RSS

Archives de Tag: selon

Nous sommes au seuil d’une crise, selon le FMI

récession

Les États-Unis devraient entrer en récession dès 2020, selon des économistes, tandis que le FMI a déclaré à Davos que nous pourrions être plus proche d’un revers économique qu’on le pense.

Les États-Unis devraient entrer en récession dans 2 ans malgré la croissance que nous avons connue jusqu’à présent. Andrew Staples, directeur de l’Economist Intelligence Unit pour l’Asie du Sud-Est, a déclaré alors qu’il commentait l’économie américaine : « Nous nous attendons à voir l’économie américaine glisser dans une récession technique au début de l’année 2020. Nous anticipons 3 hausses du taux directeur de la FED cette année, peut-être 4 en 2019, et ensuite nous connaîtrons une récession mineure en 2020. »

Une décennie s’est écoulée depuis la dernière crise financière. Actuellement, les États-Unis enregistrent une croissance solide. Depuis les 2 dernières décennies, la croissance s’est élevée en moyenne à plus de 3 %.

Le FMI, lorsqu’il évoque ce qui pourrait alimenter une récession, a évoqué tous les risques majeurs, à savoir l’augmentation de l’endettement en Chine, le Brexit ainsi que les tensions autour de la Corée du Nord.

Tim Adams, président de l’Institute of International Finance, a déclaré : « Il y a beaucoup d’autosuffisance. Il y a des termites dans les fondations, et dès que le crépuscule tombe, elles les attaquent. »

Ces déclarations tombent alors que l’économie mondiale se porte bien et que le FMI prédit une croissance globale de 3,9 % en 2018 et 2019, soit les chiffres les plus élevés depuis 2011.

Malgré l’optimisme ambiant qui règne en ce moment, le FMI estime que la prochaine récession sera plus compliquée à gérer, et que l’économie mondiale souffre des incertitudes.

suite et fin

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 25 janvier 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , ,

Près de huit Français sur 10 croient à au moins une « théorie du complot », selon une étude !

La Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch dévoilent, le 8 janvier 2018, une étude sur les théories du complot, réalisée avec l\'Ifop.

Voici maintenant un énorme morceau de propagande , initié par le fameux site pro mondialiste créé pour endormir la population, Conspiracy Watch et relayé par l’organe étatique pas moins propagandiste, France TV – Le tout dans un timing parfait avec les déclarations récentes de notre cher p-résident. Hé oui, les Français ne sont pas tous abrutis !! En tous cas ils le sont de moins en moins … (on se demande pourquoi ..) 

Au fait, c’est quoi une théorie du complot ??? Rien d’autre qu’une expression fourre tout qui arrange bien les affaires de ceux qui ont réellement des choses à cacher . Une expression créée je le rappelle en 66 par la CIA afin de discréditer la vérité, pour des besoins de politique intérieur au départ . (notamment après l’affaire JFK : faites vos recherches chers merdias , dans notre menu par exemple, les sources sont fiables et bien documentées)

Et plus largement, un terme qui est bien pratique pour les élites qui nous contrôlent car ça arrange bien leur affaires, ça leur permet d’avancer masqué . Et justement de pouvoir comploter tranquillement dans leur coin.  (est ce être « complotiste » de dire cela ??) Oui les complots existent c’est évident, mais « complotisme », ça ne veut absolument rien dire . C’est comme Fake news, qui décide que c’est une fake news ?? Le « journal » Le Monde de Niel, Bergé … et Pigasse ??? 

Et les sondages, par qui sont ils commandités, qui contrôle les instituts ?? Avec quel objectifs ?? Un sondage représente -t-il la réalité ?? Est ce « complotiste » aussi de remettre en cause les sondages ??  Les médias mainstreams devraient savoir tout ça !!

Voilà pourquoi les Français n’ont plus confiance en eux !! Quand on sait que 95 % de la presse Française (et mondiale) est contrôlée par une poignée de milliardaires (« complotisme » ou simple constat ???) , il ne faut pas être Einstein …. 

Maintenant il y aurait même les complotistes « modérés » et … les « endurcis » !! Comme si on pouvait comptabiliser les croyances … aux « théories du complot » !!! C’est proprement Incroyable, je n’en crois pas mes yeux !!!!

On est en train d’enraciner une rhétorique fort dangereuse pour la liberté d’information et d’expression . Gare à vous bande de complotistes !! (entendre « tout ceux qui se posent des questions » – alors que ce n’est pas le petit peuple qui complote : on a presque affaire ici à une inversion accusatoire) Z

Le sujet est au cœur de l’actualité politique du moment. Moins d’une semaine après qu’Emmanuel Macron a annoncé son intention de légiférer contre les « fake news » en période électorale, une étude inédite vient éclairer la sensibilité des Français à propos de ces fausses nouvelles ou rumeurs. Selon cette enquête de la Fondation Jean-Jaurès et du site Conspiracy Watch, « l’Observatoire du conspirationnisme », en lien avec l’Ifop et dévoilée par franceinfo, dimanche 7 janvier, 79% des Français croient à au moins une« théorie complotiste ». Dans le détail, ils sont 18% à croire à une seule théorie du complot, 14% à deux théories, 13% à trois, 9% à quatre et 25% à plus de cinq. De quoi s’agit-il exactement ? 

[Une théorie du complot est] une tendance à attribuer abusivement l’origine d’un événement historique ou d’un fait social à un inavouable complot dont les auteurs présumés – ou ceux à qui il est réputé profiter – conspireraient, dans leur intérêt, à tenir cachée la vérité.Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch

« Le plus inquiétant dans cette étude, c’est de voir que c’est un phénomène majeur », commente Rudy Reichstadt, également membre de l’Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès.

Une étude de la Fondation Jean Jaurès et de Conspiracy Watch mesure la crédibilité accordée aux théories du complot par les Français. 
Une étude de la Fondation Jean Jaurès et de Conspiracy Watch mesure la crédibilité accordée aux théories du complot par les Français.  (Conspiracy Watch)

32% des Français pensent que le sida a été créé en laboratoire et testé sur la population africaine

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont testé plusieurs « théories du complot » plus ou plus moins répandues dans la société française. « Je travaille sur ce sujet depuis dix ans, j’ai sélectionné les théories les plus importantes, celles qui circulent le plus », explique Rudy Reichstadt. Parmi celles soumises aux personnes sondées, l’idée que « le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins »  : 55% des Français sont d’accord avec cette assertion.

« Contrairement à d’autres théories qui sont des théories historiques, celle-là est d’actualité puisque cette année 2017 a été marquée par [le débat sur] les 11 vaccins rendus obligatoires pour les nouveau-nés, analyse Rudy Reichstadt. Savoir que c’est l’une des théories les plus connues et dont le taux d’adhésion est le plus fort, c’est préoccupant et ça peut avoir des incidences très concrètes. »

Pour 54% des Français interrogés, « la CIA est impliquée dans l’assassinat du président [américain] John F. Kennedy ». Ils sont 32% à souscrire à l’idée que « le virus du sida a été créé en laboratoire et testé sur la population africaine avant de se répandre à travers le monde », 31% à penser que « les groupes terroristes jihadistes comme Al-Qaïda ou Daech sont en réalité manipulés par les services secrets occidentaux » et 24% à croire en l’existence du « Nouvel Ordre Mondial », un projet secret visant à mettre en place « une dictature oligarchique planétaire ».

Les jeunes plus sensibles aux théories du complot que leurs aînés

Autre enseignement de cette étude : les jeunes sont nettement plus perméables aux théories du complot que leurs aînés. Les moins de 35 ans sont ainsi deux fois plus nombreux à adhérer à au moins sept théories du complot que les plus de 35 ans (21%, contre 11%).

L’effet générationnel est très fort. Or, les 18-24 ans sont les citoyens de demain et voir qu’ils ne sont pas immunisés face aux théories du complot constitue un défi. Je ne vois pas comment on peut inverser la vapeur.Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watchà franceinfo

La Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch se sont également penchés sur la question du vote des complotistes lors de la dernière élection présidentielle. « Il y a une surreprésentation de l’électorat populiste chez les complotistes, explique Rudy Reichstadt. Les deux candidats qui ont ainsi capté le plus les complotistes ‘endurcis’ sont Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Au contraire, les électeurs de Benoît Hamon, d’Emmanuel Macron et, dans une moindre mesure, de François Fillon, résistent mieux aux théories du complot. »

Graphique sur le vote des complotistes lors du premier tour de l\'élection présidentielle de 2017.
Graphique sur le vote des complotistes lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2017. (Conspiracy Watch)

La perte de confiance dans les médias traditionnels

Dans ce contexte, une donnée se confirme : la perte de confiance dans les médias traditionnels est toujours aussi criante. « Le niveau de compromission des médias est effarant », fait remarquer Rudy Reichstadt en analysant le sondage. En effet, 36% des Français estiment que les médias sont largement soumis aux pressions du pouvoir politique et de l’argent, que leur marge de manœuvre est limitée et qu’ils ne peuvent pas traiter comme ils le voudraient certains sujets.

Ils sont également 30% à juger que les médias travaillent dans l’urgence et qu’ils restituent l’information de manière déformée et parfois fausse. Pire, ils sont 9% à croire que le rôle des médias est essentiellement de relayer une propagande mensongère nécessaire à la perpétuation du « système ». Il reste donc 25% des interrogés qui pensent que globalement, les médias restituent correctement l’information et qu’ils sont capables de se corriger quand ils ont commis une erreur.

Réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 19 au 20 décembre 2017, cette étude a été menée auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, complété par un sur-échantillon de 252 personnes de moins de 35 ans, qui ont été remises à leurs poids réel au sein de l’échantillon lors du traitement statistique des résultats. Au total, 1 252 personnes ont été interrogées. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

source

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Les menaces qui pèseraient sur le monde pendant ces 10 prochaines années selon Bloomberg

Statue de la Liberté, les Etats-Unis. Image d'illustration

L’agence Bloomberg sort la dernière édition de son Guide du pessimiste dans lequel il s’agit non seulement de prévoir les chocs potentiels de l’année prochaine, mais aussi d’examiner comment ils pourraient façonner la prochaine décennie.

L’agence de presse financière Bloomberg a publié récemment son « Guide du pessimiste 2028 », qui détaille 8 « scénarios catastrophe » et leur possible déroulement au cours des 10 prochaines années, de 2018 à 2028.

D’ici à la fin de l’année 2017, nous allons donc vous présenter ces différents scénarios, à commencer par celui qui table sur un déclin économique et politique des USA, en cas de second mandat de Donald Trump.

Scénario 1 : Donald Trump remporte un second mandat

2018 : Après une victoire sur les réductions d’impôts, Trump favorise une montée de la dérégulation et un engagement à dépenser des milliards de Dollar dans l’appareil militaire et les infrastructures. L’économie rebondit. L’enquête de Robert Muller ne permet pas d’impliquer Trump personnellement.

2020 : Malgré des sondages d’opinion faibles, Trump parvient à se faire réélire, face à des Démocrates divisés entre les camps de Kamala Harris et l’indépendant Bernie Sanders, qui sera alors agé de 79 ans.

2021 : Trump parvient finalement à mettre fin à Obamacare, mais ne la remplace pas. S’en suit un chaos dans le système de santé US, au moment où les dépenses publiques ont se sont terminées et ne dopent plus l’économie, et au moment où la bulle financière éclate. Les Etats-Unis tombent alors dans une profonde récession, avec un indice S&P 500 potentiellement à 1400 points en 2028 (contre 2660 environ actuellement).

2024 : Les américains élisent le Démocrate Jimmy Kimmel au poste de Président, après une campagne menée sur le thème d’une assurance santé nationale. Cependant, avec une Nation divisée, les habitants de Virginie choisissent Steve Bannon en tant que Sénateur, plutôt que Tim Kaine, ce qui crée un bloque le système législatif. S’en suivent des émeutes au sujet de l’assurance santé dans les principales villes.

2028 : Les Démocrates et les Républicains déclinent, face à une population désillusionnée et rejetant l’éstablishment politique, préférant des partis alternatifs. 4 candidats plausibles se présentent à l’élection présidentielle, mais aucun n’obtient les 270 votes nécessaires. Les combats politiques et les procès en justice s’en suivent et trainent sur 2029 alors que l’Inauguration Day approche, sans président pour les USA…

Comment établir une stratégie d’investissement face à ce scénario ?

Il semble probable que les USA feront face à un problème au sujet de l’inflation au cours des 12 prochains mois. Des variations au scénario pour 2018-2021 sont donc possible, notamment en ce qui concerne la désorganisation des Démocrates qui perdent les élections de 2020. Les difficultés à générer de la croissance pourraient venir de l’inflation en hausse et du resserrement monétaire qui l’accompagnera. Ajoutons à cela les soucis du système d’assurance santé et les paysage politique fracturé, et les actifs financiers US deviennent soudainement moins attractifs… Une possible stratégie à long terme consiste dans ce cas à se positionner à la vente sur les marchés boursiers US face aux marchés boursiers hors Amérique du Nord.

Les autres scénarios à découvrir au cours des prochains jours :

Scénario 2 : Les Fake News tuent Facebook
Scénario 3 : Le Bitcoin remplace les banques
Scénario 4 : La corée du Nord lance une attaque
Scénario 5 : En Grande-Bretagne, Corbyn remet le Socialisme au goût du jour
Scénario 6 : La guerre des générations détruit l’Europe
Scénario 7 : La Chine commence une guerre commerciale
Scénario 8 : Les voitures électriques mettent fin à l’ère du Pétrole

source

 
1 commentaire

Publié par le 18 décembre 2017 dans général, Religion - Prophéties

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

La « nouvelle normalité » des risques géopolitiques pourrait doper le cours de l’or dans les années à venir, selon Citi

pièces d'or
  • Les arguments géopolitiques pour investir dans l’or se sont renforcés durant les derniers mois. Ils n’ont plus été aussi convaincants depuis ces 4 dernières décennies, selon les analystes de City.
  • Les investisseurs ont tendance à chercher refuge dans des valeurs telles que l’or, le franc suisse et le yen durant les périodes de remous géopolitiques.
  • Les élections et les votations, les attaques militaires et les crises macroéconomiques sont les événements géopolitiques clés qui sont susceptibles, selon Citi, d’influencer les investissements dans l’or

Les cours de l’or devraient probablement être dopés dans les années qui viennent par la « nouvelle normalité », ce contexte de risques géopolitiques en recrudescence, d’après les analystes de Citi.

Les arguments géopolitiques en faveur des investissements dans l’or se sont renforcés durant ces derniers mois, et n’ont jamais été aussi forts durant ces 4 dernières décennies, selon les analystes de Citi. En conséquence, les cours de l’or devraient dépasser les 1400 $ l’once durant des périodes prolongées jusqu’à 2020.

Les élections et les votations, les attaques militaires et les crises macroéconomiques sont les événements géopolitiques qui sont susceptibles, selon City, d’influencer les investissements dans l’or. Même s’il n’y a pas de corrélation solide entre ces événements et la performance de l’or, la tendance est plutôt à la hausse durant cette période. (…)

« La demande d’or dictée par le cours des événements semble devenir plus fréquente, elle pourrait devenir la nouvelle normalité. En bref, même si les taux et les marchés des changes dictent majoritairement les évolutions du cours de l’or, le métal jaune est de plus en plus utilisé par les investisseurs en tant qu’assurance contre le risque politique et financier », selon Citi.

Citi voit l’or clôturer à environ 1270 $ l’once en 2018 pour ensuite grimper jusqu’à 1350 et 1370 $ l’once dans les 2 années à venir.

 

suite et fin

 
1 commentaire

Publié par le 1 décembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

« Selon UBS, en cas de crise, les banques centrales devront baisser leurs taux à -5 % »

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

C’est une étude sur les risques économiques, les prévisions de croissance mondiale, région par région qu’a publié la banque UBS la semaine dernière.

Cette étude a fait assez peu de bruit et n’a pas été franchement relayée, ce qui est bien dommage. Bon, d’un autre côté, elle fait plus de 200 pages, ce qui en fait un pavé à lire, mais pas qu’un pavé de lecture puisqu’il y a quelques réflexions qui constituent en elles-mêmes autant de petits et gros pavés dans la mare !

Plus de marges de manœuvre monétaire !

“Selon une étude d’UBS, la marge de manœuvre des instituts d’émission est réduite pour affronter une prochaine récession même faible. Celle des gouvernements s’est légèrement améliorée.”

On parle ici pour les gouvernements de “moyenne”, et si les finances de l’Allemagne se sont effectivement améliorées, et que les autres ne se sont pas plus “dégradées”, cela veut dire que globalement nous avons une très légère amélioration, mais vous voyez bien qu’il n’y a pas de quoi sabler le champagne ni même lancer un feu d’artifice pour fêter une nouvelle qui n’est pas si bonne que cela.

Pour les grandes banques centrales, là c’est encore pire, et vu les injections monétaires déjà réalisées, la grande banque UBS estime que les marges de manœuvre sont quasi nulles et qu’il faudrait, pour obtenir des résultats, baisser les taux d’intérêt à -5 % afin de réussir à stimuler l’économie.

Des taux à -5 %, cela veut dire décréter la consommation obligataire !

Appelez cela consommation, investissement ou dépense, peu importe, mais avec des taux à -5 %, cela veut dire qu’en 10 ans, cette taxe sur l’épargne amputerait votre fortune d’environ 50 % (ce n’est pas mathématiquement tout à fait cela, mais c’est l’idée). Si l’on vous laisse le choix entre perdre votre argent sous forme de taux négatifs ou consommer, arrivé à un certain niveau de taux négatifs, nous allons tous préférer comme agent économique acheter n’importe quel truc à n’importe quel prix qui peut nous être utile plutôt que de perdre notre argent.

Pourtant, derrière ce raisonnement logique d’agent économique embarqué dans une situation hallucinante, j’espère que vous avez vu l’aberration totale de ladite situation !!

Un système tellement à bout qu’il doit rendre la dépense obligatoire !

C’est cela qu’il faut comprendre dans cette remarque d’UBS, une grande banque du système et par le système et qui finance le système économique marchand tel qu’il est conçu.

Nous ne pouvons pas dépasser cette idée de “croissance” économique où, chaque année, il faut faire plus que l’année d’avant car si ce n’est pas le cas, alors tout le système d’endettement bâti s’effondre.

D’un côté, on vous explique, dans la plus immense des hypocrisies, qu’il faut prendre soin de l’environnement blablablabla et de l’autre, on vous explique qu’il faut plus de croissance, quitte à vous forcer à consommer pour faire tourner à vide ce système absurde.

Finalement, il n’y a pas plus écologiste que la décroissance.

Il n’y a pas plus écologiste que la déflation économique, que les récessions qui font beaucoup plus pour le ralentissement de la consommation, de la production, et donc de la pollution que n’importe quelle politique stupide à la Hulot et consorts.

La réalité c’est que nos dirigeants n’ont pas la moindre idée de la façon dont il serait possible de piloter un changement de système sans faire effondrer le système précédent.

Le problème auquel nous sommes confrontés, c’est qu’ILS ne savent pas comment mener une transition d’un système mourant à un système qu’il faudrait faire naître.

Il est donc fort probable que l’on finisse par un énorme plantage collectif lorsque le système lui-même buttera sur toutes les limites physiques de la planète, sur la disponibilité des ressources.

Nous y sommes presque.

La prochaine crise sera passionnante à vivre et à suivre.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Selon Elon Musk, deux choses menacent aujourd’hui l’humanité

deux choses menacent

Dans une interview accordée au magasine Rolling Stone, le PDG de SpaceX et Tesla, Elon Musk, a partagé quelques réflexions sur le changement climatique et l’intelligence artificielle qui, selon lui, menacent la survie de l’humanité.

Lorsque l’on pense à Elon Musk, on imagine quelqu’un avec une vision claire de l’avenir. En prenant du recul et en visualisant le tableau d’ensemble, si les activités dans lesquelles investit le milliardaire sont vaines, alors nous nous dirigeons vers un avenir où l’électricité sera abondante et facilement disponible, où les émissions de dioxyde de carbone seront à leur plus bas niveau et où l’humanité sera prête à vivre sur d’autres planètes. On a déjà imaginé plus sombre, comme avenir. Mais pour éviter les mauvaises surprises, autant s’occuper le plus rapidement possible des petits grains de sable qui pourraient devenir de gros cailloux et enrayer la machine.

Entre Tesla, l’Hyperloop et The Boring Company, Elon Musk a déjà pris, et continu de prendre, des mesures pour lutter contre les changements climatiques et le réchauffement de la planète en révolutionnant notre manière de voyager, de nous déplacer. Tesla vend également des tuiles solaires et des batteries capables de stocker de grandes quantités d’électricité produite à partir de l’énergie solaire. Ainsi Elon Musk se préoccupe de l’avenir de notre monde, car pour lui, « le changement climatique est la plus grande menace que l’humanité devra affronter au cours de ce siècle », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Rolling Stones“Cette vision est partagée par presque tous ceux qui ne sont pas fous dans la communauté scientifique.”

Comme pour le changement climatique, Musk fait également part à ceux qui l’écoutent de la menace de l’Intelligence artificielle qui pèse actuellement sur l’humanité. Il croit notamment que l’IA sera bientôt capable de surpasser ses créateurs. Il a récemment exhorté les gouvernements à imposer des restrictions sur l’IA avant qu’il ne soit trop tard, et a participé au lancement de l’OpenAI, une association de recherche à but non lucratif en intelligence artificielle dont l’objectif est de faciliter le développement d’une IA sûre et éthique.

Elon Musk pointe ici du doigt les firmes Facebook, Google, Amazon ou encore Apple : « ils ont plus d’informations sur vous que vous ne pouvez vous en souvenir », explique-t-il. “Il y a beaucoup de risques dans la concentration du pouvoir. Donc, si une intelligence artificielle généralisée représente un niveau de pouvoir extrême, cela devrait-il être contrôlé par quelques personnes chez Google sans d’autre surveillance ?”. John Giannandrea, responsable des recherches sur l’intelligence artificielle chez Google, jugeait il y a quelques semaines les craintes d’Elon Musk autour des dangers de l’IA « irresponsable ». Sa voix s’ajoutait à celle d’autres spécialistes qui reprochent à l’entrepreneur de se montrer trop pessimiste au sujet de cette technologie.

Notons au passage qu’Elon Musk investissait il y a quelques années dans le projet DeepMind, de Google, et ses projets d’IA comme AlphaGo Zero, histoire de garder un œil sur le développement de cette intelligence artificielle.

Source  

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 novembre 2017 dans Climat - Environnement, général, Sciences, société

 

Étiquettes : , , , , ,

De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux, selon un rapport

Résultat de recherche d'images pour "De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux, selon un rapport"

De plus en plus de pays suivent l’exemple de la Russie et de la Chine en manipulant les réseaux sociaux et en traquant les opposants sur internet, une grave menace pour la démocratie, s’est inquiétée mardi l’organisation Freedom House.

Selon une étude sur la liberté de l’internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l’information en ligne, contre 23 l’année précédente.

Ces manipulations incluent l’usage de commentateurs payés, de trolls, de « bots » – des comptes automatisés – ou de faux sites d’information selon ce rapport intitulé « Freedom on the Net » (Liberté sur internet).

Le rapport indique que ces tactiques de manipulation et de désinformation en ligne ont joué un rôle important dans les élections d’au moins 18 pays au cours de l’année écoulée, y compris aux Etats-Unis.

« L’usage de commentateurs rémunérés et de « bots » politiques pour diffuser la propagande gouvernementale a d’abord été développé par la Chine et la Russie, mais c’est maintenant un phénomène mondial », a expliqué Michael Abramowitz, le président de Freedom House.

Pour Sanja Kelly, directrice du projet « Freedom on the Net », ces manipulations sont souvent difficiles à détecter, « et plus difficiles à combattre que d’autres types de censure, comme le fait de bloquer certains sites web ».

L’année 2017 marque selon l’organisation la septième année consécutive de déclin de la liberté sur internet.
Pour la troisième année, la Chine est classée en tête des pays qui manipulent internet, en raison d’un renforcement de la censure et de la lutte contre l’anonymat en ligne et de l’emprisonnement de dissidents s’exprimant sur le web.

Le rapport mentionne aux Philippines une « armée de claviers » dans laquelle les gens sont payés 10 dollars par jour pour donner l’impression d’un soutien généralisé à la politique de répression brutale du trafic de drogue; et l’utilisation par la Turquie de quelque 6.000 personnes pour contrer les opposants au gouvernement sur les réseaux sociaux.

Accusée d’avoir cherché à influencer les élections aux Etats-Unis et en Europe, la Russie a quant à elle renforcé ses contrôles de l’internet dans le pays.

Les blogueurs qui attirent plus de 3.000 visiteurs par jour doivent désormais s’enregistrer auprès du gouvernement russe et se conformer à la loi sur les médias de masse. Les moteurs de recherche ont interdiction de prendre en compte les pages internet provenant de sites non enregistrés.
Freedom House exprime également son inquiétude face aux restrictions croissantes sur les VPN – des réseaux privés virtuels qui permettent de contourner la censure – désormais en place dans 14 pays.
Les Etats-Unis ne sont pas épargnés, selon le rapport.

« Si l’environnement en ligne aux Etats-Unis est resté dynamique et diversifié, la prévalence de la désinformation et des contenus partisans a eu un impact significatif », indique le rapport, ajoutant que « les journalistes qui contestent les positions de Donald Trump ont été confrontés à un harcèlement en ligne de façon flagrante ».

source 

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :