Mais au vu des articles que nous, commentateurs du marché de l’or, écrivons au sujet de l’amour de la Chine pour l’or, il est surprenant de constater qu’il y a moins de cent ans, le pays perdait l’équivalent de milliers d’années de réserves.

Dans les années 1930, le Shanghai Gold Business Exchange était le plus important centre de l’or en Asie. L’amour de la Chine pour l’or lui a valu d’être la victime de deux épisodes de pillages. Le premier date de 1937, alors que les Japonais ont envahi la Chine et se sont allègrement servi dans les 6600 tonnes d’or qui reposaient dans la capitale de Nankin.

Le second est un pillage bien moins célèbre, celui de l’or qui a été emporté hors de Chine vers Taïwan entre 1948 et 1949 par un parti nationaliste sur le point d’être évincé.

En 1948, le président du gouvernement du Kuomintang (KMT), Chiang Kai-Chek, perdait la guerre civile contre les communistes au nord-est de la Chine. Il commença à organiser sa retraite vers Taïwan, et avait bien l’intention d’emporter l’or de la Chine avec lui.

La retraite du gouvernement de Chiang Kai-Chek à Taïwan en 1949 est l’un des évènements clés de l’histoire contemporaine de la Chine. Elle a non seulement signalé une transformation capitale du futur politique et social du pays, mais l’a aussi laissé avec très peu d’or pour soutenir l’établissement de la monnaie saine qu’il désira plus tard instaurer.

les quantités d’or déplacées varient en fonction des sources de 3 à 5 millions de taels (113,6 – 115,2 tonnes). Dans son ouvrage The Archives of Gold publié en 2010, le Dr. Wu Sing-yung explique comment son père (directeur des finances pour le gouvernement du KMT) a participé à l’organisation de l’opération qui a découlé sur le transport de plus de 4 millions de taels d’or depuis Shanghai vers Taïwan. Un tael représente 37,2 grammes d’or.

Le gouverneur de la banque centrale Yu Hung-chun et le directeur des finances ont reçu l’ordre du président de transporter l’or du pays jusqu’à Taïwan.

Une opération secrète

Une première cargaison d’or fut déplacée le premier décembre 1948. Deux des 4,6 millions de taels d’or appartenant au Trésor furent montés sur le Hai Xing en partance pour Keelung, au nord de Taïwan. Le garde des côtes était escorté du navire Mei Ching, qui fit plus tard défection aux communistes, soulignant ainsi le risque représenté par le transport d’une cargaison si précieuse et poussant Chiang à se demander qui était impliqué.

Par chance, un journaliste Britannique a pu noter le départ de cette première cargaison d’or depuis Shanghai. En regardant par sa fenêtre du cinquième étage, il a pu observer des hommes entrant et sortant de la banque centrale en file indienne, transportant chacun deux paniers attachés de chaque côté d’une cane de bambou. Une fois sortis de la banque, ils montaient sur une passerelle de bois pour entrer dans un cargo amarré devant l’Hôtel de la Paix (selon l’auteur William J. Gingles).

Alors qu’il commença à réaliser l’importance de ce dont il était témoin, Sterling Seagrave (dans The Soong Dynasty) nous explique que Vine aurait envoyé un télégraphe à son bureau de Londres, expliquant que ‘l’or de la Chine était transporté hors de la banque centrale à la manière traditionnelle’.

Vine écrivit plus tard ‘Je ne peux que difficilement croire ce que j’ai vu. Une file de coollies qui sortait de la banque… J’ai même pu voir le détail de leurs chapeaux, et leurs uniformes de tuniques indigo et de larges pantalons, alors qu’ils transportaient de l’or dans les paniers installés des deux côtés de leurs canes de bambou pour le charger dans un navire en partance pour Taïwan’.

Beaucoup refusaient de croire que Chiang ait pu manigancer une telle chose, mais le rapport écrit par le journaliste ne tarda pas à déclencher une panique bancaire à l’échelle nationale.

Trente jours plus tard, le garde côte utilisé pour transporter les deux premiers millions de taels d’or vers Taïwan quitta à nouveau le port, cette fois-ci chargé de 600.000 à 900.000 taels d’or et d’importantes quantités d’argent.

Au cours des douze mois qui suivirent, les nationalistes transportèrent par la mer et par le ciel des millions de taels d’or et d’argent ainsi que des devises étrangères vers Taïwan.

Une précieuse cargaison aérienne

A la suite des transports du mois de décembre, une grande partie de l’or commença à être déplacée par voie aérienne. C’était après que Chiang ait appris qu’il avait perdu la Chine continentale. Certaines sources rapportent qu’en février 1949, neuf avions militaires C-46 transportèrent chacun 6,6 tonnes d’or vers l’aéroport Songshan, à Taipei.

Le capitaine responsable de la mission n’avait aucune idée de ce qu’il devait transporter jusqu’à ce qu’un employé de la banque centrale, qui l’attendait dans son avion, ne lui en fasse part. Le capitaine et deux de ses collègues se souviennent de trois missions similaires à celle décrite ci-dessus. On estime à 667 902 le nombre d’onces d’or sorties de Shanghai de cette manière.

La nouvelle de la première de ces missions aériennes fut apportée par un journal de Hong Kong, après quoi Chiang ordonna à ce que deux autres missions de transport soient organisées sous 48 heures.

Un secret bien gardé

Comment cela a-t-il pu se poursuivre une année durant sans que personne ne s’en rende compte ? Le Dr. Wu écrit que le ‘déplacement de l’or était entièrement contrôlé par une seule personne, Chiang Kai-Chek… Même le ministre des finances n’avait pas le pouvoir d’intervenir. Chiang transmettait ses ordres verbalement et n’en a laissé aucune trace écrite. Seul lui et mon père savaient ce qu’il se passait’.

Qu’est-il arrivé à l’or ?

Beaucoup pensent que l’or de la Chine a été utilisé pour établir le Taiwan que nous connaissons aujourd’hui. Six mois après le début des opérations, le nouveau dollar Taiwanais vint remplacer l’ancien dollar Taiwanais au taux de un pour 40 000. On estime que 800 000 taels d’or (et 10 millions de dollars Américains apportés depuis Shanghai) ont servi à apporter la stabilité à un pays qui souffrait de l’hyperinflation depuis 1945.

Le reste de l’or aurait été utilisé pour réinstaller le million et demi de soldats et de civils qui ont fui la Chine et choisi de suivre Chiang.

Le KMT a depuis confirmé que 2,27 millions de taels d’or avaient été transportés vers Taiwan, mais a également précisé qu’ils avaient été utilisés pour fonder Taiwan. Le fils de Chiang, Chiang Ching-Kuo, a écrit plus tard que ‘si cet or n’avait pas été disponible lors du déplacement du gouvernement à Taiwan, les circonstances auraient été bien différentes. Comment serions-nous parvenus à la stabilité d’aujourd’hui ?’

Je me demande si les Chinois commencent aujourd’hui à tirer des leçons de leur histoire. A la suite du vol de son or, le pays est devenu l’otage de la monnaie papier. Bien que le KMT et le gouvernement actuel soient diamétralement différents, lorsqu’il en vient au respect de l’or et aux bénéfices qu’il apporte à une économie, c’est à se demander ce qui les oppose.

Jan Skoyles, GoldCore

Source