RSS

Archives de Tag: Le CRIF

Macron déplore la décision de Trump sur Jérusalem, le CRIF lui enjoint de s’y conformer

Macron déplore la décision de Trump sur Jérusalem, le CRIF lui enjoint de s’y conformer
L’onde de choc provoquée par la décision de Donald Trump de considérer Jérusalem comme la capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade des Etats-Unis atteint aussi la France, où des clivages apparaissent déjà.

Ce 6 décembre 2017, Emmanuel Macron a qualifié de «regrettable» le transfert de l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem décidé par Donald Trump. Cela implique la reconnaissance de facto de cette ville comme la capitale de l’Etat hébreu.

Lors d’une conférence de presse à Alger, le président de la République a souligné «l’attachement de la France et de l’Europe à la solution de deux Etats, Israël et la Palestine vivant côte à côte en paix et en sécurité dans des frontières internationalement reconnues avec Jérusalem comme capitale des deux Etats», avant d’ajouter : «Pour l’heure, je lance un appel au calme, à l’apaisement et à la responsabilité de tous.»

Jérusalem 1 20171207

«Nous devons éviter à tout prix les violences et privilégier le dialogue. La France est prête avec ses partenaires, à prendre toutes les initiatives utiles en ce sens», a encore affirmé le président français.

Le CRIF salue la décision de Donald Trump

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) n’est pas de cet avis et appelle, au contraire, Emmanuel Macron à reconnaître lui aussi Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu.

«Le CRIF salue la décision historique du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël et le transfert prochain de l’ambassade des Etats-Unis», écrit l’organe de représentation politique de la première communauté juive d’Europe. «[L’organisation] appelle le président Emmanuel Macron à engager notre pays dans la même démarche courageuse», écrit encore le CRIF dans un communiqué, affirmant toutefois vouloir «relancer un dialogue sincère pour aboutir par la négociation à une paix durable» au Moyen-Orient.

Israël considère Jérusalem comme une ville sainte qui doit être la capitale de son Etat alors que la ville est également revendiquée par le peuple palestinien qui veut, lui aussi, en faire la capitale de son Etat.

Les politiques français réagissent

«Au mépris de l’ONU, Trump décrète Jérusalem capitale d’Israël. Que fait-on dans une alliance militaire avec ce type ? Au Moyen-Orient, la paix c’est le respect du droit international», a tweeté le leader de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon.

Jérusalem 2 20171207La députée insoumise Clémentine Autain a déploré une «déclaration totalement irresponsable».

Du côté du mouvement Les Patriotes, l’ancien vice-président du Front national (FN) Florian Phillipot a tweeté : «Décision de Trump inutile et dangereuse. Se battre pour la paix, le respect mutuel et la sécurité de tous et non mettre de l’huile sur le feu !»

Jérusalem 3 20171207

Le député FN Louis Aliot a pour sa part livré une analyse différente : «On pense ce qu’on veut, on aime ou pas le style, on est d’accord ou pas avec sa décision, mais il faut reconnaître à Donald Trump un vrai courage politique. Sa dernière décision internationale clivante ne va pas lui valoir que des amis, mais il a tenu sa promesse !»

Jérusalem 4 20171207

source 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 7 décembre 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le Crif plaide pour un état d’urgence sur Internet

Le Crif plaide pour un état d’urgence sur Internet

Lors du dîner annuel du Crif, son président, Roger Cukierman, a plaidé pour une application de l’état d’urgence sur Internet.

La lutte contre l’antisémitisme doit-elle passer par la mise en place d’un régime d’exception sur Internet ? C’est la piste que semble privilégier Roger Cukierman, le président du conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), puisque l’intéressé a plaidé pour l’extension de l’état d’urgence au réseau, au cours de son discours prononcé lors du dîner annuel du Crif.

état d'urgence 1 20160311

Roger Cukierman, qui en est à son deuxième mandat à la tête du Crif, a justifié lundi soir cette demande en pointant du doigt le fait que les messages haineux publiés sur Internet serait « en hausse exponentielle ». Une position qui rejoint celle de la ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), qui en 2011 dénonçait une prolifération de la haine sur Internet.

état d'urgence 2 20160311

Il est toutefois très difficile d’apprécier vraiment la volumétrie des messages haineux sur Internet et leur évolution. Ainsi, dans un rapportremis début 2010 au premier ministre de l’époque, François Fillon, l’actuelle présidente de la CNIL Isabelle Falque-Pierrotin avait noté que « la présence des contenus racistes sur internet est réelle mais difficile à évaluer dans sa volumétrie exacte ».

C’est ce que pointe également le service de protection de la communauté juive (SPCJ), comme le fait remarquer Le Monde. Dans son rapport datant de l’an dernier, l’organisation, qui a été cofondée par le Crif, fait remarquer que « les contenus antisémites diffusés sur Internet ne sont pas recensés de façon systématique ». Or, combien de publications litigieuses passent ainsi sous les radars ?

Roger Cukierman CC Service photo du Département du Val-de-Marne

Roger Cukierman
CC Service photo du Département du Val-de-Marne

Quant à savoir s’il faut un état d’urgence sur Internet, comme le suggère Roger Cukierman, c’est oublier un peu vite que l’actuel texte, qui s’applique sur le territoire national depuis les attentats du 13 novembre en île-de-France, et qui a été prolongé  jusqu’au 26 mai 2016, comporte déjà des mesures qui concernent Internet, en plus des restrictions aux libertés individuelles plus classiques qu’un tel dispositif peut entraîner.

Ainsi, l’état d’urgence donne aux forces de l’ordre le droit d’interdire à une personne toute communication sur Internet, de faire bloquer sans délai l’accès à des sites web, ou encore de copier sur place toutes les données figurant dans les terminaux et ordinateurs trouvés lors d’une descente, dont celles situées dans le cloud (à condition toutefois de prévoir des garanties légales).

 Crédit photo de la une :Claude Truong-Ngoc
 

Étiquettes : , , , , ,

Le CRIF, fer de lance du choc des civilisations

La fin de la liberté d’expression sur Internet au menu du dîner du CRIF

Hé oui, tout est là, tout est lié  …

Le CFCM (conseil français du culte musulman) paye d’ailleurs cash son « outrage » au CRIF (ils ont refusé d’aller au dîner du CRIF suite aux déclarations de Roger Cukierman, voir ci dessous) : En effet, le gouvernement engage la réforme de l’islam de France, et le CFCM est directement mis en cause …

Organigramme-Instance-Dialogue-Islam

(graphique du libre penseur) Z .

Après Manuel Valls, Marine Le Pen « sous influence juive » ? Les récentes déclarations de Roger Cukierman, le donnent en tout cas à penser. Si elles peinent à convaincre de l’irréprochabilité de la présidente du Front National, elles montrent en revanche, si besoin était, que celle-ci, à force d’allégeances à Israël, a désormais toute sa place dans le système politique dominant. Elles jettent également une lumière crue sur ledit système totalement acquis au modèle du choc des civilisations qui tient les « jeunes musulmans » pour « seuls responsables des violences commises aujourd’hui ». Cette nouvelle saillie islamophobe du président du CRIF a bien provoqué quelques indignations mais rien qui puisse remettre en cause la sacro-sainte institution de son dîner annuel où l’équipe gouvernementale se voit littéralement dicter sa feuille de route par le lobby communautariste. Elle n’a pas gêné en tout cas François Hollande qui s’y est livré à un nouveau plaidoyer contre l’antisémitisme – en appelant notamment à un durcissement des sanctions à son encontre – sur fond de guerre contre le « terrorisme islamiste », répondant ainsi aux « inquiétudes » de Cukierman pour qui le djihadisme est le « nouvel ennemi de la France« . Les défections ont surtout été le fait de responsables associatifs musulmans – notamment le président du Conseil Français du Culte Musulman -, il est vrai les premiers visés par cette nouvelle croisade. Mais surtout, il faut avoir la mémoire bien courte pour s’offusquer de cette énième déclaration antimusulmane de la part d’une organisation qui a fait du rejet de l’Islam son fond de commerce.

Né il y a 70 ans, le CRIF représente officiellement la communauté juive auprès des pouvoirs publics. Mais il pratique surtout un lobbying intensif au service d’Israël, s’en prenant systématiquement à tous ceux qui critiquent la politique menée par l’État hébreu, à droite mais surtout à gauche. En février 2009, le Parti Communiste Français s’est vu accusé de soutenir le Hamas (qualifié de mouvement terroriste) à cause de sa participation aux manifestations de soutien à Gaza, à la suite de quoi Marie-Georges Buffet ne fut plus invitée au dîner annuel, une première depuis l’instauration de cette institution en 1985. Les Verts sont mis dans le même sac en raison de leur engagement pourtant bien timide en faveur de la cause palestinienne et également exclus de la grand-messe sioniste. Quelques années auparavant, Roger Cukierman avait dénoncé une alliance « rouge-brun-vert » regroupant en plus des Verts, la LCR, la Confédération paysanne et Lutte Ouvrière, en gros tous ceux à gauche de la gauche qui défendent peu ou prou la cause palestinienne. Jean-Luc Mélenchon s’était aussi attiré les foudres de l’officine sioniste pour cause de désertion du camp occidental et d’insoumission vis-à-vis des diktats de la communauté organisée. En cause, une tirade de l’ex-coprésident du Parti de Gauche où celui-ci s’en prend à la violence du colonialisme israélien au moment de l’agression contre Gaza de l’été dernier.

Soucieuse de l’image médiatique d’Israël, le CRIF s’est employé à dénoncer la diffusion par Canal + d’une production jugée « anti-israélienne » en appelant à manifester devant son siège. La fiction incriminée, « The promise » (Le sermenten Français), n’est pourtant basée que sur des faits réels…

Mais l’action politique du CRIF ne se limite pas à ce lobbying identitaire et sioniste. Cette organisation a faite sienne la théorie du choc des civilisations qui assimile le camp judéo-chrétien à une citadelle assiégée par le monde arabo-musulman, thème d’un documentaire israélien sur la  « menace islamique en Europe » que l’on trouve sur son site. Elle a aussi soutenu en son temps le journaliste islamophobe Robert Redeker. Dans sa volonté d’affaiblir le camp adverse, elle fait barrage à toute initiative visant à lutter contre l’islamophobie estimant que cette question ne doit pas être prise en compte par les institutions nationales et européennes au même titre que l’antisémitisme, car elle relève selon elle non du délit mais de la liberté d’expression. Ainsi, quand le Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ) de Belgique a combattu une résolution prise par des sénateurs belges visant à considérer l’islamophobie comme l’expression du rejet des citoyens musulmans, la considérant comme « inacceptable », il a reçu sans attendre le soutien du CRIF qui revendique un droit à « critiquer l’Islam ». Même motif, même punition : en 2012, le CRIF avait dénoncé la demande du Conseil Français du Culte Musulman adressée à François Hollande de faire de l’islamophobie une cause nationale, appelant à ne pas mettre sur le même pied antisémitisme et islamophobie.

La bienveillance des élites politiques à l’égard du CRIF ne s’explique pas seulement par leur souhait légitime de protéger la communauté juive de l’antisémitisme. Le combat mené par le CRIF rejoint aussi celui d’un gouvernement engagé sur la ligne néoconservatrice de la stigmatisation de l’Islam et de la défense inconditionnelle d’Israël, tête de pont de l’impérialisme occidental au Moyen-Orient. Et le CRIF, fortement mobilisé contre « l’antimondialisme, l’anticapitalisme, l’antiaméricanisme et l’antisionisme« , en est le fer de lance. Dans cette guerre de civilisation que les élites mondialistes veulent nous vendre, les juifs de France ont un rôle important à jouer selon Roger Cuckierman, celui d’être « les sentinelles de la République » dont ils sont par ailleurs « l’avant-garde », propos que l’on retrouvera  quasiment mot pour mot dans la bouche de Manuel Valls. Mais ces propos, aussi  surprenants soient-ils, renvoient à la politique actuelle de la France. Le soutien sans faille à l’État Hébreuest partagé François Hollande qui a rejoint le camp atlantiste avec armes et bagages. Ce n’est pas seulement l’ex-ministre de l’Intérieur qui se trouve sous domination du lobby communautariste pro-israélien mais en réalité la totalité du gouvernement et, par voie de conséquence, la République elle-même.

Voir également sur ce site : un entretien à propos de mon dernier ouvrage « La République contre les libertés« .

https://bourgoinblog.wordpress.com/2015/02/24/le-crif-fer-de-lance-du-choc-des-civilisations/

L’Imam Chalghoumi ? Beaucoup mieux que le CFCM qui refuse de se déplacer au dîner du CRIF …

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 février 2015 dans général, Nouvel ordre mondial, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :