RSS

Archives de Tag: poutine

Les sénateurs McCain et Graham jurent d’écraser la Russie : « 2017 sera l’année de l’offensive contre Poutine »

Du coté US , la vengeance se prépare (cf article précédent) – Les sénateurs étatsuniens, John McCain et Lindsey Graham, ont voyagé sur la ligne de front de l’Ukraine à Shyrokyne pour proclamer à une équipe de première classe de fusiliers marins que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de battre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Le Daily Express rapporte que, VLADIMIR Poutine a été averti qu’il est voué à l’échec en Ukraine et que 2017 sera une année d’agression anti-russe.

 

Les sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham se sont rendus à la ligne de front de Shyrokyne en Ukraine pour proclamer devant un groupe de marines d’élite que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de vaincre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Si Poutine revendique la victoire en Ukraine alors il pourra continuer à envahir, annexer et conquérir d’autres parties du monde, a averti l’ancien candidat présidentiel républicain et prisonnier de guerre au Vietnam John McCain.

Le républicain Graham a également adressé un message accablant à M. Poutine, en disant:

 «J’admire le fait que vous allez vous battre pour votre patrie.

« Votre combat est notre combat – 2017 sera l’année de l’offensive.

« Nous allons revenir à Washington et nous allons maintenir le cap contre la Russie. Assez de cette agression russe.

«Il est temps pour eux de payer un lourd tribu. Notre combat n’est pas avec le peuple russe, mais avec Poutine.

« Notre promesse est de soutenir votre cause à Washington, informer le peuple américain de votre bravoure et de soutenir votre engagement contre Poutine dans le monde. »

M. McCain a ajouté: «Je crois que vous allez gagner. Je suis convaincu que vous allez gagner et nous ferons tout notre possible pour vous fournir ce dont vous avez besoin pour gagner.

«Nous avons réussi pas à cause de l’équipement, mais à cause de votre courage.

« Le monde regarde et nous ne pouvons pas permettre à Vladimir Poutine de réussir ici car s’il réussit ici, il réussira dans d’autres pays. »

[…]
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Poutine : À l’Ouest, le « nouvel ordre mondial » normalise la délinquance pédophile

Vladimir Poutine a profité de sa conférence de presse annuelle de Noël pour reprocher aux zélites libérales occidentales d’abandonner les valeurs traditionnelles qui ont fait la grandeur de leurs pays. Au lieu de construire un avenir basé sur les solides valeurs chrétiennes, les zélites occidentales ont créé une culture du « politiquement correct débridée et outrancière » si destructrice, qu’elle entraînera la chute de la civilisation occidentale si elle n’est pas arrêtée.

Lors d’une séance de questions-réponses de près de quatre heures, le président russe a disserté sur l’état de son pays et du monde. Il a dit qu’il y a un effort international en faveur d’un nouvel ordre mondial qui « supprimera la souveraineté nationale » et « détruira l’identité et la diversité créée par Dieu. »

Poutine affirme que pour atteindre cet objectif, les zélites occidentales ont commencé par rejeter les racines sur lesquelles leur société s’est édifiée.

« De nombreux pays occidentaux ont décidé de nier ou rejeter leurs propres racines, en particulier l’origine chrétienne qui forme le socle de la civilisation occidentale. Dans ces pays, tout précepte moral et identité traditionnelle sont niés – l’identité nationale, religieuse, culturelle et même de genre, sont niés ou relativisées. »

« Dans ces pays, l’administration traite (juridiquement) à égalité les familles avec de nombreux enfants et les duos homosexuels.

« Dans ces pays, la démesure et la licence du politiquement correct conduisent à examiner très sérieusement la légitimité des partis qui encouragent la propagande de la criminalité pédophile.

« Les gens de beaucoup d’États européens ont honte de leur appartenance religieuse et ont vraiment peur d’en parler. »

Poutine dit que la situation est devenue si outrancière dans la civilisation occidentale, que l’on enseigne à présent aux gens que « La foi en Dieu est égale à la foi en Satan ». Dire le contraire risquerait d’être incorrect politiquement : le grand délit de notre époque.

« Les fêtes et les célébrations chrétiennes sont abolies ou rebaptisées de manière neutre, comme si on était honteux de ces fêtes chrétiennes. On cache ainsi les valeurs morales plus profondes de ces célébrations.

« Et ces pays essaient d’imposer ce modèle aux autres pays, mondialement. Je suis profondément convaincu que c’est la voie directe vers l’avilissement et le retour à la barbarie de la civilisation. Cela fait s’aggraver la crise démographique et morale en Occident. Quelle meilleure preuve pourrait-il y avoir de la crise morale de la société humaine (occidentale), que la perte de son devoir de procréation ? »

L’Ouest ne peut survivre par la procréation

« Aujourd’hui, quasiment tous les pays occidentaux ‘développés’ ne peuvent pas survivre par la procréation, pas même avec l’aide des migrants.

« Sans les valeurs morales enracinées dans le christianisme et les autres religions du monde, sans les règles et les valeurs morales qui ont été établies et mises en valeur au cours des millénaires, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. »

Poutine est inébranlable quant à la détermination de la Russie à défendre les valeurs occidentales.

« Et nous pensons qu’il est juste et naturel de défendre et de préserver ces valeurs morales (chrétiennes). »

La tentative de créer un gouvernement mondial unique

Poutine a aussi évoqué la tentative de créer un gouvernement mondial qui ferait disparaître les États souverains – un aboutissement qui conduirait « à l’abandon de sa propre identité » et à la perte de la « diversité créée par Dieu ».

« À l’Ouest, en même temps que ce processus au niveau national, on observe au niveau international des tentatives visant à relativiser et supprimer les institutions de droit international et la souveraineté nationale, pour créer un modèle de monde unipolaire unifié.

« Dans ce genre de monde unifié et unipolaire, il n’y a pas de place pour les États souverains. Ce genre de monde n’a besoin que de vassaux.

« Du point de vue historique, ce genre de monde unipolaire impliquerait l’abandon de sa propre identité et de la diversité créée par Dieu. »

Your News Wire, Baxter Dmitry

Original : yournewswire.com/putin-new-world-order-pedophilia-west/
Traduction Petrus Lombard

 

Étiquettes : , , , , ,

Docu – Poutine Le Nouvel Empire

 
3 Commentaires

Publié par le 22 décembre 2016 dans général, International, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : ,

Poutine a-t-il « piraté » les Elections américaines et déstabilisé les états unis ?

Afficher l'image d'origine

Hier j’avais écris ce papier entre 10 h du soir et tard la nuit, puis je l’ai retiré ce matin n’étant plus sur de moi …

Mais aujourd’hui ça semble se confirmer une fois de plus – on apprend officiellement que Obama accuse Moscou et promet des représailles : « Trump connaissait le piratage russe de la campagne bien avant le jour du scrutin » :

Au même moment, alors que les allégations sur un hack du Kremlin dégénéraient, la Maison Blanche a affirmé jeudi que Trump connaissait le piratage russe de la campagne bien avant le jour du scrutin, et un porte-parole de l’administration Obama a appelé le président élu à coopérer avec une enquête du Congrès en la matière.

Plus personne ne nie cette affaire, pas même dans le camp de Trump .

Pas même Trump lui même a demi mots (voir le lien ci dessus) :

Précisant que si c’était dans « l’intérêt du public » , ce n’est pas important de savoir d’où ça vient :

il y a quelques instants Donald Trump également exercé des représailles sur son médium préféré, Twitter, quand peu après 6h du matin, Trump a suggéré que le soi-disant « bidouillage russe » de l’ information divulgué était dans l’intérêt du public, encore une fois posant une question séculaire: si l’information est critique et qu’elle sert le public, est – ce important de savoir d’où elle vient ?

Je remet donc ce papier en ligne . Ce n’est évidemment pas un papier anti Russe ni anti Poutine, vous connaissez mes positions, mais la vérité avant tout ! Il ne faut pas se voiler la face car on admire Poutine ou les Russes …

Au pire, disons que ça ne reste qu’une hypothèse plausible, en attendant de nouveaux éléments qui prouveraient le contraire .

Voici le papier :

Selon les services secrets américain, le président russe Vladimir Poutine en personne serait directement impliqué dans le piratage informatique des démocrates.

C’est du très lourd que vient encore de balancer la CIA . Je rappelle qu’avant hier on avais  appris que Selon un rapport secret de la CIA, la Russie a aidé Trump à gagner l’élection : les démocrates veulent maintenant « empêcher la prestation de serment de Trump » 

Qu’en est il ? Poutine a-t-il pu pirater les Elections américaines ?

Je pense que sur cette affaire, les faits sont de plus en plus accablants . J’ai beaucoup d’admiration pour les Russes (et Poutine) , mais il ne faut pas être naïf non plus . Il s’est indéniablement passé quelque chose durant l’élection US .  

Cette fois Vlad Vladimirovitch a été très loin . Les médias russes eux mêmes l’admettent .

Une véritable machine de guerre médiatique d’ailleurs (et parfois de propagande, moi qui traite chaque jour avec eux, c’est flagrant) que Poutine a mis en place .

Les médias Russes, comme par exemple Sputnik et RT sont très efficaces, et peuvent grandement participer à déstabiliser des pays à eux seuls.

Afficher l'image d'origine

Dans cet article  – Les médias craingent «la cyberguerre de Poutine» à l’approche de la présidentielle française–  de Sputnik, le média russe se permet même d’ ironiser :

« Pourtant, on dirait que ce Poutine omniscient et dangereusement omniprésent a bien mené son jeu. Une fois François Hollande détrôné, les deux candidats ayant la plus grande côte de popularité, François Fillon et Marine Le Pen, n’hésitent pas à clamer leurs visions optimises sur une large coopération avec Moscou… »  

Il l’a mené tel un grand stratège, ce qu’il est réellement au fond.

Les services secrets US, qui plus est la CIA , ne sortent pas du bois pour faire de telles déclarations auprès du Grand public, qui en plus avec des responsables qui disent avoir un « haut degré de confiance » dans ces conclusions – même si elle ne divulgue pas le contenu du rapport question évidente de secret défense –  et d’une telle portée, sans des raisons en béton – et une situation d’urgence nationale en quelque sorte qui justifierait cette action. 

Les personnalités de l’éstablishment et de l’état profond ne dénoncent pas « un coup d’état Russe aux US » avec une telle véhémence, sans être convaincus que c’est bien le cas . Hier encore L’ex ministre de la culture britannique accusait la Russie d’ingérence dans le référendum sur le Brexit .

Y compris la Maison blanche sort officiellement du bois sur cette affaire, ce qui n’est pas rien – Trump a d’ailleurs du réagir en déclarant « Si la Russie nous avait piraté, pourquoi la Maison Blanche Se plaint seulement Après qu’Hillary a perdu? » –  et déclare que Les médias américains sont devenus des «armes du renseignement russe», menaçant de répondre « proportionnellement » :

Les Etats-Unis accusant Moscou de ces cyber-attaques (les emails piratés du Comité nationale démocrate) entendent répondre à la Russie, selon le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest. «Comme l’estime le président, ce que nous savons sur ce que la Russie a fait implique une réponse proportionnelle. Je ne peux pas confirmer si les services spéciaux américains ont déjà commencé», a-t-il déclaré.

Les démocrates exigent maintenant une enquête contre le chef du FBI accusé d’avoir laissé Moscou faire élire Trump !! Ça devient une question de « haute trahison » – Et  ça se passe « en interne » ! Parmi les démocrates il n’y a pas que les Clinton, il y a aussi des gens comme Sanders …

Pire quand certaines personnalité de haut niveau ont même essayer de justifier ce piratage : L’ancien ambassadeur US à l’ONU Suggère que le Hack russe était un « False Flag » de l’administration Obama (Trump dénonce une « Théorie du complot »)

Aujourd’hui c’est l’Europe qui s’alarme d’une « cyberguerre » de Poutine aux prochaines élections. Je ne vois pas l’Intérêt non plus . Pas si ils ne sont pas convaincu de ce qu’ils racontent .

Les agents de la CIA ne parleraient pas de « représailles » personnalisées non plus, si ce n’était véritablement leur ego qui a été blessé :

En vue de possibles représailles, les services de renseignement américains examineraient de près la fortune personnelle de Vladimir Poutine, a ajouté NBC en citant les responsables américains du renseignement.

Tout comme celui de la Maison Blanche, je ne vois pas l’intérêt de L’administration d’Obama d’être « contrainte de riposter » … le tout juste avant de quitter le pouvoir .

Le Recomptage des votes donne toujours Trump en avance, mais avec bien moins de voix . De là à conclure qu’il y avait certes une volonté du peuple US , mais qu’il a grandement été aidé …

Je sais bien que Poutine est diabolisé par l’occident, mais d’une part à ce niveau ce serait de l’hystérie totale, et d’autre part on dispose maintenant de très nombreux éléments qui indiquent qu’il y a bien anguille sous roche dans cette affaire de piratage de l’élection US.

Par ailleurs Poutine est loin d’être un enfant de cœur, c’est un ex agent des services donc il sait de quoi il parle en matière de pratiques d’espionnage et de contre espionnage, et il sait s’en servir, … dans son pays il a muselé toute opposition (« l’ingérence étrangère », c’est pratique)

Afficher l'image d'origine

Aujourd’hui on apprend dans les médias Russes en réponse à cette tornade médiatique que Selon Wikileaks, la fuite des mails de Clinton a été orchestrée par un membre du parti démocrate :

Alors que la Maison Blanche continue d’incriminer les pirates russes et Vladimir Poutine, un représentant de WikiLeaks et ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan, Craig Murray, confirme avoir reçu les documents compromettant Hillary Clinton de la part… d’un démocrate dégoûté par l’activité du parti

Un « démocrate dégoûté » , on parle de « haute  trahison » ici, … l’explication est plutôt légère – Mais Il n’est pas difficile d’imaginer que Wikileaks joue en sous marin avec Moscou ()

Assange réfute avoir reçu ses « leaks » des Russes

Sachant que c’est toujours Poutine qui a déclenché un véritable boom technologique qui a mené la Russie au top niveau en matière de nouvelles technologies, notamment dans les domaines militaire de l’armement et de la cyber guerre. Les Russes sont à la pointe technologiquement parlant, ce qui correspond à des dizaines d’années d’avance par rapport à ce que connait le grand public .

Je ne pense pas que le piratage de l’élection US en soi fasse parie du complot de la révolution pourpre (Les Clinton et Soros lancent la « Révolution Pourpre en Amérique) mais peut être du complot mondialiste, qui intègre cette révolution pourpre – qui est menée en ce moment même par l’élite via son establishment, et qui tente de déstabiliser les US de l’intérieur, et dans tous les cas ce mouvement volontaire et non anodin de la CIA va aider à amplifier l’escalade, c’est une certitude.  

Dans tous les cas aussi, Poutine est un pion qui aide à faire avancer l’agenda Mondialiste .

Jamais les états unis n’ont été si proches d’une guerre civile – et la main invisible Poutine n’est définitivement pas étrangère dans cette « déstabilisation » étasunienne. 

Alors quand Forbes désigne Poutine «homme le plus puissant du monde» Pour la 4e année de suite,  précisant que « Depuis son pays natal jusqu’en Syrie en passant par les élections américaines, le dirigeant russe continue à parvenir à ses fins »je suis loin d’être surpris – et je pense que c’est tout sauf , un hasard ….

 

 
5 Commentaires

Publié par le 16 décembre 2016 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Pour la 4e année de suite, Poutine est l’«homme le plus puissant du monde» pour le magazine Forbes

Le classement annuel a accordé la première place au président russe chaque année depuis 2013, et on comprend mieux pourquoi avec les événements actuels : Grace à une puissante machine médiatique (je ne dis pas de « propagande » même si i y en a ) qu’il a mis en place ainsi que la modernisation extrême de la puissance de dissuasion russe (armée, services secrets), Poutine a reconfiguré le monde à son image ! Le tout en sous marin, sans que personne ne puisse directement le mettre en cause ! Trop fort .. Il nous a quand meme évité WW3 …

Il devance Donald Trump et Angela Merkel, qui occupent respectivement la deuxième et troisième place. François Hollande arrive 23e du classement.

Dans le classement 2016 du magazine Forbes publié ce mercredi 14 décembre répertoriant les personnes les plus influentes du monde, le président russe Vladimir Poutine occupe la première place pour la quatrième année consécutive.

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 décembre 2016 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , ,

Poutine personnellement impliqué dans le piratage des Elections américaines selon les services secrets US !! L’Europe craint désormais «la cyberguerre de Poutine» aux prochaines élections – Trump réagit …

Afficher l'image d'origine
C’était prévisible : A force d’en manger, il a fait une overdose de Pop Corn ..

Incroyable – Selon des membres du renseignement américain, le président russe Vladimir Poutine en personne serait directement impliqué dans le piratage informatique des démocrates.

Deux hauts responsables américains du renseignement estiment que le président russe Vladimir Poutine s’est personnellement impliqué dans les piratages informatiques qui ont marqué l’élection présidentielle américaine, motivé par un désir de revanche contre la démocrate Hillary Clinton, avançait la chaîne NBC mercredi.

Poutine aurait donné les consignes. Vladimir Poutine aurait lui-même donné les instructions sur la façon de filtrer et d’utiliser les messages dérobés aux démocrates après les piratages informatiques, affirmait la chaîne américaine en citant deux hauts responsables ayant eu connaissance de cette information. Les responsables disent avoir un « haut degré de confiance » dans ces conclusions.

La CIA a conclu dans un rapport secret, révélé la semaine dernière par le Washington Post, que la Russie était intervenue par ses cyberattaques dans la campagne électorale dans le but précis d’aider Donald Trump à être élu, et non dans le but plus général de troubler le bon déroulement de l’élection. Le président élu a rejeté avec virulence ces allégations.

De vieilles rancœurs. Selon NBC, Vladimir Poutine n’aurait jamais pardonné à Hillary Clinton des déclarations publiques faite lorsqu’elle était cheffe de la diplomatie américaine, mettant en doute en 2011 l’intégrité d’élections législatives en Russie.

Il l’aurait aussi accusée d’avoir alors encouragé les manifestants à descendre dans la rue. Les hauts responsables du renseignement ont assuré à NBC que Vladimir Poutine aurait dans un premier temps agi pour se venger de la candidate démocrate, avant d’élargir son objectif en cherchant à montrer au monde les défaillances de la politique américaine et, selon les mots de l’un des responsables, « diviser les alliés cruciaux des Etats-Unis en leur donnant l’impression qu’ils ne peuvent plus compter sur les Etats-Unis comme un leader mondial crédible ».

En vue de possibles représailles, les services de renseignement américains examineraient de près la fortune personnelle de Vladimir Poutine, a ajouté NBC en citant les responsables américains.

Sputnik fulmine et tente de dédramatiser la situation, mais l’affaire est sérieuse :

L’agonie de l’administration américaine sortante, incapable de gérer la défaite de sa candidate Hillary Clinton aux élections présidentielles, se poursuit. Comme d’ordinaire, les démocrates ne se donnent pas la peine de chercher les vraies raisons de leur échec. A quoi bon, la Main du Kremlin à bon dos !

La chaîne américaine NBC News, citant deux sources haut placées dans le renseignement du pays, affirme que les autorités russes étaient impliquées dans les cyberattaques contre les sites américains lors de la présidentielle. «  Désormais, les porte-parole des services spéciaux américains jugent « avec un degré de certitude élevé » que le président russe Vladimir Poutine était personnellement impliqué dans la campagne secrète russe d’ingérence dans l’élection présidentielle  », annonce la chaîne.

La chaîne ne s’est pas donné la peine d’obtenir les commentaires officiels de la CIA ou des responsables du renseignement national.

L’administration d’Obama pourrait être contrainte de riposter avant de quitter le pouvoir, a confié à NBC News un ex-agent de la CIA.

En octobre, les services spéciaux américains ont ouvertement accusé Moscou de tentatives d’influencer les élections, reconnaissant néanmoins que les hackers n’ont pas réussi à accéder aux systèmes électoraux américains.

Par la suite, la Maison Blanche a reconnu ne pas avoir détecté d’attaques de hackers le jour de l’élection. Washington n’a jamais fourni la moindre preuve de l’implication de Moscou dans les tentatives de saper le scrutin.

De toute évidente, les nouvelles accusations portées contre le président russes resteront également gratuites et aucune preuve tangible ne sera jamais fournie

 

A tel point que Pendant ce temps c’est le branlebas de combat en Europe et en France, où Les médias craingent «la cyberguerre de Poutine» à l’approche de la présidentielle française

Vladimir Poutine cherche à tirer les ficelles de la présidentielle française, comme il l’a d’ailleurs fait aux USA, et envisage de lancer de nouvelles attaques informatiques en France et en Allemagne à l’approche des élections en 2017, prévient Le Monde.

« Des attaques informatiques venues de la Russie de Poutine sont à redouter durant les élections française et allemande en 2017 », lit-on à la Une du Monde, au lendemain du « Goodbye » de Hollande.

Alors que tous les médias français s’affolent à citer « les adieux » du président de la République faites la veille, Le Monde, lui, a décidé de se distinguer de la foule homogène des journaux français.

Le Monde vous apprend ainsi à créer l’« article idéal » : prenez un sujet d’actualité (ici, la présidentielle française) et ajoutez l’un des mots-clés proposés (au choix : menace russe, propagande, Poutine, agents du Kremlin, propagande russe…).

Voilà où en sont nos collègues français : « Paris et Berlin redoutent la cyberguerre russe pendant les élections de 2017 », pouvait-on lire à la Une du Monde ce matin.

Cependant, la rédaction a ensuite, et à bon escient, décidé de changer de titre et l’article s’intitule maintenant « Berlin et Paris redoutent des cyberattaques de l’étranger, à l’approche de scrutins majeurs », ce qui n’en change pas pour autant le sens.

À quoi bon organiser des élections, mener des débats, chercher à attirer le public, si les citoyens français ne décident de rien et que ce n’est même pas Bruxelles qui dicte ses règles mais Vladimir Poutine, dont les pouvoirs n’en finissent plus de s’étendre, aux USA aussi bien qu’en Europe.

« Le scrutin présidentiel américain a montré que les élections occidentales étaient entrées dans le champ de la guerre de l’information conduite par la Russie de Vladimir Poutine », selon le réputé journal. L’auteur de l’article prévient notamment que « deux prochains scrutins majeurs en Europe en 2017, la présidentielle française au printemps et les élections générales allemandes en septembre, risquent à leur tour d’être la cible d’actions de déstabilisation ».

Pourtant, on dirait que ce Poutine omniscient et dangereusement omniprésent a bien mené son jeu. Une fois François Hollande détrôné, les deux candidats ayant la plus grande côte de popularité, François Fillon et Marine Le Pen, n’hésitent pas à clamer leurs visions optimises sur une large coopération avec Moscou…

De sont coté – le bénéficiaire de toute cette affaire, Trump réagit : « Si la Russie nous avait piraté, pourquoi la Maison Blanche Se plaint seulement Après qu’Hillary a perdu? »

Avec la nation saisie par le scandale sans fondement du « piratage russe », qui la nuit dernière a escaladé pour inclure Poutine lui-même selon un rapport de NBC qui ne fourni rien de nouveau, Trump se jeta dans la mêlée jeudi matin quand il a soulevé plus de questions sur Twitter à propos de la Russie et de son rôle dans les cyber-attaques sur les partis politiques et les particuliers américains, dans le timing de la réponse de la Maison blanche sous la présidence de Barack Obama.

Trump a à plusieurs reprises dénoncé les rapports sur le piratage russe comme étant «ridicules», et a accusé les démocrates qui sont mécontents que Trump a remporté l’élection présidentielle le 8 novembre contre leur candidat, Hillary Clinton. En Octobre, le gouvernement américain a officiellement accusé la Russie d’une campagne de cyber-attaques contre les organisations politiques américaines avant l’élection. Obama a dit qu’il avait mis en garde le président russe Vladimir Poutine sur les conséquences et la semaine dernière il a ordonné un examen par les services de renseignement américains.

Pendant ce temps, NBC News rapporté jeudi soir que les responsables du renseignement américain ont «un niveau élevé de confiance » sur le fait que Poutine a été personnellement impliqué dans la cyber campagne russe contre les Etats-Unis.

La CIA a estimé que les attentats visaient à aider Trump a gagner l’élection 2016, une position non approuvée par le Bureau du directeur du renseignement national (ODNI) ou le FBI, selon un haut responsable américain, en raison du manque de preuves crédibles , ce qui suggère que Trump a raison d’interroger le récit de la Maison blanche.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 décembre 2016 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Netanyahou et Poutine ont scellé « un accord secret » pour éviter un conflit israélo-russe en Syrie, Les F-35 américains débarquent en Israël

Benjamin Netanyahou et Vladimir Poutine

Lors d’un entretien donné à la chaîne américaine CBS, Benjamin Netanyahou a révélé qu’au moment où la Russie a envoyé ses troupes en Syrie, le Premier ministre israélien avati conclu un accord avec le président russe afin d’éviter tout incident.

Interrogé par une chaîne de télévision américaine sur la relation entre Israël et Moscou, Benjamin Netanyahou l’a qualifié d’«amicale». Cependant, l’intervention russe en Syrie a induit un risque de confrontation avec Tel-Aviv que le Premier ministre a cherché à éviter.

«A la minute où [Vladimir] Poutine a décidé de placer ses forces militaires en Syrie, je suis allé le voir et je lui ai dit : « Regardez, voilà ce que je suis en train de faire. Je n’interviens pas en Syrie. Mais dans le même temps, si la Syrie essaie d’intervenir chez nous, si l’Iran essaie d’utiliser la Syrie pour nous attaquer, et bien arrêtez cela. » […] Donc nous avons coordonné nos troupes parce que personne ne veut d’une confrontation israélo-russe accidentelle», a indiqué le Premier ministre israélien.

Malgré l’affirmation de Benjamin Netanyahou sur la non-intervention militaire de l’Etat hébreu en Syrie, l’armée de l’air israélienne a été impliquée dans plusieurs raids meurtriers visant des cibles militaires syriennes, à proximité du Golan, mais aussi plus récemment à Damas. De plus, Israël a été accusé de soutenir les djihadistes du front Fateh Al-Cham (l’ex-Front Al-Nosra) sur le plateau du Golan par un député israélien.

Netanyahou fait confiance à Donald Trump pour rompre l’accord sur le nucléaire iranien

Le Premier ministre israélien a aussi indiqué se satisfaire de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, un ami déclaré d’Israël. Après son investiture, Benjamin Netanyahou reste confiant sur le fait que Donald Trump respectera son engagement de campagne. Il avait en effet qualifié de «priorité numéro un» le démantèlement du «pire accord jamais négocié» sur le nucléaire iranien.

 

Le Premier ministre israélien a déclaré avoir «environ cinq choses en tête» pour faire capoter l’accord, refusant ne serait-ce que de les évoquer, préférant en parler au président plutôt que dans une émission de télévision.

Interrogé sur la raison du rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite, ainsi que d’autres pays à dominante sunnite hostiles à la République islamique, Benjamin Netanyahou a indiqué qu’il ne s’agissait pas de développer un front anti-Iran au Moyen-Orient, sachant que celui-ci «exist[ait] déjà». Néanmoins, il n’a pas nié l’avoir rejoint pour nuire aux intérêts de Téhéran.

A l’époque de la conclusion de l’accord sous l’administration Obama, la diplomatie israélienne avait opté pour une ligne très agressive afin de tenter de saper l’accord. Elle avait été jusqu’à organiser une allocution du Premier ministre israélien devant le Congrès, pour inciter les élus à rejeter l’accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Cette ingérence dans la politique américaine avait alors fortement accru les tensions entre les Etats-Unis et Israël.

Les F-35 américains (avions de chasses super sophistiqués) débarquent en Israël, et suscitent quelques interrogations  

L’amée de l’air israélienne devrait recevoir lundi ses deux premiers avions de chasse furtifs F-35, quand les avions toucheront le sol de la base aérienne Nevatim, dans le sud d’Israël, marquant ainsi ce qui est perçu comme un bond de la puissance aérienne d’Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Reuven Rivlin, et le ministre de la Défense Avigdor Liberman devraient être rejoints par le secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, et des responsables militaires sur le tarmac pour accueillir les avions, considérés comme les machines de combat les plus sophistiquées au monde.

media

Les deux premiers chasseurs bombardiers F-35, fabriqués aux Etats-Unis, sont livrés ce lundi 12 décembre 2016 à l’armée de l’air israélienne. Une cérémonie en grande pompe, sur la base de Névatim, dans le sud du pays, en présence du secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter. Le F-35 est le premier avion d’attaque «furtif» livré au Moyen-Orient. Israël compte en acheter une cinquantaine. En dépit de son prix très élevé, et de ses performances jugées décevantes, le F-35 est présenté par les autorités israéliennes comme «la solution» à «la menace» iranienne. Mais les doutes persistent.

Les Israéliens l’ont baptisé « adir », le « puissant » en hébreux. Le F-35 américain sous l’étoile de David, c’est bien le symbole de la relation de défense privilégiée qu’entretiennent les Etats-Unis et l’Etat hébreux depuis plus de 45 ans.

L’achat des 33 premiers appareils sera d’ailleurs financé grâce à l’aide américaine au terme d’un accord conclu en septembre dernier, portant sur le versement 38 milliards de dollars à Israël sur la période 2019-2028.

D’un point de vue industriel, Israël est même partenaire du programme depuis son lancement. Le constructeur américain Lockheed Martin indique que six entreprises de défense israéliennes, dont le spécialiste de l’électronique Elbit Systems, sont engagées dans le programme et auraient déjà reçu 778 millions de dollars de commandes.

Les utilisateurs, eux, s’interrogent. Les F-35 risquent de dévorer les budgets du reste de l’armée israélienne. Contre un mouvement de guérilla comme le Hezbollah ou l’organisation Etat islamique, l’appareil ne sera pas plus efficace qu’un avion plus ancien et moins cher, notent les spécialistes.

Pénétrer les défenses aériennes iraniennes et ses missiles sol-air S-300, cela fait déjà des années que les pilotes israéliens s’y entraînent – même sans avions furtifs. De leurs engagements passés, les pilotes de guerre israéliens ont retenu qu’il vaut mieux disposer de nombreux appareils éprouvés, que d’une poignée d’appareils ultra-modernes.

Quant au président élu américain, il s’est déjà fait son opinion sur la question. Selon lui, cet avion et son coût – il s’agit du plus gros programme militaire de l’histoire des Etats-Unis -, sont « hors de contrôle ». « Des milliards de dollars peuvent et vont être économisés sur des achats militaires (et autres) après le 20 janvier », promet Donald Trump sur Twitter.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :