RSS

Archives de Tag: pénurie

La US Mint stoppe la production des Silver Eagle 2017

Pièce d'argent Silver Eagle

Cette fois l’arrêt de la prod des SE n’est pas du à une pénurie d’argent comme pour les autres années, mais à une pénurie d’acheteurs . La faute au prix de l’argent qui flirte avec ses plus bas, et aux cryptos ….Z

Les Américains ont boudé l’argent métal en cette année 2017. La référence US en la matière, la pièce d’argent métal Silver Eagle millésime 2017, a été largement ignorée par les « gold bugs » : la US Mint vient d’arrêter sa production, qui affiche les pires ventes de Silver Eagle depuis 2008.

Les chiffres sont éloquents : la Silver Eagle 2017 a été frappée 20 millions de fois de moins que l’édition 2016, et même 30 millions de fois de moins que le millésime 2015 record. À l’époque, la US Mint était tellement submergée par la demande qu’elle avait dû établir des quotas. L’année 2015 fut historique : 47 millions de pièces d’argent d’une once furent vendues. La Silver Eagle 2017 pourrait néanmoins présenter un avantage pour ses détenteurs : vu qu’elle a été produite en quantité bien moindre que les éditions précédentes, elle pourrait s’apprécier quelque peu en raison de sa relative rareté.

Comment expliquer cette baisse nette de l’engouement des Américains pour les pièces d’argent ? La frustration de voir le cours vivoter autour des 15 $ est peut-être une des explications, même si c’était déjà le cas l’année dernière. Les sirènes des cryptodevises en sont probablement une plus plausible   …

suite et fin

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 décembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Von Greyerz : L’histoire de l’Or sur 5000 ans est beaucoup plus puissante que d’éphémères Banquiers centraux et manipulateurs

La richesse mondiale sera totalement décimée dans les 4-8 prochaines années. Peu importe que vous soyez très riche ou que vous soyez « propriétaire d’une maison » qui vaut encore quelque chose. La plupart des actifs perdront 75-95% de leur valeur, à mesure que la dette et les bulles d’actifs imploseront.

Mais très peu de gens réalisent ou anticipent la confiscation de richesse qui se profile. Cette confiscation aura lieu à plusieurs niveaux.

En ces temps difficiles, les gouvernements se feront jeter dehors par les gens ordinaires mécontents du déclin de leur capacité de survie. Beaucoup de gens perdront leur emploi, et la capacité des gouvernements à aider les pauvres et les affamés s’amenuisera aussi rapidement, à cause du manque de revenus fiscaux. Durant ce processus, les partis d’opposition vont promettre la lune… Nous assisterons à un bouleversement de la société à cause des turbulences politiques, des troubles sociaux, des conditions économiques désastreuses et de l’anarchie.

LES IMPÔTS DEVIENDRONT PUNITIFS

Plusieurs pays occidentaux sont devenus socialistes, ces dernières années, et cette tendance va se poursuivre avec la détérioration du climat général. Alors que les partis au pouvoir luttent désespérément pour leur propre survie, leur tâche devient de plus en plus compliquée car il n’y a plus d’argent dans les coffres et la monnaie imprimée n’a plus de valeur.

Les partis d’opposition promettront des solutions à tous les problèmes et n’auront aucune difficulté à se faire élire. Mais, une fois au pouvoir, ils échoueront misérablement. Il y aura des partis de gauche au pouvoir dans la plupart des pays occidentaux, mais nous pourrions assister à l’émergence de partis d’extrême-droite, à cause de la situation anarchique.

Quand les recettes fiscales diminueront, les gouvernements chercheront désespérément de nouvelles façons d’augmenter les revenus de l’État. À ce moment-là, les gens normaux seront pauvres, alors cela ne servira à rien de les taxer. La cible évidente sera, bien sûr, les riches, mais aussi la classe moyenne. Les riches auront probablement perdu la moitié ou plus de leur fortune, mais les gouvernements socialistes en quête de revenus veilleront à ce que la majeure partie de leur richesse restante disparaisse également.

CONFISCATION PAR LES TAXES

Les impôts sur la fortune seront confiscatoires et atteindront 75%-90%. C’est ce que les masses désespérées exigeront, que ce soit pacifiquement ou avec violence.

Ce qui arrive en ce moment en Arabie saoudite avec le prince héritier Mohamad ben Salman, qui confisque la richesse d’autres princes et hommes d’affaires saoudiens, pourrait servir d’exemple.

Les gouvernements américain, britannique ou allemand pourraient décider de geler les avoirs des riches et émettre des mandats d’arrêt exigeant le transfert de 85% de leur fortune. Le refus ne constituerait pas une option, car il entraînerait une longue peine d’emprisonnement et la confiscation de 100 % des richesses.

Le moment est venu d’anticiper les risques de confiscation et les impôts punitifs. Bientôt, il sera trop tard.

Tout cela semble totalement draconien et irréaliste dans notre société « civilisée ». Mais quiconque doute que ces mesures puissent se concrétiser n’a qu’à étudier l’histoire. Il y a d’innombrables exemples de confiscation de richesse. Cela se passe généralement durant des périodes d’excès et de décadence, où il y a des écarts importants entre riches et pauvres, comme c’est le cas aujourd’hui. Pendant la Révolution française de 1789, l’aristocratie a non seulement perdu une grande partie de ses richesses, mais aussi la vie. La même chose s’est produite durant la Révolution russe, en 1918. La richesse et les vies de l’aristocratie furent décimées.

IL EST DANGEREUX DE SE VANTER DE SA RICHESSE

Nous pourrions atteindre un stade d’anarchie à cause de la souffrance des masses. À ce moment-là, elles se tourneront contre les banques, les gouvernements et les riches, ce qui mènera à de grandes violences, comme l’histoire le démontre. Tout ce qui représente la richesse sera méprisé par les masses, qu’il s’agisse de maisons, d’automobiles, de bijoux, de vêtements ou d’autres biens de luxe. L’étalage de la richesse que nous voyons aujourd’hui pourrait devenir très dangereux, voire fatal.

La majorité des gens pourraient dire qu’il s’agit d’alarmisme ou de sensationnalisme. Le problème est que nous pensons que notre époque est différente. Certains trouvent normal de voir des Rolls Royce ou des Ferrari construites sur mesure à New York, Londres ou Hong Kong, coûtant 250 000 $ ou plus. Très peu de gens protestent contre les prix élevés d’une maison dans les villes ci-dessus, à 100 millions $ et plus. Il arrive régulièrement qu’un tableau soit vendu pour une somme supérieure à 100 millions $.

½ MILLIARD DE DOLLARS POUR UN TABLEAU

Mais si vous voulez un Léonard de Vinci, vous devez payer la somme astronomique de 450 millions $, comme l’a fait un acheteur anonyme, cette semaine, à la vente aux enchères de Christie à New York. Un niveau de prix que très peu de gens peuvent envisager.

Est-ce qu’un demi-milliard de dollars restera le record pour une peinture pendant des décennies ? Oui, en monnaie d’aujourd’hui, ce sera certainement le cas. 111 tonnes d’or pour un tableau ne sera probablement pas battu avant 100 ans ou plus. Au cours des 4 à 8 prochaines années, cette peinture pourra probablement être achetée pour beaucoup moins d’une tonne d’or, pour 110 kilos ou moins (110 kg d’or valent aujourd’hui 4,5 millions $).

LA LOI ET L’ORDRE VOLERONT EN ÉCLATS

Pour les gens ordinaires, dont la plupart ne sont pas conscients de ces excès, un demi-milliard de dollars pour une peinture est la décadence ultime. Cette dangereuse tendance ne restera pas impunie. Et personne ne doit croire que la loi et l’ordre, qu’il s’agisse des policiers ou militaires, fonctionnera lorsque la société volera en éclats. Malheureusement, il n’y aura aucune protection pour les groupes cibles.

Les armes n’aideront guère pour combattre la foule. La meilleure solution est de vivre dans un endroit où vous êtes entourés de gens aux vues similaires, ou dans un pays moins exposé. Cette option n’est pas envisageable pour beaucoup de gens, mais cela vaut la peine d’y penser, tandis qu’il reste encore du temps.

Permettez-moi d’insister sur le fait que j’espère sincèrement que rien de tout ça ne se produira. Mais, si on regarde les risques et les probabilités, nous sommes à un moment de l’histoire où ces événements sont susceptibles d’avoir lieu. De tels excès, ainsi que l’écart entre riches et pauvres, ne pourront pas continuer sans un retour vers la moyenne, au moins.

UNE BANQUE SUISSE REFUSE DE DONNER SON OR À UN CLIENT

Pour revenir à la confiscation, il semble que les banques jouent déjà ce jeu. Dans un article récent, j’ai expliqué que les banques suisses ne détenaient pas tout l’or physique acheté par leurs clients. J’ai également mentionné comment les banques refusent de libérer l’or qu’un client détient dans la banque.

J’ai récemment été contacté par une personne qui est allée à sa banque, à Zurich, l’une des deux plus grandes banques suisses, pour y retirer son or physique. Il avait lu mon article sur le sujet. La banque, une des plus grandes banques de gestion d’actifs au monde, lui a dit qu’il ne pouvait pas retirer son propre or, à cause de nouvelles règles internes de la banque.

Mais cet homme n’a pas abandonné si facilement. Il a demandé à la banque une lettre confirmant leur refus de lui donner son or. Il a dit à la banque qu’il remettrait cette lettre à la police. La banque a clairement eu peur et, après trois heures d’attente, on lui signifia qu’il pourrait finalement avoir son or. Très généreux de la part de la banque de lui rendre ses actifs, n’est-ce pas ?

Une nouvelle confirmation que les banques ne restitueront pas leurs actifs aux clients sans une bataille juridique. Mais ce n’est que le début. Bientôt, les banques seront tellement sous pression qu’elles essaieront de conserver les actifs de leurs clients. Peu de gens pensent que c’est possible, mais dans un avenir proche, les banques, insolvables, ne seront pas en mesure de remettre quoi que ce soit à leurs clients. Encore une fois, j’encourage fortement les gens à sortir leurs actifs des banques, que ce soit en Suisse ou ailleurs. Le système financier est déjà en faillite, quoi qu’en disent les banquiers centraux.

Détenir de l’or physique hors du système bancaire, dans une bonne juridiction, est la meilleure assurance contre ces risques. Mais, comme je l’ai dit plus haut, la planification fiscale est tout aussi importante que de détenir les bons investissements.

 

 

Les mouvements à court terme du prix de l’or ne sont pas si importants, étant donné que nous verrons bientôt des multiples des prix actuels. Malgré les manigances de la BRI et des banques de négoce d’or, qui déversent des milliards d’or papier, l’or résiste très bien.

Il semble que la dernière petite correction soit terminée et que la tendance haussière ait repris. Peut-être devrons-nous attendre la décision de la Fed sur les taux d’intérêt, en décembre, pour observer un mouvement haussier majeur dans l’or. Mais, quoi que fasse la Fed, cela n’aura qu’un effet à très court terme.

L’or va monter bien plus haut, peu importe la politique de la banque centrale ou la manipulation de l’or papier.

5 000 ANS D’HISTOIRE SONT BEAUCOUP PLUS PUISSANTS QUE D’ÉPHÉMÈRES BANQUIERS CENTRAUX ET MANIPULATEURS.

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 décembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Le plus grand transfert de richesse de l’histoire

Que se passera-t-il d’ici 2025 ? Personne ne le sait, bien sûr, mais j’essaierai, plus loin dans cet article, de jeter un coup d’œil sur les 4-8 années à venir.

La concentration de richesse dans le monde atteint des proportions dangereuses. Les trois personnes les plus riches du monde possèdent autant à elles seules que les 50% les plus pauvres. Les 1 % les plus riches ont une richesse de 33 000 milliards $, tandis que les 1 % les plus pauvres ont une dette de 196 milliards de dollars.

Ce qui est intéressant, ce n’est pas seulement que les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. Le plus intéressant est de comprendre : comment en est-on arrivé là ? Quelles seront les conséquences ?

LES PANAMA PAPERS ET LES PARADISE PAPERS : DU SENSATIONALISME

Alors que les médias, dominés par les socialistes, se penchent sur les Panama Papers et, récemment, sur les Paradise Papers, pour attaquer les riches et exiger des gouvernements qu’ils combattent le côté inacceptable du capitalisme, personne ne comprend les véritables raisons de cette énorme concentration de richesse. Malheureusement, aucun journaliste n’aborde sérieusement les sujets importants, que ce soit les faux chiffres économiques ou la situation de l’économie mondiale.

Au lieu de cela, toutes les nouvelles sont acceptées comme étant la vérité, alors qu’en fait, beaucoup d’entre elles sont fausses, ou sont de la propagande. Les médias font leurs choux gras des révélations de l’existence de fonds ou de sociétés offshore. Même la reine d’Angleterre est accusée d’avoir des fonds « cachés ». Le fait que les entités offshore ont été utilisées légalement pendant des siècles à des fins de protection de la vie privée, de préservation du patrimoine et de protection des créanciers n’est jamais mentionné. Les médias vendent plus de publicités en faisant dans le sensationnalisme que dans le factuel.

L’INÉGALITÉ EST CAUSÉE PAR DES POLITIQUES MONÉTAIRES IRRESPONSABLES

Permettez-moi d’abord de rectifier les faits. Ce n’est pas le capitalisme dans son sens traditionnel qui a créé cette énorme concentration. Voici une définition du capitalisme :

« Un système économique et politique dans lequel le commerce et l’industrie du pays sont contrôlés par des propriétaires privés à but lucratif, plutôt que par l’État ».

La partie « contrôlés par des propriétaires privés » de la définition correspond à notre système occidental actuel. Mais ce qui manque, c’est que le système économique actuel ne pourrait pas fonctionner sans le parrainage et l’interférence de l’État. C’est la construction intelligente qu’un groupe de banquiers de haut rang a imaginé sur l’île Jekyll aux États-Unis, en novembre 1910. Cette réunion a mené à la création de la Fed en 1913. La banque centrale des États-Unis a été structurée comme une banque privée, et est donc contrôlée par des banquiers privés pour leur propre bénéfice.

Les banquiers ont appliqué ce qu’un de leurs ancêtres, Mayer Amshel Rothschild, avait imaginé :

« Laissez-moi émettre et contrôler la monnaie d’une nation, et je me fiche de qui fait ses lois ».

Une idée brillante pour les banquiers. Ils avaient maintenant le contrôle de la monnaie sans avoir à risquer plus d’une infime partie de leur capital. Et le gouvernement a jugé ce système parfait pour acheter les votes du peuple. En émettant de plus en plus de dette et en permettant aux banques d’avoir un effet de levier sur leur bilan, le pays a vu son niveau de vie augmenter considérablement. Plus d’automobiles, de téléviseurs, de vacances, de iPhones, etc. Les gens ne réalisent pas que l’amélioration de leur niveaux de vie se fait au détriment d’une augmentation massive de la dette publique et personnelle.

LA DETTE AMÉRICAINE A ÉTÉ MULTIPLIÉE PAR 1 800 EN 100 ANS

En 1913, la dette totale des États-Unis s’élevait à 39 milliards $. Aujourd’hui, elle se situe à 70 000 milliards $, soit 1 800 fois plus. Mais cela n’est qu’une partie de l’histoire. En 1913, il n’y avait pratiquement aucun passif non capitalisé. Aujourd’hui, ils représentes 130 000 milliards $. Alors, en ajoutant la dette aux passifs non capitalisés, on obtient un passif total de 200 000 milliards $.

En 1913, le ratio dette/PIB américain était de 150%. Aujourd’hui, en incluant les passifs non capitalisés, cela nous donne presque 1 000%. Voilà le fardeau qui pèse sur les Américains ordinaires, un fardeau qui brisera les Américains et l’économie américaine, ainsi que le dollar.

Tandis que les gens ordinaires sont aux prises avec des dettes qu’ils ne pourront jamais rembourser, les banquiers et l’élite, le 1%, ont fait des profits en (ab)usant de l’effet de levier que l’expansion de crédit a créé et, ainsi, amassé d’immenses fortunes.

C’est pourquoi nous avons cette énorme inégalité de richesse. Les gens ordinaires n’ont pas encore réalisé qu’ils sont responsables de cette dette. Bien sûr, ils ne la rembourseront jamais, et personne d’autre ne le fera. Les gouvernements essaieront de régler le problème en imprimant encore plus de monnaie, exacerbant ainsi le problème. Cela conduira à une inflation élevée qui mutera en hyperinflation, quand les taux d’intérêt atteindront 15-20%, voire plus. À ce moment-là, les banques centrales auront perdu le contrôle de leur manipulation des taux d’intérêt.

Le monde découvrira alors que l’impression monétaire n’a aucun effet, étant donné que la monnaie imprimée ne pourra jamais créer de richesse.

LE PLUS IMPORTANT TRANSFERT DE RICHESSE DE L’HISTOIRE

 

Les conséquences de l’implosion de la dette et des actifs entraîneront le plus important transfert de richesse de l’histoire. Au fur et à mesure que la dette implosera, tous les actifs de la bulle s’effondreront. Les actions, les obligations et l’immobilier déclineront de 80 à 100%. C’est difficile à accepter, mais souvenez-vous que le Dow Jones a chuté de 90% entre 1929 et 1932. Entre 2000 et 2002, le Nasdaq a décliné de 80%.

Aucun de ces exemples n’impliquait une situation de dette mondiale ou de bulles d’actifs comme aujourd’hui. Cette fois-ci, le monde doit se défaire de 2quadrillions $ de dettes, de passifs non capitalisés et de produits dérivés. Cela représente 29 fois le PIB mondial de 70 000 milliards $, soit une ampleur qui mènera à l’effondrement du système financier.

L’AUGMENTATION DES IMPÔTS NE RÉGLERA PAS LE PROBLÈME

Les gouvernements, ainsi que les médias, discutent de taxer les riches pour créer plus d’égalité. Vu que ce sont les riches, surtout aux États-Unis, qui contrôlent le système, il sera difficile d’augmenter la fiscalité. En Europe, les socialistes augmenteront probablement les impôts des riches. Mais ce ne sont pas des impôts plus élevés qui régleront le problème. L’implosion d’actifs à venir taxera les riches bien plus que tout politicien pourrait le faire. En moyenne, ils risquent de perdre jusqu’à 90% de leur richesse. Dans le même temps, la dette, personnelle et publique, pour laquelle les gens ordinaires sont responsables, implosera aussi. Ainsi, les riches pourraient perdre 90% ou plus de leur richesse, et les pauvres perdront leur dette.

Ce sera le plus important transfert de richesse de l’histoire. Mais ça n’arrivera pas sans heurts. Il y aura des troubles sociaux et une possible guerre civile avant que tout cela ne soit terminé. Ce n’était pas le cas pendant la Grande dépression des années 1930, sauf en Allemagne où les Juifs étaient persécutés. Aujourd’hui, la population américaine ou de la plupart des pays européens n’est pas aussi homogène qu’elle ne l’était dans les années 1930. Le nombre important d’immigrants dans plusieurs pays occidentaux mènera à des conflits et des troubles bien pires que dans les années 1930.

À part les gens ordinaires qui s’affranchiront probablement de la dette après l’implosion du système financier, les principaux bénéficiaires seront les investisseurs qui n’ont pas de dettes et qui détiennent des actifs tangibles comme des terres agricoles, des investissements dans les matières premières – incluant les métaux précieux, bien sûr – et aussi certains investissements dans le secteur alimentaire, qui bénéficieront de pénuries de nourriture et d’inflation des prix.

UN APERÇU DES 4-8 PROCHAINES ANNÉES

Les niveaux que certains marchés pourraient atteindre dans les années à venir semblent complètement irréalistes dans la phase euphorique et exponentielle que nous traversons actuellement.

Le Dow Jones est aujourd’hui autour de 23 400. Nous sommes dans une phase de fusion qui pourrait voir les marchés continuer à augmenter considérablement avant de dépasser leur sommet. Mais le risque est très élevé, et toute surprise sera à la baisse.​

Une fois le sommet atteint, nous assisterons probablement à un long et soutenu marché baissier séculaire, qui durera plusieurs années. Au début des années 1980, le Dow Jones sortit de son niveau de 800-1 000, où il se situait depuis dix ans. Il s’agit d’un niveau de soutien à long terme tellement important qu’il sera probablement atteint dans les années à venir. Cela représenterait une chute de 95%, par rapport au niveau actuel, soit une chute tout juste supérieure à celle survenue dans les années 1930.

 

 

LES TAUX D’INTÉRÊT ATTEINDRONT 20%

Les taux d’intérêts étaient au-dessus de 15% dans les années 1970 et au début des années 1980, au Royaume-Uni et aux États-Unis, par exemple. Il est probable que nous voyions à nouveau ces niveaux, et des niveaux encore plus élevés si les emprunteurs souverains et privés font défaut, ce qui est fort probable. L’impression monétaire illimitée, qui aura certainement lieu, constitue aussi une forme de défaut, vu que la devise devient alors sans valeur.

 

 

LES DEVISES ATTEINDRONT ZÉRO

Les devises entameront bientôt leur mouvement final vers le bas. Il n’est pas facile de prédire quelle devise gagnera cette course, mais cela pourrait bien être le dollar, étant donné qu’il s’agit de la devise la plus surévaluée. Mais cela ne sert à rien de mesurer une devise papier contre une autre, puisqu’elles sont toutes susceptibles d’atteindre leur valeur intrinsèque de zéro.

L’OR À 15 000 $ OU À 80 000 $ ?

La dévaluation monétaire de l’époque moderne a débuté en 1913, et est maintenant dans sa phase finale. Mesuré en or, le dollar a perdu 98,3% depuis 1913. Imaginez que le dollar débute un mouvement exponentiel inversé de la même ampleur que celui des 114 dernières années. Comme je l’ai expliqué dans mon article sur les mouvements exponentiels, ce sont des mouvements définitifs et normalement très rapides. Une autre baisse de 98,3% du dollar se traduirait par une once d’or à 80 000 $. Une partie de cette hausse des prix sera probablement due à l’inflation, même si je pense que l’or devrait atteindre au moins 10 000-15 000 $ en monnaie d’aujourd’hui. 15 000 $ représenterait une chute de 91% du dollar. Avec l’hyperinflation, nous pouvons y ajouter quelques zéros.

 

 

En 2002, lorsque notre société a investi massivement dans l’or physique pour nos clients et nous-mêmes, l’or était à 300 $ l’once. Nous avons évidemment conservé nos positions. Nous avons eu raison sur l’orientation du mouvement, mais nous nous attendions à ce que le mouvement ultime vers le haut ait lieu plus rapidement. Néanmoins, nous restons convaincus que ce mouvement est toujours à venir, et qu’il sera probablement exponentiel, comme je l’ai expliqué dans un récent article.

Il est évidemment impossible de prédire le temps que cela prendra. Un certain nombre de facteurs indiquent que ces changements majeurs auront lieu d’ici 2025. Les cycles indiquent aussi que l’or entamera un mouvement majeur d’ici 2021. Ces mouvements pourraient donc survenir d’ici quatre ans, mais cela pourrait bien prendre huit ans.

Prédire l’heure exacte et le prix exact est un jeu de dupes, et ces prédictions seraient sans doute fausses. Cependant, ce qui est incontestable, est que le risque mondial est actuellement plus grand que jamais dans l’histoire. Ce qui est également certain est que l’or constitue la meilleure assurance contre ces risques, comme il l’a démontré pendant des milliers d’années.

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , ,

2/3 des plus gros producteurs d’argent métal enregistrent une baisse de leur production en 2017

pièces d'argent métal

Il s’agit d’une année difficile pour une majorité de gros producteurs d’argent métal : ils sont 2/3 à avoir enregistré une baisse de leur production en 2017. À l’échelon national, de nombreux pays importants sur ce marché connaissent également des difficultés.

D’après les statistiques publiées par World Metal Statistics, la production du Chili est en baisse de 20 % durant les 8 premiers mois de l’année, celle de l’Australie a diminué de 19 %, celle du Mexique a décliné de 2 % tandis que la baisse est limitée à 1 % pour le Pérou.

Le Silver Institute va bientôt publier son rapport intérimaire 2017, ce qui devrait nous donner une meilleure visibilité à propos de la production actuelle et des projections pour l’intégralité de l’année. Je suis néanmoins convaincu que la production mondiale d’argent métal va connaître un gros coup de frein cette année en raison de nombreux facteurs comme la baisse de la concentration de métal dans le minerai, la fermeture de mines et les grèves qui affectent certains projets.

Par exemple, Tahoe Resources s’est vu contraint de fermer sa mine Escobar au Guatemala en juillet en raison de la suspension de sa licence d’exploitation par la Cour suprême guatémaltèque. La suspension a été levée au début septembre, mais le blocage de l’unique voie d’accès à la mine ralentit ses activités. Durant les 3 premiers trimestres de l’année, la production d’argent de Tahoe a ainsi plongé de 6,7 millions d’onces par rapport à l’année précédente.

À l’opposé, la production de Fresnillo au Mexique a bondi de presque 6 millions d’onces grâce au démarrage de la phase d’expansion II de la mine de San Juan :

production d'argent métal en 2017 graphe(…) Globalement, la production des plus gros producteurs d’argent métal a baissé de 9 millions d’onces par rapport à la même période de l’année précédente :

suite et fin

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 novembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Le Congrès mexicain envisage la monétisation de sa pièce d’argent Libertad

J’en ai déjà parlé, ça fait des années que Hugo Salinas Price se bat pour remonétiser l’argent au Mexique, et l’idée fait son chemin, Salinas Price a beaucoup d’influence au mexique et il a fait basculer dans son projet de nombreux décideurs mexicains   . Z  

De par le monde, les monnaies émettent des pièces en argent ou en or avec une valeur faciale bien inférieure à leur valeur en métal, ou qui n’ont pas cours légal, si bien qu’elles ne circulent pas dans l’économie. Et lorsque la valeur faciale est conforme au cours de l’argent, cela change rapidement avec le temps en raison de l’inflation. Les propriétaires de pièces préfèrent alors les vendre à un prix supérieur à leur valeur faciale afin qu’elles soient fondues pour leur « valeur métallique ». Au Mexique, le Congrès pourrait changer les choses : l’idée est de créer une formule qui ferait évoluer la valeur faciale de la pièce d’argent Libertad en fonction des cours internationaux.

Cet article de SRSRoccoReport.com évoque l’information qui a été relayée par Hugo Salinas Price, le milliardaire mexicain qui est aussi un grand partisan de l’argent métal, puis tente de mesurer l’impact que pourra avoir cette loi si elle devait être ratifiée :

Il y a eu récemment un débat au congrès mexicain concernant la proposition de monétiser la pièce d’argent Libertad. Le débat a eu lieu dans le cadre du forum de « Promotion de l’épargne des Mexicains ». Si le Mexique devait décider de monétiser cette pièce, cela pourrait avoir un impact important sur le marché de l’argent et le cours du métal.

Libertad pièce d'argent

Mais quel serait cet impact ? Il pourrait être important si on prend en compte les grandes quantités d’argent métal utilisées de par le passé par le Mexique pour la fabrication de pièces. Avant de nous plonger dans les statistiques, voici d’abord des informations concernant le débat qui a eu lieu au congrès mexicain via Hugo Salinas Price :

« La pierre angulaire de la proposition est que la Banque centrale mexicaine (Banxico) déterminera une valeur en pesos pour la pièce Libertad d’une once d’argent ; cette valeur pourrait être légèrement supérieure (d’un pourcentage qui serait fixé par la loi) au cours de l’argent sur les marchés internationaux, ce qui permettrait à Banxico d’engranger un profit garanti pour la fabrication et la mise en circulation monétaire de ces pièces. (…)

Si le cours de l’argent devait grimper, Banxico fixerait une valeur en pesos plus élevée pour les pièces Libertad, conformément à la formule définie par la loi. De cette façon, la pièce pourra continuer de circuler vu qu’elle est dénuée de valeur faciale. Cela lui éviterait de subir le sort des anciennes pièces d’argent, qui disposent d’une valeur faciale en pesos et qui finissent dans un tel scénario à la raffinerie.

Car la plupart de ces pièces anciennes, lorsque leur valeur en argent métal dépasse la valeur en peso estampillée, finissent par être fondues. Ce qui permet aux propriétaires d’engranger un profit.

Un tel scénario n’arriverait pas avec la Libertad, dont la valeur serait ajustée à la hausse. Cela serait tout profit pour l’épargnant, qui est assuré de conserver son pouvoir d’achat, peu importe l’inflation. »

La caractéristique importante de cette proposition de monétisation de la pièce d’argent Libertad est que sa valeur serait ajustée par la Banque centrale du Mexique. Les épargnants seraient ainsi protégés de la dévaluation constante du peso. Cette monnaie a perdu 93 % de sa valeur par rapport au dollar américain depuis la moitié des années 70 :

dévaluation du peso mexicain(…)

Au début du 20e, le Mexique a frappé de grandes quantités de pièces d’argent

Même si je savais que la monnaie officielle du Mexique a frappé de nombreuses pièces d’argent au cours de son histoire, j’ignorais à quel point les quantités étaient importantes jusqu’à ce que je plonge dans les statistiques. D’après les chiffres publiés par SilverAgeCoins.com, la monnaie du Mexique a produit de grandes quantités de pesos en argent métal et de pièces de 50 centimes (Centavos) au début des années 1900 :

Je me suis focalisé sur les chiffres de production de 1943 de ces 2 pièces. Au total, ce furent 89,2 millions de pièces qui furent frappées, pour une quantité d’argent s’élevant à 26,5 millions d’onces :

  • 1943 pièces d’un peso en argent = 47 662 000 x 0,39 (once) = 18 588 180 onces ;
  • 1943 pièces de 50 Centavos = 41 512 000 x 0,19 (once) = 7 887 280 onces ;
  • 1943 Silver Coins = 89 174 000 = 26 475 460 onces.

Je n’ai pas fait de recherches poussées concernant toutes les pièces d’argent qui furent produites durant cette année, mais j’imagine qu’il y en eut d’autres. Via la même source, j’ai notamment découvert que près de 4 millions de pièces de 20 centimes ont également été produites cette année-là. Ces pièces ne contenaient cependant que 0,08 once d’argent métal, pour un total de 316 400 onces.

Cela dit, la monnaie mexicaine produisait énormément de pièces à l’époque. Pourtant, la population du Mexique n’était que de 20 millions d’habitants. Combien d’argent métal serait utilisé aujourd’hui alors que la population a bondi à 130 millions d’habitants ? (…)

Au niveau de la production, le Mexique a produit 86,4 millions d’onces d’argent 1943 selon les statistiques du US Bureau of Mines.

Cela signifie que le Mexique a utilisé 30 % de sa production domestique d’argent pour fabriquer ces 2 pièces. Par habitant, cela représentait environ 1,3 once d’argent nécessaire pour produire cette pièce.

Aujourd’hui, le Mexique frappe beaucoup moins de pièces qu’auparavant. D’après les statistiques de la World Silver Survey de 2017, seulement 800 000 Libertad ont été frappées en 2016. (…) Si le Mexique devait acter la monétisation, cela aurait un impact important sur le marché, voici pourquoi.

Actuellement, le Mexique produit environ 186 millions d’onces d’argent métal.

production d'argent du Mexique

suite et fin

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 septembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

La production minière d’argent chute pour la première fois en 14 ans

Nous aurions atteint le pic de l’argent, comme je l’ai déjà rapporté . Ce que ne dis pas l’article suivant de RFI, c’est que la demande d’investissement en argent physique explose depuis quelques années, et ne cesse d’augmenter . Alors que l’offre décline .

La production minière d’argent est en recul en 2016. Mais les stocks sont largement suffisants pour répondre à la demande de métal précieux, en particulier de l’industrie photovoltaïque.

L’extraction minière d’argent chute pour la première fois depuis 14 ans. La faute au zinc et au plomb ! Plus des deux tiers des tonnages d’argent ne sont qu’une coproduction d’autres métaux, zinc, plomb et cuivre. La fermeture en particulier de grands gisements de zinc, l’an dernier, a fatalement diminué les quantités d’argent associées.

Le premier fournisseur du métal précieux, le Mexique, a vu son offre chuter, l’Australie et l’Argentine également, ce que n’a pas comblé l’augmentation de la production d’argent du Pérou. Au total on a produit 25 100 tonnes de métal précieux en 2016, une baisse de 157 tonnes, soit -0,6 %.

Pas de quoi s’inquiéter pour autant. Les stocks d’argent métal déjà sortis de terre sont largement suffisants pour répondre à la demande. D’autant que cette demande physique en métal précieux s’est calmée l’an dernier.

Les Chinois et les Indiens ont acheté moins de bijoux, moins de lingots d’argent en 2016, une frugalité qui n’a pas compensé l’appétit croissant des Indonésiens et des Vietnamiens pour le métal précieux.

Si la demande mondiale d’argent métal ne s’est pas effondrée, c’est grâce au boom de l’industrie photovoltaïque. Les fabricants de panneaux solaires ont doublé la cadence aux États-Unis et en Chine l’an dernier. La demande mondiale d’argent a progressé d’un tiers pour ce secteur très dynamique des énergies renouvelables. Mais ce sont surtout les investisseurs dans les ETP ou « trackers », adossés aux stocks de métaux précieux, qui ont dopé les prix l’an dernier, après le vote des Britanniques pour la sortie de l’Union européenne. L’once d’argent s’est hissée peu à peu de 13 à 21 dollars en juillet pour retomber à 16 dollars après l’élection de Donald Trump. On est encore loin des 50 dollars de 2011.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 mai 2017 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

La demande d’or a augmenté en 2016

pièces d'or Britannia

Bonjour à tous . La demande de métal jaune explose (les investisseurs se précipitent dans les valeurs refuges) . D’ailleurs Les ventes de pièces d’or de la Royal Mint grimpent sur fond d’instabilité politique .

La demande d’or a augmenté en 2016 

La demande mondiale d’or a augmenté en 2016 malgré un fort ralentissement au dernier trimestre, les investisseurs institutionnels délaissant le métal en fin d’année alors que les particuliers y reprenaient goût, selon un rapport du Conseil mondial de l’or (CMO) publié aujourd’hui. La demande annuelle d’or est ressortie à 4.309 tonnes l’an passé, en hausse de 2% par rapport à 2015, où elle avait atteint 4.216 tonnes. 

Sur les trois derniers mois de l’année, la demande d’or a en revanche reculé de 11% par rapport à l’année précédente, pour s’établir à 994,1 tonnes, reculant à la fois dans la bijouterie (-15% à 2.389 tonnes) et dans l’investissement. Pourtant, « sur l’année, la demande des investisseurs a augmenté de 70%. Pendant les trois premiers trimestres, les investisseurs institutionnels se protégeaient du risque représenté par le Brexit, par les élections américaines », ce qui les a poussé à se tourner vers le métal précieux, a résumé auprès de l’AFP John Mulligan, un des responsables du Conseil mondial de l’or, fédération internationale qui réunit des producteurs d’or.

Mais au dernier trimestre, les investisseurs professionnels ont délaissé en masse les ETF (fonds d’investissements adossés à des stocks physiques) après l’élection de Donald Trump, préférant au métal jaune des actifs plus risqués, et l’intérêt ravivé des particuliers pour l’or en lingots et en pièces n’a pas suffi à retourner la tendance. La demande venue des ETF équivaut ainsi à 532 tonnes d’or sur l’année, malgré une baisse de 193 tonnes au quatrième trimestre.

Sur l’année, la Chine reste le premier consommateur mondial, à 914 tonnes, suivi par l’Inde (676 tonnes) et les Etats-Unis (212 tonnes). Enfin, la demande d’or des banques centrales a fortement reculé en 2016. « Alors que leurs réserves de devises sont en baisse, les banques centrales ont diminué leurs achats, qui se sont établis à 384 tonnes sur l’année », a commenté le CMO dans un communiqué.

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 février 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :