RSS

Archives de Tag: l’offensive

Les sénateurs McCain et Graham jurent d’écraser la Russie : « 2017 sera l’année de l’offensive contre Poutine »

Du coté US , la vengeance se prépare (cf article précédent) – Les sénateurs étatsuniens, John McCain et Lindsey Graham, ont voyagé sur la ligne de front de l’Ukraine à Shyrokyne pour proclamer à une équipe de première classe de fusiliers marins que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de battre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Le Daily Express rapporte que, VLADIMIR Poutine a été averti qu’il est voué à l’échec en Ukraine et que 2017 sera une année d’agression anti-russe.

 

Les sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham se sont rendus à la ligne de front de Shyrokyne en Ukraine pour proclamer devant un groupe de marines d’élite que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de vaincre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Si Poutine revendique la victoire en Ukraine alors il pourra continuer à envahir, annexer et conquérir d’autres parties du monde, a averti l’ancien candidat présidentiel républicain et prisonnier de guerre au Vietnam John McCain.

Le républicain Graham a également adressé un message accablant à M. Poutine, en disant:

 «J’admire le fait que vous allez vous battre pour votre patrie.

« Votre combat est notre combat – 2017 sera l’année de l’offensive.

« Nous allons revenir à Washington et nous allons maintenir le cap contre la Russie. Assez de cette agression russe.

«Il est temps pour eux de payer un lourd tribu. Notre combat n’est pas avec le peuple russe, mais avec Poutine.

« Notre promesse est de soutenir votre cause à Washington, informer le peuple américain de votre bravoure et de soutenir votre engagement contre Poutine dans le monde. »

M. McCain a ajouté: «Je crois que vous allez gagner. Je suis convaincu que vous allez gagner et nous ferons tout notre possible pour vous fournir ce dont vous avez besoin pour gagner.

«Nous avons réussi pas à cause de l’équipement, mais à cause de votre courage.

« Le monde regarde et nous ne pouvons pas permettre à Vladimir Poutine de réussir ici car s’il réussit ici, il réussira dans d’autres pays. »

[…]
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Vers la Censure généralisée : L’offensive politico-médiatique contre les sites de ré-information

Ariane Walter à « Marianne » au sujet des « Fous du complot ».

Les pouvoirs en place et l’oligarchie perdent les pédales à tous les niveaux, ils ont donc de plus en plus peur de la vérité qui sort et de la remise en cause du status quo : c’est un peu comme avant la nuit où le peuple a abolit les privilèges, en août 1789 (bien que la comparaison ne soit pas adaptée). 

Alors jamais notre devise n’aura été aussi vraie :

« En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire » (Georges Orwell)

Les citoyens sur le net sont trop informés, et donc ils deviennent « dangereux » pour le status quo et la fausse réalité qu’ils fabriquent, et nous qui faisons ce travail de réinformation en mettant dans la lumière l’imposture médiatique de masse (ainsi que ceux qui tirent les ficelles derrière) et qui abordons  les sujets les plus sensibles, ce que les médias de l’oligarchie ne peuvent pas faire par définition, appartenant à ceux là même qui trompent à grande échelle les peuples, les mettent en esclavage, ceux qui ont mis en place tout un système légal pour servir leurs intérêts au détriment de ces derniers …. ; nous devenons donc ostensiblement des menaces potentielles énormes et des cibles prioritaires pour les pouvoirs en place .

Ce thème du conspirationnisme est une création, une de plus, qui relève d’une volonté politique au pus haut niveau face à un profond sentiment « d’insécurité » des pouvoirs en place :

Rappel de notre papier : Le label « Théoriciens du complot » est une création de la CIA En 1967 … pour attaquer toute personne qui conteste le récit « officiel »  

Extrait :

« La CIA a inventé le terme théoricien de la conspiration en 1967

Tout cela a changé dans les années 1960.

Plus précisément, en avril 1967, la CIA a écrit un mémo qui a inventé le terme «théories du complot»… et  recommandé les méthodes pour discréditer ces théories. Le mémo a été marquée comme psych – abréviation pour opérations psychologiques ou de désinformation – et CS pour l’unité de la CIA des services clandestins.

Le mémo a été produit en réponse à une demande de Freedom of Information Act par leNew York Times en 1976.

Le mémo indique:

    2. Cette tendance de l’opinion est un sujet de préoccupation pour le gouvernement américain, y compris notre organisation.

***

Le but de ce mémo est de contrer et de discréditer les déclarations des théoriciens de la conspiration, de manière à empêcher la circulation de ces déclarations dans d’autres pays. Des informations générales sont fournies dans une section classifié et dans un certain nombre de pièces jointes non classifiées. » 

C’est assez clair, ce seul article (avec documents de la CIA à l’appui) suffit à mettre en l’air toute leur propagande auprès du public éveillé, ou même ceux qui s’informe un minimum et qui vont chercher l’info .

GAME OVER : l’offensive propagandiste des élites politico-médiatique n’est plus crédible ; il faut absolument diffuser ce que nous savons au public « lobotomisé », de zombies (par opposition au public « éveillé », qui doit s’impliquer car il a un rôle crucial).

Je n’invente rien, tout est notoire, on sait qui possède quoi , par exemple : Entretien avec Pierre Jovanovic : « Ce n’est pas un hasard si vous avez eu l’express et d’autres journaux rachetés par des intérêts israéliens » 

Selon Paul Craig Roberts (2011) , le concept de théorie du complot « a subi une redéfinition orwellienne » […]

Une « théorie du complot » ne signifie plus un événement expliqué par une conspiration. Maintenant il signifie plutôt toute explication, ou même tout fait, en décalage avec l’explication du gouvernement et celle de ses souteneurs médiatiques […]

Autrement dit, la vérité devenant inconfortable pour le gouvernement et son ministère de la Propagande, la vérité est redéfinie comme une théorie du complot, signifiant qu’il s’agit d’une explication absurde et risible que nous devrions ignorer.

source : http://www.globalresearch.ca/9-11-and-the-orwellian-redefinition-of-conspiracy-theory/25339

Ils tentent désormais de criminaliser le « conspirationnisme » : on a bien vu d’abord l’Express qui a tenté de nous décrédibiliser avec le « conspirationnisme », puis Le Monde de criminaliser  le « conspirationnisme », c’est enfin marianne dans un papier qui tient de la folie psychiatrique , qui montre la peur profonde et incontrôlable qui habite les élites .

Rappel entre autres : Quand L’Express déclare la guerre aux médias alternatifs : la « liste » des 67 sites à consulter absolument ! et Attention – Apres l’Express, 2e étape : le quotidien Le Monde tente de politiser le conspirationnisme, « un extrémisme politique influent » !! 

Ils ont les milliards et le public de zombies, nous avons le public éveillé : une course contre la montre a commencé pour les médias alternatifs afin de désamorcer cette propagande avec des arguments lourds, avant qu’ils n’utilisent leurs immenses pouvoirs (financier, médiatique, politique etc)  par la FORCE , pour tous nous censurer, et nous fermer.

Vous le public éveillé, êtes la clef de ce tournant historique, soyez en très conscients comme je vous le rappelle souvent, et soyez à l’affût . 

Vous êtes notre seule protection et rempart face aux grands prédateurs de l’oligarchie qui nous ont pris pour cibles : leur imposture est grossière, leur propagande à son comble, et leur attaque massive contre les médias alternatifs évidente .

La dérive totalitaire est proche .

Le peuple contre une caste, la LIBERTÉ contre le totalitarisme …. Z .  

Il n’y a pas que nous, beaucoup de médias alternatifs sonnent l’alerte :

 L’offensive politico-médiatique contre les sites de ré-information

De nombreuses attaques ont eu lieu ces derniers mois contre les sites de ré-information, accusés de véhiculer des thèses « complotistes » ou tout simplement de fausses informations. Ces attaques sont venues de différentes sphères, aussi bien politiques que médiatiques. On peut citer entre autres, les déclarations du premier ministre David Cameron, assimilant les sites dits « conspirationnistes » au terrorisme et appelant devant les nations unies à les traiter comme tel, il y eu également les déclarations du président français François Hollande lors de la commémoration de la libération d’Auschwitz annonçant un « plan global de lutte contre le racisme et l’antisémitisme », organisé autour de trois idées : la sécurité, l’éducation et la « régulation du numérique », avec en ligne de mire les « thèses complotistes [qui] prennent leur diffusion par internet et les réseaux sociaux ».

Le président français a également appelé à la création d’un « cadre juridique » européen et international destiné à criminaliser la diffusion de contenus qualifiés de « complotistes ». On voit ici tout le danger qui pèse sur la liberté d’expression, mais surtout sur la liberté d’information, avec l’emploi d’une qualification juridique aussi subjective et floue que le « complotisme » qui se prête à toutes les interprétations et surtout à une définition à géométrie variable au service de l’imposition d’une version officielle de l’histoire. Il s’agit en réalité, sous des prétextes moraux fallacieux, d’imposer une possibilité de censure généralisée de toute narrative divergente dans la sphère informationnelle. Les médias subventionnés, qui ont depuis longtemps renoncé à leur rôle de contre pouvoir et s’assoient allègrement sur la charte de Munich, se sont fait une fois de plus les auxiliaires de police politique de cette offensive gouvernementale contre l’information dissidente.

Ce fut d’abord le journal l’Express, qui publiait un article de police politique recensant tous les sites Internet jugés « complotistes » ou « conspirationnistes » et appelant les internautes à la délation afin de mettre à jour une « base de donnée » des sites en question. Plus récemment, l’hebdomadaire Marianne, se lançait également dans une opération de police politique avec un dossier sobrement intitulé : « Les fous du complot » dont on devine sans peine l’angle de traitement journalistique…

L’Express remettait le couvert le 04 mars 2015 dans un article présentant les « travaux » de la fondation Jean Jaurès sur le sujet, intitulé : « Le conspirationnisme, un extrémisme politique influent »

La fondation Jean Jaurès est un think tank socialiste qui se donne officiellement pour mission de « construire un monde plus démocratique, inventer les idées de demain et comprendre l’histoire sociale et ouvrière. »

La fondation est directement affiliée au parti socialiste, comme le montre la composition de son conseil d’administration. Son président, Henri Nallet, fut ministre de l’agriculture des gouvernements Fabius et Rocard entre 1985 et 1990 puis garde des sceaux de 1990 à 1992. Gérad Collomb, l’actuel maire de Lyon, est également membre du bureau permanent. On trouve à son conseil d’administration des poids lourds politiques du PS comme Jean-Marc Ayrault, Vincent Peillon ou encore François Rebsamen.

Cela signifie donc que toute communication provenant de la fondation Jean Jaurès, n’est absolument pas objective mais constitue une commande du parti socialiste. Il faut préciser également que cette « fondation » a été reconnue d’utilité publique et « reçoit des subventions publiques qui représentent la majorité de son budget (63%). » Figurent également parmi ses mécènes, les principales entreprises dont l’état est actionnaire, comme EADS, EDF, GDF Suez, Orange, ou encore la Caisse des dépôts… Précisions importantes que les contribuables sauront apprécier…

Le « rapport », dont on a compris qu’il était un instrument de communication politique, de la fondation Jean Jaurès repris par l’Express, a été commandité à Rudy Reichstag, expert auto-proclamé de la « complosphère », animateur du site« conspiracy watch » et militant sioniste des cercles néoconservateurs français, proche de Caroline Fourest et Bernard-Henri Levy. Il a publié plusieurs articles dans la revue « Le meilleur des mondes » animée par le groupuscule Le Cercle de l’Oratoire fondé après les attentats du 11 septembre pour lutter contre l’anti-américanisme et promouvoir les thèses atlantistes. Il a également bénéficié de plusieurs tribunes sur le site de Bernard-Henri Levy, La Règle du jeu. Son parcours et son réseau dans la galaxie néoconservatrice a été documenté en détail par l’observatoire du néo-conservatisme.

Le pseudo « rapport » de M Rudy Reichstag est donc avant tout un objet de propagande militant destiné à s’implanter comme  référence institutionnelle dans l’offensive en cours contre la liberté d’information en bénéficiant de l’autorité de la fondation Jean Jaurès.

Sous couvert de la multiplication des références et d’un langage qui se veut « universitaire », l’auteur compile les procédés habituels destinés à disqualifier les contre discours informationnels en les amalgamant sous le dénominateur du « conspirationnisme » dont il prétend livrer l’analyse psychologique… On y apprend ainsi que le « conspirationniste » se présenterait :

« comme un « chercheur de Vérité », un « résistant » voire un « dissident »participant d’une avant-garde éclairée, affichant l’aplomb de « celui à qui on ne la fait pas », le sentiment de supériorité de l’initié qui a un coup d’avance sur les autres et sait lire le dessous des cartes. »

On voit ici l’auteur prêter au personnage syncrétique et essentialisé du « conspirationniste », qui recouvrirait une réalité unique et homogène facilement identifiable, des intentions et des motivations psychologiques cachées, consistant en un « sentiment de supériorité » que notre habile chasseur de complotiste aurait heureusement décrypté…

L’auteur se contredit cependant lui-même en affirmant plus loin que :

« La cohérence interne de la théorie du complot est secondaire, l’idée qu’« on nous ment », que « la vérité est ailleurs » demeurant en revanche primordiale. »

S’il n’y a donc pas de « cohérence interne » mais une succession de possibilités explicatives parfois contradictoires, cela exclu précisément les pseudo motivations égocentriques avancées par Rudy Reichstag et nous ramène à la position d’un « chercheur de vérité » proche de la démarche scientifique de formulation d’hypothèses qui consiste précisément  à remettre en cause une explication et à en tester une nouvelle si la première s’avère en définitive infondée ou inopérante…

Après la psychologie de comptoir à vernis scientifique vient ensuite la thèse politique, qui constitue le véritable motif de « l’étude ». Selon Reichstag :

« En dissolvant les problèmes dans le chaudron de la conspiration, cette tactique éminemment politique est prisée des régimes autoritaires et des leaders populistes en ce qu’elle transforme les opposants en « agents de l’étranger » et les détracteurs en comploteurs. »

Les « conspirationnistes » ne seraient donc pas seulement des égocentriques animés par la volonté de puissance, ils seraient avant tout manipulés par des « régimes autoritaires ». On retrouve ici l’accusation à l’emporte pièce prononcée par de multiples médias à l’encontre des réfractaires à la narrative occidentale à propos du conflit ukrainien, les assimilant à des « idiots utiles » de Vladimir Poutine, notamment dans cet éditorial mémorable de Jean-Marc Bouguereau dans le Nouvel Observateur. Cette vision paranoïde d’une manipulation des « complotistes » par d’autres « comploteurs », si elle peut paraître séduisante à certains esprits cherchant à réduire la complexité du réel en lui attribuant des causes intentionnelles simplificatrices, constitue malheureusement en elle même une théorie du complot, ce qui la rend dans le cas présent non seulement parfaitement inopérante mais aussi ridicule, jetant par la même le doute sur les qualités intellectuelles de ses promoteurs.

L’essentialisation de l’information alternative dans une « complosphère » homogène, constitue l’autre procédé manipulatoire utilisé par Rudy Reichstag, destiné à réaliser un amalgame disqualifiant. L’imposition des termes de « complotistes » et de « complosphère » pour désigner une réalité plurielle et des orientations politiques variées, allant de l’extrême gauche à l’extrême droite, en passant par les courants anarchistes ou royalistes, vise à essentialiser un objet pour lui faire ensuite endosser les propriétés disqualifiantes ou criminelles d’une de ses parties. Sans surprise, l’étude de Rudy Reichstag en vient donc à son objet final propositionnel, à savoir le « ciment antisioniste » qui unifierait la « complosphère », et par là il est bien entendu fait référence de manière sous-entendue à l’antisémitisme, comme le premier ministre Manuel Valls lui même l’a suggéré lors d’une séance de questions au gouvernement en déclarant que derrière un « antisionisme de façade », se cachait la « haine du juif ».

Le dernier moment de l’argumentation de Rudy Reichstag, qui procède on l’a vu de l’essentialisation et de l’amalgame, consiste donc à conclure à un « révisionnisme en temps réel », de la « complosphère », conclusion qui porte en elle l’objet véritable véhiculé par le « rapport », c’est à dire la qualification délictueuse de la « complosphère » assimilée à une forme de révisionnisme et appelant à la condamnation pénale de cette dernière. La conclusion de l’étude est à cet égard sans ambigüité, si ce n’est qu’elle propage elle aussi une vision résolument « complotiste », voir paranoïde, de la « complosphère » qui disqualifie par la même toute « l’étude » malgré son vernis de scientificité.

« C’est à la fabrication de ce récit, de cette autre réalité, que travaillent inlassablement les théoriciens du complot et leurs « compagnons de doute », stimulés par les possibilités inédites que leur ont offertes les technologies digitales de l’information et de la communication. Cultivant une obsession antisioniste confinant par bien des aspects à l’antisémitisme et remplaçant les menaces réelles auxquelles nous sommes confrontés de manière tangible par celle, chimérique, du « Grand Complot », ces mercenaires de la désinformation ne font pas que détourner notre attention et endormir notre vigilance. Ils exonèrent des criminels de la responsabilité de leurs actes.« 

La « complosphère » est ainsi considérée comme peuplée de « théoriciens du complot » oeuvrant à la fabrication d’une réalité parallèle au service d’intérêt étrangers en compagnie de leurs « compagnons de route », référence au stalinisme, qualifiés de « mercenaires », c’est à dire agissant de manière professionnelle et rémunérée pour le compte d’une puissance étrangère… Je ne saurai donc trop conseiller à Rudy d’arrêter de propager de telles théories conspirationnistes à propos de la « complosphère », de là à l’antisémitisme, il devrait savoir qu’il n’y a qu’un pas…

source

Ariane Walter à « Marianne » au sujet des « Fous du complot ».

Depuis quelque temps, les attaques de la presse mainstream contre les  » complotistes » signent une inquiétude des pouvoirs politiques. Les citoyens sur le Net sont trop informés. Il faut donc des menaces, du « patriot act » dans l’air, des sanctions, pour que la liberté de réfléchir n’existe plus. Les projets de la clique Valls-Hollande sont effrayants. »Marianne », dans une édition consacrée aux fous du complot, rejoint l’armada de la presse atlantiste. Qu’ils utilisent l’expression « théorie du complot » qui est une invention de la CIA, est un signe qui ne trompe pas. Etant citée dans leur goulbi-boulga de copier-coller, je me fais un plaisir de leur répondre.

je joins ici quelques liens concernant des faits dont je parle :

1-La confession du journaliste allemand Udo Ulfkotte. Après avoir travaillé pour la presse mainstream, il quitte ce clan et refuse de mentir sur ordre.https://www.youtube.com/watch?v=lr8650BQ4aw#t=469

2- L’émission d’ »Envoyé Spécial » sur la 2. Le FBI fabrique de faux attentats.https://www.youtube.com/watch?v=HAebP8UkpdA

3-Article de Voltaire-net. 27 janvier 2015. Le discours de Hollande au mémorial de la Shoah. Menaces sur les libres citoyens.

http://www.voltairenet.org/article186986.html

4-Analyse de l’attaque contre les « complotistes  » par un lecteur de « Marianne »

http://fraternitecitoyenne.blog4ever.com/080215-lettre-d-info-de-fc-la-revue-de-presse-du-dimanche-le-label-theoriciens-du-complot

Il y a aujourd’hui une volonté de la sphère d’influence dominante – la presse mainstream tenue par les industriels et la finance – de stigmatiser les « complotistes ». Le plus récent exemple est l’édition du 27 février 2015 de l’hebdomadaire Marianne qui nous met en garde contre les fous du complots. marianne.net/cette-semaine-marianne-les-fous-du-complot-100231605.html . Marianneest un des rares hebdo que j’achetais encore de temps à autre, avec ce numéro, ils peuvent être certain de ne plus jamais m’avoir comme client. La technique utilisée de la part de ces médias dominants consiste à faire un mélange des genres, un amalgame entre une interrogation tout à fait légitime sur la façon dont ont été présentée les différents conflits et événements – 9/11, guerres de Libye, de Syrie ou d’Ukraine pour ne citer que les exemples les plus marquant – et toutes sortes de théories plus ou moins farfelues – les Protocoles des Sages de Sion, les Illuminati, les Reptiliens, les extraterrestres, etc. – la manipulation n’est elle pas grossière ? Ces journalistes nous prennent-ils pour des abrutis ?Il n’y a là rien qui ait trait à des extraterrestres ou des aliens… mais bien des manoeuvres géopolitiques secrètes qui vont à l’encontre de l’intérêt du public et il me semble que c’est là dessus que les gens devraient se concentrer ». – « Nous voyons l’émergence progressive d’un véritable régime de surveillance de masse, parfaitement orwellien, principalement des gouvernements américain et britannique mais auxquels s’associent 38 autres pays. Les téléphones, les disques durs du monde entier sont sous surveillance aujourd’hui, à quoi s’ajoute la coopération d’entreprises comme Google. Je crois que tout cela rend le monde très vulnérable et fait planer une véritable menace sur le monde contemporain ».

5- L’inventaire complotiste par la fondation jean Jaurès.( Cité dans l’article de Meyssan.)

[C’est une] mouvance hétéroclite, fortement intriquée avec la mouvance négationniste, et où se côtoient admirateurs d’Hugo Chávez et inconditionnels de Vladimir Poutine. Un milieu interlope que composent anciens militants de gauche ou d’extrême gauche, ex-« Indignés », souverainistes, nationaux-révolutionnaires, ultra-nationalistes, nostalgiques du IIIe Reich, militants anti-vaccination, partisans du tirage au sort, révisionnistes du 11-Septembre, antisionistes, afrocentristes, survivalistes, adeptes des « médecines alternatives », agents d’influence du régime iranien, bacharistes, intégristes catholiques ou islamistes » (p. 8).

source

 
4 Commentaires

Publié par le 15 mars 2015 dans général, Insolite, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

L’offensive ukrainienne contre Donetsk augmente le risque de guerre avec la Russie

Alors que des centaines de milliers de personnes fuient en Russie pour échapper à l’offensive sanglante du régime ukrainien contre les forces pro-russes Ukraine de l’Est, le risque d’une guerre totale entre l’Ukraine et la Russie susceptible d’impliquer les puissances occidentales s’accroît rapidement.

L’OTAN a accusé hier la Russie de préparer une invasion de l’Ukraine orientale afin d’écraser l’offensive ukrainienne. «Nous n’allons pas deviner ce que la Russie a en tête, mais nous pouvons observer ce que la Russie fait sur le terrain et c’est une source de grande inquiétude. La Russie a massé environ 20.000 soldats prêts au combat à la frontière orientale de l’Ukraine», a dit mercredi la porte-parole de l’OTAN, Oana Lungescu.

Moscou pourrait utiliser le «prétexte d’une mission humanitaire ou de maintien de la paix comme excuse pour envoyer des troupes en Ukraine orientale», a-t-elle ajouté.

Les remarques faites par l’OTAN ont été reprises hier par le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel qui a dit aux journalistes au siège du Commandement des forces des États-Unis en Europe, qui est basé à Stuttgart en Allemagne, que le risque d’une invasion russe de l’Ukraine était «une réalité, bien évidemment».

Les porte-parole du ministère russe de la Défense ont rejeté ces accusations en indiquant que l’OTAN avait déjà fait de semblables allégations non fondées selon lesquelles la Russie avait massé en début d’année des troupes le long de la frontière orientale de l’Ukraine: «C’est ce que nous entendons depuis trois mois déjà.»

Les responsables américains ont demandé que Moscou coupe toute aide aux forces pro-russes en Ukraine orientale, permettant au régime d’extrême droite qui est appuyé par l’Occident et qui est arrivé au pouvoir en février dernier grâce au coup d’État conduit par les fascistes à Kiev, de s’emparer de l’ensemble du pays.

«Pour régler la situation humanitaire, nous ne pouvons pas fermer les yeux sur un fait fondamental: la Russie peut mettre fin à tout ça. La meilleure manière de mettre fin aux violences est que la Russie arrête le flux de combattants, d’armes et d’argent de Russie vers l’Ukraine orientale», a dit la représentante adjointe américaine à l’ONU, Rosemary Di Carlo.

«La Russie peut tout arrêter», a ajouté Di Carlo. «La violence prendra fin le jour où la Russie cessera d’envoyer de l’aide aux insurgés.»

Les remarques de Di Carlo révèlent la dynamique politique qui est à la base de l’intervention des puissances impérialistes occidentales en Ukraine. L’OTAN soutient un régime violent d’extrême droite qui mène une guerre contre la population ukrainienne afin de contraindre la Russie, dans une humiliante reculade, à publiquement désavouer un sentiment pro-russe en Ukraine orientale ou bien à envahir l’Ukraine de l’Est et déclencher une guerre terrestre en Europe. Cela montre combien réactionnaires et imprudentes sont les politiques des puissances occidentales, qui poussent la crise ukrainienne au bord de la guerre mondiale.

L’armée ukrainienne agit avec une énorme brutalité contre des régions d’Ukraine orientale qui sont contrôlées par les rebelles séparatistes. Mardi soir, la force aérienne a mené pour la première fois des bombardements aériens contre la ville de Donetsk, qui compte un million d’habitants. La ville est contrôlée par les séparatistes pro-russes. Aux dires des gens de la région, au moins deux civils ont été tués et l’administration de la ville a fait état de bombardements à l’artillerie lourde qui a ciblé les maisons.

Les enquêteurs russes ont rapporté des preuves d’usage par l’armée ukrainienne de bombes au phosphore. «Des échantillons du sol ont montré que l’armée a utilisé près de Slaviansk des bombes incendiaires interdites», a déclaré un porte-parole d’une agence chargée de l’enquête à Moscou. Les bombes au phosphore sont proscrites par la Convention de Genève de 1949.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU convoquée par la Russie, les représentants du pays ont accusé l’Ukraine d’utiliser contre des cibles civiles des bombes à fragmentation. «C’est une guerre bien réelle», a dit l’ambassadeur de la Russie à l’ONU, Vitaly Churkin. «En dépit d’accords internationaux, Kiev poursuit ses opérations militaires. Des quartiers résidentiels sont visés par des tirs et ils emploient même des bombes à fragmentation.»

Les actes de barbarie commis par l’armée ukrainienne vont de pair avec une répression féroce des opposants à la guerre partout en Ukraine. Les bandes fascistes du parti Svoboda, qui avait fait partie du gouvernement jusqu’à la fin du mois dernier, et le paramilitaire Secteur droit jouent un rôle crucial.

Il y a un mois, le président Petro Porochenko ratifiait une loi punissant de peines de prison fermes, allant de cinq à sept ans, les partisans de l’insurrection du bassin minier du Donbass, dont Donetsk est la capitale. Selon des rapports émanant de figures de l’opposition, cette loi est actuellement utilisée contre des grévistes dans le Nord et l’Est du pays. Une critique du gouvernement faite sur Facebook suffit souvent pour entraîner des poursuites pénales.

Selon le quotidien allemand Junge Welt, cinq policiers ont été licenciés le week-end dernier après avoir cherché à protéger un concert pop contre une attaque de nervis d’extrême droite dans la ville portuaire d’Odessa. En mai, Odessa avait été le théâtre d’un massacre fasciste de manifestants de l’opposition. La semaine passée, les nervis d’extrême droite ont pu opérer sans entraves. La police avait refusé d’ouvrir une enquête à leur sujet.

Des formes tout particulièrement brutales de coopération ont cours, dans les territoires conquis par les forces armées ukrainiennes, entre l’appareil d’État et les bandes fascistes.

Pravda Ukrainskaya, le site internet du journal pro-occidental, a rapporté que des unités de la garde nationale et le Secteur droit fasciste avaient enlevé un grand nombre de présumés collaborateurs. Des responsables de niveau intermédiaire disparaissent souvent pendant des semaines dans des caves secrètes. La garde nationale a annoncé sur son site internet que ses forces tireraient sur toutes les voitures qui ne s’arrêteraient pas aux postes de contrôle routiers.

La terreur qui est engagée contre la population fait partie d’une vaste campagne du gouvernement qui vise à stabiliser le régime de Kiev au moyen de mesures dictatoriales. Vendredi, Porochenko a déclaré vouloir organiser des élections le 12 octobre après que le parti fasciste Svoboda et le parti pro-occidental UDAR auront quitté le 24 juillet le gouvernement, laissant le premier ministre Arseni Iatseniouk en manque de majorité. S’il n’était pas en mesure de rassembler une nouvelle coalition d’ici le 24 août alors, conformément à la constitution, Porochenko pourrait dissoudre le parlement et organiser de nouvelles élections.

L’annonce de Porochenko de vouloir dissoudre le parlement était associée à des menaces féroces à l’adresse de ses adversaires politiques. «Je ne sais pas comment travailler avec un parlement où la majorité des gens représente une “cinquième colonne” contrôlée par l’étranger, des factions entières. Et ce danger ne fait que croître», a-t-il dit. Il a cité le fait que la moitié des députés avaient refusé de qualifier de terroristes les rebelles à l’Est.

Bien que de nombreux députés aient déjà été obligés de quitter le pays ou de changer de groupe parlementaire, les représentants du Parti des régions restent au parlement. Le gouvernement du Parti des régions qui est dirigé par l’ancien président Viktor Ianoukovitch avait été renversé en février par un coup d’État. Tout comme les membres du Parti communiste d’Ukraine, ils sont plutôt orientés vers Moscou et sont critiques à l’égard du nouveau régime.

Le fait de qualifier ces députés de «cinquième colonne» revient à les accuser de collaboration avec les insurgés à l’Est, ce qui les expose à des poursuites criminelles. Les partis d’opposition sont graduellement démantelés.

Il y a deux semaines, un député du Parti des régions, Nikolai Levchenko, a été exclu des séances du parlement après avoir critiqué les agissements du gouvernement dans le Donbass. Le dirigeant du Parti communiste, Petro Simonenko, a été physiquement agressé au parlement par des représentants de Svoboda.

En février, le bureau central du Parti communiste a été occupé par des milices fascistes pour être finalement détruit par un incendie en avril. Le mois dernier, le Parti communiste s’est vu refuser le droit de statut de groupe parlementaire et le ministère de la Justice a présenté une pétition pour interdire le parti qui avait obtenu plus de 13 pour cent des votes lors des dernières élections.

Dans ces conditions, les élections d’octobre visent à fournir un faux vernis de légitimité démocratique à la guerre et à la dure austérité sociale. Dans sa guerre contre le peuple ukrainien, Porochenko n’est pas seulement déterminé à poursuivre son offensive militaire contre l’Est, mais aussi à imposer des attaques généralisées contre les droits sociaux qui ont été planifiés par l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire International (FMI) après le coup d’État en février.

La semaine dernière, le parlement à Kiev a voté une taxe à la guerre de 1,5 pour cent sur tous les revenus imposables, ainsi qu’une hausse considérable du taux général d’imposition.

«La guerre n’est pas une raison pour reporter les réformes», a dit Porochenko dans une interview télévisée. Il a quelques semaines, le Trésor avait annoncé vouloir réduire les subventions octroyées aux mines du pays et une augmentation déjà approuvée du salaire minimum (actuellement 45 cents l’heure) a été retirée comme ce fut le cas pour la proposition d’adapter les taux de retraite aux salaires.

Christoph Dreier

Article original, WSWS,paru le 7 août 2014

http://www.mondialisation.ca/loffensive-ukrainienne-contre-donetsk-augmente-le-risque-de-guerre-avec-la-russie/5395222

 
1 commentaire

Publié par le 11 août 2014 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Sheikh Imran Hosein : Analyse de l’actualité au Moyen-Orient et en Ukraine – Gaza : Tsahal lance l’offensive terrestre

Le Sheikh Imran Hosein confirme mon analyse sur l’IRAK : la seule question reste à savoir si le lien de EIIL avec la CIA est direct ou indirect, et je pense qu’il est indirect  jusqu’a preuve du contraire … Mais c’est sur que ISIS fait le jeu sioniste au final ..

 
1 commentaire

Publié par le 18 juillet 2014 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :