RSS

Archives de Tag: se préparer

Suède : les municipalités doivent se préparer à la guerre à la demande du gouvernement

Suède : les municipalités doivent se préparer à la guerre à la demande du gouvernement
Toujours plus proches de l’OTAN, les autorités suédoises ressuscitent une doctrine datant de la guerre froide, celle de la «stratégie de défense totale». Dans ce cadre les collectivités locales sont tenues de réactiver des mesures de défense civile.

Le gouvernement suédois a décidé de remonter le temps. Les autorités locales doivent ressortir des tiroirs des mesures de défense civiles afin d’être en mesure de faire face à un confit majeur. Il leur incombe de renforcer les services de secours ainsi que les dispositifs de protection civile. La «stratégie de défense totale», une doctrine datant de la guerre froide, implique que l’action militaire soit aussi complété par un effort du secteur économique et de la population.

Les autorités justifient la décision, annoncée en décembre 2015, par une «aggravation de la situation internationale». Selon une lettre de l’Agence de protection civile suédoise, la MSB, adressée aux municipalités, ces dernières doivent en conséquence se préparer à la «guerre et aux conflits». «Cette stratégie n’est pas nouvelle, nous l’avons mise en œuvre durant la guerre froide», indique la MSB, précisant toutefois : «Il n’y a rien qui indique qu’une guerre soit probable, mais le gouvernement nous a chargé de nous y préparer».

Le 25 mai 2016, le parlement suédois a ratifié un accord de coopération renforcée avec l’organisation politico-militaire de l’Alliance atlantique (OTAN). Cette dernière peut, depuis, déployer ses troupes dans le pays et mener des exercices militaires. Alors que la Suède n’est toujours pas, stricto sensu, membre de l’OTAN, Stockholm a décidé de se ranger sous son parapluie, le ministère de la Défense évoquant une «menace croissante de la Russie».

 

Étiquettes : , , , , , ,

Face à Trump, un journal chinois veut « davantage d’armes nucléaires » : « la Chine doit se préparer au pire »

Alors que la Chine a été occupé de désamorcer le récent conflit diplomatique avec le président élu Donald Trump, avec Pékin qui a été jusqu’à qualifier l’ambassadeur de Trump en Chine , Terry Brandstad, de «vieil ami», dans un contexte diplomatique tendu où de chaque coté on actionne tous les boutons belliqueux, nationalistes qu’on peut trouver. Dans un éditorial du Global Times jeudi , la Chine a déclaré qu’il devrait « significativement » augmenter les dépenses militaires et produire plus d’ armes nucléaires en réponse à l’élection du président américain Donald Trump,

La Chine doit « sensiblement » augmenter ses dépenses militaires et produire davantage d’armes nucléaires face au président élu des Etats-Unis Donald Trump, exhorte jeudi un journal chinois nationaliste proche du pouvoir.

Pékin doit « produire davantage d’armes nucléaires stratégiques et accélérer le déploiement du missile balistique intercontinental DF-41 » afin de protéger ses intérêts si M. Trump accule la Chine « d’une manière inacceptable », souligne le Global Times dans un éditorial.

Le montant des dépenses militaires de Pékin en 2015 (214 milliards de dollars) place la Chine au 2e rang mondial, loin derrière les Etats-Unis (595 milliards), selon l’institut suédois Sipri. Donald Trump a promis mardi d’augmenter ces dépenses.

Le DF-41, en cours de tests, peut emporter plusieurs têtes nucléaires. Il a une portée de 12.000 km, ce qui lui permettrait d’atteindre les Etats-Unis, selon l’institut spécialisé en défense Jane’s.

Lors de sa campagne électorale, M. Trump s’en est régulièrement pris à la Chine, traitée notamment « d’ennemie ». L’éditorial du Global Times fait suite à de virulentes attaques de Donald Trump contre la politique commerciale et militaire chinoise. Le président élu avait également défié Pékin en parlant la semaine dernière avec la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen.

Pékin considère l’île de Taïwan, séparée politiquement du reste de la Chine depuis 1949, comme une province chinoise, et s’oppose à tout contact officiel entre des dirigeants étrangers et les autorités de l’île.
« Nous devons être mieux préparés militairement concernant la question taïwanaise pour faire en sorte que ceux qui plaident pour l’indépendance de Taïwan soient sanctionnés et être mieux préparés en cas de provocations américaines en mer de Chine méridionale », martèle le Global Times.

Pour le quotidien China Daily aussi, « la Chine doit se préparer au pire ». « Ce qui est arrivé ces dernières semaines laisse supposer que les relations sino-américaines sont face à des incertitudes comme jamais auparavant: Trump ne fait pas qu’aboyer, il peut mordre aussi ».

Avec LLJ et Zero Hedge

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

L’Otan appelle les alliés à se préparer face à la menace potentielle de la Russie

Alors là ça commence vraiment à sentir le roussi . L’Otan qui appelle ses alliés à se préparer face à la fameuse menace Russe (pratique ce nouveau concept n’est ce pas) . Et qui donc se prépare ostensiblement à la guerre tout en communiquant dessus et donc en préparant l’opinion publique mondiale . Il faut à tout prix empêcher cette guerre – par tous les moyens imaginables . Et empêcher l’élite mondiale de l’ombre de dérouler leur plan de destruction créatrice. C’est ça aussi résister . C’est savoir se donner le pouvoir de dire NON . Z . 

Tirana – L’assemblée parlementaire de l’Otan a appelé lundi les alliés à se tenir prêts à répondre à la menace potentielle de la Russie contre l’un d’entre eux, à l’issue d’une session de trois jours à Tirana.

C’est là que tu te rends compte que l’Albanie fait partie de l’OTAN (depuis 2009…)…

Le défi en provenance de la Russie est réel et sérieux, a déclaré l’Américain Michael Turner, président de l’assemblée qui a réuni quelque 250 parlementaires des 28 pays membres de l’Alliance.

La déclaration adoptée à l’unanimité déplore l’usage de la force par la Russie contre ses voisins et les tentatives d’intimidation des alliés de l’Otan.

Ah, Irak Libye, Syrie, pays qui ont échappé à l’emploi de la force par leurs voisins – mais pas par l’Occident…

Dans ces circonstances, l’Otan n’a pas d’autre choix que de considérer l’éventualité d’une action agressive de la Russie contre un membre de l’Alliance comme une menace potentielle, et d’adopter des réponses adaptées et proportionnées, ajoute la déclaration.

La déclaration appelle les alliés à fournir des garanties aux pays membres, situés notamment à l’est de la zone Otan, qui estiment que leur sécurité est menacée.

L’Otan a interrompu tous les aspects pratiques de sa coopération avec la Russie à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie, et en raison du soutien de la Russie aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine, mais l’Alliance a annoncé qu’elle aurait des discussions avec la Russie avant le sommet de l’Otan prévu les 8 et 9 juillet à Varsovie.

La Russie qui soutient quelques Russes bombardés par leur armée en Ukraine, c’est mal.

La France qui soutient des djihadistes en Syrie, c’est bien.

En avril, le Conseil Otan-Russie avait tenu sa première réunion depuis juin 2014 mais les discussions se sont soldées par de graves désaccords concernant l’Ukraine et d’autres sujets, bien que le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg eut assuré à l’époque que les échanges avaient été fructueux.

L’Otan a procédé à un renforcement militaire sur son flanc est pour augmenter la rapidité du déploiement de ses forces en cas de répétition d’une crise comme celle de l’Ukraine. Lors de leur sommet à Varsovie, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance atlantique doivent parachever ce renforcement militaire.

Mais la Russie affirme que ce renforcement de la présence de troupes avec leurs équipements de combat en Europe de l’est représentait une menace pour sa sécurité.

Lors d’une visite lundi en Pologne, Jens Stoltenberg a déclaré que l’Otan envoyait un signal clair à tout adversaire potentiel (signifiant) qu’une attaque contre la Pologne serait considérée comme une attaque contre l’Alliance toute entière.

La Russie a dénoncé le déploiement en Roumanie et en Pologne d’éléments du bouclier antimissile américain qu’elle considère comme une menace pour sa sécurité. L’Otan assure que ce système aurait un rôle purement défensif, devant servir à intercepter des missiles balistiques pouvant venir du Proche-Orient…

Le bouclier antimissile n’est pas dirigé directement contre la Russie, il est dirigé contre des menaces venant de l’extérieur de la zone euro-atlantique, a réaffirmé le secrétaire général de l’Otan.

 

L’assemblée parlementaire de l’Otan a assuré néanmoins que l’Alliance étudierait les moyens de réduire les tensions avec la Russie tout en abordant les violations inacceptables par la Russie des normes internationales.

OB : Je vous rappelle que quand on lit “normes internationales” ou “lois internationales”, sans en citer une seule, c’est du flan 9 fois sur 10

(©AFP / 30 mai 2016 21h51)

Source : Romandie.com, 30/05/2016

=======================================

Donc évidemment, avec une telle déclaration, la Russie va devoir réagir… Bien joué…

Rappel :

otan-russie-1

N.B. vous notez visuellement dans ce schéma que, par habitant, l’OTAN dépense donc en moyenne bien plus que la Russie… En fait, 980 $ contre 630 $/hbt, soit la bagatelle de 50 % de plus

otan-russie-2

C’est là où on voit qu’il y a un sérieux problème avec nos gouvernants…

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

D’après le Space and Science Research Corporation, il faut se préparer à une nouvelle ère glaciaire et à un accroissement des catastrophes géophysiques

Les sets de données de la température globale révèlent que depuis plus de la dernière décennie, les températures de la surface du globe ont stagné et qu’elles sont même plutôt en train d’entrer en phase de refroidissement à l’heure actuelle. Ceci s’est produit malgré une énorme addition de CO2 dans l’atmosphère durant cette même période.

C’est exactement ce que je pense qui est en cours …. : nous allons sûrement vers un nouvel age de glace, j’en ai déjà beaucoup parlé et j’y reviendrait longuement .  Au début j’ai pensé que tout était lié à une « menace spatiale » qui se profilait, mais ensuite je me suis rendu compte que c’est plus du coté d’un nouveau super cycle climatique qu’il faut regarder (et du soleil), qui devrait se manifester par un nouvel age de glace, et accessoirement, le tout pourrait aussi être lié à un pole shift, qui nous pend au nez et dont nous voyons les prémisses. 

Le graphique ce dessous montre que l’intensité du champ magnétique à ses pôles Nord et Sud subi une baisse depuis un demi siècle et qu’il s’est fortement dégradé depuis l’an 2000.

Z .

Le Space and Science Research Corporation (SSRC) est le premier organisme de recherche aux États-Unis sur le sujet des changements climatiques liés à une ère de refroidissement global de longue durée. Outre la recherche, son objectif est d’alerter les gouvernements, les médias et les populations sur la nécessité de se préparer à cette nouvelle ère glaciaire .

Le SSRC croit, ainsi que d’autres scientifiques et géologues, qu’il existe une forte probabilité que les éruptions volcaniques et les tremblements de terre seront plus nombreux en fréquence et en intensité au cours de cette prochaine ère. Tous ces événements catastrophiques seraient le résultat d’un cycle « d »hibernation solaire », soit une réduction spectaculaire de la production d’énergie du Soleil.

 

En date du 8 juin dernier, le SSRC a émis un communiqué de presse sur son site intitulé « La menace de tremblements de terre et de volcans augmente pour les États-Unis ».

 

Le 5 juin 2015, une lettre a été envoyée à Craig Fugate, administrateur de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), par le PDG du SSRC. Dans cet écrit, on peut lire que:

 la probabilité de séismes et d’éruptions volcaniques dans les régions sismiques et volcaniques a augmenté de manière significative;

– nous croyons que les États-Unis et tous les pays du monde sont maintenant entrés dans la période la plus dangereuse pour des tremblements de terre catastrophiques et des éruptions volcaniques depuis les derniers deux cents ans;

 

– une nouvelle tendance vers l’augmentation du nombre et de l’intensité des tremblements de terre et des volcans à l’échelle mondiale a déjà commencé et génère de graves préoccupations dans le domaine de la géologie;

 

– l’élévation du niveau de menace que nous lançons est intimement liée à une réduction dramatique en cours de la production d’énergie du Soleil (hibernation solaire);

 

– ces périodes sont universellement reconnues au sein de la communauté de la physique solaire. Notre précédente recherche indiquant le début de la prochaine hibernation solaire est maintenant confirmée par la NASA.

 

– par conséquent, nous croyons que les zones sismiques et volcaniques à haut risque aux États-Unis, surtout en Californie, en Caroline du Sud et en particulier la zone sismique de New Madrid, peuvent éprouver de grands tremblements de terre ou éruptions volcaniques à tout moment entre maintenant et jusqu’en 2030.

 
– dans le cas de la faille de New Madrid, nous montrons que dans chacune des quatre dernières périodes d’hibernation solaire, un tremblement de terre catastrophique a frappé la région. Maintenant qu’une nouvelle hibernation solaire a commencé, nous en appelons à prendre des précautions maximales étant donné la forte probabilité que d’autres tremblements de terre dévastateurs frappent à nouveau la zone sismique de New Madrid.

 

– la fenêtre pour un prochain grand tremblement de terre sur la faille de New Madrid est comprise entre 2017 et 2038.

 

John L. Casey, PDG du SSRC, termine sa lettre en disant:

Il est compréhensible que cette lettre puisse être difficile à accepter étant donné l’ampleur du problème et des obstacles que vous rencontrerez d’un point de vue politique et scientifique pour en arriver à prendre une action décisive comme nous vous exhortons à le faire. Toutefois, avant de rejeter ce message, je demande instamment que vous examiniez soigneusement nos recherches, nos conclusions et nos recommandations pour la préparation de ce nous croyons être une période géophysique destructive jamais inégalée.

 
Voici le lien où vous pourrez prendre connaissance de la lettre:
 
3 Commentaires

Publié par le 17 juin 2015 dans Climat - Environnement, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

La Chine et la Russie inquiètes d’une guerre mondiale « Puisque la possibilité d’une troisième guerre mondiale existe, la Chine doit se préparer »,

Alors que les tambours de guerre se font entendre un peu partout en Occident, un éditorial de la publication officielle chinoise Global Times, intitulé : « Puisque la possibilité d’une troisième guerre mondiale existe, la Chine doit se préparer », s’inquiète de la situation et met en garde contre le danger croissant « d’un affrontement militaire direct entre les États-Unis et la Russie », qui « s’élargirait probablement à toute la planète ». 

L’auteur de l’éditorial Han Xudong, professeur à l’Université PLA de la défense, insiste sur l’aspect maritime de l’affrontement potentiel :

Les océans Arctique, Pacifique et Indien ont été témoins des rivalités les plus féroces. Il est probable qu’une troisième guerre mondiale visera à s’arroger le contrôle des mers. A une époque où une guerre mondiale est susceptible d’avoir lieu, un sujet d’attention important pour les militaires chinois est de développer ses capacités à défendre ses intérêts nationaux. (…) Le développement de la capacité militaire chinoise devra s’adapter en conséquence, passant de la défense des droits territoriaux du pays à celle de ses droits maritimes. Alors que les États-Unis ont réorienté leur attention sur la région Asie-Pacifique, visant en particulier la Chine, les intérêts de la Chine sur les mers se trouvent de plus en plus menacés par les États-Unis. Sans capacité militaire de grande envergure, garantir la sécurité des intérêts de la Chine sur les mers serait un slogan sans réelle signification.

La Chine n’est évidemment pas la seule à s’inquiéter du cours que prennent les événements. Lors de la séance d’ouverture de la Douma (Parlement russe) le 15 septembre, son président Sergei Naryshkine a lui aussi lancé une mise en garde contre les intentions belliqueuses de l’OTAN. Il estime que la promesse de l’Alliance atlantique de fournir des armes au régime de Kiev signifie une ingérence dans les affaires domestiques du pays et un consentement aux crimes de guerre qui y sont commis, tandis que la politique irresponsable des Etats-Unis conduit le monde au bord d’une nouvelle guerre froide.

 

Comme pour confirmer ces inquiétudes, le commandant de l’OTAN le général Philip Breedlove se trouve cette semaine à Washington pour discuter de la manière dont peut être abaissé le seuil d’intervention défini par l’article 5 de la Charte de l’OTAN, obligeant les membres de l’alliance à secourir militairement un autre membre. Le général a déclaré lors d’un passage au Conseil de l’Atlantique que l’OTAN se préparait à répondre à une prétendue « guerre hybride » pouvant être conduite par la Russie contre un de ses membres, en activant l’article 5.

Nous avons essayé, au cours des 12 dernières années, de faire de la Russie un partenaire. Nous avons décidé de la localisation de nos bases, de la structure de nos forces et de questions économiques, en présumant que la Russie serait une partie constructive de l’avenir de l’Europe. Nous observons aujourd’hui que la situation est différente, et nous devons en tenir compte.

Dépenses militaires annuelles par pays, en milliards de dollars Crédit

Selon ce nouveau concept de « guerre hybride », l’OTAN entend attribuer à tout habitant russophone dans les pays entourant la Russie et engagé dans des actions militaires (comme c’est le cas dans l’Est de l’Ukraine) le statut d’« agresseur » ou de combattant au service de la Russie, autorisant ainsi l’OTAN à intervenir pour défendre ses alliés.

 

Selon cette définition absurde de la guerre (non validée par l’ONU), la décapitation de journalistes de nationalité américaine par un milicien de nationalité britannique travaillant pour l’Etat islamique pourrait être interprétée comme un acte de guerre commis par les Britanniques à l’égard des États-Unis !

 

Mais ceci ne semble pas perturber le général dans son raisonnement :

Ce que nous devons faire maintenant est de voir ces forces [les soldats « russes » non identifiés] et nos alliés situés à la frontière [avec la Russie] où il y a des populations russes considérables et de voir comment nous devons préparer ces pays à survivre à une vague initiale de cette guerre hybride. Il est clair qu’il y a une grande acceptation parmi les alliés de l’OTAN que si nous attribuions ces petits hommes verts à un pays agresseur, l’article 5 entrerait en jeu, et cela signifierait que toutes nos forces passeraient à l’action.

Le général a toutefois oublié de préciser que si l’OTAN s’élargit aux frontières de la Russie, comme elle le fait sans cesse depuis la chute du Mur, dans une zone d’influence où le cœur de ses intérêts n’est pas en danger, on finit forcément par intégrer comme alliés des pays composés de fortes minorités russophones, et que cette situation n’est en rien redevable à la Russie mais à l’OTAN elle-même.

 

http://www.internationalnews.fr

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Virus Ebola : «Tout est réuni pour que cela s’emballe», selon le codécouvreur du virus : Comment se préparer avant que la panique commence …

Au Népal, contrôle de passagers arrivant de zones infectées.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
AFP PHOTO/ Prakash MATHEMA

SANTE – Selon le codécouvreur du virus Ebola en 1976, «Jamais nous n’avions connu une épidémie d’une telle ampleur»…

De toutes façon en ces temps historiques, à tous niveaux, la 1ere recommandation est d’avoir des réserves de nourriture, de médicaments etc … : voici un papier  où le codécouvreur du virus prévient que «Tout est réuni pour que cela s’emballe», suivi par un autre qui propose des solutions et des recommandations au cas où le pire se produirait …

Depuis le début de l’épidémie , malgré le discours mainstream qui se veut rassurant (Ebola : pourquoi le virus tueur dont nous devrions vraiment avoir peur ne sortira pas des forêts tropicales :  il est déjà sorti des forets tropicales,  les cas hors Afrique se multiplient) , le fait est que l’épidémie est en train de se transformer en pandémie (presque 1/3 des 1500 cas cette dernière semaine ) …  On vous donne un temps d’avance en vous diffusant les bonnes infos : sachez l’utiliser …

Je ne veut pas etre alarmiste , mais la déclaration du  codécouvreur du virus l’est, et les failles de sécurité en Afrique sont telles que je ne pense pas que l’épidémie sera jamais confinée là bas : préparez vous, juste au cas où … et si ça s’arrête et qu’ il ne se passe rien,  tant mieux (= principe de précaution) ; Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

Le professeur belge Peter Piot, codécouvreur du virus Ebola en 1976, a estimé mardi que tout était réuni pour que l’épidémie «s’emballe» et a regretté «la lenteur extraordinaire» de la riposte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans une interview à Libération.

«Jamais nous n’avions connu une épidémie d’une telle ampleur (…). Depuis six mois nous assistons à ce que l’on pourrait appeler une + tempête parfaite +: tout est réuni pour que cela s’emballe», a mis en garde le Pr Piot.

L’épidémie de fièvre hémorragique Ebola, qui a déjà fait près de 1.500 morts, «explose dans des pays où les services de santé ne fonctionnent pas, ravagés par des décennies de guerre. En plus, la population se méfie radicalement des autorités», a-t-il relevé dans le quotidien. «Il faut rétablir la confiance. Rien ne peut se faire dans une épidémie comme celle d’Ebola sans la confiance».

La «lenteur» des institutions dénoncée

Le coordinateur de l’ONU contre le virus Ebola, le Dr David Nabarro, avait déjà prévenu lundi que la lutte contre l’épidémie était une «guerre» qui n’était pas gagnée et pourrait prendre six mois.

Le professeur Piot a également regretté «la lenteur extraordinaire» des institutions. «L’OMS ne s’est réveillée qu’en juillet» alors que l’alerte avait été lancée dès le début du mois de mars et que l’épidémie avait débuté en décembre 2013. «Elle endosse maintenant le leadership, mais il est tard», remarque-t-il.

A la mi-août, des experts réunis par l’OMS ont jugé «éthique» de fournir aux malades des médicaments expérimentaux aux effets secondaires non encore mesurés.

http://www.20minutes.fr/monde/1432323-20140826-virus-ebola-tout-reuni-emballe-selon-professeur-piot

biohazard

Le virus Ebola se répand, et aucune personne d’autorité ne fournit d’informations au public quant au sérieux de la contagion.

Il y a seulement quelques semaines, le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies (CPCM) et les médias grand public déclaraient que la contagion n’atteindrait pas les côtes des Etats-Unis. Mais ce matin même, des rapports étaient publiés dans tout le pays par des hôpitaux qui ont admis des patients ayant récemment voyagé en Afrique et présentant des symptômes possiblement liés au virus mortel.

Au Nigéria, ou seules quelques morts ont été officiellement reportées, la communauté médicale a demandé de l’aide sous forme de sérums expérimentaux aux Etats-Unis, ce qui pousse à croire que la situation est bien pire que ce que l’on nous dit.

L’Organisation mondiale de la santé a rapporté une explosion du nombre de cas confirmés au cours de ces 48 dernières heures.

Une analyse des cas confirmés menée par Joshua Krause, du Daily Sheeple, suggère que bien que le virus ait été quasiment éradiqué en avril, il est désormais plus menaçant que jamais et se propage à une vitesse exponentielle.

Ce qui est le plus bizarre et le plus frustrant à propos de tout cela est que ni le gouvernement des Etats-Unis ni les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies ne fournissent une quelconque information sur le sujet au public américain. Ils continuent de dire qu’ils disposent des infrastructures nécessaires pour contrer la propagation du virus aux Etats-Unis et de dire que nous n’avons rien à craindre parce que la situation est sous contrôle.

Si ne serait-ce qu’un seul cas se manifestait dans n’importe quelle ville des Etats-Unis, ce discours se retrouverait immédiatement décousu. Si quelqu’un en Géorgie, en Ohio, à New York ou dans n’importe quel autre Etat était admis à l’hôpital et se trouvait être atteint de l’Ebola, nous saurions sans l’ombre d’un doute que les efforts du CPMC ont échoué.

Et si des cas d’Ebola commençaient à se manifester aux Etats-Unis, la population cèderait très vite à la panique.

Voyez la photo ci-dessous. Elle a été prise la semaine dernière à Toledo, une heure seulement après que la ville ait annoncé que ses réserves d’eau avaient été contaminées :

toledo

Voyez comme la moindre goutte d’eau a disparu des étalages.

Imaginez un instant à quoi ressembleront les étalages des magasins, des pharmacies et des quincailleries douze heures après qu’une infection ait été annoncée sur le sol américain.

Les choses se passeront très vite.

Les efforts d’endiguement du CPCM ont jusqu’à présent porté leurs fruits, et peut-être que l’Ebola n’ira pas plus loin. Mais étant moi-même naturellement sceptique face aux capacités de notre gouvernement à mitiger un tel virus, compte tenu notamment du manque d’informations publiées par le CPCM et du gouvernement, je pense possible que l’Ebola commence un jour à se répandre aux Etats-Unis.

Et quand il le fera, le CPCM et le Département de la sécurité intérieure annonceront sans doute un certain nombre de précautions auxquelles nous devrons tous nous plier – qui comprendront une liste de provisions et de stratégies à employer.

Et devinez ce que 300 millions d’Américains décideront de faire en même temps après l’annonce de ces recommandations ? (ne regardez pas plus loin que la catastrophe de Fukushima et la manière dont elle a affecté l’offre et le prix de l’iodure de potassium).

Si vous n’avez pas accumulé de provisions avant que l’état d’urgence soit annoncé, préparez-vous à faire sans.

Si vous voulez vous préparer avant des millions d’autres Américains, je vous conseille de suivre les recommandations ci-dessous. Elles proviennent de sources informées et sont très similaires à celles que publierait le gouvernement dans l’éventualité d’unepandémie aux Etats-Unis.

La professionnelle des services d’urgence, Tess Pennington, qui a écrit The Prepper’sBlueprint, explique que le gouvernement aura des protocoles spécifiques à faire appliquer à l’échelle locale, nationale et fédérale, qui n’excluront pas des fermetures à grande échelle.

Comprendre que nos vies sont susceptibles d’être dramatiquement transformées par une pandémie et se préparer à cette éventualité ne peut que nous aider à faire de meilleurs choix pour le bien-être de notre famille. Voici certains des changements auxquels nous risquerions de faire face :

-Fermetures de magasins et de commerces

-Dislocation de notre infrastructure de base : communications, transports publics, chaines d’approvisionnement

-Suspension des versements de salaire

-Pénurie de personnel dans les hôpitaux et les cliniques

-Interruption des services publics – écoles, bureaux, mais aussi évènements sportifs ou religieux

-Quarantaine volontaire ou involontaire mandatée par le gouvernement

Le système tout entier pourrait se trouver gelé.

The Organic Prepper, et auteur de The Pantry Primer, a décrété qu’en de telles circonstances, il est nécessaire d’adopter une stratégie à la « personne ne sort et personne ne rentre » afin d’être absolument certain qu’aucun membre de votre famille ne puisse être contaminé.

J’ai bien conscience que cela puisse sembler sévère, mais c’est une stratégie absolument nécessaire. Si vous faites des exceptions, vous pourriez tout aussi bien aller vous battre avec des inconnus au nez qui coule dans les rayons de WalMart avant d’aller prendre vos enfants dans vos bras. C’est la même chose.

Une fois que vous vous êtes enfermé, les provisions que vous avez en réserve sont celles avec lesquelles vous devrez faire. Vous ne pourrez plus aller au magasin pour acheter quelque chose que vous avez oublié.

Cela signifie que si un membre de votre famille se présentait à votre porte, il devrait d’abord être mis en quarantaine pendant quatre semaines au moins, pendant lesquelles il ne serait pas autorisé à accéder à l’intérieur de votre maison ou à entrer en contact avec les autres membres de votre famille, ni de sortir dans un lieu public. Organisez une pièce dans votre maison dans laquelle il puisse passer un mois en quarantaine. S’il ne présente aucun symptôme à la fin du mois, autorisez-le à accéder au reste de votre maison.

Cela signifie aussi que vous auriez malheureusement à refuser la présence de quelqu’un de malade, qui pourrait mettre en danger votre famille.

Organisez-vous dès aujourd’hui avec votre groupe et discutez de comment faire face à la situation. Trouverez-vous refuge ensemble, au même endroit, et désignerez-vous une deuxième maison dans laquelle vous réfugiez si la situation venait à s’aggraver ou si quelqu’un tombait malade ? Ou déciderez-vous de chercher refuge séparément du fait de la nature de l’urgence en question ? Parlez-en ensemble, et discutez des évènements suite auxquels vous devrez prendre la décision de vous réfugier. Préparez-vous et ne déviez pas de votre plan, ne vous souciez pas des commentaires de ceux qui pensent que vous allez trop loin, de l’école à laquelle vos enfants ne vont plus, et de toute autre influence extérieure. Si vous avez décidé que le risque est trop élevé et que vous devez vous protégez, faites-le.

Article intégral

Voici une liste de provisions de base tirée de The Organic Prepper, et qui vous aidera à vous préparer à une pandémie :

)

Ces provisions devraient vous être utiles en matière de prévention, particulièrement si vous prenez la décision de rester chez vous.

Nous devons toutefois nous rappeler que certains d’entre nous, pour quelque raison que ce soit, puissent se trouver dans l’obligation de sortir. En partant de ce principe, nous devons nous préparer au pire des scénarios – une infection ou une infection potentielle chez nous.

Si vous devez sortir, voici ce que le personnel médical porte dans des environnements contagieux :

Si vous vous retrouver dans l’obligation de sortir de chez vous, il vous faudra vous protéger au mieux, couvrir vos yeux, vos mains, votre nez et votre bouche.

En plus des masques respiratoires N95 mentionnés plus haut, vous pourriez avoir besoin de masques N100, qui sont plus chers, mais aussi recommandés par l’Organisation mondiale de la santé.

Vous pouvez aussi opter pour un masque intégral. Aussi loin que vos efforts sont concernés, mieux vaut faire d’une pierre deux coups et vous munir d’un masque intégral avec protection nucléaire, biologique et chimique, comme celui de fabrication américaine appelé SGE 400/3. Si vous sortez muni d’un tel masque, assurez-vous de ne pas oublier d’acheter des filtres NBC.

Pour ce qui concerne votre protection à l’intérieur de votre maison, Tess Pennington, de chez Ready Nutrition, recommande l’aménagement d’une « chambre de malades » qui puisse être utilisée pour isoler les éventuelles infections et servir de zone de quarantaine pour les amis et les membres de votre famille susceptibles d’arriver chez vous.

L’aménagement d’une chambre des malades nécessite entre autres :

L’idée est la suivante : vous ne pouvez pas dépendre du gouvernement pour vous fournir des informations précises avant qu’il soit trop tard. Le personnel des services d’urgence sera dépassé, et vous ne pourrez compter que sur vous-même et sur les membres de votre groupe.

Ne vous attendez pas à recevoir une aide extérieure.

Cela signifie que vous aurez besoin d’avoir de la nourriture, de l’eau et d’autres provisions sous la main. Si l’état d’urgence entraînait une suspension générale du système de commerce, vous pourriez avoir à recourir au troc afin d’obtenir d’autres biens nécessaires. Dans une telle éventualité, des métaux précieux seraient aussi nécessaires. Le prix de l’argent sur Silver.com est aujourd’hui d’environ 20 dollars. Il est peut-être temps pour vous d’accumuler quelques Eagles ou quarters et demi-dollars d’avant 1965 – qui contiennent 90% d’argent. Ces instruments commerciaux sont reconnaissables de tous et pourraient vous être utiles.

Préparez-vous dès aujourd’hui. Comme nous l’avons vu par le passé, attendre les annonces du gouvernement pour le faire signifie souvent s’y prendre trop tard.

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-comment-se-preparer-a-l-ebola-avant-que-la-panique-commence.aspx?article=5714723800H11690&redirect=false&contributor=Mac+Slavo.

 
5 Commentaires

Publié par le 27 août 2014 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

L’OTAN n’est « pas prête », et « doit se préparer, à une ‘agression russe’  » !!! (Le 17 Juillet , le Congrès Américain a voté la Guerre à la Russie)

L’OTAN n’est pas prête à faire face à une attaque venant de Russie

 L’OTAN n’est pas prête à faire face à une attaque venant de Russie

Par La Voix de la Russie | En étudiant l’hypothèse d’un possible conflit militaire entre l’Alliance Nord-atlantique et Moscou, les membres du comité de la Défense britannique sont arrivés à la conclusion que les forces de l’OTAN seront incapables de défendre leurs alliés. Et justifient par ce fait le renforcement de la présence de leur présence dans les Etats baltes.

Le conflit en Ukraine, aurait-il réveillé le fantôme de la Guerre Froide ? La Commission de la Défense de la Chambre des Communes britannique est arrivée jeudi dernier à la conclusion que l’OTAN « n’est pas prête pour contrer la menace » venant de Russie et devrait déployer son équipement militaire dans les Etats baltes.

« L’OTAN possède des lacunes importantes dans ses structures de commandement, dans sa capacité à prévoir et réagir de manière adéquate à une attaque potentielle et ses forces armées manquent de préparation », souligne le communiqué paru sur le site du Comité à l’issue de la réunion de jeudi.

Le communiqué du Comité de la Défense du Royaume-Uni explique ce manque de préparation par le fait qu’au cours de ces dernières années les forces de l’alliance combattaient contre les rebelles (notamment en Afghanistan), et non pas avec une armée régulière.

Cependant les membres du comité ont reconnu que le risque d’une attaque directe venant de la part de Russie contre l’OTAN n’est pas élevé. « Mais le risque d’une attaque non conventionnelle, en employant la tactique de « guerre ambiguë » en Ukraine ou ailleurs, pourrait être encore plus difficile à contrer », mettent-ils toutefois en garde.

Dix anciens signataires du pacte de Varsovie ont rejoint l’OTAN depuis la fin de la Guerre Froide, dont trois – l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie, possèdent une frontière commune avec la Russie. Leur sécurité est garantie en vertu de l’article 5 du Traité de l’OTAN. Selon cet article, une attaque armée contre un ou plusieurs membres de l’alliance sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et chaque membre assistera la partie attaquée pour rétablir est assurer la sécurité dans la région. L’article 5 n’est pas contraignant en ce qui concerne le type d’assistance que peuvent apporter les Etats-membres de l’OTAN. Elle peut notamment consister en l’envoi de soldats, l’utilisation de bases aériennes, voire même en l’aide financière au membre qui encourt un danger potentiel.

Renforcer la présence militaire dans les Etats baltes

Face à ces menaces hypothétiques, l’OTAN devrait pré-positionner son équipement militaire dans les Etats baltes, estiment les experts militaires britanniques. Et « assurer une présence continue des troupes de l’OTAN dans la région en menant des exercices militaires régulières ». Le Comité de la Défense conseille notamment établir « des bureaux d’administration de l’alliance pour ce concentrer sur la région de la Baltique et de l’Europe de l’Est ».

Il faut rappeler que ces demandes ont déjà été formulées par la Pologne, où sont déployés les systèmes de missiles sol-air Patriot. Compte tenu de la certitude des pays occidentaux que la Russie est en train d’armer les membres de la milice populaire dans le Sud-Est de l’Ukraine, les ex-signataires du pacte de Varsovie ont davantage d’arguments pour demander à l’OTAN des garanties de leur sécurité. C’est pourquoi il est fort probable que ces projets soient discutés lors du sommet de l’OTAN qui aura lieu en septembre dans le pays de Galles.

Des échos de la Guerre froide ?

Les experts militaires russes sont persuadés que de telles affirmations témoignent de la volonté d’effectuer une démonstration politique avant le sommet de l’OTAN en septembre. Selon le directeur du Centre des stratégies et des technologies Rouslan Poukhov, le rapport des médias britanniques est « conjoncturel ». « Les Britanniques eux-mêmes ne croient pas que cela puisse arriver », a-t-il indiqué récemment dans un entretien aux médias russes.

La question d’une hypothétique confrontation directe entre l’OTAN et la Russie est évoquée depuis déjà plusieurs mois par les médias occidentaux. Mais c’est George Friedman, rédacteur en chef de l’agence de veille géostratégique Statfor, qui a donné en mars dernier le point de vue le plus pondéré.

« Si les Etats-Unis décident d’entrer en confrontation militaire directe avec la Russie, ils auront besoin d’un périmètre stable avec un front le plus large possible pour étendre les forces russes et diminuer la probabilité des attaques russes sur un point sous la menace d’une contre-attaque sur un autre point », écrit-il dans son article. « L’OTAN serait le mécanisme idéal pour réaliser une telle stratégie. Mais le problème, c’est que l’OTAN n’est plus une alliance fonctionnelle. Elle a été conçue pour lutter pendant la Guerre froide sur une ligne de front bien plus à l’Ouest de la ligne actuelle. Et l’opinion que l’URSS présente une menace pour l’Europe de l’Ouest était unanime ».

Aujourd’hui deux positions opposées sur la doctrine militaire russe sont prépondérantes en Europe. Selon la première, la Russie défend ses intérêts légitimes dans l’espace post-soviétique, ne présentant pas de menace aux pays de l’OTAN. Et la deuxième, soutenue notamment pas les pays baltes, évoque une « menace russe » qui s’est renforcée après l’adhésion de la Crimée à la Russie.

En s’exprimant sur la situation en Ukraine en mai dernier, le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a constaté que « la crise en Ukraine a changé le paysage de la sécurité en Europe ». Les discussions sur le rapprochement des forces de l’OTAN vers les frontières de la Russie ne sont donc pas anodines.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_08_04/L-OTAN-n-est-pas-prete-a-faire-face-a-une-attaque-venant-de-Russie-7927/

L’OTAN « doit se préparer à une « agression russe » (LONDRES)

Pour Londres, l'OTAN doit se préparer à une "agression russe"

MOSCOU, 4 août – RIA Novosti/La Voix de la Russie Face à l’attitude de la Russie en Ukraine, l’OTAN doit revoir ses relations avec Moscou et renforcer sa capacité de réaction à toute menace émergente, a déclaré le premier ministre britannique David Cameron dans une lettre adressée à l’Alliance, écrit lundi 4 août le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Dans ce texte, le premier ministre britannique critique l' »annexion de la Crimée par la Russie », l’approvisionnement illégal en armes des forces prorusses, ainsi que la réaction de Moscou aucrash du Boeing malaisien dans le Donbass.

En avril, l’Alliance avait déjà annoncé la suspension de tout type de coopération civile et militaire avec la Russie. Cameron appelle ses homologues à aller encore plus loin: « Alors que la crise russo-ukrainienne dure depuis six mois, nous devons convenir de mesures à long terme pour renforcer notre capacité à réagir rapidement à toute menace. Cela rassurerait nos alliés qui craignent pour la sécurité de leur pays et stopperait les velléités d’ingérence de la Russie ».

Cameron suggère à l’Alliance de revoir le calendrier de ses exercices militaires, de construire de nouveaux sites d’infrastructure, d’assurer des fournitures préventives d’équipements militaires et de munitions, ainsi que d’augmenter le personnel de la Force de réaction de l’OTAN, limité actuellement à 25 000 personnes.

L’initiative de Cameron fait écho au discours du commandant en chef des Forces de l’OTAN en Europe, Philip Breedlove. Il s’est prononcé en faveur du renforcement de la base militaire de l’Alliance en Pologne pour avoir la possibilité d’un déploiement rapide des troupes otaniennes contre la Russie.

L’Allemagne désapprouve cette démarche. Selon le Westdeutsche Allgemeine Zeitung, Berlin estime qu’il est possible de renoncer au « déploiement à long terme d’un grand nombre de soldats » en Europe de l’Est, conformément à l’acte fondateur OTAN-Russie. Au lieu de cela, le gouvernement allemand propose de mettre en place les conditions permettant, si besoin, de projeter rapidement les troupes de l’OTAN.

L’Allemagne veut également continuer de coopérer avec la Russie. Dans sa réponse à la requête du parti des Verts, le gouvernement indique qu’il n’est possible d’instaurer en Europe une sécurité à long terme qu’en coopérant avec Moscou, mais que les conditions d’une telle coopération n’étaient pour l’instant pas réunies en raison de ses actions.

La confiance entre Berlin et Moscou a été « indéniablement sapée », a noté le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, interrogé par le Frankfurter Allgemeinen Sonntagszeitung. Il a rejeté la critique de ses efforts de médiation pour surmonter la crise ukrainienne par des méthodes diplomatiques et a dit miser sur la poursuite des négociations avec la Russie. « Si le gouvernement fédéral ne suspend pas les négociations avec la Russie, cela n’est en aucun cas un signe de naïveté politique, a souligné Steinmeier. Il faut comprendre que sans la participation de Moscou il est quasiment impossible de trouver une solution politique à la crise ukrainienne ».

RIA Novosti
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/2014_08_04/Pour-Londres-lOTAN-doit-se-preparer-a-une-agression-russe-8673/

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :