RSS

Archives de Tag: le Bitcoin

La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin – Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

Pour la première fois depuis le 22 août, le prix USD du Bitcoin a chuté en dessous de 4 000 $, soit une baisse de plus de 20% par rapport à son niveau record le 1er septembre.

Le BTC est attaqué de toutes parts, dans un 1er temps La Chine aurait décidé d’interdire les échanges en Bitcoin 

Le Bitcoin en Chine, c’est bientôt fini. Les autorités locales s’apprêtent à interdire le commerce domestique de toutes les monnaies virtuelles. Un coup dur pour le développement du Bitcoin, dont 90% des échanges quotidiens proviennent des trois principales places de marché chinoises.**

La Chine ne veut plus du Bitcoin sur son sol; après que les investisseurs du pays aient « parié » en Bitcoin contre le Yuan (les attaques contre la monnaie nationale se sont étendues sur toute l’année 2016), la Chine se serait décidée à interdire toute forme d’échange financier numérique en Bitcoin, un ban qui viserait aussi à préserver les trois monnaies « virtuelles » locales que sont Bitfinex, OkCoin et la BTCC; ces dernières ont occupé 45% du marché global des devices sur les 30 derniers jours, mais la progression du Bitcoin est une menace de plus en plus précise, et que la Chine se sait incapable de contrôler.

Selon le Wall Street Journal, le régulateur devrait donc interdire toute transaction en Bitcoin sur le territoire chinois, une décision qui ferait de la Chine l’un des pays les plus ouvertement hostiles au bitcoin.

Le bitcoin «va imploser», assure le PDG de JP Morgan Chase

NEW YORK | Jamie Dimon, le PDG de la banque JPMorgan Chase, a estimé mardi que le bitcoin, monnaie virtuelle à l’évolution en montagnes russes, «va imploser» parce qu’elle est une «escroquerie».

Cette monnaie cryptographique «ne va pas bien finir», a déclaré M. Dimon, lors d’une conférence sur la finance à New York. «C’est une escroquerie», a-t-il assuré, ajoutant qu’un gouvernement peut décider d’y mettre fin car les autorités publiques aiment avoir la main sur les devises.

Le banquier le plus influent de Wall Street a mis en garde ses traders, avertissant que si ceux-ci venaient à passer des ordres d’achat ou de vente sur le bitcoin: «Je les licencierais à la seconde. Pour deux raisons: c’est contre les règles et ils sont stupides et les deux sont dangereux», a-t-il prévenu.

Il a toutefois reconnu que la blockchain, «chaîne de blocs» (registre virtuel regroupant toutes les transactions effectuées par des utilisateurs N.D.L.R) , technologie derrière le bitcoin, était, elle, utile mais que ses usages dans le quotidien allaient prendre du temps. «Ça ne se fera pas du jour au lendemain», a-t-il affirmé.

Associées à des groupes technologiques, de grandes banques mondiales espèrent se servir de la «blockchain» pour simplifier des transactions financières et réduire leurs coûts notamment.

M. Dimon a fait savoir que le meilleur argument en faveur du bitcoin c’est qu’il peut être utilisé dans des régions géographiques en difficulté ou par des malfrats.

«Si vous étiez au Venezuela ou en Equateur ou en Corée du nord (…) ou si vous êtes un trafiquant de drogue, un assassin ou quelque chose de ce genre, vous préféreriez sans doute le bitcoin aux dollars américains», a-t-il dit. «Oui, il doit sans doute y avoir un marché pour ça, mais c’est un marché limité», a-t-il conclu.

Le bitcoin avait atteint le niveau de 4 880 dollars le 1er septembre, un record, sur différentes plateformes d’échanges. Il est depuis redescendu, affecté notamment par la décision de la Chine d’interdire les nouvelles émissions de monnaies cryptographiques. (source)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Tout ce qu’il faut savoir sur le Bitcoin avec Philippe Herlin

Dire que la derniere fois que j’en ai parlé il était à 220 $ … le BTC est maintenant à presque 5000 $ … !! 

Philippe Herlin, chercheur en finance, docteur en économie, et auteur de nombreux ouvrages dont « La Révolution du Bitcoin », a répondu aux questions de lecteurs sur les crypto-monnaies dans un entretien en tête-à-tête réalisé par le site lettre-strategie-conseil.com. Pour lui un BTC à 100 000 $ est possible ! 

Selon Jim Rickards, le risque de l’interdiction légale des cryptodevises est bien réel.

Le risque de l’interdiction légale des cryptodevises est bien réel. Selon Jim Rickards, ce scénario est d’ailleurs déjà écrit : lorsque la technologie de la chaîne de blocs « officielle » sera prête, Bitcoin et cie seront bannis. Il explique pourquoi dans un article paru le 5 septembre 2017 sur DailyReckoning.com :

l’hystérie qui secoue les cryptodevises vous distrait d’une vérité terrifiante dont personne ne parle. De nombreux éléments montrent que les gouvernements, les régulateurs, les autorités fiscales et les élites en général se préparent à les éliminer. Le futur de Bitcoin pourrait s’assimiler à une dystopie dans laquelle Big Brother contrôle ce qu’on appelle la chaîne de blocs et décide qui a le droit de vendre quoi et comment.

De plus, la technologie derrière les cryptodevises pourrait être le même mécanisme qui sera utilisé par les élites mondiales pour remplacer le système financier basé sur le dollar.

Les gouvernements observent patiemment le développement de la technologie de la chaîne de blocs, qui grandit en dehors de leur contrôle depuis ces 8 dernières années.

Les Libertariens se réjouissent de cette absence de contrôle gouvernemental. Cependant, leur réjouissance est prématurée. Croire que ces systèmes puissants peuvent prospérer en dehors du contrôle des gouvernements est naïf.

Les gouvernements n’aiment pas la concurrence, surtout lorsqu’il s’agit de la monnaie. Ils savent qu’ils ne peuvent pas éradiquer la chaîne de blocs, en fait ce n’est pas leur intention. Ils veulent simplement la contrôler via les régulations, la taxation et la supervision, éventuellement l’arrestation et l’emprisonnement des individus qui refusent d’obéir aux règles du gouvernement la concernant.

Un groupe de grandes sociétés régulées par le gouvernement ont annoncé un effort commun pour développer une chaîne de blocs open source destinée à devenir le standard uniformisé. Ce groupe inclut des sociétés comme JP Morgan, Wells Fargo, State Street, SWIFT, Cisco, Accenture, la bourse de Londres et Mitsubishi UJF Financial. On ne peut pas vraiment parler de 5 jeunes à capuche qui travaillent dans un garage. C’est un signe que le consortium public-privé est en train de prendre la main.

L’Uniform Law Commission, qui fait des propositions de lois destinées à être adoptées dans les 50 États des USA, a récemment publié sa dernière proposition en la matière, la Uniform Regulation of Virtual Currency Businesses Act.

D’ailleurs  6 grandes banques mondiales lanceront leur crypto-monnaie à la fin de l’année 2018 …

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 septembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

Aussi bon que l’or ? Le Bitcoin atteint de Nouveaux records, l’or aussi (pour 2017)

L’or est dans une dynamique haussière depuis début 2017. Cette tendance haussière s’explique clairement par les craintes autour des incertitudes politiques, économiques et géopolitiques actuelles. Notamment celles soulevées par l’élection et la politique actuelle – plutôt ambiguë car teintée de compromis – du nouveau président américain : l’or retrouve très vite son statut de valeur refuge à la moindre crainte de crise !

Tous les indicateurs sont donc dans le vert pour l’or, qui chaque jour explose son record annuel en euros, et se rapproche du sommet de l’année dernière.  

Venons en au Bitcoin qui explose actuellement . Il atteint le prix d’une once d’or à nouveau . (je ne suis pas trop pour les crypto monnaies : je m’en méfie car elle peuvent être facilement contrôlées par les autorités et les Banksters qui ont pris la chose en main, mais chacun fait ce qu’il veut, pourquoi pas ne pas essayer …)

Aussi bon que l’or ? Le Bitcoin atteint de Nouveaux records

Comme le note Bloomberg, suite à un rallye de dix jours , la crypto-monnaie a réduit son écart avec le métal précieux au minimum .


Chaque actif a été présentée comme une alternative aux monnaies régulières, en raison des contraintes liée à leur offre et à la capacité qu’elles offrent de contourner les gouvernements.

La Parité BTC/Gold pointe son nez à nouveau …

Mais, comme Stefan Wieler de GoldMoney l’anoté précédemment, le prix de Bitcoin s’aligne sur le prix de l’ or à nouveau cette semaine ; Cependant, cette comparaison est totalement arbitraire.

L’or est mesurée en poids, tandis que le Bitcoin, un peu comme la monnaie, est une forme abstraite d’argent et ne peut qu’être mesuré en unités de Bitcoin. Un Bitcoin vaut beaucoup plus que 1 gramme d’or, mais beaucoup moins que 1 tonne. Malgré la performance stellaire de Bitcoin en 2016, la taille et la profondeur du marché de la crypto-monnaie est éclipsé par celle du marché de l’or –  7 000 milliards de dollars.

L’or reste le seul vrai argent mondial avec une taille et une volatilité comparable à celle de la monnaie fiduciaire.

 
11 Commentaires

Publié par le 24 février 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Celente : Un monde au bord du chaos ! L’Or, la Chine, la France, le Bitcoin et le Moyen-Orient risquent d’exploser

Non seulement La croissance chinoise n’a jamais été aussi faible depuis 1990, mais les réserves de change s’effondrent  ostensiblement….

L’américain Gerald Celente, fondateur du Trends Research en 1980 est l’un des meilleurs prévisionnistes au monde. Rappelons qu’il a prédit le crash de 2008, et croit que nous allons bientôt assister à l’effondrement du marché financier mondial. Il prévoit « un tremblement de terre économique qui aura des répercussions à travers le monde »

Alors que le cours de l’Or vient de franchir à la hausse le seuil des 1240 dollars l’once, aujourd’hui, Gerald Celente explique sur kingworldnews à quoi s’attendre durant l’année 2017. Selon lui, le monde est au bord du chaos alors que l’Or, la Chine, la France, le Bitcoin et le Moyen-Orient risquent d’exploser.

Surveillez l’Or, la Chine, la France, le Bitcoin, et le Moyen-Orient en 2017

Hier, le Bitcoin a grimpé de plus de 2 %, atteignant son niveau le plus élevé depuis le 4 Janvier 2017. Aujourd’hui, l’Or vient d’atteindre un sommet de 3 mois, ce qui équivaut à une hausse de 7 % de son cours depuis le début de l’année.

Et bien que les marchés boursiers continuent de tutoyer des sommets historiques aux Etats-Unis, le Bitcoin comme l’Or progressent également à des niveaux plus élevés. les hausses constantes et régulières des cours de l’Or et du Bitcoin annoncent-elles un début de tempête sur les marchés ? Ou assistons-nous à l’extension d’une plus importante tendance ?…

Ce que nous observons actuellement ne ressemble absolument pas à des marchés boursiers dynamiques, robustes, avec un dollar fort et une forte croissance économique qui poussent le cours de l’Or à la baisse. Dans le nouvel ordre géopolitique et économique mondial, nous pensons que l’Or comme cette nouvelle monnaie alternative qu’est le Bitcoin, vont augmenter et ce en dépit de conditions de marché favorables.

En ce qui concerne le Bitcoin, la hausse d’hier est à mettre au crédit de l’information qui est sortie sur la fonte record des réserves de change chinoises. Elles se sont réduites pour le 7ème mois consécutif, diminuant de 12,3 milliards de dollars le mois dernier, et franchissant à la baisse le seuil psychologique des 3.000 milliards de dollars.

Les réserves de change chinoises plongent à un plus bas de 6 ans

L’essoufflement de l’économie chinoise (à son plus bas niveau de croissance depuis 26 ans) et le net effritement du yuan depuis l’été 2015 ont incité investisseurs et entreprises à transférer leur argent hors de Chine, vers des placements jugés plus sûrs et rémunérateurs. Ces colossales fuites de capitaux (évaluées à 1.000 milliards de dollars pour 2015 et 700 milliards en 2016) ont précipité la glissade du yuan, qui a chuté de 7% face au dollar l’an dernier(sa pire performance depuis 1994). Tout ceci a motivé les chinois à acheter des bitcoins afin de se couvrir face à une plus importante dépréciation du yuan. Bien que le gouvernement chinois ait imposé un montant forfaitaire de 0,2 % par transaction il y a 2 semaines, et à faire en sorte de « de se protéger des manipulations du marché et de freiner l’extrême volatilité du cours », le volume des transactions a continué d’accélérer malgré tout.

Foncez sur l’Or

Sur le front de l’Or, nous avons noté la semaine dernière que le Dow Jones avait connu connu sa pire journée depuis le jour de l’élection américaine, après que le président ait ratifié un certain nombre de décrets, comme celui interdisant aux ressortissants de sept pays musulmans d’entrer aux Etats-Unis. Alors que les marchés boursiers chutaient, l’Or s’est mis à progresser de 15 dollars, gagnant ainsi plus de 5 % sur le mois de Janvier, son meilleur mois depuis Juin 2016.

Une lionne prend la tête en France

Au-delà de l’élection de Donald Trump, la confiance des investisseurs s’effrite en raison d’inquiétudes grandissantes liées au paysage politique européen. En France, par exemple, le Front National, anti-Union européenne et anti-euro de Marine Le Pen vient de dépasser le parti de François Fillon, l’ex favori de l’establishment dans la course à la présidentielle. Ceci découle d’accusations selon lesquelles la femme et les enfants de ce dernier sont soupçonnés d’avoir touché 1 million de dollars pour des emplois fictifs.

En Allemagne, au Pays-Bas et en Italie, l’euroscepticisme se renforce, les partis anti-immigrationnistes « populistes » continuent de prendre de l’ampleur, menaçant du coup, l’ordre économique et politique établi en europe.

Un monde au bord du chaos

Et sur le front géopolitique, au-delà d’une lutte contre le terrorisme et de guerres sans fin au Moyen-Orient, les tensions sont encore montées d’un cran à la fois en raison d’un décret du gouvernement israélien autorisant la construction de milliers de logements en territoire palestinien ainsi qu’à une nouvelle loi israélienne permettant l’expropriation de terres palestiniennes. Sans compter l’Ukraine, où les tambours de la guerre se font à nouveau entendre.

Le cours de l’or sera sans doute volatile mais il va continuer d’augmenter

La hausse des taux d’intérêt dans les différents pays pourrait faire baisser le cours de l’Or et renforcer le dollar. Cependant, étant donné les multiples problèmes géo-économiques et géopolitiques qui ne font que croître, le cours de l’Or va augmenter tandis que les investisseurs chercheront des valeurs refuges. Et alors que le Bitcoin va continuer d’augmenter et gagner en respectabilité, il est possible que les gouvernements l’attaquent afin de faire baisser sa valeur.

Source

 
5 Commentaires

Publié par le 15 février 2017 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Le Bitcoin explose alors qu’une crise de liquidité se développe …

 

Alors qu’une pénurie de dollars fait rage et que le yuan est shorté (les réserves de change s’effondrent vite) , les Chinois se précipitent dans les valeurs refuges comme l’or (bien que le gouvernement a tenté de museler les importations), mais aussi dans ……. le Bitcoin qui représente une alternative crédible .

Voici ZH :

Un short-squeeze massif a fait flamber le yuan , et durant la nuit les taux de dépôt ont explosé de 31,5 points à 45% – proche des records – alors que la crise de liquidité interbancaire en Chine s’amplifie.

Dans le même temps, coïncidence ou non, le Bitcoin libellés en yuans a explosé, brisant les records précédents.

Le mouvement a entraîné une fuite nette de CNY 140 milliards pour la journée.

La banque centrale a retiré CNY 435 milliards en liquidités jusqu’à présent cette semaine.

Près d’ un demi billion de yuans en liquidités a été retirée seulement la semaine dernière, à un moment où les banques se sont précipités vers des sources de financement pas chères.

À la suite de cet exode forcé qui a probablement été orchestrée par la banque centrale pour écraser tous les shorts restants,  la pénurie de liquidité a incité les taux de dépôt à exploser.

Et peut-être que la liquidité qu’il reste sera placée ailleurs.

 

Explosion au cours des dernières heures.

 

Dans un 1er temps, les effort de la PBOC n’ont pas enrayé pas le mouvement du CNH.

Selon Zero Hedge – C’était juste le début, parce que , avant que la nuit soit terminée, le taux de dépôt du Yuan a atteint un record de 80%, tandis que le USDCNH a chuté aussi bas que 6,78 :

Le taux de dépôt du CNH (à un jour), qui après avoir touché 45% au début de la journée de trading en Chine, a bondi à un record de 80% seulement quelques heures plus tard …

… Tandis que l’écart entre les taux de change offshore et onshore s’est creusé fortement . En fin de compte, le yuan offshore a effacé les pertes de la journée dans un mouvement brusque vers 13h05 alors que la prime sur le taux onshore est monté à 1,2%.

Cela se produit  après les responsables chinois ont exhorté explicitement les banques à vendre des devises étrangères, et « punit » les vendeurs à découvert.

 
1 commentaire

Publié par le 5 janvier 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

Petit point sur le bitcoin et les cryptomonnaies

bitc1

Source http://bitcoinity.org/markets

Alors Attention, le bitcoin arrive à des niveau clef : 380 $ ! Entre 150 et 250 $ il faudra être prêt à entrer (c’est les niveaux que j’avais évoqué quand il valait une oz d’or , faites la recherche) La bulle dégonfle, à surveiller de prés dans les prochains temps  !! Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Le 18 août, le bitcoin a subitement plongé de 35%, en passant de 470 à 309 dollars en quelques secondes. Et le monde n’a même pas haussé les épaules.

C’est normal, du reste. D’une part, le cours du bitcoin s’est très rapidement repris pour retrouver le niveau des 500$ autour duquel il tourne depuis maintenant plusieurs mois. Et d’autre part, même si ce mouvement rapide et violent a entraîné la débâcle sur des douzaines de monnaies virtuelles attachées de près ou de loin au bitcoin, son empreinte dans l’économie mondiale est encore suffisamment faible pour que ce genre de péripéties passe à peu près inaperçu.

Le “dézingage” habituel du bitcoin par les médias n’aura pas lieu…
Comme d’habitude, la presse française, peut-être encore en vacance mais toujours aussi finement informée, aura profité de ce rebondissement dans l’aventure bitcoin pour rappeler lourdement que cette monnaie cryptographique, qui a le goût forcément douteux d’échapper à tout contrôle étatique, est fort volatile, très prisée par les (méchants) spéculateurs et, contrairement aux vrais indices et de vraies devises qui ont du coffre, de la répartie et l’onction étatique, sa cotation n’était pas entourée des mille et une protections dont s’entoure par exemple le Dow Jones pour, justement, éviter ce genre de “flash crash”.

Cependant, force est de constater que le dézingage habituel auquel se livrent les rédactions sur la monnaie cryptographique a été, depuis quelque temps, mis en sourdine….

De plus en plus de commerçants utilisent le bitcoin
Il faut dire que, comme je le soulignais il y a deux mois, la monnaie virtuelle s’installe, doucement, dans les esprits. Et pas seulement dans les esprits puisque chaque mois, chaque semaine qui passe apporte son lot de nouveaux commerçants qui se déclarent en faveur de la cryptomonnaie, ou qui laissent à leurs clients le choix de l’utiliser pour acheter leurs produits.

C’est le cas, dernièrement, d’eBay, le géant de la vente sur Internet, qui serait en pourparlers avec différents services de gestion de bitcoin (comme Coinbase), afin de proposer cette monnaie dans son système d’unités de paiement, Paypal Braintree.

Cette nouvelle, au départ rapportée par le Wall Street Journal, n’est absolument pas anodine puisque derrière cette structure de gestion de paiement, on trouve d’autres grands noms actuels de l’Internet. En effet, si eBay trouve son intérêt et parvient à un accord pour utiliser le bitcoin dans Braintree, outre ses clients, ceux de Airbnb, OpenTable ou Über pourraient alors disposer de la même possibilité. Ces nouveaux venus viendraient rejoindre des revendeurs comme Dell, Expedia ou encore Monoprix qui ont déjà adopté la cryptomonnaie.

Les premiers distributeurs de bitcoins émergent aux coins des rues
Parallèlement, on observe aussi une tendance, certes timide, mais bien réelle à rendre le bitcoin aussi palpable que possible pour le grand public. L’installation récente d’une demi-douzaine de distributeurs automatiques de bitcoins et de dollars canadiens montre ce désir de rendre plus simple et plus abordable cette nouvelle technologie d’échange monétaire. Et quand ce n’est pas au Canada, c’est à New York qu’on installe des distributeurs automatiques de bitcoins.

Oui au bitcoin, à condition de le réguler !
Les sénateurs français se sont penchés sur la question du bitcoin et de son impact possible dans la vie de tous les jours, ses opportunités et ses menaces. De la part d’une institution qui, en matière de nouvelles technologies en général et d’Internet en particulier, s’est assez régulièrement illustrée par ses saillies consternantes, le simple fait d’avoir lancé une étude est, en soi, remarquable.

Ses conclusions le sont encore plus puisque, pour une fois, l’innovation majeure que constitue l’arrivée des cryptomonnaies n’est pas décriée et que le résultat des travaux sénatoriaux n’est pas qu’une longue liste de menaces et de dangers ; même pour nos sénateurs, le bitcoin pourrait offrir de sérieuses opportunités.

Rassurez-vous cependant : les mauvaises habitudes d’obsédés du contrôle ne s’abandonnent pas facilement ; et si, bien sûr, nos élus conviennent qu’il y a bien matière à ne pas classer le bitcoin dans la catégories des “lubies à la mode” destinées à disparaître un jour, et s’ils ont su éviter l’écueil évident du classement dans les abominations de guerre qu’une convention internationale interdirait bien vite, ils n’en réclament pas moins une bonne grosse régulation.

En France rien, par principe, ne peut s’épanouir harmonieusement sans une bonne grosse louchée de lois, de contraintes et d’obligations velues. Concrètement, il s’agira ici d’empêcher les abominables dérives qu’une monnaie décentralisée et sans possibilité de tripatouillage politicien pourrait permettre, comme (exemples non limitatifs) :

– vendre de la drogue ;
– vendre des armes ;
– favoriser la prostitution ;
– échapper à l’impôt ;
– tuer des chatons en toute impunité.

… par opposition sans doute à la monnaie étatique, qui empêche (comme chacun le sait) de vendre de la drogue, des armes, du sexe, de s’évader fiscalement et qui punit les impudents qui enquiquinent du chaton à leurs heures perdues.

On peut les comprendre. S’ils ont lu, par exemple, que des plates-formes de trading de bitcoins pouvaient ainsi apparaître sans le moindre contrôle, sans le moindre dépôt de dossier aux autorités de régulation des marchés financiers (régulation sans laquelle apparaîtraient à coup sûr des pyramides de Ponzi comme les retraites par répartition ou des bricolages financiers douteux comme les subprimes, ou encore des manipulations de marché massives sur le LIBOR et … oh, wait !), nos sénateurs n’ont pu que conclure dans cette nécessaire marche en avant législative sans laquelle l’humanité ne saurait progresser dignement avec ces mouvements harmonieux de brasse coulée au milieu de tsunamis déchaînés de lois, règlements et décrets pondus par milliers.

Qu’y a-t-il de pire que l’anonymat pour l’Etat et ses sbires ?
Ils ont d’ailleurs été rejoints bien vite par les fins analystes de Tracfin qui, eux aussi dans un rapport sur la monnaie numérique, concluent la nécessite de ne pas étouffer la belle innovation dans des contraintes trop rigides, … MAIS qu’il ne faudrait pas laisser non plus tout ça en friche juridique, parce que bon, vous comprenez ma petite dame, on commence comme ça et bientôt, les gens achètent et vendent sans tenir compte des recommandations officielles de MiniFin.

Moyennant quoi, muni de ce rapport, le ministre de ce qui reste de Finances à la France s’est décidé à agir sur la question du bitcoin. Les opportunités étant dûment notées, ce sont les menaces qui ont mobilisé son attention. Et qu’y a-t-il de pire que l’anonymat pour l’Etat et ses sbires ? Qu’y a-t-il de plus insupportable que l’idée que cette monnaie permettrait, finalement, de s’affranchir de leurs sévices ?

La traque, encore et toujours…
C’est tellement vrai que l’anonymat est très concrètement combattu pour les autres monnaies, euro en tête, bien palpables celles-là. On ne s’étonnera pas de constater, chaque jour qui passe, que ceux qui prétendent nous protéger (surtout contre nous-mêmes, semble-t-il) sont décidés à le réduire autant que possible… Par exemple en interdisant progressivement l’utilisation de l’argent liquide au-delà de 300 euros. Pour le moment, il s’agit bien sûr de lutter contre le blanchiment d’argent, en abaissant le plafond journalier aux guichets des trésoreries, mais on voit mal ce qui empêchera, concrètement, d’aller plus loin dans les prochains mois et d’étendre la mesure en largeur (au-delà des seuls guichets de trésoreries) et en profondeur (en limitant encore le plafond).

Pas de doute en tout cas
En quelques années d’existence, le bitcoin est passé du stade d’innovation embryonnaire à celui d’une technologie suffisamment disruptive pour que différents services étatiques se penchent sérieusement sur la question de savoir comment le contrôler, le réguler et en empêcher un développement hors des limites étroites qu’ils lui accorderont. Et le fait même qu’ils identifient des menaces, toutes tournées (comme par hasard) sur l’absence de contrôle de l’Etat, montre qu’ils commencent à prendre la mesure du changement qui s’opère.

Si l’avenir du bitcoin est incertain, les cryptomonnaies semblent en tout cas promises à une place importante dans le paysage financier futur. A cette aune, les agitations des agents étatiques pour tenter de les contrôler apparaissent réellement comme un hommage du vice à la vertu.

Vous trouverez le texte original complet sur le blog de H16 : http://h16free.com/2014/08/29/32561-petit-point-sur-bitcoin-et-les-cryptomonnaies

– See more at: http://libredagir.fr/2014/09/23/point-bitcoin-cryptomonnaies/#sthash.iqGrHGqb.dpuf

 
1 commentaire

Publié par le 23 septembre 2014 dans économie, général

 

Étiquettes : , ,

Jim Rickards sur l’or, le Bitcoin, le stimulus monétaire et la Bourse

za5

La vidéo est ici http://www.finnewsnetwork.com.au/archives/finance_news_network25563.html : une vidéo  de fin décembre qu’on avait pas diffusé ;

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Lelde Smits : Lelde Smits pour Finance News. Je reçois aujourd’hui Jim Rickards, Senior Managing Director pour la banque d’investissement Tangent Capital, basée à New York. Jim, bienvenue à la conférence Mines and Money de Londres.

Jim Rickards : Merci, Lelde.

L.S. : Jim, un des faits marquants depuis que notre dernière entrevue, à Sydney, en octobre 2012, est le prix de l’or, qui a depuis perdu environ 30%. Qu’est-ce qui a précipité cette baisse, selon vous?

J.R. : Il y a probablement plusieurs raisons… pas seulement une. Je pense qu’il y a eu de la manipulation de prix par les banques centrales. Nous savons tous que cela arrive, ce n’est plus des suppositions; cela est même avoué de certaines manières.

Vous savez, à chaque fois que vous essayez de résoudre un crime, vous cherchez le motif, vous vous demandez à qui le crime profite. Ceux à qui un prix bas de l’or profite le plus sont les Chinois, en fait, parce que ce sont eux qui doivent en acheter le plus. Les gens pointent la Fed du doigt, mais il faut aussi soupçonner la Chine, ainsi que des hedge funds qui seraient impliqués.

Traditionnellement, les hedge funds n’ont jamais été très impliqués sur le marché de l’or, mais ils le sont maintenant. Peu importe aux hedge funds d’échanger de l’or ou des cartes de baseball; Ils veulent juste faire de l’argent. Aussi, ils aiment bien manipuler. Et les lois sont très peu appliquées aux États-Unis en ce moment, cela constitue donc presque une invitation aux hedge funds pour venir jouer et s’amuser.

Il se passe d’autres choses, dont certaines sont très techniques.

L.S. : Avez-vous vu venir cette baisse du cours de l’or?

J.R. : Quand le prix de l’or a atteint $1,900 l’once, j’ai senti que cela ressemblait un peu à un pic. Maintenant, je ne crois pas qu’il s’agisse d’une bulle; vous devez regarder les fondamentaux. Le prix fondamental de l’or sera bien, bien plus élevé. Mais, quand – et encore, cela n’a pas d’importance que ce soit l’or ou toute autre matière première, ou même les actions – le prix monte autant et si vite, il faut s’attendre à une correction.

Je ne m’attendais pas nécessairement à une correction de cette ampleur, mais il est intéressant que nous ayons testé le niveau de $1,250 à trois reprises. Et il semble y avoir un plancher à ce niveau; je l’appelle le « plancher chinois »…

L.S. : Où se dirige le prix de l’or, à l’orée de 2014?

J.R. : Cela dépend vraiment du combat entre la déflation et l’inflation. Au final, j’entrevois l’or à un prix bien plus élevé; je le vois à $7,000 ou $9,000 et même plus haut, en me basant sur les fondamentaux et sur la perte de confiance dans notre système monétaire international actuel.

Mais si le prix baissait, cela constituerait un puissant signal que la déflation gagne le combat. Il y a une lutte entre la déflation et l’inflation. Je crois qu’à la fin l’inflation gagnera, parce que les banques centrales y veilleront. Mais à court terme la déflation pourrait gagner, et faire descendre l’or un peu.

L.S. : J’ai entendu dire que vous aviez récemment visité quelques coffres et raffineries… Avec le prix de l’or aussi bas, comparé au niveau où il était, avez-vous été tenté d’en acheter?

J.R. : Et bien, oui. Je viens de lancer un fonds commun de placement avec des partenaires dans lequel nous avons une forte allocation de métaux précieux. De l’or, bien sûr, mais aussi de l’argent, du platine et du palladium. Oui, je pense que pour un fonds, c’est un très bon point d’entrée.

L.S. : Si on jetait un coup d’oeil au Bitcoin, maintenant? Il a pris du poids depuis que nous nous sommes parlé, atteignant récemment des sommets historiques. Quel rôle croyez-vous que cette devise virtuelle peut jouer dans l’économie mondiale?

J.R. : Le phénomène Bitcoin est intéressant. En fait, j’ai lu plusieurs articles techniques ainsi que certains documents juridiques à son sujet. Je ne suis pas anti-bitcoin, ou un critiqueur du bitcoin. Je n’investis pas personnellement dans le Bitcoin et je ne le recommande pas à mes clients. Je le comprends, de manière technique. Ils semblent plaire aux technophiles et aux libertaires.

La seule chose que je dis à ces partisans du Bitcoin, c’est faites attention à plusieurs choses. Premièrement, si vous achetez un Bitcoin à un certain prix et que vous l’échangez pour des biens ou services alors qu’il est à un niveau plus élevé, vous avez un gain imposable que vous devez déclarer dans vos revenus. J’oserais avancer que très peu de gens font cela et qu’ils deviennent en quelque sorte des fraudeurs fiscaux.

Et plusieurs gens pensent que, si vous êtes dans le nuage Bitcoin, le gouvernement ne surveille pas… Il surveille. Alors, considérez le fait que vous puissiez être un fraudeur fiscal et que le gouvernement vous surveille… cela jouera, avec le temps. Alors il faut faire un peu attention avec le Bitcoin.

L.S. : Vous venez de donner une présentation ici, à Mines and Money, sur les perspectives pour les métaux précieux et l’économie mondiale. Est-ce que les prix des métaux précieux sont à leur plancher, et s’en va-t-on vers une reprise?

J.R. : Tout dépend de l’économie. Les prix des métaux précieux ne bougent pas dans le vide, ils vous envoient des signaux de prix en réponse à l’économie. Donc, si l’inflation grimpe, ils monteront bien plus haut. Si le système monétaire international s’effondre, ils seront multipliés par cinq ou dix. Mais si nous sommes pris avec de la déflation, ils pourraient descendre en termes nominaux tout en performant mieux que les autres catégories d’actifs en termes réels.

L.S. : Et que prévoyez-vous?

J.R. : Je crois que la Fed et les autres banques centrales vont gagner la bataille. La déflation serait l’état naturel des choses, mais les banques centrales la craignent tellement qu’elles vont obtenir de l’inflation par la force. Le problème est que, lorsqu’elles auront un peu d’inflation, elles se rendront compte que cette inflation ne s’arrêtera pas de monter, et cela fera grimper les métaux précieux bien plus haut. Mais, vous savez, cela pourrait prendre quelques années… je ne dis pas que cela se produira dans les prochains mois.

L.S. : Mais, à court terme, l’optimisme est en hausse sur les marchés actions et plusieurs prédisent une bonne année 2014. Êtes-vous d’accord?

J.R. : Le prix des actions va continuer de grimper tant que la Fed et les autres banques centrales impriment de l’argent. C’est une bulle. Cela va mal se terminer. Les gens vont voir la Bourse perdre de 30 à 40% en quelques semaines ou moins. Mais, pour le moment, je m’attends à ce que le prix des actions monte encore, mais pas pour les bonnes raisons.

L.S. : Alors finalement, Jim, quel serait votre meilleur conseil pour les investisseurs en 2014?

J.R. : Comme je dis, je recommande aux investisseurs d’allouer de 10 à 20% de leur capital dans l’or ou les autres métaux précieux. 10% pour l’investisseur conservateur, 20% pour l’investisseur plus agressif. Cela vous sera profitable en temps d’inflation, de déflation, de guerre ou de paix. En réalité, c’est une police d’assurance; tout le monde devrait en avoir une. Il ne faut pas tout mettre, mais 10 à 20%.

L.S. : Jim Rickards, merci de nous avoir parlé ici à Londres, et merci comme toujours pour vos conseils.

J.R. : Merci, Lelde.

http://www.finnewsnetwork.com.au/archives/finance_news_network25563.html/// http://www.acheteror.fr/jim-rickards-interview-marche-or-bitcoin-stimulus-monetaire-bourse-3969/

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 janvier 2014 dans général, Vidéos indispensables

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :