RSS

Archives de Tag: massif

Espionnage Massif en Europe – Les James Bond Européens

 

Étiquettes : , , , ,

Piratage massif de sites Internet : quand les objets connectés attaquent

Certains experts estiment que l’attaque informatique pourrait avoir été lancée par des pirates travaillant pour le compte d’un Etat.

Une attaque informatique hors norme qui a paralysé de nombreux sites Internet vient de s’achever. Et ce sont des caméras de surveillance ou des téléviseurs connectés qui ont été utilisés pour la réussir.

Ils sont les plusfréquentés de la planète Web — Amazon, eBay, Spotify, Airbnb, Netflix, Paypal ou encore Twitter et les services de jeu en ligne des consoles PlayStation et Xbox — et tous étaient inaccessibles pendant quelques heures vendredi en fin d’après-midi. En cause, une attaque informatique d’une ampleur rarement vue. Que s’est il passé alors qu’aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre ? Explications.

 

Qui était visé ?

Ce ne sont pas directement les sites Internet paralysés qui étaient ciblés, et qui sont désormais parfaitement accessibles, mais une société américaine, Dyn. Celle-ci agit comme prestataire de services informatiques, c’est-à-dire qu’elle redirige les flux Internet vers les sites qui l’emploient. Ainsi, lorsqu’un internaute cherche à se connecter à l’un de ces sites, sa requête passe par les serveurs de Dyn qui traduisent sa demande en adresse IP, le langage que comprennent tous les ordinateurs de la planète Internet.

 

Comment les pirates ont-ils procédé ?

L’assaut s’est déroulé en plusieurs vagues successives pendant un peu plus de dix heures dans la soirée de vendredi. La technique employée n’est pas nouvelle et a déjà été utilisée fin septembre en France contre l’hébergeur de sites Internet OVH. Cette attaque, dite de déni de service, consiste à submerger un serveur par d’innombrables requêtes jusqu’à le rendre inopérant. La plupart du temps, ce type d’opération est mené à partir d’un réseau d’ordinateurs zombies (des « botnets » comme les appellent les hackeurs), piratés par des virus et utilisés à l’insu de leurs propriétaires. L’attaque contre Dyn se révèle bien plus perfide car elle s’appuie sur un réseau d’objets connectés et non protégés, comme des caméras de surveillance ou encore des téléviseurs. Elle aurait utilisé le botnet Mirai, un logiciel qui exploite les failles de sécurité de ces objets connectés et dont le mode d’emploi a récemment été rendu public sur le Darknet, donc accessible à n’importe quel apprenti hackeur.

 

Cela peut-il se reproduire ?

« On parle désormais non pas de centaines de milliers d’ordinateurs infectés mais de plusieurs millions d’objets connectés pouvant servir de relais pour des attaques de très grande ampleur, s’inquiète Chris Moret, responsable de la cybersécurité chez Atos. Ces objets ne sont absolument pas protégés et cette attaque, qui est à mon sens un ballon d’essai, sera suivie d’autres… Qu’arrivera-t-il lorsque des pirates cibleront des infrastructures critiques, comme les systèmes de distribution d’électricité ou d’eau ? En cas de black-out, c’est tout un pays qui peut plonger dans le chaos en quelques heures. »

 

D’où vient l’attaque ?

Impossible pour l’heure de déterminer avec précision l’identité des cyberpirates ni leur localisation géographique. Certains experts, à l’image de James Scott de l’Institute for Critical Infrastructure Technology, estiment que la « sophistication » de l’assaut semble pointer du doigt des pirates travaillant pour le compte d’un Etat comme la Chine ou la Russie. D’autres y voient l’empreinte de hackeurs souhaitant rendre justice au fondateur de Wikileaks Julian Assange, réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres et dont l’accès à Internet a été récemment coupé.

 

Le virus « I love you », c’est fini

 

Les attaques informatiques d’ampleur paralysant la Toile et perturbant le quotidien de millions d’internautes à travers le monde sont-elles de retour ? On les croyait disparues depuis les années 2000 et les dégâts causés par les virus « I love you », « MyDoom » et autres, qui avaient paralysé jusqu’à 10 % des PC connectés de la planète.

 

Les cyberpirates, devenus cybercriminels à la recherche d’argent facile plutôt que d’exploits informatiques, s’étaient depuis concentrés sur des arnaques plus ciblées, multipliant les tentatives de rançonnage virtuel en envoyant par exemple des faux e-mails pour extirper numéros de compte et mots de passe à leurs victimes.

 

Vigilance accrue et antivirus ont réussi tant bien que mal à contenir tous ces assauts. Avec l’attaque massive dont ont été victimes des géants du Net, une nouvelle guerre se prépare. Problème : aucun antivirus n’est aujourd’hui proposé pour sécuriser les millions d’objets connectés qui lui servent de petits soldats.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 octobre 2016 dans général, Insolite, Sciences, société

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Egon Von Greyerz : Les gens doivent maintenant se préparer à un effondrement économique mondial massif

ALERT: Legend Warns That People Must Now Prepare For A Massive Global Collapse

J’avais diffusé ce papier en version courte, voici une version complète – Alors que nous nous dirigeons vers le 2nd trimestre de l’année 2016 après un début d’année complètement fou sur les marchés financiers, aujourd’hui l’homme qui est devenu une légende pour ses anticipations de quantitative Easing(Planche à billets), dans les fluctuations des devises et sur des événements mondiaux majeurs vient d’avertir kingworldnews sur le fait que les gens doivent maintenant se préparer à un effondrement économique mondial massif.

Egon von Greyerz fondateur de Matterhorn Asset Management & GoldSwitzerland – Les gens doivent maintenant se préparer à un effondrement économique mondial massif.

Egon von Greyerz: ” Les valeurs bancaires indiquent dorénavant aux investisseurs que le temps est venu de retirer l’argent et les actifs du système bancaire. Comme vous le savez Eric, nous avions averti les investisseurs bien avant la crise de 2006-2009 à sortir du système bancaire. A cette époque, les banques avaient été sauvées par un plan de sauvetage global de 25.000 milliards de dollars, mais cela ne se reproduira pas. Le crédit à travers le monde a augmenté de 70% depuis 2006 et le système bancaire ainsi que l’économie mondiale se retrouvent maintenant dans une situation bien pire qu’ils ne l’étaient à cette époque là.

Lors de la dernière crise, les gouvernements ont sauvé le système financier avec le plus grand programme de renflouement externe des banques (bail-out) par l’État(le contribuable) de toute l’histoire. Ainsi, les déposants bancaires comme les banquiers ont été sauvés par des programmes massifs d’impressions monétaires et de crédit.

Alerte: Sortir du système bancaire

Tout ceci s’est fait bien sûr au détriment des citoyens ordinaires qui supportent dorénavant l’augmentation massive de la dette publique. Bien que tous les gouvernements dans le monde augmentent de façon exponentielle leur dette, personne ne s’est jamais posé la question quant à son remboursement. Et bien sûr, la dette ne sera jamais remboursée. Au lieu de cela, au cours des prochaines années, elle implosera au travers d’une vague de défauts souverains. Dans le même temps, tous les actifs qui ont été gonflés par cette dette imploseront également comme les actions, les biens immobiliers et les obligations.

Vous savez Eric, la prochaine fois, les banques ne seront pas sauvées par les gouvernements. Au lieu de cela, on assistera à un renflouement interne (Bail-in). Cela signifie que l’argent et les actifs des déposants seront utilisés pour sauver les banques. Mais puisque la plupart des banques ont un effet de levier de 20 à 50 fois ce qu’ils possèdent voire beaucoup plus si l’on prend en compte les dérivés, les actifs des clients ne seront pas suffisants pour sauver les banques. Par conséquent, je m’attends à ce que l’on assiste au plus grand programme mondial d’impression monétaire de tous les temps. Bien entendu, cette stratégie ne sauvera pas le monde, mais cela aura pour conséquence de provoquer une onde de choc hyperinflationniste dans premier temps qui sera ensuite suivi d’une implosion déflationniste.

Effondrement des valeurs bancaires

Pour en revenir aux valeurs bancaires, actuellement, elles s’effondrent à la fois aux États-Unis et en Europe. Aux Etats-Unis, elles viennent d’atteindre un plus bas de plusieurs années par rapport aux autres valeurs du marché et en Europe les valeurs bancaires ont chuté de 20% en quatre semaines. Les actions Deutsche Bank et Credit Suisse sont maintenant revenus à leur plus bas de 2009. L’augmentation récente de l’impression monétaire par la BCE n’a eu qu’un effet très court terme, et maintenant, c’est bien l’odeur du sang que l’on renifle un peu partout. C’est une certitude absolue que la plupart des banques sont insolvables si l’on prend en compte leurs actifs toxiques au prix actuel du marché. Un quantitative Easing(Planche à billets) ne changera rien à la situation, mais cela pourrait donner un répit de quelques mois aux banques.

Il est très clair pour moi que les valorisations des valeurs bancaires nous montrent ce que certains d’entre nous ont vu depuis un certain temps, à savoir que nous entrons maintenant dans une période où le marché commence à reconnaître que d’importants risques menacent le système financier. Ironie du sort, la politique des taux d’intérêts à zéro ou négatifs des banques centrales contribue également à la mort des banques. Tout d’abord les banques ne peuvent pas gagner une véritable marge sur les dépôts. Deuxièmement, les faibles taux tuent totalement toute incitation à déposer de l’argent. Sans épargne importante, les investissements diminueront également. Et dans une économie déflationniste avec des taux bas, il est impossible d’obtenir un réel retour sur investissement sans prendre de gros risques.

Les alertes répétées du FMI

Le FMI met désormais en garde contre le risque systémique sur le marché de l’assurance-vie. Avec des taux aussi faibles, ces sociétés ne peuvent pas obtenir un rendement suffisant pour leurs clients. Ainsi, cette industrie qui pèse 24.000 milliards de dollars prend des paris très risqués dans le but d’obtenir des rendements plus élevés. La même chose se passe sur le marché des pensions de retraite. La plupart des fonds de pension, à la fois privés et publics, sont sévèrement sous-financés. Lorsque cette crise aura pris fin, il ne restera plus grand chose pour les retraités pauvres.

Un grand nombre d’indicateurs dans le monde entier nous indiquent que l’économie mondiale rentre maintenant dans une grave récession. Le commerce mondial décline rapidement comme les bénéfices dans de nombreux pays. La production industrielle est en train de chuter également et au Japon par exemple, elle est maintenant tombée à son plus faible niveau depuis 2011. Les problèmes de la Grèce ne sont toujours pas résolus, leurs banques sont dans le pétrin, le taux de chômage est de 25% et le PIB est en baisse de 27% depuis le début de la crise.

Désastre en Grèce et à travers l’Europe

Rappelez-vous que pendant la grande dépression des années 1930 aux États-Unis, le PIB avait chuté de 32% et la Grèce n’est pas loin de ce niveau. Le problème est que la Grèce est en faillite et la seule solution consiste pour elle à faire défaut, à quitter l’Union européenne et à mettre en place une nouvelle monnaie. La situation n’est pas meilleure en Italie, en Espagne, au Portugal voire même en France. Les marchés émergents étaient le moteur de la croissance pour l’économie mondiale. La Chine, l’Inde, le Brésil et la Russie représentaient 50% de la croissance mondiale au cours des 15 dernières années. Mais avec l’effondrement du prix des matières premières, tous ces pays assistent maintenant à un effondrement sévère de leur économie.

Avec tous ces pays dont on voit l’économie se détériorer, la Banque mondiale ne cesse de réviser à la baisse le PIB mondial. Pour l’année 2015, ses prévisions sont passées de 4% l’an dernier à 2% en Janvier, et aujourd’hui elle anticipe 2,5% de croissance pour l’année 2016. Je m’attends à ce qu’elle anticipe une croissance négative pour 2017.

Effondrement économique mondial

Avec un système financier extrêmement fragile et une économie mondiale qui décline rapidement, la préservation de son patrimoine devient un enjeu majeur. Dans certains pays, les marchés actions ont considérablement rebondi après la chute à laquelle nous avions assisté en début d’année, mais je m’attends à ce que la crise reprenne bientôt. Et quasiment chaque marché financier a chuté par rapport au cours de l’or en 2016.

Depuis le début de l’année, l’or se comporte bien, ayant progressé de 7 à 18 % en fonction de la devise. C’est en dollars que l’or a le plus grimpé, de 18 % depuis le début de l’année, alors que le billet vert se déprécie par rapport aux autres monnaies. Par rapport au Franc suisse, par exemple, le dollar a baissé de 5 % depuis janvier. Je pense que la baisse du billet vert va s’accélérer dans les mois à venir alors que ce dollar surévalué démarre sa descente vers sa valeur intrinsèque, qui est de zéro. La plupart des autres devises suivront dans son sillage. Vu la dévaluation continue des devises, mesurer un rendement ou un patrimoine en euros ou en dollar n’a aucun sens. L’or est bien sûr le meilleur étalon, car il s’agit de la seule monnaie qui a survécu à l’épreuve du temps.

Comme vous le savez Eric, je pense qu’il est essentiel de posséder de l’or physique et de la conserver en dehors du système bancaire et à l’extérieur de votre pays de résidence. Ne pas le stocker dans des banques est évident parce que si le système bancaire vient à s’effondrer, votre or ne sera plus accessible et ce pour longtemps. Plus vraisemblablement, si une banque fait faillite, les clients découvriront alors que leur banque a donné leur or à quelqu’un d’autre ou qu’elle l’aura vendu.

La raison pour laquelle il doit être stocké en dehors de votre pays de résidence a été prouvé à maintes reprises dans l’histoire. Lorsque les gouvernements sont sous pression, ils deviennent oppressants. A de nombreuses reprises dans l’histoire, beaucoup de gens voulaient quitter leur pays. Ce fut le cas par exemple avec les Juifs en Allemagne et les Asiatiques en Ouganda. Beaucoup d’entre eux avaient placé leur or dans un autre pays comme la Suisse, ce qui leur avait permis d’avoir des fonds pour redémarrer après la guerre. En outre, quand une monnaie est sous pression comme le dollar le sera, il y aura un contrôle des changes. A ce moment là, votre argent sera bloqué. Il est également probable que les gouvernements forceront les gens à utiliser leur épargne pour acheter des obligations d’Etat pour soutenir l’économie en faillite du pays. Ces obligations d’Etat seront bien sûr devenues sans valeur une fois que les gouvernements en auront émis une quantité illimitée.

Un avantage pour les résidents américains est que l’or physique stocké sous leur propre contrôle aux Etats-Unis n’a pas à être déclarés à l’IRS. Tout gain en raison d’une vente doit être naturellement déclaré.

Le cours de l’or va monter en flèche

Nous avons acheté beaucoup d’or pour nos clients en 2002, lorsqu’il était à 300 dollars l’once. Il s’est ensuite envolé jusqu’à 1900 dollars pour valoir aujourd’hui 1240 dollars. À ce niveau, son prix ajusté à l’inflation réelle est quasi le même qu’en 2002. Non seulement l’or n’est pas aujourd’hui en odeur de sainteté, mais il est aussi sous-évalué.

En outre, l’or a maintenant terminé sa correction et reprend une tendance haussière à long terme vers de nouveaux sommets. Ainsi, non seulement l’Or est la meilleure garantie permettant de protéger son patrimoine, mais c’est également un excellent investissement au niveau du cours actuel.

Source

 
2 Commentaires

Publié par le 14 avril 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Le Pentagone se prépare à un soulèvement massif aux États-Unis

File:Jade helm 15.jpeg

L’info aurait pu être au conditionnel car je connais mal ces sources issues de médias alternatifs US. Mais en fouillant bien, The Guardian en avait déjà parlé l’année passée : 

Les sciences sociales sont militarisées pour développer des «outils opérationnels» pour cibler les militants pacifiques et les mouvements de protestation déclarait The Guardian

Le Pentagone dépense des millions pour se preparer a un soulèvement civil massif (mass civil unrest) … titrait aussi RT en début d’année (en mai) .

Les « dissidents » de tout bords sont dans le collimateur . Inutile de rappeler le programme Main core .

Souvenez vous de ce papier :

Le véritable but de la loi sur le renseignement : Moutons et Leaders d’opinion (ECHELON, PRISM, MAIN CORE, et STELLAR WIND)

Ou encore :

Oubliez PRISM , Voici MAIN CORE : tout est écouté, suivi, Catalogué, les dissidents de toutes sortes sont sur une liste !!!

j’écrivais ceci :

« Main Core: Une liste de millions de citoyens US sujets à la détention lors d’une loi martiale !
Qui est sur la liste? Qui fait partie des millions de citoyens états-uniens qui ont été désignés comme une « menace à la sécurité nationale » par le gouvernement US? Qui sera sujet(te) à la détention lorsque la loi martiale est imposée lors d’une urgence nationale? Comme vous allez le voir ci-dessous, il existe réellement une liste qui contient les noms d’au moins 8 millions de citoyens US connue sous le nom de Main Core et que la communauté du renseignement US a compilée depuis les années 80″

Selon ce qu’ils veulent savoir , ça s’appelle « cibler » (target = cible) ,  ils n’ont qu’a entrer les mots clefs (d’ailleurs avec tous ceux de ce papier, on est encores repérés de fort loin là …) , la technologie et la base de donnée accumulée fait le reste . »

Et j’avais même aussi parlé des autres programmes :

 TOP SECRET : Oubliez ECHELON, PRISM, oubliez MAIN CORE, voici STELLAR WIND !!!! VF

De toutes façons, tout le monde est déjà sur une liste avec la Plateforme nationale de cryptage et de décryptement , tout le débat autour de la loi sur le renseignement est bidon, mais les gens comme moi, les « meneurs » nous sommes dans d’autres fichiers … (outre celui de l’Express..)

Le véritable but de la loi sur le renseignement est de légaliser la surveillance de masse tout en la justifiant, afin d’avoir sous la main toutes les données nécessaires pour pouvoir contrôler littéralement et manipuler, un peuple, une opinion publique ; et de pouvoir tuer dans l’œuf toute volonté ou tentative du peuple de se révolter, en ayant la capacité de le manipuler, voir au pire de le décapiter donc, de manière ciblée.

Voici donc des précisions :

Un programme de recherche entrepris par le Département de la Défense US a mis en évidence l’inquiétude du Pentagone concernant un soulèvement social étendu.

Plus choquant encore que cette information explosive, le Pentagone investit dans des universités afin de créer des modèles de risques et des points de basculements qui surviendraient suite à l’effondrement de la société américaine dans son ensemble.

Le programme coûte des millions de dollars et est conçu pour donner un aperçu pertinent aux combattants. D’après le Pentagone, il permettrait aux hauts fonctionnaires et politiciens de la défense de proposer un plan de contingence dans l’éventualité d’un soulèvement social massif.

L’Initiative Minerva existe depuis 2008 et l’opération débuta lorsque frappa lorsque la crise financière. Une liste exhaustive des études réalisées est accessible sur le site internet de l’Initiative Minerva.

Connu sous le nom de « Minerva Research Institute », le Département de la Défense a créé des partenariats avec des universités en 2008 dans le but « d’améliorer la connaissance du Département de la Défense sur les forces sociales, culturelles, comportementales et politiques qui façonnent les régions du monde qui ont une haute importance tratégique pour les États-Unis ».

Une des études était la « Cornell-led », qui était aussi dirigée par le bureau de recherche scientifique de la force aérienne. Elle proposait la réalisation d’un modèle « sur la dynamique de la mobilisation des mouvements sociaux et leur contagion. »

En étudiant les précédents mouvements sociaux (tels la révolution en Égypte de 2011 , les élections de la Douma en 2011, la crise des subsides au Nigeria en 2012 et les protestations du parc Gazi en Turquie) et les « traces digitales » des comportements de personnes sur Internet, le Pentagone espérait déterminer la « masse critique » (point de basculement) de la contagion sociale… Ils ont tenté de quantifier le nombres d’internautes révoltés et combien de publications en ligne d’indignation amèneraient a une RÉELLE manifestation.

De tels avertissements permettraient évidemment au Pentagone d’agir à l’avance, par exemple en censurant Facebook ou en imposant un couvre-feu dans les régions affectées. Si les choses en arrivent à ce stade là, vous devrez agir contre votre gouvernement… qui vous a déjà en échec.

L’étude de Cornell a analysé les publications et conversations de Twitter et Facebook afin de pouvoir « identifier les personnes mobilisées dans la contagion sociale et quand ils deviennent mobilisés ».

Une étude plus récente de l’Université de Washington, en relation avec le bureau de recherche de l’armée américaine tente de découvrir les conditions dans lesquelles les mouvements politiques visant à grande échelle le changement politique et économique arrivent, ainsi que leurs « caractéristiques et conséquences », et se concentre sur les « mouvements à large échelle impliquant plus de 1000 personnes engagés durablement ».

Source
Traduction par Thomas Duray (Voir ici)

Sources: Counter-current News, Zero Anthropology

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 décembre 2015 dans général, Insolite, International, Politique

 

Étiquettes : , , , ,

Énorme – Le Washington Post relance l’hypothèse de la planète X : « Y a t-il une planète X, un ‘perturbateur massif’, caché au delà de Pluton ? »

 

Une image fournie par la NASA le 14 Juillet montre une région proche de l’équateur de Pluton avec une chaîne de montagnes capturée par la sonde New Horizon. (NASA / JHUAPL / SwRI via AP)

C’est absolument ÉNORME, après avoir été enterrée l’année dernière par les plus grands médias mondiaux, car malgré un balayage avec le satellite WISE, la NASA ne l’avait toujours pas repérée,  c’est un des plus grands médias mondiaux qui remet le sujet de la planète X sur la table : il y a bien une voir plusieurs planètes au delà de pluton comme je l’ai déjà reporté maintes fois .  

Les sumériens et autres peuples anciens avaient surement quelque part, raison . 

Rien à voir avec « NIBIRU » (quoi que ..)  , mais il y aurait bien au moins un monde géant (massif) au delà de Pluton . Et si c’est une naine brune de type L , ce que je soupçonne depuis le début, normal qu’on ne la voyait pas comme l’explique l’article . Pour le moment, je n’ai fait que traduire du mieux possible ce papier du Washington Post , mais vous vous doutez bien que je reviendrai dessus, et ce dés la semaine prochaine . (pour ceux qui ne le sauraient pas, je suis certainement celui qui a le plus écris en France sur le sujet..) 

Il y avait eu le papier « perdu » du LOS ANGELES TIMES en 1981, celui du SUN en 2010,  La Terre sous l’attaque d’une étoile de la mort , disant ceci :

« Une étoile invisible tourne peut être autour du soleil , provoquant le fait que des comètes mortelles bombardent la Terre,  ont dit hier les scientifiques.

La naine brune – de jusqu’à cinq fois la taille de Jupiter – pourrait être à blâmer pour les extinctions massives qui se produisent sur terre tous les 26 millions d’années. »

Hé bien maintenant on a celui du Washington Post en 2015 : et plus de 35 ans plus tard, l’énigme n’est toujours pas résolue . Z

Si vous avez suivi notre couverture de la mission New Horizons, vous savez que la sonde de la NASA avait fait un fly-by spectaculaire vers Pluton le 14 Juillet et, si l’agence approuve le financement, va examiner un objet « froid, classique » dans la ceinture de Kuiper le ​​Jour de l’An 2019. C’est fondamentalement un morceau de glace et de roche, peut-être de la taille du District de Columbia. [Voir l’explication de Rachel Feltman sur pourquoi les astronomes sont intéressés par ces choses.]

Les astronomes ont détecté jusqu’à présent environ 1.500 corps glacés dans la ceinture de Kuiper, selon Scott Sheppard, un astronome de la Carnegie Institution de Washington. Quelques-uns d’entre eux sont assez grand pour se classer comme « planètes naines ». Et il peut y avoir quelque chose de beaucoup plus grand qui se cache là-bas dans le noir, dit Sheppard. Il y a des indices alléchants d’une planète cachée qui est plus grande que Pluton, peut-être même plus grande que la Terre – et même potentiellement Neptune .

« Je pense qu’il ya certainement des choses là-bas plus grandes que Pluton qui sont encore à découvrir, » nous a dit Sheppard.

Sheppard et le Tchad Trujillo de l’observatoire Gemini à Hawaii ont publié un article dans la revue Nature en 2014 en disant qu ‘«un perturbateur massif  peut exister dans le système solaire externe » Le journal a rapporté la découverte de ce qui semble être une planète naine, baptisé 2012 VP113 (surnommé « Biden »), qui est actuellement d’environ trois fois plus loin du Soleil que Pluton – au-delà de la ceinture de Kuiper. En décrivant ce nouveau monde, les astronomes ont noté qu’un certain nombre de grands objets, très éloignés, partageaient un angle orbital similaire. Voilà qui est fort suspect si vous êtes un astronome s’attendant à voir une distribution aléatoire des objets.

La fonction orbitale clé est connue comme, ce qui est plutôt obtus, « l’argument de la périhélie. » Nous ne sommes pas timides de concepts orbitaux complexes (nous essayons de nous jeter autour de la phrase « obliquité de l’écliptique » chaque fois que possible), mais cela n’est pas très facile à expliquer. « L’argument de la périhélie est l’angle sous lequel un objet vient à sa périhélie par rapport au plan de l’écliptique, » dit Sheppard dans un e-mail. Mike Brown, l’astronome de Caltech qui a découvert la planète naine Eris, nous dit par e-mail, « l’affirmation de Scott est que tous ces objets arrivent à leur périhélie dans l’écliptique, et tous vont partir du dessous du plan vers le dessus du plan à la périhélie ».

Donc, il y a quelque chose d’apparemment non aléatoire, un modèle en effet flagrant dans la façon dont ces objets extrêmement éloignés se déplacent autour du soleil. Et cela suggère qu’il y a quelque chose là-bas pour les influencer – ou, plus précisément, qui rend d’autres types d’orbites instables.

Sheppard explique par e-mail le concept de «perturbateur»:

Un objet massif ou grand perturbateur perturberait ou dérangerait tout ce qui viens près de lui. Donc, les objets qui restent loin du grand perturbateur seraient les objets les plus stables. Ainsi le grand perturbateur peut être le «berger» des objets dans des types d’orbites similaires avec des arguments de périhélie similaires qui sont les orbites qui maintiennent en permanence les petits objets loin du plus grand objet. Cela se voit dans les astéroïdes proches de la Terre, où il ya une préférence pour avoir certains angles orbitaux qui les éloignent de rencontres rapprochées avec la Terre.

Il pourrait y avoir une autre explication pour le phénomène observé. Les Hypothèses sont le bienvenus.

« En ce moment nous en sommes au niveau de nous cogner la tête contre  les musr afin de voir si il y a une autre explication », a déclaré Brown.

Parfois, des schémas impliquant un petit nombre d’objets ou d’événements disparaissent après complément d’enquête. Le papier de 2014 avait été basé sur seulement une douzaine d’objets. Mais Sheppard prépare un nouveau document basé sur les plus récentes découvertes: « Nous avons trouvé quelques objets de la ceinture de Kuiper encore plus extrêmes et ils continuent de suivre la tendance, » a t-il déclaré dans un e-mail.

pX1

Les plaines glacées de Pluton – Ce survol simulée de la Montagnes Norgay et de la Plaine Spoutnik de Pluton a été créé à partir des images de l’approche la plus proche de new horizons. (NASA / JHUAPL / SWRI)

Alors, comment une aussi grande planète peut se trouver  là-bas ? Brown émet l’hypothèse que, il y a longtemps, la planète fut formé plus près du soleil, et aurait pu être le noyau de ce que serait devenu une planète géante comme Jupiter ou Saturne. Mais alors, elle aurait été éjectée vers l’extérieur du système solaire par des interactions gravitationnelles avec d’autres planètes géantes.

Si cette planète X est là, pourquoi ne pouvons-nous la voyons directement ? Parce qu’elle est très loin et proportionnellement pas trés lumineuse. Elle pourrait être à au moins 200 unités astronomiques du soleil – ce qui signifie 200 fois plus loin du Soleil que ne l’est la Terre. Ces planètes hypothétiques, nains ou autres, ne génèrent pas leur propre lumière, et ne peuvent être vues à travers la faible lumière réfléchie par le soleil.

Sheppard note que une grande partie du ciel n’a pas été fouillée avec des instruments extrêmement sensibles capables de trouver un tel monde.

«Nous n’avons pas couvert l’ensemble du ciel dans les profondeurs nécessaires pour trouver des planètes lointaines, » dit Sheppard.

Si vous pouviez visiter ce monde froid sombre, à quoi  ressemblerait-il ?

« Ce serait tout à fait différent de tout ce que nous savons maintenant. Ce serait très grand et tout à fait gelé. Ça ressemblerait à une boule de neige géante congelée « , dit Sheppard.

Évidemment, cela tombe dans la catégorie de « nous le croirons quand nous le verrons ». Mais ce n’est pas une idée marginale, Ce ne devrait pas être confondu avec la notion pseudo-scientifique qu’il y aurait une planète effrayante appelée Nibiru.

Le système solaire n’est pas complètement été exploré. Comme le dit Brown: « Il y a une chance non négligeable qu’il y a des masses terrestres ou des objets plus grands encore à découvrir dans le système solaire externe. »

 Washington Post – resistanceauthentique

 
3 Commentaires

Publié par le 11 septembre 2015 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

NSA – Wikileaks révèle un espionnage économique massif de la France (« Ce scandale sera étouffé  » – Poutine)

Vladimir Poutine sur la mise sur écoute des Présidents français : Ce scandale sera étouffé (VOSTFR)

Choses promises …. voici les nouvelles révélations de Wikileaks .

Quelle humiliation pour la France c’est incroyable ! Comme le précise RT  » Jamais la révélation d’un espionnage économique de la France de cette ampleur n’avait été vérifié, d’autant plus commandité par l’appareil exécutif d’une nation alliée. » Un des bons cotés c’est que les négociations autour du Tafta pourraient etre chamboulées, voir stoppées .

Reste -t-il une once de dignité chez nos dirigeants complètements soumis à l’Empire ? 

A moins que ce ne soit tout le contraire : il y a bien quelqu’un derriere cette campagne de Wikileaks .

Ce n’est pas Moscou, ni Pékin je pense, et sachant que Wikileaks est hébergé en France : si c’était nous…en fait ?  

Car là il y a de quoi non seulement informer les Français , mais aussi les indigner, tout en laissant une marge de manœuvre à notre élite qui ne se mouille pas directement les mains, et qui pourrait tenter de se servir de Wikileaks pour régler ses comptes .

Et puis Rappelez vous avant tout ça, un genre de règlement de compte entre élites avait commencé suite au scandale Snowden,  Noyer (banque de France) et d’autres avaient commencé à couper l’herbe sous les pieds du dollar …. (Christian Noyer, Le Président de la Banque de France menace de tourner le dos au dollar et de se joindre à l’alliance sino-russe : Vers une alliance Euro-sino-russe ? !!)

A ce stade, ce n’est qu’une supposition évidemment, mais la vérité est souvent là où on ne l’attend pas . Z .

Tous les deals internationaux supérieurs à 200 millions d’euros sont systématiquement analysés par les agents secrets américains. Les ministres Moscovici et Baroin ont été mis sous écoute.

Comme prévu, Wikileaks a publié hier soir son deuxième volet de révélations sur l’espionnage de la France. Cette fois-ci, c’est l’économie qui se trouve au centre de sept nouveaux documents mis en ligne sur le site, en partenariat avec Libération et Mediapart : deux ordres de collecte datant de 2012 et cinq retranscriptions réalisées entre 2004 et 2012.

Les ordres de collecte démontrent ce que tout le monde savait plus ou moins déjà, c’est-à-dire que la NSA utilise ses capacités techniques pas seulement pour la lutte contre le terrorisme, mais aussi pour réaliser de l’espionnage économique. Celui-ci se révèle plutôt massif. Les agents secrets doivent passer au peigne fin tous les aspects de l’économie française : les relations avec les Etats-Unis, les pratiques économiques, la politique économique, la position française au sein du G7 ou du G20, des négociations de contrats en cours, des activités douteuses, etc.

Les barbouzes doivent également étudier à la loupe les négociations commerciales internationales dans cinq grands secteurs économiques (télécoms/médias, énergie, transport, environnement, santé). Par ailleurs, ils sont censés récolter des informations sur tous les deals supérieurs à 200 millions d’euros. Ce qui, à l’échelle internationale, n’est pas très élevé et peut donc concerner un grand nombre d’affaires.

Dans les retranscriptions figurent les conversations d’hommes politiques français. Pierre Moscovici et François Baroin ont été écoutés en 2012, lorsqu’ils étaient au ministère de l’Economie et des Finances. Des hauts fonctionnaires ont également été écoutés sur des sujets aussi variés tels que l’Irak, l’OMC ou l’Union européenne.

Quelles méthodes techniques a bien pu utiliser la NSA ?

Il est difficile de savoir comment ces informations ont été collectées. Les cinq nouvelles retranscriptions de la NSA indiquent « Unconventionnal » (non conventionnel), ce qui laisse la porte ouverte à beaucoup de spéculations. S’agit-il de piratage, de cryptanalyse, de pose de micros, de captation passive?…Personne ne sait vraiment.

A noter qu’il existe une présentation dans le fonds documentaire d’Edward Snowden qui détaille le programme « Rampart-A ». Celui-ci est décrit comme un « programme d’accès spécial non conventionnel » sur les câbles sous-marins à fibre optique. Ce programme a pu être utilisé lors de déplacements de politiques français à l’étranger, mais il n’a pas pu servir pour l’interception des communications nationales (comme par exemple entre un président et ses ministres). Le mystère reste donc ouvert.

Voici des précisions : 

Pierre Moscovici et François Baroin

Wikileaks : la NSA espionnait des ministres de l’Économie et des entreprises françaises

Selon le site Wikileaks, la NSA a espionné des données confidentielles de grandes entreprises françaises ainsi que Pierre Moscovici et François Baroin, alors ministres de l’Économie, à des fins commerciales.

Les présidents français ne sont pas les seuls a avoir été écoutés par la NSA. Des documents obtenus par Wikileaks et rendus publics lundi soir par le journal Libération et le site Mediapart, révèlent que la NSA a aussi écouté deux ministres de l’Économie français successifs, Pierre Moscovici et François Baroin, et espionné les grandes entreprises françaises, s’intéressant notamment aux grands contrats d’exportation.

La DNI (la direction nationale du renseignement américain) s’est refusée à tout commentaire spécifique sur ces informations, mais a renvoyé à une déclaration de septembre 2013 du directeur national du renseignement américain, James Clapper, précisant la doctrine américaine en matière de renseignement économique. « Cette déclaration est toujours exacte », a déclaré à l’AFP Jeff Anchukaitis, porte-parole du DNI qui coordonne toutes les agences américaines de renseignement, dont la NSA.

Selon la déclaration de James Clapper, « ce n’est pas un secret » que les services de renseignement américains « collectent de l’information sur les affaires économiques et financières, et sur le financement du terrorisme ».

200 millions de dollars de pertes

Mais les États-Unis « n’utilisent pas leur capacités de renseignement pour voler les secrets commerciaux de compagnies étrangères pour le compte de compagnies américaines », afin d’améliorer la « compétitivité » ou la « rentabilité » de celles-ci, avait-il encore ajouté.

Les efforts du renseignement américain pour « comprendre les systèmes économiques, les politiques économiques et surveiller les activités économiques anormales » permettent aux dirigeants politiques américains de « prendre des décisions informées dans le meilleur intérêt de notre sécurité nationale », avait-il conclu.

Selon Wikileaks, la NSA devait intercepter « toutes les négociations et tous les contrats des sociétés françaises estimés à plus de 200 millions de dollars ».

Un manquement grave

La liste des personnalités écoutées par la NSA en France comprend aussi les trois derniers présidents français – François Hollande, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac- d’après des révélations de Wikileaks déjà dévoilées par les deux mêmes médias mercredi dernier.

Le président français François Hollande avait déjà prévenu dans la nuit de jeudi à vendredi qu’il considèrerait toute entorse à l’engagement des États-Unis de ne plus espionner le sommet de l’État français comme un « manquement grave » à la relation franco-américaine.

« Je considère que si il se produisait quoi que ce soit à partir de l’engagement qui a été pris (en novembre 2013), ce serait un manquement grave à notre relation », avait-il alors déclaré devant la presse lors d’un sommet européen à Bruxelles.

Jusqu’à présent, les responsables américains évoquaient la sécurité nationale pour justifier leur système d’écoutes. Il faut croire que la compétitivité des entreprises était une autre priorité tout aussi importante que le terrorisme pour les « grandes oreilles » de Washington

Jamais la révélation d’un espionnage économique de la France de cette ampleur n’avait été vérifié, d’autant plus commandité par l’appareil exécutif d’une nation alliée.

L’ampleur de ces révélations pourrait bien changer la donne dans les négociations autour du Tafta, le traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis, dont la prochaine réunion est prévue mi-juillet, à Bruxelles.

Avec AFP – http://francais.rt.com/france/3774-leconomie-francaise-ciblee-par-nsahttp://www.france24.com/fr/20150630-wikileaks-nsa-espionnage-ministres-economie-grandes-entreprises-francaises

Source :
Wikileaks
 

Étiquettes : , , , , , ,

Les banques grecques au bord d’un effondrement total : Bank Run « massif », les déposants retirent 700 millions € en 1 jour !

Les banques grecques peuvent désormais s’effondrer d’un jour à l’autre . (n’oubliez pas que toutes les banques sont inter connectées, et même si l’exposition des banques de l’UE a baissé depuis la dernière crise, ça reste un risque systémique)

Les caisses étant déjà vides (avec en plus des dettes à rembourser d’urgence …) , c’est la ruée des déposants grecs pour retirer leur argent (bank run, ou panique bancaire ) .

Résultat, 1 milliard retiré rien que sur jeudi et vendredi, et 3,4 milliards d’euros sur une semaine, ce qui est une somme énorme pour un si petit pays, et pas d’argent qui rentre (sauf au compte goutte, et vu les montants énormes qui « s’évaporent », ça assèche complètement la liquidité du système bancaire, car il y a bien plus d’argent qui est pompé que d’argent injecté) , provoquant un risque d’effondrement imminent : les banques grecques sont en faillite …  

Ça fait un certain temps déjà que les Grecs vident leur comptes, mais on a eu une forte accélération des retraits cette dernière semaine, et selon Zero Hedge on atteint maintenant le point critique :

Alors que le gouvernement grec croit qu’il a peut-être gagner la bataille, sinon la guerre avec l’Europe, la réalité est que chaque jour supplémentaire pour lequel Athènes ne possède pas de filet de financement, que ce soit par la BCE (ou la banque BRIC ), est une journée où le système bancaire local peut totalement s’effondrer.

Pour rappel, les banques grecques dépendent déjà de la BCE pour € 80,7 milliards en assistance de liquidité d’urgence, ce qui représentait environ 60% du total des dépôts dans le système financier grec au 30 Avril . En d’autres termes, elles sont terriblement insolvables et seule la générosité de la BCE au jour le jour empêche un « bail in » forcé  » à la Chypriote sur les dépôts d’environ 40% .

C’est également le plus gros problème pour la Grèce, qui a tenté désespérément d’empêcher une panique parmi tous ceux qui ont encore de l’argent dans le système bancaire.

Les choses se sont dangereusement accélérées vendredi dernier (comme indiqué précédemment) quand la situation pour la Grèce a soudain eu l’air très sombre avant le paiement au FMI de cette semaine, et les politiciens ont été obligés de jouer sur la théorie de l’espoir au maximum, promettant qu’un accord avec l’Europe n’a jamais été plus proche ..

Ce ne fut pas le cas, et à la place la Grèce a admis que ses coffres souverains étaient totalement vides cette semaine quand elle a « regroupé » son modeste paiement de € 345 millions pour le FMI avec les autres, pour un total de  € 1,5 milliards, un paiement qui pourrait bien ne jamais arriver.

Et le plus gros problème pour la Grèce est que après avoir testé la foi et la détermination de ses déposants (pour ne pas mentionner la Troïka, aka les créanciers) qui s’est avérée inexistante,  elle a constaté que les déposants ne croyaient plus en la bonne foi du système bancaire grec (hors crédit). Ce pourrait bien etre le test final pour le gouvernement grec. 

controle des capitaux : scénarios potientiels source

D’après des sources bancaires citées par Intelligent New , les choses aujourd’hui sont allé de mal en pis pour les banques grecques, quand les Grecs ont réagis avec des sorties massives à la décision du gouvernement de la Grèce de regrouper les quatre tranches de paiement au FMI en une seule, fin Juin. »

Selon des sources bancaires, les sorties nettes ont fortement augmentées le vendredi et la liquidité disponible du système bancaire national réduite à des niveaux très faibles et dangereux.

Les mêmes sources estiment les sorties de vendredi autour de 700 millions d’euros , et de 272 millions d’Euros le jeudi. L’assistance de liquidité disponibles en cas d’urgence (ELA) pour les banques grecques est estimé à environ 800 millions d’euros. En outre, l’encours des dépôts totaux du secteur privé (ménages et entreprises) a diminué à moins de 130 milliards d’euros , ou plus bas que les niveaux de  début de 2004.

Les sorties nettes totales dans les derniers 7 jours ouvrables sont estimés à 3,4 milliards d’euros , ce qui menace la stabilité des banques grecques.

Cela signifie que 2,5% de tous les dépôts grecs ont été retirés dans les derniers 5 jours seulement ! A titre Indicatif, c’est comme si les déposants américains avaient retirtés $ 280 milliards auprès des banques américaines (où le montant total des dépôts est de environ $ 10.7 billions)

Comme en outre signalé, la Banque de Grèce va examiner lundi si la Grèce va demander une aide d’urgence supplémentaire (ELA). Cependant, puisque l’une des principales conditions de la BCE pour continuer à fournir à la Grèce l’ELA est que ses banques soient «solvables» (une condition qui n’est possible que grâce à la BCE), on se demande à quel moment la Troïka, dont la claire intention a été dès le premier jour de provoquer une panique bancaire grecque dans un processus menant à la chute du gouvernement Tsipras, va dire : « stop »

Pour ceux que ça intéresse, selon EN , voici les mouvements (sorties et rentrées comptabilisées) sur les dépôts dans les derniers 7 jours ouvrables, résultat, 3.4 milliards de sorties nettes en une semaine :

 

Zero Hedge – resistanceauthentique

 
3 Commentaires

Publié par le 7 juin 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :