RSS

Archives de Tag: l’argent-métal

L’argent métal sera l’un des actifs les plus performants de la crise à venir

Vous imaginez un peu le potentiel du Silver ??? 

 « les investissements mondiaux dans l’argent métal s’élèvent à 50,8 misérables milliards, contre 3,04 trillions de dollars pour l’or »

50 milliards seulement investis dans l’argent au niveau mondial, alors que c’est une ressource qui est sur le point de s’épuiser ! Incroyable .  Il suffirait qu’une infinitessimale fraction de l’argent des investisseurs aille dans l’argent pour que son prix explose. Il y a bien un moment où ces derniers s’en rendront compte ! Plutôt que d’investir dans des obligations sans valeur à rendement négatif !

Voici un Article de Chris Vermeulen, publié le 12 septembre 2016 sur SafeHaven.com :

Le discours tant attendu de Janet Yellen de Jackson Hole ainsi que la publication dans la foulée des chiffres de l’emploi américain n’ont pas réussi à faire grimper les attentes concernant  un éventuel relèvement des taux en septembre. Le marché évalue désormais les chances de cette perspective à 21 %, d’après le FedWatch Tool de CME. Les chances de voir le taux directeur être relevé en décembre 2016 sont légèrement supérieures à 50 %. (…)

J’ai déjà expliqué à de maintes reprises pourquoi la Fed ne pourra pas relever son taux en 2016. Contrairement à bien d’autres experts des marchés, les faits m’ont donné raison. Et en ce qui concerne décembre 2016, les chances de voir la Fed relever son taux directeur sont très faibles. Ce qui n’empêchera pas les décideurs de la Fed de poursuivre leurs boniments afin de soutenir le dollar, ce qu’ils ont fait depuis le début de cette année.

Durant la semaine qui vient, les banques centrales entrent en concurrence pour proposer des politiques monétaires accommodantes les plus séduisantes, comme s’il s’agissait de la panacée pour résoudre les problèmes économiques qui entravent la planète. Malgré les échecs de ces 7 dernières années, rien ne les dissuade de créer de l’argent comme un magicien sort un lapin de son chapeau.

Pour 180 milliards de dollars d’achats d’obligations, soit plus que 2009

La BCE et la Banque du Japon, ensemble, ont acheté mensuellement des obligations pour la somme incroyable de 180 milliards de dollars , comme indiqué sur le graphique ci-dessous. Si vous ajoutez à cela les achats de la banque d’Angleterre, le total grimpe encore plus. Ces 3 banques centrales devraient, à l’occasion de leur prochaine réunion, soit maintenir leurs achats d’obligations à leur niveau actuel, soit les augmenter.

qe-cumule

Ce qui a poussé le roi des obligations, Bill Gross, à alerter les investisseurs des conséquences dangereuses. Dans une lettre à l’attention de ses clients, il a écrit : « les investisseurs devraient savoir qu’ils marchent sur une fine pellicule de glace ».

« La montre tourne, en raison de la dette mondiale élevée et de politiques fiscales et monétaires dépassées qui font plus de tort que de bien à l’économie réelle. Plutôt tôt que tard, l’un des petits coups précis de Yellen sur le fairway va finir par se perdre dans la forêt, » a écrit CNBC.

L’argent à l’aube d’un marché haussier majeur

Lorsque les investisseurs se rendront compte qu’ils détiennent des devises sans valeur, de grandes quantités d’argent se précipiteront vers les métaux précieux. Considérez ceci : les investissements mondiaux dans l’argent métal s’élèvent à 50,8 misérables milliards, contre 3,04 trillions de dollars pour l’or, comme le montre le graphique ci-dessous.

investissements-or-vs-argent

Saviez-vous que de cette somme, les hedge funds en possèdent 2,7 trillions, d’après les données de Barclay Hedge ? Même si une partie infime de ces trillions amassés sur le marché de l’or devaient se tourner vers le marché de l’argent, le cours du métal gris crèverait tous les plafonds.

Suite et fin

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 septembre 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

L’argent métal sous-évalué

[titre article pour referencement]

C’est la rentrée pour beaucoup de monde ! Bienvenus dans la revue de presse .

Il existe beaucoup moins d’argent physique sur terre que d’or . La raison est que l’or est thésaurisé pendant que l’argent est lui consommé . Ce qui fait du silver un métal bien plus rare que l’or en réalité . C’est un marché qui fonctionne quasiment en flux tendu, et outre la production minière d’argent qui est en train d’atteindre un pic (voir qui l’a atteint l’année passée), il y a beaucoup moins d’offre d’argent qu’il n’y en a d’or . Si on compte la globalité des réserves disponibles hors sol. Alors dire que l’argent est un métal sous évalué est un faible mot . Encore pire si on le compare au métal jaune .

On a tendance à considérer l’argent comme un second choix en matière de métaux précieux, la première place étant depuis toujours occupée par l’or. Pourtant, celui que l’on appelait parfois « l’or du pauvre » et qui a longtemps été privilégié pour les transactions du quotidien (il a d’ailleurs donné son nom à la monnaie dans le langage courant), pourrait bien revenir en grâce en raison des nombreuses particularités qui le distinguent de l’or, le rendant même, par certains côtés, bien plus précieux.

Des qualités au moins égales à l’or

Même si l’or reste la référence en matière d’inaltérabilité, l’argent est un métal particulièrement stable, faiblement sensible à la corrosion, ce qui en a toujours fait un excellent support pour la frappe de pièces notamment. Aujourd’hui, on peut retrouver des pièces d’argent datant de plusieurs siècles qui semblent pourtant aussi brillantes qu’au premier jour et quelques unes dont la gravure paraît moins altérée que celle d’une pièce moderne qui aurait passé un an dans nos poches !

De la même manière, l’argent est plus ductile que l’or (on peut obtenir un fil de 2500 mètres à partir d’une seule once d’argent), il est également plus réfléchissant et possède un certain nombre de caractéristiques uniques qui lui ont rapidement octroyé une place de choix dans un grand nombre d’industries de pointe. Excellent conducteur électrique et thermique, il est ainsi devenu essentiel dans l’électronique embarquée (automobile, aéronautique), la fabrication de batteries et de catalyseurs, le marché de l’énergie solaire, la téléphonie mobile (incluant la fabrication de tablettes numériques), l’informatique, la télévision HD, les nanotechnologies, le purification de l’eau, le milieu médical, etc.

En réalité, ses applications sont innombrables et une quantité phénoménale de ce qui fait notre vie quotidienne ne pourrait plus exister s’il n’y avait brutalement plus d’argent à disposition. Une éventualité qui fait froid dans le dos… et qui pourrait pourtant arriver bien plus vite qu’on ne le croit.

De l’argent de plus en plus rare

Mais revenons brièvement sur la valeur de l’argent par rapport à celle de l’or. Pourquoi, malgré ses indéniables qualités, parfois même supérieures à celles du métal doré, l’argent n’a-t-il jamais pu accéder au premier rang des métaux précieux ? La raison est très simple : la rareté. Ou, plus exactement dans le cas de l’argent, sa moins grande rareté que celle de l’or. Ainsi, il a toujours été admis que l’argent était bien plus répandu que l’or à la surface du globe (et incidemment dans ses profondeurs). Par conséquent, sa valeur « marchande » s’en est fortement ressentie et, pendant très longtemps, on a considéré qu’une once d’or équivalait à 20 onces d’argent.

Aujourd’hui, nous en sommes même à une once d’or pour 60 à 65 onces d’argent (suivant les fluctuations des cours). Et pourtant, la situation a considérablement évolué… mais pas dans le sens que les cours officiels pourraient laisser croire. Tout d’abord, à la différence de l’or, l’argent sert, comme on l’a vu plus haut, dans un grand nombre de processus industriels au cours desquels il est irréversiblement…détruit ! Certes, la production d’argent continue à être bien supérieure à celle de l’or (25000 tonnes par an, contre 2500 en moyenne pour l’or) mais la demande est encore plus importante : on l’évalue à 30000 tonnes dans le meilleur des cas. La bijouterie, certes, consomme beaucoup d’argent (7 à 8 000 tonnes par an) mais ce sont toutes les industries de pointe (de l’électronique au nucléaire, en passant par la bio-technologie et les énergies dites renouvelables) qui épuisent l’essentiel des réserves d’argent disponibles. La fabrication de pièces de monnaie, quant à elle, plafonne à quelque 1300 tonnes dans ses bonnes années. Au final, l’argent devient de plus en plus rare, non seulement dans les gisements (dont on prédit l’épuisement d’ici 2030) mais également dans les coffres et autres lieux de stockage. D’autant plus que l’argent n’est pas ou peu recyclable…

La valeur de l’argent ne reflète plus la réalité

Concrètement, à environ 20 dollars l’once, la cote de l’argent ne reflète plus du tout la réalité et, même si on ne devait revenir qu’au ratio historique de 1 pour 20 par rapport à l’or, on avoisinerait déjà davantage les 60 à 70 dollars l’once d’argent. Or, aujourd’hui, que ce soit en termes de production, de réserves disponibles ou même de perspectives à moyen terme, la tendance devrait plutôt s’établir aux alentours de 1 once d’or pour 10 d’argent, ce qui, sur la base du cours actuel de l’or, devrait porter l’once d’argent à proximité des 130 dollars.

On le voit, l’argent est clairement sous-évalué, tandis que la demande ne cesse d’augmenter, non seulement de la part des industries mais également des investisseurs, spécialement dans les économies émergentes. De leur côté, mus par une défiance vis-à-vis bimétallisme en faveur de l’or, tous les gouvernements et toutes les banques centrales du monde se sont débarrassées de leur argent depuis la Seconde guerre mondiale, et la plus grande partie a été irrémédiablement consommée. Demain peut-être, ou l’année prochaine, qui sait, on prendra conscience de la soudaine rareté de l’argent et on trouvera sans doute un ou deux milliardaires russes ou chinois pour racheter la majeure partie de ce qu’il restera.

Quoi qu’il en soit, action spéculative ou épuisement des ressources, l’argent métallique doit désormais être considéré comme une richesse naturelle finie, non renouvelable, et sur le point d’être frappée d’une extrême rareté. Certes, il restera encore un grand nombre de bijoux en argent en circulation, et la petite collection de boucles d’oreilles de votre femme achetées 200 euros la paire à l’occasion des fêtes de ces 15 dernières années deviendront peut-être une part non négligeable de votre patrimoine familial. Mais sans doute est-il prudent de faire provision d’articles plus « liquides », plus facilement négociables, comme des pièces en argent par exemple (mais uniquement au-delà de 990 millièmes d’argent pur !), d’autant plus que certaines d’entre elles comme les Maple Leaf, les Philarmoniques, les Eagle ou les Vera Silver Zanzibar ont également cours légal.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 août 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , ,

Jim Rickards et Egon Von Greyerz parlent du marché de l’or et de l’argent métal (VOSTFR)

Voici des précisions sur l’analyse de James Rickards :

L’expert économique et monétaire, James Rickards, s’est joint mardi à Francine Lacqua, de chez Bloomberg, pour discuter du « graphique du prix de l’or de la décennies », de son nouveau livre, The New Case for Gold, et de la raison pour laquelle l’or est une monnaie et finira par atteindre 10.000 dollars l’once au cours de ces prochaines années.

Prix de l’or en dollars – 10 ans (GoldCore)

Francine a généreusement admis que Rickards s’était montré « haussier depuis un certain temps, et s’avère aujourd’hui avoir eu raison… C’est le graphique du prix de l’or de la décennie ». Elle a ajouté que tout est question des « attentes d’inflation, des devises, et du besoin pour les gens de protéger leur capital au travers d’un actif de couverture ».

L’or est une monnaie

Jim a répondu ceci :

« L’or est une monnaie, et non un investissement. En tant que monnaie, il entre en compétition avec les autres formes de monnaie – le dollar, l’euro, le yen et ainsi de suite. A la manière de chevaux sur une piste de course. Placez vos paris, mais vous avez une préférence subjective pour la monnaie.

Les investisseurs perdent confiance en les banques centrales… c’est quelque chose qui se passe déjà et a clairement été révélé. Les banquiers centraux m’ont dit ne pas savoir ce qu’ils font, et inventer des solutions au fur et à mesure. Ils expérimentent.

M. Evans, le président de la Fed de Chicago, nous l’a déjà admis. Et d’autres l’ont fait avant lui.

J’ai discuté avec Ben Bernanke, qui m’a lui-même dit que toutes ses actions étaient une expérience – et avaient donc des conséquences inconnues.

Dans notre monde où les investisseurs perdent confiance en les banques centrales, l’or se porte bien.

Il existe aujourd’hui des dizaines de trillions de dette souveraine aux rendements négatifs.

L’or n’offre pas de rendement.

Mais zéro vaut bien mieux que 50 points de base en-dessous de zéro. Dans l’environnement actuel, l’or est l’actif qui offre les meilleurs rendements. »

Les actions grimpent grâce à Yellen

Concernant les actions, voici ce qu’il nous dit :

« L’or et les actions sont en hausse, et la raison pour laquelle les actions sont en hausse est que Janet Yellen donne tout ce qu’elle a. L’argent gratuit n’a rien que le marché boursier n’apprécie pas. Des taux d’intérêt négatifs pourraient être adoptés dès l’année prochaine.

C’est une situation haussière pour les actions, mais aussi pour l’or.

Il arrive que l’or et les actions grimpent en tandem, ou qu’ils évoluent dans la direction opposée. Il n’existe pas de corrélation de long terme, mais aujourd’hui, dans notre monde d’argent facile et de rendements négatifs, les actions comme l’or s’en sortent bien. »

Vers un or à 10.000 dollars l’once

Quant à ses prévisions du prix de l’or, voici ce qu’il dit :

« J’ai établi un niveau technique pour l’or. Il se situe à 10.000 dollars l’once. Cette somme gonfle au fil du temps en raison de l’écart entre les quantités d’or physique disponibles et la masse monétaire. La quantité d’or physique ne grimpe pas beaucoup, mais la monnaie fiduciaire ne cesse de flamber. Mon objectif de prix en dollars grimpe en permanence en raison de la création monétaire.

Le prix de 10.000 dollars par once est le prix non-déflationniste de l’or. Si nous nous en retournions à un étalon or, c’est le prix dont nous aurions besoin pour éviter une déflation.

10.000 dollars par once est une somme mathématiquement dérivée. Pas une supposition. »

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 juillet 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , ,

L’argent métal à plus de 16 $ confirmera l’échappée de l’or

argent

16 $ représente une résistance importante sur le silver .  Dans quelques années, quand le prix de l’argent aura 3 chiffres, vous repenserez à moi . Et a comment vous avez fait fortune . Vous ferez fortune grâce à votre savoir – pas autre chose . C’est ce que j’ai essayé d’expliquer au public durant 3 ans . D’expliquer les bases, comme la création monétaire et comment fonctionne le système monétaire . Aucun Blog ne parlait de tout ça à l’époque . Depuis ça a beaucoup évolué .

———————————————————

Voici un Article de Jason Hamlin, publié le 12 avril 2016 sur MineWeb.com :

« Hi Ho Silver, Away »… Les métaux précieux ont connu un début d’année en fanfare. Après plus de 4 années de défaites, les partisans de l’or ont enfin de quoi se réjouir. Le cours de l’or est en hausse de 19 % depuis le début de l’année tandis que l’ETF des minières or GDX a grimpé de plus de 60 %. Pas mal pour une relique barbare !

Mais la sous-performance de l’argent a, entre autres, inspiré la prudence de nombreux investisseurs dans les métaux précieux. Voyez-vous, l’argent a tendance à précéder l’or durant les marchés haussiers, tout en surperformant par rapport au métal jaune. Durant le début de l’année, l’argent métal fut pourtant à la traîne, et pas de peu. En fait, durant la fin février et le début du mois de mars, le cours de l’or a grimpé 2 fois plus que celui de l’argent. Au 1er mars, celui-ci avait grimpé de 7,6 % depuis le début de l’année contre 17,9 % pour l’or.

Cette performance de l’argent a poussé certains investisseurs à remettre en question la viabilité de la hausse des métaux précieux. Cependant, l’écart s’est réduit considérablement durant ce mois, avec une hausse de 18 % pour l’or contre 15 % pour l’argent. Depuis ce mois, le cours de l’argent a grimpé 5 fois plus que celui de l’or. Rien qu’hier, l’argent a progressé de 3,6 % contre 1,3 % pour le métal jaune, un signe très positif pour les investisseurs dans les métaux précieux.

Ci-dessous, vous pouvez voir un graphique qui met en exergue la hausse de l’argent durant ces 7 derniers jours. S’il est agréable à voir, l’argent n’est pas encore tiré d’affaire. Si on prend du recul sur quelques mois (graphique suivant), nous pouvons voir que les 16 dollars ont été à 3 reprises un seuil de résistance. Ce fut également le cas en septembre 2015. Nous devrons donc voir l’argent s’affranchir confortablement de ce seuil de résistance pour confirmer notre vision positive pour l’argent et anticiper ensuite une hausse vers les 20 $ dans les mois à venir.

cours de l'argent en avril 2016

Du point de vue des fondamentaux, il n’est pas illogique de voir l’argent sous-performer en raison de l’impact du ralentissement du commerce mondial et de l’activité manufacturière. Plus de 50 % de la demande d’argent provient de l’industrie, contre seulement 10 % pour l’or. La grande question que se posent ceux qui suivent de près l’argent est de savoir si l’augmentation de la demande à des fins d’investissement est suffisante pour compenser la baisse de la demande industrielle. De plus, est-ce que l’offre d’argent va continuer à baisser en raison de la baisse de la rentabilité de nombreuses mines ?

cours de l'argent T1 2016

Argent : demande d’investissement toujours aussi soutenue

Suite et fin

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 avril 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

« Pourquoi il ne sert à rien d’investir dans l’or  » – Pierre Lecomte : « Pourquoi avons-nous acheté le pétrole, le cuivre et l’argent-métal mais pas l’or ? »

Afficher l'image d'origine

Vidéo ici

Une analyse à charge sur l’or , écoutez bien ..

Pffff « l’or ne rapporte rien » (plus 20 % depuis le 1er janvier, aucun actif au monde n’a fait mieux) 

En réponse à cette intervention, je vous propose de regarder au travers du graphique ci-dessous l’évolution du cours de l’once d’or( 31,103 grammes) depuis 1792. Ça se passe de tout commentaire. Un simple graphique vaut mieux qu’un long discours.
once-or-1792

Voici Pierre Lecomte, dont j’écoute régulièrement le point de vue même si je ne suis pas d’accord (ça reste un grand monétariste) – un papier du 7 février , « Pourquoi avons-nous acheté le pétrole, le cuivre et l’argent-métal mais pas l’or ? « 

Il est toujours trés négatif sur l’or qu’il a prédit à 700 $ je le rappel (enfin de trés négatif il passe à « prudent »), et qualifie des économistes d’avant garde à mon gout, comme  Jim Rickards, Gerald Celente ou encore Bill Fleckenstein par exemple de « prévisionnistes bouffons » !

Il y va fort pierre ! Si il avait acheté l’or au 7 février il aurait pu faire une marge . Sur le ratio or-pétrole je pense que c’est le pétrole qui est trop sous évalué .

Par contre il est haussier sur l’argent .

Notez sa conclusion : 

EN CONCLUSION: L’ACHAT D’ACTIFS RÉELS (COMME L’ARGENT-MÉTAL) CONSTITUANT UN BON ARBITRAGE CONTRE LES ACTIONS US, DONT LA VOLATILITÉ EST ACTUELLEMENT TRÈS FORTE, SURTOUT SI ELLES DEVAIENT BAISSER ENCORE, EST LE MEILLEUR MOYEN DE PROTÉGER LES ACHATS D’ACTIONS US CONTRE LADITE BAISSE ET SURTOUT DE RÉALISER DES GAINS EN ATTENDANT QU’ELLES SE STABILISENT.

Voici son analyse :

Pourquoi avons-nous acheté le pétrole, le cuivre et l’argent-métal mais pas l’or ?

D’abord, parce que le pétrole, le cuivre et l’argent-métal ont une utilité économique que n’a pas l’or. Ensuite, parce que l’or est très sur-évalué par rapport aux trois autres. Enfin, parce que l’or est susceptible de faire l’objet de ventes massives (en particulier des banques centrales des Etats les plus endettés dont les monnaies chutent) alors qu’elles ont déjà eu lieu pour les trois autres. En outre, parce que l’or est un métal monétaire « ultra politique », pas vraiment une matière première, que la Federal Reserve US et les autres banques centrales occidentales n’ont de cesse de marginaliser et de manipuler à la baisse avec l’aide des bullion banks via les marchés à terme de l’or papier (pour éviter tout retour à l’étalon-or), dont les paramètres de l’offre et de la demande ne permettent pas de prévoir les mouvements de prix, lesquels sont principalement fonction des fluctuations du dollar US, la monnaie monopolistique mondiale, et accessoirement de la tendance des marchés d’actions US (l’or ayant tendance à baisser quand le dollar US et, généralement mais pas toujours, quand les actions US montent). Sans compter qu’en déflation, comme actuellement, l’or qui coute à détenir mais ne rapporte pas de revenu fixe a tendance à baisser.

Surévaluation extrême injustifiée de l’or par rapport au pétrole, à l’argent-métal et au cuivre…

ratio gold crude oil

ratio gold silver

ratio gold copper

Rambus est haussier sur l’argent-métal

https://i2.wp.com/rambus1.com/wp-content/uploads/2016/02/A-SILVER-BASE.png

Kimble souligne l’imminence d’une cassure majeure sur l’argent-métal:

 

silverresistance-test-feb-3

L’AGQ que nous avons acheté (et encore renforcé ce jour à l’ouverture -qui constitue maintenant près du quart de nos portefeuilles-) pourrait remonter vers 43 minimum soit au moins 30% de hausse… Il est déjà monté de +11,26% cette semaine (dont +2,32% ce jour). On peut aussi acheter l’USLV.

agq new

Nous restons encore prudents c’est-à-dire sans position sur l’or: Et si la Chine et autres Etats dont les réserves de change risquent de s’épuiser bientôt vendaient leur or?

Important:

http://www.marketwatch.com/story/socgen-claims-china-is-only-months-away-from-burning-through-its-currency-reserves-2016-02-04?dist=lbeforebell

——————————————-

http://www.zerohedge.com/news/2016-02-04/kyle-bass-asks-if-china-fine-why-are-they-worried-about-some-hedge-fund-manager-texa

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-02-04/gold-close-above-its-200-day-average-may-signal-decline-chart

http://www.marketwatch.com/story/something-broke-in-china-in-2016-2016-02-03

Faudra-t-il organiser à l’échelle internationale le sauvetage du yuan en perdition alors que les prévisionnistes bouffons (Jim Rickards, Gerald Celente et autre Bill Fleckenstein par exemple) nous expliquaient récemment qu’il était en passe de détrôner le dollar US?

http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/021661935304-un-plaza-bis-pour-eviter-le-krach-du-yuan-1196457.php?ref=yfp#

Dans un autre ordre d’idées, pourquoi avons nous acheté principalement les actions US et non pas les actions européennes ? Parce que les premières (reflétant le potentiel de croissance des USA, la principale puissance économique mondiale, en croissance supérieure à presque tous les autres pays) sont en train de remonter comparativement aux secondes (engluées dans le chaos politico-monétaro-économique de l’Union européenne). Phénomène qui pourrait s’accélerer surtout si le dollar US s’affaiblissait à nouveau contre les monnaies européennes, par suite de l’éloignement d’une nouvelle hausse du taux directeur de la Federal Reserve et des interventions des banques centrales pour freiner la hausse du billet vert.

ratio actions us actions européennes

La possibilité de correction sensible du dollar US à la baisse est, toutefois, pour le moment assez faible, en raison des assez bons chiffres de l’emploi US comme des avertissements de la BCE qu’elle est prête à relâcher plus encore sa politique monétaire, son économie ne repartant toujours pas:

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-02-05/dollar-advances-as-hourly-earnings-growth-exceeds-forecast

http://www.bloomberg.com/news/videos/2016-02-05/a-strong-yen-is-unacceptable-here-s-why

http://www.marketwatch.com/story/ecbs-jazbec-will-act-in-march-if-necessary-2016-02-05?dist=beforebell

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-02-05/europe-s-economic-outlook-darkens-sends-shudder-through-markets

La submersion migratoire de l’Europe organisée par Merkel et les autres principaux dirigeants européens pour complaire au patronat contre la volonté des peuples est en train de couler l’Union européenne…

http://www.marketwatch.com/story/europes-welfare-states-wake-up-to-the-danger-of-immigration-2016-01-27

http://www.newsmax.com/Finance/HansParisis/economy-invest-fed-europe/2016/02/05/id/712846/

https://fr.news.yahoo.com/des-djihadistes-se-trouveraient-parmi-les-migrants-en-071514881.html

http://www.zerohedge.com/news/2016-02-04/sweden-death-immigration

———————————————

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/02/03/brexit-la-presse-populaire-britannique-assene-une-volee-de-bois-vert-a-david-cameron_4858530_3214.html#xtor=AL-32280515

https://fr.news.yahoo.com/le-nombre-partisans-du-brexit-en-grande-bretagne-075330404.html

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/le-bras-de-fer-entre-bruxelles-et-le-portugal-commence-548005.html#xtor=AL-13

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/espagne-les-dessous-du-miracle-de-l-emploi-547626.html

http://www.marketwatch.com/story/european-stocks-strengthen-on-dollars-pullback-2016-02-04

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-02-04/who-s-winning-the-global-currency-war-not-the-ecb

Avant dernier commentaire de Clive Maund: Il confirme sa recommandation d’achat du secteur biotech US et sa vision haussière des actions US en général, du S&P500 en particulier.

Scan0016

Le S&P500 (comme les autres indices US) reste haussier tant qu’il ne casse pas 1870 (SUPPORT TRÈS FORT) nettement à la baisse (auquel cas nous réduirions nos positions longues en actions US de 33% -un tiers-), mais il ne parvient actuellement pas à reprendre sa hausse, les intervenants étant trop divisés sur sa tendance en raison de l’incertitude que la Federal Reserve US maintient sur sa politique monétaire:

spx ce jour

Le DJIA reste haussier:

indu pl

Quant aux actions des sociétés minières, selon Rambus, elles pourraient remonter… (Double bottom sur le HUI):

bb-hui-double-bottom

Le cuivre a touché son plus bas et commencé son retournement à la hausse:

copper pierre

Idem pour le pétrole brut:

crude oil pierre

EN CONCLUSION: L’ACHAT D’ACTIFS RÉELS (COMME L’ARGENT-MÉTAL) CONSTITUANT UN BON ARBITRAGE CONTRE LES ACTIONS US, DONT LA VOLATILITÉ EST ACTUELLEMENT TRÈS FORTE, SURTOUT SI ELLES DEVAIENT BAISSER ENCORE, EST LE MEILLEUR MOYEN DE PROTÉGER LES ACHATS D’ACTIONS US CONTRE LADITE BAISSE ET SURTOUT DE RÉALISER DES GAINS EN ATTENDANT QU’ELLES SE STABILISENT. A notre avis, il est actuellement essentiel de rester protégé comme l’a montré la journée d’aujourd’hui: -1,85% sur le S&P500 mais +2,32% sur l’AGQ.

Dernier commentaire de ce jour de Clive Maund sur l’argent-métal:

Scan0017

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

Avertissement: Les informations, analyses, commentaires et prévisions contenus dans ce site internet public n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs, ni celle des entreprises, banques et institutions pour lesquelles ils travaillent directement et/ou avec lesquelles ils collaborent indirectement (ou bien l’ont fait par le passé), n’ont aucun caractère de certitude, sont prodigués à titre gratuit et ne constituent pas de sollicitations pour placer des fonds. Pas plus que la justesse de certaines de leurs prévisions données dans le passé ne saurait permettre d’en conclure que celles qu’ils élaborent aujourd’hui (ou qu’ils feront plus tard) ont une chance de se réaliser.

 
2 Commentaires

Publié par le 18 février 2016 dans économie, général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , ,

Vous aimez l’argent (métal) ? Ceci devrait vous réjouir

C’est la revue de presse de ce Vendredi . Hier en manipulant la mise en page ça a buggé (une journée perdue pour rien) et actuellement ça c’est remis mais ça rame encore un peu  . On va faire avec .

Voici un Article de SRSroccoReport.com, publié le 20 janvier 2016 :

« Alors que les marchés actions mondiaux continuent de chuter, la demande pour les métaux précieux ne pourra qu’augmenter. La US Mint a déjà dû rationner ses pièces d’argent Silver Eagle à cause d’une pénurie de flans (pièces vierges). En moins d’une semaine, elle a écoulé près de cinq millions de pièces d’argent d’une once.

Si les ventes de Silver Eagle sont habituellement très élevées en janvier par rapport au reste de l’année, ce mois-ci a particulièrement démarré sur les chapeaux de roue. Les grossistes officiels ont déjà acheté l’intégralité des quotas de la semaine dernière, quatre millions d’onces et ont déjà pris livraison de 95 % du million d’onces réservé pour cette semaine. Il ne reste plus que 50.000 Silver Eagle disponibles jusqu’à dimanche (en date du mercredi).

Alors que je rédige ces lignes, le Hang Seng (Hong Kong) est en baisse de 701 points et le Nikkei de 518. Je pense que les marchés américains ouvriront largement dans le rouge à moins que les magiciens de la Fed et du Trésor décident de sortir un lapin de leur chapeau.

Quoi qu’il en soit, les investisseurs sont de plus en plus nerveux à propos de marchés tellement en dehors des réalités. Sans comprendre vraiment ce qui se passait, de nombreux investisseurs ont embarqué dans ce train se dirigeant vers les sommets et se sont laissés porter mais maintenant que les marchés américains et mondiaux sont en chute libre, la situation pourrait rapidement dégénérer en 2016.

Oubliez le cours de l’argent papier, concentrez-vous sur les évolutions de ces 20 dernières années

Tandis que de nombreux investisseurs des métaux précieux ont des maux de ventre à force de voir les cours de l’or et de l’argent baisser, la demande pour les métaux précieux ne cesse de grimper surtout pour l’argent. Pour se faire une idée de la demande d’argent d’investissement, observons le graphique suivant :

argent Silver Eagle ventes 1996 et 2016

source et suite

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 janvier 2016 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Zoom sur les fondemantaux de l’argent métal comme outil pour conserver la valeur de son patrimoine

pièces d'or et d'argent

Le marché de l’argent a connu des changements importants et les investisseurs en métaux précieux doivent en être conscients. Malheureusement, nous sommes confrontés à une pénurie d’informations et de données pour fournir aux investisseurs les éléments clefs importants pour l’avenir. Pour comprendre les dynamiques des prix de l’argent, les investisseurs devraient scruter les trois graphiques ci-dessous.

Pour certains analystes, le prix de l’énergie sera la force motrice qui va pousser la valeur de l’or et de l’argent à des niveaux sensiblement plus élevés.

De nombreuses personnes se disent que la baisse du prix du pétrole garantirait des prix des métaux précieux bas pour un certain temps. Bien que cela semble logique à première vue, des experts estiment que c’est le contraire.

Avant d’entrer dans les explications d’un futur bond de la valeur de l’argent, regardons le prix de l’argent vs celui du baril de brut.

Le prix de l’argent vs le prix du baril de pétrole 

Le prix de l’argent a évolué en parallèle avec le prix du baril de pétrole depuis près de 100 ans. Voici un tableau montrant l’évolution du prix du pétrole et de l’argent depuis l’an 2000 :

Silver-vs-Oil-Price-2000-2015

Comme nous pouvons le constater dans le graphique, à mesure que le prix du pétrole s’est déplacé vers le haut, le prix de l’argent a fait de même. Certains analystes techniques pourraient voir cela comme une simple coïncidence. Mais ce n’est pas le cas. L’énergie est le facteur clef qui pousse la valeur de la plupart des actifs.

Maintenant, l’élément important à voir dans ce premier graphique est la relation entre le prix de l’argent et le prix du pétrole aujourd’hui – par rapport à ce qu’il était lorsqu’il s’échangeait la dernière fois à ce niveau. Pour ce faire, remontons jusqu’en 2004, quand le baril de Brent se négociait à des prix comme aujourd’hui.

Le prix actuel du Brent est de 39,65 $ et le prix de l’argent est de 14,11 $. Toutefois, lorsque le prix du Brent était de 38,26 $ en 2004, le prix de l’argent atteignait moins de la moitié, à 6,67 $. Cela peut donner aux investisseurs un sentiment désagréable – car cette relation passée présagerait d’un prix de l’argent beaucoup plus faible.

Pas d’inquiétude, les fondamentaux montrent que la structure actuelle du marché de l’argent est très différente de ce qu’elle était il y a à peine une décennie.

Mines d’argent : les rendements et les coûts prennent des directions opposées 

Beaucoup de personnes craignent que la baisse des prix du pétrole va se traduire par des prix de l’argent beaucoup plus faibles. Bien que cela s’apparente à du bon sens, plusieurs éléments révèlent une image bien différente.

Un aspect du marché de l’argent, qui n’a pas discuté en détail par le petit monde des investisseurs en métaux précieux, est l’énorme baisse des rendements moyens de l’industrie minière de l’argent. Peu de graphiques montrant la baisse des rendements moyens des plus grands producteurs d’argent sont publiés :

Top-7-Silver-Companies-2015-YTD-Average-Yield

De 2005 à 2013, le rendement moyen des six plus grandes compagnies argentifères – dont une mine d’argent primaire – a chuté de 13 onces par tonne (oz / t) à 7,6 oz / t. Cela représente une baisse de 42% du rendement moyen en seulement huit ans. Cependant, cette tendance à la baisse s’est inversée en 2014, au moment ou Tahoe Resources a exploité sa mine à très forte teneur en minerai d’Escobal au Guatemala. En 2014, la mine d’Escobal de Tahoe Resources a affiché un stupéfiant rendement moyen de 16 oz / t.

Ce qui est le plus surprenant, c’est qu’en intégrant cette mine de super haute qualité d’Escobal dans la production totale de Tahoe Resources, cela n’a fait grimper le rendement moyen du groupe qu’à 7,8 oz / t. En outre, si l’on regarde les données pour l’année 2015 jusqu’au dernier exercice (du T1 au T3), le rendement moyen poursuit sa baisse une fois de plus. Une des raisons qui explique pourquoi le rendement moyen de Tahoe Resources a diminué à 7,4 oz / t cette année, tient au fait que le rendement moyen de la mine d’Escobal a lourdement chuté. Il est tombé de 16 oz / t en 2014 à 13 oz / t pour les trois premiers trimestres de 2015.

Certains analystes expliquent que les mineurs primaires d’argent se sont concentrés sur l’exploitation des portions de gisements (connu sous le terme de high-gradingdans le jargon minier) à haute teneur en minerai afin de rester rentables. Même si cela est peut-être vrai pour plusieurs mines dans certaines compagnies, ce n’est pas la tendance observée pour l’industrie primaire de l’argent dans son ensemble. Si tel était le cas, nous aurions constaté une augmentation du rendement moyen en 2015 – et non pas un déclin.

Les investisseurs doivent se rendre compte que l’industrie primaire de l’argent est en train de presque doubler la quantité de minerai traité pour produire la même quantité – ou même moins d’argent – qu’elle ne le faisait il y a une décennie. Les chiffres sont sans appel :

           Top 7 des mineurs d’argent et le total de minerai traité

           2005 = 9 444 000 tonnes

           2014 = 17 776 millions de tonnes

Alors que la quantité de minerai ne fait pas tout à fait le double, elle en est en tout cas proche. Cette énorme augmentation de la quantité de minerai traité a un profond impact sur le coût de production. Pour avoir une meilleure idée de la façon dont cela impacte profondément l’industrie minière d’argent, regardons un des plus grands producteurs d’argent dans le monde.

Pan American Silver : une hausse des coûts flagrante 

Si nous regardons l’une des plus grandes compagnies minières d’argent dans le monde, nous pouvons voir à quel point les coûts sont beaucoup plus élevés aujourd’hui par rapport à il y a une décennie. Ce graphique montre le prix moyen annuel que Pan American Silver a obtenu pour l’argent (ligne blanche), le seuil de rentabilité estimé (zone bleu clair) et le revenu en argent estimé par once (vert ou rouge). Bien entendu, la couleur verte indique un profit tandis que le rouge représente une perte :

Pan-American-Silver-Estimated-Breakeven

Cette année, le prix de l’argent que Pan American Silver a obtenu était proche du prix moyen du marché (Petite précision : il y a quelques années, le prix réalisé ne figurait pas dans les rapports annuels, dans ces cas c’est le prix moyen du marché qui est utilisé). Selon les calculs de rentabilité estimée, Pan American a perdu environ 10 cents par once en 2004, puis elle est passée dans le vert dans les années 2007-2012, avant de retomber dans le rouge lors des trois dernières années.

En 2011, le bénéfice estimé par once pour Pan American Silver a culminé à 9,02 $. Maintenant, ce qui est intéressant à propos de ce graphique, c’est le ratio des coûts et des prix de marché depuis 2004.

Pan American Silver a perdu 10 cents par once en 2004, lorsque le prix moyen du marché pour l’argent était de 6,67 $. Ainsi, Pan American Silver avait besoin de 6,77 $ pour atteindre son seuil de rentabilité. Cela correspond à l’année où le prix du baril de Brent était de 38 $. Maintenant, si nous regardons les résultats de Pan American Silver pour les neuf premiers mois de 2015, la compagnie a perçu en moyenne 15,85 $ pour son argent, mais elle a perdu 97 cents pour chaque once produite.

En d’autres termes, Pan American Silver aurait du percevoir 16,82 $ au cours des neuf premiers mois de 2015 pour atteindre son seuil de rentabilité. Précisions : ce sont des estimations de seuils de rentabilité (prix critiques) basés sur des revenus ajustés. Par exemple, Pan American Silver a annoncé un bénéfice net de 19 millions de $ en 2004, mais cela était dû à la vente d’une propriété (un actif) d’un montant de 23,7 millions $. Cette recette dans le bénéfice net de cette année ne correspond donc pas au résultat de l’exploitation minière d’argent, mais à la vente d’un bien foncier.

C’est la raison pour laquelle l’approche du revenu ajusté pour déterminer un coût plus réaliste est utilisée ici.

Même si Pan American Silver a pu abaisser son seuil de rentabilité par de très gros efforts de baisse des coûts,  et grâce à des prix de l’énergie au plus bas, nous pouvons voir que le mineur d’argent a encore perdu 97 cents  par once au prix réalisé de 15,85 $ en 2015 – à comparer à la perte de 10 cents par once en 2004, lorsque le prix de l’argent sur le marché était de 6,67 $.

           Les seuils de rentabilité estimés de Pan American Silver : 

           2004 = 6,77 $

           2015 = 16,82 $

Maintenant, si le prix du pétrole continue de baisser, l’industrie minière de l’argent pourrait connaitre des baisses supplémentaires dans son coût global pour produire le métal. Cela étant dit, les analystes ne tablent pas sur une énorme baisse des coûts globaux pour l’industrie minière. Cela est dû à une inflation généralement plus élevés, conjuguée à la baisse des rendements. Les coûts sont beaucoup plus élevés aujourd’hui pour produire l’argent que ceux rencontrés il y a dix ans… et avec un pétrole au même prix.

S’il est vrai que Pan American Silver n’est qu’un exemple, la structure globale des coûts est grosso modo la même pour l’ensemble de cette industrie.  Ainsi, un prix du pétrole plus bas ne se traduira pas par un même prix de marché de l’argent correspondant, comme nous l’avons connu en 2004.

Le marché de l’argent et l’industrie minière connaissent des profonds changements. Et c’est seulement une question de temps avant que les investisseurs ne se rendent compte que l’argent est l’un des actifs le plus sous-évalué au monde.

Prix de l’argent (en tant que matière première) vs une réserve de valeur

Le point important que les investisseurs doivent comprendre à propos de l’argent, c’est la différence entre le « prix de la matière première » et la « réserve de valeur ». Actuellement, l’argent et l’or sont valorisés comme une marchandise. Cela est basé sur le coût de production, ainsi que les forces qui agissent sur l’offre et la demande. S’il en coûtait 500 $ à l’industrie pour produire de l’or, le prix actuel du marché serait beaucoup plus faible.

Cependant, le coût d’extraction de l’or est proche de son prix de marché. Il en est de même pour l’argent. Nous pouvons le voir dans le prix critique (seuil de rentabilité) de Pan American Silver. Bien sûr, l’offre et la demande jouent un rôle, mais ces forces sont manipulées artificiellement en raison du siphonage massif des fonds des investisseurs en produits financiers en papier au cours des dernières décennies.

Parce que le prix actuel pour produire de l’argent pour l’industrie minière est proche du prix actuel du marché, les investisseurs ne comprennent pas pourquoi les spécialistes des métaux précieux continuent à prétendre que l’argent est sévèrement sous-évalué.

Point important : L’argent n’est pas sous-évalué en raison de son coût de production, mais plutôt en raison des principes incompris de « réserve de valeur » par rapport à la plupart des actifs financiers en papier.

A mesure que la grande chaîne de Ponzi financière mondiale se désagrège, entrainé par les États-Unis et l’effondrement de la production pétrolière planétaire, les investisseurs vont se déplacer vers des actifs tangibles, comme l’or et l’argent, afin de protéger leur richesse. Nous assistons déjà aux prémices de ce phénomène.

Les investisseurs ont gardé leurs fonds dans des comptes bancaires dans le but d’engranger des intérêts. Cependant, comme les taux d’intérêt ont chuté à zéro et seront bientôt en négatifs, il n’existe plus de motivation chez les investisseurs à conserver des fonds dans ces comptes. D’ailleurs, l’idée que l’or et l’argent ne rapportent rien – ou peu – ne va plus être un sujet de préoccupation pour les personnes riches qui veulent juste protéger leur patrimoine des bail-ins.

En outre, nous voyons de plus en plus d’entreprises réduire – voire supprimer totalement – leurs paiements de dividendes d’actions. Les investisseurs qui ont pu être inquiets au sujet des valorisations boursières, ont gardé des actions parce qu’ils continuaient à percevoir des dividendes. Qu’adviendra-t-il lorsque la majorité des dividendes des actions se seront totalement évaporés ?

Le monde rentre dans une phase terminale pour laquelle il n’est pas préparé. A l’avenir, il y aura très peu d’actifs pour protéger la richesse. Mais l’or et d’argent se trouvent être des réserves de valeur éprouvées depuis plus de 2 000 ans.

source

Please add a description for the image.

Sur le plan technique, le cours du métal jaune se maintient à l’intérieur d’un canal descendant et se replie sur la partie supérieure de celui-ci. Le risque baissier reste donc présent, malgré un solide support à 1 068$, et les prochaines cibles à 1 058$ puis 1 046$ sont ainsi envisageables.

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 décembre 2015 dans économie, général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :