RSS

Archives de Tag: pour éviter

La Corée du Nord demande la médiation de l’ASEAN pour éviter un «holocauste nucléaire»

La Corée du Nord demande la médiation de l'ASEAN pour éviter un «holocauste nucléaire»

La situation va de mal en pis en ce qui concerne la Corée du Nord, et on voit mal comment une guerre pourrait être évitée, sachant que les nord coréens n’hésitent pas à faire de la provocation, et qu’ils ont d’ores et déjà la possibilité de toucher les bases US, et la technologie pour atteindre directement les US. Elle a en effet d’ores et déjà le savoir faire – sous estimé – afin de miniaturiser ses bombes H , et de construire un « véhicule d’entrée » (pour transporter les missiles quels qu’ils soient) n’importe où dans le monde, comme des experts US l’ont rapporté . (cf Des experts mettent en garde : Un seul missile nord-coréen pourrait mettre à terre le réseau National électrique US et tuer 90% des Américains)

Sur fond de tensions croissantes dans la péninsule coréenne, Pyongyang a demandé le soutien de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est pour empêcher un «holocauste nucléaire». Donald Trump a lui, mis en garde contre un «conflit majeur».

Dans une lettre au Vietnamien Le Luong Minh, président de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho s’est alarmé des actions et de la rhétorique de Washington qui poussent selon lui la région au «bord de la guerre».

«Comme vous pouvez le constater, les actions belliqueuses des Etats-Unis et de la Corée du Sud dans la péninsule coréenne mènent à une situation totalement hors de contrôle», peut-on lire également dans cette lettre du diplomate nord-coréen, datée du 23 avril dernier et que s’est procurée l’AFP.

«Il est clair pour tous que le déploiement nucléaire que les Etats-Unis et la Corée du Sud mènent actuellement dans la péninsule coréenne peut conduire à une véritable hécatombe en quelques secondes. La nature de ces « exercices » n’est en aucun cas défensive», a ajouté Ri Yong-ho.

L’appel de Pyongyang à l’ASEAN a précédé de peu le 30e Sommet de l’organisation qui s’est déroulé à Manille aux Philippines du 26 au 28 avril. La Corée du Nord y a justifié ses efforts pour développer son propre arsenal nucléaire comme seul moyen de dissuasion contre les Etats-Unis

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a exhorté le chef de l’ASEAN à informer ses homologues de l’organisation «sur la situation extrêmement grave» dans la région et à élaborer une «proposition appropriée» pour la préservation de la paix dans la péninsule coréenne.

«Nous attendons de l’ASEAN, qui attache une grande importance à la paix et à la stabilité régionales, qu’elle s’intéresse à la question des exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud à partir d’une position équitable et joue un rôle actif dans la sauvegarde de la paix et de la sécurité», a déclaré Ri Yong-ho dans sa lettre.

Ce n’est pas la première fois que Pyongyang envoie une lettre à l’organisation régionale composée de dix nations membres mais dont la Corée du Nord ne fait pas partie. L’agence de presse officielle nord-coréenne, KCNA, a annoncé que son ministère des Affaires étrangères avait déjà envoyé une requête au secrétariat de l’ASEAN le 4 avril dernier au sujet des manœuvres militaires de Washington et Séoul.

Ce plaidoyer de la Corée du Nord est adressé l’ASEAN alors que la péninsule est en proie à de vives tensions. Au cours de la semaine dernière, les armées sud-coréenne et américaine ont effectué des manœuvres conjointes à Pocheon, dans le nord de la Corée du Sud. Elles ont fait suite à des exercices nucléaires nord-coréens qui avaient eu lieu la veille à Wonsan, au bord de la mer du Japon.

Les Etats-Unis ont de leur côté procédé, le 26 avril, aulancement d’un missile Minuteman III pour démontrer leurs «capacités nucléaires». En outre, un sous-marin nucléaire américain armé de missiles téléguidés a fait une escale portuaire en Corée du Sud le 25 avril et le navire de guerre USS Carl Vinson a été envoyé dans la région.

Le 28 avril, le ministère de la Défense de Corée du Sud a annoncé que les Etats-Unis envisageaient de continuer à déployer leurs armes «stratégiques» dans le pays, selon l’agence sud-coréenne Yonhap.

«Washington et Séoul ont convenu de poursuivre la mise en œuvre de toutes les mesures disponibles, y compris le déploiement régulier d’actifs stratégiques américains», a déclaré le ministre coréen lors de la réunion de deux jours entre la Corée et les Etats-Unis sur la question de la défense qui s’est tenue à Washington DC.

La Corée du Nord pour sa part a promis de répondre si nécessaire par une frappe nucléaire sur le territoire américain et a même diffusé la vidéo d’une simulation de tir de missile balistique frappant les Etats-Unis. Pyongyang a en outre assuré être prêt au combat, et a affirmé pouvoir couler le Carl Vinson en une seule frappe.

Washington se prépare au pire, tandis que Pékin, Moscou et Tokyo appellent à une solution diplomatique

Dans le même temps, alors que les Etats-Unis continuaient de renforcer leur présence militaire dans la région, la Chine et la Russie ont appelé à rechercher une solution diplomatique à la montée des tensions dans la péninsule coréenne.

Pékin tente de convaincre Pyongyang de renoncer à effectuer un sixième essai nucléaire. La Chine craint en effet qu’une telle manœuvre puisse déclencher des mesures de représailles de la part de Washington.

Le 27 avril, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a déclaré que la Chine avait accepté le principe de sanctions unilatérales contre Pyongyang si la Corée du Nord effectuait un nouvel essai nucléaire. En février dernier, la Chine avait déjà interdit les importations de charbon en provenance de Corée du Nord et évoqué la possibilité de restreindre ses exportations de pétrole vers cette dernière.

«Nous allons discuter des prochaines étapes qui pourraient être nécessaires à l’augmentation de la pression [économique] sur le régime [nord-coréen]», a déclaré Rex Tillerson. «Nous ne cherchons pas à changer le régime en Corée du Nord. Nous voulons la même chose que la Chine : une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», a-t-il ajouté.

Donald Trump, quant à lui, a déclaré à l’agence Reuters qu’il y avait «une possibilité de conflit majeur» dans la région. «Nous aimerions résoudre les choses de manière diplomatique, mais c’est très difficile», a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée, le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont préconisé une solution diplomatique à la crise coréenne. «Nous appelons tous les Etats impliqués dans les affaires de la région à s’abstenir d’employer une rhétorique militaire et à chercher un dialogue pacifique et constructif», a déclaré Vladimir Poutine après avoir rencontré son homologue japonais au Kremlin.

La veille, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait estimé que les pourparlers entre les six parties (Etats-Unis, Corée du Sud, Corée du Nord, Russie, Chine, Japon) devraient être relancés.

«Il existe bien un mécanisme de pourparlers à six et il convient parfaitement à la Russie. Il faudrait demander aux Etats-Unis pourquoi ils rejettent ce mécanisme conçu pour améliorer la situation dans la péninsule coréenne», a déclaré Maria Zakharova. «Nous devrions utiliser tous les efforts diplomatiques et toutes les possibilités qu’offre le droit international [dans la situation actuelle de la région]», a ajouté la responsable russe.

Ces pourparlers à six (Chine, Corée du Sud, Corée du Nord, Etats-Unis, Russie et Japon), ont commencé en 2003, dans le but d’une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne. Ils ont capoté dès 2008 après le lancement d’une fusée par la Corée du Nord.

Source

 

Étiquettes : , , , , , ,

BLACKOUT – Congrès Américain : Plus que 4 jours pour éviter l’arrêt brutal des Activités Gouvernementales US

 

 

 

 

 

 

Ce mois d’Avril 2017 pourrait devenir l’un des mois les plus importants de toute l’histoire des Etats-Unis. Le Jeudi 6 avril 2017, Donald Trump a attaqué la Syrie le jour du 100ème anniversaire de l’entrée des États-Unis dans la première Guerre Mondiale, et maintenant, dès la fin du mois, nous pourrions faire face à une crise politique sans précédent à Washington.

Le Vendredi 07 Avril 2017, les membres du Congrès ont quitté la capitale pour profiter de leurs deux semaines de vacances de Pâques, et ils ne reprendront leur travail qu’à partir du 25 avril 2017. Cela signifie qu’il ne restera que 4 jours législatifs au Congrès pour décrocher un accord permettant de relever une nouvelle fois le plafond de la dette sinon, nous assisterons comme en 2013 à l’arrêt brutal des activités gouvernementales (Shutdown).

Jusqu’à présent, aussi bien les républicains que les démocrates n’étaient pas pressés d’avancer sur le projet de loi sur les dépenses. C’est presque comme si tout le monde avait démissionné et s’attendait déjà à ce que se produise l’arrêt brutal des activités gouvernementales. Les démocrates profiteront énormément de ce « Shutdown » puisqu’ils pointeront du doigt l’incompétence des républicains et les désigneront comme les responsables de cette pagaille. Mais le parti républicain prendra cela comme un coup bas politique.

Pour moi, il n’y a aucune chance que le congrès puisse s’accorder en seulement 4 jours sur un projet de loi qui finance l’ensemble des activités gouvernementales. Et il s’avère que cette date coïncide exactement avec le 100ème jour de la présidence Trump

Le gouvernement des Etats-Unis s’apprête à interrompre brutalement les activités gouvernementales le 100ème jour de la présidence Trump, à moins que le Congrès ne puisse s’accorder sur un nouveau projet de loi sur les dépenses ou sur un décret d’une durée temporaire avant que l’échéance n’expire le Vendredi 28 Avril 2017.

Puisque le Congrès est actuellement en congé et ce durant deux semaines, lorsque le congrès se réunira à nouveau le mardi 25 avril 2017, il deviendra alors urgent de trouver un accord pour un nouveau projet de loi sur les dépenses. Les membres importants des 2 partis de la Chambre ne disposeront plus que de quatre jours législatifs pour élaborer une nouvelle proposition de loi sur laquelle chaque bord politique pourrait s’accorder et la transmettre ensuite sur le bureau du président afin que Donald Trump la paraphe.

Si les républicains contrôlent la Maison Blanche, le Sénat et la Chambre des représentants, pourquoi serait-t-il si difficile d’obtenir un accord sur un projet de loi sur les dépenses ?

Eh bien, tout d’abord, regardez à quel point il a été difficile pour les républicains d’accepter un projet de loi visant à abroger et à remplacer l’Obamacare. Au moment où je vous écris, il semble que cela n’est pas prêt de se produire.

Plus important encore, tout projet de loi visant à financer les activités gouvernementales exigera 60 voix au Sénat. L’option nucléaire que les républicains viennent d’utiliser pour valider la nomination de Gorsuch à la Cour suprême ne peut pas s’appliquer dans ce cas-là en vertu des règles actuelles du Sénat, car un tel projet de loi sur les dépenses validé de cette manière serait inadmissible.

Ainsi, les démocrates ont entre les mains un levier qu’ils ont l’intention d’utiliser au maximum. Le chef de la minorité du Sénat, Chuck Schumer, promet déjà de bloquer tout projet de loi sur les dépenses s’il comprend des fonds visant à construire un mur frontalier ou s’il y avait des coupes budgétaires quant au financement du planning familial

La menace du chef de file de la minorité démocrate ainsi que d’autres dirigeants du même parti se met en place dans l’optique d’une première grande confrontation avec le président, en particulier quant à leur signature sur l’accord proposant la construction du Mur de Donald Trump.

« Si les républicains insistent sur un détricotage du planning familial, sur la construction d’un mur frontalier ou s’ils imposent une ligne dure sur les expulsions, alors les activités gouvernementales s’arrêteront brutalement et porteront un coup grave à notre économie », selon ce qu’a déclaré dans un communiqué Chuck Schumer.

Jusqu’à maintenant, Trump n’a pas eu besoin des votes démocrates pour avoir plus de voix ou faire avancer l’abrogation de l’Obamacare, mais un projet de loi sur le budget visant à maintenir le financement des activités gouvernementales est assujetti à un seuil de 60 voix au Sénat.

Est-ce que vous comprenez ce que cela signifie ?

Le président Trump sera soumis à une énorme pression pour mettre un terme à l’arrêt des activités gouvernementales lorsque cela aura commencé, mais cela signifie qu’il devra faire une croix quant à son désir d’obtenir un mur frontalier.

Croyez-vous que Donald Trump va laisser tomber son projet de mur frontalier qu’il a tant défendu lors de ses discours pendant la campagne présidentielle américaine ?

Ce sera une partie de bras de fer entre Trump et les démocrates, et je ne pense pas que l’une ou l’autre des parties cédera facilement.

Le débat sur le financement du planning familial sera encore plus électrique.

Il y a des membres du Freedom Caucus (les ultra-conservateurs) qui ne voteront absolument pas pour un projet de loi dans lequel il sera prévu de prendre en charge le financement du planning familial. Mais sans le Freedom Caucus, il n’y a pas assez de votes républicains pour obtenir un accord sur un projet de loi sur les dépenses à la Chambre des représentants.

Parallèlement, le chef de la minorité du Sénat, Chuck Schumer, promet que son parti bloquera tout projet de loi de financement qui tentera de détricoter ou qui coupera tout financement du planning familial.

Si le financement du planning familial n’est pas interrompu maintenant, il ne le sera jamais. C’est l’un des moments les plus importants de l’histoire politique américaine moderne, et le résultat du vote aura d’énormes conséquences pour la nation américaine.

Pour ceux qui ne croient absolument à l’arrêt des activités gouvernementales, vous croyez vraiment que cette bataille sur le financement du planning familial va se résoudre en seulement quatre jours ?

Permettez-moi d’en douter.

Et bien sûr, il existe des dizaines d’autres problèmes majeurs qui doivent aussi être résolus. Par exemple, le sénateur McCain promet de voter pour un projet de loi, à la condition qu’il y ait une énorme augmentation des dépenses militaires, alors que de nombreux sénateurs démocrates s’opposeraient aussitôt à une telle initiative.

A ce stade, je ne vois vraiment pas comment on pourrait éviter un arrêt brutal des activités gouvernementales, et plus on avancera dans le temps, plus les marchés risquent d’être agités.

En même temps, nous continuons d’observer davantage de signaux nous avertissant qu’un ralentissement considérable de l’économie mondiale a déjà commencé. Au mois de mars, l’économie américaine n’a créé que 98.000 emplois, le plus faible niveau de créations depuis dix mois et bien en-dessous des attentes des analystes (2 fois moins que ce qui était prévu).

Attention ! Nous assistons à des choses qui n’arrivent que lorsqu’une nouvelle récession commence

Et étant donné qu’il faut créer environ 150 000 emplois par mois pour suivre la croissance démographique américaine, cela signifie que l’Amérique perd du terrain.

Parallèlement, la Fed d’Atlanta s’attend maintenant à ce que la croissance du PIB des États-Unis pour le premier trimestre 2017 ne soit que de 0,6% sur une base annualisée.

C’est tout simplement minable, et comme je l’ai déjà expliqué auparavant, je ne serais pas du tout surpris que l’on finisse par avoir un chiffre négatif pour le premier trimestre 2017.

Si un résultat négatif était publié pour le premier trimestre et qu’un autre chiffre négatif sortait au second trimestre, cela signifie que nous serions sans doute déjà en récession, mais ce n’est qu’une supputation tant qu’aucune confirmation officielle ne viendra valider ce scénario. Mais, cela ne m’étonnerait pas.

Dès Janvier 2017, Olivier Delamarche évoquait ce cas de figure face à Emmanuel Lechypre sur le plateau de BFM Business

Olivier Delamarche: Est-ce que vous vous souvenez du 1er trimestre 2008 Emmanuel ? Alors, c’était amusant car le 1er trimestre 2008 sort au départ positif,… mais pas très positif… et il est révisé 2 fois de suite en hausse, en très forte hausse, et on finit de mémoire à +1.8%…quelque chose comme ça… Et savez-vous la révision qu’ils ont fait 3 ans ou 4 ans plus tard ? Eh bien, ON ÉTAIT À – 2,7% ….
+1,8% ——> à -2,7%… C’est amusant, non ?

http://players.brightcove.net/876450612001/S1WYuajiJl_default/index.html?videoId=5268151562001#t=00h09m12s

Et on peut observer de nombreux autres problèmes surgir, comme certains phénomènes qui n’étaient pas arrivés depuis la dernière récession. Par exemple, c’est la première fois depuis la dernière crise financière où l’on a pas connu une croissance sur les prêts commerciaux et industriels depuis au moins six mois.

N’oubliez pas que les faillites d’entreprises avaient augmenté lors de la dernière récession, et maintenant voilà que cela se produit à nouveau

Les dépôts de bilan, de grandes sociétés aux petites entreprises individuelles, ont bondi de 28% de Février à Mars 2017, c’est la plus forte hausse d’un mois sur l’autre depuis l’année 2012 selon les données de l’American Bankruptcy Institute.

Bien entendu, les faillites personnelles augmentent également à un rythme effrayant. A ce sujet, ce qui suit provient du site de Wolf Richter

En décembre, le nombre d’américains qui s’étaient déclarés en faillite personnelle avait augmenté de 4,5% par rapport à l’année précédente. En janvier, ce chiffre avait progressé de 5,4%. C’est la première fois que le nombre de faillites personnelles a augmenté 2 mois consécutifs depuis l’année 2010. Ceci est un réel signal d’avertissement et qui ne surgit que lorsque l’on arrive à un tournant.

En mars 2017, le nombre d’américains qui se sont déclarés en faillite personnelle a augmenté de 4% par rapport à l’année précédente, touchant 77.900 individus, le chiffre le plus élevé depuis mars 2015, lorsque 79.000 faillites personnelles avaient été enregistrées, selon les données de l’American Bankruptcy Institute.

Vous savez, je pourrais continuer à décliner toutes les mauvaises nouvelles économiques qui tombent les unes après les autres actuellement mais pour cela, il me faudrait écrire quelques milliers de mots supplémentaires.

Pour synthétiser, sachez tout de même que la dette sur les cartes de crédit américaines vient de dépasser les 1.000 milliards de dollars, qu’une crise majeure est sur le point de frapper l’industrie automobile américaine, que des milliers de magasins de détail ferment partout en Amérique, que les fonds de pension américains sont littéralement sous-financés de plusieurs milliers de milliards de dollars, et enfin que la dette publique américaine vient d’atteindre le montant ASTRONOMIQUE de 20.000 milliards de dollars. Et n’oubliez que si les Etats-Unis n’ont pas encore dépassé ce seuil de 20.000 milliards de dollars de dette publique, c’est uniquement en raison du fait que le plafond de la dette américaine est déjà arrivé à échéance, et le Congrès américain devra très rapidement se pencher sur ce problème s’il veut éviter une crise majeure.

Dominic Frisby vous explique tout avec son tube « Debt Bomb ! »

Inutile de vous dire qu’à ce stade les Etats-Unis n’ont absolument pas besoin d’une guerre ou deux de plus qui viendraient s’ajouter à son problème de surendettement record.

Malheureusement, le groupe aéronaval du USS Carl Vinson se dirige vers la Corée du Nord en ce moment même, et la Russie et l’Iran promettent de « répondre par la force » contre toute nouvelle attaque des Etats-Unis envers la Syrie.

Ceux qui espéraient que Donald Trump arrangerait les choses, eh bien ils peuvent déjà faire une croix dessus. Les événements mondiaux commencent vraiment à s’accélérer alors que les Etats-Unis sont déjà dans une situation économique plus que précaire.

Les nuages s’accumulent sur l’Amérique depuis longtemps, et maintenant, la tempête est sur le point d’arriver. J’espère que vous vous préparez, car pour les Etats-Unis, l’heure de vérité se rapproche à grands pas.

Source: theeconomiccollapseblog via BB

 
1 commentaire

Publié par le 11 avril 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le Plafond de la Dette US a été atteint : voici les mesures prises pour éviter le pire

Traders work on the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) in New York City, U.S., December 15, 2016. REUTERS/Brendan McDermid

Le Trésor public américain a arrêté de vendre des obligations au niveau des Etats et au niveau fédéral, le gouvernement ne contribue plus aux dépenses destinées aux personnes à la retraite et aux handicapés,  le gouvernement pourra fonctionner jusqu’en octobre avant de se retrouver à court d’argent…

Le Trésor américain est en train de prendre « des mesures extraordinaires » pour faire face à la situation économique. Rappelons que le Congrès américain avait jusqu’au 16 mars 2017 pour augmenter le plafond de la dette américaine estimée à 20 000 milliards de dollars, ce qui n’a pas été fait

La date du 16 mars fixée pour augmenter le plafond de la dette américaine est arrivée à échéance ce jeudi. Et aucune décision n’a été prise par le congrès pour reconduire ou non ce plafond de la dette américaine estimée à 20 000 milliards de dollars. Une situation plus que catastrophique pour l’économie mondiale.

24 heures après la date butoir, le Trésor américain se bat pour éviter à tout prix que les Etats-Unis ne soient en défaut de paiement sur ses dettes, une situation qui pourrait affoler les marchés financiers et mener à une prochaine crise financière. Les premières mesures appelées « mesures extraordinaires » ont ainsi été prises.

« Trésor public américain a arrêté de vendre des obligations »

Ce jeudi, le Secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a fait savoir que le Trésor public américain a arrêté de vendre des obligations au niveau des Etats et au niveau fédéral. Face à la gravité de la situation Steven Mnuchin, attire l’attention du Congrès. « J’en appelle au Congrès à garder sa bonne foi et à préserver la crédibilité des Etats-Unis en augmentant le plafond de la dette dès que possible », a-t-il martelé.

Ce n’est pas tout. Le secrétaire américain au Trésor a aussi annoncé que le gouvernement ne contribue plus aux dépenses destinées aux personnes à la retraite et aux handicapés afin de maintenir la dette du pays à un niveau stable. Steve Mnuchin affirme que cette décision est approuvée par la loi pour éviter d’enfreindre le plafond de la dette.

« Les taux d’intérêt relevés pour la troisième fois depuis la crise financière »

La situation est d’autant plus dramatique que la dette publique des Etats-Unis a atteint ce mardi 44 milliards de dollars, la hausse la plus importante en une année. Avec un plafond de la dette qui a atteint les 20 000 milliards de dollars (et qui n’est toujours pas augmenté), le gouvernement américain doit subvenir à ses besoins par tous les moyens, y compris des impôts.

D’après les analystes, le gouvernement pourra fonctionner jusqu’en octobre avant de se retrouver à court d’argent. Cette situation intervient au moment où la Réserve Fédérale Américaine vient d’augmenter les taux d’intérêts pour la deuxième fois en trois mois et pour la troisième fois depuis la crise financière de 2008.

Pour en savoir plus sur la dette américaine, cliquez ici : Treasury Department

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 mars 2017 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

L’Ukraine nationalise sa première banque dans une tentative pour éviter un effondrement du système bancaire

Des personnes font la queue devant la PrivatBank, le 18 mars 2014.

L’Ukraine a annoncé dimanche 18 décembre au soir la nationalisation de la première banque du pays, la PrivatBank, dans une tentative pour éviter un effondrement du système bancaire dans cette ancienne république soviétique ravagée par la guerre.

Le gouvernement ukrainien a expliqué, dans un communiqué, être à « 100 % propriétaire de PrivatBank et garantir le fonctionnement ininterrompu de cette institution et la sauvegarde de l’argent de ses clients ».

Le président ukrainien Petro Porochenko a appelé lundi la population à ne pas céder à la panique après la nationalisation de la première banque du pays, PrivatBank, décidée en urgence pour éviter un effondrement du système financier.

Après des mois de rumeurs concernant la santé de l’établissement contrôlé par le puissant oligarque Igor Kolomoïski, en conflit ouvert avec les autorités, et sous la pression croissante des bailleurs de fonds occidentaux de Kiev pour assainir le secteur bancaire, le gouvernement a annoncé en pleine nuit qu’il reprenait 100% du capital de PrivatBank pour « garantir le fonctionnement ininterrompu de cette institution et la sauvegarde de l’argent de ses clients ».

Quelques heures plus tard, Petro Porochenko s’est adressé aux Ukrainiens pour justifier une décision « sans précédent ». « La banque était menacée, mais aussi l’ensemble du système bancaire », a-t-il expliqué dans un vidéo diffusée par la présidence.

« De l’état de cette banque dépend toute la situation économique et financière du pays », a-t-il insisté, rappelant qu’elle comptait comme clients « environ la moitié de la population adulte et plus de la moitié des entreprises ».

« Gardez votre calme », a-t-il demandé aux déposants, leur promettant que leurs économies seraient conservés dans leur intégralité.

Les difficultés des banques présentent toujours le risque d’entraîner une spirale si les clients perdent confiance et se mettent à retirer leurs fonds, aggravant une situation financière déjà précaire. Elles peuvent aussi entraîner une défiance généralisée au delà du seul établissement concerné, d’autant que les signaux d’alarmes se sont multipliés ces derniers mois concernant le secteur ukrainien.

Un effet domino aurait des conséquences dramatiques au moment où l’économie du pays reprend timidement des couleurs après plusieurs années d’effondrement aggravé par la guerre avec les séparatistes prorusses dans l’Est industriel.

L’un des membres de la direction de PrivatBank, Dmytro Doubilet, a ainsi qualifié ces difficultés de « prophétie auto-réalisatrice » résultant d' »attaques médiatiques ». « La décision de transférer la banque sous contrôle de l’Etat a été prise quand nous avons compris que nous ne pourrions pas survivre à cette attaque », a-t-il expliqué sur sa page Facebook.

– Bonne nouvelle pour le FMI ? –

La situation de PrivatBank constitue un sujet explosif non seulement par sa taille mais aussi par l’identité de son principal actionnaire jusque là: le milliardaire Igor Kolomoïski, un temps gouverneur à poigne de la région de Dnipropetrovsk avant de devenir une cible du président Porochenko dans sa lutte contre la corruption.

Le Fonds monétaire international, après une mission à Kiev en novembre, a décidé que l'Ukraine a besoin de plus de temps pour remplir à certaines conditions du plan de sauvetage de 2015-AFP/Archives/BRENDAN SMIALOWSKI

Le Fonds monétaire international, après une mission à Kiev en novembre, a décidé que l’Ukraine a besoin de plus de temps pour remplir à certaines conditions du plan de sauvetage de 2015-AFP

Sans le nommer directement, M. Porochenko a justifié la nationalisation par l' »insuffisance » des mesures prises par « les propriétaires et les cadres-dirigeants ». Il a plus globalement critiqué la stratégie de la banque et souligné l’aggravation de la crise économique sur fond de guerre dans l’Est pour expliquer sa décision.

Lors d’une conférence de presse, la présidente de la banque centrale, Valéria Gontariéva, a dénoncé une « politique de crédits non équilibrée » car la quasi totalité des emprunts étaient accordés à des personnes liées aux actionnaires.

A ses côtés, le ministre des Finances Olexandre Danyliouk a estimé le renflouement nécessaire à plus de quatre milliards d’euros et assuré que le gouvernement remettrait PrivatBank en vente quand elle serait « complètement stabilisée ».

Le ministre a insisté sur le fait que le sauvetage de l’établissement permettrait à Kiev de « se rapprocher d’une coopération étroite avec le Fonds monétaire international pour recevoir une nouvelle tranche » d’aide financière.

L’assainissement du secteur bancaire fait partie des conditions posées par les alliés occidentaux de Kiev, menés par le FMI, pour maintenir leur perfusion financière, qui a déjà pris du retard ces dernières années à cause de la persistance de la corruption.

L’Ukraine espérait du FMI le feu vert au versement d’une tranche de 1,3 milliard de dollars en novembre, dans le cadre du plan de sauvetage financier de 17,5 milliards de dollars accordé en 2015. Mais à l’issue de sa dernière mission à Kiev, en novembre, le Fonds a estimé que le pays avait besoin de plus de temps pour remplir les conditions nécessaires.

Des tests de résistance menés récemment par la banque centrale ont montré que sur 39 établissements étudiés, 28 n’avaient pas les liquidités nécessaires pour survivre à une éventuelle nouvelle crise économique.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 décembre 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , ,

Netanyahou et Poutine ont scellé « un accord secret » pour éviter un conflit israélo-russe en Syrie, Les F-35 américains débarquent en Israël

Benjamin Netanyahou et Vladimir Poutine

Lors d’un entretien donné à la chaîne américaine CBS, Benjamin Netanyahou a révélé qu’au moment où la Russie a envoyé ses troupes en Syrie, le Premier ministre israélien avati conclu un accord avec le président russe afin d’éviter tout incident.

Interrogé par une chaîne de télévision américaine sur la relation entre Israël et Moscou, Benjamin Netanyahou l’a qualifié d’«amicale». Cependant, l’intervention russe en Syrie a induit un risque de confrontation avec Tel-Aviv que le Premier ministre a cherché à éviter.

«A la minute où [Vladimir] Poutine a décidé de placer ses forces militaires en Syrie, je suis allé le voir et je lui ai dit : « Regardez, voilà ce que je suis en train de faire. Je n’interviens pas en Syrie. Mais dans le même temps, si la Syrie essaie d’intervenir chez nous, si l’Iran essaie d’utiliser la Syrie pour nous attaquer, et bien arrêtez cela. » […] Donc nous avons coordonné nos troupes parce que personne ne veut d’une confrontation israélo-russe accidentelle», a indiqué le Premier ministre israélien.

Malgré l’affirmation de Benjamin Netanyahou sur la non-intervention militaire de l’Etat hébreu en Syrie, l’armée de l’air israélienne a été impliquée dans plusieurs raids meurtriers visant des cibles militaires syriennes, à proximité du Golan, mais aussi plus récemment à Damas. De plus, Israël a été accusé de soutenir les djihadistes du front Fateh Al-Cham (l’ex-Front Al-Nosra) sur le plateau du Golan par un député israélien.

Netanyahou fait confiance à Donald Trump pour rompre l’accord sur le nucléaire iranien

Le Premier ministre israélien a aussi indiqué se satisfaire de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, un ami déclaré d’Israël. Après son investiture, Benjamin Netanyahou reste confiant sur le fait que Donald Trump respectera son engagement de campagne. Il avait en effet qualifié de «priorité numéro un» le démantèlement du «pire accord jamais négocié» sur le nucléaire iranien.

 

Le Premier ministre israélien a déclaré avoir «environ cinq choses en tête» pour faire capoter l’accord, refusant ne serait-ce que de les évoquer, préférant en parler au président plutôt que dans une émission de télévision.

Interrogé sur la raison du rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite, ainsi que d’autres pays à dominante sunnite hostiles à la République islamique, Benjamin Netanyahou a indiqué qu’il ne s’agissait pas de développer un front anti-Iran au Moyen-Orient, sachant que celui-ci «exist[ait] déjà». Néanmoins, il n’a pas nié l’avoir rejoint pour nuire aux intérêts de Téhéran.

A l’époque de la conclusion de l’accord sous l’administration Obama, la diplomatie israélienne avait opté pour une ligne très agressive afin de tenter de saper l’accord. Elle avait été jusqu’à organiser une allocution du Premier ministre israélien devant le Congrès, pour inciter les élus à rejeter l’accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Cette ingérence dans la politique américaine avait alors fortement accru les tensions entre les Etats-Unis et Israël.

Les F-35 américains (avions de chasses super sophistiqués) débarquent en Israël, et suscitent quelques interrogations  

L’amée de l’air israélienne devrait recevoir lundi ses deux premiers avions de chasse furtifs F-35, quand les avions toucheront le sol de la base aérienne Nevatim, dans le sud d’Israël, marquant ainsi ce qui est perçu comme un bond de la puissance aérienne d’Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Reuven Rivlin, et le ministre de la Défense Avigdor Liberman devraient être rejoints par le secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, et des responsables militaires sur le tarmac pour accueillir les avions, considérés comme les machines de combat les plus sophistiquées au monde.

media

Les deux premiers chasseurs bombardiers F-35, fabriqués aux Etats-Unis, sont livrés ce lundi 12 décembre 2016 à l’armée de l’air israélienne. Une cérémonie en grande pompe, sur la base de Névatim, dans le sud du pays, en présence du secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter. Le F-35 est le premier avion d’attaque «furtif» livré au Moyen-Orient. Israël compte en acheter une cinquantaine. En dépit de son prix très élevé, et de ses performances jugées décevantes, le F-35 est présenté par les autorités israéliennes comme «la solution» à «la menace» iranienne. Mais les doutes persistent.

Les Israéliens l’ont baptisé « adir », le « puissant » en hébreux. Le F-35 américain sous l’étoile de David, c’est bien le symbole de la relation de défense privilégiée qu’entretiennent les Etats-Unis et l’Etat hébreux depuis plus de 45 ans.

L’achat des 33 premiers appareils sera d’ailleurs financé grâce à l’aide américaine au terme d’un accord conclu en septembre dernier, portant sur le versement 38 milliards de dollars à Israël sur la période 2019-2028.

D’un point de vue industriel, Israël est même partenaire du programme depuis son lancement. Le constructeur américain Lockheed Martin indique que six entreprises de défense israéliennes, dont le spécialiste de l’électronique Elbit Systems, sont engagées dans le programme et auraient déjà reçu 778 millions de dollars de commandes.

Les utilisateurs, eux, s’interrogent. Les F-35 risquent de dévorer les budgets du reste de l’armée israélienne. Contre un mouvement de guérilla comme le Hezbollah ou l’organisation Etat islamique, l’appareil ne sera pas plus efficace qu’un avion plus ancien et moins cher, notent les spécialistes.

Pénétrer les défenses aériennes iraniennes et ses missiles sol-air S-300, cela fait déjà des années que les pilotes israéliens s’y entraînent – même sans avions furtifs. De leurs engagements passés, les pilotes de guerre israéliens ont retenu qu’il vaut mieux disposer de nombreux appareils éprouvés, que d’une poignée d’appareils ultra-modernes.

Quant au président élu américain, il s’est déjà fait son opinion sur la question. Selon lui, cet avion et son coût – il s’agit du plus gros programme militaire de l’histoire des Etats-Unis -, sont « hors de contrôle ». « Des milliards de dollars peuvent et vont être économisés sur des achats militaires (et autres) après le 20 janvier », promet Donald Trump sur Twitter.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

La Chine dévalue le yuan et ferme ses marchés pour éviter un nouveau krach

Les bourses chinoises sont restées ouvertes moins de quinze minutes ce jeudi après avoir accusé des baisses de plus de 7%.
Rien ne va plus en Chine . Les marchés sont au bord de l’effondrement , malgré l’interventionnisme forcené du gouvernement central de pékin . 

Les autorités chinoises ont annoncé une baisse de 0,51% du cours de référence du yuan par rapport au dollar. Cette annonce a déclenché un mouvement de panique des investisseurs qui a conduit au déclenchement du dispositif dit du « disjoncteur » qui permet de fermer les marchés en cas de forte baisse. C’est la deuxième cette semaine que ce dispositif est activé.

Les Bourses chinoises ont fermé prématurément jeudi juste après leur ouverture, après un nouvel effondrement de plus de 7% qui a déclenché un mécanisme « disjoncteur » automatique, et après l’annonce officielle d’une baisse du yuan, la plus forte depuis août. C’est la deuxième fois cette semaine que s’active ce mécanisme: les Bourses de Shanghai et Shenzen avaient déjà dû fermer lundi après avoir plongé.

Au moment de la fermeture anticipée de jeudi, moins d’une demi-heure après le début des échanges, l’indice composite de la Bourse de Shanghai s’était effondré de 7,32%, ou 245,95 points, à 3.115,89 points. La Bourse de Shenzhen avait pour sa part plongé de 8,35%, ou 178,08 points, à 1.955,88 points.

Le yuan dévalué

Cette dégringolade intervient sur fond d’inquiétudes sur le ralentissement de la croissance dans la deuxième économie mondiale et de chute prolongée du yuan – également appelé renminbi. Les autorités ont en effet abaissé jeudi le cours de référence du yuan face au billet vert de 0,51%, à 6,5646 yuans pour un dollar, soit le taux le plus bas depuis mars 2011.

C’est aussi sa plus forte baisse depuis août, selon Bloomberg News, quand Pékin avait décidé d’une dévaluation-surprise du renminbi de quasiment 5% en une semaine. Le yuan est autorisé à fluctuer face au dollar dans une marge de plus ou moins 2% de part et d’autre d’un taux de référence défini par la banque centrale chinoise (PBOC). Il s’agit du huitième mouvement de baisse consécutif décidé par l’autorité monétaire chinoise, relançant les inquiétudes sur la devise.

Un yuan plus faible rend les exportateurs chinois plus compétitifs à l’international, mais renchérit les importations du pays.

« Le marché s’attend désormais à ce que le yuan se déprécie en raison du ralentissement économique » chinois, a déclaré à l’AFP Claire Huang, économiste Chine pour la Société Générale.

Le chiffre attendu de la croissance chinoise pour 2015 devrait être de 6,9%, son niveau le plus bas depuis un quart de siècle, selon la PBOC.

Des marchés ouverts moins de 15 minutes

Dans une tentative pour rassurer les investisseurs, la Commission de régulation des marchés financiers (CSRC) a annoncé jeudi la prolongation de restrictions de ventes par les actionnaires possédant plus de 5% dans une entreprise cotée. Ces actionnaires, qui depuis la spectaculaire débâcle de l’été 2015 avaient interdiction de vendre, seront cependant autorisés désormais à vendre 1% de l’entreprise tous les trois mois.

Le mécanisme « disjoncteur », entré en vigueur lundi, a lui pour objectif d’enrayer la volatilité des cours et d’éviter que ne se répète l’effondrement estival. Les Bourses de Shanghai et Shenzhen avaient déjà dû fermer prématurément lundi après l’activation de ce système, basé sur l’indice CSI300, incluant les poids lourds du marché, dont les géants pétroliers et bancaires du secteur étatique cotés sur les deux places boursières.

Si l’indice perd 5%, les marchés sont suspendus durant 15 minutes. Mais lorsque les échanges ont repris jeudi après leur interruption d’un quart d’heure, il n’a fallu qu’une minute pour atteindre la barre des -7%, qui déclenche un arrêt des cotations pour la journée. Au total, les marchés sont restés ouverts durant moins de 15 minutes jeudi.

Le disjoncteur, amplificateur de krach?

« L’utilisation du mécanisme disjoncteur est la raison principale de ces chutes car les investisseurs ont paniqué après avoir vu son déclenchement lundi », a déclaré jeudi à l’AFP Chen Xingyu, analyste chez Phillip Securities.

« Le mécanisme disjoncteur a coupé l’accès au marché des liquidités et les investisseurs ont peur de ne pas pouvoir vendre », a-t-il ajouté.

La Bourse de Shanghai avait plongé lundi de 6,86% avant sa fermeture, après la publication d’indicateurs montrant une nouvelle contraction de l’activité manufacturière en décembre en Chine. L’indice composite shanghaïen avait perdu 0,26% mardi, puis repris plus de 2% mercredi.

« Le rebond enregistré hier (mercredi) semble être un travail d’équipe nationale », a souligné M. Chen, faisant allusion au fait que des organismes publics auraient acheté des titres pour le compte du gouvernement, dépensant des centaines de milliards de dollars en actions durant les derniers mois.

« Mais c’était seulement une rustine pour le court terme, le gouvernement ne peut acheter des actions à chaque baisse similaire et cela n’est pas bon pour la santé du marché lui-même ».

(Avec AFP)

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 janvier 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Je ne mange plus de produits industriels : 5 règles pour éviter les aliments transformés

Illustration d’un supermarché (Flickr/chat_44/CC)

Dans la même veine les Consommateurs bio ne seraient pas plus riches mais plus instruits :

Une étude NutriNet-Santé publiée dans la revue PloS One, pilotée par plusieurs organismes de recherche dont l’INRA et l’Inserm, à montrer que les consommateurs de produits biologiques et les consommateurs traditionnels présentent des caractéristiques différentes. Cette étude basée sur un panel de 54.000 français (dont ¾ de femmes) révèle que les consommateurs de produits bio sont plus éduqués et physiquement plus en forme que les autres. Surprenant, ces consommateurs avertis n’ont pas un revenu supérieur.

Voici 5 règles pour éviter les aliments transformés :

E 330, E 420 ou E 621… Vous êtes-vous déjà demandé ce que signifiaient ces sigles sur les emballages alimentaires ? Ces additifs se trouvent dans de nombreux produits industriels. Stéfane Guilbaud, auteur et conférencier « pour la désobéissance alimentaire », a décidé de les bannir de sa consommation. Il explique pourquoi.

J’ai grandi au cœur des agences de communication, convaincu que la publicité était utile parce qu’esthétique. Je me trompais. Elle encourage la surconsommation et l’industrialisation.

 

Alors, comment se comporter dans une société propulsée à l’ère agroalimentaire ?

 

Sédentaires au fil du temps

 

L’humanité a profondément changé d’alimentation au fil des millénaires. De cueilleurs-chasseurs, nous sommes devenus sédentaires et consommateurs d’une alimentation en grande partie transformée. En moins de cent ans, notre silhouette, notre santé et notre équilibre alimentaire en ont été bouleversés.

 

Industrie, marketing et immenses profits

 

L’alimentation industrielle s’est développée grâce au marketing. Le citoyen est devenu une cible, un consommateur en quête de plaisir qu’il faut appâter et satisfaire. Ce plaisir est devenu un droit, un dû.

 

L’envers du décor est alarmant, triste et accablant. En dix générations, nous avons certes augmenté notre espérance de vie, mais en faisant chuter le critère de « bonne santé ». Nos paysans se suicident, nos enfants ne parlent de nourriture qu’à travers les marques et, plus dramatique encore, les maladies liées à une mauvaise alimentation (diabète de type II, maladies cardiovasculaires, cancer, obésité…) explosent dans toutes les classes sociales et, depuis peu, à tous les âges.

 

C’est décidé je change d’alimentation !

 

Un aliment industriel est un aliment qui, sous la pression de la mécanisation, du réseau de distribution, du positionnement produit ou tout simplement de la course effrénée au profit, est constitué de matières premières de moindre qualité. Les ingrédients les plus coûteux sont remplacés par des alternatives chimiques ou moins nobles.

 

C’est pour toutes ces raisons que j’ai décidé, du jour au lendemain, de quitter un univers, qui tout compte fait, ne correspondait pas aux valeurs que mes parents m’avaient transmises. Il y a quinze ans, j’ai alors changé de camp pour rejoindre l’ingénierie pédagogique. Mon rapport à la nourriture s’est épanoui. J’ai commencé à traquer les aliments.

 

L’ancien fils de pub rejette désormais les marques, les promos, les temples de la consommation survoltés et les produits farfelus. L’ancien formateur en changement de comportements alimentaires rejette, à son tour, les ingrédients « intrus », les matières premières nobles « substituées » et les traçabilités douteuses.

 

Depuis 15 ans, j’applique à moi-même et mon entourage le fruit de mon expérience. Je suis arrivé à éliminer de mon quotidien le produit industriel et reste vigilant lorsque je dois faire des exceptions. Mon approvisionnement chez de petits producteurs ou de petites surfaces bios est devenu un plaisir.

 

N’intégrant que l’essentiel et privilégiant la qualité pour son savoureux et son goût, je m’économise les ajouts de sucre, de sauces ou de condiments.

 

Mon alimentation, plus authentique et riche en nutriments, a répercuté une baisse de presque 20% sur mon budget alimentaire et tout cela pour une qualité de toute évidence incomparable.

 

Changer le futur en regardant le passé

 

Pour changer les choses, commençons d’abord par nous-mêmes et refusons de consommer ces aliments industriels. Privilégions les Amap, les réseaux locaux et les bons plans. Informons-nous auprès d’acteurs indépendants… et changeons, non pas le confort de nos vies immédiates, mais celui de nos enfants.

 

Notre modèle alimentaire occidental n’est pas une référence à suivre et il existe des solutions en chacun de nous, pour peu que l’on prête attention à ce que ce système tente d’éradiquer, de faire oublier, de modifier à son profit.

 

Illustration d’un marché en Bretagne (Flickr/Francois R THOMAS/CC)

 

Les 5 règles pour éviter les produits industriels

 

 1. Fuyez les produits transformés

 

Orientez-vous le plus possible vers des aliments à l’état brut. Pas d’épices en poudre, pas de viandes reconstituées ni de légumes cachés dans des pâtes ou crêpes.

 

2. Évitez les aliments « packagés » aux allégations alléchantes

 

« Offre promotionnelle », « nouvelle recette », « ouverture facile », « vu à la télé », rapide, « prêt à l’emploi », « saveur de l’année » sont autant de termes estampillés sur les emballages destinés à la grande distribution.

 

On est loin du circuit artisanal ou des PME qui produisent des aliments simples, sans fioritures.

 

3. Ne consommez pas les aliments « stars » du petit écran

 

Un fabricant qui vante les mérites de son produit à la télévision est un industriel. Aucun producteur artisanal ne peut se payer un spot télévisé de plusieurs millions.

 

Tous ces jambons, biscuits, fromages qui prônent le terroir et un savoir-faire authentiques ne m’émeuvent pas. Mais peut-être suis-je insensible ?!

 

4. Écartez tout ingrédient que vous ne connaissez pas

 

La liste des additifs autorisés, nomenclaturés avec la lettre E suivis de quelques chiffres, vous pose problème, car vous ne les connaissez pas ? Aucun souci !

 

J’ai depuis bien longtemps banni de mon alimentation tout aliment contenant le moindre additif « E ». Je veux consommer des ingrédients que je connais et réfléchir en toute connaissance de cause.

 

Un artisan respectueux des matières premières utilisera des produits et un vocabulaire que vous comprenez tels que farine, sucre, beurre, légumes, sel… et non E 330, E 420 ou E 621.

 

5.  Ne pas fréquenter les temples de la consommation

 

Ce conseil semble le plus évident et pourtant… Le meilleur moyen de consommer local, pas cher, artisanal ou en petite production reste les marchés de producteurs, les éleveurs près de chez vous, les artisans de votre quartier et tous les plans « débrouilles » de bouche à oreille, loin des canaux de distribution de marques nationalisées.

 

La paysannerie et l’artisanat alimentaire souffrent. Ils n’attendent que vous pour continuer d’exister et de produire de la qualité à juste prix.

 

Le pouvoir est en vous, ne l’oubliez jamais !

source

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :