RSS

Archives de Tag: Russes

Les frappes aériennes US tuent 100 combattants russes (et syriens)

 De quoi provoquer une crise diplomatique assez grave à court terme . Les Russes nient les pertes évidemment car l’admettre susciterait une grave et dangereuse fuite en avant – pour le moment du moins ……. Z

La coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique en Syrie a tué une centaine de combattants pro-Assad dans des raids aériens et d’artillerie cette semaine, y compris des sous-traitants militaires de Russie, selon des reportages.

La Russie a officiellement retiré ses forces de Syrie en décembre 2017 après deux ans de combats en soutien au président Bachar al-Assad, bien que des centaines d’entrepreneurs militaires privés de Russie restent dans le pays.

Selon Igor Girkin, un ex-commandant des séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine, deux unités tactiques du groupe militaire privé Wagner ont été touchées par les frappes américaines le 7 février.

« Une [unité] est pratiquement totalement détruite, et la seconde est brisée » en miettes « , a-t-il écrit jeudi dans un billet sur le réseau social de Vkontakte, citant une source anonyme.

Aucun soldat russe en uniforme n’a été tué lors de la frappe de la coalition des USA sur Deir Ezzor, a annoncé jeudi le ministère russe de la Défense dans un communiqué cité par Interfax.

Le ministère a déclaré que l’attaque « démontre que le véritable but de la présence illégale continue des forces états-uniennes d’Amérique sur le territoire syrien était la capture et le contrôle des biens économiques appartenant exclusivement à la République arabe syrienne, et non un combat contre le groupe terroriste international ISIS, a rapporté Interfax.

La coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique a publié une déclaration selon laquelle les frappes aériennes du 7 février ont été menées en « autodéfense » après « une attaque non provoquée » par les forces pro-régime syriennes.

source

Syrie : des unités de mercenaires russes anéanties par les frappes américaines, selon Igor Strelkov

Sur sa page Vkontakte [1], Igor « Strelkov » Girkin, ancien leader séparatiste de Donetsk (Est de l’Ukraine) et ancien membre des services secrets militaires russes, a déclaré que des mercenaires russes travaillant pour la société militaire privé (SMP) Wagner (et combattant aux côtés des forces gouvernementales syriennes) ont subi d’énormes pertes en Syrie.

Strelkov a précisé que les autorités russes ont caché ces pertes. « Je vous demande de prêter attention à ceux qui vont « aller au travail » en Syrie. Selon les informations d’une source fiable, il n’y a réellement pas de « militaire russe officiel » dans la zone ciblée par les Etats-Unis (il est possible qu’ils soient déjà partis ou qu’il n’y avait que peu d’entre eux).

Quoiqu’il en soit, sous la dénomination de Syrians dont les pertes sont estimées à  personnes, deux divisions tactiques de Wagner ont été attaquées par l’aviation américaine. Une division a été presque entièrement détruite; l’autre l’a été totalement. Les pertes, selon toute vraisemblance, sont très proches de ce chiffre [100 tués] » a écrit Strelkov. Il s’est aussi plaint : « Mais ne commencez pas la troisième guerre mondiale à cause de cent Russes tués simultanément, et certains d’entre eux ne sont même pas des citoyens russes, mais des « militaires de la Fédération de Russie », ou peut-être pas du tout ».

Publicités
 

Étiquettes : , , , , ,

Fin de la guerre ? Vladimir Poutine ordonne le retrait de tous les soldats russes de Syrie !

Vladimir Poutine ordonne le retrait de tous les soldats russes de Syrie (VIDEO)

Le chef du Kremlin a fait une escale surprise en Syrie, lundi, pour mettre son empreinte sur les succès militaires contre l’organisation Etat islamique.

Pour la première fois depuis l’intervention militaire russe, lancée en septembre 2015 en soutien au régime de Bachar Al-Assad, Vladimir Poutine a posé le pied en Syrie. En route pour l’Egypte, où il a rencontré lundi 11 décembre son homologue Abdel Fattah Al-Sissi, le chef du Kremlin a fait cette escale surprise sur la base russe de Hmeimim, pour ordonner le retour de ses troupes « à la maison, en Russie »« Je crois que nous avons quelque chose à fêter, je parle de notre travail en commun », a-t-il déclaré au dirigeant syrien, venu l’accueillir avec effusion à sa descente, tôt dans la matinée, d’un Tupolev 214.

Le président russe a salué les militaires russes rassemblés au garde-à-vous, les félicitant pour leur « travail (…) contre ce mal absolu qu’est le terrorisme » « La Syrie est préservée en tant qu’Etat souverain indépendant, a-t-il poursuivi. En un peu plus de deux ans, les forces armées russes, avec les forces syriennes, ont détruit le groupe le plus efficace des terroristes internationaux. »

Selon RT :  

Alors qu’il doit se rendre à Ankara et au Caire dans la journée, le président russe Vladimir Poutine a effectué une visite surprise sur la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie, où il a rencontré son homologue syrien Bachar el-Assad.

Le président russe Vladimir Poutine a effectué une visite surprise de la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie, où il a rencontré Bachar el-Assad. Il s’agit d’un détour en prélude au voyage que le chef d’Etat russe doit faire dans la journée pour se rendre au Caire puis à Ankara.

Ce qu’ont fait les militaires russes, les Syriens ne l’oublieront jamais. Leur sang s’est mêlé au sang des martyrs de l’armée syrienne

La Russie et la Syrie ont détruit «l’un des plus puissants groupes terroristes internationaux en à peine deux ans», a déclaré Vladimir Poutine, alors que l’armée russe annonçait la semaine passée que le territoire syrien avait été «totalement libéré» des combattants de l’Etat islamique.

«La Syrie a été préservée en tant qu’Etat souverain et indépendant», a affirmé le président russe, remerciant les soldats pour leur travail. «Si les terroristes relèvent de nouveau la tête, alors nous les frapperons avec une force jamais vue», a-t-il averti poursuivant :  «Nous n’oublierons jamais ni les morts ni nos pertes causées par la lutte contre le terrorisme, en Syrie et chez nous, en Russie.»

Bachar al-Assad a de son côté remercié le président russe, saluant «la participation efficace [de la Russie] dans la guerre contre le terrorisme», selon l’AFP qui cite les médias syriens.

«Ce qu’ont fait les militaires russes, les Syriens ne l’oublieront jamais. Leur sang s’est mêlé au sang des martyrs de l’armée syrienne», a-t-il encore déclaré.

Vladimir Poutine, qui doit ensuite se rendre au Caire puis à Ankara, où il doit s’entretenir avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, a ensuite déclaré qu’il ordonnait le retrait de troupes russes engagées en Syrie pour combattre les djihadistes.

Le retrait de troupes russes marque la fin de la guerre contre l’Etat islamique

Cette décision intervient après que l’état-major russe a annoncé le 6 décembre la libération totale de la Syrie de l’Etat islamique, précisant que tous les territoires précédemment sous contrôle des terroristes avaient été libérés par les dernières offensives de l’armée syrienne : «Toutes les unités des terroristes de Daesh sur le sol syrien ont été détruites et le territoire a été libéré», avait annoncé le chef d’état-major des forces armées russes Valéry Guérassimov le 6 décembre. «Il n’y a donc plus, à l’heure actuelle, aucun territoire contrôlé par Daesh en Syrie», avait-il ajouté.

Vladimir Poutine s’était félicité à cette occasion que «l’opération sur les deux côtés de l’Euphrate […] se [soit] terminée par la défaite complète des terroristes», il avait néanmoins rappelé que le processus de paix dans le pays, dévasté par une guerre sanglante, serait «un immense et long travail».

Lors de sa rencontre avec Bachar el-Assad, Vladimir Poutine a dit à son homologue qu’il espérait que le Congrès national du dialogue en Syrie pourrait prochainement commencer à travailler, un sujet qu’il abordera avec les présidents égyptien et turc.

 
1 commentaire

Publié par le 12 décembre 2017 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Des chercheurs russes prédisent un nouvel âge glaciaire sur Terre

Des chercheurs russes prédisent un nouvel âge glaciaire sur Terre
Toutes les taches solaires ont disparu du côté du Soleil situé​ face à la Terre, ont rapporté des scientifiques de l’Institut de physique Lebedev de Moscou, basant leurs conclusions sur des photos prises il y a deux semaines. Les conséquences pourraient être importantes pour toute la planète. Est-ce qu’un nouvel âge glaciaire nous attend ?

Quelque chose ne tourne pas rond avec le Soleil. En septembre, la NASA a annoncé la plus grande éruption solaire en 12 ans, ce qui était inattendu quand on a à l’esprit que le Soleil se dirige vers une période connue sous le nom de minimum solaire, lorsque l’activité de surface devient muette.

En 2016, utilisant les observations d’autres étoiles similaires au Soleil faites par le télescope spatial Kepler de la NASA, des scientifiques des États-Unis ont annoncé que le Soleil entrait dans une phase spéciale de son évolution magnétique. Ces résultats ont fourni la première vraie confirmation du fait que les cycles des taches solaires datant de 11 ans risquaient de disparaître complètement. Cela signifie que le Soleil aura moins de taches solaires que pendant la première moitié de sa durée de vie estimée à 10 milliards d’années en tant qu’étoile brûlante composée d’hydrogène.

Les scientifiques pensaient à l’origine que cela se produirait lentement, mais selon des chercheurs de l’Institut de physique Lebedev, le processus est déjà en cours – les taches solaires complexes et les éruptions solaires associées ont complètement disparu sur le Soleil.

« Sur la base de l’image que nous voyons maintenant, le Soleil se dirige inévitablement vers un autre creux, qui sera atteint à la fin de 2018 – ou durant la première moitié de 2019 », ont déclaré les scientifiques dans un communiqué.

Ce n’est cependant que la première étape du processus. Selon les chercheurs de Moscou, les régions de plasma chaud vont également disparaître, puis le rayonnement solaire tombera également à zéro.

« Enfin, au minimum, l’énergie magnétique solaire disparaîtra presque complètement, affirment les chercheurs. Sous cette forme, notre étoile peut exister de plusieurs mois à un an, après quoi de nouveaux flux de champ magnétique commenceront à émerger des profondeurs du Soleil, les premières taches apparaîtront, et le cycle solaire entamera un nouveau cycle de révolution de 11 ans ».

Actuellement, des taches isolées et même des flashs de faible intensité peuvent encore apparaître sur le Soleil pendant une courte période, mais ce n’est que le dernier épisode d’une activité qui s’estompe. Selon les chercheurs, les taches solaires disparaîtront complètement dans les 2 à 3 prochains mois.

Les conséquences pour la Terre pourraient être plus de vagues de froid, du gel et de fortes chutes de neige. Le dernier Petit Âge glaciaire, observé aux XVIIe et XVIIIe siècles, a coïncidé avec ce qui a été qualifié de « dysfonctionnement du cycle solaire », durant lequel, pendant 50 ans, il n’y avait presque pas de taches solaires sur le Soleil.

Le Petit Âge glaciaire a apporté des hivers plus froids en Europe et en Amérique du Nord. Au milieu du XVIIe siècle, des fermes et des villages des Alpes suisses ont été détruits par l’arrivée de glaciers. Les canaux et les rivières en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas gelaient régulièrement et les premiers colons d’Amérique du Nord ont signalé des hivers exceptionnellement rudes.

 
5 Commentaires

Publié par le 19 novembre 2017 dans Climat - Environnement, général, International, Sciences

 

Étiquettes : , , , , ,

Des bombardiers nucléaires russes et US dépêchés vers la Corée du Nord

Des bombardiers nucléaires russes et US dépêchés vers la Corée du Nord

La Russie et les États-Unis ont dépêché leurs bombardiers porteurs d’armes nucléaires aux frontières de la Corée du Nord sur fond de tensions provoquées par l’échange de menaces d’une attaque nucléaire entre Washington et Pyongyang, d’après le journal The Sun.

Un bombardier furtif américain Northrop B-2 Spirit capable de porter jusqu’à 31500 kg de bombes dont des armes nucléaires, a décollé le weekend dernier de la base aérienne de Whiteman, dans le Missouri, pour une mission de longue durée dans la région Asie-Pacifique, a annoncé le journal britannique The Sun.

La Russie a elle-aussi envoyé des bombardiers stratégiques dans cette région, dans le cadre d’exercices de routine organisés le 30 octobre, d’après le ministère russe de la Défense.

 

1033705146

 

Des chasseurs F-18 américains et des F-15F-4 et F-2A japonais ont escorté deux bombardiers lourds russes Tupolev Tu-95MS sur certains secteurs de leur vol alors qu’ils survolaient les eaux internationales de la mer du Japon et de la partie occidentale du Pacifique.

Selon The Sun, la menace d’une guerre nucléaire impliquant la Corée du Nord ne cesse de s’accroître, si des bombardiers stratégiques de deux grandes puissances comme la Russie et les États-Unis s’approchent presque simultanément des frontières nord-coréennes.

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a déclaré samedi à Séoul que les États-Unis n’accepteraient jamais la Corée du Nord comme une puissance nucléaire. Il a accusé le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un de développer des programmes balistique et nucléaire «illégaux et inutiles».

Le chef du Pentagone a promis de riposter massivement à l’emploi d’armes nucléaires par Pyongyang qui n’arrête pas de proférer des menaces.

Selon The Sun, cette nouvelle s’est répandue peu avant les informations sur l’effondrement début septembre d’un tunnel sur le polygone nord-coréen d’essais nucléaires souterrains. Les médias ont précisé que l’effondrement, qui aurait fait 200 morts, se serait produit quelques jours après le sixième depuis 2006, et dernier en date, test nucléaire effectué par Pyongyang le 3 septembre. Les informations sur ce drame ont provoqué des craintes sur le danger d’une fuite radioactive sur le polygone.

La Corée du Nord affirme avoir besoin d’armes nucléaires pour contrecarrer les tentatives des États-Unis d’étouffer son économie et de renverser le pouvoir en place.

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a, pour sa part, qualifié la Corée du Nord de «menace globale». Pendant son séjour au Japon, «devenu une cible de provocations de Pyongyang», M.Stoltenberg a dit soutenir le durcissement des sanctions contre la Corée du Nord. Le secrétaire général de l’Otan se trouve actuellement à Tokyo où il doit rencontrer le Premier ministre Shinzo Abe, le ministre nippon de la Défense Itsunori Onodera et d’autres responsables du pays, a noté The Sun.

source

 

Étiquettes : , , , , , ,

Les pirates russes ont dérobé des secrets cybernétiques américains de la NSA

Les pirates russes ont dérobé des secrets cybernétiques américains de la NSA
Si cela est vrai, cette opération pourrait être considérée comme l’une des violations sécuritaires les plus importantes de la sécurité des États-Unis à ce jour

Par Dustin Volz et Joseph Menn

Des pirates travaillant pour le gouvernement russe ont dérobé des secrets cybernétiques américains hautement classifiés de l’Agence nationale de sécurité en 2015 après qu’un agent contractuel ait mis des informations sur son ordinateur personnel, ont annoncé jeudi deux journaux.

Tel que l’avait initialement rapporté The Wall Street Journal, citant des sources non identifiées, le vol comportait des informations sur les réseaux informatiques étrangers entrants et la protection contre les cyberattaques, et est susceptible d’être considérée comme l’une des violations de sécurité les plus importantes à ce jour.

Dans une affaire ultérieure, The Washington Post avait déclaré que l’employé en question avait travaillé à l’unité Tailored Access Operations (opérations d’accès personnalisés) de la NSA pour les pirates d’élite avant d’être licencié en 2015.

La NSA a refusé de commenter, en précisant la politique de l’agence « de ne jamais faire de commentaires au sujet de nos affiliés ou des problèmes du personnel ».

Si cela était confirmé, ce piratage marquera le dernier d’une série de violations des données classifiées de l’agence secrète de renseignement, incluant les fuites de données de 2013 sur les programmes de surveillance US classifiés qui furent divulguées par le contractuel Edward Snowden.

Un autre agent contractuel, Harold Martin, attend son procès pour des accusations selon lesquelles il avait emporté chez lui des documents classés de la NSA. Le Washington Post a signalé que Martin n’était pas impliqué dans ce nouveau cas de divulgation.

Le sénateur républicain américain, Ben Sasse, membre du Comité des services armés du Sénat, a déclaré dans un communiqué répondant au rapport du journal que les détails étaient alarmants, si l’information se confirmait.

« La NSA doit sortir sa tête du sable et résoudre son problème d’agents sous-traitants », a déclaré Sasse. « La Russie est clairement un adversaire dans le cyberespace et nous ne pouvons pas nous permettre ces blessures auto-infligées ».

Les tensions sont déjà fortes à Washington à propos des allégations américaines sur l’accroissement du piratage visant des cibles américaines par les Russes, y compris le ciblage des agences électorales de l’État et le piratage des ordinateurs du Parti démocratique dans le but d’influencer le résultat de l’élection présidentielle de 2016 en faveur du républicain Donald Trump.

En citant des sources non identifiées, WS Journal et Washington Post ont également signalé que l’agent contractuel utilisait un logiciel antivirus de Kaspersky Lab basé à Moscou, la société dont les produits ont été interdits aux réseaux gouvernementaux américains le mois dernier en raison de soupçons qu’ils aident le Kremlin à faire de l’espionnage.

Kaspersky Lab a fermement nié ces allégations.

Les responsables du gouvernement russe pourraient avoir utilisé des défauts dans le logiciel Kaspersky pour pénétrer dans la machine en question, ont déclaré des experts en sécurité à Reuters. Ils pourraient également avoir intercepté le trafic de la machine vers les ordinateurs Kaspersky.

Kaspersky a déclaré dans un communiqué jeudi qu’il s’est retrouvé pris au milieu d’une lutte géopolitique.

« Kaspersky Lab n’a reçu aucune preuve étayant la participation de la Société dans le prétendu incident signalé par le Wall Street Journal », a-t-il déclaré. « Il est regrettable que la couverture médiatique des affirmations non prouvées continue de perpétuer les accusations concernant la Société ».

Le 13 décembre, le ministère de la Sécurité intérieure a interdit les produits Kaspersky dans les réseaux fédéraux et le Sénat américain a approuvé un projet de loi visant à interdire qu’ils soient utilisés par le gouvernement fédéral, citant ses préoccupations que la société puisse être un pion du Kremlin et pose un risque de sécurité nationale.

James Lewis, un cyber-expert du Centre d’études stratégiques et internationales basé à Washington, a déclaré que le rapport de la violation était crédible, mais qu’il ne disposait pas de renseignements de première main sur ce qui s’était passé.

« Ce qui est déconcertant, c’est qu’il ait pu sortir des documents du bâtiment et qu’il utilise Kaspersky, même si c’était pour travailler », a déclaré Lewis. Il a déclaré que les agences de renseignement considéraient les produits Kaspersky comme source de risque depuis des années.

La sénatrice démocrate Jeanne Shaheen, qui est à l’origine des appels au Congrès pour purger les réseaux gouvernementaux des produits Kaspersky Lab, a appelé jeudi l’administration Trump à déclassifier les informations sur les menaces posées par Kaspersky Lab.

« C’est un mauvais service au public et à notre sécurité nationale que de continuer à retenir cette information », a déclaré Shaheen dans un communiqué.

Reuters

Source : http://www.atimes.com/article/russian-hackers-stole-us-cyber-secrets-nsa-reports/

source

 
1 commentaire

Publié par le 12 octobre 2017 dans général, Insolite, International, Politique, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , ,

L’OTAN voit rouge après l’achat de missiles russes par la Turquie, la Russie fait des manoeuvres militaires aux portes de l’Europe

L'OTAN voit rouge après l'achat de missiles russes par la Turquie, Erdogan assume

Le jeu de la Turquie n’est vraiment pas clair du tout – L’OTAN a exprimé ses craintes après l’achat par la Turquie, pourtant l’un de ses membres, de missiles S-400 à la Russie. Mais Recep Tayyip Erdogan met en avant la nécessité de garantir la sécurité de son pays.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a balayé les critiques formulées à son encontre à propos du récent achat de missiles sol-air longue portée effectué par Ankara auprès de Moscou. Selon lui, la Turquie ne peut pas attendre d’être protégée par ses alliés de l’OTAN.

«Ils prennent la mouche parce que nous avons signé un contrat pour des S-400 [avec la Russie]», s’est agacé Recep Tayyip Erdogan lors d’un discours aux maires de son parti le 13 septembre, comme le rapporte le journal Hurriyet. «Mais à quoi s’attendaient-ils ? On devrait les attendre ?», s’est-il également interrogé. Selon lui, la Turquie veille sur elle-même.

Le contrat conclu entre Moscou et Ankara, et annoncé le 12 septembre dernier, a en effet provoqué l’irritation de Washington, qui y voit une remise en cause des accords liant la Turquie à l’OTAN. «Nous avons exprimé nos craintes aux autorités turques concernant cet achat : un système de défense antimissile commun reste la meilleure option pour défendre la Turquie contre les menaces dans la région», a mis en garde Johnny Michael, le porte-parole du Pentagone.

«L’achat de ces équipements militaires par la Turquie relève d’un choix souverain qu’il n’appartient pas aux membres de l’Alliance atlantique de commenter», a, de son côté, déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay Agnès Romatet-Espagne, avant d’ajouter : «La Turquie est fortement soutenue par ses alliés de l’OTAN pour faire face aux menaces régionales qui pèsent sur sa sécurité.»

La Turquie examine différentes solutions pour l’acquisition de missiles antiaériens depuis plusieurs années. En 2013, déjà, Ankara avait surpris les autres membres de l’OTAN en annonçant vouloir acheter un système de défense FD-2000 à la Chine, s’attirant ainsi les foudres de Washington. Finalement, la Turquie avait renoncé à ce contrat, arguant que la Chine s’était montrée trop lente à lui fournir toutes les technologies ad-hoc. Plusieurs experts avaient alors estimé que la Turquie avait surtout voulu mettre l’OTAN sous pression, notamment afin d’acquérir le système américain Patriot Pac-3 à un prix avantageux. (source)

Et de quoi angoisser encore plus l’OTAN, La Russie fait des manoeuvres militaires aux portes de l’Europe .. :

La Russie lance ce jeudi de vastes manoeuvres militaires aux portes de l’Europe. Menées conjointement avec le Bélarus, elle les présente comme «purement défensives».

Répondant au nom de code Zapad-2017 (Ouest-2017) ces exercices doivent impliquer près de 12 700 soldats pendant une semaine le long de la frontière avec la Lituanie et la Pologne. Dans un communiqué, le ministère de la Défense assure que ces manoeuvres présentent «un caractère purement défensif et (ne sont) dirigées envers aucun pays en particulier». La Lituanie et l’Estonie, entre autres, doutent des chiffres avancés par Moscou, la capitale russe, pour ces exercices militaires et évoquent «plus de cent mille soldats» mobilisés du 14 au 20 septembre.

Les exercices Zapad-2017 «sont désignés pour nous provoquer, pour tester nos défenses et c’est pour cela que nous devons être forts», a déclaré dimanche le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, s’inquiétant d’une Russie «de plus en plus agressive». Le secrétaire général de l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord), Jens Stoltenberg, assure ne pas y voir «de menace imminente contre un allié», tout en regrettant un manque de transparence.

 
1 commentaire

Publié par le 14 septembre 2017 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Des hackers russes peuvent prendre le contrôle de réseaux électriques en Europe…

Les pirates informatiques de tous bords, pourraient s’attaquer aux systèmes de distribution de l’énergie. Mais ce sont des hakers russes, soi-disant soutenus par la Russie qui agissent, c’est ce que pensent le gouvernement américain et plusieurs spécialistes de la sécurité informatique . On aimerait bien savoir si les USA n’ont pas eux aussi, des champions en la matière, qui agiraient avec le soutien de leur pays pour mettre le souk un peu partout. Ce serait plus le style USA qui est présent partout dans le monde. Selon PressTv se basant sur un rapport de Business Insider,  l’armée américaine dispose de plus de 3.1 millions d’effectifs militaires actifs dont 450 000 sont installés à l’étranger. Si les hackers déployaient leur talent pour stopper toutes les guerres, ils seraient applaudis ….

Le groupe serait en mesure de saboter des systèmes opérationnels de réseaux électriques aux Etats-Unis, en Turquie et en Suisse…

Les pirates « semblent vouloir comprendre comment fonctionnent les installations énergétiques et prendre le contrôle de leurs systèmes opérationnels », note Symantec. Un groupe de cyberespionnage lié à la Russie piraté des réseaux électriques en Europe et aux Etats-Unis, faisant planer la menace de pannes provoquées à distance, a révélé l’entreprise américaine de sécurité informatique mercredi.

Selon Symantec, le groupe Dragonfly 2.0 a accédé aux systèmes opérationnels de réseaux électriques aux Etats-Unis, en Turquie et en Suisse et « est maintenant capable de saboter ou prendre le contrôle de ces systèmes s’il le décide ».

Img/twitter Symantec

Les pirates se « concentrent » désormais sur les systèmes énergétiques

Symantec n’a pas lié Dragonfly 2.0, qui opère depuis plusieurs années, à un pays précis. Mais le gouvernement américain et plusieurs spécialistes de la sécurité informatique pensent que Dragonfly 2.0 a des racines en Russie et a des liens avec le gouvernement russe.

Depuis plusieurs années le groupe de pirates informatiques s’en prend à des cibles occidentales, utilisant la méthode du hameçonnage pour pénétrer dans leur système informatique et y ouvrir un accès clandestin. Mais depuis le début de l’année 2017, il s’est « concentré » sur les systèmes énergétiques, contre lesquels il a multiplié les attaques, explique Symantec.

Source 20Minutes via LME

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 septembre 2017 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :