RSS

Archives de Tag: le PDG

La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin – Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

Pour la première fois depuis le 22 août, le prix USD du Bitcoin a chuté en dessous de 4 000 $, soit une baisse de plus de 20% par rapport à son niveau record le 1er septembre.

Le BTC est attaqué de toutes parts, dans un 1er temps La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin 

Le Bitcoin en Chine, c’est bientôt fini. Les autorités locales s’apprêtent à interdire le commerce domestique de toutes les monnaies virtuelles. Un coup dur pour le développement du Bitcoin, dont 90% des échanges quotidiens proviennent des trois principales places de marché chinoises.**

La Chine ne veut plus du Bitcoin sur son sol; après que les investisseurs du pays aient « parié » en Bitcoin contre le Yuan (les attaques contre la monnaie nationale se sont étendues sur toute l’année 2016), la Chine se serait décidée à interdire toute forme d’échange financier numérique en Bitcoin, un ban qui viserait aussi à préserver les trois monnaies « virtuelles » locales que sont Bitfinex, OkCoin et la BTCC; ces dernières ont occupé 45% du marché global des devices sur les 30 derniers jours, mais la progression du Bitcoin est une menace de plus en plus précise, et que la Chine se sait incapable de contrôler.

Selon le Wall Street Journal, le régulateur devrait donc interdire toute transaction en Bitcoin sur le territoire chinois, une décision qui ferait de la Chine l’un des pays les plus ouvertement hostiles au bitcoin.

Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

NEW YORK | Jamie Dimon, le PDG de la banque JPMorgan Chase, a estimé mardi que le bitcoin, monnaie virtuelle à l’évolution en montagnes russes, «va imploser» parce qu’elle est une «escroquerie».

Cette monnaie cryptographique «ne va pas bien finir», a déclaré M. Dimon, lors d’une conférence sur la finance à New York. «C’est une escroquerie», a-t-il assuré, ajoutant qu’un gouvernement peut décider d’y mettre fin car les autorités publiques aiment avoir la main sur les devises.

Le banquier le plus influent de Wall Street a mis en garde ses traders, avertissant que si ceux-ci venaient à passer des ordres d’achat ou de vente sur le bitcoin: «Je les licencierais à la seconde. Pour deux raisons: c’est contre les règles et ils sont stupides et les deux sont dangereux», a-t-il prévenu.

Il a toutefois reconnu que la blockchain, «chaîne de blocs» (registre virtuel regroupant toutes les transactions effectuées par des utilisateurs N.D.L.R) , technologie derrière le bitcoin, était, elle, utile mais que ses usages dans le quotidien allaient prendre du temps. «Ça ne se fera pas du jour au lendemain», a-t-il affirmé.

Associées à des groupes technologiques, de grandes banques mondiales espèrent se servir de la «blockchain» pour simplifier des transactions financières et réduire leurs coûts notamment.

M. Dimon a fait savoir que le meilleur argument en faveur du bitcoin c’est qu’il peut être utilisé dans des régions géographiques en difficulté ou par des malfrats.

«Si vous étiez au Venezuela ou en Equateur ou en Corée du nord (…) ou si vous êtes un trafiquant de drogue, un assassin ou quelque chose de ce genre, vous préféreriez sans doute le bitcoin aux dollars américains», a-t-il dit. «Oui, il doit sans doute y avoir un marché pour ça, mais c’est un marché limité», a-t-il conclu.

Le bitcoin avait atteint le niveau de 4 880 dollars le 1er septembre, un record, sur différentes plateformes d’échanges. Il est depuis redescendu, affecté notamment par la décision de la Chine d’interdire les nouvelles émissions de monnaies cryptographiques. (source)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Pétrole : l’Opep évoque « la spéculation » pour expliquer la chute des prix – L’OPEP a « déclaré la guerre » à l’industrie américaine du pétrole et du gaz selon le PDG d’un grand producteur américain

Abdallah al-Badri, secrétaire général de l'Opep, le 14 décembre 2014 à Dubai
Abdallah al-Badri, secrétaire général de l’Opep, le 14 décembre 2014 à DubaiMarwan Naamani

Ni mettre à genoux l’Iran ni la Russie, ni le secteur du schiste US assure l’OPEP, l’effondrement actuel des cours serait du à « la spéculation ».

L’Arabie fait le sourd muet … : bien, on note …. 

Les fondamentaux du marché pétrolier, notamment l’offre et la demande, ne justifient pas l’effondrement actuel des cours, a déclaré dimanche le secrétaire général de l’Opep, évoquant un rôle probable de « la spéculation ».

« Nous voulons connaître les raisons réelles qui ont conduit à un telle chute des cours du brut« , a déclaré Abdallah al-Badri à des journalistes à Dubaï.

« L’offre et la demande ont connu une hausse — lègère– qui n’explique pas cet effondrement de 50% » des prix depuis la mi-juin, a-t-il ajouté.
Si cette chute se poursuit, cela signifiera que « la spéculation contribue fortement à pousser les prix à la baisse », a-t-il dit, en rappelant que le plafond de « production de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) n’a pas changé depuis 10 ans, (resté) à quelque 30 millions de barils (mbj) ».
En revanche, a souligné le responsable, les pays producteurs non membres de l’Opep ont augmenté de quelque six mbj supplémentaires leur offre sur le marché, contribuant ainsi à la chute des cours.
M. Badri s’exprimait en marge d’une conférence intitulée « Arab Strategy Forum ».

Assommés par une surabondance de l’offre mondiale en or noir face à des perspectives de demande peu vigoureuses, les prix du brut coté à New York, le WTI, ont encore baissé vendredi à des niveaux plus vus depuis cinq ans et demi, sous les 58 dollars. Le baril a perdu près de la moitié (46%) de sa valeur depuis son dernier pic de la mi-juin, selon les experts.
En conséquence, les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe poursuivaient dimanche leur plongeon, fortement plombées par l’effondrement des cours du brut, dont les pouvoirs publics tirent jusqu’à 90% de leurs revenus.

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/petrole-l-opep-evoque-la-speculation-pour-expliquer-la-chute-des-prix-14-12-2014-4373157.php#xtref=http%3A%2F%2Farticle.wn.com%2Fview%2F2014%2F12%2F14%2FlOpep_evoque_la_speculation_pour_expliquer_la_chute_des_prix%2F

L’OPEP a « déclaré la guerre » à l’industrie américaine du pétrole et du gaz selon le PDG d’un grand producteur américain  

Un ouvrier sur le champ pétrolifère de Bakken, dans le Dakota du Nord.
Un ouvrier sur le champ pétrolifère de Bakken, dans le Dakota du Nord. | Andrew Burton / AFP

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a « déclaré la guerre » à l’industrie américaine du pétrole et du gaz. C’est en ces termes peu diplomatiques que Scott D. Sheffield, PDG de Pioneer Natural Resources, un grand producteur américain d’huile de schiste (shale oil), a commenté le refus du cartel de resserrer les vannes pour faire remonter le cours du baril – tombé à 59 dollars en Asie, vendredi 12 décembre, son plus bas niveau depuis 2009. Si ce n’est pas une déclaration de guerre, cette décision est un « stress test » déguisé imposé par l’Arabie saoudite, chef de file de l’OPEP, aux compagnies exploitant les gisements du Texas, d’Oklahoma, de Pennsylvanie ou du Dakota du Nord. Et, au-delà, à toutes celles qui pompent l’or noir dans les champs pétrolifères les plus coûteux à exploiter.

Désormais, les consultants du secteur de l’énergie tentent de répondre à cette question : jusqu’où la baisse des prix affectera-t-elle l’industrie pétrolière ? Les cours devraient rester déprimés au premier semestre 2015, en raison d’une faible hausse de la demande et d’un excédent de 1,5 à 2 millions de barils par jour, avant de se redresser au second. Résultat : un prix moyen compris entre 65 et 80 dollars sur l’année, en dessous du seuil de rentabilité.

Début 2014, avant la chute des cours, les compagnies avaient annoncé une réduction des capitaux engagés. La progression de leurs investissements n’a été que de 5 % cette année (à 734 milliards de dollars), la plus faible depuis 2010, selon l’Institut français du pétrole Energies nouve…
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/12/la-chute-du-prix-bouscule-les-petroliers-americains_4539515_3234.html#A5WxQElFeIelyj8i.99

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 décembre 2014 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Il y a trois mois, le PDG de Total (qui vient de mourrir dans un crash d’avion) avait osé prononcer cette phrase entendue dans le monde entier « Il n’y a aucune raison de devoir payer le pétrole avec des dollars »

 

Christophe de Margerie, PDG de Total, est mort dans un accident d’avion, Zero Hedge fait le lien avec ses récentes déclarations sur la dé-dollarisation

Le chef du géant de l’énergie totale est mort dans un Accident d’avion à Moscou

Il ya trois mois, le PDG de Total, Christophe de Margerie, a osé prononcer cette phrase cinglante qui fut entendue dans tout le monde du pétrodollar,  » Il n’y a aucune raison de payer le pétrole en dollars ,  »  comme nous l’avions rapportés ici .

Article ICI

Aujourd’hui,RT rapporte la terrible info selon laquelle ‘il a été tué dans l’accident d’un avion d’affaires à l’aéroport de Vnukovo à Moscou après que l’avion a heurté un chasse-neige au décollage . L’aéroport a publié une déclaration confirmant que « une enquête criminelle a été ouverte quant à la violation des règles de sécurité », ajoutant que 3 membres d’équipage de l’avion , ainsi que le pilote d’un chasse-neige ont égaement été tués .

(apparemment le conducteur du chasse-neige est indemne)

Les débris de l’avion étaient éparpillés jusqu’à 200 mètres du site de l’accident, selon les services de secours. Le moteur a été trouvée à quelque 50 mètres du lieu de l’accident, alors que l’un des trains d’atterrissage a été arraché et a été découvert à près de 200 mètres de la masse principale de débris.

 

Lire ICI

De Margerie, 63 ans, avaient rejoint Total en 1974 après avoir été diplômé de l’École Supérieure du Commerce de Paris. Il a servi dans plusieurs postes au ministère des Finances et chez TOTAL dans la division Exploration et Production. En 1995, il devient directeur général de Total Moyen-Orient avant de rejoindre le comité exécutif de total en tant que président de la division Exploration & Production en mai 1999 En mai 2006, il a été nommé membre du conseil d’administration. Il a été nommé président et chef de la direction de Total le 21 mai 2010.

Bien sûr, cela pourrait n’être qu’un triste accident … mise à part cette coïncidence récente … (ndr : ses déclarations sur le dollar)

Christophe de Margerie, PDG de Total ( 13e plus gros producteur de pétrole au monde et 2e d’Europe avait estimé « Qu’il n’y a aucune raison de payer le pétrole avec des dollars. » De toute évidence,d’aprés ses commentaires, nous avons passé le pic du pétrodollar

 .

Le Chef de la direction de Total avait déclaré samedi que « l’euro devait avoir un rôle plus important dans le commerce international, bien que ce n’était pas possible de faire sans le dollar américain ».

Christophe de Margerie répondait à des questions sur les appels lancés par les responsables politiques français pour trouver des moyens au niveau de l’UE pour soutenir l’utilisation de l’euro dans le commerce international après l’amende record infligée à la BNP.

« Il n’y a aucune raison de payer le pétrole en dollars, » a t-il dit. Selon lui, le fait que les prix du baril de pétrole soient libellé en dollars ne signifie pas que les paiements doivent obligatoirement se faire en dollars. 

Ainsi, même un des principaux bénéficiaires du statu quo semble voir la fin en vue pour le pétrodollar

En outre, malgré les sanctions occidentales imposées à la Russie qui interdisent le financement occidental et le transfert de technologie pour certains projets énergétiques russes, Total continue de poursuivre un projet de gaz naturel dans le Yamal, une aventure conjointe avec le Russe Novatek et le chinois CNPC.

« Pouvons-nous vivre sans gaz russe en Europe? La réponse est non. Y a t-il des raisons de vivre sans ? Je pense – et je ne défend pas les intérêts de Total en Russie – que c’est non », avait déclaré le patron de total à Reuters cet été.

 

Et bien sûr, cela devait arriver… en Russie !

http://www.zerohedge.com ./ resistanceauthentique

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 octobre 2014 dans économie, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :