RSS

Archives de Tag: metaux précieux

Le cours de l’or monte. La faute revient-elle à la Corée du Nord ?

Cours de l'Or : cassure d’un niveau important

Le cours de l’or poursuit son rallye baissier depuis le plus haut annuel situé à 1358$.

Hier l’once est venue casser l’ancienne résistance majeure 2017 à 1296,18 et pourrait accélérer cette tendance vers le support à 1288,9. Le franchissement de ce dernier pourrait conduire l’or sur la moyenne mobile 100 j à 1273$.

L’once subit le contrecoup de la hausse des taux : en effet, la Fed, qui va réduire son bilan dès octobre, laisse aussi entendre par les ‘dots charts’ que son principal taux directeur serait très probablement porté, mi décembre, de 1-1,25% à 1,25-1,50%, ce que le consensus a maintenant intégré. D’où la tension les taux longs, comme le rendement du T-Note à dix ans passé de 2,03% le 7 septembre à près de 2,28% hier. Même s’il est revenu à 2,27% ce midi, ce qui peut aider l’once à souffler, d’autant que le dollar reste à la peine contre l’euro.

Le cours de l’or monte. La faute revient-elle à la Corée du Nord ?

Cet article de Sputnik revient sur l’or et les manipulations des cours.

Certes les cours sont largement manipulés, et cela n’est même plus un secret de polichinelle puisque les banques qui “tenaient” les cours de l’or ont été condamnées par les autorités justement pour manipulation des cours avec une amende somme toute très raisonnable pour services rendus vraisemblablement.

Le problème avec le fait de crier à la manipulation, c’est que cela ne change rien justement au cours auquel vous allez acheter ou pas votre or !

Le cours c’est le cours, qu’il soit manipulé ou pas, il donne le “la” sur le marché.

En conséquence, c’est un débat dans lequel je ne rentre pas parce que je suis pragmatique, et que de manière factuelle, ce qui fait la valeur de l’or c’est la valeur que lui donne le marché, peu importe si le marché a tort, si le marché est méchant ou gentil, manipulé ou pas.

La réalité c’est que si tous les marchands vous vendent le kilo de carottes à 1,90 €, eh bien le prix d’un kilo de carottes c’est 1,90 €, vous rouler par terre n’y changera rien.

Mieux vaut donc se concentrer sur les fondamentaux et les fondamentaux restent en tout point excellents pour l’or.

Charles SANNAT

Les essais nucléaires réalisés par la Corée du Nord provoquent entre autres la hausse du prix de l’or, qu’on explique par le désir de se protéger face à la crise et d’investir dans une valeur sûre. Quoi qu’il en soit, Dimitri Speck, spécialiste munichois des marchés de l’or, a déclaré à Sputnik qu’il ne s’agissait que de manipulations.
À l’heure actuelle, les investisseurs placent de plus en plus leur argent dans l’or par crainte de crises, comme notamment la crise nucléaire nord-coréenne, a admis Dimitri Speck dans un entretien accordé à Sputnik, commentant certains aspects d’une « politique monétaire opaque ».

L’instabilité politique fait grimper les prix de l’or

« Quand le 5 août 1993, des manipulations du prix de l’or ont commencé, cette initiative émanait des banques centrales. Autrement dit, d’Alan Greenspan, chef à l’époque de la Réserve fédérale des États-Unis (FED), qui voulait que le prix de l’or ne dépasse pas 400 dollars », a raconté l’interlocuteur de l’agence.

Et d’ajouter que le dollar américain était le principal bénéficiaire de ces manipulations.

Dans son livre sur la manipulation du prix de l’or, The Gold Cartel, Dimitri Speck explique comment les banques centrales et les bullion banks manipulent, de manière très opaque, le prix de l’or avec des produits dérivés.

L’expert décrit comment, avec le carry trade, l’or est prêté par les banques centrales et comment elles investissent les profits dans des instruments ayant un meilleur rendement afin de profiter de l’écart entre les taux d’intérêt.

Les spécialistes des métaux précieux sont de plus en plus nombreux à penser que le cours de l’or et de l’argent ne reflète pas leur valeur réelle. La déconnexion totale entre le cours spot papier et les marchés de l’or et de l’argent physique serait le fruit d’une manipulation des banques centrales.

On sait également que les gouvernements en général, et les États-Unis en particulier, interviennent toujours dans toute sorte de marchés.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 22 septembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , ,

« La plus grande crise de notre histoire approche à grand pas, et personne ne semble s’en soucier »

Résultat de recherche d'images pour "dollar in gold 1900"

Selon Investopedia, « le risque désigne la possibilité d’avoir un rendement réel des placements différent du rendement espéré. Le risque inclut la possibilité de perdre une partie ou l’intégralité de l’investissement original ».

Cela résume tout. Le risque signifie que vous pourriez perdre une partie ou l’intégralité de votre investissement. Normalement, les valorisations tiennent compte du risque. Mais les risques suivants sont-ils bien évalués ?

UN MONDE TRÈS RISQUÉ

Guerres

  • Corée du nord – Corée du sud – États-Unis – Japon – Chine – Russie, guerre nucléaire ?
  • Ukraine – États-Unis – Russie
  • Syrie – Israël – États-Unis – ISIS – Al-Qaeda – Arabie saoudite, Yemen – Iran, Irak etc.
  • Chine – Inde – Pakistan – Afghanistan – États-Unis
  • Plusieurs autres

Guerre civile et terrorisme

  • Dans la plupart des pays, y compris les États-Unis et l’Europe

Risques économiques

  • Dette mondiale de 230 000 milliards $ — qui ne sera jamais remboursée, ni ne pourra être financée lorsque les taux se normaliseront
  • Passifs non capitalisés de 250 000 milliards $ — ne seront jamais honorés
  • Bilan des banques centrales à 20 000 milliards $ – toutes insolvables
  • Les États-Unis sont insolvables – ils s’appuient sur un dollar surévalué et leur armée
  • L’explosion de la dette de la Chine, de 2 000 milliards $ à 40 000 milliards $, depuis 2000 – une bulle massive
  • La plupart des pays industrialisés et émergents survivent grâce à l’assouplissement quantitatif (QE) – c’est insoutenable
  • Le système de papier-monnaie – les devises se dirigent vers zéro

Risques financiers

  • Marchés mondiaux des dérivés de 1,5 quadrillion $ – ils imploseront tous lorsque les contreparties feront défaut
  • Système bancaire européen en faillite – ne survivra probablement pas
  • Système bancaire mondial sous effet de levier de 20 à 50
  • Des bulles dans la plupart des classes d’actifs – actions, obligations, immobilier

Risques politiques

  • Le président des États-Unis est « canard boiteux » – risque d’actions irrationnelles ou pas d’actions du tout
  • L’élite européenne – non élue et non redevable – détruit l’Europe
  • Tendance à la mondialisation et au socialisme – très dangereux pour la stabilité mondiale

Cette liste des risques n’est certainement pas exhaustive.

Pour résumer en une phrase : Le monde fait face à des risques de guerres (nucléaires) majeures, d’effondrement économique et financier, ainsi qu’à des révoltes politiques et sociales. Si un seul de ces risques venait à se réaliser, cela suffirait à changer le monde pour longtemps. Nous vivons dans un monde complètement interconnecté, et le danger réside dans l’effet domino, qui déclenchera un événement après l’autre, jusqu’à ce que ces risques deviennent réalité.

Mais le monde se croit entièrement à l’abri des risques. Ces risques ne sont pas intégrés dans la valorisation des marchés financiers. S’ils l’étaient, nous n’aurions pas de tels sommets historiques et de telles surévaluations dans les actions, obligations et l’immobilier. Les banques centrales ont réussi leurs expériences pendant si longtemps que les marchés ignorent totalement le risque. Il semble que l’impression monétaire illimitée, l’expansion du crédit, la manipulation des taux d’intérêt et la dévaluation des devises soient la solution durable pour un monde vivant au-dessus de ses moyens. Mais, pour berner les gens, il faut aussi manipuler l’information, et c’est là que les fake news entrent en scène. Il faut constamment manipuler les données financières et économiques, et changer la base des calculs.

UN NOUVEAU PARADIGME, OU LA PLUS GRANDE CRISE DE L’HISTOIRE ?

La plus grande crise de notre histoire approche à grand pas, et personne ne s’en soucie outre mesure. Si les participants au marché assimilaient le risque, ils se seraient déjà retranchés dans des bunkers (suisses, de préférence). Mais au lieu de cela, ils continuent d’acheter les actions surévaluées du secteur des technologies, de l’immobilier, des crypto-devises et d’autres actifs, tous surévalués massivement. Ils subiront bientôt le choc de leur vie.

Mais cette folie spéculative est souvent la norme à la fin d’une ère de bulles. Tout juste avant le krach de 1929 et la dépression de 1930, l’optimisme était à un sommet et les participants au marché, ainsi que les politiciens, étaient certains qu’il s’agissait d’un nouveau paradigme qui durerait pour toujours.

LES MARCHÉS DES DEVISES NOUS RÉVÈLENT LA VÉRITÉ

Tandis que la plupart des marchés financiers ne s’inquiètent pas du risque, le marché des devises, lui, reflète vraiment la manière dont le monde voit l’économie américaine, ses marchés et, aussi, sa situation politique.

Il est très difficile de manipuler le FOREX. Avec un volume mondial quotidien de plus de 5 000 milliards $, aucune banque centrale ne peut faire bouger ce marché toute seule. Une manipulation concertée des banques centrales a déjà fonctionné auparavant, mais la coopération est chose du passé. Aujourd’hui, tous les pays souhaitent dévaluer leur devise. C’est pourquoi nous voyons constamment des dévaluations compétitives, dans une course vers le bas. Ces cent dernières années, toutes les devises ont perdu 95-97% de leur pouvoir d’achat. La descente finale vers zéro se fera probablement dans les cinq à huit prochaines années. Cela représente, en réalité, une perte de 100% à partir d’aujourd’hui.

 

 

 

La plupart des Américains ne se soucient pas de la valeur de leur monnaie. Ils ne savent pas que, par exemple, s’ils avaient visité la Suisse en 1971, ils auraient obtenu 4,3 francs suisses pour un dollar. Aujourd’hui, ils n’en obtiennent que 0,95. Soit une perte de pouvoir d’achat par rapport au franc suisse de 80% depuis que Nixon a mis fin à l’étalon-or. Les mouvements des devises révèlent la (mauvaise) gestion économique d’un pays. La perte constante de valeur du dollar par rapport à la plupart des autres devises, ces dernières décennies, indique clairement que les États-Unis se dirigent vers la faillite. Les jours du dollar en tant que devise mondiale sont comptés. Le monde n’a pas besoin d’une devise de réserve, et encore moins d’une devise en déclin chronique à cause d’une mauvaise gestion économique. Les jours du pétrodollar arrivent à leur fin. La Chine et la Russie surveillent cela de près.

Il y a très peu de respect en Europe ou en Asie pour la situation politique actuelle des États-Unis. Encore moins pour leur situation économique et leur devise. Juste après l’élection de Trump, le dollar a réagi en direction opposée des marchés américains. Le dollar a atteint un sommet en décembre 2016, et est maintenant en déclin par rapport à toutes les devises. Par exemple, l’indice du dollar a décliné de 12% en 2017.

 

 

UNION EUROPÉENNE ET EURO : UNE EXPÉRIENCE RATÉE

L’euro a grimpé de 16%, par rapport au dollar, au cours des neuf derniers mois. L’euro est la devise d’une expérience politique ratée. L’idée d’une seule devise pour tous était vouée à l’échec, avant même d’être lancée. Comment la Grèce ou le Portugal peuvent-ils utiliser la même devise que l’Allemagne ? Les Allemands, si efficaces, avec leur base industrielle forte, ont énormément bénéficié d’un euro relativement faible, tandis que plusieurs pays méditerranéens inefficaces se sont endettés et sont devenus moins compétitifs, à cause d’une devise trop forte. Malgré les problèmes dans la zone euro, l’euro a superformé le dollar en 2017, de 16%. Comme nous savons, il n’existe pas de valeur absolue pour une devise. Elles sont pratiquement toutes sans valeur, et sont uniquement adossées à de la dette. Mais c’est un jeu relatif. Relativement, la devise de réserve mondiale, le dollar, perd rapidement de la valeur par rapport à la construction artificielle que l’on appelle euro. L’euro, bien que condamné depuis plusieurs années, est en train remporter sa bataille contre le dollar.

 

 

L’EMPIRE AMÉRICAIN S’EFFONDRE

Quels sont les avantages du dollar ? Les États-Unis sont le plus grand empire financier au monde, et le dollar était désiré par la plupart des personnes dans le monde pendant plusieurs décennies. Comme avec tous les empires, la domination américaine est en train de s’effondrer, et le dollar aussi. La force du dollar était basée sur le fait que les États-Unis étaient la plus puissante nation industrielle au monde, avec peu de dettes et un excédent de la balance des paiements. Mais cela a changé progressivement, à partir du début des années 1960, alors que les États-Unis ne pouvaient joindre les deux bouts. Depuis, la dette des États-Unis a grimpé chaque année, pendant 56 ans. Les États-Unis ont enregistré un déficit commercial chaque année, au cours des 45 dernières années. Comme le dollar était attaqué au début des années 1970, Nixon prit la décision fatale de ne plus adosser le dollar sur rien. Lorsque l’or, le 15 août, cessa d’être l’adossement du dollar et du système monétaire mondial, peu de gens réalisèrent les effets désastreux que cette décision allait avoir sur le monde. Depuis, la dette mondiale a grimpé de façon exponentielle, et la plupart des devises ont décliné de 70-80% en termes réels.

LES RENDEMENTS DES PLACEMENTS AUX ÉTATS-UNIS SONT INSUFFISANTS

2017 est une année où plusieurs investisseurs américains ont perdu de l’argent, ainsi que du pouvoir d’achat. Comment cela est-il possible, alors que la plupart des investissements ont été forts, mesurés en dollars ? Les Américains s’inquiètent rarement de ce qu’il arrive à leur devise, puisqu’ils mesurent leur richesse en dollars. Mais sur la base du pouvoir d’achat international, les investisseurs en dollar sont perdants en 2017. Le graphique ci-dessous nous montre que le Dow Jones a décliné de 10%, en euros, depuis mars 2017.

 

 

LA BULLE GONFLERA-T-ELLE ENCORE ?

Étant donné que nous en sommes à la fin d’un cycle majeur, les bulles ont tendance à croître plus que nous ne l’aurions cru. C’est pourquoi nous pourrions voir les actions boursières continuer à monter pendant quelques mois, et les marchés de crédit continuer à ignorer le risque. Mais très peu d’investisseurs se sont enrichis en conservant leurs actions jusqu’à la toute fin d’un marché haussier majeur. Il n’y a qu’à regarder le NASDAQ à la fin des années 1990. Il a été multiplié par cinq entre 1996 et le début de 2001, et a ensuite perdu 80%. Plusieurs actions sur le NASDAQ perdirent 100%. Entre 2009 et 2017, le NASDAQ a encore été multiplié par cinq. La plupart des principales valeurs du NASDAQ se négocient maintenant à des niveaux stratosphériques. Il serait surprenant de voir une correction de seulement 80%, cette fois-ci. Il est plus probable qu’elle soit de l’ordre de 90-95% dans les années à venir.

Quel que soit le catalyseur qui déclenchera la prochaine crise, nous ne le saurons qu’après coup. Ce qui est certain est qu’il y en aura un. Quand, évidemment, est une grande question. Est-ce que cette bulle prendra encore de l’ampleur, ou bien commencera-t-elle à imploser cet automne ? Personne ne connaît la réponse. Nous savons juste que faisons face à des risques sans précédent. Ces risques sont aussi incommensurables.

La prochaine crise financière sera plus grave qu’en 2006-2009. Nous savons aussi que les outils utilisés auparavant par les banques centrales ne fonctionneront probablement plus. L’impression monétaire n’a plus d’effet pour stimuler l’économie; elle ne fait que créer des bulles d’actifs. L’arme des taux d’intérêt n’existe plus. En 2006, les taux d’intérêt à travers le monde se situaient autour de 5-6%. Aujourd’hui, il y a plus de vingt pays avec des taux négatifs, et les autres sont légèrement supérieurs à zéro. Cela n’empêchera pas les banques centrales de se lancer dans une ronde finale d’impression monétaire illimitée, menant à l’hyperinflation et au dernier mouvement des devises vers zéro. La destruction d’actifs et de richesse sera catastrophique. En termes réels, la plupart des actifs déclineront de 75-99%.

La plupart des investisseurs n’écouteront pas cet avertissement et ne sortiront pas des marchés avant d’avoir perdu presque tout leur argent. Même pour ceux qui considèrent ces prédictions comme alarmistes, ne serait-il pas sage de se doter d’une forme d’assurance ? S’il y avait un risque élevé d’incendie ou d’inondation, la plupart des gens assureraient leur maison, s’ils le pouvaient. Alors, pourquoi si peu de gens s’assurent contre les risques financiers ? Certainement parce qu’ils ne les voient pas.

ACHETEZ UNE ASSURANCE CONTRE LE RISQUE PENDANT QUE C’EST ENCORE ABORDABLE

Même si les investisseurs ne voient aucun de ces risques se matérialiser, cela ne vaudrait-il pas la peine, tout de même, de se doter d’une forme d’assurance ? L’assurance financière conventionnelle ne fonctionnera pas, si l’on regarde le risque systémique. Les puts, les swaps et autres instruments dérivés ne paieront probablement pas, à cause des défauts des contreparties. La meilleure assurance sont les actifs tangibles. Les terres agricoles et les bâtiments ont survécu à la plupart des catastrophes, à condition qu’ils n’aient pas été grevés. Le problème avec le marché immobilier est que, dans la plupart des pays, il est énormément surévalué.

Les meilleurs actifs tangibles sont l’or et l’argent physique, détenus hors du système bancaire. Comme démontré dans mon article de la semaine dernière, l’or a repris sa tendance haussière vers de nouveaux sommets, après une longue correction. Même chose pour l’argent. L’argent a cassé sa tendance baissière de cinq ans en 2016. Comme le démontre le graphique ci-dessous, l’argent est sorti de sa correction d’un an et est maintenant prêt à grimper de manière explosive.

 

 

Si les bulles continuent de grossir, le risque d’implosion augmentera aussi. Le risque atteint des proportions énormes à l’échelle mondiale. Si les marchés continuent de défier la réalité, il devient encore plus essentiel de se procurer une assurance.

Pour les investisseurs qui ne détiennent pas encore de métaux précieux, le moment est idéal pour acheter de l’or ou de l’argent physique. Lorsque vous achetez une assurance, vous devez en avoir assez pour protéger d’autres actifs et vivre confortablement de votre assurance. Je sais, évidemment, que les investisseurs ne sont pas tous dans une position confortable. Mais, que vous achetiez quelques onces ou quelques tonnes d’or, il est absolument essentiel de se couvrir. Quel pourcentage des actifs financiers devrait être alloué à l’or ou à l’argent ? Cela pourrait être moins de 5% ou plus de 50%, selon la situation de l’investisseur. Selon nous, 20-25% est un minimum.

Pour tous les investisseurs, détenir une couverture d’assurance sous la forme d’or et d’argent, contre ce qui est sans doute la situation la plus risquée de l’histoire, s’avérera une décision extrêmement sage.

Source

 
1 commentaire

Publié par le 21 septembre 2017 dans économie, général, International, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Le Congrès mexicain envisage la monétisation de sa pièce d’argent Libertad

J’en ai déjà parlé, ça fait des années que Hugo Salinas Price se bat pour remonétiser l’argent au Mexique, et l’idée fait son chemin, Salinas Price a beaucoup d’influence au mexique et il a fait basculer dans son projet de nombreux décideurs mexicains   . Z  

De par le monde, les monnaies émettent des pièces en argent ou en or avec une valeur faciale bien inférieure à leur valeur en métal, ou qui n’ont pas cours légal, si bien qu’elles ne circulent pas dans l’économie. Et lorsque la valeur faciale est conforme au cours de l’argent, cela change rapidement avec le temps en raison de l’inflation. Les propriétaires de pièces préfèrent alors les vendre à un prix supérieur à leur valeur faciale afin qu’elles soient fondues pour leur « valeur métallique ». Au Mexique, le Congrès pourrait changer les choses : l’idée est de créer une formule qui ferait évoluer la valeur faciale de la pièce d’argent Libertad en fonction des cours internationaux.

Cet article de SRSRoccoReport.com évoque l’information qui a été relayée par Hugo Salinas Price, le milliardaire mexicain qui est aussi un grand partisan de l’argent métal, puis tente de mesurer l’impact que pourra avoir cette loi si elle devait être ratifiée :

Il y a eu récemment un débat au congrès mexicain concernant la proposition de monétiser la pièce d’argent Libertad. Le débat a eu lieu dans le cadre du forum de « Promotion de l’épargne des Mexicains ». Si le Mexique devait décider de monétiser cette pièce, cela pourrait avoir un impact important sur le marché de l’argent et le cours du métal.

Libertad pièce d'argent

Mais quel serait cet impact ? Il pourrait être important si on prend en compte les grandes quantités d’argent métal utilisées de par le passé par le Mexique pour la fabrication de pièces. Avant de nous plonger dans les statistiques, voici d’abord des informations concernant le débat qui a eu lieu au congrès mexicain via Hugo Salinas Price :

« La pierre angulaire de la proposition est que la Banque centrale mexicaine (Banxico) déterminera une valeur en pesos pour la pièce Libertad d’une once d’argent ; cette valeur pourrait être légèrement supérieure (d’un pourcentage qui serait fixé par la loi) au cours de l’argent sur les marchés internationaux, ce qui permettrait à Banxico d’engranger un profit garanti pour la fabrication et la mise en circulation monétaire de ces pièces. (…)

Si le cours de l’argent devait grimper, Banxico fixerait une valeur en pesos plus élevée pour les pièces Libertad, conformément à la formule définie par la loi. De cette façon, la pièce pourra continuer de circuler vu qu’elle est dénuée de valeur faciale. Cela lui éviterait de subir le sort des anciennes pièces d’argent, qui disposent d’une valeur faciale en pesos et qui finissent dans un tel scénario à la raffinerie.

Car la plupart de ces pièces anciennes, lorsque leur valeur en argent métal dépasse la valeur en peso estampillée, finissent par être fondues. Ce qui permet aux propriétaires d’engranger un profit.

Un tel scénario n’arriverait pas avec la Libertad, dont la valeur serait ajustée à la hausse. Cela serait tout profit pour l’épargnant, qui est assuré de conserver son pouvoir d’achat, peu importe l’inflation. »

La caractéristique importante de cette proposition de monétisation de la pièce d’argent Libertad est que sa valeur serait ajustée par la Banque centrale du Mexique. Les épargnants seraient ainsi protégés de la dévaluation constante du peso. Cette monnaie a perdu 93 % de sa valeur par rapport au dollar américain depuis la moitié des années 70 :

dévaluation du peso mexicain(…)

Au début du 20e, le Mexique a frappé de grandes quantités de pièces d’argent

Même si je savais que la monnaie officielle du Mexique a frappé de nombreuses pièces d’argent au cours de son histoire, j’ignorais à quel point les quantités étaient importantes jusqu’à ce que je plonge dans les statistiques. D’après les chiffres publiés par SilverAgeCoins.com, la monnaie du Mexique a produit de grandes quantités de pesos en argent métal et de pièces de 50 centimes (Centavos) au début des années 1900 :

Je me suis focalisé sur les chiffres de production de 1943 de ces 2 pièces. Au total, ce furent 89,2 millions de pièces qui furent frappées, pour une quantité d’argent s’élevant à 26,5 millions d’onces :

  • 1943 pièces d’un peso en argent = 47 662 000 x 0,39 (once) = 18 588 180 onces ;
  • 1943 pièces de 50 Centavos = 41 512 000 x 0,19 (once) = 7 887 280 onces ;
  • 1943 Silver Coins = 89 174 000 = 26 475 460 onces.

Je n’ai pas fait de recherches poussées concernant toutes les pièces d’argent qui furent produites durant cette année, mais j’imagine qu’il y en eut d’autres. Via la même source, j’ai notamment découvert que près de 4 millions de pièces de 20 centimes ont également été produites cette année-là. Ces pièces ne contenaient cependant que 0,08 once d’argent métal, pour un total de 316 400 onces.

Cela dit, la monnaie mexicaine produisait énormément de pièces à l’époque. Pourtant, la population du Mexique n’était que de 20 millions d’habitants. Combien d’argent métal serait utilisé aujourd’hui alors que la population a bondi à 130 millions d’habitants ? (…)

Au niveau de la production, le Mexique a produit 86,4 millions d’onces d’argent 1943 selon les statistiques du US Bureau of Mines.

Cela signifie que le Mexique a utilisé 30 % de sa production domestique d’argent pour fabriquer ces 2 pièces. Par habitant, cela représentait environ 1,3 once d’argent nécessaire pour produire cette pièce.

Aujourd’hui, le Mexique frappe beaucoup moins de pièces qu’auparavant. D’après les statistiques de la World Silver Survey de 2017, seulement 800 000 Libertad ont été frappées en 2016. (…) Si le Mexique devait acter la monétisation, cela aurait un impact important sur le marché, voici pourquoi.

Actuellement, le Mexique produit environ 186 millions d’onces d’argent métal.

production d'argent du Mexique

suite et fin

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 septembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Analyse technique : nouveau marché haussier imminent pour l’or ?

Après avoir affiché une performance solide pendant l’été, l’or est sur le point de tester ce qui peut être considéré comme une résistance technique majeure autour de 1378 $. Le métal précieux devrait retrouver son éclat, car un certain nombre de développements techniques importants suggèrent un fort potentiel pour la reprise de la tendance haussière à moyen et à long terme.

VOLUME ET POSITION OUVERTE EN HAUSSE SIGNALENT UNE DEMANDE CROISSANTE

Stimulé par les tensions géopolitiques dans la péninsule de Corée, ainsi que par des anticipations de taux d’intérêt plus bas aux États-Unis et un dollar plus faible, le volume de transactions de contrats à terme du COMEX a atteint un record de plus de 6,8 millions de contrats en août. La tendance à la hausse du volume depuis décembre 2015, quand la Fed a commencé son relèvement, est clairement un signal positif pour le métal précieux compte tenu de la tendance haussière des prix, comme en témoignent les marchés haussiers passés et le confirment la plupart des analystes techniques. Notez par exemple la tendance à la hausse du volume lors des accélérations haussières qui ont eu lieu de 2002 à 2008 et de 2009 à 2011, deux périodes durant lesquels les prix de l’or ont plus que doublé.

 

Source: http://www.tradingview.com

 

En plus d’une augmentation du volume, un autre développement technique majeur est la forte augmentation de la position ouverte, ce qui souligne également une demande croissante pour l’or. Dans l’analyse technique, il est généralement admis qu’un volume croissant et une position ouverte en hausse, avec des prix plus élevés, sont un signal haussier, pendant que de nouveaux fonds entrent dans le marché. Historiquement, les niveaux croissants de position ouverte vont de pair avec une hausse des prix de l’or. À la rigueur, les niveaux actuels de la position ouverte suggèrent des prix beaucoup plus élevés: quelques régressions signifieraient des prix à 1450 $ voire même à 1800 $.

 

Sources: CFTC, FRED, calculs de l’auteur

 

TÊTE ET ÉPAULES INVERSÉE SUGGÈRE UN RALLY À 1700 $

La configuration du volume est particulièrement remarquable étant donné la configuration potentielle de tête et épaules inversée que j’ai indiqué en mars. Notez que la « tête » (le point bas absolu de la tendance baissière à 1045,4 $) a été dessinée sur un très faible volume, alors que la rupture au-dessus de la première résistance de la ligne de tendance au début de 2016 a été réalisée avec un volume en croissance. Notez aussi que le dépassement de la deuxième ligne de résistance, qui a établi la tendance baissière depuis le sommet en 2011, a également été réalisée avec un volume en hausse. Remarquez que la ligne de tendance a été testée six fois, ce qui témoigne de son importance. Bien que la configuration de retournement à plus long terme n’ait pas encore été déclenchée, pour le moment, le comportement des prix se conforme très bien à une tête et épaules inversée classique.

 

Source: http://www.tradingview.com

 

La ligne de cou (« neckline ») de la configuration semble se situer aux alentours de 1378 $, qui correspond approximativement à un retracement de Fibonacci (38,2%) de la correction baissière par rapport au sommet de 2015 jusqu’au point bas de 2011. Une rupture décisive au-dessus de ce niveau, de préférence sur un volume élevé et suivie d’un retrait de confirmation, signalerait une reprise importante du marché haussier à plus long terme. Le retrait pourrait constituer une excellente opportunité d’achat ou d’accumulation de positions longues déjà existantes. Il est possible que, compte tenu de la longue période de consolidation des prix, le rallye soit pointu et sans corrections significatives. Une fois déclenchée, la cible de prix pour la configuration, mesurée de la tête à la ligne de cou sur une base de clôture hebdomadaire, se situe dans la zone de 1700 $ / 1715 $. Cette zone correspond également au retracement de 78,6% de la correction baissière entre 2011 et 2015.

LA FED ET LE RENDEMENT DES BONS DU TRÉSOR AMÉRICAINS

C’est sûr, l’effet de saisonnalité au cours des 30 dernières années est favorable à l’or entre juillet et septembre, ce qui pourrait partiellement expliquer les récentes performances. La faiblesse du dollar depuis juin a également contribué à la hausse du prix de l’or.

La baisse des rendements nominaux et réels des Treasurys depuis juillet a également soutenu les prix du métal précieux, le marché obligataire voyant maintenant moins de 45% de probabilité d’une autre hausse des taux par la Fed cette année. Officiellement, la persistance de l’inflation inférieure à 2%, ainsi que la croissance tiède des salaires malgré un taux chômage continuellement en baisse, ont conduit à un discours moins endurcit de la part du FOMC. En fait, les prix actuels des contrats à terme sur les fonds fédéraux n’intègrent pas entièrement une nouvelle hausse de taux avant juillet 2019.

 

Source: FRED

 

L’incertitude règne, notamment en ce qui concerne les nominations du président Trump au conseil des gouverneurs de la Fed et les détails de la normalisation du bilan de la banque centrale américaine. Toutefois, la Fed semble plutôt disposée aller du côté des taux d’intérêt plus bas, même si cela signifierait tomber derrière la courbe. Les rendements réels plus faibles continuent de soutenir les prix de l’or.

CONCLUSION

Bien qu’une pause dans le rallye actuel puisse être attendue à court terme, les chances d’une nouvelle accélération haussière de long terme pour l’or ont considérablement augmenté, car les développements techniques récents sont clairement positifs. En particulier, la configuration potentielle de tête et épaules inversée et la cible de prix connexe suggèrent une forte augmentation de la demande pour l’or et une reprise du marché haussier à long terme. Que ce soit les facteurs géopolitiques, macroéconomiques ou d’autres facteurs exogènes, il existe une panoplie de catalyseurs fondamentaux pour un tel mouvement. D’un point de vue technique, la probabilité d’une accélération haussière majeure imminente a considérablement augmenté au cours de l’été.(source)

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 septembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Les perspectives à long terme de l’or ne pourraient être meilleures

or

Par Clive Maund

L’or s’apprête toujours à une sortie haussière d’une énorme configuration de consolidation entamée il y a 4 ans. Cette cassure aura probablement lieu lorsque le dollar chutera de sa configuration élargie, ce qui devrait nous mener à un marché haussier à faire pâlir celui de 2001-2011. L’or devrait également être porté par l’implosion du schème de Ponzi des crypto-devises. Certains affirment que l’or a déjà cassé cette configuration, tout comme les actions minières, mais cela n’est pas encore arrivé. Nous jetterons aussi un coup d’œil sur des données qui pointent vers la probabilité d’un rebond à court ou moyen terme du dollar et à un repli des métaux précieux, avant que la cassure ne survienne.

Sur le graphique de 10 ans de l’or, nous pouvons constater que cette belle et énorme configuration en tête et épaules inversée de 4 ans approche de son dénouement, alors que le prix grimpe vers la large bande de résistance au haut de la configuration, ce qui est dû, en partie, aux tensions avec la Corée du nord. Ces tensions devraient s’atténuer, ce qui rend encore plus probable une correction à court terme.

Avant de quitter ce graphique, remarquez l’augmentation du volume sur le rallye à partir du point bas de l’épaule droite de la configuration, ainsi que la force des indicateurs de volume et en particulier la ligne Accumulation-Distribution, qui étonnamment se trouve déjà à des nouveaux sommets. Cela est certainement de bon augure pour les perspectives à long terme de l’or.

 

 

Sur le court terme, cependant, plusieurs facteurs indiquent que la probabilité d’une contre-réaction est élevée. Sur le graphique de six mois, nous pouvons voir que, la semaine dernière, le prix a grimpé au sommet de sa ligne de tendance haussière, où un chandelier « toupie » s’est formé vendredi, avec l’indicateur RSI suracheté, ce qui rend probable une réaction de l’or au moins vers la limite inférieure de cette ligne de tendance. Le MACD, suracheté, et l’écart important avec les moyennes mobiles augmentent aussi le risque d’une réaction.

 

 

Tout comme l’or, les actions aurifères s’apprêtent à une sortie haussière d’une énorme configuration en tête et épaules inversée entamée il y a 4 ans. Mais ils ne l’ont pas encore fait, loin de là, comme nous pouvons le voir sur le graphique de dix ans du GDX ci-dessous, et ils sont vulnérables à une réaction à court terme due à un rebond du dollar, qui ne devrait cependant pas leur faire perdre beaucoup de terrain. Le gros volume lors du rallye de la première moitié de l’an dernier, a montré que le plus bas était atteint et qu’un nouveau marché haussier majeur était à anticiper. La formation de l’épaule droite de cette tête et épaules inversée a servi à corriger ce fort rallye.

 

 

Un rebond du dollar pourrait provoquer une baisse de l’or, qui est rendu probable par le fait que plusieurs analystes lui donnent déjà « l’Extrême-onction ». Ce n’est pas qu’ils se trompent… mais il y a beaucoup de gens du même côté du bateau en ce moment – ils peuvent se tromper à court terme, tout en ayant raison à long terme.

Regardons maintenant quelques raisons de croire que le dollar pourrait bientôt se reprendre. Sur le graphique de huit ans de l’indice du dollar, on peut immédiatement en identifier une : le dollar est maintenant arrivé à la limite inférieure de la formation élargie et est survendu. Bien que le dollar soit destiné à casser vers le bas en temps voulu, il semble probable qu’il rebondira de sa limite inférieure à court et moyen terme, pour corriger cette situation de survente, avant de plonger plus tard.

 

 

Un autre facteur important qui suggère que le dollar pourrait remonter à court terme est le dernier graphique des Hedgers (opérateurs en couverture de risques) du dollar, qui est maintenant fortement haussier. Sur ce graphique, on peut voir que les gros hedgers commerciaux, qui ont presque toujours raison, ont encaissé quasiment toutes les positions vendeuses nettes pour réaliser un beau profit. Ces positions sont maintenant à un niveau très bas, et les hedgers ne feraient probablement pas cela s’ils pensaient que le dollar allait encore décliner. Sur ce graphique, nous pouvons voir la réaction du dollar, tout de suite après qu’ils aient fait cela lors de précédentes occasions. Comme nous pouvons le voir, il a grimpé.

 

 

Ceux qui pensent que le dollar va plonger parce que Nicolas Maduro, le président du Venezuela, a annoncé que son pays en détresse cessera de vendre du pétrole contre des dollars seront probablement déçus. Le président Maduro ferait bien de regarder ce qui est arrivé à Saddam Hussein, après avoir proposé de faire de même, et nous devons assumer que, soit il ne connaît pas son histoire, soit il est fatigué d’être président d’un état en faillite et cherche une façon d’être destitué.

Nous avons vu comment le cuivre, que l’on nomme Dr. Copper, parce qu’il tend à guider l’économie et les métaux, a été à l’avant-garde du rallye récent des métaux. Ainsi, il est intéressant d’observer, sur son graphique de six mois ci-dessous, la manière dont il a soudainement chuté, vendredi, étant devenu suracheté. Cela est considéré comme le signe d’un rebond du dollar et un déclin à court terme des autres métaux, comme l’or et l’argent.

 

 

En conclusion, les perspectives à long terme de l’or ne pourraient être meilleures. Il est destiné à casser à la hausse cette énorme configuration de consolidation de 4 ans et à entamer un marché haussier, alors que le dollar s’effondrera, que la Chine (et possiblement la Russie et d’autres pays) adossera sa devise à l’or, et que le schème de Ponzi des crypto-devises implosera, libérant des fonds (ou ce qu’il en reste) pour investir dans l’or et l’argent. Les crypto-devises ont subi un choc, la semaine dernière, alors que la Chine a annoncé qu’elle allait fermer ses Bourses de crypto-devises. Pour la Chine, les crypto-devises représentent un risque inutile pour le capital de ses citoyens, ainsi qu’une concurrence potentielle à son futur yuan adossé sur l’or (mais pas pour quelqu’un intelligent). Les cryptos sont une nuisance qu’elle peut éliminer facilement en l’interdisant. En tant qu’économie planifiée qui peut ignorer les critiques, elle en a le pouvoir. À court terme, l’or semble prêt à décliner un peu, avec le rebond du dollar et la baisse des tensions en Corée du nord. Les États-Unis n’ont d’autre choix que d’accepter la Corée du nord dans le club nucléaire, même si elle ne peut être décrite comme un des augustes membres.

 

Source originale: Clivemaund

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 septembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

L’OR CASSE SES RÉSISTANCES À LA HAUSSE – NE TRAÎNEZ PAS

Les choses sont quand même plus sympathiques depuis que les résistances graphiques ont été franchies ! Cela fonctionne comme un ressort. Plus on comprime un actif, et plus la libération libère d’énergie. Du coup, on est allé chercher en ligne droite l’objectif assigné la semaine dernière. A présent, on bute sur un nouvel obstacle. Il serait judicieux de consolider un peu afin de repartir à l’assaut de ce seuil (1400$). Ce n’est jamais sain de monter en ligne droite. Il vaut mieux procéder par pallier.

Pour l’argent, la configuration n’est pas aussi porteuse mais il y a également du mieux.

L’OR CASSE SES RÉSISTANCES À LA HAUSSE – NE TRAÎNEZ PAS 

Les mouvements de l’or et l’argent dans les prochains mois vont surprendre de nombreux investisseurs, alors que la volatilité des marchés va augmenter considérablement.

« À l’Ouest, rien de nouveau », comme l’avait écrit Erich-Maria Remarque à propos de la Première guerre mondiale. Dix ans après le début de la Grande crise financière, et neuf ans après l’effondrement de Lehman Brothers, il semblerait que le monde soit en meilleure posture que jamais. Les actions sont à des sommets historiques, les intérêts sont à des plus bas historiques, les prix de l’immobilier continuent de monter, et les consommateurs achètent plus que jamais.

LES BANQUES CENTRALES ONT-ELLES SAUVÉ LE MONDE ?

Pourquoi étions-nous si inquiets en 2007 ? Il n’existe aucun problème que nos amis, les banquiers centraux, ne puissent résoudre. Tout ce qu’ils ont à faire pour tromper le monde, c’est imprimer de la monnaie ou augmenter le crédit de 100 000 milliards $, créer des produits dérivés à hauteur de quelques centaines de 100 000 milliards $, prendre des engagements supplémentaires envers les gens sous la forme de retraites, de soins médicaux et services sociaux, pour des montants qui ne seront jamais remboursés, et de garder les taux d’intérêt à zéro ou négatifs.

Et voilà ! C’est la Nouvelle norme. Les banques centrales ont utilisé l’ensemble des outils keynésiens. Comment les choses peuvent-elles si bien fonctionner en ajoutant uniquement des dettes et des passifs ? Parce que les choses sont différentes aujourd’hui. Nous avons tous les outils sophistiqués, les ordinateurs, les modèles complexes, la fausse monnaie le QE, la manipulation gestion des taux d’intérêt, et des banquiers centraux très sournois intelligents.

Ou bien, est-ce différent, cette fois-ci ?

Toutes ces manigances des banques centrales ont généré des fortunes pour 1 % des plus riches du monde, et d’énormes dettes pour le reste de la population. Les quelques-uns d’entre nous qui passent beaucoup de temps à étudier le risque peuvent aboutir à deux conclusions très distinctes :

– D’une part, les banquiers centraux ont parfaitement utilisé tous les moyens possibles, notamment certains nouveaux, et ont sauvé le monde en imprimant des quantités illimitées de monnaie, ont fait croître le crédit de façon exponentielle, et supprimé le coût d’emprunt en fixant les taux d’intérêt à zéro, ou négatifs. Il s’agit du scénario parfait, et les Krugman de ce monde doivent être fiers, puisque cela justifie un prix Nobel et confirme qu’ils ont trouvé une méthode parfaite qui peut être appliquée indéfiniment avec succès.

– D’autre part, pour ceux qui croient que les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel et que la monnaie saine prévaut toujours, nous savons que nous atteignons le dernier stade d’une bulle de proportions épiques. Heureusement, notre côté a aussi reçu un prix Nobel, en la personne de von Hayek, même si cela date de 1974.

Ce fut une longue bataille entre les manipulateurs et les partisans d’une monnaie saine. Avec de la monnaie gratuite et le socialisme, il est possible de tromper les gens pendant longtemps. Mais, malheureusement pour les keynésiens, ils manqueront de munitions lorsque toutes les devises imprimées retourneront à leur valeur intrinsèque de zéro. Cela signifie que vous ne pouvez pas tromper les gens indéfiniment. Comme Margaret Thatcher l’a dit, « Le problème avec le socialisme est qu’on finit toujours par tomber à court de l’argent des autres (ADA). » C’est exactement où nous en sommes aujourd’hui. Le monde n’a plus d’ADA. Lorsque ma société a investi agressivement dans l’or et l’argent, en 2002, pour nos clients et nous-mêmes, nous ne pensions pas que les banquiers centraux seraient en mesure de manipuler les marchés pendant plus de 15 ans. Mais encore, l’argent était à 4 $ à l’époque, et l’or à 300 $; donc, la manipulation n’a réussi que partiellement.

L’IMPRESSION MONÉTAIRE NE FONCTIONNE PLUS

Plusieurs signaux nous indiquent clairement que cette expérience d’impression monétaire arrive à sa fin. En dépit de tous ces trillions de monnaie créés à travers le monde, le PIB réel a cessé de croître.

Comme le montre le graphique ci-dessous, l’impression monétaire et l’expansion de crédit n’ont plus d’effet. Même un enfant pourrait comprendre qu’il est impossible de faire croître une économie en imprimant des morceaux de papier que l’on appelle monnaie mais, pour une raison que j’ignore, les keynésiens nient l’évidence.

 

 

L’IMPRESSION MONÉTAIRE A BÉNÉFICIÉ AUX 1%

Seuls les actions, l’immobilier et les obligations restent forts. C’est là où va toute la monnaie imprimée, et les 1% croient que leur richesse explose grâce à leurs compétences en matière d’investissement. Ils ne réalisent pas que leurs « compétences » disparaîtront dans un trou noir dans les 4-7 prochaines années, à mesure que les actifs explosifs imploseront, entraînant avec eux toute la dette mondiale. Malheureusement, il doit en être ainsi, afin de pouvoir créer un nouveau monde plus sain. On ne peut construire un monde sur de fausses valeurs et de la fausse monnaie. L’humanité ne peut survivre dans un tel monde – ce monde va s’autodétruire. Il sera déjà assez difficile de survivre à l’effondrement de ce schème de Ponzi qui dure depuis cent ans.

La transition d’un faux système basé sur l’illusion vers de vraies valeurs et de la vraie monnaie va être douloureuse. Les riches perdront au moins 95% de leurs actifs, et plusieurs personnes crèveront de faim et vivront dans la misère. Nous aurons des guerres, des troubles sociaux, des bouleversements politiques et l’économie sera dévastée. C’est ce que l’élite a causé en créant un système malhonnête au bénéfice des 1%, mais au détriment de 99% de l’humanité. Une combinaison de guerres, de guerres civiles, de famine, de maladie et d’effondrement économique entraînera probablement une réduction de la population mondiale. La population mondiale a explosé de 1 milliard à 7,5 milliards d’individus, au cours des 160 dernières années. Il y a toujours eu des périodes dans l’histoire où la population a sensiblement décliné, que cela soit dû aux guerres ou aux maladies. Lors de la Grande peste du 14ème siècle, par exemple, la population mondiale aurait décliné de 50%.

Les risques sont sérieux, même si nous ne parlons que de probabilités. Les choses pourraient prendre plus de temps à survenir et être moins graves que prévues. Mais vu l’ampleur des risques, les quelques privilégiés qui ont la possibilité de prendre des mesures de précaution doivent le faire. Parce qu’à un certain point, un effondrement financier et économique sera inévitable.

L’OR A CASSÉ SA TENDANCE BAISSIÈRE

L’automne 2017 semble précaire depuis un moment déjà. La question est à savoir quel sera le catalyseur qui fera éclater les bulles dans les marchés et l’économie. Les actions boursières semblent très vulnérables, et elles sont surévaluées, quel que soit le critère utilisé. Même si les bulles peuvent encore grossir, le risque est devenu insoutenable. Au même moment, l’or et l’argent sont sortis de leur longue période de consolidation, qui dure depuis 2013, et repris leur tendance à la hausse vers de nouveaux sommets.

 

 

LES MÉTAUX PRÉCIEUX EXPLOSERONT-ILS CET AUTOMNE ?

Les mouvements dans les métaux précieux au cours de l’automne pourraient être explosifs. La force dont font preuve les métaux précieux indique clairement que la manipulation opérée par les banques centrales, la BRI et les banques de négoce d’or échouera dans les mois à venir.

J’ai déjà souligné que, malgré la faible demande actuelle, l’intégralité de la production aurifère et argentifère est absorbée. Moins de 0,4% des actifs financiers mondiaux sont investis dans l’or. La production annuelle d’argent, de 15,5 milliards $, représente moins de 0,01% des actifs financiers mondiaux. Étant donné que toute la production d’or et d’argent est facilement absorbée, bien que la demande reste négligeable, il n’y aura pas d’or ou d’argent physique disponible aux prix actuels lorsque cette demande augmentera. De plus, le marché papier des métaux précieux connaîtra d’importantes perturbations et fera défaut. Quand les institutions et les fonds d’investissement commenceront à se focaliser sur les métaux précieux physiques et les actions minières, ils ne pourront en acheter qu’à des prix beaucoup plus élevés. Cela poussera l’or vers ma cible à 10 000 $ et plus. Si le ratio or/argent revenait à son niveau historique de 15, cela donnerait de l’argent à 666 $. Ces niveaux pourront être atteints en monnaie d’aujourd’hui, et lorsque l’hyperinflation s’installera, nous pourrions voir des multiples de ces prix.

Si l’argent était au même niveau par rapport à la base monétaire américaine que lors de son pic de 1980, son prix serait 80 fois plus élevé, à 1 424 $ l’once. Bien que cela semble surréaliste aujourd’hui, ce n’est pas irréaliste. Regardez ce qu’il se passe avec le Bitcoin, par exemple. Souvenez-vous que l’argent, c’est de la vraie monnaie, tandis que le Bitcoin n’est qu’une construction électronique, sans actif sous-jacent. Mais cela n’empêchera peut-être pas le Bitcoin de grimper encore plus haut, un peu comme la tulipe-mania néerlandaise de 1634-1637 .

 

 

L’ARGENT SURPERFORMERA L’OR

Avec des productions minières annuelles de 128 milliards $ pour l’or et 16 milliards $ pour l’argent, ce marché est tellement petit qu’il est éclipsé par le marché boursier. Il n’y a qu’à regarder quelques-unes des actions connues du Nasdaq, comme Apple, Google, Microsoft, Amazon et Facebook. Leur capitalisation boursière totale dépasse les 300 000 milliards $. Comparez cela à la production annuelle d’or et d’argent (143 milliards $) et aux 20 actions aurifères les mieux cotées (150 milliards $). La production totale de métaux précieux et les plus grandes actions minières ne totalisent que 437 milliards $. Cela ne représente que 15% de cinq des plus grandes actions du Nasdaq et moins que la plus petite d’entre elles, Amazon, évaluée à 470 milliards $. Étant donné que ces cinq actions ont probablement atteint leur pic, les gros investisseurs liquideront une partie de leurs actions afin de saisir d’autres opportunités. Le marché de l’or et de l’argent risque d’être saturé quand les fonds et les institutions voudront y entrer.

L’OR PHYSIQUE, L’ARGENT PHYSIQUE ET LES ACTIONS MINIÈRES FORMERONT UN MARCHÉ SATURÉ

L’or, en plusieurs devises, a atteint un plus bas en 2013. En dollars US, le plus bas fut atteint en 2015. Après le rallye de la première moitié de 2016 et la correction ultérieure jusqu’à décembre 2016, l’or et l’argent sont maintenant en route vers de nouveaux sommets. Évidemment, cela ne se fera pas en ligne droite, car il y aura des pauses temporaires en chemin. Mais ceux qui ne sont pas protégés contre les risques majeurs au niveau mondial devraient investir, maintenant, dans l’or et l’argent. Les métaux précieux deviendront un secteur d’investissement extrêmement saturé, et l’opportunité d’en obtenir à des prix raisonnables tire à sa fin.

Il s’agit d’une situation vraiment unique. Rarement un actif de préservation du patrimoine n’a eu un tel potentiel de plus-value du capital. Ne traînez pas – il y a trop de risques.

 

Source originale: Matterhorn – GoldSwitzerland

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Un ancien de la Banque mondiale affirme que le système monétaire occidental est une escroquerie

brics

L’économiste et géopolitologue Peter Koenig, ancien employé de la Banque mondiale, a expliqué à Sputnik Radio que la décision de la plus grosse banque russe, Sberbank, de fournir au marché chinois de 10 à 15 tonnes d’or d’ici 2018 n’est que le prolongement des accords commerciaux et économiques entre la Chine et la Russie.

« Aussi bien le rouble que le yuan sont entièrement garantis par l’or, il ne s’agit donc que d’une étape d’un projet plus vaste et assez avancé visant à dédollariser leur économie », a-t-il déclaré.

« L’ensemble du système monétaire occidental est tout simplement une escroquerie. Il a été créé par le privé et il appartient au privé. Tous les transferts internationaux doivent transiter via les banques de Wall Street, c’est la seule raison pour laquelle les États-Unis peuvent infliger des sanctions à leur guise aux pays qui refusent de se plier aux diktats de Washington. »

Mais d’après Koenig, cela pourrait changer rapidement parce que la Chine et la Russie travaillent pour obtenir rapidement leur indépendance économique.

Il a également déclaré que les nations qui composent l’organisation de coopération de Shanghai et les pays des BRICS « n’ont vraiment pas besoin de l’Occident pour survivre vu qu’ils totalisent plus de 50 % de la population mondiale ».

L’économiste a ajouté que la Chine et la Russie sont les plus gros producteurs mondiaux d’or. Le seul problème avec le métal jaune est qu’il est sous le contrôle du système monétaire occidental.

« Depuis ces 5 dernières années, la Chine, la Russie et les autres membres de l’organisation de coopération de Shanghai échangent de l’énergie non plus contre des dollars, mais en échange de leurs devises locales ou d’or », a-t-il déclaré.

Il a également évoqué l’émergence du pétrodollar et comment les autres pays du Moyen-Orient ont été forcés de vendre leur production en dollars afin d’éviter des représailles lourdes de conséquences.

« Ceux qui ont voulu enfreindre cette loi tacite et injuste l’ont payé très cher, commeSaddam Hussein lorsqu’il a déclaré qu’il allait vendre son pétrole en euros et non en dollars. Nous savons ce qu’il s’est passé ensuite. On sait également ce qu’il s’est passé avec Kadhafi qui avait des idées semblables. Pour sa part, l’Iran a été accusé d’avoir des armes nucléaires », a déclaré l’économiste.

Selon lui, cette arnaque doit cesser immédiatement. La Chine et la Russie proposent une alternative. Pour en revenir à Sberbank, l’une de ses filiales suisses est désormais active sur le Shanghai Gold Exchange où elle vend de l’or physique.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 septembre 2017 dans économie, général, International, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :