RSS

Archives de Tag: près de

Des produits chimiques pouvant servir à confectionner des explosifs dérobés près de Paris

Des produits chimiques pouvant servir à confectionner des explosifs dérobés près de Paris
Plus d’une vingtaine de litres de produits chimiques pouvant servir à fabriquer des explosifs ont été volés à l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (Enva), située à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), près de Paris.

L’école vétérinaire de Maisons-Alfort a été victime d’un vol d’une vingtaine de litres de produits chimiques dangereux rentrant dans la composition d’explosifs, a-t-on appris le 20 avril.

Parmi les principaux ingrédients dérobés : du trichloréthylène, de l’acétone et du fluorure de zinc. «Vu les produits, c’est évident que ça peut servir à fabriquer des engins explosifs», a expliqué une source policière à l’AFP, confirmant une information du journal Le Parisien.

Plusieurs de ces ingrédients rentrent effectivement dans la composition du TATP, explosif prisé par les terroristes de Daesh.

Le vol a eu lieu il y a une semaine environ, mais l’établissement n’a prévenu la police que le 19 avril, a ajouté la source policière. Ce n’est pas la première fois que l’Enva est victime d’un vol, selon elle : des produits stupéfiants y ont déjà été dérobés par le passé, notamment de la kétamine.

Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Maisons-Alfort.

Cet incident survient dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu en France : sous l’état d’urgence et à quelques jours de la présidentielle, un projet d’attentat qui ciblait des prétendants à l’Elysée a été déjoué il y a quelques jours. 4

Trois kilos d’explosifs de type TATP ont en effet été découverts le 18 avril au domicile de deux suspects par les forces anti-terroristes.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 avril 2017 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Énergie – près de 12 millions de Français précaires ! Pourquoi votre facture d’électricité pourrait être salée en 2017

edf


Cette situation peut être mortelle car quand on a 70 ou 80 ans et que l’on radine avec le chauffage pendant les rudes hivers on peut finir à l’hôpital puis au cimetière très vite. Et pour arranger ça, la facture va augmenter de près de 3% l’an prochain, sans oublier les proposition d’augmentation de la TVA de Fillon… De quoi largement aggraver la situation.


Près de 12 millions de personnes sont en situation de précarité énergétique en France et rencontrent des difficultés à payer leur facture de gaz et d’électricité.

Selon l’Observatoire national de la précarité énergétique, le chèque énergie, prévu par la loi de transition énergétique de 2015, ne pourra pas toutes les aider.

Près de 12 millions de personnes éprouvent des difficultés à payer leur facture de gaz et d’électricité, et le chèque énergie qui se met en place ne les aidera pas toutes, a prévenu mardi l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE).

Près de 6 millions de ménages sont ainsi considérés en situation de précarité énergétique, c’est-à-dire qu’ils consacrent plus de 10% de leurs revenus à leurs dépenses en énergie dans leur logement ou qu’ils déclarent une sensation de froid lié à un équipement de chauffage défaillant ou une mauvaise isolation.

« Un million de ménages cumuleraient une situation d’inconfort thermique (sensation de froid) et de vulnérabilité économique » par rapport aux dépenses d’énergie, indique aussi l’ONPE dans son nouveau bilan publié mardi.

« C’est un phénomène croissant, malgré les politiques publiques mises en place », a indiqué à l’AFP Bruno Lechevin, le président de l’ONPE. Il y a deux ans lors de la précédente édition de cet observatoire, l’ONPE considérait que la précarité énergétique concernait 5,1 millions de foyers et environ 11,5 millions de personnes.

Bruno Lechevin explique cette évolution par la hausse des prix de l’énergie, la crise économique qui a rendu certains ménages plus vulnérables, mais aussi par une meilleure mesure du phénomène.

Sans surprise, les foyers en situation de précarité économique ou sociale sont ceux qui ont le plus de difficultés à payer leurs factures d’énergie. Les locataires sont également sureprésentés, tout comme les personnes seules ou les familles monoparentales, ainsi que les foyers vivant dans des logements anciens ou avec un chauffage collectif.

Selon un récent sondage du Médiateur national de l’énergie, un tiers des Français ont dû restreindre leur chauffage pour limiter leur facture et 8% des ménages interrogés ont déclaré avoir rencontré des difficultés pour payer certaines factures.

« Une augmentation de 10% du prix de l’énergie peut faire basculer environ 500.000 ménages en situation de précarité », assure M. Lechevin.

La loi sur la transition énergétique votée en 2015 a instauré un dispositif de chèque énergie pour aider les ménages aux faibles revenus à payer leurs factures ou à réaliser des travaux de rénovation énergétique. Actuellement au stade d’expérimentation, il devrait bénéficier à partir de 2018 à près de 4 milions de ménages, se substituant aux tarifs sociaux de l’électricité et du gaz.

« On voit tout de suite l’écart avec les 5,6 millions de ménages en situation de précarité », regrette Bruno Lechevin, même s’il défend ce mécanisme qui n’est plus limité au gaz et à l’électricité mais étendu à tous les modes de chauffage (fioul, bois, etc.).

Rénover les logements 

Son montant s’élèvera entre 48 et 227 euros par an, pour une moyenne de 150 euros, calculé en fonction des revenus ; mais cela reste inférieur aux besoins qu’il faudrait mobiliser pour mettre fin à la précarité énergétique. L’Observatoire a calculé qu’il faudrait réduire la facture énergétique des ménages entre 526 et 735 euros par an pour qu’ils sortent de leur situation de précarité.

Par ailleurs, à lui seul, ce chèque énergie ne résoudra pas le problème, estime le président de l’Observatoire. « Si l’aide au paiement des factures est une action urgente nécessaire, l’action de fonds c’est la rénovation de l’habitat pour que les ménages précaires consomment mieux et moins », explique-t-il.

La loi sur la transition énergétique prévoit un objectif ambitieux de 500.000 logements rénovés par an à partir de 2017. L’Agence nationale de l’habitat (Anah) a indiqué qu’elle pourrait en rénover 70.000 cette année.

Outre le chèque énergie, le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE) finance également la lutte contre la précarité énergétique, par une contribution des fournisseurs d’énergie.

AFP

Près de 3% donc d’augmentation des factures énergétiques, alors que 12 millions de Français sont déjà en situation de précarité à ce niveau, ce qui fera empirer immanquablement la situation. Tout ceci ne peut que très mal finir et les élections de 2017 vont plonger le pays dans un véritable chaos, d’autant que la crise ne fait que commencer et que nos politiques corrompus qui en sont responsables sont complices des banksters.

La facture d’électricité promet d’être plus salée. Le tarif qui rémunère le distributeur d’électricité Enedis (ex-ERDF) va en effet augmenter en moyenne de 2,71 % le 1er août 2017, a confirmé la Commission de régulation de l’énergie (CRE) dans une délibération, publiée lundi 21 novembre. Et cela devrait avoir une répercussion pour le consommateur.

Le « tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (Turpe) », qui est défini pour une période d’environ quatre ans, « augmentera en moyenne de 2,71 % le 1er août 2017, avec ensuite des évolutions annuelles suivant l’inflation », a précisé la CRE.

Le gouvernement dispose de deux mois pour contester

Il conduirait donc, « toutes choses égales par ailleurs, à une augmentation, au 1er août 2017, de l’ordre de 2%, toutes taxes comprises, de la facture moyenne des consommateurs résidentiels ayant souscrit une offre de fourniture Heures pleines-Heures creuses avec une puissance souscrite de 6 ou 9 kVA », a indiqué la CRE.

Cette hausse dépendra toutefois de l’évolution des autres éléments composant la facture, comme le prix de la fourniture d’électricité. Le gouvernement dispose d’un délai de deux mois pour éventuellement demander à la CRE de se pencher à nouveau sur le sujet. Mais le dernier mot revient au régulateur.

Via LLP

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 novembre 2016 dans économie, général, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Près de 60% des vertébrés ont disparus en à peine 40 ans !!

La biodiversité en baisse en Île-de-France

Le dernier rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF) dresse un constat alarmant sur le déclin de la vie sur la planète.

Triste constat que dresse le rapport Planète vivante 2016 du Fonds mondial pour la nature (WWF). Publié le 27 octobre, il affirme qu’entre 1970 et 2012, les populations de mammifères, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles se sont effondrées de 58 %. Quarante-deux petites années. Et le WWF veut tirer la sonnette d’alarme. « Que la biodiversité poursuive sa chute, et le monde naturel que nous connaissons aujourd’hui s’effondrera d’un seul tenant », avertit ainsi le directeur général du WWF International, Marco Lambertini. « Le déclin subi par les populations d’espèces sauvages est de plus en plus préoccupant. Il devrait atteindre en moyenne 67 % d’ici à 2020, si rien n’est fait pour enrayer la tendance' », précise-t-il.

Pour Pascal Canfin, directeur général du WWF France, l’homme est « en train d’assister à une régression de la vie sur la planète dont nous sommes en partie responsables ». Et un tel constat pose un danger pour la survie même de l’être humain, car « quand le vivant disparaît, c’est le capital naturel qui disparaît. Et si on détruit ce capital, on détruit notre capacité à vivre sur la planète dans la durée« . Dans sa conclusion, le rapport du WWF affirme donc que l’humanité se met elle-même en danger.

Les causes humaines

En 2014, le précédent rapport du même type faisait état d’une chute de 52 % des populations de vertébrés dans le monde entre 1970 et 2010. Afin de mesurer l’évolution, l’organisation, qui collabore notamment avec la société zoologique de Londres, a étudié quelque 14.152 populations appartenant à 3.706 espèces vertébrées. Les animaux d’eau douce sont particulièrement touchés à cause notamment de la surexploitation, avec une chute de 81 % entre 1970 et 2012. En eau de mer, un tiers des espèces de requins et de raies sont menacées d’extinction. Les animaux terrestres ont également baissé de 38 %. En Afrique, la raison principale reste le braconnage, des éléphants notamment. Depuis 2006, leur nombre a diminué de 111.000. Il n’en resterait aujourd’hui plus que 415.000

Les causes directes de cet effondrement sont attribuées à l’homme. La dégradation, voire la perte, des habitats naturels de ces populations de vertébrés étant dues aux activités agricoles, à l’exploitation forestière, l’extraction minière ou encore au développement des réseaux de transports et la production d’énergie. La surexploitation (pêche et chasse), mais aussi la pollution et le développement de maladies sont également des facteurs à prendre en compte. Contre toute attente, le réchauffement climatique n’a que peu d’impact, « parce qu’on en est qu’à un degré de réchauffement » par rapport à l’ère préindustrielle, précise Pascal Canfin.

La planète vit à crédit depuis le 8 août

Pour ce dernier, il y a urgence de développer une économie soutenable. « On puise dans notre capital naturel de plus en plus tôt », relève-t-il. En 2016, l’humanité a commencé à vivre « à crédit » dès le 8 août, c’est-à-dire qu’à cette date, elle avait déjà consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en une année. C’est cinq jours plus tôt qu’en 2015. Et en 1970, ce jour était survenu le 23 décembre. Au final, à l’heure actuelle, l’humanité a besoin de 1,6 planète pour subvenir à ses besoins. Cependant, ce chiffre devrait encore augmenter à mesure que la population grandit. En 2050, l‘humanité devrait être passée de 7,4 milliards à 9,7 milliardsd’individus. Si aucun paramètre ne change, elle aura donc besoin de l’équivalent en ressources de deux planètes.

Source

 

Étiquettes : , , , ,

Une « deuxième Terre » existe (réellement) près de chez nous

C’est quand même fou les progrès de la science en quelques années à peine . Maintenant même à 40 années lumière de distance nous sommes capables de déclarer que l’atmosphère de cette planète « contient des traces d’eau, d’oxygène et de CO2 » . Incroyable .

Les scientifiques ont dissipé les doutes qui entouraient la sœur jumelle de la Terre: elle existe vraiment et offre pour la première fois la possibilité « de trouver des traces chimiques de vie en dehors de notre Système solaire ».

Maintenant, c’est prouvé: l’exoplanète qui ressemble à notre Terre existe vraiment. Baptisé TRAPPIST-1d, le corps céleste suscite l’intérêt particulier des chercheurs depuis déjà plusieurs mois. En cause, la zone potentiellement habitable où se situe celui-ci. Comme l’affirment les chercheurs, cette zone, où il ne fait ni trop chaud ni trop froid pour maintenir l’eau sous une forme liquide, peut permettre le développement d’une forme de vie telle que nous la connaissons sur Terre.

À en croire les scientifiques, TRAPPIST-1d est comparable en taille et en température à la Terre et se trouve à environ 40 années-lumières de nous, donc une distance « proche » en espace astronomique. Son atmosphère, raconte Astrophysical Journal Letters, contient des traces d’eau, d’oxygène et de CO2 .

Après sa découverte en mai 2016, plusieurs astrophysiciens ont mis en doute l’existence de la sœur jumelle de notre planète, estimant que l’astre à proximité de laquelle se trouve TRAPPIST-1d avait perdu sa luminosité à cause d’un autre objet céleste qu’ils ne sont pas encore parvenus à découvrir.

Cependant, une étude détaillée du système de l’exoplanète a montré qu’il n’y avait pas d’autres astres, ce qui signifie qu’une série de planètes sont situées dans la zone potentiellement habitable de leur étoile.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 septembre 2016 dans Espace, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

Plus fort que la Stasi : près de 6 000 agents secrets turcs seraient présents en Allemagne

A noter – Selon un Ancien fonctionnaire du Pentagone : «La Turquie pivote à l’Est, les Etats-Unis sont outrés» :

Le président turc Recep Tayyip Erdogan renoncerait à l’OTAN et à l’UE pour pivoter à l’Est, d’après l’ex-employé du Pentagone, Michael Maloof.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu, dans une interview à l’agence d’information russe Sputnik, a déclaré qu’Ankara envisageait une coopération militaire avec la Russie, l’OTAN semblant prendre ses distances avec la Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a plutôt renoncé à l’OTAN, et même à l’UE

————————————————————-

Selon un responsable de la sécurité allemande, près de 6 000 agents des services de renseignements turcs seraient en poste en Allemagne, c’est plus que le réseaux d’espionnage mis en place par la RDA en Allemagne de l’Ouest pendant la guerre froide.

L’information a été révélée par le grand quotidien allemand Die Welt : la Turquie aurait établi en Allemagne un important réseau d’espionnage chargé de récolter des informations, mais aussi de surveiller la diaspora turque présente en Allemagne, la plus importante d’Europe.

Selon un haut responsable du renseignement allemand interrogé par Die Welt, le MIT, les services secrets turcs, disposeraient d’un réseau d’environ 6 000 agents, actifs dans toute l’Allemagne et présents au sein-même de la communauté turque.

«Ils ne se limitent plus seulement à la collecte de renseignements, ils exercent aussi une véritable répression politique» explique Erich Schmidt-Eenboom, directeur de l’Institut de Recherche Politique pour la Paix, interrogé parDie Welt. «Même la Stasi au cœur de la guerre froide, n’a jamais réussi a mettre en place une telle armée d’agents secrets en Allemagne de l’Ouest», continue-t-il.

Toujours selon le grand quotidien, plusieurs fonctionnaires allemands auraient confirmé que ce réseaux d’agents aurait participé à la répression contre les partisans de Fethullah Gulen présents dans la communauté turque d’Allemagne. En effet, après la tentative de coup d’Etat contre le président Erdogan, l’onde de choc s’est propagée : dans plusieurs communautés turques européennes, les partisans de Gulen (ou perçus comme tel) ont été menacés et violentés par des soutiens au président Recep Tayyip Erdogan. «Beaucoup d’entre nous ont fait face à des menaces de mort», déclare ainsi à Die Welt ErcanKarakoyun, un des soutiens affichés de FethullahGulen en Allemagne .

Selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, des écoles et des locaux d’associations suspectés d’être gérés par des partisans de Gulen ont été saccagés dans de très nombreux Lander allemands.

«Les Turcs se livrent à des activités clandestines incroyables», estime le député Vert Hans-Christian Stroebele. Selon le parlementaire, les services de renseignement allemands et la police devraient même révoir leur coopération avec leurs homologues turcs.

D’ailleurs, le président du Comité de contrôle du parlement allemand et député CDU Clemens Binninger a déclaré que les récents événements en Turquie, notamment la tentative de coup d’Etat, avaient un impact sur la situation sécuritaire de l’Allemagne, mais aussi sur la coopérations entre les services de renseignements turcs et allemands.

Le relations entre les deux pays se sont considérablement détériorées ces dernières mois notamment à cause de la crise des migrants et la tentative ce coup d’Etat à l’encontre du Président Erdogan le 15 juillet dernier. Ankara accuse les partisans de Fethullah Gulen d’avoir orchestré le putsch, tandis que Bruxelles et Berlin accusent la Turquie de profiter de la situation politique pour persécuter les opposants politiques au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 août 2016 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Les USA préviennent Moscou et Damas qu’ils se défendront en cas de frappes près de leurs positions

Le général Stephen Townsend, du haut commandement des forces américaines en Syrie et en Irak, a conseillé à la Syrie et à la Russie de ne pas s’approcher des positions américaines qui, si elles «se sentaient menacés», pourraient riposter.

«Nous avons informé les Russes d’où nous en étions. Ils nous ont dit en avoir informé la partie syrienne. Je peux seulement dire que nous nous défendrons si nous nous sentons menacés», a déclaré Stephen Townsend dans un entretien téléphonique avec la chaîne américaine CNN.

Cette déclaration fait allusion aux frappes opérées par les avions syriens, qui se seraient approchés trop près des positions américaines, près de la ville d’Hassaké. Selon le porte-parole du Pentagone, Jeff Davis, les militaires américains aurait essayé de contacter l’armée syrienne, en vain. Washington a alors contacté Moscou pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’avions russes et envoyé des avions pour reconnaître à qui ces appareils appartenaient. Mais les avions syriens avaient disparu.

«Les Etats-Unis prendront toutes les mesures nécessaires», a assuré Stephen Townsen .

Malgré leurs désaccords, les côtés russe et américain se sont accordés en juillet pour transmettre l’un à l’autre les informations les plus importantes en Syrie et en Irak.

«Concernant les problématiques anti-terroristes, nous [les Russes et les Américains] comprenons la nécessité de coopérer et d’échanger nos information», a ainsi déclaré le chef des services de renseignement russe, Alexandre Botnikov.

Pendant ce temps, le président turc Recep Tayyip Erdogan renoncerait à l’OTAN et à l’UE pour pivoter à l’Est, d’après l’ex-employé du Pentagone, Michael Maloof.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu, dans une interview à l’agence d’information russe Sputnik, a déclaré qu’Ankara envisageait une coopération militaire avec la Russie, l’OTAN semblant prendre ses distances avec la Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a plutôt renoncé à l’OTAN, et même à l’UE

RT : La Turquie est un membre important de l’OTAN et, pourtant, le ministre des Affaires étrangères du pays dit que l’alliance se retire du jeu, forçant les Turcs à se tourner vers la Russie. Que pensez-vous de cette situation ?

Michael Maloof (M. M.) : La situation est très évolutive. Je pense que le président turc Recep Tayyip Erdogan a plutôtrenoncé à l’OTAN, et même à l’UE. A ce stade, il est en train de faire un pivot vers l’Est. Que la Turquie et la Russie commencent à discuter comme elles le font, notamment en termes d’alliances militaires, voilà qui offre une toute nouvelle opportunité pour non seulement la coopération bilatérale, mais aussi la coopération régionale dans un sens très intéressant. La Turquie est aussi ce qu’on appelle un partenaire de dialogue de l’Organisation de coopération de Shanghai [OCS], dont la Russie, la Chine et l’Iran font tous partie. Ce qui est nouveau ici c’est que la Russie voit en la Turquie une aide pour contenir et contrôler les sunnites, et les sunnites djihadistes en Syrie, mais aussi comme une potentielle influence régionale dans cette partie du monde. Et comme la Turquie et l’Iran sont également engagées dans un dialogue, cela pourrait laisser présager un potentiel accord entre les chiites et les sunnites.

Washington s’est retrouvé pris au dépourvu

Ca n’est que le début. Washington est outré à cause de cela. Même s’ils ne l’admettront pas publiquement, je pense qu’ils sont très inquiets à ce sujet. Cela montre que Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine ont commencé à regarder vers l’Est. L’OCS offre cette opportunité, surtout maintenant que la Chine entre en jeu et cherche à s’engager dans la résolution [du conflit] en Syrie. Et ils vont fournir plus de formation militaire au gouvernement syrien. C’est donc une toute nouvelle évolution des choses. Et Washington s’est retrouvé pris au dépourvu.

L’Europe, dont beaucoup de membres font partie de l’OTAN, doit avoir la main très, très douce pour traiter avec Erdogan

RT : Pensez-vous que la Turquie puisse utiliser cette histoire de copinage avec la Russie pour embêter l’OTAN ?

M. M. : En partie, mais je pense aussi que Recep Tayyip Erdogan a décidé de faire un pivot vers l’Est. Je pense qu’il voit plus de possibilités de long terme dans cette direction. Et il le montre déjà depuis un certain temps… Les Etats-Unis et les autres pays de l’OTAN ne veulent pas avoir l’air d’avoir des désaccords ouverts avec lui. Ils ne peuvent pas virer la Turquie de l’OTAN. En ce sens, Erdogan a un levier. Et il n’a pas seulement un levier vis-à-vis de l’OTAN, il a aussi un levier par rapport au flux de réfugiés en Europe. Donc, l’Europe, dont beaucoup de membres font partie de l’OTAN, doit avoir la main très, très douce pour traiter avec Erdogan. Ils ne veulent pas faire quelque chose qui le forcerait à se tourner complètement vers l’Est à ce stade et à renoncer à son adhésion à l’OTAN.

L’OTAN est affaiblie par la nouvelle politique turque à l’égard de la Russie

L’OTAN doit revoir ses politiques et cesser de voir les choses en noir en blanc, a déclaré Talat Masood, général trois étoiles de l’armée pakistanaise, en commentant les relations actuelles de la Turquie avec l’alliance militaire.

RT : Que pensez-vous de ce message de la Turquie ? Pensez-vous qu’il s’agit d’un vrai rapprochement avec la Russie, ou est-ce, pour ainsi dire, comme un coup de semonce à destination de l’OTAN ?

Talat Masood (T. M.) : Le président turc Recep Erdogan est très mécontent que certains membres de l’establishment américain aient soutenu Fethullah Gülen, parce qu’ils savaient qu’il conspirait, et ils l’ont soutenu, ou ont ignoré le fait qu’il avait l’intention de causer d’une certaine manière des problèmes à la Turquie… [Recep Tayyip Erdogan] pense qu’il est très inconvenant, de la part de certains membres de l’establishment américain, de déstabiliser et perturber un proche allié des Etats-Unis et de l’OTAN de cette façon.

Erdogan a réalisé qu’il avait fait une énorme erreur

Il s’est également rendu compte que sa politique ces derniers mois envers la Russie n’était pas juste, et en particulier la façon dont l’avion militaire russe avait été abattu. Je pense qu’Erdogan a réalisé qu’il avait fait une énorme erreur. Il ne peut pas se permettre d’avoir une relation aussi étrange avec la Russie. Voilà pourquoi, maintenant, il est en train de réévaluer sa politique étrangère et essaye de se rapprocher de la Russie et d’autres pays avec lesquels il a eu des relations étranges…

RT : Que pensez-vous des relations actuelles entre la Turquie et l’OTAN ? Pensez-vous que ce pays va tourner le dos à l’OTAN ou au moins prendre ses distances avec elle ? Si cela représente une menace pour l’OTAN, qu’est-ce que la Turquie voudrait obtenir du bloc à l’heure actuelle ?

T. M. : La Turquie est un membre très important de l’OTAN. Si elle la prive de son soutien, ou si son soutient devait devenir un peu plus mou, et si elle a [en parallèle] des relations étroites avec la Russie, évidemment les membres de l’OTAN doivent être très inquiets que la Turquie ait été laissée tomber et que maintenant elle se rapproche de la Russie. L’OTAN en est de toute évidence affaiblie.

Vous ne pouvez pas considérer les pays selon une approche «noir et blanc»

L’OTAN doit reconsidérer ses politiques, car on ne vit pas à l’époque de Guerre froide. Ce monde en est très différent : les pays ont des relations multiples, même avec des Etats avec lesquels ils ont eu des relations conflictuelles. Donc, c’est un monde très complexe à l’heure actuelle, et vous ne pouvez pas considérer les pays selon une approche «noir et blanc».

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Des avions de combat russes bombardent les positions des miliciens de l’EI et d’Al-Nosra sur le plateau du Golan près de la frontière israélienne

* Site d’information pro-iranien

Pour la première fois depuis qu’elle a commencé sa campagne aérienne contre les terroristes Takfiri le mois dernier, la force aérienne russe a frappé des positions rebelles dans le sud de la Syrie, près du plateau du Golan.

Les frappes aériennes russes ont ciblé les positions de l’Etat islamique (EI) et du Front al-Nosra dans les hauteurs du Golan dans la province de Quneitra près de la frontière avec Israël.

Les frappes aériennes de la Russie furent les plus proches des territoires palestiniens occupés depuis qu’elle a commencé ses frappes aériennes à la fin septembre.

Plus tôt dans la journée, l’armée de l’air russe a également frappé les positions des terroristes dans la province de Daraa pour la première fois.

Les avions de combat russes ont frappé les positions des terroristes takfiri dans les hauteurs stratégiques de Tal al-Harra et Tal Antar près de Deir al-Adas dans la campagne au nord de Daraa lundi soir.

L’armée syrienne a également mené des attaques sur la colline stratégique de Tal al-Alaqiya dans la campagne de Daraa et a réussi à détruire entièrement les positions des terroristes dans la région.

Le sommet de Tal al-Alaqiya est entouré par trois autres domaines stratégiques de Deir al-Adas, de Kafar Nasej et de Kafar Shams dans le nord de Daraa.

Les observateurs politiques croient que les attaques des avions de chasse russe constituent un message important pour Israël, alors que Tel Aviv prétend qu’il a conclu un accord avec Moscou dans le ciel du sud de la Syrie.

Lundi également, des avions de chasse russes ont détruit un certain nombre de positions des groupes terroristes dans la province syrienne d’Alep.

Les frappes aériennes russes ont frappé les positions des groupes terroristes d’al-Nosra et de l’EI dans le voisinage de la route de Khanasser-Ithriyah dans les parties sud de la ville d’Alep.

Des rapports ont aussi déclaré que les affrontements se poursuivent entre les troupes syriennes et les terroristes de l’EI sur la route de Khanasser-Ithriyah.

Les raids aériens russes ont également frappé des positions des terroristes de Jabhat al-Shamiyya dans le quartier d’al-Sheikh Saeed à Alep Sud et al-Sheikh Issa dans la campagne sud d’Alep.

Les avions de combat russes ont également pilonné les positions des militants takfiri dans le voisinage de l’Air Force Academy à l’aéroport Kuweires dans la campagne de l’Est d’Alep.

Article originel : Russian Fighter Jets Hits Militants’ Positions in Golan Heights near Israel Border Fars News Agency* – Traduction SLT

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :