RSS

Archives de Tag: Manuel Valls

En catimini, Manuel Valls a placé la Cour de cassation sous contrôle du gouvernement juste avant son départ !!

En catimini, Manuel Valls juste avant son départ de Matignon a placé la plus haute juridiction française sous l’autorité du gouvernement, par un simple décret. . En plaçant la Cour de cassation sous contrôle du gouvernement qui plus est juste avant son départ , son Indépendance est remise en cause, et la séparation des pouvoirs est «mise en défaut» .. Incroyable !

C’est par un simple décret, pris dans une grande discrétion, que l’ancien Premier ministre a modifié l’organisation institutionnelle de la Cour de cassation. Celle-ci exige des explications, tandis que des avocats dénoncent une décision «sidérante».

«En rupture avec la tradition républicaine». C’est ainsi que la Cour de cassation qualifie elle-même l’arrêté pris par Manuel Valls le lundi 5 décembre dernier, quelques heures avant sa démission de Matignon, qui place la plus haute juridiction judiciaire française sous l’autorité… du gouvernement.

Bertrand Louvel, premier président de la Cour de cassation, dans un courrier public adressé à Bernard Cazeneuve, Premier ministre depuis le 6 décembre, demande des explications à celui-ci quant à cette décision, alors que le ministère de la Justice n’a, semble-t-il, pas donné suite à une première demande d’explication qui lui aurait été adressée.

Très concrètement, ce décret confie à l’Inspection générale des services judiciaires, une autorité sous les ordres du gouvernement, le contrôle de la Cour de cassation. Si celle-ci était déjà contrôlée par la Cour des comptes ou le Conseil de la magistrature, ces deux institutions sont néanmoins indépendantes – ce qui n’est pas le cas de l’Inspection générale des services judiciaires.

La Cour de cassation redoute de se voir placée «sous le contrôle direct du gouvernement». Plusieurs avocats et magistrats ont d’ores et déjà fait part de leur inquiétude face à une décision qui touche au point sensible de la séparation entre pouvoir exécutif et judiciaire, et disent craindre une «instrumentalisation» de la justice.

Le gouvernement ne s’est pas encore expliqué sur les raisons qui ont motivé la rédaction de ce décret, d’ailleurs publié dans une discrétion substantielle. Cet épisode, après les propos tenus par François Hollande sur les juges et révélés dans le livre Un Président ne devrait pas dire ça, pourrait détériorer encore davantage les relations entre l’exécutif et la justice.

«Dictateur fou» : réactions indignées après le décret de Valls sur la Cour de cassation

Le dernier décret de Manuel Valls a enflammé les réseaux sociaux. De nombreux responsables politiques craignent la fin de l’indépendance de la justice et certains n’ont pas hésité à qualifier l’ancien Premier ministre de «dictateur».

L’arrêté signé en grande discrétion par Manuel Valls le lundi 5 décembre, quelques heures avant sa démission de Matignon, a confié le contrôle de la Cour de cassation à l’Inspection générale des services judiciaires, une autorité placée sous les ordres du gouvernement.

Le 7 décembre, le Premier président de la Cour, Bertrand Louvel, et son procureur général, Jean-Claude Marin, ont rendu public un courrier envoyé le 6 décembre au nouveau Premier ministre Bernard Cazeneuve. Les deux plus hauts magistrats de France réclament des explications sur le décret qui place selon eux la Cour de cassation «sous le contrôle direct du gouvernement».

Tandis que des avocats ont dénoncé une décision «sidérante», de nombreuses personnalités politiques ainsi que des élus ont rapidement fait état de leur stupeur et de leur colère.

Si la gauche s’est montrée discrète à réagir, les hommes et femmes politiques de droite et du Front national tirent à boulets rouges contre Manuel Valls. Certains d’entre eux n’hésitent pas à comparer le décret à une décision dictatoriale.

Scandalisée par la «mise sous tutelle de la justice», Dominique Bilde, eurodéputée du Front national, a qualifié l’ancien Premier ministre de «dictateur fou».

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national et également eurodéputé, a pour sa part traité Manuel Valls «d’apprenti-dictateur jusqu’au bout».

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 8 décembre 2016 dans général, Insolite, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

Pour «protéger la démocratie», Valls entend prolonger l’état d’urgence jusqu’à la présidentielle

Etat d'urgence en France

Incroyable, prolonger l’état d’urgence , qui est une atteinte à nos libertés par définition, pour « protéger la démocratie» !! L’antiphrase , L’antithèse voir L’oxymore  (« état d’urgence » vs « démocratie »)Le paradoxe même . On se moque de qui en affirmant cela ???

Le Premier ministre français Manuel Valls a déclaré dimanche 13 novembre à la BBC que l’état d’urgence allait sans doute être prolongé de quelques mois en janvier, dans la perspective notamment de la présidentielle.

«Il est difficile aujourd’hui de mettre fin à l’état d’urgence. D’autant plus que nous allons nous engager dans une campagne présidentielle dans quelques semaines avec des meetings, avec des réunions publiques. Donc il faut aussi protéger notre démocratie», a déclaré Manuel Valls lors d’un entretien à l’émission BBC HARDtalk.

«Par ailleurs, ce dispositif d’état d’urgence nous permet aussi des interpellations, des contrôles administratifs qui sont efficaces […] Donc oui, nous allons vivre encore sans doute pendant quelques mois avec cet état d’urgence», a-t-il ajouté.

L’état d’urgence, instauré en France après les attaques du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et à Saint-Denis, a été prolongé de six mois fin juillet.

Tout en déclarant vouloir rester «très prudent» à cet égard, le Premier ministre a estimé que le risque d’une attaque organisée par un commando comme cela avait été le cas le 13 novembre 2015 avait «plutôt tendance à diminuer».

«En revanche nous pouvons faire face à des attaques du type de celle que nous avons connue à Nice (86 morts en juillet 2016, ndlr). C’est à dire des individus qui sont actionnés directement par internet, par des réseaux sociaux, par l’Etat Islamique sans avoir eu besoin de passer par la Syrie ou par l’Irak», a-t-il ajouté.

Prolongation de l’état d’urgence : «La France doit aussi être lucide sur la menace», plaide Valls

Le Premier ministre français confirme la demande du gouvernement de prolonger l’état d’urgence pour la cinquième fois consécutive. Manuel Valls a souligné l’importance du dispositif dans la lutte contre le terrorisme.

«La France doit aussi être lucide sur la menace. C’est pour cela en effet que nous proposerons au Parlement de prolonger l’état d’urgence», a expliqué Manuel Valls le 15 novembre lors de la séance des questions à l’Assemblée nationale, invoquant notamment les élections de 2017.

L’exécutif a pris cette décision «parce qu’il y a notre engagement en Irak et en Syrie. Parce qu’il y a ce niveau de menace. Parce que nous rentrons aussi dans une phase électorale et que la démocratie est très directement visée par les terroristes», a justifié le Premier ministre.

«Tous les jours, toutes les semaines, des réseaux djihadistes sont démantelés, des personnes sont interpellées, des attentats sont régulièrement évités», a encore souligné le Premier ministre. Ce dernier avait déjà confié à la BBC que l’état d’urgence serait «sans doute» prolongé «de quelques mois», sans préciser la durée de cette prolongation.

Il s’agira de la cinquième prolongation de ce régime prévu par la Constitution, qui permet notamment des assignations à résidence et élargit les possibilités de perquisitions.

Les règles régissant l’état d’urgence prévoient que «la loi portant prorogation de l’état d’urgence est caduque à l’issue d’un délai de quinze jours francs suivant la date de démission du gouvernement ou de dissolution de l’Assemblée nationale», ce qui arrivera de fait avec les échéances électorales.

L’état d’urgence avait été décrété par François Hollande il y a un an, au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. Après sa durée de base de douze jours, il avait été prolongé fin novembre 2015, et à trois autres reprises depuis.

 
1 commentaire

Publié par le 15 novembre 2016 dans Education - information, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

Manuel Valls affirme sa volonté de mettre en place un revenu universel

Le Premier ministre a réaffirmé vouloir mettre en place un revenu universel, pour « renforcer et simplifier » toutes les aides sociales actuellement existantes.

 
3 Commentaires

Publié par le 3 octobre 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , ,

Revenu universel : Manuel Valls remet le couvert pour occuper la galerie

on appelle cela du foutage de gueule

Alors que c’est une véritable déferlante politique qu’on observe à la faveur des primaires du parti étatiste de droite, force est de constater une attitude beaucoup plus calme du côté des étatistes de gauche qui semblent actuellement jouer pianissimo. Bien sûr, l’actualité offre parfois la parole à l’une ou l’autre égérie des Socialistes et l’on peut découvrir certaines de leurs idées consternantes, mais globalement, c’est plutôt calme. Pour les membres du gouvernement, il faut pourtant continuer à exister médiatiquement. Heureusement, Valls, toujours aussi fermement Premier ministre, a trouvé un petit sujet histoire d’occuper un peu les médias : le revenu universel. Et ça tombe bien, il est pour.

C’est dans une tribune publiée sur son compte Facebook que Manuel Valls explique en détail sa nouvelle trouvaille : sobrement intitulée « Volontarisme, bon sens et simplification : faire vivre la solidarité » à la façon d’un BHL qui ferait un ouvrage sur la modestie et l’humilité, Manuel entend nous présenter quelques unes de ses recettes miracles pour redresser le pays, améliorer le vivrensemble, louanger les bons petits plats de chez nous…

… Et relancer le tourisme local avec la culture de la marijuana, celle qu’il a très probablement fumée à grosses bouffardes bleutées pour écrire certains passages de son texte entièrement réalisés à base de poudre de perlimpinpin et de sirop de licorne. C’est qu’il en faut, pour affirmer ainsi qu’aujourd’hui, « la pauvreté ne progresse plus en France », au moment même où tous les indicateurs montrent précisément le contraire.

Mais baste, saluons l’effort d’un Premier ministre en phase avec son monde et qui se fend d’un « billet Facebook » pour nous expliquer le bonheur simple d’un petit coup de Revenu Universel.

Parce qu’en termes de bon sens, de volontarisme et de science-fiction pardon simplification, c’est vers ce Revenu Universel que Manuel entend diriger son gouvernement. On l’imagine déjà, cornaquant sans relâche une administration mastodonte, pour obtenir d’elle qu’elle s’adapte enfin à un vrai désir de lisibilité et de transparence qu’émettent ses usagers pourtant régulièrement maltraités. C’est mignon. Le gouvernement, Valls en premier, vise en effet à simplifier ces minima, a donc étudié plusieurs pistes, et comme il le dit,…

« Le revenu universel, c’est-à-dire une allocation unique pour remplacer la dizaine de minima sociaux existants, en est une .»

Plus pragmatiquement, l’idée consisterait ici à remplacer l’ensemble des minima sociaux existants par un revenu de base universel. Fini le RSA, les allocations diverses et variées, les aides multiples ou complexes, les formulaires, les cerfas (fameux cerfas !), les petits papiers de l’administration par millions et, surtout, les démarches invraisemblables aux pièces justificatives toujours plus nombreuses et nécessaires mais jamais suffisantes : bientôt, avec une unique demande et – on l’imagine – un unique cerfa au numéro improbable, le demandeur obtiendra une aide unique, complète et adaptée à ses besoins lilliputiens. Quand je vous disais qu’il y avait de la marijuana impliquée dans l’histoire, le doute n’est pas permis.

Que voulez-vous : la primaire de la droite bat son plein, il faut donc trouver un sujet sexy pour occuper les troupes socialistes et le Revenu Universel peut très bien constituer un sujet roboratif. À l’analyse et dans les petites lignes cependant, ce revenu universel de base semble déjà comporter quelques petits soucis.

Les propositions actuelles s’orientent (mollement) vers une « couverture-socle commune » de 400 euros pour tous les majeurs en situation d’insertion financée par l’État, ainsi qu’un « complément de soutien » payé par l’État pour les 65 ans et plus, pour les personnes en situation d’invalidité ou en incapacité de travailler. Bien évidemment, Valls n’en est pas encore à substituer dans la foulée les prestations sociales par ce Revenu universel, proposition suivante de certains rigolos approximatifs de la comptabilité publique, mais l’idée reste de prendre en compte un maximum de situations individuelles. : l’État veut s’occuper de tout le monde et surtout de chacun, de border ses millions de petits enfants contribuables, tous les soirs, bien comme il faut.

Autrement dit, ce revenu universel ne sera pas universel. Il va évoluer dans le temps et en fonction des personnes. Dans la vision du Premier ministre, il sera probablement assujetti à des conditions de ressources, et visera à combattre la pauvreté (mantra puissant, seul capable de fédérer les troupes de gauche en vue du prochain affrontement électoral).

Quant à la simplification administrative qu’il offrira, est-il vraiment utile de rappeler toutes les précédentes réformes que ce gouvernement (et pas mal de ses prédécesseurs) aura lancées pour aboutir, à la force du poignet, à de nouvelles usines à gaz bien pire que le marécage qu’elles entendaient assainir ? Doit-on remettre une pièce dans le bastringue et parler de l’horreur d’ALUR, de la grotesque réforme régionale, de toutes les réformes fiscales ou éducatives que nos administrations se sont farcies et qui transforment la vie dans ce pays en un véritable petit enfer balisé par des cases à cocher et des pièces justificatives à fournir en trois exemplaires ?

Il semble absolument évident que ce Revenu Universel, qui ne sera pas un revenu mais plutôt une allocation, qui ne sera pas universel mais plutôt orienté et discriminant, ne participera en rien à la simplification administrative. D’ailleurs,

« Le gouvernement engagera un dialogue avec tous les acteurs pour construire une réponse souple, plus simple et donc plus efficace, qui prenne en compte les situations individuelles… »

Oh oui, du dialogue ! Et avec « tous les acteurs » ce qui veut dire plein de monde ! Et une réponse souple, ce qui sous-entend une adaptabilité de tous les instants à des situations les plus tordues ! Snif, snif, pas de doute : tout ceci sent furieusement le gros ratage en devenir et, plus précisément, l’odeur rance d’une tactique de dernière minute pour ramener quelques moutons égarés dans la bergerie socialiste.

Le procédé est assez grossier. Depuis le choix du médium (Facebook) qui vise essentiellement cette frange de la population (les jeunes) qui mérite d’être mobilisée (les vieux votant de façon cohérente et en bon ordre, il n’y a guère besoin de s’adresser à eux), jusque dans le choix du sujet (la précarité touchant bien plus les jeunes que les vieux), tout indique la seule tactique et pas grand chose derrière. De surcroît, comment ne pas rapprocher cette distribution de bons sentiments à pas cher des précédents cadeaux que l’équipe hollandesque fait actuellement à tours de bras pour tenter de sauver le soldat François alors qu’approchent les élections ?

Dès le départ, on sait que cette opération est vouée au patouillage artistique puisque c’est une « réforme d’ampleur ». Or, les réformes d’ampleur ont ceci de particulier, en France, de justement prendre leur ampleur dans le temps tout en accouchant d’hippopotames mutants qui alourdissent encore un peu plus l’existant. Dans le cas qui nous occupe, le fier Manuel a d’ailleurs déclaré que ce revenu universel pourrait mettre «cinq ans, dix ans ou quinze ans» à voir le jour, ce qui donne tout de suite une idée précise de la valeur qu’il accorde au projet.

Cinq, dix, quinze ans ? Alors même que son poste ne durera pas trois, ni deux, ni même un an ?

Pas de doute, c’est du foutage de gueule.

—-
Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 septembre 2016 dans économie, général, société

 

Étiquettes : , , , ,

Manuel Valls : « Je n’ai jamais dit que j’étais sioniste » !

Alors ça c’est fou comme déclaration quand on voit la vidéo ci dessus . Valls qui est un ancien pro palestinien je le rappel.

Pire, selon Libération , « la colonisation doit cesser » a déclaré le 1er ministre :

Depuis le début de sa visite, Manuel Valls s’est employé à surmonter les réticences israéliennes et a multiplié les gestes symboliques et les gages d’amitié, y compris personnelle, envers Israël, tout en répétant que « la colonisation doit cesser ».

« Je rappellerai à Benjamin Netanyahu que cette initiative n’est pas contre Israël », mais, au contraire, dans son intérêt comme dans celui des Palestiniens, a signalé Manuel Valls lundi. Il a à nouveau évoqué les motivations françaises : recréer une dynamique autour d’une « solution à deux États » israélien et palestinien coexistant en paix, et mettre fin à un dangereux statu quo qui menace de dégénérer en une nouvelle escalade dans une région déjà en proie au tumulte. Après une réunion préparatoire le 3 juin sans Israéliens ni Palestiniens, Paris espère réunir à l’automne une grande conférence en leur présence.

 

Même si le président israélien a salué Manuel Valls, un « ami véritable d’Israël », la visite du Premier ministre français risque d’être agitée.

Le Premier ministre a entamé cette deuxième journée marathon en Israël sous le signe de la mémoire. Kippa noire sur la tête, il s’est recueilli à Jérusalem sur les tombes des victimes d’actes antisémites en France : Ilan Halimi, les victimes du tueur djihadiste de Toulouse Mohamed Merah, ainsi que les victimes de la prise d’otages meurtrière de l’Hyper Cacher à Paris en janvier 2015. Il a ensuite ranimé au mémorial Yad Vashem la flamme en souvenir des quelque six millions de juifs exterminés durant la Seconde Guerre mondiale.

Après le déjeuner avec Benjamin Netanyahu, Manuel Valls se rendra dans les Territoires palestiniens.

Donc tout est relatif aussi …

Les vieux démons de Valls refont surface …. Mais Israël est un passage obligatoire .

« Je n’ai jamais dit que j’étais sioniste »

Interviewé, lors de son passage en Israël, par Paul Amar et Apolline de Malherbe pour une émission diffusée en simultanée sur BFMTV et i24news, le Premier ministre Manuel Valls a déclaré : « Je n’ai jamais dit que j’étais sioniste, le sujet n’est pas là. Ce n’est pas du tout mon problème. Mon problème c’est de dire que le discours antisioniste est le premier pas, la porte ouverte à l’antisémitisme ».

 

Vidéo ICI

 

Sur les rapports entre Manuel Valls, les juifs et Israël, revoir la présentation par Alain Soral de l’ouvrage Le Vrai Visage de Manuel Valls lors de la vidéo Conseils de lecture de juin 2014 :

Via E et R

 

Étiquettes : , , ,

Manuel Valls regrette le vote d’une résolution pro-palestinienne à l’Unesco

A noter ceci : L’ancien maire de Londres sanctionné pour avoir mentionné la collaboration entre sionistes et nazis :

L’ancien maire de Londres Ken Livingstone a été suspendu du parti travailliste après avoir affirmé qu’Hitler avait soutenu le sionisme, lors d’un entretien au cours duquel il défendait un collègue accusé d’antisémitisme.

«Rappelons-nous, lorsque Hitler a remporté l’élection en 1932, sa politique était de déplacer les Juifs en Israël» a-t-il confié à la radio BBC jeudi, avant d’expliquer : «Il soutenait le sionisme avant de perdre la tête et de finir par tuer six millions de Juifs.» Cette déclaration a été condamnée par plusieurs députés travaillistes, ainsi que par le Premier ministre David Cameron, qui a affirmé que le parti travailliste avait «un problème avec l’antisémitisme».

Ken Livingstone a refusé de s’excuser pour sa déclaration, affirmant que la critique des politiques menées par le gouvernement israélien ne devaient pas être confondues avec l’antisémitisme, après s’être écharpé avec le député travailliste John Mann qui l’avait accusé de faire «l’apologie du nazisme» de «réécrire l’histoire».

———————————————————————————–

Manuel Valls a critiqué la résolution de l’Unesco visant à protéger le patrimoine palestinien.

Lors des questions au gouvernement mercredi, le Premier ministre a regretté le vote de la France en faveur d’une résolution de l’Unesco initiée par plusieurs pays arabes. Elle porte sur la sauvegarde du patrimoine culturel palestinien.

«Il y a dans cette résolution de l’Unesco des formulations malheureuses, maladroites, qui heurtent et qui auraient dû être incontestablement évitées, comme ce vote.» Voici une réponse de la part de Manuel Valls qui a dû donner satisfaction à Meyer Habib. Le député franco-israélien de l’UDI a interpellé le Premier ministre mercredi dans l’hémicycle. Il s’est indigné du vote français en faveur d’une résolution de l’Unesco.

A l’initiative de plusieurs pays arabes, le conseil exécutif de l’institution a adopté le 14 avril, avec la voix de la France, une décision sur la Palestine occupée visant à «sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est».

Elle a été adoptée le mois dernier par 33 voix contre 6 et 17 abstentions. Au sein des pays qui ont voté pour, on compte donc la France mais également l’Espagne, la Slovénie, la Suède et la Russie. L’Estonie, l’Allemagne, la Lituanie, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne ou encore les Etats-Unis ont voté contre.

Un texte polémique

Cette résolution, qui condamne de fait l’occupation israélienne de sites palestiniens, a eu le don d’énerver les autorités de l’Etat hébreu. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a parlé de texte «absurde».

Du côté de l’Hexagone, le président du Conseil représentatif des juifs de France (CRIF), Roger Cukierman, s’est exprimé auprès de RT France : «Que la France ait voté une telle résolution est un pur scandale. J’ai écrit au président de la République pour protester. C’est une insulte pour les juifs français comme pour les juifs du monde. Ce n’est pas Israël qui est visé, ce sont les juifs dans leur religion et dans leur croyance et c’est une atteinte à la vérité historique.»

Manuel Valls a souhaité rassurer. «Je veux le redire devant vous avec force, avec conviction : la France en aucun cas hier, aujourd’hui ou demain, ne niera la présence et l’histoire juive à Jérusalem. Cela n’aurait aucun sens, c’est absurde de nier cette histoire», a-t-il déclaré.

Le locataire de Matignon a tenu à affirmer que la position de la France au regard du conflit israélo-palestinien n’avait pas bougé : «Cette résolution ne change rien dans la politique de la France.»

Ayrault et Valls en Israël

Ce litige, qualifié d’«incompréhension» par le président Hollande, intervient alors que la France tente de revenir en force sur le terrain diplomatique. Paris va organiser fin mai une réunion ministérielle internationale, sans présence israélienne ou palestinienne, qui pourrait, en cas de succès, déboucher sur un sommet international avec les deux parties avant la fin de l’année.

Les prochaines visites de Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls en Israël et dans les Territoires palestiniens s’inscrivent dans cette volonté. L’ex-Premier ministre s’y rendra samedi et dimanche tandis que son successeur lui emboîtera le pas du 21 au 24 mai.

D’ailleurs La veille de son voyage en Israël, Jean-Marc Ayrault passera par la case CRIF …

RT

 
 

Étiquettes : , , , , ,

Attentats à Bruxelles revendiqués par ISIS – Manuel Valls : « nous sommes en guerre ! »

L’Horreur a encore frappé à Bruxelles, comme on pouvait s’y attendre .

Selon Al Arabiya et maintenant plusieurs autres sources, ISIS a revendiqué la responsabilité de l’attaque par l’ intermédiaire de canaux de propagande affiliés.

Valls avait déjà annoncé que d’autres attentats étaient prévisibles . Il déclare à nouveau que « nous sommes en guerre » :

« Nous sommes en guerre », a de nouveau affirmé mardi Manuel Valls après les attentats de Bruxelles, exprimant sa « solidarité » et sa « compassion » aux victimes et à la Belgique.

« Nous sommes en guerre, nous subissons depuis plusieurs mois en Europe des actes de guerre. Et face à cette guerre, il faut une mobilisation de tous les instants », a déclaré le chef du gouvernement en arrivant à la réunion des députés socialistes à l’Assemblée, après une réunion d’urgence à l’Elysée qui a débouché sur de nouveaux renforcements des mesures de sécurité en France.

Donc on va avoir de « nouveaux renforcements des mesures de sécurité en France »

A ce moment précis, un Rappel du bilan de l’état d’urgence s’impose :

Afficher l'image d'origine

Petit retour en arrière : 

Hier, nous apprenions par un malheureusement hasard que Salah Abdeslam était «prêt à refaire quelque chose» depuis Bruxelles, que le gouvernement belge avait trouvé un nouveau réseau autour de lui dans la ville. Comment est-il concevable qu’Abdeslam n’ai pas été retrouvé avant? Et pourquoi ce nouveau réseau détecté a-t-il pu tout de même mettre en oeuvre ses attaques? A quoi servent donc toutes leurs mesures de surveillance? 

On nous a placé cette information juste avant les attaques comme pour nous dire: « vous voyez, on sert à quelque chose…mais on manque de moyens, c’était trop tard ». C’est lamentable! Tout mes vœux de soutien vont aux familles des victimes qui, une fois encore, subissent la folie des gouvernements européens qui ont laissé leurs jeunes partir en Syrie, les ont armé et constatent aujourd’hui les résultats tragiques de leur décisions politiques. De la même manière, nous avons vu que pour les attaques de Paris, le flux migratoire avait permis aux terroristes de se fondre dans la masse.

Ce sont nos gouvernements qui ont permis ces attaques, par leurs actions et inactions. Ces terroristes auraient du être neutralisés depuis longtemps.

Deux explosions ont eu lieu à l’aéroport Zaventem à 8H et une autre à la station de métro Maelbeek…à 9H11. Le bilan des morts a rapidement triplé.

Selon les médias russes, les services spéciaux russes auraient averti les autorités belges de l’arrivée de terroristes. Deux hommes âgés de 27 et 23 ans auraient quitté la Biélorussie fin février pour se rendre en Belgique. D’après les sources citées par les médias, les deux frères auraient pu suivre un entrainement dans des camps de djihadistes en Syrie.

Des bombes qui n’ont pas explosé ont été retrouvées. Vous pouvez trouver un fil en continu sur 7sur7 ou RT.  (source)

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :