RSS

Archives de Tag: oligarchique

Censure oligarchique : Macron annonce un projet de loi pour lutter contre les « fake news »

Regardez cette vidéo pour comprendre l’ampleur de ce qui se prépare 

La situation va devenir très dangereuse pour les médias alternatifs et pour la liberté d’expression et d’information qui risque d’être sévèrement muselée – Sans surprise, Emmanuel Macron s’aligne sur la censure en marche : en annonçant un projet de loi pour lutter contre la « propagande » et les « fake news », le Président de la République se propose de criminaliser les médias non-alignés sur les intérêts oligarchiques et se mue en garant de la pensée unique.

Crise économique et basculements géopolitiques obligent, la période se durcit et le totalitarisme libéral passe du soft au hard : depuis plusieurs semaines, la pression s’intensifie sur les médias non-alignés. De nombreux comptes YouTube, Facebook et Twitter ont été supprimés sans justifications. La congruence entre les géants du Net et les organisations communautaires est aussi prégnante que leur volonté d’annihiler l’opposition.

En validant cette vision répressive et en lui fournissant des armes, Emmanuel « Attali » Macron confirme son asservissement à l’idéologie mondialisto-sioniste. Une évidence lorsque l’on connaît ses sponsors, ses maîtres et sa filiation (source)


Dans ses vœux à la presse, le Président de la République a annoncé un projet de loi visant à « protéger la vie démocratique », avec notamment les médias étrangers dans le collimateur. Les autorités pourront ainsi bloquer certains sites internet.

 

« Toutes les paroles ne se valent pas » : c’est le postulat qu’Emmanuel Macron a posé ce 3 janvier 2018 lors de ses vœux à la presse. Face à une profession en crise, et alors que les médias classiques souffrent de l’émergence de canaux d’information alternatifs, le Président de la République a, de nouveau, regretté cette concurrence faite à la presse historique. « C’est vous, journalistes, qui êtes les premiers menacés par cette propagande. Elle adopte votre ton […] votre vocabulaire. Parfois même, elle recrute parmi vous », a-t-il déploré ajoutant qu’elle était « parfois même financée par certaines démocraties illibérales ». Il a ensuite assuré les journalistes personnellement conviés à l’événement, auquel RT France n’était pas invité, qu’ils restaient des « tiers de confiance ».

Évoquant la notion de « vérité », et de « liberté d’expression », le Président de la République a annoncé la volonté de l’État d’intervenir et de contrôler la façon dont les informations sont produites, au nom selon lui de la « vitalité démocratique ». « Entre complotisme et populisme, le combat est en effet commun », a-t-il jugé, avant de consacrer son propos aux « fake news ».

« En cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge [afin] de supprimer le contenu mis en cause, de dé-référencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site internet », a ainsi annoncé le chef de l’État, évoquant également la responsabilité des plateformes de diffusion.

 

Les médias « étrangers » dans le viseur de l’État

Emmanuel Macron a également annoncé de nouvelles mesures visant les médias étrangers, affirmant :

« Les pouvoirs du régulateur qui seront par ailleurs profondément repensés durant l’année 2018, seront accrus pour lutter contre toute tentative de déstabilisation par des services de télévision contrôlés ou influencés par des États étrangers. »

Et d’ajouter :

« Cela permettra au CSA [Conseil supérieur de l’audiovisuel] repensé, notamment de refuser de conclure des conventions avec de tels services. »

D’après l’annonce faite ce 3 janvier devant la profession, le CSA pourra suspendre ou annuler toute convention de diffusion, « en cas d’agissements de nature à affecter l’issue du scrutin que cela soit en période pré-électorale ou électorale ». En clair : tout le temps. « Vous aurez de quoi exercer votre métier », a-t-il ajouté, promettant de consulter les journalistes lors de l’élaboration du dispositif.

Lors de ce discours Emmanuel Macron a-t-il fait une « allusion voilée », selon les termes de l’AFP aux médias « russes » ? Il est vrai que lors de la visite de Vladimir Poutine à Versailles, le 29 mai 2017, Emmanuel Macron avait accusé les médias russes RT et Sputnik de s’être « comportés comme des organes d’influence […] et de propagande mensongère ».

(Source : francais.rt.com)

Olivier Berruyer : « Ce n’est pas au législateur de s’occuper des fake news »

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , ,

L’ordre oligarchique bancaire

Permalien de l'image intégrée

L’existence d’une banque centralisée aux mains d’acteurs financiers privés qui régissent la monnaie dite d’État et qui règlementent plus ou moins directement le secteur des banques privées est le cœur nucléaire de la question monétaire. Les banques centrales 1 sont le centre névralgique de l’organisation du système financier actuel.

La naissance de ce qui deviendra «  le système des banques centrales  » remonte, dans une forme archaïque, unicellulaire, à la création de la Banque d’Angleterre (27 juillet 1694) puis de la Banque de France (18 janvier 1800).

De l’ordre bancaire et financier oligarchique

Chronologiquement, la longue marche pour la prise du pouvoir financier, conduit en 1913 à l’apparition du «  système Fed  » sur le territoire américain 2. Le système américain que le commun des mortels connaît sous le nom de «  Fed  » est en réalité une organisation pyramidale et hiérarchique dont la tête est la banque centrale fédérale 3  ; une sorte de système fédéral de banques indépendant du système fédéral étatique mais prospérant, comme un parasite, sur ce dernier qui lui sert d’hôte.

L’année 1930 correspond à une nouvelle substantielle avancée de l’ordre mondial bancaire oligarchique. L’année 1930 a en effet vu, à l’occasion du plan Young, la création du joyau de la couronne du système politique «  banques centrales  »  : la Banque des règlements internationaux 4 (BRI en français, BIS en anglais) dont le siège est situé à Bâle en Suisse et qui joue le rôle de «  banque centrale  » des banques centrales en fédérant, au moyen de réunions régulières, les différents banquiers centraux de l’occident et des pays affiliés. Cette institution particulière bénéficie de tous les privilèges d’immunités possibles et détient la capacité diplomatique, ce qui en fait un État dans l’État. Il faut signaler au passage que les statuts de la BRI ont servi de modèle à la création du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) apparu en 2012 sur le front européen 5 .

Cette BRI, que peu de gens connaissent, est au cœur du miracle économique nazi de l’entre-deux guerres puisqu’elle a permis le financement de la reconstruction ainsi que la remilitarisation allemande (alors sous domination nazie). Très concrètement, ce sont les prêts octroyés par la BRI qui ont permis à Hitler (qui en a remboursé les intérêts rubis sur l’ongle jusque fin 44) de mettre en œuvre ses préparatifs de guerre.

Cette BRI a eu pour objectif premier, comme cela a été parfaitement décrit par l’historienne Annie Lacroix-Riz, de liquider les réparations de guerre dues à la France par l’Allemagne au moyen d’un tour de passe-passe. L’oligarchie française à la manœuvre lors de la négociation du traité de Versailles a accepté, dès le début des années 20, de se plier aux vues anglo-saxonnes et de renoncer à ses réparations de guerre au profit des intérêts qu’elle tirerait avec d’autres acteurs financiers oligarques (en particulier anglo-saxons) des prêts que la BRI accorderait à l’Allemagne.

Ce système de communauté de banques centrales a eu de récents rebondissements dans l’ordre juridique international par le biais de l’Union Européenne avec la création du SEBC, le fameux système européen de banques centrales, chapeauté par la BCE (banque centrale européenne), indépendant des gouvernements politiques des Etats et qui obéit aux ordres de la Fed et de la Buba, banque centrale allemande. Dans le système SEBC, la Buba sert d’intermédiaire aux volontés oligarchiques de type financières au même titre que le gouvernement allemand sert, en Union Européenne, de courroie de transmission pour les directives de l’oligarchie lorsque celles-ci nécessitent la mise en œuvre d’un processus législatif. Le rôle fondamental joué par l’Allemagne dans le processus oligarchique s’explique par le poids de l’histoire qui mêle, depuis le XIXe siècle une profonde imbrication des capitaux germano-américains et, depuis et après la seconde guerre mondiale, la domination militaire du territoire allemand par les armées américaines et la récupération des «  élites militaires nazies  » par le système financiaro-politique américain (CIA, NASA etc.) 6. Ajoutons au passage que le système d’exfiltration des hauts dignitaires nazis a largement dû son succès à la participation active du Vatican 7 .

La suprématie anglo-saxonne, version hégémonie américaine, en matière monétaire s’est consolidée et a été juridiquement cristallisée par les accords de Bretton Woods 8qui ont accordé à l’oligarchie américaine la suprématie définitive sur les oligarchies occidentales 9. Bretton Woods a finalisé l’ordre monétaro-financier à l’anglo-saxonne sous le joug duquel nous vivons actuellement en organisant le fonctionnement, la gestion et la direction des institutions financières internationales telles que la Banque mondiale, le FMI et d’autres institutions bancaires «  régulatrices  ».

Au désordre politique

La BRI est une des pierres angulaires du dispositif actuel de domination à l’anglo-saxonne  : à savoir l’enrichissement des oligarchies par les intérêts financiers et non plus directement, comme ce fut le cas auparavant sur le continent européen, par la mise sous tutelle directe des biens et matières premières.

Concrètement, le paiement des intérêts, qu’il soit fait par des institutions publiques ou par des individus isolés, réalise en réalité un transfert des capitaux des poches publiques (alimentées par les citoyens-con-tribuables) vers les poches des prêteurs d’argent  ; c’est précisément notamment – car nous laissons ici délibérément de côté le processus strictement monétaire – ce transfert de capitaux qui autorise, à terme, le rachat et la mainmise des acteurs financiers sur une part de plus en plus importante des biens, matériels et immatériels, matières premières et produits manufacturés de cette terre.

C’est aussi ces transferts massifs de capitaux qui alimentent ce que l’on pourrait appeler «  le clientélisme  » ou «  mafia  » politique, systèmes politiques dans lesquels les prétendus dirigeants politiques, «  élus du peuple  » ou non, sont en réalités les émissaires de l’oligarchie qui finance leurs campagnes politiques ou leur accession à des postes «  en vue  » et/ou bien rémunérés et leur demandant l’hommage-lige en contrepartie d’un statut social privilégié. L’hommage lige consiste en l’espèce à «  voter  » ou «  faire voter  » (ce qui est facilité par la «  discipline de parti  ») des lois favorables à l’oligarchie.

C’est encore ces vastes transferts de capitaux qui permettent l’accélération de la concentration des capitaux dans tous les domaines de l’économie (médias, agro-alimentaire, pharmaceutique, chimique, transports, extraction minière etc.) au moyen, notamment, des fusions-acquisitions.

Au fond, la méthode financière, d’origine anglo-saxonne, plus discrète que la prise de contrôle directe sur les biens, s’avèrent être bien plus efficace en terme de concentration du capital que toute autre méthode auparavant en vigueur dans les pays d’Europe continentale. Sa discrétion en termes de contrôle permet tous les espoirs aux détenteurs anonymes de capitaux pour aboutir à leur rêve d’accaparement maximum, lequel signifie, pour les populations, une mise en esclavage aussi méthodique que légale et définitive.

Il faut ajouter que cet anonymat n’est rendu possible que par l’existence des sociétés de capitaux et autres trusts qui utilisent le paravent de la personnalité morale (personnalité fictive juridiquement accordée à un groupement) et de l’anonymat pour cacher les véritables détenteurs des capitaux et leur laisser ainsi une grande liberté d’action sans que le public ne s’en émeuve.

L’entreprise sous sa forme actuelle, obligeamment tournée vers la prédation économique, est un acteur essentiel du jeu de pouvoir anglo-saxon, lequel développe sa domination par le contrôle monétaire et par le libre-échange. Ce système global de domination, fortement intégré, est aujourd’hui en phase d’expansion rapide.

Le lien systémique entre banque et gouvernement

Pour revenir sur la mécanique politique systémique, il faut rappeler deux choses. La première est que «  la main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit  » dixit Napoléon, qui connaissait bien son sujet puisqu’il fût le promoteur de la Banque de France. La seconde est que les capitaux en circulation aujourd’hui sont de plus en plus concentrés dans les mêmes mains. Bien que peu d’études sérieuses soient réellement disponibles, on peut quand même en citer une de 2011 en provenance de la Suisse 10. Une simple observation est au surplus à la portée de n’importe quel citoyen, permettant à chacun de comprendre par soi-même l’ampleur de la concentration des capitaux : il s’agit de la fureur, devenue au-delà d’un effet de mode un des fleurons de l’activité d’avocats d’affaires, des activités de fusion-acquisition (fusac pour les intimes) de ces vingt à trente dernières années.

Il faut aussi se rappeler que la politique étrangère, mais aussi et dans une très large mesure interne, de la France a été durant tout le XXe siècle aux mains de la synarchie, laquelle n’est autre que l’oligarchie française. Annie Lacroix-Riz a parfaitement documenté ce qu’il faut considérer comme un état de fait  ; je renvoie les lecteurs sceptiques, ceux qui croient en la pureté et en l’innocence du «  vote  » populaire sous l’égide de partis politiques, à l’intégralité des ouvrages et conférences d’Annie Lacroix-Riz, en particulier celui traitant du «  Choix de la défaite  » 11. A cet égard, il faut préciser de façon incidente que le caractère «  national  » acquis par la Banque de France en 1945 12 ne doit pas faire illusion, il n’a pas et en aucune façon changé la structure fondamentale du contrôle économique et politique opéré par l’oligarchie euro-atlantiste de l’après-guerre sur les institutions de la France.

Cette constance dans la direction effective de la politique française, quels que soient par ailleurs les aléas contextuels, est d’ailleurs ce qui explique le départ de De Gaulle, résolument hostile aux partis politiques 13, du gouvernement après la fin des hostilités de la seconde guerre mondiale  : il ne voulait ou ne pouvait pas cautionner le retour aux «  affaires  » d’une grande partie des collaborateurs vichystes.

Le lien entre tous ces événements est toujours le même  : celui qui contrôle l’État est «  celui qui distribue l’argent  », à savoir la main oligarchique. C’est en vertu de ce dernier principe immuable que les collaborateurs vichystes de l’Allemagne nazie ont tôt fait de se transformer en collaborateurs de l’empire dominant américain pour pouvoir conserver leur rang social et leurs prérogatives économiques.

C’est ainsi que le projet d’union européenne, né dans les cercles oligarchiques dès le XIXesiècle, a pu prospérer dans un premier temps sous la domination du continent par l’Allemagne nazie et dans un second temps sous la domination du continent par les USA 14 et l’OTAN  ; domination militaire d’abord larvée pour la France (par le seul biais des armées secrètes de l’OTAN 15) puis ouverte et décomplexée depuis la récente réintégration par celle-ci, sous la houlette de Nicolas Sarkozy, du commandement intégré de l’OTAN.

On le voit, les armes ne sont jamais loin de la politique et de la géopolitique. Mais on le voit aussi, les armes sont actuellement au service d’une géopolitique entièrement dominée par l’argent collectée par l’oligarchie occidentale.

La débauche des moyens de la collecte des capitaux est d’ailleurs impressionnante, elle utilise un très large panel allant du légal à l’illégal, légalité par ailleurs entièrement dévouée à la cause de la concentration du capital.

Parmi les moyens légaux facilitant la concentration du capital, citons par exemple le contrôle – discret autant qu’efficace – des capitaux des entreprises financières par quelques personnes et l’instauration à l’échelle mondiale du système dit «  d’optimisation fiscale des entreprises. Il faut aussi, cerise sur le gâteau, mentionner le projet juridique scélérat de «  propriété économique  » 16.

Le libre-échange 17 , fait aussi parti de la panoplie juridique favorisant la concentration du capital  ; initialement prévu pour être institutionnalisé par les accords de Bretton Woods, l’oligarchie aura dû attendre la création en 1947 du GATT 18 et surtout sa descendance en 1994, pudiquement appelée OMC 19, pour voir aboutir ses ambitions commerciales prédatrices.

En bonne place des moyens légaux favorisant la concentration du capital il y a aussi le vaste mouvement de dérégulation bancaire (d’origine anglo-saxonne) lequel est intimement lié à l’ouverture du fonctionnement économique et financier à la «  théorie des jeux  » – dont l’importance dans l’analyse économique s’est considérablement accrue depuis que le prix Nobel d’économie a été attribué en 1994 par la Banque de Suède aux travaux de John Nash 20– et à la spéculation sans fin «  grâce  » au développement de la créativité débridée, élevée au rang de vertu ultime  : autorisation de la titrisation au moyen de special purpose vehicule,High Frequency Trading, autorisation des opérations des banques pour compte propre.

Tous ces moyens de concentration des capitaux autorisant in fine un contrôle total des places financières et des marchés, tous les marchés y compris ceux s’occupant des obligations d’État, par les principaux acteurs financiers de la place.

S’agissant de collecte des capitaux, il existe également un moyen (non des moindres) officiellement illégal mais faisant en réalité l’objet d’un consensus géopolitique, c’est-à-dire un moyen illégal contre lequel tout le monde fait semblant de lutter sans se donner aucun des moyens de la lutte. Il s’agit du développement d’un réseau de paradis fiscaux fondé sur l’opacité des propriétaires des entreprises et sur une législation fiscale très allégée. La lutte de l’oligarchie anglo-saxonne pour le contrôle des fonds situés dans les paradis fiscaux est passée par une lutte sans merci contre les paradis fiscaux autonomes (limités par des frontières étatiques) fondés sur le secret des comptes bancaires, la Suisse en sait quelque chose. Le tout au profit des paradis fiscaux fondés sur les trusts anonymes 21 et dominés par les établissements bancaires anglo-saxons.

Parmi les moyens illégaux de la concentration du capital : mentionnons pêle-mêle, le trafic de drogue 22, trafic d’humains en tout genre, de la prostitution au trafic d’organe 23 , trafic d’armes…

On le voit, aucun moyen pour collecter les capitaux, et par voie de conséquence pour favoriser leur concentration, n’échappe à l’oligarchie occidentale prédatrice, laquelle fait vraiment «  feu de tout bois  », le terme «  feu  » étant pris au sens propre comme au sens figuré.

Conclusion

La concentration maximale des capitaux par création fictive de monnaie au moyen de l’octroi de prêts par les banques privées de façon quasi illimitée (la seule limite consiste en le respect d’une dérisoire réserve fractionnaire 24) et par le processus de captation du capital et des biens ci-dessus décrit apporte à l’oligarchie les moyens de financer des guerres légales et illégales, licites (faite par des armées régulières) et illlicites (faites au moyen de mercenaires dument rétribués, contras au Nicaragua, jihadistes en Syrie etc…).

Cette énorme concentration de capitaux permet aussi la création ou la facilitation de l’apparition «  d’ennemis  » qui se retournent, immanquablement, contre les populations appauvries par l’accaparement érigé en système.

Ce cercle, vicieux pour les peuples, et vertueux pour les tenants de l’oligarchie, dure déjà depuis plus d’un siècle. Nous avons ainsi connu différents «  grands ennemis  » financés  : le bolchevisme 25, le nazisme 26, aujourd’hui l’islamisme intégriste avec l’apparition de groupes de mercenaires bientôt constitués en État (État Islamique) 27.

La conclusion ultime de cet exposé est que les peuples du monde, au premier titre desquels le peuple français bercé de l’illusion révolutionnaire, doivent s’organiser en dehors de tout système de parti politique pour s’approprier leur destin collectif  ; une telle action est seule de nature à permettre le rejet par les populations de la prédation économique, laquelle se transforme immanquablement en prédation tout court.

Permalien de l'image intégrée

Valouchkaïa Septembre 2015

http://www.geopolintel.fr/article976.html, illustration  Lupus

 

Étiquettes : , ,

Societés secrètes : Qui sont les illuminatis ?

Tiens, des grands médias s’y mettent aussi … ‘La théorie du complot est maintenant une thèse acceptée, mais qui des fois, revient sous l’expression, parfois chuchotée plutôt qu’exprimée.  » Les Illuminatis  » ‘  ah, Quand même, c’est exactement ça : je trouve que c’est un terme décrédibilisant, je préfère entre autres, les termes « élite oligarchique » ou « mondialistes » !  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été

 » Une vague affiliation de millionnaires et de milliardaires  » (Paul Simon).


 » Le monde est gouverné par des personnages très différents de ce qui est imaginé par ceux qui ne sont pas dans les coulisses »
(Benjamin Disraeli).

 » Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je me fous de qui fait les lois » (Mayer Rothschild).

La théorie du complot est la théorie selon laquelle une grande partie du monde est secrètement gouvernée par un petit groupe d’hommes qui opèrent dans les coulisses. La théorie du complot est maintenant une thèse acceptée, mais qui des fois, revient sous l’expression, parfois chuchotée plutôt qu’exprimée.  » Les Illuminatis « .

Que cela signifie-t-il? Qui sont les Illuminatis ? Ils sont par essence, un cartel de banquiers et d’industriels internationaux basés en Europe Occidentale et en Amérique du Nord. Les noms de certaines familles reviennent depuis de longues périodes de temps. Certains des noms les plus importants sont Rothschild, Rockefeller, Morgan, Lazard, Warburg, Schroder et Schiff.

La famille pivot est probablement la maison de Rothschild, les descendants de Mayer Rothschild (1743 – 1812) de Francfort. Sous-entendu les descendants mâles de cette famille, pour au moins deux générations, généralement des cousins germains mariés ou même des nièces. La famille a créé des institutions bancaires à Vienne, Londres, Naples et Paris ainsi que Francfort. Depuis le Moyen Age, ces familles bâtissent leur pouvoir en prêtant de l’argent à des taux d’intérêt aux monarchies et aux gouvernements d’Europe qui étaient en permanence endettés, en particulier en temps de guerre. Au lieu d’imposer la taxe sur la population pour collecter des fonds, une mesure toujours impopulaire, ils ont généralement préféré emprunter de l’argent aux prêteurs d’argent. Ce fut la naissance du concept de « la dette nationale. «  Les pays du monde sont pour toujours endettés, mais là où il y a un débiteur, il y a un créancier – A qui cet argent-t-il dû ? Il est dû à cette coterie de banquiers internationaux.

Au XIXe siècle, la puissance de la famille Rothschild était immense. Ils ont agrandi leur richesse par beaucoup de ruse et habileté, tout en conservant un profil public bas. Un exemple notable de leurs méthodes était la façon dont ils ont exploité la bataille de Waterloo. Les Rothschild avaient des espions surveillant le déroulement de la bataille et dès qu’il est devenu évident que Wellington avait gagné, un agent Rothschild a voyagé à la vitesse maximale vers Londres, où il est arrivé des heures avant le propre messager de Wellington. Rothschild a reçu le messager et a commencé à vendre ostensiblement ses actions. L’ensemble du marché boursier a supposé que Wellington avait perdu et que Napoléon avait gagné, ainsi tout le monde se mit à vendre ; à ce moment, d’autres agents de Rothschild ont acheté d’énormes quantités stocks à des prix dérisoires. Ainsi, une fortune déjà massive s’est agrandie énormément.

La famille Rockefeller serait tout aussi importante. La figure centrale de cette famille était J. D. Rockefeller, qui a fait fortune à travers la Standard Oil ou Esso en Ohio et en Pennsylvanie. Il contrôlait aussi les chemins de fer. Lorsque les systèmes rivaux de transport routier ont été établis il a tenté de les bloquer en stationnant ses trains au travers des routes aux passages à niveau. Sa technique de base dans les affaires a été l’élimination de concurrents à tout prix, suivie de la création d’un monopole, suivie de la collection de bénéfices.

Il a rapidement gagné une renommée par son énorme richesse, le sens du secret et une rude et sale pratique des affaires. Dans ses dernières années, il avait une apparence rude et décharnée, et pour effacer sa mauvaise « image publique » JD plus ou moins inventa l’industrie des relations publiques. Il fit faire des courts métrages de lui-même, conçus pour charmer le public, le montrant en train de jouer au golf avec un petit enfant par exemple. Ce film a été montré à la télévision récemment. Il avait un air plutôt faux et amateur mais était très efficace avec le public de ce temps.

Les Rockerfellers ont actuellement des parts majoritaires dans Exxon (la plus grande compagnie au monde) et Chase Manhattan Bank, qui gère des milliards de dollars par semaine. Avec autant de milliards déjà dans leurs mains, que peut signifier plus d’argent? Évidemment, cela signifie plus de puissance et plus de contrôle sur d’autres êtres humains, mais à quelle fin et au nom de qui ?

Apparemment, au nom de Lucifer, l’ange déchu également connu comme le pourvoyeur de lumière, d’où le nom  » Illuminatis « , qui signifie « les illuminés « . Lucifer est également connu par les caractéristiques d’orgueil, de tromperie et d’instabilité. Les Illuminatis ont apparemment été fondés en Bavière en 1770 par un certain Adam Weisshaupt, un étudiant du philosophe juif Mendelsohn, et soutenus par la famille Rothschild. La société a toujours été basée dans les loges de la franc-maçonnerie, qui a été conquise à leur profit aux niveaux les plus élevés au cours du XVIIIe siècle par des agents des Illuminatis. La Franc-maçonnerie est une institution très secrète, au point où les membres d’un niveau ne savent pas ce que font les membres d’un autre niveau. Ainsi, c’est une organisation pleine de bonhomie et d’actes nobles aux niveaux inférieurs et moyens, alors que ses motivations et actes au plus haut niveau prennent une allure obscure.

La Franc-maçonnerie et le judaïsme ont de fortes racines dans les anciens systèmes de croyances religieuses égyptiennes, et c’est cette similitude même qui a attiré les Illuminatis à la Franc-maçonnerie, car la plupart d’entre eux étaient juifs. C’est une source de controverse aujourd’hui que de se demander si elles sont toujours ou non majoritairement juives. Pas de racisme injuste intentionnel ici – Elles le sont ou ne le sont pas. Il y a certainement beaucoup de preuves pour suggérer qu’elles ne le sont pas, George Bush, par exemple est un Illuminatis de premier plan et n’est évidemment pas juif

Les Etats-Unis d’Amérique sont plus ou moins une création de la Franc-maçonnerie. Le symbole de la Franc-maçonnerie a été placé sur la pierre angulaire de la Maison Blanche, tandis que les loges franc-maçonnes assemblées suivaient la cérémonie. Le fameux « All-Seing Eye » ou « l’Œil qui Voit Tout » de la pyramide apparaît sur le billet d’un dollar. Il est l’un des principaux symboles de la Franc-maçonnerie. Ce billet porte également l’inscription en latin,  » 1776, l’année de la création d’un nouvel ordre mondial « . Si l’on joint les points formés par les étoiles des treize États originaux, on obtient une étoile de David exacte.

L’objectif des Illuminatis est le contrôle total du monde. Les seules nations qui tiennent tète à leur pouvoir sont certains pays musulmans et la Chine, mais cette résistance est limitée parce que les Illuminatis ont une écrasante puissance économique.

Il y a certaines méthodes d’asservissement et de contrôle qui sont indispensables à ce pouvoir.

La première est bien sûr, le contrôle total de tous les systèmes financiers, les emprunts et les prêts. Toutes les banques, toutes les sociétés de construction, toutes les compagnies d’Assurance doivent être sous leur contrôle. Au niveau le plus bas, même la plus petite banque sera obligée de se mettre en rang. Au plus haut niveau, la Banque Mondiale décide du sort des pays. Un fait intéressant et étonnant à noter est que la Banque de la Réserve Fédérale (ndlr : américaine) et la Banque d’Angleterre sont contrôlées par ces dynasties Illuminatis, en dépit des noms de ces banques, qui suggèrent qu’elles fonctionnent pour l’intérêt public. Il est dit qu’Abraham Lincoln et John Kennedy ont voulu changer ce système.

Le deuxième élément essentiel est le contrôle des médias. Ils sont contrôlés à la façon d’un business. Si la réunion du Conseil d’Administration, celle de la direction, celle du service des ventes ou celle du service de formation suggère que les faits doivent être présentés d’une certaine façon, qui osera les présenter différemment ? Il s’agit d’une menace implicite sur l’emploi et la carrière. Peu de gens seraient heureux de subir une rétrogradation, un licenciement ou le chômage et la plupart des gens sont si ambitieux qu’ils feront presque tout ce qui est « raisonnable » pour obtenir la faveur de leurs supérieurs. C’est ainsi que les affaires sont contrôlées, et les médias est en sont la partie la plus importante, car ils contrôlent l’esprit des gens. Les gens sont très influençables et prêtent souvent plus de crédibilité à ce qu’ils voient à la télé qu’à ce qui se passe dans leur propre rue. Les Illuminatis le savent et utilisent au maximum ce facteur de suggestibilité. L’action-clé de Lénine pendant la révolution russe était la capture de la station de radio.

Le troisième facteur dans le système de contrôle sont les universités, et à travers eux l’ensemble du système éducatif. Un effort particulier est mis sur les écoles de sociologie, de politique, d’économie et d’éducation, d’où la mise en place de systèmes «libéraux» de l’éducation souvent dégénératifs et même violents. Leurs hommes de main sont insérés dans les universités à travers le pouvoir du financement par les grandes entreprises. Puis ils étendent leur influence vers le bas, du tertiaire à l’éducation primaire et secondaire.

Le quatrième facteur est l’énorme influence exercée par deux organisations similaires, The Council of Foreign Relations aux Etats-Unis et le Royal Institute of International Affairs en Angleterre. Ces établissements sont des écoles pour hommes d’Etat, hommes d’État Illuminatis. Ils sont des points d’ancrage des hommes tels que Henry Kissinger, Zbigniew Brzezinksi et Lord Carrington. Ces deux «think tanks» ou « cercles de réflexion » ont une grande influence sur tous les gouvernements américain et britannique, peu importe le parti « au pouvoir». Les hommes d’Etat produits par ces institutions peuvent et décident du sort des nations. The fondations exonérées d’impôts sont également des instruments du pouvoir Illuminati. La Fondation Ford et la Fondation Rockefeller sont deux exemples frappants de ce type d’institution « charitable « . Elles ont été fortement impliquées dans le soutien de divers pouvoirs communistes lorsque la guerre froide était à son comble. La course aux armements du Communisme contre le capitalisme = plus d’argent et de puissance pour les Illuminatis. Donc, ce sont quelques-unes des structures à travers lesquelles les Illuminatis travaillent mais quelles méthodes utilisent-ils ?

Liguer l’un contre l’autre, en utilisant une théorie élaborée par Hegel, qui est : Thèse contre antithèse – synthèse.

Toute force tend à avoir une force antagoniste opposée. Le conflit entre les deux crée une situation nouvelle, la synthèse. Les Illuminatis s’arrangent à être la synthèse. Par conséquent, aucune situation problématique n’est  » étouffée dans l’œuf », elle est plutôt encouragée et utilisée, tout comme l’Union soviétique a été encouragée et utilisée.

L’insertion des populations immigrées dans les pays est une variante de ce processus qui consiste à diviser pour régner. Chaque groupe peut être utilisé contre l’autre.
 » Langue fourchue «  et  » esprit malhonnête « . George Orwell savait instinctivement ce qui se passait quand il a inventé ces deux expressions :

Je nie catégoriquement = Ca va arriver un peu plus tard.
Paix = guerre par d’autres moyens.

Dire une chose et en faire une autre est fondamental dans la pratique des Illuminatis. Ils croient que le public acceptera ces mensonges par paresse et des vœux pieux. Malheureusement, ils ont généralement raison.

 » Gardez-les occupés, à la ferme avec les autres animaux «  (se disent-ils). Nous sommes restés tellement occupés par les exigences de la vie (ou l’hyper occupation) que nous ne comprenons, ni participons aux décisions et événements qui fondamentalement influencent notre avenir.

Quand un évènement majeur est occasionné, il est généralement fait en secret et souvent de façon soudaine avec le prétexte que rien n’a été induit. (Puis) il y a une préparation à l’opposition, mais le conflit n’est souvent pas nécessaire car la plupart des gens ont été formatés à être si passifs qu’ils ne créeront probablement pas une opposition efficace.

L’utilisation d’hommes de paille à des postes importants. Ces hommes de paille ont la caractéristique de l ‘«obéissance servile », probablement à cause d’une faille ou de failles dans leur caractère qu’ils sont soucieux de dissimuler. La plupart des présidents des Etats-Unis entrent dans cette catégorie. La situation actuelle revient à l’esprit. Derrière l’homme de paille se tient l’homme exerçant la réalité du pouvoir, qui a longtemps été préparé pour ce poste. Des hommes comme Henry Kissinger, Zbigniew Brzezinski et George Bush (ndlr : le père) sont dans cette catégorie.

L’assassinat de leaders adversaires le plus tranquillement et plus secrètement possible, de manière à simuler une mort naturelle. Si ce n’est pas possible en raison de contraintes de temps ou d’autres circonstances limitées, des substituts sont utilisés et les suspicions sont couvertes par la tromperie, fausse accusation et, si nécessaire, plusieurs assassinats. Crises cardiaques provoquées, accidents de la route et suicides apparents sont également des méthodes d’assassinat de choix.

L’ingénierie sociale. Une racaille facilement manipulée est suffisante. Mélange de groupes de population ayant des valeurs morales qui laisse à désirer, de faibles traditions, un bas niveau d’éducation et une faible volonté collective constituent l’objectif. Ceux qui ont des aptitudes particulières peuvent être pris et formés pour servir les Illuminatis dans des tâches techniques, la sécurité, ou dans le cadre de la propagande. La classe moyenne deviendra ainsi excédentaire et sera réduite à une pauvreté relative.

Moquerie et soumission des mœurs de sociétés qui opposent de la résistance. Le contrôle des médias, des industries de la mode et des systèmes d’éducation sont des éléments essentiels de cette stratégie. «L’amour libéré», le culte de la jeunesse, la moquerie des religions chrétiennes et musulmanes tombent également dans cette catégorie.  » Je me fous de Jésus-Christ » est la déclaration récente de l’un des plus grands débutants de Hollywood. Il ne s’est probablement pas rendu compte de ce qu’il disait, ce qui fait de lui un «idiot utile». Un « idiot utile » est beaucoup plus efficace qu’un partisan conscient. Par ces moyens de subversion, des sociétés et des nations sont conquises de l’intérieur et une bataille ouverte n’est généralement pas nécessaire.

Une guerre économique implacable. C’est la vraie guerre, et elle se poursuit alors même que les bombes tombent et les balles sifflent. La partie importante est le contrôle de l’économie de l’ennemi après le conflit. Le Crash économique récent des pays d’Extrême-Orient est en réalité une affirmation de la puissance économique des Illuminatis, une expression de leur domination économique. Les Illuminatis contrôlent désormais 10-15% de l’économie japonaise. C’est de notoriété publique, que cela a été acheté à des prix dérisoires. En réalité, il est probable qu’ils contrôlent bien plus encore.

Contrôle et exploitation des normes de santé publique. La vente de médicaments prescrits est un énorme business générant de méga profits. Les opérations et les traitements médicaux peuvent aussi être très profitables aux grandes entreprises. Ces traitements extrêmes ont leur place, mais sont sur- utilisés pour le profit.

En fait, les grandes entreprises, en particulier les grandes compagnies pharmaceutiques, ont un intérêt direct au mauvais état de santé des populations. Ces sociétés, qui travaillent à travers la Food and Drug Administration américaine, ont essayé de réprimer l’industrie alimentaire de la santé. En cela, elles ont largement échoué, mais maintenant l’enjeu est d’en prendre possession et la contrôler de telle manière que seule l’Elite puisse se permettre les aliments de bonne qualité.

La diffamation. Le débat factuel est ignoré quand les personnes sont diffamées. Il s’agit généralement d’une technique très efficace car beaucoup d’êtres humains sont très influençables et semblent réticents à utiliser leurs capacités de raisonnement. Ainsi, une « campagne de diffamation » peut facilement détourner l’attention des faits.

Pour conclure, il est de plus en plus évident qu’un gouvernement mondial se développe, et nombreux sont ceux qui disent que ce n’est probablement pas une mauvaise chose, mais peu de personnes ont demandé à quelle fin ce « nouvel ordre mondial » est créé. Ou se sont demandés ce qu’en seront les conséquences. Ces conséquences (ou certaines d’entre elles) seront probablement les suivantes:

• Augmentation des profits pour les grandes entreprises, l’augmentation de la pauvreté pour la classe moyenne (qu’ils méprisent). Une baisse rapide des normes morales et la promotion de la désintégration sociale.

• L’instabilité. Emplois qui ne durent pas, les quartiers qui ne durent pas(ou gardent longtemps leur structure originelle).

• L’augmentation du niveau de criminalité et de violence.

• Déclin et disparition des services publics, remplacement par des entreprises privées – qui offriront un bon service pour les rares qui peuvent se le permettre.

• Problèmes de santé déjà en cours pour la majeure partie de la population à cause du stress, des aliments de mauvaise qualité ; des additifs alimentaires; du génie génétique, de la pollution et la drogue. Il pourrait y avoir une bonne santé pour ceux qui peuvent se le permettre – seuls les riches et les gens bien informés.

• La suppression progressive des gouvernements nationaux, qui auront des pouvoirs semblables à ceux des gouvernements régionaux d’aujourd’hui.

• La formation de plusieurs conglomérats d’Etats comme les États- Unis.

Au bon moment, un leader mondial sera annoncé, un vrai cette fois. Dommage, car il aura un mépris cynique pour la plupart de l’humanité. Méritons-tons nous cela ?

Titre Original: Who Are The Illuminatis?

www.thetruthseeker.co.uk

Traduction par la rédaction du Sphinx Hebdo

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-15888.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 juillet 2014 dans général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :