RSS

Archives de Tag: NASA

La Nasa découvre un « quasi-satellite » qui tourne autour de la Terre

Un « quasi-satellite » qui tourne autour de la Terre presque parfaitement …. Un peu comme une lune . (c’est la particularité de cet astéroïde) 

Et on ne l’avait encore jamais détecté !

Par ailleurs , nous sommes au milieu d’un véritable stand de tir : Ce n’est qu’une question de temps avant qu’un géocroiseur nous percute .

Ça c’est déjà produit dans l’histoire et ça se reproduira encore et encore . Z .

Les scientifiques de la Nasa viennent de découvrir 2016 HO3, un astéroïde qui a la particularité de tourner plus ou moins près de la planète Terre.

Même s’il sera difficile d’aller poser le pied sur ce caillou, cette découverte des scientifiques de la Nasa est assez rare pour être notée ! Le Centre pour l’étude des objets géocroiseurs (Near Earth Object) de l’agence spatiale américaine vient en effet de découvrir un « quasi satellite » de notre planète terre baptisée 2016 HO3.

2016 HO3, le caillou qui tourne autour de la Terre

C’est le programme d’observation du télescope Pan-Starrs 1 situé à Hawaï et dédié à la base à la détection des astéroïdes qui pourraient venir percuter la Terre qui a découvert cet objet spatial remarquable.

 

Si à la base, 2016 HO3 ressemble à un astéroïde comme les autres à cause de sa composition et de son diamètre compris entre 40 et 100 mètres, toute sa spécificité se trouve dans sa trajectoire. Comme la planète Terre, ce dernier tourne en effet autour du soleil dans une trajectoire quasi similaire à celle de la Terre, ce qui le fait tourner plus ou moins proche de notre planète (de 38 fois la distance de la Terre à Lune à environ 100 fois cette même distance. Au contraire de l’astre lunaire, il ne peut donc être considéré comme un satellite de la Terre, car le centre de l’orbite de 2016 HO3 est le soleil et non la planète bleue. Les scientifiques appellent ce type d’objet un « quasi satellite ».

Un « quasi-satellite » à la trajectoire presque parfaite !

Selon les scientifiques, la trajectoire de 2016 HO3 lui permettra de rester un « quasi-satellite » de la Terre pendant plusieurs centaines d’années avant de s’éloigner définitivement.

Le précédent « quasi-satellite » remarquable de la planète Terre était baptisé 2003 YN107 et n’était resté qu’une dizaine d’années en orbite.

Crédits Photos : Nasa/JPL

source

 
1 commentaire

Publié par le 17 juin 2016 dans Espace, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , ,

NASA et la 9ème planète, des extraterrestres morts, Mars trop froide, le résumé de la semaine !

Et si les extraterrestres étaient tous déjà morts ?

L’espace, c’est la vie ! En tout cas, c’est ce qui vous a le plus intéressé cette semaine. Vous l’avez compris, c’est l’heure du résumé de la semaine.

Vous avez probablement entendu parler de cette neuvième planète qui pourrait bien se cacher dans les tréfonds de notre système solaire. Vous savez donc que cette théorie a été faite à partir des objets qui se trouvent dans la ceinture de Kuiper. Ces derniers semblent tourner autour de quelque chose qu’on ne peut pas voir, du moins selon les estimations de Konstantin Batygin et Mike Brown. Le meilleur moyen de savoir si cette hypothèse, qui n’est qu’une hypothèse pour le moment, est vraie ou non est de chercher cette planète. C’est ce que compte faire la NASA. Jim Green, directeur de la science planétaire dans l’agence spatiale américaine a personnellement partagé son excitation pour cette potentielle découverte. Nous attendons donc confirmation avec impatience, si toutefois cette planète existe.

Pour continuer dans ce thème, parlons maintenant des extraterrestres. De nombreuses théories parlent de la création d’une intelligence extraterrestre. On parle de planète habitable et de création de forme de vie. Mais nous ne parlons jamais d’évolution. Et si les extraterrestres étaient tous déjà morts ? C’est ce qu’une nouvelle étude développée par des astronomes de l’Université Nationale Australienne suggère. Selon cette dernière, les nouvelles planètes sont très fragiles et la vie qui s’y trouverait devrait évoluer à la même vitesse que ces planètes pour survivre. Sur Terre, la vie a permis la régulation de notre atmosphère, c’est ce qui a fait que notre planète est habitable. Mais si la vie extraterrestre n’a pas évolué assez rapidement, il se peut qu’elle soit morte il y a bien longtemps. Bien entendu, tout ceci n’est qu’une hypothèse à prendre avec des pincettes.

La NASA est à la recherche de la 9ème planète

Source

 

Étiquettes : , , , , ,

NASA : les pôles magnétiques de la Terre «commutent» avec des conséquences catastrophiques pour l’humanité !!

Le champ magnétique de la Terre (à gauche) serait parti, nous laissant à la merci des éruptions solaires

Le champ magnétique de la Terre (à gauche) serait parti, nous laissant à la merci des éruptions solaires

L’humanité n’a pas connu d’inversion polaire depuis… 780 000 ans! Aujourd’hui, les prémisses de ce cataclysme se font déjà sentir.

Pour mieux comprendre en quoi le champ magnétique terrestre et ses pôles sont si importants, il faut regarder vers Mars, ses déserts de sable, ses paysages éteints et ses fortes radiations: si la Planète rouge est aujourd’hui dans un tel état, c’est justement parce qu’elle a perdu son champ magnétique. Celui de la Terre est encore solide, mais pour combien de temps ? A ce rythme-là, les scientifiques prévoient qu’il pourrait disparaître totalement dans quelques milliers d’années.

Aujourd’hui, on est encore loin de la catastrophe. Et le champ magnétique de la Terre est encore là pour longtemps. Mais un autre phénomène pourrait toutefois bouleverser les équilibres naturels sur notre planète: une inversion polaire — ce moment où les pôles Nord et Sud échangent leur place…


Selon Express.co.uk :

L’agence spatiale américaine a confirmé les craintes que nous pourrions nous diriger vers un événement extraordinaire, qui verrait les compas perdre le nord si les pôles magnétiques se déplacent. Les climatologues estiment que nous nous dirigeons vers une inversion du champ magnétique de la planète, un événement qui est arrivé avant et a qui on a attribué l’anéantissement des espèces de Néandertal.Bruce Jakosky, chercheur principal à l’Université du Colorado, a dit que lorsque l’inversion aura lieu, le champ magnétique de la Terre qui empêche le rayonnement dangereux du Soleil de passer à travers, serait neutralisée pendant environ 200 ans.Il a révélé les détails lors d’une annonce historique sur la façon dont Mars a perdu 99% de son atmosphère et ses océans qui pourrait avoir hébergés le début de la vie.M. Jakosky a expliqué que Mars avait été balayé par les vents solaires, qui avait dépouillé de son atmosphère, il y a des milliards d’années, aux débuts de notre système solaire.Il a dit: «Quand le renversement des pôles (Polar Shift) arrivera,  la Terre n’aura pas de champ magnétique pendant environ 200 ans. »Pendant ce temps, des explosions solaires dépouilleront notre atmosphère comme ils l’ont fait il y a des milliards d’années sur Mars.Mais il a ajouté que, heureusement, 200 ans ne seraient pas assez long pour que le soleil  réduise considérablement notre atmosphère , conduisant la vie à s’éteindre.

Le champ magnétique terrestre est déjà affaiblie

Le champ magnétique terrestre est déjà affaibli

La terre pourrait être impuissante à se défendre contre les explosions de rayonnement solaire du Soleil pour un maximum de 200 ans, nous laissant avec des risques de cancer de la peau et des pannes de communication électroniques dans le monde, ont mis en garde des scientifiques de la NASA .

Michael Myer, chercheur principal pour la mission de la NASA sur Mars, a ajouté que le soleil avait été beaucoup plus puissant dans les premiers stades du système solaire quand Mars avait été continuellement bombardée, et, malgré ceci, le processus avait pris des milliards d’années, et il y a toujours un pourcentage de son atmosphère qui est resté.Cependant, les scientifiques admettent que 200 ans sans blindage magnétique pour se défendre contre les tempêtes solaires, qui causent les aurores étonnantes de l’hémisphère Nord de la terre quand les rayons frappent le champs magnétique, aurait des conséquences pour nous.Le champs magnétique est notre première ligne de défense contre les rayons UV nocifs, et tout amincissement de l’atmosphère pourrait augmenter le risque de cancer de la peau.Sans champ magnétique, ou avec un qui est réduit de façon significative, ça pourrait détruire les installations de communications mondiales, les alimentations, et même provoquer des incendies et des émeutes dans les rues, selon certains chercheurs.Il y a même des prophètes de malheur qui ont prédit qu’une inversion des pôles magnétiques du nord au sud déplacerait les continents si violemment qu’il  déclencherait des tremblements de terre de masse, un changement climatique rapide, des extinctions et une destruction globale.Les géologues ont déclaré que l’événement d’inversion des poles est arrivé un certain nombre de fois dans l’histoire de la Terre – le dernier il y a 780.000 ans au cours de l’âge de pierre.Alan Thompson, chef du departement géomagnétisme à la British Geological Survey, a déclaré que lors des inversions (flips) précédentes: « aucun décalage des continents ou d’autres catastrophes planétaires n’ont eu lieu dans le monde entier , comme peuvent en témoigner les géoscientifiques d’après les fossiles et d’autres dossiers. »

Tremblements de terre à part, il y a une croyance scientifique que nous nous dirigeons vers un retournement des poles – qui pourrait durer moins de 1000 ans , le champ magnétique de la Terre va s’affaiblir dangereusement nous laissant à la merci des tempêtes solaires lorsque le rayonnement et les rayons X seront éjectées du Soleil vers notre planète.

Cet automne http://www.express.co.uk avait signalé ses craintes si il y avait une autre éruption solaire importante aussi puissante que la dernière plus forte enregistré à l’époque victorienne, car des milliards de livres de dommages pourraient être causés à l’économie à cause des pannes d’électricité et de communication.

Les changements les plus spectaculaires se produisent lorsque les pôles s’inversent est qu’il y a une très grande diminution de l’intensité totale du champ selon Jean-Pierre Valet, qui mène des recherches sur les inversions géomagnétiques à l’Institut de Physique du Globe

Mais il est scientifiquement acceptée que le champ magnétique a nettement faibli au cours des 160 dernières années et on pense que cela pourrait signifier nous nous dirigeons vers la prochaine grande inversion des pôles, qui pourrait survenir à tout moment et se terminer d’ici 1.000 à 10.000 ans .

Les éruptions solaires provoquent les belles aurores boréales mais nous sont actuellement protégés par la magnosphere

Les éruptions solaires provoquent les belles aurores boréales mais nous sommes actuellement protégés par la magnosphere

John Tarduno, professeur de géophysique à l’Université de Rochester, a déclaré: « les éjections de masse coronales (CME) de temps en temps se produisent sur ​​le Soleil, et parfois elles foncent directement vers la Terre.

« Certains des particules associées à ces CME peuvent être bloqués par le champ magnétique de la Terre. Avec un champ faible, ce blindage est moins efficace. »

D’autres experts ne sont pas convaincus qu’il ya une connexion entre les inversions de pôles et les extinctions d’espèces. « Même si le champ devient très faible, à la surface de la Terre, nous sommes protégés du rayonnement par l’atmosphère. De même que nous ne pouvons pas voir ou sentir la présence du champ géomagnétique maintenant, nous n’aurions probablement pas remarqué de changement significatif lors d’un renversement, », a déclaré Mme Korte.

Une chose est claire cependant une autre volte face va arriver à un certain stade et notre champ magnétique est déjà affaibli.

On croit de plus en plus qu’un patch d’inversion-alignement dans le noyau liquide terrestre sous le Brésil et l’Atlantique Sud est responsable.

M. Tarduno dit: « (Il) a diminué pendant au moins 160 ans à un rythme alarmant, ce qui conduit certains à spéculer que nous nous dirigeons vers une inversion. »

Express.co.uk – resistanceauthentique

 
1 commentaire

Publié par le 13 novembre 2015 dans Climat - Environnement, Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

« La découverte d’une vie extraterrestre intelligente est imminente » (SETI – NASA)

Orion / NASA/JPL-Caltech/T. Megeath (University of Toledo, Ohio).

Orion / NASA/JPL-Caltech/T. Megeath (University of Toledo, Ohio).

Ce n’est pas en augmentant notre capacité technique à couvrir le ciel et que la probabilité d’une vie exo-terrestre est énorme, que nous en trouverons forcément une, en couvrant plus de terrain . Ça tiens un peu du sophisme .

Non, le grand problème du programme SETI (forcément un programme de couverture) est un problème de méthodologie : comme si les ET communiquaient par radio .

Vous Imaginez un ET avec une CB ( citizen band ou CB) … ???

Non, soyons sérieux un quart de seconde. Et les américains le savent parfaitement que tout ceci, ce n’est que pour enfumer le public .  

Ce que ça signifie, c’est que tout est lié je pense, j’interpréterais cette news comme ceci :

« Il va se passer quelque chose d’énorme, et c’est imminent » . Z

Nous serons bientôt capables de chercher des signaux dans un million de systèmes solaires, un nombre suffisant pour avoir une chance raisonnable de trouver une vie intelligente.

Le site Astrowatch a organisé un débat passionnant entre des scientifiques américains reconnus, Seth Shostak, Paul Shuch, Douglas Vakoch et Gerry Harp, spécialistes de la traque d’un signe d’une vie extraterrestre. Et ils sont aujourd’hui optimistes sur notre capacité à la détecter et à la reconnaître. La technologie à notre disposition n’a cessé de se perfectionner et va continuer à le faire rapidement.

«Compte tenu de la vitesse des progrès que nous faisons au SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence), je prévoyais il y a 5 ans que nous pourrions découvrir un signal provenant d’une intelligence extraterrestre dans les 25 ans, explique Seth Shostak, Astronome et directeur du Center for SETI Research. Plus récemment, la NASA a fait une prévision identique, mais la vie n’est pas la vie intelligente. Je pense qu’ils parient avant tout sur leur capacité à trouver des preuves de vie bactérienne dans le système solaire». Pour Paul Shuch, directeur exécutif de la SETI League, «SETI est une entreprise multi générationnelle. Nous avons seulement accès à la technologie des communications et à la radio astronomie que pour une période qui équivaut à un clignement d’œil à l’échelle du calendrier cosmique. Soyons patients».

Chacune des trois approches peut réussir d’ici 2035

Douglas Vakoch, directeur des recherches sur la composition des messages interstellaires au SETI Institute est plus précis et optimiste. « «Il y a trois moyens par lesquels nous pouvons trouver une vie extraterrestre dans les 20 prochaines années. Comme nous explorons les planètes et les lunes de notre propre système solaire, nous pouvons trouver des preuves d’une vie microbienne proche de chez nous. Dans le même temps, notre capacité à détecter les atmosphères de planètes en orbite autour d’autres étoiles augmente, nous pouvons découvrir des traces de vie sur ces mondes lointains. Et comme nous utilisons les radio télescopes pour trouver des signaux émis par des civilisations avancées via le SETI, nous pouvons découvrir les traces de technologies extraterrestres. Sur ces trois technologies, seul le SETI a la capacité de faire une découverte aussi tôt que la nuit prochaine. Avec suffisamment d’engagement et de financement, chacune de ces trois approches peut réussir d’ici 2035

Gerry Harp, Directeur du Center for SETI Research, estime que «cela» peut se produire dans moins de 20 ans. «Si j’avais à faire une estimation, je dirais qu’il y a 50% de chance que nous découvrions de la vie quelque part dans les 30 prochaines années. La première génération de télescopes spatiaux capables de caractériser des planètes devrait être opérationnelle dans moins de 20 ans, mais mon estimation et que la vie ne sera pas découverte avant la deuxième générationL’autre façon de découvrir une vie extraterrestre est évidemment via SETI. Le célèbre astronomeCarl Sagan aujourd’hui disparu avait estimé qu’il y avait sans doute un million de civilisations capables de transmettre des ondes radio dans notre galaxie. En partant de cette hypothèse, nous devrions être capable de la tester dans les dix prochaines années. Je n’ai pas beaucoup de doutes qu’il y a autant de civilisations actives dans la galaxie, mais nous avons sans doute besoin de radio téléscopes plus sensibles  que ceux que nous avons ou allons avoir pour trouver E.T.»

Etudier un million de systèmes solaires

Douglas Vakoch conclut que «nous pouvons trouver un signal extraterrestre à n’importe quel moment maintenant. Et les recherches seront de plus en plus efficaces au fur et à mesure de nos progrès technologiques. Dans les 20 prochaines années, nous serons capables d’étudier avec précision environ un million d’étoiles et leur système pour des signes de civilisations avancées et c’est un nombre suffisamment grand pour avoir une chance raisonnable de trouver de l’intelligence dans le cosmos. C’est vraiment là dehors et cela cherche à établir un contact

Selon toutes probabilités, les civilisations supérieures à la notre devraient être nombreuses dans un univers de plus de 13 milliards d’années. C’est le fameux paradoxe de Fermi sur la vie extraterrestre.

Si nous ne sommes pas seuls dans l’univers «Où sont-ils?» s’interrogeait il y a 70 ans Enrico Fermi l’un des plus grands physiciens de l’histoire et l’un des inventeurs de la bombe atomique. Son paradoxe s’énonce de la façon suivante: la vie a évolué vite et irrésistiblement sur terre. Il y a plus de 100 milliards d’étoiles dans notre galaxie la Voie Lactée qui doivent pour la plupart avoir des planètes dont certaines susceptibles d’abriter la vie. La vie doit donc être extrêmement répandue dans notre galaxie et une espèce évoluée, bien plus que la notre, doit être capable de coloniser la galaxie en quelques millions d’année. Or, nous n’avons perçu aucune trace d’intelligence extraterrestre. «Mais où sont-ils?»

Nous aurons peut-être une réponse bientôt…

source

 
1 commentaire

Publié par le 18 septembre 2015 dans Espace, Exopolitique - Ufologie, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

L’opération Solar Warden : Le programme spatial étasunien le plus ultra secret révélé !

Je vous en avais parlé mais je n’ai pas encore fait mon papier dessus : l’opération Solar Warden .

En fait,  nous (les US) aurions une flotte que de nombreux scientifiques (et ufologues) pensent réelle, et sur laquelle nous avons de nombreuses et sérieuses infos et preuves, dont je vais vous en présenter certaines. 

La technologie « réelle » dont « nous » disposons (il n’y a pas  que les US) a des dizaines d’années d’avance sur ce qu’on présente au grand public .

Ce projet aurait été lancé par Ronald Reagan  dans les années 80 sous couvert du projet « guerre des étoiles », qui n’aurait été qu’une façade pour ce black project .

L’existence de Solar Warden, si elle est vérifiée, prouverait que la NASA n’est qu’un programme de couverture qui utilise les technologies obsolètes des années 40 , de propulsion avec des fusées.

Qui peut croire que nous n’avons fait aucun  progrès en 70 ans et que nous sommes restés bloqués à la technologie des fusées, qui date de l’antiquité ???!!

La première référence à Solar Warden date de Mars 2006. Une source fiable, selon les administrateurs du forum Open Minds, a révélé son existence et ses moyens : tous les programmes spatiaux ne serviraient qu’à occulter la réalité de cette flotte. Nous disposions, dès 2005, de huit vaisseaux, utilisés comme des porte-avions, et 43 « protecteurs » – qui sont des avions spatiaux.Dès lors, le Programme « futuriste » de Constellation serait lui aussi une couverture parce que nous aurions déjà un programme spatial capable de missions interplanétaires utilisant des technologies de propulsion par antigravité. 

L’un aurait été récemment perdu, suite à un accident dans l’orbite de Mars, alors qu’il tentait de ravitailler la colonie multinationale.

Cette base aurait été établie en 1964 par une équipe américano-russe..

Des preuves bien établies confirment qu’il existe une flotte secrète d’engins spatiaux à antigravité.

Par exemple, le 6 août 2007, la NASA a honoré « l’Equipe de Soutien aux Vols Habités » parce qu’elle a permis d’éviter aux vaisseaux de la NASA d’entrer en collision avec des débris spatiaux. Cette équipe faisait partie du Space Command, dont il est notoire qu’il est le principal commandement militaire qui fournit une assistance spatiale à l’U.S. Strategic Command.

« Cette récompense… souligne le soutien exceptionnel que l’équipe nous a apporté pour permettre à la navette, à la Station Spatiale Internationale et à leurs équipages, d’éviter les dangers des débris en orbite, les collisions de vaisseaux, et autres accidents potentiels qui sont inhérents aux manoeuvres en orbite.«

Toutefois, le public n’a pas connaissance que l’USAF Space Command ni le Strategic Command disposeraient d’engins spatiaux qui puissent assister la Navette ou l’ISS. Normalement, ces vaisseaux de la NASA devraient nécessiter des corrections graduelles, lesquelles prennent beaucoup de temps, et ne permettraient pas de faire face à des dangers imminents.

Selon Ted Twietmeyer, cette récompense est la preuve que des engins à antigravité existent, qui sont dotés d’armes à rayonnement de particules avec lesquelles ils peuvent détruire les débris qui se trouvent sur le chemin des vaisseaux de la NASA.

Autre exemple , que j’avais évoqué, cette note étonnante du Président Ronald Reagan, dans son Journal, qui nous parle d’une navette qui aurait la capacité d’emporter 300 passagers en orbite terrestre.

Le 15 avril 2009 The Examiner publie un nouvel article : « Les notes de Reagan & la flotte de vaisseaux à antigravité du Commandement Spatial » :

« Le 13 avril, l’Administration des Archives Nationales a diffusé 250.000 pages de documents concernant le gouvernement de Ronald Reagan. Ca représente des mois de travail avant que les chercheurs aient fini de les recenser.

Nous espérons que celà permettra, entre autres, d’éclairer un commentaire relevé dans son Journal à la date du mardi 11 juin 1985 (page 334) :

« Déjeûner avec 5 savants spatiaux de haut niveau. Passionnant. L’espace est décidément notre ultime frontière, et certaines découvertes en astronomie, etc… font penser à de la science-fiction, mais nous sommes bien dans le réel.

J’ai appris que la capacité de notre navette permettrait de placer 300 personnes en orbite. »

The Reagan Diaires (Harper Collins, 2007)

Tout cela est assez curieux parce qu’il n’existe que 7 Navettes spatiales, et que chacune ne peut embarquer qu’un maximum de huit passagers . Même en envoyant ces 7 navettes avec 8 personnes dans chacune toutes ensemble dans l’espace, nous n’arriverions jamais au chiffre de 300 passagers.

Reagan avait-il révélé l’existence de programmes hautement classifiés ?

C’est apparemment le cas, selon des dizaines d’informateurs des milieux militaires et issus de compagnies privées : le Strategic Command est l’un des dix poles de commandement dans l’armée américaine; il contrôlerait une flotte de vaisseaux à antigravité qui ont la taille de porte-avions.

Les Etats-Unis ont structuré leurs forces militaires en instituant dix commandements unifiés, chacun sous la responsabilité d’un général ou un amiral à quatre étoiles, qui dépend directement du Ministre de la Défense. Six d’entre eux servent à couvrir toutes les régions géographiques du globe.

A celà s’ajoutent quatre commandements opérationnels dont les activités militaires spécialisées sont orchestrées par un unique « Combatant Commander ». De 1985 à 2002, le Space Command a été responsable des opérations militaires dans l’espace. En juin 2002, le Space Command a fusionné avec le Strategic Command, qui a la charge des activités spatiales comme la gestion des satellites, des missile, du nucléaire, et des missions de renseignement.

Le 23 mars 1993, lors d’une réunion destinées aux ingénieurs, organisée à Los Angeles, j’en ai déjà beaucoup parlé, le Dr. Ben Rich – ancien directeur éxécutif des ‘recherches avancées’ chez Lockheed – a montré une image d’un disque noir se dirigeant vers l’espace et a déclaré :

« Nous possédons maintenant la technologie nécessaire pour ramener E.T. à la maison« .

Pourquoi Ben Rich affirmerait-il cela ???

Les rumeurs selon lesquelles les Etats-Unis possèdent une flotte ultra-secrète de vaisseaux à antigravité circulent depuis des années.

Des informateurs des milieux militaires et d’autres, issus de compagnies privées, ont ouvertement témoigné qu’ils avaient une bonne connaissance de tels engins à antigravité, comme l’Aurora et le TR-3B.

Dans son livre, « The Hunt for Zero Point« , l’analyste Nick Cook, du Jane’s Defense Weekly, écrit ceci à propos de l’Aurora : « Depuis la fin des années 80, on s’interroge sur l’existence du successeur secret du Blackbird; il s’agit d’un avion mythique nommé l’Aurora qui serait capable de voler deux fois plus vite et aux limites de notre atmosphère » (p. 14).

D’autres informateurs, comme Edgar Fouche, ancien contractant du Ministère de la Défense, ont soutenu que l’Aurora, à la suite du Blackbird [ou du SR-71] se compose de deux types d’avions hypersoniques pour aller dans l’espace :

« L’Aurora intègre le SR-75, qui est capable de voler à Mach 5, et sert de vaisseau-mère pour le SR-74, qui peut atteindre Mach 18 et aller placer des satellites dans l’espace.«

Plus spectaculaire, il y a aussi le TR-3B, de forme triangulaire, qui selon Fouche génère un champ électromagnétique intense, lequel réduit son poids de 89%.

D’après lui, le TR-3B utilise l’effet Biefeld-Brown (créé par d’importantes charges électrostatiques), puis des systèmes de propulsion plus conventionnels tels que les scramjets l’amènent à des vitesses prodigieuses. Ca se situerait bien au-dessus de Mach 18, qui est selon lui la vitesse du SR-74.

Fouche affrime que le TR-3B a un diamètre de 200 mètres, ce qui approche la taille d’un porte-avions.

AF Space Command

En réalité, depuis les années 1980, les États-Unis disposent d’une flotte spatiale secrète, sous le nom de code « Solar Warden », qui est Formée de huit vaisseaux mères en forme de cigare (chacun mesurant près de 150 mètres) et 43 petits navires « scouts ».

La Flotte américaine dans l’espace fonctionne sous le réseau naval américain et l’espace Commandement des Opérations (NNSOC) [Space Command]

Les vaisseaux de la flotte spatiale americaine sont occupés par des officiers de marine du Cadre des techniques spatiales, dont la formation leur a valu le prestigieux 6206-P (désignation de spécialité opérations spatiales) après avoir obtenu leur diplôme d’études supérieures à la Naval Postgraduate School de Monterey, en Californie, Tandis que la Marine et le corps des Marines fournit des hommes et des femmes officiers à ce programme. 

Je vous avait déjà montré cette vidéo ci dessus de l’excellente série Hangar 1 avec le témoignage direct de gary Mckinnon .

Lorsque le civil britannique Gary McKinnon a piraté les ordinateurs des États-Unis Space Command il y a plusieurs années, et qu’il avait annoncé qu’il avait eu accès à des dossiers secrets du Pentagone et de la NASA, dont une ‘liste d’officiers non-terrestres’, ainsi qu’une directive qui évoquait des ‘transferts de flotte à flotte’, et d’un programme secret appelé « Solar Warden », il a été inculpé par le ministère Bush d’avoir commis « Le plus grand hacking d’ordinateurs militaires de tous les temps  » et se tint à faire face à une peine de prison pouvant aller jusqu’à 70 ans après son extradition du Royaume-Uni.

Mais éprouver sérieusement McKinnon en audience publique, impliquerait son témoignage sur les faits ci-dessus classées, et son avocat serait en mesure de citer à comparaître des agents du gouvernement à témoigner sous serment au sujet de la flotte spatiale de la Marine.
À ce jour, l’extradition de McKinnon aux Etats-Unis fut abandonnée . 

Cette idée d’une flotte secrète, disposant de technologies avancées, capable d’intervenir pour assister la Navette et l’ISS, est également renforcée par le témoignage d’un ancien employé de la NASA.

Clark McClelland a travaillé comme opérateur pour plusieurs lancements de la Navette de 1989 à 1992. Il a déclaré avoir vu embarquer un passager immense, qui devait faire 2,5 à 2,80m et à côté de lui un engin à antigravité en forme d’aile delta.

McClelland connaissait tous les astronautes de ce programme de la NASA, et il pense que ce personnage en combinaison spatiale était un extraterrestre. On ne peut écarter la possibilité que cet être, ainsi que l’engin, aient fait partie d’une mission secrète en relation avec la Flotte de l’Espace, sous l’autorité de l’U.S. Strategic Command.

Si on considère ces preuves, émanant de diverses sources, la note du Président Reagan rédigée en 1985 dans son Journal apparait comme une reconnaissance évidente d’un programme spatial secret qui permet de transporter et de prendre en charge des centaines d’astronautes. Cette note montrerait qu’il a reçu un ou plusieurs briefings sur ce sujet. D’autres indices importants peuvent émerger des 250.000 pages de documents récemment déclassifiés. L’essentiel serait que le public soit informé des technologies d’antigravité qui ont été développées dans le plus grand secret, et qu’on utilise depuis des décennies pour envoyer des astronautes militaires dans l’espace. »Se pourrait-il que le géant, accompagnant deux autres astronautes, fasse partie d’un groupe d’officiers ‘non-terrestres’, qui peuvent apporter leur soutien aux programmes de la Navette, sous l’égide du Space Command de l’US Air Force ?

Si Solar Warden a permis d’établir une colonie sur Mars, en utilisant des systèmes de propulsion à base d’antigravité, ça pourrait expliquer pourquoi les recherches sur l’antigravité sont devenues hautement classifiées vers le milieu des années 50.

Ca expliquerait également pourquoi les chercheurs civils qui étaient parvenus à répliquer les technologies d’antigravité furent brutalement écartés ainsi que c’était arrivé pour Otis T. Carr en 1961.

Cette mise à l’écart a été révélée pour la première fois en 2007 grâce au témoignage de Ralph Ring, l’ancien fidèle de Carr. (vidéo ci dessus) 

Les témoignages d’informateurs et d’experts se multiplient, qui attestent de l’existence d’un tel programme spatial.

Farfelu tout ça dites vous, tous ces éléments ne vous convainquent pas encore ?

Hé bien Pour finir, la preuve la plus significative selon moi que tout ça est bien réel, nous viens de l’Astrophysicien JPP (jean pierre petit), le plus grand astrophysicien français vivant, rien de moins, qui confirme que les étasuniens ont bien mis en oeuvre des blacks projects et qu’ils disposent de « vaisseaux qui sont en train de visiter l’univers en ce moment même » . (vidéo ci dessous, et j’en ai déjà aussi beaucoup parlé par le passé)

Il a eu confirmation au début des années 2000 par des hauts gradés étasuniens, qui se sont d’ailleurs basés sur ses propres travaux, que Aurora (ou le TR 3B) n’était pas qu’un mythe : il est bien réel … et en action .

Donc à moins que vous ne pensiez que JPP soit FOU …

Voilà un affaire qui montre que nous avons surement une lecture erronée de pas mal d’événements dont l’actualité, et qui ouvre pas mal de portes ….

Sources diverses sur le net – resistanceauthentique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Nasa : un vaisseau automatique ira prélever un rocher sur un astéroïde

Bon c’est un grand progrès, mais c’est pas demain qu’ils iront exploiter les ressources d’un astéroïde, du moins du point de vue de la science « officielle » . Sachant qu’il y a de grandes chances qu’il y ait 2 NASA : une pour le grand public, une pour les « blacks programs » . Z .

La Nasa a décidé de lancer un vaisseau automatique en 2020 pour aller prélever un rocher sur un astéroïde.

La Nasa a donné plus de détails sur sa Mission Asteroid Redirect (ARM), qui n’a désormais plus pour objectif de remorquer un astéroïde entier. Au lieu de cela, un vaisseau spatial sans équipage doté d’un moteur à propulsion solaire électrique se rendra sur l’un des trois astéroïdes potentiels en 2020. Lorsque l’engin arrivera en 2022, il utilisera des bras robotiques pour prélever un petit rocher de l’astéroïde, avant de passer un certain nombre d’années à remorquer le rocher sur une orbite stable entre la Terre et la Lune.

Pour le moment, la Nasa a sélectionné trois astéroïdes potentiels, Itokawa, Bennu et 2008 EV5. C’est ce dernier qui est pour le moment le favori. Mais l’agence continue à en rechercher d’autres, ayant accru de 65% depuis la création de la mission ARM, sa détection des astéroïdes dont l’orbite croise près de celle de la Terre.

L’agence spatiale prévoit d’envoyer une équipe d’astronautes pour étudier le rocher en 2025 en utilisant la capsule Orion, le même engin spatial qui devrait éventuellement emmener les premiers humains sur Mars. Ils seront également chargés du retour des échantillons sur Terre. Les astéroïdes sont rocailleux et plein des métaux précieux, ce qui signifie qu’ils pourraient nous en apprendre beaucoup sur la formation de notre système solaire.

«Les astéroïdes sont un sujet très chaud pas seulement parce qu’ils peuvent être une menace pour notre planète mais aussi pour leur valeur scientifique», explique Jim Green, responsable des sciences planétaires à la Nasa. « Ils sont des restes de la formation de notre système solaire et contiennent de nombreuses molécules datant de cette période. »

Jusqu’à présent, la Nasa a identifié plus de 12 000 astéroïdes dont l’orbite croise celle de la Terre. Environ 96% dépassent un kilomètre de largeur.

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 avril 2015 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Sécheresse historique en Californie, qui redevient vite un désert : elle pourrait bientôt manquer d’eau, et il n’y a pas de plans d’urgence …

Décidément, les problèmes s’accumulent , sachant que la sécheresse en Californie peut durer des centaines d’années ! 

Oui vous entendez bien … les cycles de sécheresse dans la région sont de cet ordre .

Personne ne peut savoir combien de temps ça va durer . 

Donc si l’année prochaine l’eau n’est pas revenue on pourrait avoir des millions de personnes qui vont devoir déménager, une catastrophe humanitaire de grande ampleur couve donc . Z .

Il était une fois, une grande partie de l’état de Californie qui était un désert aride. Et maintenant, grâce à la pire sécheresse de l’histoire américaine moderne, une grande partie de l’état  redevient un désert aride.   Les scientifiques nous disent que le 20e siècle a été le plus humide siècle que l’État de Californie avait vu en 1000 ans.Mais maintenant, les conditions météorologiques sont revenues en arrière à des normes historiques, et la Californie est en marche rapidement vers une pénurie d »eau. Il est rapporté que l’état ne dispose que d’environ un approvisionnement d’un an en eau restant dans les réservoirs, et quand toute l’eau sera parti il n’y a pas de plans d’urgence.

Retour au début de 2014, le gouverneur de Californie Jerry Brown a déclaré une urgence sécheresse pour l’ensemble de l’Etat, mais depuis que l’utilisation de l’eau a seulement baissé de 9 pour cent. Ce ne est pas assez.  L’État de Californie a perdu plus de 12 millions d’acres-pieds d’eau au total, par an depuis 2011, et nous nous dirigeons rapidement vers une crise de l’eau extrêmement douloureuse comme on avait jamais vu avant.

Selon le Los Angeles Times , Jay Famiglietti « est le scientifique principal de l’eau  au Jet Propulsion Laboratory de la NASA  / Caltech et professeur de sciences de la Terre à l’UC Irvine ». Et ce qu’il a à dire à propos de la sécheresse terrible en Californie  est extrêmement décevant

Il a déclaré que le volume des eaux souterraines est en chute libre et s’épuisent rapidement dû à une sécheresse qui dure depuis des années laissant entrevoir que les ressources hydriques pourraient être taries d’ici un an en Californie. Il suggère immédiatement le rationnement de l’eau.

« La Californie n’a pas de plan d’urgence pour une période de sécheresse persistante comme celle-ci (sans parler d’un méga-sécheresses de plus de 20 ans), sauf, apparemment, à prier pour que la pluievienne« , a déclaré Familglietti.

Selon les médias :

Le « golden state » (« Etat doré ») vit actuellement l’une des pires sécheresses de son histoire. Jay Famiglietti un chercheur de la Nasa spécialisé dans le cycle de l’eau et également professeur à l’université de Californie vient de tirer la sonnette d’alarme. L’Etat risque d’être à court d’eau l’an prochain si rien n’est fait pour améliorer son approvisionnement en eau, déclare-t-il dans une tribune publiée par The Los Angeles Times .

« La Californie n’a pas de plan d’urgence pour une période de sécheresse persistante comme celle-ci (sans parler d’un méga-sécheresse de plus de 20 ans), sauf, apparemment, en restant en mode d’urgence et en priant pour la pluie. En bref, nous ne avons pas de rame pour naviguer dans cette crise», a alerté Jay Famiglietti dans sa tribune.

Les données de la Nasa montrent que le stockage de l’eau est en baisse constante en Californie depuis au moins 2002, avant même le début de la sécheresse qui a commencé il y a quatre ans. Jay Famiglietti préconise des mesures spécifiques pour tenter de résoudre le problème, comme la mise en œuvre accélérée d’une loi qui exige de protéger durablement les eaux souterraines, un groupe de travail public axé sur les solutions immédiates et de plus long terme ainsi qu’un rationnement obligatoire.

Il estime aussi que le public devrait s’impliquer davantage. Un sondage publié en février a montré que 34% seulement des électeurs californiens sont en faveur d’une politique de rationnement obligatoire alors que 94% s’accordent à dire que le la sécheresse est «grave». La majorité des répondants – 61% – préfèrent les réductions volontaires que l’Etat actuellement encourage

http://www.zerohedge.com/news/2015-03-16/california-turning-back-desert-and-there-are-no-contingency-plans – Los Angeles Times –  resistanceauthentique – médias

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mars 2015 dans Climat - Environnement, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 046 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :