RSS

Archives de Tag: le pire

Le Plafond de la Dette US a été atteint : voici les mesures prises pour éviter le pire

Traders work on the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) in New York City, U.S., December 15, 2016. REUTERS/Brendan McDermid

Le Trésor public américain a arrêté de vendre des obligations au niveau des Etats et au niveau fédéral, le gouvernement ne contribue plus aux dépenses destinées aux personnes à la retraite et aux handicapés,  le gouvernement pourra fonctionner jusqu’en octobre avant de se retrouver à court d’argent…

Le Trésor américain est en train de prendre « des mesures extraordinaires » pour faire face à la situation économique. Rappelons que le Congrès américain avait jusqu’au 16 mars 2017 pour augmenter le plafond de la dette américaine estimée à 20 000 milliards de dollars, ce qui n’a pas été fait

La date du 16 mars fixée pour augmenter le plafond de la dette américaine est arrivée à échéance ce jeudi. Et aucune décision n’a été prise par le congrès pour reconduire ou non ce plafond de la dette américaine estimée à 20 000 milliards de dollars. Une situation plus que catastrophique pour l’économie mondiale.

24 heures après la date butoir, le Trésor américain se bat pour éviter à tout prix que les Etats-Unis ne soient en défaut de paiement sur ses dettes, une situation qui pourrait affoler les marchés financiers et mener à une prochaine crise financière. Les premières mesures appelées « mesures extraordinaires » ont ainsi été prises.

« Trésor public américain a arrêté de vendre des obligations »

Ce jeudi, le Secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a fait savoir que le Trésor public américain a arrêté de vendre des obligations au niveau des Etats et au niveau fédéral. Face à la gravité de la situation Steven Mnuchin, attire l’attention du Congrès. « J’en appelle au Congrès à garder sa bonne foi et à préserver la crédibilité des Etats-Unis en augmentant le plafond de la dette dès que possible », a-t-il martelé.

Ce n’est pas tout. Le secrétaire américain au Trésor a aussi annoncé que le gouvernement ne contribue plus aux dépenses destinées aux personnes à la retraite et aux handicapés afin de maintenir la dette du pays à un niveau stable. Steve Mnuchin affirme que cette décision est approuvée par la loi pour éviter d’enfreindre le plafond de la dette.

« Les taux d’intérêt relevés pour la troisième fois depuis la crise financière »

La situation est d’autant plus dramatique que la dette publique des Etats-Unis a atteint ce mardi 44 milliards de dollars, la hausse la plus importante en une année. Avec un plafond de la dette qui a atteint les 20 000 milliards de dollars (et qui n’est toujours pas augmenté), le gouvernement américain doit subvenir à ses besoins par tous les moyens, y compris des impôts.

D’après les analystes, le gouvernement pourra fonctionner jusqu’en octobre avant de se retrouver à court d’argent. Cette situation intervient au moment où la Réserve Fédérale Américaine vient d’augmenter les taux d’intérêts pour la deuxième fois en trois mois et pour la troisième fois depuis la crise financière de 2008.

Pour en savoir plus sur la dette américaine, cliquez ici : Treasury Department

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 mars 2017 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le pire scandale de la transition Trump

Cerveau et empreinte | Dimitris Agorastos via Flickr CC License by
Cerveau et empreinte | Dimitris Agorastos via Flickr CC License by

Lisez bien ce papier, vous aller continuer à comprendre beaucoup de choses (cf « ondes cérébrales » dans le menu recherche) …. Z .

Le pire scandale de la transition Trump –vous savez, les électrodes posées sur le cerveau, les espions russes, le serveur e-mail d’Hillary Clinton et l’expert en kung-fu– aurait probablement dû faire davantage de bruit. Mais je ne peux hélas que constater que l’offrande des deux reporters de Bloomberg (David Kocieniewski et Peter Robinson) au journalisme, publiée au matin du 23 décembre, a été à peine remarquée avant de disparaître derrière les guirlandes de Noël.

Leur incroyable scoop, titré «Le conseiller de Trump associé à une société dont le patron aurait des liens avec le KGB», décrit le lien entre Michael Flynn, le conseiller à la Sécurité national de Donald Trump, et une mystérieuse start-up des biotechnologies, Brainwave science. En février, Brainwave, qui vend «une sorte de casque avec des senseurs» comme un outil de détection des mensonges à destination de ceux qui luttent contre le crime et le terrorisme a ainsi embauché Flynn comme conseiller. Subu Kota, entrepreneur en biotechnologie, fait alors partie de la direction de Brainwave.

Comme Kocieniewski et Robinson le racontent, Kota (dont le nom a depuis disparu du site internet de la compagnie) avait été mis en examen pour avoir vendu pour plusieurs centaines de milliers de dollars de micro-organismes volés ainsi que des informations classifiées sur les systèmes de défense anti-missiles et les bombardiers furtifs à des agents du KGB durant la Guerre froide. (Il a signé en 1996 un protocole de négociation de peine où il admettait la vente de matériel de biotechnologie.) Flynn, déjà critiqué pour sa proximité avec des dirigeants russes, aurait promis d’aider la compagnie de Kota à vendre son casque à des agences fédérales.

Des mensonges sur des mensonges

Voilà un article qui semblait résumer la nouvelle ère de Trump, réunissant dans le même panier un triste mélange d’espionnage étranger, d’accords commerciaux douteux et de pseudoscience. Mais si l’on se penche un peu plus sur ce scandale Brainwave, il apparaît encore davantage résonner avec notre présent post-factuel. Voilà une histoire où des mensonges s’empilent sur des mensonges qui, à leur tout s’empilent sur d’autres mensonges: des mensonges peuvent-ils être détectés dans les ondes cérébrales d’une personne? Des personnes mentent-elles à propos de cette méthode de détection des mensonges? D’autres personnes mentent-elles sur la tenue de ces mensonges? Et finalement, inévitablement –bizarrement– que signifie l’idée même du mensonge, puisque selon les dires du neuroscientifique au cœur de tout ce bazar, chacun d’entre nous a la capacité mentale de plier la réalité selon sa volonté?

Farwell a montré que les électrodes peuvent être utilisées pour lire les pensées d’une personne –à condition qu’elles aient été énoncées volontairement

Ce papier de Bloomberg se concentre sur Subu Kota, mais le «Braingate» a vraiment commencé avec Larry Farwell, un neuroscientifique de Seattle. Farwell vient d’une grande famille de professeurs et de marins: son grand-père Raymond, était un expert en transport naval et en commerce qui a écrit un grand classique sur la manière d’éviter les collisions en mer. Son père, George, fut un physicien qui étudia sous la direction d’Enrico Fermi et travailla sur le Projet Manhattan; sa sœur Jacqueline est pédiatre neurologue.

Comme George, Jacqueline et l’oncle de Farwell, Raymond Jr. (autre marin de renom), a obtenu son diplôme à l’université de Harvard. Au cours des dix années qui ont suivi, il a investi dans l’immobilier et étudié la méditation transcendantale, entre autres activités. (Il est également danseur swing semi-professionnel, escrimeur et ceinture noire de Kung-fu avec un penchant pour le coup de pied sauté.) Enfin, en 1984, Farwell a repris ses études et décroché un doctorat en neuroscience dans le laboratoire d’Emanuel Donchin, pionnier des électrodes sur le cerveau.

Le pouvoir de l’esprit

Farwell a produit des travaux extraordinaires comme étudiant au sein du laboratoire de Donchin. En 1988, quatre ans avant de décrocher son diplôme, lui et Donchin conçoivent une des premières interfaces ordinateur-cerveau, qui permet de convertir les pensées en paroles. Leur système fonctionne par le biais d’une électroencéphalographie (EEG) –qui mesure les oscillations de l’activité électrique du cerveau par le biais d’électrodesimplantées sur le cuir chevelu.

Donchin est un expert dans un potentiel particulier d’EEG, la «P300», un bref changement de voltage qui met en lumière des traces neuronales une demi-seconde environ après que des personnes soient confrontées à un stimulus surprenant ou signifiant. (Le terme de P300 fait référence au fait que ce signal positif (P) peut apparaître dès 300 millisecondes après le déclenchement du son ou de l’image.)

En travaillant de son côté, Farwell trouve, dit-il, un moyen d’utiliser la P300 pour aider des personnes à communiquer entre elles en se concentrant sur une grille de lettres, sur un écran. Il demande alors à ses sujets de se concentrer sur une seule lettre et enregistre les réactions sur leur cerveau. Chaque ligne et chaque colonne de la grille est allumée tour à tour. Quand la lettre cible est éclairée, les ondes cérébrales du sujet affichent la hausse de voltage de la P300.

En répétant ce processus, Farwell réalise qu’il est capable d’identifier une suite de lettres à l’intérieur de la tête de ses sujets puis une phrase à deux mots. «Nous disons que la P300 peut servir de crayon, et que ce crayon est très aiguisé», écrivent Donchin et Farwell quand ils publient les résultats de leurs recherches. Mais ils ajoutent une importante mise en garde: «L’esprit, cependant, conserve le contrôle du crayon.»

Test d’information dissimulée

Farwell a montré que les électrodes peuvent être utilisées pour lire les pensées d’une personne –à condition qu’elles aient été énoncées volontairement. Le signal P300 peut-il révéler des informations que la personne souhaite dissimuler? Farwell a dans ses cartons un autre projet avec ce but précis. Il fonde son travail sur une forme de détection du mensonge baptisée «Test de Culpabilité» ou «Test d’Information Dissimulée» dans lesquels les suspects se voient posées une série de questions à réponses multiples en liaison avec un crime, par exemple: «La voiture avec laquelle ils ont pris la fuite était-elle une Ford rouge, une Toyota jaune, une Chevrolet grise ou une Plymouth blanche?»

Farwell ne signe pas des contrats de recherche avec la seule CIA, mais aussi avec le FBI et l’U.S. Navy

L’interrogateur scrute les réponses physiologiques du suspect à chacun des réponses potentielles. Selon la théorie du test, une personne coupable –et seulement une personne coupable– connaîtra la bonne réponse à cette question et peut se trahir en répondant à cette réponse d’une manière subtile ou inconsciente. Le battement de son cœur peut s’accélérer, ses paumes devenir moites. Si de telles mesures sont largement utilisées pour détecter des mensonges par le FBI, la DEA (qui lutte contre le trafic de drogues) et d’autres agences gouvernementales, ils ne sont pas très fiables.

En 1986, Farwell et Donchin annoncent qu’ils ont adapté ce Test de culpabilité avec des électrodes. Dans leur nouvelle version du test, la réponse correcte à une question –c’est-à-dire la couleur et le constructeur de la voiture –servirait de stimulus signifiant induisant une réponse P300, au moins pour ceux ayant une connaissance intime d’un crime. Pour les autres, la même stimulation n’aurait aucune signification et n’entraînerait donc aucun stimulus. Avec des financements de la CIA, Farwell et Donchin poursuivent cette idée durant plusieurs années et publient leur premiers –maigres– résultats en 1991. Il faudra encore beaucoup de recherches sur ce test pour que les résultats soient plus probants, écrivent-ils, mais cette approche est prometteuse. Les électrodes cérébrales pourraient être utilisées un jour «comme un aide lors des interrogatoires.»

Scanner en quête d’indice

Mais au moment où cette étude est publiée, Farwell a déjà été embauché comme consultant à temps plein par la CIA. (L’agence va lui octroyer près d’un million de dollars de subventions pour ses recherches entre 1991 et 1993). Il décide de monter sa propre société, Human Brain Research Laboratory Inc., fondée sur sa connaissance du Test de Culpabilité et la notion que la présence d’un suspect sur une scène de crime laisse des traces indélébiles, comparables à des empreintes digitales, dans les circuits de son cortex. Si un enquêteur était en mesure de poser les bonnes questions lors d’une session d’enregistrement des réactions du cerveau, il ou elle pourrait être en mesure de scanner le cerveau du suspect en quête d’indice. Toute connaissance dissimulée du crime serait révélée par le biais d’une P300.

Farwell ne signe pas des contrats de recherche avec la seule CIA, mais aussi avec le FBI et l’U.S. Navy. Il affirme bientôt avoir découvert un autre modèle d’ondes cérébrales –une version plus élaborée de la P300 qui dure une seconde voir plus– et qu’il dépose sous le nom de «Réponse électroencéphalographique multifacette de mémorisation et d’encodage» ou MERMER. En analysant toutes ces données, Farwell affirme qu’il a pu atteindre une impressionnante précision de 100% avec son détecteur de mensonge: pas de faux positifs, pas de faux négatifs et pas de résultats indéterminés. En 2012, dans un article résumant ses recherches, Farwell cite les conclusions de 10 études expérimentales de sa méthode, sur plus de 130 sujets. Utilisé correctement, dit-il, le système marche presque toujours –Farwell estime que le taux d’erreur de la méthode «est inférieur à 1%» car rien, dans la science n’est vérifiable à 100%.

«Le cerveau ne ment jamais»

La mémoire humaine peut être imparfaite et limitée, comme le concède Farwell dans son article, mais si une information fiable s’y cache, son système permet de la trouver. «Des témoins peuvent mentir, dit-il, mais le cerveau ne ment jamais.» Sa méthode pourrait même permettre d’éviter des crimes qui n’ont pas été commis: un membre de Daech, qui se fait passer pour un migrant innocent en provenance d’un pays ravagé par la guerre comme la Syrie pourrait être démasqué grâce à un test P300-MESMER écrit Farwell en 2015.

«Les terroristes savent qui ils sont, dit-il. Ils connaissent leur entraînement de terroriste. Ils connaissent leurs compétences dans certains domaines comme l’utilisation des armes à feu ou la fabrication des bombes… Toutes ces informations sont enregistrées dans leurs cerveaux.»

Pendant un temps, les théories de Farwell sont chaleureusement accueillies par la presse – Time le décrit comme «un des Picasso ou des Einstein du XXIe siècle», quant à CNN et à “60 Minutes”, ils l’invitent sur leur plateau pour une interview. Mais ceux qui s’intéressent en profondeur à ses travaux les regardent depuis longtemps avec scepticisme. Une étude fédérale de 2001 rapporte ainsi que les représentants de la CIA, du FBI, des Services Secrets et du département de la Défense ne sont pas intéressés par le système de Farwell. Selon cette étude, la CIA en particulier a abandonné la méthode dès 1993 quand Farwell a refusé de révéler son fonctionnement scientifique devant un panel d’experts qui avait été convié pour évaluer ses mérites. «C’est tout simplement faux, a récemment déclaré Farwell dans une interview début janvier 2017. J’ai fourni mes algorithmes, tous mes calculs et le code source.»

Risques de détournement?

Parallèlement, d’autres chercheurs en électroencéphalographie –dont le docteur Donchin, qui a concouru à l’élaboration du test–, ont suggéré que la méthode de détection des mensonges par la P300 n’était pas aussi fiable que ce que Farwell voulait bien le dire et certainement pas utilisable dans le monde réel. Parmi d’autres problèmes potentiels, le signal P300 semble davantage lié aux croyances du sujets qu’à des faits véritables –même des souvenirs erronés produisent des résultats positifs.

L’autre gros problème est que le test ne vaut pas plus que les questions qui sont posées pour établir la culpabilité. Comment un enquêteur pourrait-il savoir exactement de quels détails spécifiques une personne donnée peut se souvenir, surtout si le test a lieu des semaines, des mois voire des années après le crime? D’autres, enfin, affirment que ce test cérébral, comme le test plus classique de polygraphie, peut être totalement détourné par un sujet malin ou bien faussé par un sujet qui n’a rien à voir avec l’affaire en question.

Donchin a fait part de ses préoccupations dans un article aussi désagréable que personnelconsacré à l’article publié par Farwell en 2012, cosigné par de nombreux chercheurs et publié dans la même revue scientifique. Il y accuse son ancien étudiant d’utiliser un «langage grandiloquent», pour distordre et donner une idée fausse des empreintes cérébrales. La technique P-300 MERMER déposée par Farwell n’a jamais été décrite dans une autre revue scientifique, poursuit le papier de Donchin et il n’y a donc aucun moyen de savoir si le MERMER ajoute quoique ce soit à la P-300.

Sur les 13 études que Farwell cite pour appuyer son score de 100%, seules trois ont été publiées par des journaux scientifiques, et elles ne portaient que 30 participants en tout

Enfin, sur les 13 études que Farwell cite pour appuyer son score de 100%, seules trois ont été publiées par des journaux scientifiques, et elles ne portaient que 30 participants en tout. Pour faire court, disent Donchin et ses camarades, l’article de Farwell «viole certains des canons les mieux acceptés de la science… et il devrait se sentir obligé d’infirmer ses propres conclusions».

Échantillons biaisés

Farwell répond dans une lettre où l’indignation le dispute à l’étalage de références universitaires, accusant Donchin et les autres auteurs de distordre les faits et en insistant sur le fait que les données peuvent être utiles quand bien même elles n’ont pas fait l’objet d’une critique par des pairs. (Farwell remarque que certaines données ont été entretemps publiées. Les études originales étaient classifiées, ce qui a entraîné des délais de parution.) Ce dernier point est véridique, sans aucun doute; les données publiées ne contiennent que de petits échantillons biaisés de toutes les recherches scientifiques et il est parfois très utile d’examiner des travaux qui n’ont pas encore été publiés.

Mais cela ne change rien au caractère pour le moins contestable des affirmations de Farwell, à commencer par celle que son détecteur de mensonge serait d’une précision quasi-parfaite –une conclusion totalement à contre-courant de toutes les recherches dans ce domaine. Une analyse récente des recherches de détections de mensonge avec la méthode P-300 estiment le taux de réussite du modèle à 88% environ. C’est certes un plutôt bon score, mais pas meilleur que le genre de résultats que l’on obtient en utilisant un détecteur de mensonges plus conventionnel qui mesure la moiteur des paumes des suspects et leur pression artérielle. En fait, une version du test de reconnaissance de culpabilité qui s’appuie sur la polygraphie est couramment utilisée par la police au Japon. Farwell répond que ces méta-analyses portent sur toutes les versions du P300 et pas seulement sur la sienne. Quand le test est effectué avec sa méthode –selon sa liste de vingt standards en la matière–, il affirme que la marge d’erreur est quasi-égale à zéro.

Farwell a par ailleurs tiré des conclusions pour le moins audacieuses d’autres travaux qui n’ont jamais fait l’objet d’une revue par des pairs. Dans les années 1990, alors qu’il vient de perdre ses contrats de recherches avec la CIA et le FBI, Farwell fait une pause et travaille un an dans un institut de santé mental fermé –«pour parfaire mon expérience», m’a-t-il déclaré, «et aussi pour avoir une meilleure connaissance des personnes sérieusement dérangées». Il dit qu’il a également utilisé l’argent qui lui restait des contrats gouvernementaux pour des travaux personnels sur la nature de la réalité.

Contrôle du clavier à distance

En 1999, Farwell écrit le résultat de ces expériences sous a forme d’un traité scientifique sur la théorie quantique et la puissance de l’esprit, baptisé «Comment la conscience commande à la matière: la nouvelle révolution scientifique et la preuve que tout est possible.»L’ouvrage débute avec une description de l’interface ordinateur-cerveau inventée par lui et Donchin dans les années 1980 –cet outil qui permettait à des gens de contrôler un clavier avec leur esprit, en envoyant des signaux par le biais d’électrodes et d’un électroencéphalogramme. Mais Farwell commence à se demander si les électrodes ne sont pas superflus. Que se passerait-il si l’on pouvait contrôler le monde, en partant du niveau quantique, en pensant juste assez fort?

 

Voilà comment il se met donc à élaborer ce qu’il appelle l’Hypothèse Expérimentale de Conscience Unifiée, selon laquelle l’esprit humain peut affecter la réalité de manières tangibles et apparemment impossibles. Son père, physicien nucléaire, l’aide à préparer sa principale expérience: Farwell place un échantillon de Plutonium dans un détecteur à particules et s’assit à côté.

«Ma tâche était de commande à la matière par la conscience, écrit-il, pour mettre de l’ordre dans le processus autrement aléatoire de l’émission quantique de particules, en n’utilisant que l’influence seule de la conscience.»

Et devinez quoi…

Le livre décrit la suite: Farwell s’assied dans le silence le plus total et tente d’affecter les particules avec son esprit. Une suite de graphiques fluctue sur un moniteur, qui indique le laps de temps entre chaque émission de particules alphas du plutonium. S’il peut affecter ces intervalles avec son esprit –c’est-à-dire exercer sa volonté sur le ralentissement de la désintégration radioactive– alors il aura prouvé sa théorie. «Et devinez quoi: les intervalles comment à se décaler», me dit-il. L’esprit de Farwell a suffisamment influence les intervalles pour lui permettre de conclure «avec une certitude de 99,98%», pas moins, que «la conscience peut commander et commande la matière au niveau de la mécanique quantique».

Ce que nous avons pris pour l’ensemble de la réalité au cours des derniers millénaires n’est en fait qu’une infime portion de la réalité

Selon les propres mots de Farwell, il vient donc de prouver que «ce que nous avons pris pour l’ensemble de la réalité au cours des derniers millénaires n’est en fait qu’une infime portion de la réalité». Cela signifie que nous pouvons être les pionniers de l’exploration s’autres états plus élevés de la conscience, dit-il. «Vous pouvez créer la vie que vous voulez… Les ressources à votre disposition sont réellement infinies.»

Hélas, malgré cette révélation et les ressources infinies à sa disposition, Farwell n’a jamais pu faire accepter sa technologie de détection de mensonges. (Il n’a par ailleurs pas davantage trouvé de soutien à sa théorie sur le contrôle de la matière.) L’intérêt pour la P-300 a pourtant ressurgi après le 11-Septembre et Farwell a réorganisé sa société pour devenir prestataire de service. Il affirme en vivre, mais refuse de parler de ses clients. («Dans le domaine dans lequel je travaille, il y a des choses dont je ne peux pas parler», dit-il. OK.)

Le génie incompris

Malgré cela, ses affaires ne sont pas aussi florissantes qu’il avait pu l’espérer –un phénomène qu’il impute au conservatisme de la communauté scientifique. Sur son site personnel, il compare sa découverte des empreintes cérébrales à l’invention de l’avion, en affirmant qu’il peut s’écouler des décennies avant que des gens ne comprennent la signification d’une telle innovation. «Ceux dont le statut ou les finances dépendent des vieilles manières de faire les choses» s’opposeront toujours au progrès scientifique, dit-il et les empreintes cérébrales ne font pas exception à la règle. Malgré cela, «la science va toujours de l’avant et ne recule jamais, ajoute-t-il. Et la vérité triomphe toujours à la fin.»

Farwell croit donc probablement son heure venue lorsqu’il entend parler de Krishna Ika en 2012. Un précepteur indien réputé et ami mutuel a présenté à Krishna Ika les travaux de Farwell sur la P300. Ika le contacte pour lui proposer un partenariat: il va améliorer et tenter d’automatiser la technologie de détection des mensonges –en simplifiant l’interface utilisateur, par exemple et transformant les senseurs en un casque sans fil –afin que lui et Farwell puissent plus facilement vendre les empreintes cérébrales à une clientèle internationale.

Farwell accepte et prend le poste de «directeur et responsable scientifique» d’une nouvelle compagnie, Brainwave Science. Selon Ika, Farwell revend les brevets de sa technologie en échange de 45% des parts de Brainwave et un salaire de consultant de 10.000 dollars par mois. Ika rafraîchit par ailleurs le matériel marketing de Farwell en y saupoudrant du jargon d’école de commerce, en indiquant par exemple que l’empreinte cérébrale peut aider un client à «maximiser les disciplines de collecte de renseignement à travers plusieurs verticales de sécurité», mais aussi «d’influencer les capacités d’enquête à des degrés jamais atteints».

Controverses à Washington

Subu Kota, le fameux homme d’affaire lié à de l’espionnage, a rejoint le conseil d’administration de Brainwave en 2013 en 2014, Ika annonce le lancement mondial de Brainwave, et affirme avoir vendu la technologie de Farwell à la police de Singapour et à un département de police en Floride. En février 2016, Brainwave ajoute Michael Flynn –qui vient d’etre viré de son poste à la tête de la Defense Intelligence Agency au moment où la compagnie était lancée– à son conseil consultatif. Deux mois plus tard, un ami de Flynn, Brian McCauley, qui vient juste de quitter le FBI, rejoint le même conseil.

Le détecteur de mensonges de Brainwave n’est pas seulement une version contrefaite de son invention, affirme Farwell, mais en plus, un matériel qu’Ika «n’est jamais parvenu à vendre… à qui que ce soit»

La présence de McCauley au sein du conseil va bientôt démonter les nombreuses interconnexions de ce dossier et tout particulièrement avec toutes les magouilles alors en cours à Washington. Mi-octobre, le Washington Post rapporte les liens entre McCaulay et l’affaire des serveurs d’e-mails de Hillary Clinton et des documents liés à l’attaque de Benghazi. En 2015, alors qu’il travaillait encore au FBI, McCauley a proposé un accord avec contreparties au Département d’État, le FBI acceptant de ne pas classifier un message lié à Benghazi sur le serveur de Hillary Clinton. (Il dit qu’il a rapidement retiré son offre quand il a eu vent du contenu de l’e-mail en question.) Les noms de McCauley et de Flynn ont récemment disparu du site de Brainwave. Ika dit qu’il a dû couper les liens car les deux viennent d’accepter des postes dans l’administration Trump.

Farwell, pour sa part, affirme désormais qu’il a été trompé par Brainwave. Ika lui a menti, dit-il, il lui a affirmé que Brainwave allait vendre sa technologie d’empreintes cérébrales autour du monde, mais que la compagnie a proposé quelque chose d’autre –«une contrefaçon de sa technologie, qui ne remplit pas les standards scientifiques et universitaires de la prise d’empreintes cérébrales». Le détecteur de mensonges de Brainwave n’est pas seulement une version contrefaite de son invention, affirme Farwell, mais en plus, un matériel qu’Ika «n’est jamais parvenu à vendre… à qui que ce soit.»

Nouvelles accusations

En septembre, il a envoyé un e-mail à Flynn, encore conseiller de Brainwave, afin de l’avertir que les faux détecteurs de mensonges de la compagnie pouvaient présenter un danger pour la sécurité nationale. Il tente de quitter la compagnie en 2014, ajoute-t-il, mais n’est «pas parvenu à s’en extraire complètement» jusqu’à l’été dernier. Malgré ses efforts pour couper les ponts, le site de Brainwave présente toujours une série de publications de Farwell ainsi que certaines de ses présentations presse dont une qui présente le P-300 MEMER et «son degré presque infaillible de précision».

Selon Ika, cette histoire a été racontée à l’envers: c’est Farwell qui a menti. Ika déclare dit que la plupart des brevets de Farwell avaient expiré quand leur accord a été signé –et que Farwell le lui a dissimulé. En octobre 2013, Farwell a réaffecté les brevets (quasi expirés) octroyés à Brainwave Science à leur propriétaire original, une compagnie appelée American Scientific Innovations, dirigées par un de ses anciens camarades d’université de Seattle. (Ces brevets ont été depuis récupérés par une autre compagnie affiliée à Farwell.)

Ika affirme que Farwell n’avait pas la moindre autorité pour effectuer ce transfert et qu’il s’est faussement présenté eu bureau fédéral des brevets comme «un membre de la direction de la compagnie», afin de dérober de la propriété intellectuelle de Brainwave. Après avoir découvert ce transfert de brevets au mois de juillet, Ika déclare avoir appelé le FBI et mis un terme au contrat de consultant de Farwell.

Ika continue par ailleurs d’affirmer avoir signé des contrats d’empreintes cérébrales avec la police de Singapour et des policiers en Floride –même si ce dernier accord, au moins, s’est finalement terminé par une période de test gratuit. Aucune transaction financière n’a eu lieu et la technologie n’a jamais été utilisée. «Je vous ai dit la vérité sur M. Ika, et n’ai vraiment aucun intérêt à vous dire autre chose», m’a dit Farwell quand je lui ai fait part de ces accusations.

La réalité qui échappe

Les propos d’Ika sont des allégations mensongères, selon lui. L’accord original de 2012 n’aurait jamais été signé, dit-il, le transfert original des brevets n’était donc qu’une tentative frauduleuse de mettre la main sur ses inventions. Lui et sa société auraient par ailleurs reçu 49% et pas 45% comme le dit Ika, des parts de Brainwave; son contrat s’élevait à 11.000 dollars et pas 10.000 dollars.

À ce stade de mon enquête, ce que je croyais avoir compris de la vérité ne s’avérait plus, comme le dit Farwell, «qu’une petite portion de la réalité». Je n’avais absolument aucune idée de qui me mentait et jusqu’à quel point. Brainwave avait-il vraiment vendu sa technologie à Singapour? Le détecteur de mensonges de Brainwave fonctionnait-il réellement de la manière dont il était présenté dans les publicités? Et celui de Farwell? Qui détient ces brevets et en quoi le fait qu’ils ont expiré change-t-il la donne? Quel a été le rôle de Michael Flynn? Subu Kota a t’il vendu des secrets au KGB? Et tant qu’on y est, d’ailleurs, que savait vraiment Hillary Clinton de Benghazi?

Il serait en fait vraiment pas mal de poser des électrodes sur le cerveau de tous ces gens et de déterminer qui ment sur quoi grâce à cette fameuse technologie et d’ailleurs, c’est ce que Farwell a fini par me proposer. «On pourrait résoudre tout cela, me dit-il. Si chacun acceptait de passer un test d’empreintes cérébrales.» Un jour, peut-être. Quoi que l’on pense des inventions de Farwell, les récentes recherches universitaires sur la détection de mensonges par la P300 sont prometteuses. Une version du test développé à la Northwest University a par exemple obtenu une précision supérieure à 90% en laboratoire. En octobre 2016, un groupe de chercheurs indépendants en Hongrie est parvenu à reproduire cette expérience avec succès. Il est donc possible que nous trouvions le moyen d’utiliser nos ondes cérébrales pour trouver des indices.

Mais avant que cela soit possible, nous sommes tous ici, sur notre petit plan de conscience –où nous avons souvent l’impression que chacun peut construire sa réalité et même remporter de grands succès en s’appuyant sur ce qui se passe dans son cerveau.

Source

 
1 commentaire

Publié par le 10 février 2017 dans général, Insolite, International, Politique, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

Malbouffe – Pizza, Burger ou Kebab : quel est le PIRE pour votre santé ? (Infographie)

infographie-malbouffe

Les fastfoods peuvent-ils être tous logés à la même enseigne ? Sont-ils tous aussi mauvais qu’on le prétend ? Au nombre des plats présentés, quel est le moins bon pour la santé ? Pour répondre à ces questions, nous allons comparer point par point les valeurs nutritionnelles de la pizza, du kebab, du Big Mac de McDonald’s, du Whopper de Burger King et du Giant de Quick.

Les calories

Pour son fonctionnement l’organisme doit brûler des calories qu’il extrait des glucides, des lipides et des protéines ingérés. L’énergie libérée par ces nutriments intervient dans la contraction des muscles, le fonctionnement du cerveau et bien d’autres processus métaboliques. Pour une personne adulte menant une activité physique moyenne, le nombre de kilocalories recommandé par jour est de 2000. Il faut également garder un équilibre entre les sources de calories. Ainsi, les protéines devraient constituer 10 à 35 % du total des calories. Les glucides, quant à eux, doivent constituer 45 à 65 % du total des calories. Les graisses, de leur côté, doivent représenter 20 à 35% du total des calories. L’organisme utilise de façon prioritaire les glucides comme source d’énergie. Ces derniers sont indispensables au bon fonctionnement du cerveau, car celui-ci en consomme la plus grande partie.

Les graisses, bien que plus énergétiques que les glucides, sont utilisées en dernier recours. Elles sont utiles à la régulation thermique et au cours d’efforts physiques intenses. De plus, la métabolisation des graisses requiert l’hydrolyse de glucides. Un gramme (1 g) de glucides apporte 4 kilocalories, de même qu’un gramme (1 g) de protéines. Un gramme (1 g) de lipides fournit quant à lui l’équivalent de 9 kilocalories. Il importe de surveiller de près sa consommation de calories, si on veut garder la ligne. Il faut s’assurer que les calories consommées en une journée soient égales à celles qu’on dépense dans les efforts physiques. Lorsque les apports dépassent les dépenses énergétiques de l’organisme, le reste des calories est stocké, soit sous forme de glycogène dans le foie et les muscles rouges, soit sous forme de graisse.

Un déséquilibre entre les apports et la consommation peut donc induire des problèmes de santé. La surconsommation de calories a pour conséquence immédiate une prise de poids et un accroissement des tissus adipeux. A la longue, les excédents en calories peuvent conduire à un surpoids ou à l’obésité. Ce déséquilibre peut également induire des maladies cardiovasculaires et le diabète. Pour éviter ces problèmes, on peut soit effectuer un régime amaigrissant, soit pratiquer du sport, soit surveiller de près la valeur calorifique des aliments qu’on ingère.

  1. Le Whopper de Burger King est au dessus de la mêlée avec ses 630 kilocalories qui représentent 32% de l’apport journalier recommandé (AJR) pour une personne ayant une activité physique moyenne. Dans les détails, 53 % des kilocalories du Whopper proviennent de matières grasses, 31 % des glucides et 16 % des protéines.
  2. Le kebab pourvoit 574 kilocalories, soit 29% de l’AJR. La majorité des calories du kebab, soit 56 %, provient des glucides alors que 17 % de ces calories sont issus des matières grasses et que 27 % sont apportés par les protéines.
  3. Le Giant de Quick fournit 535 kilocalories, soit 27% de l’apport journalier recommandé. Dans les détails, 63 % de ces calories proviennent des matières grasses, 18 % des glucides et 19 % des protéines.
  4. Le Big Mac apporte 530 kilocalories, soit 26% de l’AJR. En regardant les détails de ces calories, on se rend compte que 46 % proviennent de graisses, 36 % de glucides et 18 % de protéines.
  5. La pizza fournit 265 kilocalories, soit 13 % de l’AJR. Le contenu calorifique de la pizza comprend 42 % de graisses, 42 % de glucides et 16 % de protéines.

Source et suite

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 octobre 2016 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

“Le pire cauchemar” d’Obama réalisé : les troupes navales chinoises débarquent en Syrie

Par : Sorcha Faal, et reporté par ses souscripteurs occidentaux

Dans ce nouveau ministère de la Défense (MoD ) un rapport circulant au Kremlin aujourd’hui décrivant comme  » le pire cauchemar  » du président Barack Obama, Le ministère de la Défense nationale ( Mond ) de la République populaire de Chine a obtenu la permission de la République arabe syrienne pour commencer  » le débarquement  » dans la zone de guerre du Levant jusqu’à 5.000 hommes de ses meilleurs forces militaires d’élite , et qui incluera en premier les Forces Spéciales « Tigre Sibérien » de la Région Militaire Shenyang et les Unités de Forces Spéciales « Tigre Nocturne » de la région miliaire de Lanzhou.

 

Selon cette déclaration  du Mod, cet extraordinaire mouvement de la Chine à entrer dans cette guerre a été autorisée par l’Assemblée Nationale populaire de Chine ( APN, parlement)  hier leur passant et rendant legal la première loi anti- terrorisme du pays pour l’Armée de libération du peuple à prendre part à des missions de contre- terrorisme à l’étranger et qui répond au vœu du 30 Novembre fait au président Poutine par le président chinois Xi Jinping que sa nation ne serait pas à prendre une plus large rôle dans la guerre internationale contre le terrorisme et que la Chine serait à la disposition de la Russie pour aider dans les efforts mondiaux de lutte contre le terrorisme .

La plupart des critiques sur la Chine à entrer dans cette guerre, cette déclaration continue, est la menace de la « tombe » de la sécurité nationale et et l’Organisation nationale de renseignement de la Turquie ( MIT ) – et comme, peut-être, mieux décrit par l’attribution noté  le journaliste lauréat du renseignement militaire américain Seymour M. Hersh qui, dans son dernier article a mis en garde contre cette menace en déclarant :

La Chine, un allié du [ dirigeant syrien ] Assad a engagé plus de 30 milliards de dollars  à la reconstruction après-guerre en Syrie . La Chine, elle aussi , est inquiète à propos de l’Etat islamique . La Chine considère la crise syrienne sous trois angles : le droit international et la légitimité ; le positionnement stratégique mondial; et les activités de djihadistes Ouïghours, de la province du Xinjiang dans l’extrême ouest de la Chine .

Les frontières du Xinjiangse trouvent sur huit nations –  la Mongolie, la Russie, le Kazakhstan,  leKyrgyzstan, le Tajikistan, l’Afghanistan, le Pakistan et l’ India – et de l’avis de la Chine , sert comme un entonnoir pour le terrorisme dans le monde et au sein de la Chine.

Beaucoup de combattants ouïgours maintenant en Syrie sont connus pour être des membres du Mouvement islamique du Turkestan oriental – une organisation séparatiste souvent violente qui cherche à établir un état islamiste ouïghoure au Xinjiang .

Le fait qu’ils ont été aidés par l’intelligence turc à aller de Chine en Syrie via la Turquie a causé une énorme quantité de tension entre l’intelligence chinoise et turque et la Chine est préoccupé de ce que le rôle de la Turquie de soutenir les combattants ouïgours en Syrie peut être prolongé l’avenir pour soutenir l’ordre du jour de la Turquie dans le Xinjiang  » .

Bien que les médias de propagande d’entreprise américaine continue de voter contre le peuple américain par un énorme choc de l’article de Hersh , ce rapport note que 2015 est devenue l’année de la Russie exposé à la nature barbare des puissances occidentales de leur conspiration criminelle pour le changement de régime en Syrie , à l’agression contre le Yémen , l’Iran , la Russie , la Chine et tous les pays qui ne suivent pas la ligne et a , également , exposés pour le monde entier de voir que les régimes de lutte d’ Obama contre l’État islamique a été un faux semblant.

Et avec le régime Obama a signalé de brouillage à venir avec de nouveaux mensonges pour dire au peuple américain au sujet de cette guerre, ce rapport dit , une seule personne dans ce gouvernement , membre du Congrès américain Tulsi Gabbard , il y a quelques semaines a mis en garde le public américain que non seulement le régime Obama leur ment, et qu’ ils peuvent en finir par inadvertance à commencer la Troisième Guerre mondiale

Faisant écho aux craintes de la députée Gabbard , ce rapport note plus loin que c’ est l’investisseur milliardaire George Soros , qui a averti le régime Obama l’été dernier que la Chine pourrait utiliser la guerre au Levant pour masquer ses montage de problèmes économiques et a déclaré «si le conflit externe dégénérer en une confrontation militaire avec un allié des Etats-Unis comme la Turquie ou le Japon , il ne serait pas exagéré de dire que nous serions sur le seuil d’une troisième guerre mondiale  » .

chine03

Quant à savoir pourquoi le régime Obama protège toujours en soutenant la nation terroriste de la Turquie et envoie quotidiennement plus de forces de l’OTAN pour défendre à risquer une guerre mondiale, ce rapport note ,que c’ est au-delà de la folie , surtout quand on voit à  la lumière du dirigeant turc Erdogan refusant l’ordre du président Obama de retirer les troupes turques qui ont envahi illégalement l’Irak , et , hier , les services de renseignement turcs ont assassiné un autre journaliste , Naji Jerf , rédacteur en chef du mensuel Hentah , pour exposer le soutien de M. Erdogan aux terroristes de l’état islamique .

Ainsi, en tant qu’envoyé spécial du président Poutine , Alexandre Lavrentyev , se poursuit aujourd’hui en visite et d’informer les diverses nations du Moyen-Orient de la nouvelle alliance de la Russie avec la Chine contre la Turquie et l’Etat islamique , ce rapport conclut ,que c’ est , aussi , se préparer au pire ce qui explique pourquoi le district militaire occidentale , équipé de systèmes missiles balistiques tactiques Iskander  , a été mis en état d’alerte il ya quelques heures

poutine, Obama

December 28, 2015 © EU and US all rights reserved.  Permission to use this report in its entirety is granted under the condition it is linked back to its original source at WhatDoesItMean.Com. Freebase content licensed under CC-BY and GFDL.

http://www.whatdoesitmean.com/index1970.htm via stop mensonges

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le pire krach boursier de Walmart en 27 ans est un autre signe de l’effondrement économique

Maintenant qu’une récession mondiale majeure a commencé, vous pouvez vous attendre à ce que de de grands détaillants comme Wal-Mart aient des ennuis avec les dépenses de consommation qui se tarissent, et c’est précisément ce qu’il se passe.

Mercredi 14 Octobre 2015, les actions de Wal-Mart ont connu leur plus forte baisse sur une journée en 27 ans, après l’annonce des bénéfices extrêmement décevants. L’action a baissé d’environ 10 %, ce qui représentait la plus forte chute depuis Janvier 1988. Pour les actionnaires, plus de 21 milliards de dollars de capitalisation boursière se sont ainsi évaporés ce mercredi, et ce fut tout simplement la poursuite d’une très mauvaise année pour les actionnaires de Wal-Mart. Dans l’ensemble, les actions avaient déjà reculé de 22 % jusqu’ici en 2015 avant même que nous soyons arrivés à ce fameux mercredi. Voici ce que bloomberg rapporte sur la tournure étonnante de ces événements …

Wal-Mart Stores Inc. a subi son plus fort repli boursier sur plus de 27 ans après avoir annoncé une baisse du bénéfice annuel, en soulignant les les efforts du géant de la distribution pour relancer la croissance.

Le bénéfice par action est de son côté attendu en baisse de 6 à 12% pour l’exercice 2017, qui se termine en Janvier de cette année, voilà ce qu’a déclaré la société basée à Bentonville Arkansas, le mercredi 08 Octobre 2015, lors de sa conférence aux investisseurs. Les analystes avaient estimé un bénéfice de 4 % en moyenne, selon les données compilées par Bloomberg.

 

Carnage:

Les nouvelles se propagent rapidement, dans le procédé d’implosion de WM le spread  bid/ ask s’est élargi (schéma fourni par Nanex)

Envoyant le rendement du dividende à des niveaux records …

 

Faisant chuter WMT en dessous de 200 milliards de $ de capitalisation boursière (l’écart avec AMZN maintenant s’ agrandit à 56 milliards)

graph  ZH

Ce serait déjà suffisamment grave si c’était juste Wal-Mart qui avait des ennuis. Mais la réalité est que les signes montrant un ralentissement majeur de l’économie américaine sont en train d’émerger un peu partout autour de nous.

Il suffit de constater ci-dessous, la liste des indicateurs économiques que Graham Summers a récemment publié

La Fed a maintenu ses taux d’intérêt à zéro sur une durée de 81 mois jusqu’à maintenant ce qui correspond à la période la plus longue dans l’histoire de de la Fed. Une durée de taux d’intérêt à zéro encore plus longue que la période de 1938 à 1942 lors de la seconde guerre mondiale.

Et l’économie américaine est en train de retourner en récession. Constatez que…

1 – La production industrielle a chuté cinq mois d’affilée dans la première moitié de 2015. Cela n’a jamais eu lieu en dehors d’une récession.

2 – Les ventes des grossistes sont en zone de récession.

3 – L’indice manufacturier Empire State est en zone de récession.

4 – Tous les quatre indicateurs PMI de la FED du mois de septembre à savoir celui de Philadelphie, New York, Richmond, et Kansas City) sont passés sous-zéro. Cela se produit généralement lorsque vous êtes déjà en récession depuis 4 à 5 mois. (H / T Bill Hester)

Un autre énorme mauvais signe est le fait que, mois après mois, moins de produits sont expédiés à travers le pays par rapport à l’année précédente.

Si moins de choses sont expédiées par camion, par voie ferroviaire et par voie aérienne, est-ce selon vous un signe d’amélioration de l’économie américaine ou est-ce une preuve qu’elle se détériore ?

La réponse, bien sûr, est évidente. Dans cet esprit, lisez s’il vous plaît l’extrait suivant qui vient d’un article récent de Wolf Richter

Ce fut une année minable: À l’exception de Janvier et Février, le volume d’expédition a été inférieur chaque mois par rapport à l’année précédente !

L’indice est large. Il suit les données des expéditeurs, peu importe leur choix, que ce soit par camion, train, ou par avion, et comprend les transporteurs comme FedEx et UPS.

les preuves s’accumulent de façon désagréable sur le fait que quelque chose ne tourne pas rond dans l’économie réelle. Le monde ralenti de façon inexplicable – «inexplicable» pour les banquiers centraux qui ont réduit les taux d’intérêt à zéro ou en dessous de zéro il y a des années, et qui arrosent encore certaines économies avec des QE (quantitative easing: planche à billets) même si les gouvernements sont confrontés à d’immenses déficits. Malgré sept années d’une énorme relance monétaire et budgétaire reposant sur une création monétaire sans nom (planche à billets), l’économie mondiale se détériore

Bon, est-ce que quelqu’un, en dehors d’ici croit encore que l’économie américaine est en bonne forme ?

L’administration Obama ne l’admettra probablement pas pendant une longue période encore, mais la réalité est que les chiffres nous montrent très clairement que nous sommes déjà en récession.

Tout le monde aux Etats-Unis, que ce soit un «expert» ou juste quelqu’un vous connaissez vous explique que tout va bien. Ils sont soit complètement ignorants ou ils vous mentent délibérément.

Et tout comme en 2008, les gouvernements d’État et locaux commencent à avoir des ennuis financiers énormes montrant que l’économie réelle tousse. Par exemple, le gouverneur de l’Illinois a déclaré aux journalistes que “nous sommes à court d’argent maintenant” et les paiements de fonds de pension seront retardé en raison …

Le contrôleur, Leslie Geissler Munger a déclaré que L’Illinois va retarder les paiements à son fonds de pension du fait que l’impasse budgétaire prolongée cause une pénurie de liquidités.

Le bras de fer sur les dépenses entre le gouverneur républicain Bruce Rauner et les responsables parlementaires démocrates est entré dans son quatrième mois et ne montre aucun signe de fin. Le contrôleur de l’Illinois, Leslie Geissler Munger a déclaré que son bureau va retarder le paiement des fonds de retraite de 560 millions de dollars le mois prochain, et que le paiement du mois de décembre pourrait avoir du retard.

“En clair, la décision consiste a choisir le meilleur parmi les mauvaises options “, a déclaré aux journalistes le contrôleur de l’Illinois, Leslie Geissler Munger à Chicago ce mercredi. “A toutes fins utiles, nous sommes à court d’argent maintenant.”

Quand ce genre de choses a commencé à se produire en 2008, le président de la Fed Ben Bernanke et l’administration Bush sont passés en mode de déni complet. Ils disaient à chacun d’entre nous de ne pas s’inquiéter et que tout irait bien, et ça n’a fait qu’aggraver la situation.

La même chose se passe actuellement. L’administration Obama et les grands médias ne cessent de parler d’une “reprise économique”, même face aux chiffres que j’ai abordé précédemment dans cet article.

Peut-être que les choses vont bien pour vous personnellement en ce moment, et c’est très bien. Mais maintenant, ce n’est plus le moment d’acheter de nouvelles babioles ou de s’endetter plus.

Il est maintenant venu le temps de se préparer pour une période de difficultés qui pourraient s’étirer sur des années.

La prochaine récession est là, et elle va s’aggraver progressivement.

Vous feriez bien d’y prêter attention et de vous préparer. En revanche, le candide lui continuera de vaquer à ses occupations comme si de rien n’était jusqu’au jour où il sera trop tard.

source– ZH

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 octobre 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La Russie met en garde qu’un chaos mondial suivra le pire hiver de l’histoire

« La Russie met en garde qu’un chaos mondial suivra le pire hiver de l’histoire » : c’est ce que j’explique depuis un certain temps en relayant des infos et des données fiables, un mini age glaciaire est relativement imminent (un an, deux, plus ?)

Un nouveau rapport glaçant du ministère de la Défense (MoD) circule au Kremlin et avertit aujourd’hui que le potentiel de chaos mondial a cru « au-delà de toute mesure » en raison des effets catastrophiques causés par le sévère affaiblissement de la Circulation Thermohaline en Atlantique Meridional (AMOC) qui a non seulement frappé l’Europe cette année de « l’hiver qui n’est jamais parti« , mais menace maintenant de déverser sur le monde entier une nouvelle petite ère glaciaire (LIA).

Selon ce rapport, depuis l’Ecosse, où les dernières neiges n’ont pas encore complètement fondu et ont commencé à tomber à nouveau,  jusqu’à la Suède où les villageois de Klimpfjäll ne se souviennent pas avoir eu autant de neige restant à cette époque de l’année en passant par l’Islande qui a connu son été le plus froid depuis 1992 ou encore l’accumulation massive de glace au Groenland pour n’en citer que quelques-uns – tous ces événements, et plus encore, amènent à l’évidence que l’affaiblissement de l’AMOC est, en effet, sur le point de déclencher ce qui pourrait très bien être le pire hiver dans l’histoire moderne.

Malheureusement pour les peuples occidentaux, en ce qui concerne les dangers catastrophiques de l’hiver à venir, leurs alarmistes gouvernementaux du réchauffement climatique accusent El Nino comme origine… tout en refusant en même temps de parler à leur peuple du “blob” massif d’eau froide croissant dans l’Atlantique Nord en raison de l’affaiblissement de l’AMOC qui est, en fait, le véritable responsable de ce qui reste à venir.

Ce rapport note que plusieurs grands scientifiques sont d’accord avec les scientifiques russes qui avertissement de ce danger d’hiver global, y compris Stefan Rahmstorf de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique et Michael Mann, de Penn State, qui, en mars, a publié un rapport choquant intitulé Ralentissement Exceptionnel de la Circulation Thermohaline dans l’Océan Atlantique au XXe siècle avertissant de ce qui est à venir.

L’activité solaire étant la véritable cause de l’affaiblissement de l’AMOC, et cet hiver catastrophique à venir, les conclusions des scientifiques russes ont été récemment appuyées par le Dr Willie Soon du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics qui, dans son dernier rapport de recherche  a confirmé le rôle du soleil dans le climat de notre planètes en déclarant:

Le plus grand danger auquel l’humanité doit faire face, en raison de l’hiver catastrophique à venir causé par l’affaiblissement de l’AMOC, est dû non seulement à un Occident ignorant le danger et ne protégeant pas ses citoyens, mais aussi par les ramifications historiques associées à ces périodes de mini-ère glaciaire qui ont été le témoin de renversements complets des sociétés et des gouvernements.

Les meilleures explications de ces périodes historiques (cycles) viennent de l’homme que beaucoup considèrent comme le meilleur économiste au monde, Martin Armstrong qui, en outre d’être détenu par le gouvernement américain sans raison pour 7 ans en raison de son refus de remettre son algorithme capable de prédire avec précision les crashs économiques, a également mis en garde contre les dangers qui menacent notre monde en raison de cette mini-ère glaciaire en prévision :

 
 
Quant à savoir si les peuples occidentaux, en particulier les Américains, seront jamais autorisés à connaître la vérité, nous en sommes loin – comme un nouveau rapport publié aujourd’hui l’indique car si n’importe quel journaliste leur disait la vérité, leur réalité s’effondrerait comme un chateau de cartes.

source , traduction resistanceauthentique

 
7 Commentaires

Publié par le 8 octobre 2015 dans Climat - Environnement, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Le pire cauchemar de la Chine : L’Arme pétrolière des États-Unis

Production et consommation de  brut en Chine : prévisions

Dans ce papier ZH donne des précisions sur la guerre du pétrole entre Chine et US , et la guerre économique (ainsi que le risque de guerre mondiale) qui en découle :

Le pire cauchemar de la Chine :  L’Arme du pétrole des États-Unis

Le bâtiment (ou « plateforme ») de la Chine au large de l’île de Subi Reef dans la mer de Chine méridionale a mis les Etats-Unis dans une situation difficile. Pour protéger ses alliés de l’agression de la Chine, les États-Unis avaient peu de choix, mais de contraindre la Chine par des moyens militaires.

Toutefois, les États-Unis ne s’ engagerons pas directement avec la Chine dans une guerre dans un avenir prévisible, parce que le Etats-Unis dominent la Chine avec sa force navale et aérienne supérieure, et la seule façon pour la Chine de niveler le terrain de jeu est d’utiliser des armes nucléaires. La nature nucléaire de la (potentielle) guerre sino-américaine ferait chuter en même temps les 2 géants, les n °1 et le no.2 mondiaux de l’économie .

Donc, il y a une possibilité que les États-Unis puissent utiliser l’arme du pétrole au lieu de frapper au cœur de la faiblesse de la Chine – l’énorme dépendance à l’importation de pétrole. À l’heure actuelle, la Chine importe 55% de son pétrole, et près de la moitié vient des pays du golfe Persique . Ce Qui représente 5,3 millions de barils par jour et est environ 75% de la production de l’Arabie Saoudite. C’est un fait, la dépendance de la Chine au pétrole du Moyen-Orient a augmenté progressivement en ligne avec sa demande croissante pour le pétrole. À l’heure actuelle, la Chine a atteint l’équivalent du pic US de dépendance aux importations de pétrole et ne ralentit pas. La plus grande source d’importations de pétrole brut de la Chine est l’Arabie Saoudite.

L’Etat des réserves de pétrole de la Chine  ne lui fourniront environ que 90 jours de consommation, soit un total de 684,340,000 de barils (108 801 000 m3).

sources d’approvisionnement en brut de la Chine

Pendant ce temps, les US progressent lentement vers l’indépendance énergétique. Avec les avancées technologiques dans le gaz de schiste , les États-Unis ont commencé une révolution énergétique: la production américaine de pétrole brut a augmenté de 50% depuis 2008. Avec cette augmentation, ainsi que des moyens plus efficaces, les importations de pétrole ont baissé de leur hauts de 60% en 2005 à 35% aujourd’hui, aussi bas que en 1973. Avec la production nationale et la consommation d’essence qui augmente encore, les importations vont continuer à diminuer. Il est aussi impressionnant que la production américaine de gaz naturel a augmenté de près de 33% depuis 2005, et que le gaz de schiste est passée de 2% de la production en 2000 à 44% aujourd’hui.

Dès 2013, les États-Unis sont devenu le deuxième plus grand producteur mondial de pétrole brut, après l’Arabie saoudite, et le deuxième plus grand exportateur de produits raffinés, après la Russie. D’apres la revue statistique BP Plc’s Statistical Review of World Energy, les États-Unis ont dépassé la Russie comme le plus grand producteur de pétrole et de gaz naturel en 2014. Tout en regardant l’énergie totale, les États-Unis étaient à plus de 70% d’auto-suffisance en 2008. En mai 2011, les États-Unis sont devenus un exportateur net de produits pétroliers raffinés.

Avec ce pétrole nouvellement acquis , les  États-Unis pourrait permettre l’Iran de bloquer le détroit d’Ormuz sans dommages économiques sur les Etats-Unis eux-mêmes, afin de frapper un coup sévère sur l’économie fragile de la Chine. Tout d’abord, le Congrès américain va rejeter l’accord nucléaire avec l’ Iran; et ensuite, les États-Unis donneront le feu vert aux frappes de l’armée de l’air Israélienne contre les installations nucléaires de Téhéran. Et puis, l’Iran ripostera en bloquant le détroit d’Orrmuz. Le détroit est le seul passage de la mer du golfe Persique vers l’océan ouvert.Une fois qu’il sera bloqué, la Chine va se démener pour répondre à ses besoins en pétrole. En Chine, l’inflation va exploser; le yuan va chuter, et une crise économique viendra .

La Chine va succomber à la puissance des Etats-Unis qui va utiliser l’arme du pétrole pour se sauver de l’effondrement politique, économique et sociale. L’arme du pétrole va faire ce que l’armée ne peut pas faire , à moindre coût. Ce scénario est quelque chose dont la Chine devrait être vraiment inquiète (source ZH)

Résultat, pour revenir à l’infographie de l’article précédent,  dans un 2e papier de ZH ,Barclays met en garde sur le coût massif de l’intervention de la Chine sur le marché des changes (qui est donc en partie corrélé aux prix du brut)

« Si le rythme de l’intervention sur le FX (marché des changes) reste à 86 milliards USD par mois, nous estimons que la PBoC (banque centrale chinoise)  pourrait perdre jusqu’à 510 milliards  USD de ses réserves entre Juin et Décembre 2015, ce qui représenterait une baisse non négligeable de 14%. »

14 % des presque 4000 milliards de réserves de la Chine qui risquent de s’évaporer d’ici fin 2015 pour soutenir sa devise, le Yuan … Z

 
1 commentaire

Publié par le 6 septembre 2015 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :