RSS

Archives de Tag: leurs enfants

L’Australie va maintenant sanctionner, deux fois par mois, les parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants

Résultat de recherche d'images pour "vaccin australie"

En France jusqu’ici, il existait une disposition juridique précise, l’article L3116-4 du code de la santé publique, selon laquelle « le refus de se soumettre ou de soumettre ceux sur lesquels on exerce l’autorité parentale ou dont on assure la tutelle aux obligations de vaccination (…) sont punis de six mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende. » 

En plus du passage de trois à onze vaccins obligatoires, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) prévoit de supprimer cette disposition

En revanche, les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 devront être à jour de leurs vaccins pour être admis en crèche ou à l’école, ce qui constituera une contrainte non négligeable. Z

Le gouvernement australien renforce radicalement ses lois sur la vaccination, qui pourtant étaient déjà plutôt strictes. Le but est d’augmenter davantage le taux de vaccination dans le pays afin d’atteindre un niveau maximal.

Selon une déclaration de Dan Tehan, député et ministre des Services sociaux : à compter du 1er juillet 2018, les parents qui ne vaccineront pas leurs enfants perdront une partie de leurs soutiens financiers bimensuels.

Ceux qui reçoivent des versements de la Partie A de la prestation fiscale pour les familles, disponible pour les familles (ménages) ayant un revenu égal ou inférieur à 80’000 $ US par an, perdront 21 $ toutes les deux semaines pour chaque enfant qui ne serait pas à jour avec les vaccins requis.

Des politiques de vaccination qui varient partout dans le monde

En Franceonze vaccins sont devenus obligatoires depuis janvier 2018, et cela concerne tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Le pays devient ainsi le détenteur du record européen du nombre de vaccins imposés avant l’âge de 2 ans.

En effet, à partir du 1er janvier, la loi a rendu obligatoires les vaccinations contre onze maladies infectieuses, au lieu des trois jusqu’ici imposées avant l’âge de deux ans. Le but étant de « contraindre pour convaincre » a déclaré la ministre de la santé et des solidarités Agnès Buzyn. Il s’agit d’utiliser la loi pour lutter contre une forme de défiance généralisée de la population contre les vaccinations.

Aux États-Unis également, il est devenu obligatoire pour les enfants de recevoir une série de vaccinations, sans quoi ils ne sont pas autorisés à aller à l’école.

« L’immunisation est le moyen le plus sûr de protéger les enfants contre les maladies évitables par la vaccination », a expliqué Tehan. Les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants les mettent en danger eux ainsi que les autres enfants.

Il existe cependant des exemptions pour les personnes ayant des problèmes médicaux légitimes, c’est pourquoi il est important que tous ceux qui le peuvent, se fassent vacciner. Grâce au principe de l’immunité collective, si tous les autres sont vaccinés, ils restent isolés de la maladie en question.

Pour en revenir aux exemptions, il s’agit pourtant de l’une des problématiques quand il s’agit de vaccins. En effet, il y a malheureusement un nombre trop important d’autorisations d’exemptions pour des raisons personnelles, religieuses et philosophiques. Les taux d’acceptation lors de tels demandes sont scandaleux.

Les parents « anti-vaxxers » (anti-vaccins) sont de plus en plus nombreux dans l’hémisphère sud. Par exemple, certains parents australiens sont fondamentalement opposés à l’idée des vaccins, et ce sont probablement ces derniers qui subiront en premier le retour de flamme.

D’ailleurs, selon l’historique, l’effet d’une loi de vaccination stricte aurait tendance à faire hausser les taux de vaccination. En effet, le pays avait eu un certain succès concernant l’augmentation du taux de vaccination depuis que le gouvernement avait décidé de serrer la vis dans le passé.

En 2015, l’Australie a mis fin aux exemptions religieuses pour les vaccinations. Divers États australiens ont également commencé à respecter une politique « No Jab, No Play », qui interdit aux enfants non vaccinés de fréquenter les centres éducatifs et les garderies. Ils ont également banni les exemptions pour ceux qui s’opposent aux vaccinations sur le plan moral ou philosophique.

Puis en 2016, le pays a également introduit sa politique « No Jab, No Pay » : les parents des enfants non vaccinés perdent un supplément de paiement de prestations pour enfants, à hauteur d’environ 544 $ US par année.

En conséquence, 246’000 enfants de plus ont été vaccinés et le taux de vaccination dans le pays a grimpé jusqu’à 92.2%. Ceci en dépit du fait que le mouvement anti-vaccins reste une menace sérieuse.

Comme l’a rapporté ABC News en février, les « anti-vaxxers » du Queensland ont mis en place leurs propres services sociaux afin de contourner en partie les lois en vigueur.

Cette initiative gouvernementale est donc une modification des précédentes lois « No Jab, No Pay ». En effet, le principal changement consiste à passer à une réduction bimensuelle au lieu d’une pénalité de fin d’année. Selon Tehan, ce programme fournira « un rappel constant pour les parents de garder la vaccination de leurs enfants à jour ».

Sources : Trust My Science – Ministers for the Department of Social Services

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 11 juillet 2018 dans général, Politique, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

En Australie, pas d’allocations familiales pour les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants !

La France est un des rares pays au monde où des parents risquent une amende et jusqu’à deux ans de prison pour avoir refusé de faire administrer le vaccin DTP à leur enfant.

Dans d’autres pays comme les Etats-Unis et l’Australie, il est nécessaire d’être vacciné pour aller à l’école, mais il est aussi possible d’obtenir des exemptions religieuses ou philosophiques. Ces exemptions de plus en plus populaires ont notamment conduit à larésurgence de la rougeole et de la coqueluche aux Etats-Unis. 

En Australie, le nombre de parents qui demandent ces exceptions a aussi beaucoup augmenté ces dix dernières années, et selon le Daily Telegraph, plus de 39.000 enfants australiens de moins de sept ans ne sont pas vaccinés. 

Pour freiner cette tendance, le gouvernement de Tony Abbott vient d’annoncer que les parents qui objectent aux vaccins n’auront plus droit à aucune allocation familiale. Or cette suspension des aides financières représente un perte d’environ 10.000 euros par an par famille, rapporte The Australian. 

Plusieurs experts médicaux ont déjà critiqué cette initative, qui entrera en vigueur en 2016. En effet, sur les 7% de parents australiens qui ne vaccinent pas, la moitié ne le font pas par objection de conscience, mais parce qu’ils sont très pauvres et isolés. Les punir financièrement ne fera que limiter encore plus l’accès aux soins de ces enfants, explique la pédiatre Kristine Macartney.

Quant à la portion de parents qui refusent les vaccins par conviction personnelle, ils sont en général tellement déterminés dans leur militantisme qu’ils seront probablement prêts à perdre de l’argent pour continuer à ne pas faire vacciner leurs enfants.

«L’histoire nous apprend que les mesures répressives ont tendance à galvaniser et à radicaliser les mouvements extrémistes», rappelle Kristine Macartney.

Or en Australie, les antivaccins sont déjà particulièrement obstinés: comme la grande majorité des religions ne sont pas opposées aux immunisations, un réseau antivaccin recommendait récemment aux familles sceptiques de rejoindre une fausse religion antivaccin – l’Eglise du vivant conscient, fondée en 2007 – afin d’obtenir leur exemption religieuse. 

http://www.slate.fr/story/100263/australie-allocations-parents-vacciner-pas-enfants

 

Étiquettes : , , , , ,

Allemagne : En prison car ils refusent que leurs enfants assistent aux cours « d’éducation sexuelle »

Là nous somme dans un fait divers, mais un fait avant tout : c’est exactement ce qu’on expliquait hier sur la mise en place de l’humanité indifférenciée par l’élite mondialiste, qui commence par la déstructuration de l’enfant ;

Et dans ce domaine l’Allemagne est précurseur, c’est du à sa culture et sa structure religieuse, proche de celle des anglo saxons, les chantres du mondialisme (cf pierre Hillard)

En France, pays catholique (avec une grosse nuance musulmane, 2 religions proches car  » aériennes » par opposition à « terriennes » : la vie sur terre n’est qu’un passage pour catholiques et musulmans), la « résistance » est beaucoup plus forte comme on l’a constaté encore récemment sur les questions de famille ; 

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 février 2014 dans Education - information, société

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :