RSS

Archives de Tag: l’année

2017 sera-t-elle l’année du prochain krach boursier ?

Résultat de recherche d'images pour "price earning – 1929, 1999, 2007"

Nous avons vu les questions du Brexit, et que les technologies de rupture fleurissaient. Voyons maintenant du côté des banques centrales et des politiques monétaires.

Les marchés boursiers ne vont probablement pas s’effondrer en 2017. Il y a une raison extrêmement simple pour cela. Les banques centrales et les gouvernements ne le permettront pas. Ensemble, ils ont le pouvoir de soutenir les indices boursiers indéfiniment.

Le gouvernement dicte les règles. La Banque centrale dispose d’un pouvoir de création monétaire infini. S’ils décident que le marché boursier est trop important pour le laisser s’effondrer, alors ils y parviendront.

Cela vous paraît absurde ? La Fed cherche ouvertement à gonfler la valorisation des actions américaines dans l’espoir de créer un « effet richesse » qui incitera les ménages à dépenser davantage. La Banque centrale du Japon quant à elle est devenue l’actionnaire majoritaire d’environ 55 grandes entreprises nippones. Elle possède autour de 60% des parts des ETFs cotés sur la bourse japonaise.

Le gouvernement américain a mis en place une « équipe anti-krach » qui est chargée de maintenir la stabilité des marchés. Et l’Union européenne envisage de demander à la BCE de financer la mise en place d’une structure de défaisance qui achèterait pour mille milliards d’euros de créances douteuses. Nous allons revenir sur ce sujet dans quelques instants.

Si les gouvernements et les banques centrales échouent à maintenir à flot le marché boursier, les fonds de pension imploseront, l’économie rentrera en récession, les déficits publics deviendront encore plus insoutenables et le chômage explosera. Ils ne peuvent tout simplement pas se le permettre.

Cependant, il existe aussi des raisons de s’inquiéter à propos du marché boursier…

L’épouvantail du CAPE est de retour

Robert Shiller, le célèbre prix Nobel d’économie et spécialiste des marchés financiers, n’est pas exactement du genre à vous donner un avertissement clair. Mais le ratio qu’il a conçu, le CAPE, est presque à 30 en ce qui concerne les actions américaines. Un tel niveau n’a été atteint qu’à trois occasions dans l’histoire – 1929, 1999, 2007. Ai-je vraiment besoin de vous rappeler ce qui a suivi chacune de ces dates ?

Le CAPE mesure le ratio cours/bénéfices (PER), c’est-à-dire le prix que vous payez pour chaque dollar de bénéfice. Par exemple, une entreprise dont l’action cote 50 $ et dont le bénéfice annuel par action est de 10 $ affichera un PER de 5. Les propriétaires de petites entreprises valorisent généralement leur entreprise à environ 5 fois les bénéfices annuels. Avec un CAPE de 25, cela signifie que les investisseurs payent en moyenne 25 $ chaque dollar de bénéfice. C’est extrêmement cher.

Le ratio CAPE du FTSE 100 est encore plus élevé, il atteint plus du double de sa moyenne historique, qui s’établit à 15. Si les profits n’augmentent pas fortement, le prix des actions va plonger.

Garder un oeil sur le ratio CAPE peut également vous permettre d’identifier à quel moment acheter, quand les actions sont peu chères comparativement à leurs bénéfices.

La politique monétaire américaine devient moins accommodante

De la même façon que les banques centrales peuvent pousser à la hausse le cours des actions, elles peuvent aussi les envoyer au tapis. Comme le révèlent les minutes de la Fed publiées au mois de mars, les membres du conseil des gouverneurs envisagent à présent de commencer à réduire le bilan de la Banque centrale.

Cela implique une réduction de la masse monétaire en circulation dans l’économie. Ceci peut vous sembler un peu abstrait, donc voyons quel serait l’effet pour vous.

Ce graphique montre l’indice S&P 500 en orange et la taille du bilan de la Fed en bleu.

Comme vous pouvez le constater, les deux courbes sont étroitement corrélées depuis 2008.

L’histoire est la suivante. Au plus fort de la crise financière de 2008, la Fed a injecté des liquidités dans le système financier afin de l’empêcher de s’effondrer. Ces injections ont dopé le marché boursier… pendant quelque temps.

Depuis, chaque fois que la timide reprise économique semble s’affaiblir et que les actions se stabilisent ou commencent à repartir à la baisse, la Fed recommence à injecter davantage de liquidités dans le système.

Finalement, la Fed a abandonné l’idée de garantir la stabilité de la masse monétaire et a décidé de l’augmenter de façon régulière. Les actions sont alors reparties à la hausse.

C’est exactement ainsi qu’un drogué se comporte. Dans un premier temps, il se drogue pour se sentir bien, ensuite il se drogue pour éviter de se sentir mal, enfin, il a besoin d’une dose régulière simplement pour se maintenir à flot.

Que pensez-vous qu’il va arriver si jamais le dealer de drogue monétaire qu’est la Fed décide de réduire la dose, ce dont débattent actuellement les membres du conseil des gouverneurs ? Si jamais cela se produit, les actions pourraient s’effondrer tel un toxicomane en manque de drogue.

Le secteur financier Européen est au bord de l’explosion

La crise de la dette Européenne de 2012 n’est pas terminée. L’endettement des banques et des gouvernements n’est pas sur une trajectoire soutenable. A un moment ou à un autre, le problème va surgir de nouveau.

Les banques européennes ont plus de mille milliards de créances douteuses. 5,4% des créances en Europe rentrent dans cette catégorie, contre 1,7% aux Etats-Unis et 1,6% au Japon en 2015. Ce taux varie en Europe dans une fourchette entre 1% et 47% selon les pays

L’Italie est l’un des pays qui vient en premier sur la liste des déclencheurs potentiels de la prochaine crise financière Européenne. Tim Price, analyste pour la London Investment Alert, s’est intéressé à un problème connu sous le nom du « Sofferenze ». Voici comment Tim explique cette situation dans un article publié récemment au sujet de l’avenir incertain du projet Européen :

« ‘Le Sofferenze’ est le nom que donnent les Italiens au problème des créances douteuses détenues par leurs banques. On peut le traduire par ‘la souffrance’. Ces créances douteuses représentent maintenant des sommes tellement importantes qu’elles anéantissent tout espoir de redressement du secteur bancaire.

La source du problème réside dans la faiblesse de l’économie, le PIB reste encore 8% en dessous de ce qu’il était avant la crise de 2008.

Le graphique ci-dessous révèle l’ampleur du problème. ‘Le Sofferenze’ représente 18% de l’ensemble des crédits.

Pour mettre ces données en perspective, les créances douteuses en grande Bretagne représentent moins de 1,5% du volume total de crédits. La moyenne mondiale est de 4,3%.

Et le problème ne fait qu’empirer : au cours des 5 dernières années, le montant des créances douteuses a augmenté de 85%, pour atteindre un total de 360 milliards d’euros.

Vous avez bien lu : les banques Italiennes ont connu uniquement sur les 5 dernières années une augmentation de 85% du volume total de créances douteuses qu’elles doivent supporter dans leur bilan.

La récession de 2008 avait été déclenchée par l’accumulation de créances douteuses dans le secteur immobilier américain. Mais en 2008 ces créances ne représentaient que 5% du total des crédits accordés aux Etats-Unis. En Italie, elles ont atteint un niveau trois fois plus important.

Alors imaginez le chaos économique et les troubles sociaux qui pourraient survenir à nouveau, peut-être même à un niveau encore plus alarmant que durant la dernière crise. »

Les Banques Italiennes sont suffisamment massives pour déclencher une crise qui ferait passer la crise Grecque — qui menace également de se ranimer — pour une partie de plaisir. L’UE aurait alors beaucoup de mal à sauver une économie de la taille de l’Italie.

Et ce ne sont pas uniquement les banques Italiennes qui posent problème. Les derniers tests de résistance ont révélé que plusieurs banques françaises et allemandes sont sous-capitalisées au regard des normes financières actuelles. Quand cela s’était produit avec Banco Popular, le cours de l’action avait dévissé de 25% en une matinée.

On dirait que les problèmes nous reviennent en pleine figure tel un boomerang.

Alors que va faire le marché boursier cette année ?

De toute évidence, je ne le sais pas. Mais je sais quels paramètres sont à surveiller. Quelles évolutions technologiques, quels indicateurs économiques, quels changements politiques et quelles décisions des banques centrales.

Et à présent, vous aussi.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Source: la-chronique-agora

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 10 mai 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

Les sénateurs McCain et Graham jurent d’écraser la Russie : « 2017 sera l’année de l’offensive contre Poutine »

Du coté US , la vengeance se prépare (cf article précédent) – Les sénateurs étatsuniens, John McCain et Lindsey Graham, ont voyagé sur la ligne de front de l’Ukraine à Shyrokyne pour proclamer à une équipe de première classe de fusiliers marins que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de battre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Le Daily Express rapporte que, VLADIMIR Poutine a été averti qu’il est voué à l’échec en Ukraine et que 2017 sera une année d’agression anti-russe.

 

Les sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham se sont rendus à la ligne de front de Shyrokyne en Ukraine pour proclamer devant un groupe de marines d’élite que « 2017 sera l’année de l’offensive » et ont juré de vaincre Poutine sur les champs de bataille de l’Europe de l’Est.

Si Poutine revendique la victoire en Ukraine alors il pourra continuer à envahir, annexer et conquérir d’autres parties du monde, a averti l’ancien candidat présidentiel républicain et prisonnier de guerre au Vietnam John McCain.

Le républicain Graham a également adressé un message accablant à M. Poutine, en disant:

 «J’admire le fait que vous allez vous battre pour votre patrie.

« Votre combat est notre combat – 2017 sera l’année de l’offensive.

« Nous allons revenir à Washington et nous allons maintenir le cap contre la Russie. Assez de cette agression russe.

«Il est temps pour eux de payer un lourd tribu. Notre combat n’est pas avec le peuple russe, mais avec Poutine.

« Notre promesse est de soutenir votre cause à Washington, informer le peuple américain de votre bravoure et de soutenir votre engagement contre Poutine dans le monde. »

M. McCain a ajouté: «Je crois que vous allez gagner. Je suis convaincu que vous allez gagner et nous ferons tout notre possible pour vous fournir ce dont vous avez besoin pour gagner.

«Nous avons réussi pas à cause de l’équipement, mais à cause de votre courage.

« Le monde regarde et nous ne pouvons pas permettre à Vladimir Poutine de réussir ici car s’il réussit ici, il réussira dans d’autres pays. »

[…]
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2017 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Les marchés financiers s’effondrent dans le monde entier alors que nous débutons l’année 2016

Afficher l'image d'origine

Le premier jour de cotation pour l’année 2016 a été synonyme de chaos et de panique. Ca a commencé en Asie, où le Nikkei a reculé de 582 points, puis Hong Kong qui a baissé de 587 points, et enfin les marchés chinois ont connu une fermeture d’urgence après que l’indice de la bourse de Shenzhen composé de 300 des principales capitalisations boursières du pays (CSI300) ait chuté de 7 %. Lorsque les marchés européens ont ouvert, le cauchemar s’est poursuivi. Le DAX a baissé de 459 points, et les indices européens ont vécu globalement le pire début d’année de leur histoire. Aux États-Unis aussi, il semblait que nous étions en bonne voie pour vivre une journée véritablement historique. Le Dow Jones Industrial Average avait chuté de 467 points à un moment donné, mais de mystérieux achats en fin de journée ont permis à l’indice de réduire sa chute de 276 points à la clôture des marchés.

Les soudaines turbulences du marché en ont pris plus d’un par surprise mais cela n’aurait pas du être le cas. La vérité est que toute une série d’indicateurs avancés nous avaient parfaitement indiqué ce qui allait se produire. La crise financière mondiale qui a débuté en 2015s’accélère maintenant, et mes lecteurs réguliers savent déjà précisément à quoi s’attendre pour la suite.

La crise financière de ces dernières 24 heures fait les gros titres dans le monde entier. Elle a démarré la nuit dernière en Chine. Les très mauvais chiffres manufacturiers et une nouvelle dévaluation troublante du yuan ont fait chuter les actions chinoises à un niveau que nous n’avions pas vu depuis le mois d’août dernier. En fait, le carnage aurait probablement été bien pire si la Chine n’avait pas adopté sa nouvelle règle en cas de trop fortes fluctuations à savoir fermer les marchés… Une fois que le CSI 300 est en baisse de 7 %, les échanges sont suspendus pour le reste de la journée. Ce qui suit vient de RT France

Les Bourses de Shanghai et Shenzhen ont stoppé leurs échanges lundi après une chute de 7%, qui fait suite à une brève suspension de leurs activités.

L’effondrement de l’indice CSI300, qui agglomère les performances des 300 principales entreprises cotées sur les deux Bourses, a pour la première fois déclenché une suspension anticipée des échanges pour la journée.

Les échanges avaient déjà été interrompus une première fois pour 15 minutes lundi, après une chute de l’indice CSI300 de plus de 5%, sans pour autant réussir à empêcher la baisse des cours.
csi300Il s’agit d’une conséquence d’un nouveau règlement des autorités de régulation, en vigueur depuis lundi. En cas d’oscillation extrêmement rapide, si l’indice CSI300, dont les poids lourds incluent les géants pétroliers et bancaires du secteur étatique, perd ou gagne 7%, les échanges sont suspendus pour le reste de la séance afin d’éviter des “risques systémiques”, c’est-à-dire un effet de panique.

Après le premier arrêt de 15 minutes, la panique s’est répandue chez les traders chinois qui se sont précipités pour sortir de leurs positions, avant qu’une chute de 7 % ne déclenche une suspension de leurs activités. Ce mouvement s’est traduit par 7 minutes absolument chaotiques où les investisseurs essayaient de sortir à tout prix

china-stock-marketLes ordres de vente se sont entassés rapidement lundi chez le coutier Shenwan Hongyuan Group qui est la cinquième plus grande maison de courtage en chine.

L’indice chinois CSI 300 de la bourse de Shenzhen venait de chuter de 5 %, déclenchant un arrêt des négociations pendant 15 minutes, et les investisseurs en actions se sont alors précipités pour sortir avant de rester coincé par une suspension d’une journée qui prend effet dès 7% de chute. Lorsque la première suspension a été levée, la réaction du marché a été rapide: il a fallu juste sept minutes pour que la baisse atteigne sa limite fixée à 7 % et voir les volumes bondir à un pic journalier.

“Les investisseurs se sont précipités à sortir lors de la première étape du dispositif de protection tant ils étaient tracassés par un marché qui risquait de baisser encore plus”, a déclaré William Wong, le responsable de la négociation des ventes chez Shenwan Hongyuan Group à Hong Kong.

Le carnage financier s’est alors poursuivi une fois que les marchés européens ont ouvert. Les Marchés étaient rouges vif sur tout le continent, et les choses étaient particulièrement mauvaise en Allemagne. Le DAX était en baisse de 459 points, et il se rapprochait rapidement de la barre psychologique importante des 10.000 points. Globalement, ce fut le pire début d’année que les marchés européens n’aient jamais connu.

Lorsque les marchés américains avaient ouvert, de mauvais chiffres manufacturiers inattendus semblaient mettre de l’huile sur le feu. Lundi matin, nous avions appris que notre secteur manufacturier se contractait à un rythme que nous n’avions pas vu depuis la dernière récession…

chicagoL’activité dans le secteur manufacturier aux Etats-Unis a continué de se contracter en décembre et elle n’avait plus été aussi peu dynamique depuis juin 2009, selon l’étude mensuelle de l’Institute for Supply Management (ISM) publiée lundi.

L’indice ISM de l’activité manufacturière est tombé en décembre à 48,2 après 48,6 le mois précédent. Un panel de 80 économistes interrogés par Reuters attendaient l’indice à 49,0.

Cet indice témoigne d’une contraction de l’activité quand il est inférieur à 50.

L’indice a chuté sur six mois consécutifs.

La tendance progresse dans une direction qui devient alarmante selon Sam Bullard, chef economiste chez Wells Fargo.

C’est encore un autre signe qui nous montre que l’économie américaine est déjà entrée dans la prochaine récession.

Et que se passe t-il sur les marchés en période de récession ?

Ils chutent.

En plus des mauvais chiffres que nous avons obtenu des États-Unis et de la Chine, il y en avait un autre qui était extrêmement troublant.

Les exportations sud-coréennes ont toujours été considérées comme un indicateur clé pour l’ensemble de l’économie mondiale, et lundi, nous avons appris qu’elles étaient en baisse de 13,8% en Décembre par rapport à l’année précédente

maersk 2Un des indicateurs les plus fiables de l’économie mondiale continue de confirmer les craintes d’un ralentissement mondial.

Les exportations sud-coréennes ont chuté de 13,8% en Décembre par rapport à l’année précédente.

C’est une nouvelle détérioration qui fait suite à la baisse de 4,8% du mois de Novembre, et c’était bien pire que la baisse de 11,7% attendue par les économistes.

Les gens qui pensent que “rien ne se passe” ne sont pas disposés à l’admettre encore, mais la vérité est que le ralentissement économique mondial majeur se produit déjà.

Et ce qui arrive actuellement aux marchés financiers mondiaux colle parfaitement à la tendance long terme qui est apparue au cours des six derniers mois ou plus.

Dans les semaines et mois à venir, les choses vont encore s’aggraver. Il y aura toujours des jours où les marchés rebondiront, mais ne vous laissez par avoir en pensant que la crise est terminée. Dans le monde occidental, nous sommes tellement habitués aux nouvelles qui tombent 24H sur 24 que beaucoup d’entre nous semblent être incapables de se concentrer sur les tendances qui se développent sur des échelles de temps plus importantes.

Si je devais mettre en place un scénario pour une crise financière mondiale par le biais d’un manuel, ce que nous avons vu au cours des six derniers mois ou plus, serait parfait. Les événements se déroulent exactement comme prévu, et cela promet de gros problèmes pour le reste de l’année 2016.

Mais cela ne signifie pas que nous devons vivre dans l’angoisse. En réalité, je viens d’écrire un article complet intitulé “2016: Une année à vivre sans crainte”. C’est lors des pires moments que notre détermination est mise à l’épreuve. Certains traverserons l’année 2016 avec courage et détermination pendant que d’autres auront peur et paniqueront.

Etant donné que les choses commencent s’effondrer un peu partout cette année, comment allez-vous réagir?

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 janvier 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

L’année 2016 vue par Pierre Jovanovic

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 janvier 2016 dans général, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , ,

38 % des investisseurs pensent que la zone euro ne passera pas l’année !!

Selon ce dernier sondage, malgré le compromis adopté la semaine dernière entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro, un nombre croissant d'investisseurs s'attendent à ce que le pays quitte la zone euro dans les mois à venir.

© Fournis par La Tribune Selon ce dernier sondage, malgré le compromis adopté la semaine dernière entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro, un nombre croissant d’investisseurs s’attendent à ce que le pays quitte la zone euro dans…

Un indicateur fort … Sans oublier l’Italie , avec des élections  haut risque cet été  : les chances d’explosion en plein vol de la zone Euro avant fin 2015 sont assez sérieuses . Z .

Le nombre d’investisseurs estimant que la zone euro se désintègrera d’ici à un an n’avait plus été aussi élevé depuis début 2013. Par la rédaction d’Euractiv

L’index Sentix de désintégration de la zone euro pour février affiche son taux le plus haut depuis mars 2013 : 38 % des sondés estiment en effet que le bloc ne survivra pas à l’année à venir, contre 24,3 % en janvier.

Le record de l’index Sentix, 73 %, a été atteint en juillet 2012. Le taux le plus bas jamais enregistré était 7,6 %, en juillet 2014. Le dernier sondage a été mené du 26 au 28 février, auprès de 980 investisseurs privés ou institutionnels.

Selon ce dernier sondage, malgré le compromis adopté la semaine dernière entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro, un nombre croissant d’investisseurs s’attendent à ce que le pays quitte la zone euro dans les mois à venir. La probabilité d’une sortie de l’euro de Chypre a également nettement augmenté dans le sondage. Enfin, la confiance des investisseurs vis-à-vis du Portugal et de l’Espagne s’érode.

Le taux de probabilité de sortie de l’euro de la Grèce passe ainsi de 22,5 % en janvier à 37,1 % dans le sondage national. À l’évidence, le nouveau programme d’aide ne convainc pas et le « Grexit » devrait rester au centre des discussions des investisseurs dans les mois à venir.

Pour Chypre, le sondage enregistre une hausse moins spectaculaire, puisqu’il passe de 6,4 % à 10,5 % (taux le plus haut depuis septembre 2013). Il est également intéressant de noter que ce taux augmente pour le Portugal (2,5 %, le plus haut depuis décembre 2013) et l’Espagne (2,1 % taux le plus haut depuis mars 2013).

Dans ces deux pays, des élections législatives se dérouleront à la fin de l’année. Ces élections pourraient, comme en Grèce, faire accéder au pouvoir des partis anti-austérité, souligne le site de Sentix.

EurActiv.com (traduit de l’anglais)

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 mars 2015 dans économie, général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

Myret Zaki : 2014 ne sera pas « l’année du dollar » / Peut-on encore devenir riche ? (rappel)

 

Un petit rappel de l’analyse de Myret Zaki : tout y est !

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 juillet 2014 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , , ,

L’US MINT a vendu un record de SILVER EAGLES en une semaine, et depuis le début de l’année ! (+ sur la crocodile saltwater 2014 )

Ci dessus le ratio de vente or argent à l’us mint : on ne mine que 10 fois plus d’argent que d’or, mais on en vend 50 fois plus actuellement (de mémoire), et 18 fois plus en moyenne depuis les 60’s !

 

L’us Mint vient de vendre prés de 2 millions de ASE en une semaine, et déja pas moins de 20 millions depuis le début de l’année ! C’est énorme comme le montre le graphique ci dessous : 

Silver Eagles 51314 pm

Et on a le rapport du silver institute qui est enfin sorti, et qui est ahurissant ! On va y revenir 

GFMS Industrial Applications

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

L’US Mint vient de publier les chiffres de ses ventes sur les Silver Eagles et c’est impressionnant.

Depuis le début de la semaine dernière, l’US Mint a vendu 1 939 500 millions de Silver Eagles et le total pour le mois de mai atteint 3 262 000 oz.

Les graphiques nous montrent que les ventes de mai vont dépasser très prochainement les ventes du mois d’avril alors qu’on n’est même pas à la moitié du mois.

Si cette tendance continue, alors les ventes pourraient dépasser celles de Mars qui avaient atteint 5 354 000 oz.

Les chiffres publiés à la base étaient légèrement incorrects, car on pensait que l’US Mint avait vendu 1,8 millions de Silver Eagles pendant la dernière semaine incluant le lundi, mais on nous a confirmé que le total prévu pour mai était de 18,7 millions et non 19,7 millions comme certains l’ont pensé.

Quoi qu’il en soit, ces ventes sont gigantesques quand on les compare aux Gold Eagles. En effet, L’US Mint a vendu plus de Silver Eagles en une semaine que le nombre de Gold Eagles pour 2012, 2013 et 2014 (un total de 1 808 000 oz). 753 000 oz de Gold Eagles en 2012, 856 500 oz en 2013 et 198 500 pour le moment en 2014.

VOUS CROYEZ EN LA NUMÉROLOGIE ?

Ces chiffres sont intéressants, mais on peut voir une coïncidence très étrange. En effet, on vient de dire qu’il y a eu 1 808 000 Gold Eagles qui se sont vendus depuis les 3 dernières années et il y a eu exactement 1 808 0000 Silver Eagles qui se sont vendu la semaine dernière !

LA POPULARITÉ DES SILVERS EAGLES : UNE TENDANCE POUR DES CHANGEMENTS MAJEURS DANS LE FUTUR

Les ventes des pièces ont atteint 136 millions d’onces selon les données du CPM Group’s 2014 Silver Yearbook. Cela représente seulement 17 % de la production minière, mais cela représente le triple comparé au 39,7 millions de pièces qui se sont vendus en 2003.

La raison pour laquelle les gens achètent des pièces d’argent est que c’est beaucoup moins cher et que ce métal est plus stable. Et on doit se souvenir que seule une fraction des américains achètent des pièces en argent.

On peut penser que l’augmentation du pétrole peut influencer sur la demande du métal argent dans le secteur industriel, mais ce n’est pas le cas.

Le GFMS avait prévu en 2011 qu’il y aurait une demande de 600 millions d’onces sur l’argent en 2013 et les chiffres réels nous montrent que le secteur industriel a consommé seulement 473 millions d’OZ en 2013, soit 125 millions de moins que les prévisions de 2011.

Et on doute que la demande augmente brusquement à l’horizon 2020, mais alors pourquoi une telle popularité pour les pièces en argent ? Et bien, les principales tendances viennent des investisseurs qui se jettent sur les métaux précieux à cause des problèmes continus aux USA et sur les marchés financiers traditionnels.

De plus, on ne voit que les prémices de la demande sur le métal argent. On vous conseille de vous tenir prêt lorsque la population américaine comprendra que le dollar n’a plus aucune valeur et que c’est juste un immense entrepôt de dettes.

http://srsroccoreport.com/ / 47 carats

 Et en parlant de silver, http://www.acheter-or-argent.fr/ met en vente depuis peu ces superbes  crocodiles saltwater 2014 australiennes : 

1 oz 2014 saltwater crocodile

On vous parle régulièrement de leurs nouveautés, car ça reste le meilleur site de vente de métaux précieux en France, tant en qualité que dans le choix qu’ils proposent ..

et donc là, cette pièce est un superbe investissement en silver ! C’est en plus une pièce magnifique !

Elle mesure donc 45.1 mm de largeur, ce qui en fait une pièce très imposante ! Elle pèse 1 once troy d’argent pur, et la valeur faciale est de 1 dollar australien ; 

Son tirage est limité à 1 millions d’exemplaires … ce qui est lui donnera plus de valeur avec le temps ;

Le prix où la vend http://www.acheter-or-argent.fr/ est très intéressant pour une telle pièce : 18.79 e pour cette semi numismatique, au moment où j’écris, soit à peine plus d’un euro 50 de plus qu’une maple !

Et j’ai toujours conseillé d’avoir une bonne part de son investissement en silver  dans les semi numismatiques, quand on en trouve à ces prix , car elle prennent plus de valeur et de prime avec le temps que n’importe quelle autre pièces :

Vous avez la valeur du métal, intrinsèque, plus la valeur de la pièce pour sa rareté (« prime ») , donc vous aurez plus de chances de vendre cette pièce plus cher qu’une Maple ou qu’une ASE ;

La crocodile 2014 Saltwater est en vente chez http://www.acheter-or-argent.fr/, qui est le fournisseur de la perth mint en france, et dont nous parlerons régulièrement des nouveautés, car ils ce sont les meilleurs, et ils ne sont pas chers  .

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 mai 2014 dans or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :