RSS

Archives de Tag: Le plan

Voici le plan du Pentagone pour l’Europe

Général Curtis Scaparrotti à la tête du Commandement européen des Etats-Unis

Général Curtis Scaparrotti à la tête du Commandement européen des Etats-Unis

En préparation de la visite du président Trump en Europe -le 24 mai à Rome, le 25 au Sommet Otan de Bruxelles, les 26-27 au G7 de Taormina- le Pentagone a présenté son plan stratégique pour le « théâtre européen ». Il l’a fait par la voix du général Curtis Scaparrotti qui, étant à la tête du Commandement européen des Etats-Unis, est automatiquement à la tête de l’Otan avec la charge de Commandant suprême allié en Europe. Au Sénat des Etats-Unis, le 2 mai, le général rappelle que « le théâtre européen reste d’une importance cruciale pour nos intérêts nationaux » et que « l’Otan nous donne un avantage unique sur nos adversaires ». Cet avantage se trouve cependant à présent mis en danger par « une Russie résurgente, qui essaie de miner l’ordre international sous conduite occidentale et de se réaffirmer comme puissance mondiale ».

Le Commandant suprême appelle les alliés européens à serrer les rangs autour des Etats-Unis pour défendre par tous les moyens l’ « ordre international » -celui qui est fondé sur la suprématie économique, politique et militaire de l’Occident- mis en péril par l’émergence de nouveaux sujets étatiques et sociaux.

Il concentre le feu sur la Russie, en l’accusant d’ « activités malignes et actions militaires contre l’Ukraine » (juste au troisième anniversaire du massacre de dizaines de Russes perpétré à Odessa le 2 mai 2014 par des néo-nazis ukrainiens sous direction USA/Otan). Mais la « menace » ne provient pas que de la Russie : les Etats-Unis -déclare l’amiral Harris, chef du Commandement Pacifique- sont défiés dans cette région simultanément par « une Chine agressive et une Russie revancharde ».

En réponse à ces défis, annonce Scaparrotti, le Commandement européen des Etats-Unis « est en train de revenir à son rôle historique de combat, en adaptant ses plans aux menaces que nous avons face à nous ». Il demande donc au Congrès d’augmenter les fonds pour la «European Reassurance Initiative », l’opération lancée par les USA en 2014 officiellement pour « rassurer » les alliés Otan et partenaires européens, pour laquelle 3,4 milliards de dollars ont été attribués en 2017. « De significatifs investissements sont nécessaires -souligne le général- pour augmenter dans toute l’Europe notre présence avancée, le pré-positionnement de matériels militaires, les exercices pour la préparation aux conflits ».

Le plan est clair et il est déjà en acte : transformer l’Europe en première ligne de la confrontation avec la Russie. C’est ce que confirme l’annonce, faite le 4 mai, que l’Armée USA en Europe a constitué un nouveau quartier général à Poznan, en Pologne, pour commander les plus de 6 mille soldats étasuniens basés en Pologne, Estonie, Lettonie, Lituanie, Allemagne, Slovaquie, Hongrie, Roumanie et Bulgarie, dans le but de « renforcer le flanc oriental de l’Otan comme dissuasion envers la Russie ».

Au déploiement sur le flanc oriental -comprenant forces blindées, chasseurs-bombardiers, navires de guerre et unités de missiles y compris nucléaires- participent les puissances européennes de l’Otan, comme le démontre l’envoi de troupes françaises et de chars d’assaut britanniques en Estonie.

Et l’armée européenne ? Dans la rencontre avec les ministres de la défense de l’Union européenne, le 27 avril à Malte, le secrétaire général de l’Otan Stoltenberg n’a laissé aucun doute :

« Il a été clairement convenu par l’Union européenne que sont objectif n’est pas de constituer une nouvelle armée européenne ou des structures de commandement en compétition avec celles de l’Otan, mais quelque chose qui soit complémentaire à ce que fait l’Otan ».

Le bâton de commandement reste donc solidement dans les mains du Commandant suprême allié en Europe, un général étasunien nommé par le président des Etats-Unis.

Manlio Dinucci

 

https://ilmanifesto.it/ecco-il-piano-del-pentagono-per-leuropa/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

Lu ici

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 10 mai 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , ,

Voici le plan en 7 points de la Maison Blanche pour faire face aux « astéroïdes meurtriers »

Les chercheurs ont longtemps exprimé leurs préoccupations quant aux menaces d’astéroïdes ou météores potentiellement dangereux. Le mois dernier, la Maison-Blanche a publié un plan détaillé, intitulé « National Near-Earth Object Preparedness Strategy » visant à préparer le monde contre ce type de menaces imprévisibles.

Plus nos instruments s’affinent et mieux nous surveillons le ciel, mais en dépit des progrès exponentiels réalisés dans l’étude des astéroïdes depuis plus de 200 ans, le préavis est généralement très court entre la détection d’une menace et une potentielle collision. Il se pourrait en effet qu’un jour, le trajet d’un énorme astéroïde coïncide avec la position de notre planète et bien que ce risque soit faible, les scientifiques planchent sur les moyens de protéger la Terre de cette menace en un temps très court, le but étant de « s’exercer à affronter ces scénarios catastrophes peu probables, mais aux conséquences dramatiques », comme l’explique l’administrateur de la FEMA Craig Fugate.

Il y a un mois la Maison-Blanche publiait un rapport élaboré par le Groupe de travail interinstitutions pour la détection et l’atténuation des impacts de géocroiseurs sur la Terre. Selon ce document, l’objectif est « de préparer notre pays [les États-Unis] à faire face aux risques d’impacts en améliorant l’intégration des actifs nationaux et internationaux existants ». Cette nouvelle stratégie se fonde sur le travail déjà en cours de la NASA qui vise à la détection des géocroiseurs et se divise en sept objectifs principaux :

1. Améliorer la détection des géocroiseurs, les capacités de suivi et de caractérisation. Ce premier but consiste à investir dans la technologie qui nous aidera à suivre et étudier les géocroiseurs comme le fait le Minor Planet Center ou encore Scout, le nouveau système d’alerte précoce de la NASA.

2. Développer des méthodes pour la déviation et la perturbation de géocroiseurs. Si deux missions (japonaise et américaine) se sont déjà rendues sur des astéroïdes afin d’en ramener des échantillons, la NASA collabore avec l’Agence spatiale européenne (ESA) pour mener prochainement une opération inédite : la mission AIDA dont le but est « d’employer une technique d’atténuation des risques appelée “impacteur cinétique” pour tester si l’on peut dévier les astéroïdes de leur trajectoire. »

3. Améliorer la modélisation, les prévisions et l’intégration de l’information. Le but ici est de modéliser avec précision les trajectoires de géocroiseurs potentiellement dangereux et de réduire l’incertitude. Le but ultime est de savoir avec certitude si oui ou non un objet va nous frapper, et si oui, de savoir quelles en seront les conséquences.

4. Élaborer des procédures d’urgence pour les scénarios d’impact.

5. Mettre en place une réponse d’impact et des procédures de recouvrement. Un dernier recours, certes, mais en supposant que l’impact soit jugé « inévitable », les autorités anticipent également des scénarios de recouvrement. En d’autres termes, comment repartir à zéro. Tout dépendrait alors du lieu d’impact (océan profond, région côtière, ville ou au milieu de nulle part). En fonction de cela, les autorités élaborent ainsi différents protocoles de reprise.

6. L’effet de levier et le soutien de la coopération internationale. Cette étape de la stratégie porte sur la façon dont les États-Unis et la NASA devront collaborer avec les gouvernements étrangers pour planifier, suivre et se préparer à ces événements.

7. Établir des protocoles, des seuils de coordination et de communication pour prendre des mesures. En d’autres termes, mettre en place des protocoles qui viseront à communiquer aux médias et au public.

Selon la Planetary Society, nous avons découvert à peu près 60 % des astéroïdes et comètes à courte période proches de la Terre (avec des périodes orbitales de moins de 200 ans) dont les diamètres sont estimés à 1,5 kilomètre ou plus. La bonne nouvelle, c’est que les corps potentiellement dangereux n’ont que 0,01 % de chance d’impacter la Terre dans les 100 prochaines années. Inutile de s’inquiéter donc, mais il n’y a pas de mal à se préparer. Vous pouvez lire la déclaration complète ici.

Source via SP

Si vous voulez lire le document de 25 pages que la Maison Blanche vient de sortir, il est intitulé «Stratégie de préparation Nationale contre les objets géocroiseurs » et vous pouvez le lire par vous – même ici .

capture-neo

https://www.whitehouse.gov/sites/default/files/microsites/ostp/NSTC/national_neo_preparedness_strategy_final.pdf

 
2 Commentaires

Publié par le 13 janvier 2017 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , ,

La Grèce n’est pas l’Inde ? Le Banques Grecques lancent un Plan de « taxation sur les retraits en espèces » pour lutter contre l’économie noire

Afficher l'image d'origine

Les banques grecques ont proposé une série de mesures visant à combattre l’évasion fiscale , renforcer les transactions électroniques et limiter l’utilisation du cash dans l’économie, et comme KeepTalkingGreece.com le rapporte, l’une des mesures proposées est une taxe spéciale sur les retraits en espèces.

 Les banquiers soulignent que l’argent cash peut facilement et en grande partie être canalisée dans l’économie noire. Par conséquent, une taxe sur les retraits en espèces va considérablement réduire les transactions en espèces et par extension l’économie souterraine.

Les banquiers suggèrent que les cartes de crédit et de débit ainsi que le puits de nouvelles technologies permettant moins de transactions en espèces , même pour de petites sommes, et les téléphones mobiles, peuvent être utilisés pour l’achat d’un billet de transport ou d’un journal au kiosque.

La proposition des banquiers au gouvernement comprend également :

L’utilisation OBLIGATOIRE de cartes ou d’autres réseaux de paiements électroniques pour chaque transaction avec les professions où il y a de fortes preuves de fraude fiscale et où le cash est principalement utilisé [comme les boulangeries, les kiosques, les vendeurs ambulants et les … vendeurs de châtaignes ?].

 

L’utilisation -OBLIGATOIRE de cartes ou de réseaux électroniques pour les transactions dépassant un certain montant [cette mesure est déjà en vigueur].

 

Reformer Le système fiscal en introduisant un système de revenu et de dépenses. Les ménages ou les professionnels ne seront imposés que sur le montant du revenu qui n’aura pas été dépensé. De cette façon, les ménages et les professionnels auront une forte incitation à rechercher des reçus pour toute dépense afin d’augmenter leurs dépenses et réduire le montant de l’impôt qu’ils auront à payer.

 

L’obligation Pour toutes les entreprises quelle que soit leur taille de payer par voie électronique tous les salaires. (Source: Kathimerini via Liberal.gr)

Je ne peux pas dire qui a lancé cette idée révolutionnaire, si ce sont certains jeunes génies universitaires ou les banquiers grecs eux-mêmes, ceux de plus de 60 qui ont leurs secrétaires ou leurs enfants qui effectuent leurs transactions en utilisant leurs propres iPhones et iPads.

Je ne sais pas si ils ont demandé aux créanciers du pays de réformer le système fiscal avec plus d’incitations à ne pas utiliser de cash, dans un monde grec où les ménages seront obligés d’utiliser des livres de recettes et de dépenses.

Je ne comprends absolument pas comment un groupe de banquiers peut proposer de telles mesures et fixer la règle du système économique d’un pays où environ 30% de la population vit en situation de, ou est en risque de pauvreté, où le système de protection s’est effondré et où des milliers de familles vivent sur les dons d’un parent ou d’un ami qui met secrètement dans leurs poches quelques billets afin qu’ils achètent de la nourriture, des médicaments ou payent quelques factures.

Sans parler de ceux de plus de 60 ans avec une connaissance minimale des appareils et des applications électroniques et ceux de plus de 80 ans qui ne peuvent même pas utiliser un téléphone mobile.

La taxation sur les retraits en Cash donnera bien entendu aux « contrôles de capitaux » une nouvelle dimension.

Je suppose que l’ensemble de la proposition a été élaborée par un groupe de quelques professionnels universitaires coincés dans une énorme bulle .

Allons-nous maintenant interdire le cash et devenir comme l’Inde ?

Avec Zero Hedge

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Le plan de Cazeneuve pour calmer la grogne des policiers : La gendarmerie pas sure de pouvoir payer les loyers de novembre

Pour le moment, pendant que le ministre annonce un plan , on ne sait même pas encore si la gendarmerie pourra payer les loyers de novembre  :

La gendarmerie pourra-t-elle payer ses loyers? Pas sûr. Car les crédits destinés aux loyers sont gelés… Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve souhaite que la mise en réserve soit levée et que les crédits encore gelés (112 millions d’euros en autorisations d’engagement, 99 millions en crédits de paiement) soient dégelés d’ici à la fin de l’année, a expliqué la semaine dernière devant les députés le patron de la gendarmerie, le général Richard Lizurey. « S’ils ne le sont pas, nous ne serons plus en mesure de payer les loyers à partir de novembre, ce qui serait évidemment préjudiciable à nos bailleurs. Mais nous avons bon espoir que ce dégel ait lieu », précise le directeur général de la gendarmerie nationale.

Voici son « plan » :

Forte augmentation des moyens, évolution législative sur la légitime défense ou encore suppression des «tâches indues» : le ministre de l’Intérieur a reçu 5 sur 5 les demandes des syndicats de policiers.

Critiqué par des policiers en colère qui manifestent depuis le 18 octobre, le ministre de l’Intérieur a répondu point par point aux demandes des syndicats. Ce mercredi, Bernard Cazeneuve a concrètement proposé d’appliquer tout ce que demandaient les policiers, des moyens à la légitime défense en passant par la communication avec les magistrats.

Ces annonces interviennent alors que les syndicats ont été reçus par François Hollande en fin de journée. Tour d’horizon.

Les crédits du ministère en hausse de 15%

D’après des propos rapportés par Libération, le ministère de l’Intérieur va recevoir une hausse des crédits de 15% dans le prochain projet de loi de finances, soit 843 millions d’euros. Dans le détail, 300 millions d’euros serviront à l’équipement et à la modernisation des locaux de police.

Comme le précise l’Agence France Presse (AFP), une «enveloppe globale de 250 millions» sera allouée aux équipements, notamment des casques balistiques, des gilets pare-balles porte-plaques et des fusils d’assaut HK G36 pour les « compagnies départementales d’intervention et des compagnies de sécurisation ». Exactement ce que demandaient les syndicats.

Le ministre a aussi promis « dès le 1er janvier 2017 » la livraison, entre autres, de 20.000 gilets pare-balles, de 8.000 casques et visières, de 4.730 boucliers ainsi que de nouvelles armes. Il a également évoqué le déploiement de « tenues résistantes au feu », du renforcement du vitrage des véhicules banalisés et sérigraphiés, et de « véhicules particulièrement protégés » dans les « quartiers les plus sensibles ».

Enfin, le renouvellement du parc automobile « devra bien entendu se poursuivre »: « En 2017 ce sont 3.080 véhicules neufs qui seront livrés pour la police nationale et 3.300 pour la gendarmerie », a précisé Bernard Cazeneuve.

Les « tâches indues » supprimées

Les revendications des syndicats ont également été entendues sur les «tâches indues». Ces dernières vont de la garde statique de lieux sensibles (tribunaux, préfectures, etc.), à la protection des personnalités, en passant par la surveillance de détenus dans les hôpitaux.

Ce mercredi soir, Bernard Cazeneuve a annoncé que des agents de sécurité seraient recrutés pour relever les policiers du devoir de garde statique devant les tribunaux et préfectures. Selon Libération, il s’agit de «plusieurs milliers d’euros sanctuarisés», ce qui va permettre de déployer «221 équivalents temps plein» auprès de la population.

Des peines plus lourdes

Bernard Cazeneuve a annoncé qu’il souhaitait aligner l’outrage à un policier ou un gendarme sur celui d’un magistrat. Ce qui augmenterait la peine encourue, de six mois aujourd’hui, à un an de prison et 15.000 euros d’amende, décrit Libération. L’anonymisation des policiers dans des enquêtes pourrait également être facilitée, alors que celle-ci ne concerne pour l’heure que les sections anti-terroriste et les unités d’intervention.

La légitime défense sera revue en novembre

Point central des revendications syndicales, repris en boucle par les candidats de la primaire à droite, la légitime défense devrait évoluer rapidement. Alors que les policiers veulent l’assouplir, les ministères de l’Intérieur et de la Justice vont étudier «les conditions d’évolution de la légitime défense», afin de faire des «propositions», dès la fin novembre, au Parlement, a annoncé Bernard Cazeneuve. Les propositions de moyens et de peines feront également partie du projet de loi.

«Les conditions d’évolution de la légitime défense vont être étudiées pour protéger au maximum les forces de l’ordre dans un cadre juridique scrupuleusement conforme à l’Etat de droit», a affirmé le ministre de l’Intérieur à l’issue d’une rencontre avec les syndicats de policiers à l’Elysée.

Plus de discussion entre policiers et magistrats

Enfin, comme le demandaient les syndicats, un système informatique va être mis en place pour lier policiers et magistrats, rapporte Libération. «Il permettra aux policiers de connaître les poursuites retenues à l’encontre des personnes interpellées», précise le quotidien.

Cependant, les modalités d’application de ce système restent encore assez floues.

Source
 
Poster un commentaire

Publié par le 27 octobre 2016 dans économie, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Interview de Jim Rickards par Simone Wapler : Le plan secret des élites mondiales

Jim rickards, qui prévoit que les DTS vont remplacer le dollar incessamment sous peu (dans les 5 semaines), dévoile ce qu’il nomme les « accords secrets de shangai » lors du dernier G20, qui visent entre autres à dévaluer le yuan et le dollar . 

Il parle aussi du « grand plan secret » des élites qui visent à effacer la dette publique (1 million de milliards avec les dérivés), par l’inflation .

Pour cela 4 moyens :

  • taux négatifs
  • hélicoptère monétaire
  • Les DTS
  • Augmenter le prix de l’or

Donc quoi qu’il arrive il y aura de l’inflation …

 

Étiquettes : , , , , , ,

Énorme / Exclusif – Wikileaks révèle le plan du FMI de « provoquer un événement de crédit en Grèce et de déstabiliser l’Europe » !!!

Depuis plusieurs années, Bruxelles impose des politiques d'austérité à la Grèce

On va devoir définitivement retirer le terme de « théorie du complot » du dictionnaire ou lui trouver une autre définition du genre : 

« Vérité attaquée de toutes parts qui précède la révélation d’une réalité que les élites et pouvoirs en place souhaitent cacher à la population – gage fiable qu’il y a anguille sous roche »

Voici les plus grands médias, alternatifs et mainstreams – de notre monde, ce que vous ne lirez nulle part ailleurs :

L’une des préoccupations récurrentes quant aux crises économiques, financières et sociales, qui frappent apparemment perpétuellement l’Europe , est que celles-ci ont été largement prédéterminées, «scriptées» et que ce sont des actes délibérés.

Ceci est quelque chose que l’ancien chef de la Banque d’Angleterre a admis il y a un mois lorsque Mervyn King a déclaré que la dépression économique en Europe « est le résultat de  choix politiques délibérés prises par les élites de l’ UE  (Incroyable révélation par l’Ancien patron de la Banque d’Angleterre (Mervyn King) : La dépression européenne était un acte « volontaire » des élites  , petit rappel :

Comme le rapporte The Telegraph aujourd’hui , selon l’ancien chef de la Banque d’Angleterre , la dépression économique en Europe « est le résultat de« choix politiques délibérés » prises par les élites de l’ UE .

«Je ne pensais pas que nous aurions jamais dans un pays industrialisé une dépression plus profonde que celle que les États-Unis ont connu dans les années 1930 et c’est ce qui est arrivé en Grèce.

Mais la plus grande question de la dépression en Europe a toujours été de savoir si elle était le résultat de la stupidité pure et de décisions économiques pauvres, ou si elle était délibérée. La réponse de King était magnifique : « c’était épouvantable et c’est arrivé presque comme un acte politique délibéré, ce qui la rend encore pire ».

La raison pour laquelle cette déclaration est profonde, est car il valide ce « que » le rapport de AIG de 2008 avait prédit il y a longtemps , et certainement avant que la crise européenne n’eut été déclenchée, à savoir que l’ Europe a spécifiquement créé une crise financière (ainsi qu’une crise environnementale, ainsi que le terrorisme) afin de fortifier « l’Empire Européen. »

C’est également ce qu’a dit le stratège de la Banque AIG Bernard Connolly en 2008 dans « Qu’est – ce que l’ Europe veut « 

 Rappelons ce que le stratège de la Banque AIG Bernard Connolly a déclaré :

 Utiliser les problèmes mondiaux comme excuses pour étendre son pouvoir :

  • les questions environnementales : accroître le contrôle sur les pays membres ; c’est une vision avancée de la gouvernance mondiale
  • terrorisme : utiliser une excuse pour un plus grand contrôle sur la police et les questions judiciaires; accroître l’ étendue de la surveillance
  • crise financière mondiale : tuer deux oiseaux (marché libre, les économies anglo-saxonnes) avec une pierre ( à l’ échelle européenne de réglementation ; ce sont des tentatives de gouvernance financière mondiale)
  • UEM : créer une crise pour forcer l’ introduction d’un « gouvernement économique européen »

Ce matin , nous avons eu une autre confirmation de la façon dont l’organisation supranationale « planifie » les crises européennes à l’ avance pour faire avancer leurs objectifs, lorsque Wikileaks a publié la transcription d’une téléconférence qui a eu lieu le 19 Mars, 2016 , entre les deux hauts responsables du FMI chargé de la gestion de la crise de la dette grecque- Poul Thomsen, le chef du département Europe du FMI, et Delia Velkouleskou, le chef de mission du FMI pour la Grèce.

Dans le compte rendu de l’audience, les membres du personnel du FMI sont pris sur en flagrant délit en train de planifier de dire à l’Allemagne que l’organisation abandonnerait la troïka si le FMI et la commission ne parvenait pas à un accord sur l’allégement de la dette grecque.

Plus précisément, les responsables du FMI disent que la menace d’une catastrophe financière imminente comme le Guardian le dit, est nécessaire pour forcer les autres joueurs à accepter ses mesures telles que couper les pensions grecques et s’attaquer aux conditions de travail, ou comme Bloomberg le précise, il s’agit d’élaborer un plan pour provoquer un événement de crédit en Grèce et déstabiliser l’Europe « .

Selon la conversation qui a fuité, le FMI – qui a fait pression pour un haircut de la dette de la Grèce depuis le 3e plan de sauvetage grec de Août dernier – estime qu’un événement de crédit est la seule chose qui pourrait déclencher un deal avec la Grèce ; « l ‘événement» dont il est fait allusion est mentionné comme ayant lieu quelque part autour du référendum du 23 Juin sur le Brexit.

Comme indiqué par Bloomberg, la fuite montre que les fonctionnaires lient la question grecque avec le référendum en GB , risquant de provoquer une déstabilisation politique générale en Europe.

La transcription de la fuite révèle comment le FMI envisage d’utiliser la Grèce comme un pion dans sa négociation en cours avec la chancelière Allemande afin d’obtenir la réduction souhaitée de la dette grecque à propos de laquelle l’Allemagne a été ostensiblement été contre : dans la fuite nous apprenons l’intention du FMI de menacer la chancelière Angela Merkel pour la forcer à accepter les demandes du FMI à un moment critique. 

D’après la transcription :

Le FMI est également montré comme continuant à tirer les ficelles du gouvernement grec qui a jusqu’à présent refusé de faire des compromis sur les réformes majeures, comme cela a été le cas depuis le premier plan de sauvetage.

Comme le note The guardian , le ministre des Finances grec Euclide Tsakalotos a accusé le FMI d’imposer des mesures draconiennes, y compris sur la réforme des retraites. La transcription cite Velculescu comme disant: «Ce qui est intéressant cependant est que [ la Grèce] a laché un peu de terrain … un peu à la fois sur la réforme de l’ impôt sur ​​le revenu et sur ​​ … à la fois sur le crédit d’impôt et les retraites complémentaires ». L’avis de Thomsen était que les Grecs  » ne se sont pas prêts  d’accepter nos points de vue ». Velculescu fait valoir que «si [le gouvernement grec] avait assez de pressions, ils le feraient … Mais ils ne sont pas incités et ils savent que la commission est prête à faire des compromis, de sorte que le problème soir réglé. »

Ci – dessous le résumé de Paul Mason de ce qui s’annonce comme le prochain scandale politique :

Le Fond monétaire international a été pris en flagrant délit de complot en vue de mettre en scène un «événement de crédit» qui précipitera la Grèce au bord de la faillite, en utilisant le prétexte du référendum sur le Brexit.

 

Non, ce n’est pas l’intrigue du prochain film de James Bond. C’est la transcription d’une téléconférence entre le négociateur en chef du FMI, Poul Thomsen et Delia Velculescu, chef de mission du FMI à la Grèce. 

 

Publié par Wikileaks, la discussion a eu lieu à Athènes juste avant que le FMI ne soit sorti de pourparlers visant à accorder à la Grèce le feu vert pour la prochaine étape de son plan de sauvetage.

 

La situation est la suivante: le FMI ne croit pas aux chiffres utilisés par la Grèce et l’Europe pour faire la prochaine étape de la transaction. Il ne veut pas prendre part au plan de sauvetage. Pendant ce temps, l’UE ne peut pas faire l’affaire sans le FMI – parce que le Parlement allemand ne le permettra pas.

 

* * *

 

Permettez – moi de décoder. Un «événement» est une crise financière qui portera la Grèce proche de défaut. Tout comme l’ année dernière, lorsque les banques ont fermé, des millions de personnes seront confrontées à une catastrophe économique et psychologique.

 

Seulement, cette fois, le FMI veut infliger cette catastrophe sur une nation accueillant des dizaines de milliers de réfugiés et chargée de l’une des missions de police internationale des frontières les plus complexe et juridiquement douteuse de l’histoire moderne.

 

Le gouvernement grec est furieux : « nous ne laisserons pas le FMI jouer avec le feu, » une source m’a dit.

 

Mais la question n’est pas dans les mains des grecs. En fin de compte, comme Thomsen en fait allusion dans le compte rendu, la Commission européenne et surtout le gouvernement allemand peuvent décider d’honorer les termes de l’accord qu’ils ont conclus pour renflouer la Grèce en Juillet dernier.

 

La transcription, qui a bien sur été reçue avec fureur et incrédulité en Grèce, va tomber comme une bombe sur la Commission et la BCE. Ce sont eux qui détiennent 300 milliards d’euros + de dette grecque. C’est toute l’Europe, en d’ autres termes, contre laquelle le FMI conspire, pour la frapper avec sa doctrine de choc.

Les Grecs sont naturellement en colère et confus – La Grèce veut des explications du FMI qui prévoit la faillite du pays d’ici juillet, selon Wikileaks

Comme Bloomberg l’a rapporté plus tôt, « la Grèce veut savoir si le rapport de WikiLeaks concernant le FMI anticipant un défaut grec au moment du référendum du 23 juin au Royaume-Uni sur son adhésion à l’UE, est la position officielle du fond » à dit le porte-parole du gouvernement Olga Gerovasili samedi dans un communiqué envoyé par courrier électronique . Pour sa part, un porte-parole du FMI dans un e-mail a déclaré samedi qu’il n’a pas à « commenter les fuites ou supposés rapports de discussions internes. »

Deux observations secondaires :

1. Un lanceur d’alertes à la « Snowden » a maintenant émergé au FMI ; nous pouvons donc nous attendre a beaucoup plus de telles bombes dans les semaines à venir; …. ou peut-être que la raison de la fuite est moins nuancée : un hôtel qui a buggé :

2. Nous aurons surement un autre été turbulent en Europe.

La source

The Guardian – Zero HedgeThe Telegraph – Bloomberg – resistanceauthentique – RT  – Wikileaks

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Pierre Hillard : Le plan mondialiste de remodelage des frontières du Moyen-Orient

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :