ans de retard.

Une génération plus tard, les progrès de l’intelligence artificielle permettent d’envisager la mise au point d’armes qui déterminent la cible et prennent la décision du tir (Armes létales autonomes). Cette élimination de l’homme pose un double problème d’efficacité militaire et d’éthique. Comment abandonner à une machine le choix d’un objectif à détruire dès lors que celui-ci fera des victimes humaines ? Comment l’automate apprécierait-il les dommages collatéraux ? En outre, si l’homme commet des erreurs, la machine n’en est pas exempte. Une évaluation erronée de la cible pourrait conduire à un résultat tragique.

Les théoriciens militaires américains ont démontré comment pénétrer à l’intérieur du système de commandement ennemi et, le prenant de vitesse, comment toujours anticiper ses décisions tactiques. La numérisation du champ de bataille permet de réussir cela. Cependant, on ne pourra jamais sortir l’homme de la « boucle » ; on ne peut que modifier les conditions de son intervention. Certes le facteur humain est source d’erreur, d’interprétation erronée des données et de fausses manœuvres mais l’homme ne saurait pour autant se fier entièrement aux indications fournies par les automates

Le problème technique qui n’est donc ni politique, ni même stratégique des armées américaines vient de ce qu’elles n’ont pas pu tester leurs armes sur un adversaire disposant de capacités proches de leur niveau. En 2003, l’armée irakienne, très diminuée depuis sa défaite de 1991, n’avait rien de sérieux à opposer à l’attaque américaine. Pour le reste, les opérations d’Afghanistan, dites « conflit de basse intensité », fondées sur la contre-guérilla n’ont pas permis de trouver un ennemi à la mesure des moyens militaires américains. Indifférents aux résultats et aux pertes, les planificateurs américains rêvent d’une « vraie guerre », celle à laquelle ils se préparent et qui pourrait ne pas se produire avant fort longtemps. En effet, aucun pays ne songe à défier une machine surpuissante. La guerre classique se dérobe, cédant durablement la place aux guérillas, aux stratégies indirectes et aux affrontements hybrides comme en Ukraine.

À quoi ressembleraient des conflits mettant en œuvre de tels arsenaux ? Peut-on parler de « conflits extrêmement meurtriers et rapides » ? Que peut changer cette nouvelle nature des conflits ?

Ce qui change profondément c’est l’art opérationnel, notamment la vitesse et la réactivité. Cela permet de créer la surprise d’une façon nouvelle et de déborder l’ennemi de manière virtuelle sans avoir besoin de mouvements des forces sur le terrain. Mais pour le reste Napoléon reste Napoléon. Le feu est certainement plus meurtrier avec les missiles qu’avec les canons de bronze. Mais à la fin il faut bien passer par l’explosif – très puissant depuis plusieurs années – et la destruction matérielle.

La surprise, le secret et la qualité du renseignement conservent leurs vertus. Il n’est pas sûr que ces conflits soient plus meurtriers qu’auparavant et qu’ils durent moins. Les militaires traditionnels veulent toujours croire à la guerre courte, phénomène statistiquement rare. C’est la rapidité du rythme des opérations qui change.

De même pour le guerrier du 21ème siècle le stress de combat change de nature. Les blessures physiques sont moins fréquentes ; en revanche les traumatismes psychologiques liés à la vitesse, à l’angoisse de l’erreur, à la préoccupation de tuer des civils, au remords de l’avoir fait jouent un rôle croissant. Métaphoriquement c’est comme le passage de l’artisanat du 19ème siècle à la chaine taylorienne du 20ème. La fatigue est constante mais les cadences sont devenues infernales. Ce sont les Temps modernes de la guerre. Il nous faudrait un Charlie Chaplin de la guerre pour montrer cela.

Les officiers américains font également état d’un risque de guerre accru, dans les années à venir. Au-delà des intérêts évidents du ministère de la Défense des Etats Unis, de voir ses crédits augmenter, quelle est la réalité de ce risque ? Est-il réellement plus important, notamment, et par exemple, au regard du regain de tension entre la Russie et les Etats Unis ?

Depuis quatre ans, les militaires américains connaissent d’importantes réductions budgétaires de l’ordre de 10 à 15%. L’armée de terre est la plus touchée, notamment au niveau des effectifs. Le budget de la défense est voté chaque année par le congrès. Il faut donc inlassablement trouver des arguments pour stopper la baisse des crédits, voire obtenir un redressement. Face à la Chine l’armée de terre a été la moins favorisée au profit de ses rivaux l’US Navy et l’Air Force qui ont fait valoir que la confrontation dans les mers de Chine exigeait avant tout des moyens aéronavaux. Fortement affectée par la réduction des forces basées en Europe, l’Army trouve avec le regain d’agressivité de la Russie en Europe et la guerre d’Ukraine une excellente occasion de se retrouver un rôle éminent. C’est aussi pourquoi les déclarations des officiers supérieurs de l’Army suggèrent avec quelque exagération qu’elle devra utiliser ses moyens afin de protéger la marine et les forces aériennes désormais devenues vulnérables aux nouvelles armes des ennemis potentiels. Si les tensions avec la Chine et la Russie se sont aggravées elles n’atteignent pas encore un degré d’agressivité pouvant faire redouter une guerre ouverte et directe dont personne ne veut. En revanche l’Army et ses confrères-concurrents Air, Mer et Cyber, sans oublier l’US Marines n’entendent pas perdre la bataille de la modernisation qui suppose une croissance des crédits militaires, très forte en Russie et en Chine. Depuis la fin de la guerre froide, l’objectif américain demeure de conserver une supériorité sinon absolue du moins très importante sur les capacités de toutes les armées du monde en tirant parti d’une avance technologique décisive.

 Ajoutons enfin que les Etats-Unis sont en phase de transition présidentielle et qu’il est opportun de faire valoir au prochain chef des armées l’urgence des besoins.

Source, avec resistanceauthentique

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 octobre 2016 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale

 

Étiquettes : , , ,

L’argent métal sera l’un des actifs les plus performants de la crise à venir

Vous imaginez un peu le potentiel du Silver ??? 

 « les investissements mondiaux dans l’argent métal s’élèvent à 50,8 misérables milliards, contre 3,04 trillions de dollars pour l’or »

50 milliards seulement investis dans l’argent au niveau mondial, alors que c’est une ressource qui est sur le point de s’épuiser ! Incroyable .  Il suffirait qu’une infinitessimale fraction de l’argent des investisseurs aille dans l’argent pour que son prix explose. Il y a bien un moment où ces derniers s’en rendront compte ! Plutôt que d’investir dans des obligations sans valeur à rendement négatif !

Voici un Article de Chris Vermeulen, publié le 12 septembre 2016 sur SafeHaven.com :

Le discours tant attendu de Janet Yellen de Jackson Hole ainsi que la publication dans la foulée des chiffres de l’emploi américain n’ont pas réussi à faire grimper les attentes concernant  un éventuel relèvement des taux en septembre. Le marché évalue désormais les chances de cette perspective à 21 %, d’après le FedWatch Tool de CME. Les chances de voir le taux directeur être relevé en décembre 2016 sont légèrement supérieures à 50 %. (…)

J’ai déjà expliqué à de maintes reprises pourquoi la Fed ne pourra pas relever son taux en 2016. Contrairement à bien d’autres experts des marchés, les faits m’ont donné raison. Et en ce qui concerne décembre 2016, les chances de voir la Fed relever son taux directeur sont très faibles. Ce qui n’empêchera pas les décideurs de la Fed de poursuivre leurs boniments afin de soutenir le dollar, ce qu’ils ont fait depuis le début de cette année.

Durant la semaine qui vient, les banques centrales entrent en concurrence pour proposer des politiques monétaires accommodantes les plus séduisantes, comme s’il s’agissait de la panacée pour résoudre les problèmes économiques qui entravent la planète. Malgré les échecs de ces 7 dernières années, rien ne les dissuade de créer de l’argent comme un magicien sort un lapin de son chapeau.

Pour 180 milliards de dollars d’achats d’obligations, soit plus que 2009

La BCE et la Banque du Japon, ensemble, ont acheté mensuellement des obligations pour la somme incroyable de 180 milliards de dollars , comme indiqué sur le graphique ci-dessous. Si vous ajoutez à cela les achats de la banque d’Angleterre, le total grimpe encore plus. Ces 3 banques centrales devraient, à l’occasion de leur prochaine réunion, soit maintenir leurs achats d’obligations à leur niveau actuel, soit les augmenter.

qe-cumule

Ce qui a poussé le roi des obligations, Bill Gross, à alerter les investisseurs des conséquences dangereuses. Dans une lettre à l’attention de ses clients, il a écrit : « les investisseurs devraient savoir qu’ils marchent sur une fine pellicule de glace ».

« La montre tourne, en raison de la dette mondiale élevée et de politiques fiscales et monétaires dépassées qui font plus de tort que de bien à l’économie réelle. Plutôt tôt que tard, l’un des petits coups précis de Yellen sur le fairway va finir par se perdre dans la forêt, » a écrit CNBC.

L’argent à l’aube d’un marché haussier majeur

Lorsque les investisseurs se rendront compte qu’ils détiennent des devises sans valeur, de grandes quantités d’argent se précipiteront vers les métaux précieux. Considérez ceci : les investissements mondiaux dans l’argent métal s’élèvent à 50,8 misérables milliards, contre 3,04 trillions de dollars pour l’or, comme le montre le graphique ci-dessous.

investissements-or-vs-argent

Saviez-vous que de cette somme, les hedge funds en possèdent 2,7 trillions, d’après les données de Barclay Hedge ? Même si une partie infime de ces trillions amassés sur le marché de l’or devaient se tourner vers le marché de l’argent, le cours du métal gris crèverait tous les plafonds.

Suite et fin

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Jacques Attali : “Marine Le Pen sera vraisemblablement élue si rien ne change”

Maintenant une vidéo politique Jacques Attali: “Marine Le Pen sera vraisemblablement élue si rien ne change”  . C’est je pense ce que cherche à faire la gauche pour repasser en 2017 : faire monter le FN pour éclater la droite . Comme Mitterrand le fit .  Sachant que c’est lui et sa clique qui nous ont mis dans cette situation … !

Un jeu bien dangereux de l’élite mondial(iste) car faire renaître et monter un peu partout les populismes (par entre autres la crise des réfugiés pour l’Europe, etc) et les instincts de conservation (le conservatisme – nécessaire évidemment , mais quand il est bien dosé) , tout en cherchant à détruire les nations (qui permettent de fondre la population et de structurer une identité commune) , engendre un risque de guerre civile en France. 

En montant les « ethnies »  les unes contre les autres . 

Donc croyez moi, rien ne changera .

Meme si « le changement, c’est maintenant » (et « mon ennemi c’est la finance » – qui finance justement, nos partis politiques ..)

Enfin c’était …  : il ne s’est jamais produit. 

La Vidéo ICI

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 mai 2016 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :