RSS

Archives de Tag: Russes

Un satellite espion israélien découvre une cache secrète de missiles russes en Syrie

Ils sont très fort ces Israéliens …. il faut savoir que leur technologie égale voir dépasse celle des américains (les transferts de technologie sont systématiques dans un sens, mais pas dans l’autre) .  Mais les Russes restent au dessus du lot sur ce point …  Un message de Poutine ?

Un satellite espion israélien a découvert un certain nombre de missiles balistiques russes mobiles à courte portée stockés en Syrie, a rapporté vendredi la chaîne israélienne Channel 2.

Dans des photos de haute définition prises par les satellite israélien « Éros B », on voit clairement les missiles, surnommées « Iskander », sur des camions à l’intérieur d’une base militaire à Lataquié, situé en Syrie occidentale.

Les images semblent prouver ce que les services de renseignements occidentaux ont longtemps soupçonné : la Russie a fourni à la Syrie un large panel de missiles les plus avancés.

Avant vendredi, il y a eu peu de preuves des missiles, étant donné le fait que les Russes et les Syriens avaient caché les armes dans des emplacements stratégiques dissimulés. Des pluies torrentielles fortes, cependant, ont forcé les russes à transférer les missiles dans des emplacements différents utilisant des camions…

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

WW3 – Les pilotes de la Royal Air Force ont reçu l’ordre de tirer sur les avions russes « hostiles » en Syrie !!

C’est une info capitale, et pourtant aucun média  n’en parle .

Apres la Russie qui a installé ses batteries de missiles en Syrie, avec l’ordre de tirer sur toute menace aérienne (ce ne peut être personne d’autre que l’Otan ou la coalition occidentale, les seuls à posséder des avions), jamais nous n’avons été aussi proches depuis la fin de la guerre froide d’une escalade fatale .

Il suffirait qu’un seul avion soit abattu d’un coté ou de l’autre pour mettre le feu aux poudres . Chaque partie à fait part la semaine dernière de sa volonté d’en découdre, tant les Russes que les occidentaux .

Dans le dernier développement dramatique, les pilotes de la Royal Air Force (RAF) ont l’ordre de tirer sur les avions russes « hostiles » en Syrie !!

Voici Zero Hedge :

Comme les États – Unis entrent officiellement dans la campagne militaire au Yémen, le Royaume-Uni semble prêt et disposé à precipiter un événement catalytique à partir duquel il n’y aura pas de retour. Avec les relations entre la Russie et l’Occident au plus bas depuis l’ après-guerre froide et qui se détériorent rapidement , les pilotes de la Royal Air Force (RAF) ont reçu le feu vert pour abattre des avions militaires russes en missions de vol sur la Syrie et l’ Irak, si ils sont mis en danger par eux. Le développement est livré avec des avertissements que le Royaume-Uni et la Russie sont désormais « un peu plus proches » d’être en guerre, selon le Sunday Times.

Alors que les pilotes de Tornado de la RAF ont été chargés d’éviter tout contact avec des avions russes dans l’exercice de missions pour l’Opération Shader, le nom de code anti-Isis de la RAF en Irak et en Syrie, leurs avions ont été armés de missiles air-air et les pilotes ont obtenus  le feu vert pour se défendre si ils sont menacées par des pilotes russes.

«La première chose qu’un pilote britannique va faire est d’essayer d’éviter une situation où une attaque  air-air est susceptible de se produire – vous évitez une zone si il y a de l’activité russe, » a dit au Sunday Times une source non identifiée du Quartier général interarmées permanent du Royaume – Uni ( PJHQ) .  » Mais si on tire sur un pilote ou qu’il croit qu’on est sur le point de lui tirer dessus, il peut se défendre . Nous avons maintenant une situation où un seul pilote, sans distinction de nationalité, peut avoir un impact stratégique sur les événements futurs. »

Là où les choses se compliquent est le qualificatif «s’il croit qu’on est sur le point de lui tirer dessus,   » – car cela rend l’engagement ouvert en fonction de l’ évaluation des menaces en temps réel lors de conditions de stress, la probabilité d’une escalade qui pourrait se traduire par deux avions de combat qui se tirent l’un sur l’autre, qui a bondit de manière significative.

Les avion Tornados de la RAF seront armés de Missiles Air-Air à recherche avancée de chaleur  (Asraams, également appelés missiles AIM-132), le IBT ajoute . Ces armes, qui ont coûté 200 000 £ chacun, ont une portée plus longue que d’ autres missiles air-air, permettant aux pilotes de la RAF d’ abattre des avions ennemis sans être eux-mêmes ciblés.

Fournissant une couverture largement sous-estimée d’une escalade importante, le Sunday Times fait état d’une évaluation effectuée par les responsables de la défense du Royaume-Uni qui ont déclaré: «Il a fallu six jours pour la Russie afin de frapper des cibles d’Isis, et toutes les frappes aériennes ont inclus des groupes d’opposition modérés qui se battent pour défendre leurs zones d’Isis. Parmi les cibles touchées il y avait trois hôpitaux de campagne « . Dans les dernières 24 heures le ministère de la Défense de la Russie a déclaré qu’il a poursuivi ses frappes aériennes sur les positions d’ISIS à Hama, Idlib, Latakia et Raqqa. Il a rapporté que les attaques ont entraîné la «destruction complète» de «53 zones fortifiées et de points forts avec de l’armement et du matériel militaire », sept dépôts de munitions, quatre camps sur le terrain des «terroristes», un centre de commandement et des batteries d’artillerie et de mortier.

La Russie a répliqué que les frappes aériennes des États-Unis ont échouées à avoir beaucoup d’impact sur les cibles d’ISIS, et qu’a été effectué le mois dernier, une frappe « trompeuse » par les forces américaines de la coalition qui a tué plus de 60 soldats syriens dans un mouvement que la Russie a accusé d’être une provocation à la guerre .

Le rapport du Sunday Times, citant une source de la défense comme disant: « . Jusqu’à présent, les Tornados de la RAF avaient été équipés de 500 bombes guidées par satellite – il n’y avait pas ou peu de menaces air-air . Mais dans la dernière semaine, la situation a changé . Nous devons réagir en conséquence.  »

Mais une autre source a résumé la gravité de la situation quand il a dit que « nous devons protéger nos pilotes , mais en même temps , nous faisons un pas de plus vers la guerre. Il faudrait juste qu’un avion soit abattu dans une bataille air-air et l’ensemble du paysage va changer.  »

Par resistanceauthentique

 
 

Étiquettes : , , , , , , ,

Des archéologues russes ont découvert de mystérieux crânes allongés

Une mission archéologique russe a découvert des crânes mystérieux dans le sud de la Russie.

Les restes d’un ancien peuple dont des crânes aux formes étrangement allongées ont été découverts par la mission archéologique du musée historique d’État russe une la nécropole située aux abords du village de Zailloukovo (Karardino-Balkarie, Russie).

La mission archéologique mène des fouilles sur le site depuis trois ans. Cependant, c’est la première fois que ses membres font face à une découverte aussi extraordinaire.

« Le crâne allongé a dû appartenir à une jeune fille âgée de 16 à 17 ans. Il est bien conservé, même toutes les dents sont à leurs places », évoque le dirigeant de la Société russe de géographie de Karardino-Balkarie, Victor Kotlyarov.

Selon lui, les archéologues ont découvert un autre crâne dont l’origine reste encore à établir. Les restes, retrouvés sur un champ funéraire sarmate, sont datés du IIIe ou du IVe siècle, précise le spécialiste cité par les médias russes. Il y a quelques années, des crânes semblables ont été trouvés dans un autre village de la région.

Le crâne découvert аux abords du village de Zailloukovo (Karardino-Balkarie, Russie)

© PHOTO. VICTOR KOTLYAROV Le crâne découvert аux abords du village de Zailloukovo (Karardino-Balkarie, Russie)

Des archéologues ont trouvé des crânes à forme allongée dans plusieurs tombes antiques à travers le monde. Les experts estiment que cette forme extraordinaire est le résultat d’une déformation volontaire du crâne.

Cependant, il n’existe pas d’unanimité à l’égard de cette question. Ainsi, après avoir étudié les images d’Akhenaton, l’un des plus mystérieux pharaons de l’ancienne Égypte, représenté avec le crâne allongé, certains experts ont conclu que cette forme de crâne était le résultat de migraines ou de la folie.

Source

 
5 Commentaires

Publié par le 6 septembre 2016 dans Exopolitique - Ufologie, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , ,

Qui a sauvé Erdogan et pourquoi ?

Qui a sauvé Erdogan et pourquoi ?

L’histoire du coup d’état en Turquie est trés simple : Déstabiliser la Turquie afin d’ouvrir les vannes pour l’immigration (l’Allemagne et l’Europe ont , entre autres, besoin de main d’oeuvre) et Daesh .

Il y a aussi comme déclencheur un rapprochement avec la Russie et l’Iran en particulier .

Car pendant qu’il n’y a plus d’administration en Turquie, plaque tournante pour l’immigration, Daech, le pétrole, etc … ce pays devient une vrai passoire . Inutile de faire un dessin . 

Attention, Erdogan est loin d’être un ange . Mais si il veut retourner sa veste il le paye cash .

D’autre part, les enjeux stratégiques et géopolitiques sur cette affaire dépassent le fait que la Turquie est un régime corrompu et dictatorial . (ce qui maintient l’ordre)

C’est pourquoi les Russes et les Iraniens (ainsi que les Chinois) sont surement intervenus . Pour stopper l’hémorragie – qui profite aux élites mondialistes . Z .

Les médias arabes continuent à commenter le coup d’Etat manqué de vendredi dernier en Turquie, laissant échapper de temps à autre des informations « non politiquement correctes ».

Selon Al Monitor qui cite les diplomates turcs, le Président Erdogan avait été alerté par la Russie, quelques heures avant le début du putsch militaire. Aux premières heures du coup d’Etat, Ankara a aussi appliqué les conseils de Téhéran qui a proposé au président turc de faire envahir les rues par ses partisans.

Le renseignement turc, MIT, avait  reçu des informations en provenance de la Russie lesquelles confirmaient l’imminence du coup d’Etat. L’armée russe aurait capté des messages échangés à la radio, qui mettaient en évidence des mouvements et des agissements suspects. Suivant ces informations, plusieurs hélicoptères militaires projetaient de se rendre à l’hôtel où résidait Erdogan pour l’arrêter ou le tuer.

Mais où se trouvait la source de captage russe ? Selon les diplomates, les unités de l’armée russe, basées dans la province de Lattaquié au nord de la Syrie, qui sont dotées de systèmes d’écoute et de dispositifs de captage très sophistiqués, auraient collecté ces informations. C’est visiblement en guise de remerciement que Erdogan a donné l’ordre d’arrestation des deux pilotes impliqués dans l’abattage du bombardier russe en décembre 2015 au dessus de la Syrie. Ces deux pilotes auraient été aussi impliqués dans le coup d’Etat.

Les sources diplomatiques, citées par Al Monitor, n’écartent pas l’existence de liens entre le rapprochement de la Turquie avec la Russie d’une part, et le coup d’Etat de l’autre, un rapprochement qui s’est amorcé à peine 10 jours avant le coup de force.

Quatre jours après le coup d’Etat, Erdogan a publiquement annoncé vouloir changer de cap dans ses relations avec certains pays et « mettre un terme à ses divergences avec ses voisins ». Le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov a fait état, lui aussi, de la visite début août de Erdogan en Russie.

Et le rôle de l’Iran ? 

Selon les diplomates turcs, le MAE iranien a vivement condamné le coup d’Etat manqué, à peine deux heures après le début des violences. Plusieurs hauts responsables sécuritaires iraniens, dont le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Chamkhani, ont contacté les autorités turques. Le commandant en chef de la force Qods, le général Ghassem Soleimani s’est penché sur divers scénarios à prévenir. L’Iran est préoccupé par les événements en Turquie. La Turquie est un pays voisin et Erdogan, malgré le dossier syrien, reste un partenaire. Et puis tout au long de la crise syrienne, la Turquie s’est engagée dans une alliance contre nature avec les pays qui, à présent, souhaitent son démembrement.

Ankara accuse Fethullah Gülen d’être derrière ce coup d’Etat mais les sources bien informées évoquent la piste émiratie. Cette piste, certains responsables turcs en avaient pressenti l’existence sans pour autant y attacher une grande importance. Il y a aussi les traces saoudiennes dans ce coup de force manqué dans la mesure où Riyad aurait été bien au fait de ce coup d’Etat mais n’a pas daigné en informer l’intéressé.

Une chose est sûre: le coup d’Etat de la semaine dernière s’est transformé en une confrontation régionale avec en toile de fond la perspective d’une Turquie qui est sur le point de changer de camp. Si telle est la nouvelle donne, alors il est parfaitement fondé de dire que c’est l’Iran et la Russie qui ont sauvé Erdogan. Pas pour ce qu’il est mais pour éviter l’émergence d’une nouvelle Syrie…

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 juillet 2016 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , ,

Les avions russes obligés de revenir précipitamment et de reprendre les bombardements en Syrie

Les avions russes obligés de revenir précipitamment et de reprendre les bombardements en Syrie

Bien que la Russie ne possède pas la technologie aéronautique du niveau de celle des Etats-Unis, ni d’avions de cinquième génération, les bombardiers russes ont été très efficaces dans leur campagne de 5-6 mois en Syrie. L’un des objectifs, qui était d’attirer des commandes massives pour les armes russes, a été atteint [1].

Cependant, après que la Russie et les Etats-Unis aient convenu de la cessation des hostilités à partir du 27 Février 2015, le président Vladimir Poutine avait ordonné un retrait de 46 des 54-56  avions Su-24, Su-25, Su-30, Su-34  et Su-35 russes déployés sur la base aérienne de Hmeymim en Syrie. Le retrait des bombardiers russes a été mal inspiré et leur absence a été fortement ressentie par l’armée arabe syrienne qui, après la conquête de Palmyre, n’a jamais eu la force nécessaire pour poursuivre l’offensive contre l’État islamique, à Raqqa et Deir ez-Zor [2]. Sans le soutien aérien, l’armée arabe syrienne a subi de lourdes pertes face au Front Al Nusra (filiale d’Al-Qaïda en Syrie) dans la région d’Alep.

Chw8i8oWEAAbhF_.jpg large

En outre, en l’espace d’un mois, l’aviation syrienne a perdu trois avions de combat (MiG-21, MiG-23 et Su-22), abattus dans le nord de la Syrie par les portables sol-air des islamistes introduits en grandes quantités dans le pays après l’entrée en vigueur du cessez-le feu. Pour cette raison, l’armée de l’air syrienne ne dépasse pas un maximum de 10 cibles islamistes en un jour, ce qui est insuffisant pour permettre aux troupes terrestres syriennes de prendre plus de mesures offensives. L’armée arabe syrienne se retrouve dans une situation délicate, et cependant l’armée russe ne peut pas aller contre l’ordre de Poutine et ramener les bombardiers qui ont été retirés de la Syrie. Il ne semble pas non plus que la proposition du commandant des forces aériennes de la Russie, le général Viktor Bondarev, de tester en Syrie les nouveaux avions Yak-130 dans des missions d’attaque au sol, ait été acceptée par Poutine [3].

La seule variante qui ait été couronnée de succès a été le déploiement du seul porte-avions russe Admiral Kuznetsov dans la mer Méditerranée, près de la côte syrienne. Le problème est que le porte-avions russe, entré en 2015 dans une phase de réparation et de modernisation dans les chantiers navals de Sevmaş à Severodvinsk, devrait être remis à la Marine à la fin de 2016. La mise à niveau signifie adapter le porte-avions pour le faire fonctionner avec les nouveaux MiG-29 K / KUB, au lieu de l’ancien avion Su-33. Les pilotes du porte-avions Amiral Kuznetsov se sont entrainés l’année dernière pour le décollage et l’atterrissage du MiG-29 K / KUB sur des pistes spécialement aménagées (Nitka), imitant celles du pont du porte-avions, de Saki (Yevpatoriya – vestul Crimeii) et Yeisk ( sur la côte de la mer d’Azov).

176131_900

Le porte-avions Amiral Kuznetsov (Projet 1143), propulsé par des turbines à gaz, a un déplacement de 65000 t, et a été lancé en Décembre 1990 par les chantiers navals N° 444 Sud de Nikolaev, dans la RSS d’Ukraine. Il a été conçu pour embarquer 52 à 55 avions et hélicoptères. L’Amiral Kuznetsov est armé avec huit systèmes d’artillerie AA de type AK-630 (2x30mm), 18 lance-missiles AA de type 3K95 Kinzhal, 12 lance-missiles navire-navire P-700 Granit (portée 620 km, la vitesse de Mach2,5) et deux lance-missiles anti-sous-marins UDAW-1.

Le Ministre de la Défense de la Fédération de Russie a déclaré que la date de sortie des réparations du porte-avions Amiral Kuznetsov a été avancée au 1er Juillet 2016. Pour cette raison, le porte-avions n’embarquera pas seulement des MiG-29 K / KUB, mais conservera aussi certains des avions Su -33. Sa nouvelle configuration aura 12 avions multi-rôle Su-33, 28 avions multi-rôle MiG 29 K / KUB, 4 avions école et d’attaque au sol Su-25UTG / UBP et 8 hélicoptères de lutte anti-sous-marine Ka-27.

Les avions Su-33 et MiG-29 K / KUB décollant du porte-avions Amiral Kuznetsov ne peuvent être armés que de 30-40% de la quantité maximale d’armes et de carburant (6-9 t). Toutefois, cette restriction ne les empêchera pas d’obtenir le même effet sur leurs cibles que les bombardiers Su-24 et Su-34 qui opéraient en Syrie. En effet, les avions Su-24 et Su-34 étaient armés chacun de deux bombes KAB-250 S/LG  de 250 kg ou KAB-500 L/Kr de 500 kg ou KAB-1500 L/Kr, toutes guidées par laser, caméra ou GPS, ou deux missiles air-sol de type Kh-29 L/T et Kh-25 T, guidés par faisceau laser ou caméra. [2]. Conçus pour les missions de chasse, les Su-33 et MiG-29 K / KUB auront en plus des missiles air-air de courte et moyenne portée.

2004034

Le petit porte-avions russe est suffisant pour frapper les islamistes Syriens qui ne pourront pas faire face, avec le même effet que l’un des 11 porte-avions à propulsion nucléaire des États-Unis qui ont un déplacement de plus de 100 000 t, avec à bord plus de 78 avions (F/A-18E/F, EA-18G,  E-2), et 12 hélicoptères SH-60F. L’Amiral Kuznetsov n’est pas le seul porte-avions sur lequel peuvent opérer les MiG-29 K / KUB. L’ancien porte-avions russe Amiral Gorskov, avec un déplacement de 43000 t, a été reconstruit et modernisé dans les chantiers navals de Severodvinsk, et entré en dotation de la marine indienne en 2014 sous le nom de Vikramaditya. Il n’embarque que 36 avions : 26 MiG-29 K / KUB et 10 hélicoptères Kamov Ka-28/31.

Valentin Vasilescu

Traduction: Avic – Réseau International

———

[1]. Quels étaient les objectifs annexes de la Russie en Syrie ? (http://reseauinternational.net/quels-etaient-les-objectifs-annexes-de-la-russie-en-syrie/ ).

[2]. Les opérations de l’armée arabe syrienne après la libération de Palmyre (http://reseauinternational.net/les-operations-de-larmee-syrienne-apres-la-liberation-de-palmyre/).

[3].  Des avions YAK-130 russes en Syrie ? (http://reseauinternational.net/des-avions-yak-130-russes-en-syrie/ ).

 
4 Commentaires

Publié par le 10 mai 2016 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Selon les médias Russes, la Russie surpasse l’OTAN dans le domaine militaire

Les Russes n’ont pas froid aux yeux , et citent même « des analystes américains » pour prouver leur supériorité . Une course (initiée par l’occident) Qui mène droit le monde vers la guerre .

Voici Sputnik 

Des analystes américains signalent certains problèmes auxquels l’Otan serait confrontée en cas d’éventuel conflit armé avec la Russie.

En comparant les forces armées de la Russie et de l’Otan sur un modèle de conflit militaire hypothétique, le site américain War on the Rocks a constaté la supériorité de l’armée russe sur toute une série de positions.

A l’issue de presque deux années d’analyse et de jeux militaires d’envergure, les auteurs de l’article David Shlapak et Michael Johnson, analystes du centre de recherche Rand Corporation, en sont venus à la conclusion, selon laquelle la Russie dépasse les Etats-Unis et leurs alliés non seulement en matière d’armements, mais aussi en termes effectifs.

Dans leur conclusion, MM.Shlapak et Johnson se réfèrent à une récente déclaration du général Mark Milley, chef d’état-major de l’Armée de terre américaine, qui a reconnu devant la commission des Forces armées du Sénat que la Russie dépassait les Etats-Unis par la portée et la quantité des armements.

« Ces données sont-elles exactes? Malheureusement, oui », constatent les experts.

Pour confirmer leurs conclusions, ils ont simulé une situation hypothétique dans laquelle la Russie aurait attaqué les pays baltes. Cette année, Rand Corporation avait déjà considéré un tel scénario pour en venir à la conclusion que la Russie pourrait écraser en trois jours les forces de l’Otan dans les pays baltes.

Les analystes de Rand Corporation font aujourd’hui des conclusions similaires. MM.Shlapak et Johnson sont notamment persuadés que les forces armées russes peuvent déployer 27 bataillons en plein état d’alerte rien qu' »en une dizaine de jours ». Il s’agit en l’occurrence de 30.000 à 50.000 soldats.

Les experts signalent que, dès le début d’un tel conflit hypothétique, la Russie dépasserait l’Otan pour le nombre de chars avec un ratio de 7 contre 1, pour les véhicules blindés de transport de troupes de 5 contre 1, pour les hélicoptères de combat de 5 contre 1, pour les canons d’artillerie de 4 contre 1, pour l’artillerie à réaction de longue portée de 16 contre 1, pour les systèmes DCA de courte portée de 24 contre 1 et les systèmes DCA de longue portée de 17 contre 1.

Les auteurs soulignent que la supériorité en nombre n’est pas le seul problème, loin s’en faut. La portée de tir des canons et de l’artillerie russes est de loin plus importante que celle des armements américains du même type.

« L’Otan dans son état actuel est perdante face à la Russie qu’il s’agisse des effectifs des forces armées, de la portée ou de la puissance des armements. Par ailleurs, l’Alliance est handicapée par plusieurs problèmes généralisés », résument MM.Shlapak et Johnson, en estimant que dans une guerre avec la Russie, l’Otan n’aurait aucune chance et que les conséquences d’une telle guerre seraient bel et bien désastreuses pour le bloc.

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Le destroyer américain Donald Cook (encore) survolé en rase-motte par des avions russes , le Pentagone furieux – John Kerry : nous aurions pu abattre les jets Russes

Tout commence par le Survol d’un navire US par un avion russe : le Pentagone s’est déclaré « furieux » contre une «attaque simulée» il y a 2 jours :

Washington s’est offusqué du vol d’un SU-24 russe à proximité du destroyer américain Donald Cook, qui effectuait des exercices militaires en eaux internationales en mer Baltique, avec un allié de l’OTAN, la Pologne.

Publiant la vidéo d’avions russes passant à proximité de son navire de guerre, la marine américaine a déclaré avoir fait face à plusieurs «manœuvres de vol agressives» lundi et mardi.

Le destroyer américain se trouvait dans les eaux internationales, à une centaine de kilomètres au large de la base navale russe de Kaliningrad, où il effectuait des manœuvres militaires.

Selon le témoignage d’un officiel américain au site d’information militaire Defense News, les engins russes ont été identifiés comme un bombardier SU-24 et un hélicoptère. Ceux-ci auraient volé à basse altitude, causant ainsi l’effroi des membres de la Navy.

Comme l’ont toutefois constaté des membres du personnel du navire US, «aucun armement qui aurait pu représenter une menace pour les opérations américaines en mer Baltique n’était présent» sur les appareils.

Les Américains sont furieux, la Russie dit avoir agi dans les règles

En commentant l’incident, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a souligné que l’aviation russe «respectait entièrement les règles internationales de l’usage de l’espace aérienne au-dessus des eaux neutres [internationales]».

Le représentant américian interviewé par Defense News a toutefois déclaré que l’incident avait été «plus agressif que tout ce qu’on a vu ces derniers temps» et que les SU-24 semblaient avoir l’attitude «d’une attaque simulée».

De son côté, le porte-parole de la Maison blanche Josh Earnest a qualifié les actions des pilotes russes de «provocatrices» et «incompatibles avec les normes professionnelles des militaires».

La réaction de John Kerry ne s’est pas faite attendre, les Américains tentent d’exploiter la moindre occasion pour mettre le feu aux poudres .

«Nous sommes très inquiets à propos des manœuvres dangereuses et non-professionnelles de vol russes. Ces actions ont le potentiel de faire inutilement escalader les tensions entre les pays, et pourraient résulter en un mauvais calcul ou un accident qui pourrait causer de sérieuses blessures ou la mort», a ajouté le Commandement des forces des Etats-Unis en Europe (EUCOM).

John Kerry a qualifié de dangereux et provocateur la confrontation militaire dans la mer Baltique ; les USA l’ont décrient comme une « attaque simulée » sur un destroyer par deux avions de combat russes.

«Nous condamnons ce genre de comportement. C’est imprudent. C’est provocateur. C’est dangereux. Et en vertu des règles d’engagement, cela aurait pu se terminer par une élimination « , a déclaré le secrétaire d’État américain dans une interview à CNN Español et le Miami Herald.

«Les gens doivent comprendre que c’est une affaire sérieuse et les États-Unis ne vont pas se laisser intimider en haute mer … Nous avons fait valoir aux Russes comme ces manœuvres sont dangereuses et notre espoir est que cela ne se répète jamais. »

Les vols répétés des bombardiers Sukhoi SU-24, mardi dernier, près du navire USS Donald Cook étaient si rapprochés qu’ils ont créé des vagues dans l’eau, a déclaré un responsable américain.

Ceci est probablement le face-à-face le plus provocateur entre les deux anciens ennemis de la guerre froide, selon le responsable US, bien que les avions ne portaient pas d’armes visibles.

Un hélicoptère russe KA-27 Helix également fait le tour du navire pour prendre des photos. Le territoire russe le plus proche était à environ 70 miles nautiques dans son enclave de Kaliningrad, qui se trouve entre la Lituanie et la Pologne.

Vidéo du DAYLYMAIL

Note AIL : à voir ou à revoir, l’intervention du Colonel Régis Chamagne

Lire la suite sur theguardian.com »

 » cela aurait pu se terminer par une élimination  » : quelle déclaration belliqueuse et provocatrice . Venant du patron de la diplomatie US !

Certes ils auraient pu – mais alors, que ce serait il passé ???

Via AIL

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :