RSS

Archives de Tag: Raids US

Raids US en coordination avec la Syrie… mensonges et secrets !

Pendant ce temps tout le monde achète leur pétrole à prix discount , quelle hypocrisie ! Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Les raids aériens US sur les sites occupés par les terroristes de Daech, de Jabhat al-Nosra et apparentés, dans les provinces syriennes de Raqqa, Hassaka, Deir ez-zor et Idleb hier matin [23 septembre], constituent une timide inflexion de la part des États-Unis qui, pour autant, ne sont pas allés jusqu’à admettre l’urgente nécessité de réajuster leur politique anti-syrienne et abandonner leurs mensonges tonitruants, notamment celui concernant leur pari sur ceux que le président Obama qualifie maintenant d’opposants « modérés », oubliant qu’il avait lui-même déclaré qu’un tel pari serait pure fantaisie [1] !

Mais, il faut croire que sa « Guerre contre Daech » a ouvert une brèche permettant  aux États-Unis et à leurs alliés de reconsidérer ce pari fantaisiste, puisque dès son annonce elle s’est accompagnée du rejet de toute collaboration avec la Syrie et de la reprise du refrain invitant à armer et à entraîner une prétendue « opposition syrienne modérée » [2][3].

L’escalade verbale contre la Syrie a donc repris de plus belle. La Russie est alors intervenue pour conseiller aux autorités syriennes de se déclarer prêtes à participer à toute alliance internationale sérieusement déterminée à combattre le terrorisme tout en alertant sur les dangers d’une quelconque action menée sur le territoire syrien sans coordination avec l’État syrien, ceci pour permettre à Moscou de négocier avec Washington dans de meilleures conditions.

Le ministre syrien des Affaires étrangères, M. Walid al-Mouallem, a tenu une conférence de presse où il a précisé clairement et fermement les conditions requises pour une telle collaboration [4], précisions qui n’ont pas empêché les États-Unis de continuer sur le même refrain. En conséquence de quoi, Moscou et Téhéran ont déclaré soutenir la position syrienne et ont condamné toute velléité de violation de la souveraineté de l’État syrien.

La chaîne CNN a accordé un entretien à Mme Bouthaïna Chaabane, conseillère politique du Président Bachar al-Assad [5]. Mme Chaabane a rappelé les positions de son gouvernement, mais les médias US ont fait en sorte que son message se transforme en menace pour justifier le discours ultérieur de M. Obama ; lequel a réellement menacé de frapper les forces de défense aérienne syriennes si jamais elles osaient riposter à ses attaques [6].

Les raids US ont eu lieu et le Pentagone a conseillé à François Hollande, l’allié le plus enthousiaste pour participer à l’agression contre la Syrie, de ne pas s’approcher de la Syrie, de son espace aérien et de son territoire. Illico presto, ce dernier a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’envoyer son aviation sur la Syrie, mais qu’il limiterait ses mouvements à l’Irak [7].

Que s’est-il donc passé pour que Washington prévienne les autorités syriennes des détails de ses opérations aériennes et que la Syrie accepte de considérer ce préavis comme une coordination, même ponctuelle ?

Une source irakienne très bien informée a confié à Al-Binaa que les Services de renseignement irakiens ont recoupé une série d’informations de la plus haute importance avec leurs collègues des services occidentaux. Les Services US ont pu vérifier leur bien-fondé en Turquie et des consultations ont eu lieu avec la Syrie.

Ces informations se résument à dire que des armes sophistiquées et des formations combattantes, dirigées par des chefs notoirement connus, sont arrivées dans les zones syriennes contrôlées par Daech, via la Turquie.

Selon cette même source irakienne, l’Iran étant parfaitement au courant de ce qui se passait a considéré que l’énormité de ce qui se tramait méritait de dépasser les réserves des uns et des autres et de réduire le niveau de tension entre les USA et la Syrie. Les événements du Yémen ayant entraîné un rapprochement forcé de ses points de vue avec les USA, l’Iran a exigé des garanties les engageant à ne pas cibler des positions syriennes, ni cette fois-ci, ni plus tard, sous le prétexte des frappes contre les positions de Daech. Ce que l’Iran a obtenu.

De son côté, la Russie a exigé que les USA préviennent à l’avance le gouvernement syrien des frappes aériennes sur les cibles spécifiques de Daech et lui fournissent les notifications concernant les couloirs aériens et les horaires d’entrée et de sortie de l’espace aérien syrien, pour que le tout soit programmé sur les réseaux de la  défense aérienne syrienne, modernes et de fabrication russe.

Quant à la Syrie, elle a insisté sur deux points. Le premier consistant à ce que les États-Unis prouvent leur sérieuse volonté de combattre Daech en amenant la Turquie à rejoindre officiellement l’alliance internationale de lutte contre le terrorisme, dirigée par les USA, et à arrêter l’afflux d’armes et de combattants vers la Syrie. Le second consistant à ce que les États-Unis livrent leurs données par l’intermédiaire du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies à New York, le Docteur Bachar al-Jaafari, pour que la coordination se fasse dans un cadre diplomatique.

Toujours selon la source irakienne, Washington a répondu favorablement à ces deux conditions mises en avant par la Syrie, en posant deux conditions à son tour : les États-Unis ne cesseront pas de clamer leur rejet de toute collaboration avec le gouvernement syrien,[8] ni ne cesseront de soutenir l’opposition qu’ils qualifient de « modérée ».

Et cette source d’ajouter que l’opération US, méticuleusement préparée pendant des jours et qui a usé de missiles Tomahawk, a ciblé et intégralement détruit les entrepôts souterrains d’une usine fabricant des armes chimiques ainsi que les camions transportant les matières nécessaires à leur fabrication, lesquels auraient posé un problème insoluble militairement s’ils étaient restés aux mains de Daech un mois de plus !

Cette même source a nié que des pays arabes, et notamment l’Arabie saoudite, aient participé aux raids aériens, contrairement à ce que racontent les médias [9][10].

Et la source irakienne de conclure : « Si les USA mentent en prétendant qu’ils n’ont pas prévenu à l’avance le gouvernement syrien des frappes aériennes sur des positions de Daech, leurs alliés arabes mentent encore plus lorsqu’ils prétendent y avoir participé ! ».

Sources et notes : http://www.mondialisation.ca/raids-us-en-coordination-avec-la-syrie-mensonges-et-secrets/5404261

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :