RSS

Archives de Tag: l’activité

On pourrait Réduire l’activité des déchets nucléaires d’un million d’années à 30 minutes, selon le prix Nobel de physique !

Réduire l'activité des déchets nucléaires d'un million d'années à 30 minutes, le prix Nobel de physique y croit
Gérard Mourou, professeur émérite à l’École polytechnique et récompensé du prix Nobel de physique 2018 pour ses traux sur les lasers.
© École polytechnique – J.Barande

 

Incroyable, si cette recherche va au bout, et il semble que c’est bien parti, on peut dire adieu au problème des déchets nucléaires . Vous le croyez ça ?!! Je n’aurais jamais pensé que ça aurait pu être possible un jour , mais ça pourrait l’être d’ici 10 à 15 ans ! C’est certes une excellente nouvelle pour l’humanité, mais sans vouloir gâcher la fête, si ça réglerait le problème des déchets, ça ne réglerait pas celui du nucléaire dans son ensemble . Dans la même veine, des scientifiques russes ont découvert une bactérie qui neutralise les déchets nucléaires . Z 

Et si nous parvenions à réduire la durée de vie des déchets nucléaires d’un million d’années à… 30 minutes ? C’est la promesse incroyable formulée par Gérard Mourou, professeur émérite à l’École polytechnique. Le mardi 2 octobre, il a reçu le prix Nobel de physique 2018 pour ses travaux sur les lasers avec le physicien américain Arthur Ashkin et la chercheuse canadienne Donna Strickland.

Le coup de sabre laser dans la poubelle radioactive serait bienvenu. La gestion des déchets nucléaires est un sujet explosif. Cet automne, en France, un débat public doit ouvrir sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). En parallèle, le projet Cigéo (Centre industriel de stockage géologique) situé à Bure (Meuse) suscite des débats houleux.

Dans un article édité par Benoît Tonson et publié sur The Conversation (reproduit ci-dessous), Gérard Mourou explique le fonctionnement de la technique qui lui a valu le prestigieux prix Nobel. Le scientifique confie aussi qu’il va travailler avec le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) pour proposer quelque chose d’ici dix à quinze ans. Ses recherches pourraient également servir dans la chirurgie de l’oeil.

Conversation avec Gérard Mourou, prix Nobel de physique 2018 :

Gérard Mourou, professeur émérite de l’École polytechnique a été récompensé par le prix Nobel de physique 2018. Il partage cette récompense avec la Canadienne Donna Strickland pour avoir conjointement élaboré une méthode de génération d’impulsions optiques ultra-courtes de haute intensité, ainsi qu’avec Arthur Ashkin pour l’invention des pinces optiques et de leurs applications médicales. The Conversation l’a rencontré à l’École polytechnique, le jour de l’annonce du prix.

 

La technique qui m’a valu le Nobel

J’ai obtenu le Nobel pour l’invention d’une technique laser appelée chirped pulse amplification (CPA) : une méthode de génération d’impulsions optiques ultra-courtes de haute intensité. Elle permet d’obtenir des puissances considérables, d’aller dans des domaines de la physique qu’on ne pouvait pas atteindre. Les puissances de laser atteintes aujourd’hui sont de l’ordre de 1021 W/cm2. Elles permettent d’obtenir des pressions, températures et champs électriques extrêmement élevés en laboratoire.

Avant le développement de cette technique, on était gêné car on arrivait à un certain seuil de puissance où on ne pouvait plus amplifier. Le champ électrique laser était tellement élevé que l’on endommageait le matériel optique lui-même.

C’est en 1983, avec mon étudiante Donna Strickland avec qui je partage ce Nobel que nous avons imaginé la CPA.

Notre idée était d’étaler dans le temps les composantes de fréquence et allonger les pulsations de quelques femtosecondes (10-15 secondes) à quelques nanosecondes (10-9). Cela diminue leur intensité et permet de les amplifier sans saturation. Un second système de réseaux recomprime ensuite les pulsations amplifiées. Un énorme gain en intensité est réalisé. C’est comme au karaté : on délivre une puissance très importante dans un temps très, très bref.

Lorsque j’ai soumis cette idée à Donna, en lui demandant de la mettre en œuvre, elle m’a répondu que c’était « facile » et que ça « ne constituait même pas un sujet de thèse ». Je peux lui dire aujourd’hui, qu’elle avait raison ce n’était pas un sujet de thèse, c’était un sujet de prix Nobel !

(Gérard Mourou est professeur émérite à l’École polytechnique. Crédit : École polytechnique – J.Barande)

 

Un laser surpuissant pour la chirurgie de l’oeil

La plus connue des applications, c’est la chirurgie de l’œil : c’est notre invention ! Ce que l’on appelle la chirurgie femtoseconde réfractive de l’œil et de la cornée. L’impulsion est tellement courte que l’on peut faire une ablation alors que la matière n’a pas le temps de suivre, donc rien n’est détruit autour. Le risque d’effet délétère pour le patient est ainsi minimisé et notre technique a permis de corriger la vue de millions de personnes.

Tout est parti d’un accident : au début de l’utilisation de ce laser, un étudiant était en train de monter son expérience, d’aligner le laser. D’un coup « pof », il prend un coup de laser dans l’œil ! On l’amène à l’hôpital et quand l’interne l’a examiné, il s’est exclamé : « incroyable ! Qu’est ce que c’est comme laser ? » L’œil était endommagé, mais là, la blessure était « parfaite ». C’est-à-dire qu’il y avait une tâche, nette, sans débris autour, alors qu’habituellement une lésion provoquée par un laser ressemble à un volcan. On a pensé qu’il y avait là, matière à essayer cette technologie dans le domaine de l’ophtalmologie. Deux ou trois jours après, le médecin m’a téléphoné en me demandant de faire partie de notre équipe, et nous avons travaillé ensemble à l’élaboration de cette technique.

 

Une idée pour les déchets nucléaires

Celle qui me tient particulièrement à cœur est le traitement des déchets radioactifs avec nos techniques lasers. Je m’explique : prenez un noyau atomique : il est composé de protons et de neutrons, si on met un neutron en plus ou si on enlève un, ça change absolument tout. Ce n’est plus le même atome, ses propriétés vont alors totalement changer. La durée de vie de ces déchets est changée fondamentalement : on peut la réduire d’un million d’années à 30 minutes !

On est déjà capable d’irradier avec un laser à grand flux beaucoup de matière d’un seul coup, la technique est donc parfaitement applicable et théoriquement rien ne s’oppose à une utilisation à échelle industrielle. C’est le projet que je suis en train de lancer en collaboration avec le CEA. Nous pensons que d’ici 10 ou 15 ans nous pourrons vous montrer quelque chose.

C’est vraiment ce qui continue à me faire rêver : toutes les applications futures de notre invention. Lorsqu’on travaille, c’est la passion qui nous anime, pas les espoirs de Prix Nobel. C’est notre curiosité qu’il nous faut assouvir. Après mon prix, je vais continuer !The Conversation

Benoît Tonson, Éditeur Science + Technologie, The Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

source

Publicités
 
27 Commentaires

Publié par le 10 octobre 2018 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , , , ,

L’activité humaine ébranle l’axe de rotation de la Terre !

L'activité humaine ébranle l'axe de rotation de la Terre

Pour rappel, ATTENTION : selon les INUITS l’axe de la terre bascule !!

———————————————————————————————————————-

Le déplacement du pôle Nord vers l’est est plus tangible que s’il était suscité de causes naturelles.

Les experts de l’agence spatiale américaine NASA ont constaté que le pôle Nord se déplace assez rapidement vers l’est, et ont également découvert que l’activité humaine sur le climat avait joué un certain rôle dans ce processus.

A cet égard, les chercheurs ont étudié à quel point les pôles géographiques de la Terre ont changé depuis plus d’un siècle.Les scientifiques expliquent que l’axe de rotation de notre planète ne tourne pas comme un globe, parce que la planète tangue toujours, et son axe de rotation est en mouvement constant.

Dans le passé, la déviation de l’axe, dans toute l’histoire de son observation de 115 ans, était d’environ 12 mètres. Dans le même temps, jusqu’en 2000, le pôle Nord se déplaçait dans la direction du Canada, alors qu’au tournant du siècle, il a brusquement changé de cap et maintenant est en train de se déplacer vers les îles britanniques avec une allure près de deux fois plus élevée, c’est-à-dire 17 centimètres par an.

le pôle Nord est en train de se déplacer vers les îles britanniques
le pôle Nord est en train de se déplacer vers les îles britanniques

Selon les experts, ce changement radical pourrait être dû à la fonte rapide des glaces en Antarctique et au Groenland, qui, à son tour, se produit suite au changement climatique dû aux activités humaines.

Bien que le rôle des facteurs anthropiques dans le changement climatique et dans la fonte des glaces soit très important, les changements sont en partie causés par l’influence de la nature.En particulier, les experts expliquent que les températures élevées de ces dernières années peuvent être attribuées en partie à l’impact du phénomène El Niño, un réchauffement cyclique des eaux de surface dans le Pacifique équatorial.

Source

 
1 commentaire

Publié par le 12 avril 2016 dans Climat - Environnement, général, Insolite, Sciences

 

Étiquettes : , , , , ,

ALERTE : l’activité économique ralentit beaucoup plus vite que l’avaient prévu les experts

Le graphique ci-dessus montre la variation sur 12 mois (en%) de l’indice des prix à l’importation pour l’UE seulement, cette fois depuis Septembre 1993. Quand il devient négatif, c’est généralement associé à une crise financière majeure, un récession mondiale ou les deux. Ainsi, le récent mouvement des prix suggère qu’il y a en effet des problèmes . (source Zero Hedge)

Nous n’avons pas vu l’activité économique mondiale chuter aussi rapidement depuis la grande récession de 2008. L’activité manufacturière est en train d’imploser sur toute la planète, le commerce mondial ralentit à un rythme qui est extrêmement alarmant, et l’indice Baltic Dry vient d’atteindre un nouveau plus bas historique. Si“l’économie réelle” comprend les personnes qui produisent, les ventes et les expéditions de marchandises, alors “elle” est dans un très mauvais état. Aux Etats-Unis, les sombres chiffres économiques continuent d’abasourdir tous les experts. Par exemple, ce lundi, nous avons appris que l’indice manufacturier du Texas venait d’atteindre un plus bas de six ans

texas-hasnt-been-this-bad-in-6-yearsL’activité économique au Texas continue de s’aggraver.

L’indice manufacturier du Texas publié lundi par la Réserve fédérale de Dallas vient d’atteindre un plus bas de 6 ans. Il est tombé à -34.6 contre -14 anticipé initialement, ce qui est bien pire que ce qu’avaient prévu les économistes.

Effectivement, Les prévisions initiales de l’indice mensuel étaient de -14 mais mais ce niveau avait été révisé à -21,6 pour le mois de décembre 2015. Mais malgré cette révision à la baisse, le résultat a été pire que prévu.

On pouvait sans doute expliquer que c’était prévisible au Texas du fait de l’effondrement du prix du pétrole.

Mais que penser des choses très inhabituelles auxquelles nous assistons dans d’autres régions des Etats-Unis ? A Erwin, dans le Tennessee, un terminal ferroviaire qui fonctionnait en continu depuis 135 ans vient de fermer définitivement, et des centaines de travailleurs se retrouvent maintenant sans emploi

CSXLe dernier train de charbon a quitté Erwin et se dirigeait lentement hors de la ville jeudi juste après 15 heures, moins de huit heures après que les employés de la compagnie de chemins de fer américaine CSX Transportation aient entendu les nouvelles qui avaient secoué l’ensemble du comté d’Unicoi(comté de l’État du Tennessee).

“C’est une pilule difficile à avaler», a déclaré le maire du comté Greg Lynch. “Bien sûr, nous avions entendu des rumeurs selon lesquelles quelque chose de négatif allait tomber. Mais même dans mes cauchemars, je n’aurais jamais imaginer les voir fermer et quitter la ville. ”

La compagnie CSX a annoncé les mauvaises nouvelles avec la fermeture immédiate de la gare de triage d’erwin d’une superficie de 70 hectares et la suppression de 300 emplois lors d’une série de réunions avec les employés menées le matin, au début de la relève matinale.

Si vous voulez savoir ce qui se passe réellement avec l’économie américaine, il suffit de surveiller les chemins de fer.

Et maintenant, le trafic ferroviaire à travers tout le pays chute et est en forte baisse .

Un des lecteurs de Steve Quayle explique que le trafic ferroviaire au Colorado a ralenti à tel point qu’il y des centaines de locomotives qui restent immobilisés sur les rails

train freightEn ce qui concerne l’article de ce matin sur les trains de marchandises, à Grand Junction dans le Colorado, nous avons littéralement des centaines de trains immobilisés sur ​​les pistes. Il y a 3 voies qui en sont pleines avec un nombre facilement supérieur à 250 trains. Je n’ai jamais vu autant de trains de marchandises sur les pistes avant et je trouve que c’est un indicateur supplémentaire du ralentissement du transport de fret.

Mais si vous pensez que ce sont juste des preuves anecdotiques, je veux que vous preniez en compte ce qui se passe pour la plus grande compagnie de chemin de fer aux États-Unis.

Selon Wolf Richter, les revenus d’exploitation de l’Union Pacific ont baissé de 15 % l’année dernière…

Union Pacific qui est l’une des sept compagnies de chemin de fer de classe 1 aux États-Unis dont le réseau de lignes principales est le plus étendu, a publié jeudi soir des résultats terribles pour le quatrième trimestre. Les revenus d’exploitation ont chuté de 15% sur un an, et le bénéfice net a chuté de 22%.

Plus généralement: La seule catégorie où les revenus ont augmenté était le secteur de l’automobile (+ 1%). Sinon ailleurs, les revenus ont baissé: les produits chimiques (-7%), les produits agricoles (-12%), les conteneurs intermodaux (-14%), les produits industriels (-23%), le charbon (-31%). Les expéditions de pétrole brut ont plongé de 42%.

Donc, Union Pacific a fait ce que les entreprises américaines savent faire le mieux: elle a licencié 3.900 personnes l’année dernière.

Et bien sûr, nous pouvons voir des preuves du ralentissement économique émerger tout autour de nous et à peu près partout où nous regardons. Sprint vient de licencier 8 % de ses salariés, GoPro a quant à ellelicencié 7% de ses salariés, et Wal-Mart vient d’annoncer la fermeture de 269 magasins.

Mais au lieu de traiter les faits avec pragmatisme, il reste encore beaucoup d’optimistes béats qui insistent sur le fait que les choses vont rebondir dorénavant. Par exemple, CNBC rapporte que la banque Goldman Sachs prévoit que le S&P 500 finira l’année 2016 en retournant à 2100 points…

La Goldman Sachs s’accroche sur ses prévisions selon lesquelles le S&P 500 va rebondir et terminera l’année à 2.100 points, soit une hausse d’environ 11 % par rapport aux niveaux actuels, mais dans les grandes lignes, cela équivaut à aucun gain net sur l’exercice complet.

Il est facile de faire de telles prévisions, mais les actions des grandes banques sont plus éloquentes que les mots.

La plupart des gens ne réalisent pas cela, mais plusieurs des banques “trop grosses pour faire faillite” ont licencié des milliers de salariés en 2015

C’est Bank of America et Citigroup qui ont réduit le plus leurs effectifs, en ayant supprimé environ 20.000 emplois à eux deux, selon les publications des résultats du quatrième trimestre de chaque banque. Ces décisions ont eu pour conséquence de réduire le nombre de salariés de 4,6 % et 4 % dans chacune des banques respectivement. La JPMorgan Chase a publié lors de ses résultats qu’elle employait 6.700 salariés de moins qu’il y a un an.

Et devinez quoi?

Les banques “trop grosses pour faire faillite” ont fait exactement la même chose juste avant le grand krach des marchés financiers de 2008.

quand est-ce que les gens vont enfin commencer par comprendre que nous faisons face à une crise majeure ?

Depuis Juin 2015, environ 15.000 milliards de dollars de richesse a disparu des marchés financiers. Après un bref répit à la fin de la semaine dernière, il semble que la crise financière mondiale se prépare à s’accélérer une fois de plus.

Ce lundi, le prix du pétrole a replongé sous les 30 dollars, le Dow Jones a reculé à nouveau de 208 points, et le Nikkei a encore baissé de 389 points en début de séance.

Environ un cinquième de l’ensemble de la richesse mondiale a déjà disparu des marchés financiers.

Certaines personnes ont tellement foi en Barack Obama, en la Réserve fédérale et aux médias dominants qu’ils seraient prêts à les suivre les yeux fermés.

A présent, la plupart des gens qui croient qu’ils devraient se préparer à la crise qui se profile s’y préparent déjà, et la plupart de ceux qui veulent croire que tout va finir par s’arranger ne s’y prépareront jamais de toute façon.

Ce qui va finir par se passer, c’est que des dizaines de millions de gens finiront par regretter amèrement de n’avoir pas écouté les avertissements quand ils en avaient encore l’opportunité.

Source via BB

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 février 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

L’activité sismique mesurée au large des îles Aléoutiennes, menace directement la Californie et Hawaii alertent les scientifiques

La Pacifique pourrait se déchainer sur la Californie

Décidément, entre la sécheresse historique, les plaques tectoniques et le « Big One » , le volcanisme potentiel , les immenses feux de forets ravageurs, l’énoooorme fuite catastrophique de méthane qui fait peser un risque majeur sur toute la Californie et qui déclenche l’état d’urgence , etc etc etc , mais comment peut on encore vouloir habiter en Californie ???? 

La Pacifique pourrait se déchainer sur la Californie

Deux récentes études livrent un bilan inquiétant de l’activité sismique au large des îles Aléoutiennes. Selon les scientifiques, la Californie et Hawaii sont directement en danger.

La Californie et les îles d’Hawaii submergées par un immense tsunami, de l’eau qui déferle et des milliers de morts. Ce n’est pas le scénario catastrophe d’une grosse production américaine, mais bien les résultats d’un rapport scientifique inquiétant.

Deux équipes de géologues ont en effet analysé les fonds marins des îles Aléoutiennes, au sud-ouest de l’Alaska. Et selon leurs relevés, tous les ingrédients sont réunis pour que se produisent des tsunamis plus ravageurs que par le passé. Et les Etats américains de Californie et de Hawaii seraient directement menacés.

Les tsunamis sont déclenchés par la collision, sous la mer, de deux plaques terrestres, qui créent une vague immense. La côte ouest américaine, comme le Japon ou l’Indonésie en 2004, ont déjà été touché par ces phénomènes, aux bilans humains parfois très élevés.

Mais ce qu’ont découvert les scientifiques paraît encore plus inquiétant. Pour le géophysicien John Miller de l’US Geological Survey, la situation actuelle est trop calme et manque de petits tremblements de terre qui soulage l’activité des plaques terrestres. Or «ce calme suggère la création d’une énorme tension».

Surtout, selon le scientifique, au vu de la situation actuelle, si un tremblement de terre a lieu, un tsunami pourrait directement prendre la direction du littoral californien. «Ce dernier grand tremblement de terre a eu lieu il y a 227 ans, et ils ont en général lieu tous les 180 à 270 ans», affirme le géophysicien. «Il y donc la possibilité d’un tremblement de terre majeur dans la zone des îles Aléoutiennes à tout moment. Et le public doit être conscient que les tsunamis de cette ampleur peuvent se produire».

L’autre équipe de scientifiques, qui étudiait une autre zone des fonds marins des îles Aléoutiennes est arrivée pratiquement à la même conclusion. Sauf que pour eux, un autre tsunami, tout aussi puissant, peut menacer les îles Hawaii. Pour ce second scientifique, Rob Witter, ces études doivent inciter les villes américaines à «pratiquer un plan d’évacuation sérieux. Car un tsunami pourrait se produire. Il pourrait arriver demain.»

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

L’activité des Cargos montre une baisse de la production de pétrole

 

WaterborneLoadings

Tous les chargements d’origine hydrique (source: ClipperData)

Chute de l’activité , chute de la production de pétrole , selon Zero Hedge :

Les expéditions d’origine hydrique de brut et de condensat se sont dirigés dans une seule direction depuis le début de la révolution de schiste: vers le haut. Cette déclaration n’est plus vrai.

A Près de la moitié du mois, les chargements de septembre sont plus de 200.000 barils par jour inférieure à la même période de l’année dernière.

Le volume hydrique est le dernier à être ajoutée et le premier à être coupé. Une baisse du volume maritime hydrique est la première indication ferme d’une production plus faible, parce que le baril hydrique est le plus dur et le plus coûteux à déplacer.

Selon l’EIA, la production américaine a atteint un sommet en Avril au 9.6 mn bpj (millions de barils/jour),  ce qui coïncide avec le pic de volume expédié à 1.8mn bpj. Depuis lors, les livraisons ont glissé lentement, mais la baisse est devenue précipitée cet été et prend de l’ampleur.

Il y a également eu un net ralentissement du trafic de brut par rail, évident dans les volumes atteignant le fleuve Mississippi et les terminaux à barge sur rail sur les côtes. Le Volume de pipeline est probablement le plus résistant, mais à en juger par les chiffres d’origine hydrique de septembre, il est également susceptible d’être inférieur.

L’ampleur de la baisse des expéditions a été obscurcie par la croissance explosive des exportations de condensat, qui flattait les chiffres de cette année.

Comme ClipperData en a rendu compte depuis Juin, les exportations de condensat ont maintenant ralenti, en soulignant également l’ampleur de la baisse de la production d’hydrocarbures liquides et des expéditions. La diminution du volume, en particulier dans le Golfe, pointe vers de nouvelles révisions à la baisse des chiffres de production de l’EIA , surtout depuis la baisse qui a lieu dans l’ouest du Texas.

On en a eu un aperçu hier après-midi. Dans son rapport de forage de la productivité, l’EIA (agence de l’énergie ndlr) montre pour le deuxième mois d’affilée que la production devrait croître en Octobre dans un seul des bassins de schistes – le bassin permien. Sur une base d’année-sur-année, seule la production dans le Permien est maintenant prévue pour être plus élevé:

EIAOilProductionBPD

Zero Hedge – resistanceauthentique

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 septembre 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

Le Japon annonce une évacuation Près de Tokyo en raison de l’explosion de l’Activité volcanique

L’activité volcanique au Japon explose .

Le mont Hakone, situé dans une région très touristique proche de Tokyo connue pour ses onsen (« sources chaudes »), a été placé en état d’alerte mardi 30 juin après un début d’éruption. Certaines sources chaudes populaires ont été fermées par crainte d’une éruption plus importante.


Les autorités de la préfecture japonaise de Kanagawa, une partie de la région du Grand Tokyo, ont annoncé l’évacuation des résidents dans un rayon de 1 km (0,62 miles) autour de de la source chaude d’Owakudani en raison d’une augmentation de l’activité volcanique dans la région du mont Hakone mardi.

TOKYO (Spoutnik en Anglais) – Plus tôt mardi, l’Agence météorologique du Japon a relevé le niveau de danger dans la zone du Mont Hakone, à quelque 80 kilomètres (50 miles) au sud-ouest de Tokyo, au niveau 3 sur une échelle de 5, annonçant une restriction de l’accès à la zone du volcan.

Une augmentation de la fréquence des tremblements de terre volcaniques dans la région du mont Hakone a été enregistrée le 26 Avril . Au début de mai, le niveau de danger dans une zone près de Owakudani, connue comme la Grande Vallée Bouillante, a été élevé au niveau 2 et des restrictions de voyage ont été annoncées. Les services de la Hakone Ropeway, populaire parmi les touristes et qui traverse la région, ont été annulées.

Le Volcan Hakone fait 1438 mètres (4718 pieds) de haut et fait partie du parc national de Fuji-Hakone-Izu.

La dernière éruption du Hakone a eu lieu  il ya quelque 2900 ans. (sputnik)

Ce n’est pas tout , L’activité volcanique au Japon a augmenté ces derniers temps, une conséquence du très violent séisme qui avait dévasté la région du Tohoku (nord) en mars 2011, selon des experts.

En mai, toute une île avait dû être évacuée après l’éruption spectaculaire du Shindake. le volcan de l’île de Kuchinoerabu, qui était entré en éruption le 29 mai 2015 : 

Une photo aérienne du volcan de l'île de Kuchinoerabu, entré en éruption le 29 mai 2015.

Une photo aérienne du volcan de l’île de Kuchinoerabu, entré en éruption le 29 mai 2015. – NEWSCOM/SIPA

« Quand je suis sorti, j’ai entendu un gros « boum », et un nuage de cendres progressait en direction de la maison », témoigne Shizuko Goto, une habitante de l’île de Kuchinoerabu dans le journal Mainichi Shimbun. Vendredi matin, le volcan de cette île de l’extrême sud du Japon, qui sommeillait depuis 25 ans, s’est réveillé, rendant nécessaire l’évacuation de Kuchinoerabu.

Quelque 137 villageois s’apprêtaient à quitter l’île de Kuchinoerabu, dans l’extrême sud du pays, à bord de bâtiments des gardes-côtes : « C’était difficile de respirer. Je suis parti tout de suite vers le centre d’évacuation, en n’emmenant rien d’autre que les vêtements que je portais », témoigne encore Shizuko Goto. L’évacuation devait être terminée vers 17h (10h00 heure française).

« Une colonne de fumée et de cendres »

L’éruption spectaculaire du mont Shindake n’a fait ni victime ni dégâts matériels majeurs, selon un porte-parole de la police de l’île voisine de Yakushima. Un homme de 72 ans brûlé au front a pu rejoindre le centre d’évacuation. Mais les habitants ont été saisis par le spectacle. Des images de la télévision japonaise NHK montraient une énorme colonne de fumée noire et de cendres s’échappant du cratère et montant jusqu’à 9.000 mètres. Un pêcheur qui se trouvait en mer à ce moment-là dit avoir vu « une colonne de fumée et de cendres » et une coulée pyroclastique descendant la montagne vers l’est et l’ouest.

 

Cette image fournie par l’Agence météorologique nipponne montre une colonne de fumée s’élevant de l’île de Kuchinoerabu, après l’éruption du mont Shindake, le 29 mai 2015. – AP/SIPA

Le Premier ministre japonais a annoncé que des hélicoptères et bateaux des gardes-côtes avaient été dépêchés sur les lieux. Des militaires des forces d’autodéfense étaient également attendus.

Ce volcan est entré en éruption pour la première fois en 1841 puis a été à nouveau en activité pendant les années 1931-1935 et 1966-1980, selon les archives gouvernementales. « L’éruption pourrait continuer encore pendant un certain temps compte tenu de l’histoire du mont (Shindake) », a prédit un vulcanologue de l’université de Kyoto, Kazuhiro Ishihara, interrogé à la télévision. Le Japon est situé dans la « ceinture de feu du Pacifique », une zone de séismes et de volcans.

Sputnik anglais – resistanceauthentique – http://www.20minutes.fr/monde/1618655-20150529-japon-eruption-volcanique-provoque-evacuation-habitants-ile

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juin 2015 dans Climat - Environnement, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le Royaume-Uni pourrait héberger des ogives nucléaires américaines pour contrer «l’activité russe»

 Philip Hammond
© Kevin Coombs Source: Reuters Philip Hammond

Mais quelle irresponsabilité de communiquer de la sorte ….

Mais comment cette élite devenu folle peut elle jouer aussi ostensiblement avec le feu et l’avenir de notre planète, sans que l’humanité ne réagisse ?!!

Rappelons aux Anglo-saxons qu’en cas de guerre nucléaire, ils ne sont pas immunisés contre les radiations . Une chance qu’on a affaire avec les Russes et non les Chinois, pour le moment . Car ces derniers sont beaucoup plus radicaux, et eux, ils n’hésiteront pas comme ils l’ont fait savoir . Z .  

Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a déclaré qu’il n’était pas exclu de disposer des ogives nucléaires américaines sur le territoire du Royaume-Uni mais que ce serait un acte «très délicat».

On a vu des «signes assez inquiétantes d’augmentation des niveaux d’activité de la part des forces russes et des forces séparatistes contrôlées par Moscou» en Ukraine, a-t-il confié au journaliste de la BBC Andrew Marr.

Selon des informations diffusées dans les médias la semaine dernière, Washington réfléchit à dénoncer un traité signé pendant la Guerre froide avec Moscou et à redéployer des missiles nucléaires à moyenne portée en Europe dans un effort pour contrer ce qu’il appelle «l’agression russe».

A la question de savoir si le Royaume-Uni hébergerait des têtes nucléaires américaines, Philip Hammond a répondu : «Ce serait une décision que nous prendrions ensemble si une telle proposition était sur la table. Nous examinerions les pour, les contre et tirerions une conclusion».

 Un missile à moyenne portée Poseidon UGM-73 Poseidon
© Wikipédia
Un missile à moyenne portée Poseidon UGM-73 Poseidon

Le ministre britannique se dit particulièrement préoccupé par la «doctrine de guerre russe asymétrique» qui comprend, selon lui, l’usage présumé d’«intermédiaires litigieux» et la disposition d’armes nucléaires dans l’enclave côtière de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie.

D’après Philip Hammond, il faut adresser à la Russie un «signal clair» qu’on «ne lui permettra pas de franchir notre ligne rouge». Quant à savoir si le déploiement d’armes nucléaires américaines constituerait un tel signal, il a répondu que «c’était possible mais qu’il s’agissait d’une décision extrêmement délicate à prendre».

Selon lui, la Russie éprouve «un sentiment d’encerclement et d’être attaquée», soulignant qu’il ne voulait pas créer «de provocations inutiles».

De toute façon, l’hébergement de têtes nucléaires américaines au Royaume-Uni reste une perspective lointaine pour l’instant.

Le Royaume-Uni possède de son propre arsenal nucléaire qui fait partie du programme Trident. Il comprend environ 200 têtes nucléaires placées dans plusieurs sous-marines stationnés en Ecosse. Les propositions récentes de moderniser cet arsenal ont suscité une vague de fortes protestations.

La Russie a prévenu que le possible redéploiement de missiles nucléaires américains en Europe pourrait augmenter les tensions existantes au lieu de garantir la sécurité des Etats-Unis. Moscou a accusé Washington de violer le Traité FNI de 1987 et d’attiser la guerre informatique pour discréditer la Russie à tout prix.

RT

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :