RSS

Archives de Tag: l’énergie

« Or : L’ultime baisse qui va générer l’énergie pour la hausse à venir »

Je ne suis pas vraiment d’accord avec cette analyse (pour moi l’or ne baissera pas en dessous de 1050 $, mais pour le moment il s’accroche, il stagne – toujours sans avoir de tendance ..), mais je vous la diffuse quand même pour élargir votre vision avec différents points de vues … Z

Vous trouverez ci-dessous une analyse chartiste de l’or. Ne tirez pas sur le chartiste.

Comme vous le savez, différents facteurs peuvent venir contrer le mouvement qui semble s’être amorcé, et je peux me tromper. Je dirais même plus, je serais heureux de m’être trompé.

Voici d’abord un plan large du graphique de l’or en USD, sur lequel on voit les faisceaux de Fibonacci qui rayonnent depuis le début du bull market.

Curieusement, sur ce graphique, on voit que le bull market a commencé en 1984. Il y a eu une poussée haussière de l’or et la résistance, qui a repoussé cinq fois la hausse des cours entre 1984 et 1988, a été retouchée en 2011. Les autres faisceaux de Fibonacci de cette hausse initiée en 84 ont également resservi depuis.

Si vous regardez le rallye haussier, qui a suivi la forte baisse des cours de 2008, il y a un faisceau (que j’ai mis en pointillés) sur lequel il n’y a pas eu de pull back en 2008.

Je pense qu’on va aller le chercher dans cette jambe de baisse, pour mieux consolider la hausse à venir.

La grosse résistance devrait probablement être retouchée dans les mois à venir, en 2019 ou 2020, vers 2400 $.

 

Sur le plan plus serré ci-dessous, on peut constater que la MM100 mois a fait résistance depuis août 2017 à six reprises.

La MM140 mois a servi de support en décembre 2016 et novembre 2017, mais elle a été cassée en juillet dernier.

Force est de constater que la MM200 mois sera à la fin de l’année superposée avec le faisceau de Fibonacci, sur lequel il n’y a pas eu de pull back en 2008 et 2009.

La MM200M et ce faisceau seront exactement superposés au bout de la hauteur du triangle, dont nous sommes sortis par le bas.

Il y a donc trois bonnes raisons de penser que l’or va descendre vers 1000 $ au tout début de 2019.

 

Si on regarde le graphique hebdomadaire de l’or, il est évident qu’il forme depuis août ce qu’on appelle un fanion baissier.

 

Quatrième bonne raison…

Vous trouverez ici la définition du fanion baissier.

La chute de l’or ayant commencé le 23 avril à 1335 $, les cours de l’or ont chuté de 174 $ jusqu’au 13 août.

La sortie de fanion aura probablement lieu vers 1190 $ fin octobre, et devrait nous mener 174 $ plus bas, vers 1019 $.

 

La cinquième raison est la hausse attendue du Dollar index, qui dessine une ETE inversée et remonte vers sa ligne de cou vers 97,5.

Avec la possibilité qu’il remonte jusqu’à sa ligne de base dans un deuxième temps.

 

Si l’or doit chuter à 1000 $, l’argent chutera à 11.95 $, comme je l’ai démontré précédemment.

Et ce, malgré le corner de l’argent physique, qui est toujours en cours, et malgré le ramassage continu de l’or physique.

Comme l’euro va chuter face au dollar, c’est sans doute un mauvais calcul de vouloir acheter l’argent au plus bas, d’autant plus que l’on risque de constater des primes croissantes sur l’argent physique.

Le pétrole sera-t-il entraîné à son tour à la baisse ? Si cela arrivait, Wall Street chuterait également.

GÉOPOLITIQUE MONÉTAIRE

Le Yuan, qui semble indexé sur l’or depuis avril, va chuter également contre le dollar, rendant totalement inutile les barrières douanières américaines.

Plus le dollar montera, plus la crise de la dette s’amplifiera. Les défauts vont se multiplier et les banques vont souffrir.

Au final, Trump sera obligé de dévaluer brutalement le dollar pour que son industrie reste compétitive à l’export et pour calmer la crise internationale de la dette.

Souvenez-vous qu’à la fin du mois d’août 2018, la Chine a refusé de se voir imposer un nouvel Accord du Plaza, d’après l’agence de presse Chine Nouvelle (XinhuaNet), la plus ancienne des deux agences de presse chinoises, information reprise par zerohedge ici. La Chine considère que le Japon a été la grande victime de cet Accord du Plaza et que l’économie nipponne ne s’en est jamais remise. Le taux de change entre le dollar et le yen avait baissé de 51% en deux ans, effaçant la moitié de la valeur des réserves monétaires du Japon.

Mais si la Chine peut se targuer publiquement d’avoir refusé ce nouvel Accord, c’est que cela a été proposé par la Réserve fédérale et Donald Trump. Il y a donc, dans les coulisses de la géopolitique monétaire, une volonté de faire baisser le dollar. Il reste encore aux Américains à apprendre à négocier avec diplomatie, ce qu’il ne savent pas faire quand ils ne sont pas en position de force. La politique de la canonnière du Yang-Tsé n’est plus de mise aujourd’hui. Ni les Chinois, ni les Russes ne se laissent impressionner par les porte-avions américains; or c’était l’argument massue ultime pour imposer la violente dévaluation de 1985.

La crise actuelle semble inexistante au regard de la flambée des cours du dollar de 1983 à 1985. La chute a été tout aussi violente… que la hausse, qui l’a précédée.

Cette chute du dollar s’est terminée le 1er janvier 1988, le jour exact du sommet de la poussée de l’or de 1984 à 1988. Les initiés ayant acheté de l’or durant les négociations de l’Accord du Plaza ont fait une très belle culbute.

À l’époque, ils avaient joué l’or contre le dollar mais pas l’argent, alors que je crois savoir qu’ils vont jouer les deux métaux précieux dans les mois à venir.

 

Une crise d’une telle ampleur sera-t-elle évitée ?

Évidemment, ceci est une analyse graphique, montrant un scénario parmi les multiples possibles.

La géopolitique militaire ou monétaire peut bousculer cet enchaînement.

 

Ceci expliquant cela, vous comprendrez pourquoi toute l’armada de l’OTAN se dirige vers la flottille russe en Méditerranée orientale, la Russie étant moins puissante que la Chine…

Vous comprendrez pourquoi, les diplomates chinois, russes et iraniens ont accéléré dès la fin de semaine dernière les négociations pour faire entrer l’Iran dans l’OCS, l’organisation de coopération de Shanghai, qui est un traité de défense eurasiatique, qui fait le pendant à l’OTAN.

Et pourquoi la Chine a refusé l’entrée d’un bâtiment militaire américain, qui voulait faire relâche dans le port de Hong Kong (NY Times).

Cette guerre commerciale est en réalité monétaire, et les pressions militaires sont actuellement au maximum.

À suivre…

source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 5 octobre 2018 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Moteur à énergie libre au japon et annonce historique d’Elon Musk qui dévoile « l’Energie Tesla »

Le Moteur a Énergie Gratuite Disponible au Japon

Nous aimerions bien que ce moteur, soit LE moteur qui va permettre de faire des économies d’énergie. On peut se demander pourquoi, il n’est pas dans les projets de notre gouverne-ment, prompt à nous imposer un « compteur intelligent« , de promouvoir cette solution Minato, plutôt que le nucléaire, dont nous n’ignorons pas les dangers. Voir la liste des accidents nucléaires en France et dans le monde. De même que le moteur Pantone, pour faire des économies de carburant (réel celui là?). Nous attendons toujours des nouvelles de E-CAT d’Andréa Rossi  avec son moteur « révolutionnaire » à fusion froide, ainsi que de celui de son concurrent  Hypérion présenté par Defkalion. Faites vous votre opinion sur ces moteurs (source)

Annonce historique d’Elon Musk qui dévoile « l’Energie Tesla » 

Le PDG de Tesla Motors révèle une batterie à Energie Tesla destinée aux entreprises privées et au service public lors d’un évènement à Hawthorne, en Californie le 30 avril 2015.

Jeudi soir dernier à Los Angeles, Tesla a annoncé l’ « Energie Tesla », décrite par l’entreprise dans une déclaration comme « un ensemble de batteries pour la maison, les entreprises privées et le service public encourageant les écosystèmes à énergies propres et aidant à sevrer le monde des combustibles fossiles. »

La déclaration continuait: « Tesla n’est pas seulement un concepteur d’automobile, c’est une entreprise d’innovation énergétique. Dans cette optique, l’Énergie Tesla est une étape cruciale pour rendre possible une génération dépourvue d’émission de gaz à effet de serre. »

Le PDG de Tesla Elon Musk a effectué l’annonce officiel sur scène au studio de design de l’entreprise à Hawthorne, en Californie, au sud de Los Angeles.

«Nous avons ce réacteur à fusion très accessible dans le ciel, appelé Soleil, » dit-il, en soulignant que l’énergie solaire est le meilleur moyen pour mettre fin à l’addiction mondiale aux combustibles fossiles et pour se détourner d’un futur désastreux dans lequel nous serons submergés par le CO2 dans l’atmosphère.

Quel est le problème ? Le Soleil ne brille pas la nuit. Donc nous avons besoin de stocker l’énergie collectée par les panneaux solaires. Mais les batteries existantes, comme Musk le fait remarquer, «sont nuls.»

La « pièce manquante, » selon lui, est l’ensemble de batteries Tesla. Et elles ne seront pas nuls.

La batterie pour la maison, appelée le « Powerwall, » est prévue pour stocker l’énergie solaire et permettre aux utilisateurs d’installer et de garder un réseau électrique lors des périodes tranquilles et de l’utiliser pendant les heures de pointe, économisant ainsi de l’argent. Cela ressemble à « une belle pièce de sculpture , » lança Musk. Vous pouvez commander maintenant, c’est mural, et elle existe en différentes couleurs.

« Le ‘Powerwall’ Tesla est une batterie à lithium-ion rechargeable, dessinée pour stocker l’énergie dans une résidence pour un déplacement de charge constant, remplaçant l’électricité par l’auto-suffisance de la génération de l’énergie solaire, » déclara Tesla.

« Le ‘Powerwall’ comprend un pack de batterie lithium-ion Tesla, un liquide de contrôle thermal et un logiciel qui reçoit des commandes expéditives via un onduleur solaire. Le système s’organise aisément sur un mur, et est intégré avec le réseau local pour exploiter la puissance en excès et donner aux consommateurs la possibilité d’utiliser l’énergie de leur propre réserve.

Il y aura 2 versions, selon Tesla :

Le ‘Powerwall’ est disponible en 10kWh, optimisé pour des fonctions d’assistance, ou en 7kWh optimisé pour une utilisation quotidienne. Les deux peuvent être connectés au solaire ou au réseau et les deux peuvent fournir du courant d’assistance. Le ‘Powerwall’ en 10kWh est optimisé pour fournir du courant d’assistance lorsque le réseau baisse, pour subvenir aux manques de votre maison lorsque vous en avez le plus besoin. Couplé avec l’énergie solaire, le ‘Powerwall’ de 7kWh peut être utilisé pour des cycles quotidiens pour rallonger les bénéfices monétaires et environnementaux du solaire dans la nuit quand la lumière du Soleil est indisponible.

Le prix de vente de Tesla pour l’installation est de 3500$ pour le modèle 10kWh et de 3000$ pour le 7kWh (le prix exclut l’onduleur et l’installation). Les commandes commencent à la fin de l’été.Il y aura aussi une batterie spéciale pour les entreprises privées ; et une pour les services publics, les deux fonctionnant sur une plus grande gamme que la batterie pour la maison ‘Powerwall’. Elles seront appelées « Powerpacks ».

Les partenaires de cette technologie sont Amazon, Target, et Edison en Californie du Sud, parmi d’autres.

Musk a affirmé qu’avec 160 millions de Powerpacks, les Etats-Unis dans leur ensemble pourront être convertis à l’énergie renouvelable.

Pour démontrer cet objectif, il a révélé que l’événement entier de Tesla fonctionnait avec de l’énergie solaire stockée dans des batteries Tesla.

Musk a déclaré initialement que le Powerwall et le Powerpack seraient fabriqués dans l’usine Tesla de Fremont, mais suivant l’échelle de la gamme de ces produits, elles seront fabriquées dans la GigaUsine de 5 milliards de dollars que l’entreprise est en train de construire dans le Nevada.

Et il y aura beaucoup d’autres GigaUsines, a assuré Musk.

La présentation était relativement courte, et Musk quitta la scène après avoir remercié chacun de sa venue. Au vu de l’activité des médias sociaux avant l’événement, la fete continuera dans la nuit du Sud de la Californie.

http://uk.businessinsider.com/here-comes-teslas-missing-piece-battery-announcement-2015-4?r=US#ixzz3Yskr84Jy

http://lesmoutonsenrages.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 mai 2015 dans général, Insolite, International, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

La plasmonique : les panneaux solaires du futur seront fait …. de nanoparticules d’or, 10 X plus performant et beaucoup moins coûteux que l’argent métal !!!

En faisant varier la taille et la disposition des nanoparticules d'or (grosses billes) et des molécules de porphyrine, les chercheurs de l'université de Pennsylvanie savent faire varier la photoconductivité du matériau plasmonique qu'ils ont conçu. © Université de Pennsylvanie

La plasmonique, qui utilise des  nanoparticules d’or en infime quantité, permet le développement de panneaux solaires 10 fois plus performants, et beaucoup moins coûteux (on parle de « nanoparticules » = très trés peu d’or, une quantité infinitésimalement infime d’or est nécessaire) que ceux fait en argent métal : c’est l’avenir des panneaux solaires …. Voilà pourquoi il faut toujours garder un oeil sur les Nouvelles technologies  ; Z  .

La plasmonique peut être utilisée pour produire de l’électricité en exploitant l’énergie solaire. Basé sur l’utilisation de nanoparticules d’or et de porphyrine, le procédé serait d’ailleurs particulièrement efficace, et donc prometteur.

En faisant varier la taille et la disposition des nanoparticules d’or (grosses billes) et des molécules de porphyrine, les chercheurs de l’université de Pennsylvanie savent faire varier la photoconductivité du matériau plasmonique qu’ils ont conçu. © Université de Pennsylvanie

Depuis quelques années, la plasmonique est de plus en plus présentée comme une discipline d’avenir dans plusieurs domaines de l’électronique, mais pas seulement. Elle vise à tirer profit de l’interaction résonnante obtenue sous certaines conditions entre d’une part, un rayonnement électromagnétique tel la lumière, et d’autre part, des électrons présents à la surface d’un matériau conducteur (par exemple de l’or) en contact avec un milieu diélectrique (comme l’air). Dans ce contexte, le groupe de recherche de Dawn Bonnell, de l’université de Pennsylvanie (États-Unis), cherche à exploiter ce phénomène pour produire de l’électricité.

Ces scientifiques ont conçu puis testé en 2010, au moyen de la lithographie ferroélectrique, un matériau plasmonique qui est composé de nanoparticules d’or de taille déterminée et demolécules photosensibles de porphyrine, selon un motif bien précis. Ils ont alors constaté l’apparition d’un courant qu’ils ont lié à l’excitation, par la lumière, d’électrons présents dans des plasmons. Il s’agit de mouvements oscillatoires collectifs d’électrons à la surface du matériau conducteur, qui sont comparables à des vagues. Le courant s’est alors propagé en fonction du motif créé par les nanoparticules, de leurs tailles et du champ électrique régnant dans le milieu environnant.

Mais si un courant a bien été observé, aucun lien ferme n’a pu être établi entre la présence des excitons et l’existence des plasmons. Après tout, les électrons en mouvement peuvent très bien avoir été fournis par la porphyrine. De même, l’effet observé pourrait dépendre du champ électrique et de la concentration de la lumière qu’il occasionnerait, ce qui fausserait les résultats. Pour lever ces doutes, la même équipe vient de publier, dans la revue ACS Nano, les résultats de tests complémentaires. Oui, l’énergie solaire peut être exploitée par la plasmonique, et d’ailleurs bien plus efficacement qu’avec les autres systèmes.

La plasmonique aurait de nombreuses applications possibles en optoélectronique (photodiodes, liaisons par fibres optiques, etc.) mais aussi en photovoltaïque.
La plasmonique aurait de nombreuses applications possibles en optoélectronique (photodiodes, liaisons par fibres optiques, etc.) mais aussi en photovoltaïque. © Greens MPs, Flickr, cc by nc nd 2.0

L’énergie solaire 3 à 10 fois mieux exploitée avec la plasmonique

Pour percer les secrets du courant induit, les chercheurs ont construit de nouvelles nanostructures plasmoniques en prenant soin de changer les composants utilisés, la taille des particules d’or, celle des molécules de porphyrine, ou encore l’espace séparant les nanoparticules. Ces variations n’ont pas été opérées au hasard, puisqu’elles devaient permettre d’exclure les autres hypothèses pouvant expliquer la production d’un courant, ce qu’elles ont fait. Ainsi, les électrons en mouvement proviennent bien des plasmons.

Cette découverte pourrait avoir d’importantes conséquences dans les filières de l’optoélectronique et du solaire photovoltaïque. En effet, la lumière serait trois à dix fois mieux exploitée par cette branche de la plasmonique, par rapport aux filières utilisant la photoexcitation « conventionnelle ». Le système a également l’avantage d’être facilement adaptable à différentes applications. En effet, il suffit de faire varier la taille et la disposition des particules pour changer la longueur de l’onde lumineuse à laquelle le nanomatériau réagit.

Voilà donc de quoi améliorer les performances des transducteurs assurant le fonctionnement des systèmes de communication par fibres optiques, par exemple. Dans le domaine du solaire photovoltaïque, des cellules bien plus efficaces que les actuelles pourraient également être produites, de quoi améliorer la compétitivité. En attendant, les chercheurs imaginent déjà unepeinture qui pourrait être appliquée sur un ordinateur portable… qu’elle alimenterait en présence de lumière.

http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-plasmonique-exploiter-energie-solaire-autrement-48856/

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 décembre 2014 dans général, or et argent métal, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Selon JP Morgan , les pressions inflationnistes sont en train de se construire dans le monde

Prix à la consommation US, hors  alimentaire et énergie

 Comme on l’a vu les jours précédents, l’inflation sur les aliments et l’énergie explose !

«  l’indice d’inflation de base de LA FIRME, qui exclut les aliments et l’énergie, a grimpé à 2,1% contre 1,8% il y a quelques mois. » Un indice d’inflation qui  exclut les aliments et l’énergie , et qui monte fort quand meme, tout est dit !

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

L’Inflation n’est pas seulement sous pression aux États-Unis , les Prix sont en croissance à l’échelle mondiale, selon une note de recherche de JP Morgan.

La centrale de courtage affirme que son indice global de l’inflation a bondi à 2,6% en mai contre 2,1% en Février sur une base d’année en année. C’est là le rythme de l’inflation que JP Morgan prévoit , pour finir en fin d’année . Et l’indice d’inflation de base de LA FIRME, qui exclut les aliments et l’énergie, a grimpé à 2,1% contre 1,8% il y a quelques mois.

Ce qui est surprenant, disent les économistes de JP Morgan, c’est que la hausse de l’inflation n’est pas principalement due à la hausse des prix alimentaires et de l’énergie. Ils disent que la légère hausse soudaine de l’inflation suggère que les entreprises « reprennent un certain pouvoir de fixation des prix. » En d’autres termes, les entreprises du monde entier sont en mesure de répercuter des coûts plus élevés, et de faire des affaires sur le dos leurs clients en facturant plus.

JP Morgan dit que les prix sont susceptibles de rester plus élevé que ce que la firme pensait, même si les pressions inflationnistes pourrait s’appaiser un peu car les coûts de personnel stagnent. Des salaires plus élevés sont généralement le principal générateur de la hausse de l’inflation sur le long terme.

http://blogs.marketwatch.com/capitolreport/2014/06/23/why-inflationary-pressures-are-building-across-the-globe/ / resistanceauthentique

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 juillet 2014 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Superbe : Forcer à la guerre contre le dollar ? Poutine et Le Projet « Double Eagle ”

 » Zero Hedge publiait son commentaire, le 2 avril 2014, reprenant et confirmant un commentaire du jour précédent, où l’on passait de la dimension financière à la dimension géostratégique fondamentale, en même temps qu’il était clairement question du sort du dollar dans les transactions internationales, essentiellement sur l’énergie » Tout ce qu’on dit ces dernières semaines y est ! Le but est de dégager le dollar …Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Au départ de l’épisode, il y a une action unilatérale de la banque US JP Morgan (JPM) bloquant un transfert d’argent russe au nom de la “politique des sanctions”, ou, plus largement dit car le lien formel n’est nullement établi, au nom de la “philosophie“ de la “guerre des sanctions”. Le site ZeroHedge fut le premier à s’intéresser à cette affaire, le 1er avril. Il y revint le 2 avril 2014, lorsqu’il apparut que cette affaire prenait de l’extension…

«While everyone was gushing over the spectacle on TV of a pro-HFT guy and anti-HFT guy go at it, yesterday afternoon we reported what was by far the most important news of the day, one which was lost on virtually everyone if only until this morning, when we reported that “Monetary Blockade Of Russia Begins: JPMorgan Blocks Russian Money Transfer ‘Under Pretext’ Of Sanctions.” This morning the story has finally blown up to front page status, which it deserves, where it currently graces the FT with “Russian threat to retaliate over JPMorgan block.” And unlike previous responses to Russian sanctions by the West, which were largely taken as a joke by the Russian establishment, this time Russia is furious: according to Bloomberg, the Russian foreign ministry described the JPM decision as “illegal and absurd.“ And as Ukraine found out last month, you don’t want Russia angry.»

Effectivement, la réaction russe officielle de la part du ministère des affaires étrangères (Alexander Loukachevitch, porte-parole) a été particulièrement furieuse, assortie de l’hypothèse largement substantivée que JPM a voulu jouer “perso” dans cette affaire : «Interfering with the transaction was an absolutely unacceptable, illegal and absurd decision…[…] If by this the American financial company wanted to ‘score points’ in the eyes of the White House, it has obviously overplayed. Washington has to understand: any hostile action towards the Russian diplomatic mission not only represents a breach of the international law, but is also fraught with counter measures, which will inevitably affect the work of the US Embassy and consulates-general in Russia.»

• Hier, une autre nouvelle était annoncée, concernant un marché pétrolier entre la Russie et l’Iran qui se ferait selon des moyens de transaction spécifiques hors du pétrodollar ( un marché de $20 milliards, de pétrole contre “biens divers”). A nouveau, Zero Hedge publiait son commentaire, le 2 avril 2014, reprenant et confirmant un commentaire du jour précédent, où l’on passait de la dimension financière à la dimension géostratégique fondamentale, en même temps qu’il était clairement question du sort du dollar dans les transactions internationales, essentiellement sur l’énergie.

«If you said the complete absence of US Dollars anywhere in the funds flow you are correct. Which is precisely what we have been warning would happen the more the West and/or JPMorgan pushed Russia into a USD-free corner. Once again, from our yesterday comment on the JPM Russian blockade: “what JPM may have just done is launch a preemptive strike which would have the equivalent culmination of a SWIFT blockade of Russia, the same way Iran was neutralized from the Petrodollar and was promptly forced to begin transacting in Rubles, Yuan and, of course, gold in exchange for goods and services either imported or exported. One wonders: is JPM truly that intent in preserving its « pristine » reputation of not transacting with « evil Russians », that it will gladly light the fuse that takes away Russia’s choice whether or not to depart the petrodollar voluntarily, and makes it a compulsory outcome, which incidentally will merely accelerate the formalization of the Eurasian axis of China, Russia and India?”

»In other words, Russia seems perfectly happy to telegraph that it is just as willing to use barter (and “heaven forbid” gold) and shortly other “regional” currencies, as it is to use the US Dollar, hardly the intended outcome of the western blocakde, which appears to have just backfired and further impacted the untouchable status of the Petrodollar.»

• Nombre de commentaires, des plus sérieux aux plus exotiques, et d’ailleurs sans nécessairement se référer précisément à l’incident-JPM, mettent en évidence la capacité russe à porter l’affrontement sur ce terrain de l’attaque contre le dollar. Alors que la situation en Ukraine a paru se stabiliser peu après le référendum criméen, mais reste tributaire d’une conjoncture extrêmement volatile dans le pays (en “Ukraine moins Crimée”) et dans le chef de la direction américaniste dont l’incertitude et l’absence de contrôle centralisateur est une fois de plus le caractère central, la persistance des spéculations dans ce domaine de la question du dollar/du pétrodollar est un signe de la place considérable que cette option occupe dans les esprits. A lire, par exemple, le passage que lui consacre Eric Draitser dans la longue analyse qu’il consacre, le 2 avril 2014 sur Russia Today, à la question de la “guerre des sanctions”, en concluant que les Russes sont extrêmement bien placés pour riposter avec une efficacité dévastatrice.

«From the financial perspective, Russia has a great deal of leverage vis-à-vis its energy exports. Specifically, Russia could quite easily upset the entire Western economy by unilaterally refusing to accept US dollars as payment for its energy. Were Russia to demand payment in gold or some other currency, the entire petrodollar economy could come crashing down. It would force China to take countermeasures against rapid dollar devaluation, which would only exacerbate the problem. The Euro, itself being very closely tied to the dollar, would undoubtedly also come crashing down. To be sure, such a strategy would be dangerous to Russia’s own economy, but it could be seen as a possible weapon of last resort, should Washington decide to ratchet up the sanctions.

»Many have speculated that Russia has already taken some of the initial steps toward exiting from the dollar. In early 2014, a “foreign government” dumped nearly $118 billion. Many experts believe that these deals have been quietly executed by Russia, and would constitute a stark warning to the US of Russia’s considerable influence in terms of its dollar holdings. Should Russian moves in turn make China nervous, then these actions would also have very dire consequences for the world’s reserve currency.»

• Il n’est jusqu’à l’exotique site de “Sorchal Faal” (What Does It Means”), dont nous avons déjà souvent parlé pour préciser qu’au milieu d’un amoncellement d’analyses farfelues et manifestement développées pour semer la confusion, pouvaient se glisser des indications plus sérieuses selon une technique qu’on pourrait nommer dite de “désinformation positive” si l’on admet qu’il y a une intention là-dessous. (Voir notamment le 19 mars 2013 et le15 juillet 2013, des articles sur deux différents sujets, avec d’autres sources bien entendu, mais mentionnant aussi “Sorcha Faal”, en précisant l’analyse qu’on peut faire de ce site.) Dans ce texte du 2 avril 2014, et à côté d’informations qu’on retrouve un peu partout concernant l’action de le JPM, on trouve quelques phrases inédites concernant le projet Double Eagle, – tout cela à partir d’un “shocking report” venu de Moscou…

«In one of its most shocking reports since the beginning of the Ukrainian Crisis, the Ministry of Foreign Affairs (MoFA) is warning today that President Putin has ordered the immediate implementation of “Project Double Eagle,” which when fully realized will cause all global energy supplies to be purchased in gold thus, in effect, ending the US Dollar reign as the global reverse currency and collapsing both the United States and European Union economies. “Project Double Eagle,” this report says, calls for The Central Bank of the Russian Federation (CBR) to begin production of 5 Ruble Gold Coins containing .1244 Troy Ounces of .900 Pure Gold, with a diameter of 18mm, emblazoned with a shielded and crowned double eagle, and which will become the worlds alternative to both the US Dollar and Euro in purchasing energy supplies. Critical to note, this report continues, “Project Double Eagle” includes the creation of a new “national payment settlement system” which will allow Russia to build a foundation that could very soon offer an alternative to the Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications (SWIFT) banking system and allow nations around the world the chance to move away from the American Dollar and US hegemony…»

Comme on le voit, tout est mis en activité dans le système de la communication, des nouvelles les plus précises aux analyses les plus larges, aux scénarios les plus exotiques, pour nous faire comprendre que cette affaire de “Russie versus $” est désormais un domaine bien établi de l’affrontement général engendré par la crise ukrainienne. Il n’est nullement assuré que les prémisses du vaste contexte où circule la chose aient été calculées et machinées dans le cadre d’une également vaste manœuvre, comme notre raison si tentée par les montages secrets à allure complotiste serait tentée de le croire. Certaines sources à Washington assurent que l’initiative de la JPM (avec auparavant l’incident des sociétés de cartes de crédit Visa et MasterCard interrompant momentanément leurs paiements en Russie) sont des initiatives privées répondant à ce que ces entreprises privées perçoivent comme des pressions de l’administration dans le sens de mesures calibrées d’avertissement de sanctions (un peu dans le sens de ce qu’évoque le porte-parole Loukachevitch,) ; avec la précision qu’il y a fort probablement erreur ou incompréhension de ce point de vue, ou bien même situation d’incontrôlabilité, tant l’attitude de l’administration Obama vis-à-vis des sanctions, comme vis-à-vis de la Russie en général, est incertaine, flottante, confuse, avec des initiatives parcellaires et incontrôlées venues de certains départements ou agences sans consignes centrales… Il n’empêche que l’effet en Russie est très net et précis, fondé sur l’idée que “tout se passe” comme si ces diverse initiatives étaient complètement prises au sérieux, car la Russie ne peut se permettre la moindre erreur de complaisance à cet égard.

Nous ne cacherons pas que c’est cette hypothèse de la confusion et désordre du côté US que nous favorisons, puisque cette attitude est, depuis quelques années, constante à cet égard, et que la politique US vis-à-vis de l’Ukraine/de la Russie, depuis des mois, ne cesse d’accumuler des maladresses, des mesures à courte vue, l’absence complète d’une perception stratégique à long terme de ce qu’il faut faire, et d’une façon générale une extraordinaire absence de coordination et de complémentarité entre les différents centres de pouvoir. Mais la Russie se fiche bien de ces explications. Ce qu’elle voit, ce sont ces mesures parcellaires, effleurant les options les plus radicales parmi les sanctions possibles, qui ne cessent de l’alarmer et de la convaincre qu’il faut songer à réagir avec vigueur, si nécessaire en prenant l’initiative pour éviter de subir les effets d’une attaque ou l’autre aurait l’initiative.

Le scénario est toujours le même dans cette crise ukrainienne, – comme dans celles quoi ont précédés et celles qui l’accompagnent : un bloc BAO qui agit dans le domaine de la communication, selon l’image qu’il a de lui-même d’une puissance hors du commun et inexpugnable, baignant dans son jus replet de suprématisme, sans aucune leçon apprise de sa vertigineuse succession d’échecs depuis quinze ans, et convaincu que les meilleures mesures à prendre sont d’intimidation, si possibles non coordonnées avec les autres acteurs de son camp, et si possible sans la moindre stratégie, – et mieux encore, si possible sans les moyens pour substantiver les menaces qu’on laisse ainsi planer. (Les manœuvres militaires de l’OTAN en Ukraine sont du même ordre, provocations sans substance, activatrices de tension qu’on ne peut soutenir, menaces déployées au vu et au su de tous sans aucun moyen réel de jamais les substantiver.) Et si le scénario est toujours le même, le résultat est également toujours le même : la Russie, qui n’est pas dans le seul domaines de la communication mais au contraire dans celui très concret de sa sécurité fondamentale, réagit en renforçant son dispositif, en bronzant sa résolution, en préparant sa riposte, et s’il le faut en agissant avec décision, voire en agissant préemptivement si le bon sens stratégique y invite. On entendra reparler, et bien vite probablement, de ces manœuvres dont l’effet essentiel est de rendre de plus concevables, de plus en plus possibles, de plus en plus souhaitables l’une ou/et l’autre attaque contre le dollar. La Russie va finir par admettre, sans beaucoup d’efforts pour convaincre ses amis des BRICS, que la meilleure façon de procéder avec les manœuvres grossières et fantasmées du bloc BAO, c’est de faire comme si elles étaient fondées après tout, et d’y riposter d’une manière décisive.

http://www.dedefensa.org/article-forcer_la_guerre_contre_le_dollar__03_04_2014.html

 
4 Commentaires

Publié par le 3 avril 2014 dans économie

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Vidéo du WE – Soigner avec l’énergie : Les thérapies quantiques et Psycho-énergétiques / Serge-Reiver Nazare : la vibration de l’univers

Soigner avec l’energie: Les thérapies quantiques et Psycho-énergétiques – Luc Bodin

Entretien avec Serge-Reiver Nazare : la vibration de l’univers

 
1 commentaire

Publié par le 29 mars 2014 dans Vidéos indispensables

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Gérald Celente : les Sanctions contre la Russie sur la Crimée sont « bidons »

Selon Gérald Celente, l’Europe est trop dépendante de l’énergie russe : il faudrait des années pour se détacher de la dépendance aux énergies russes , donc, ce qu’on voit n’est que de la propagande : ils ne sanctionneront pas réellement la Russie, car cette dernière à la main , et que leurs rétorsions pourraient être fatales  !

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 mars 2014 dans économie, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :