RSS

Archives de Tag: la grogne

Pour répondre à la grogne des LGBT, YouTube débloque 12 millions de vidéos

YouTube restreint des vidéos LGBTQ
YouTube restreint des vidéos LGBTQCrédit : Getty Images

Depuis le 18 mars, la plateforme avait restreint l’accès à des vidéos LGBT, considérant que leur contenu était « inapproprié ».

Le bad buzz durait depuis plus d’un mois. YouTube s’était attiré les foudres des LGBT (lesbienne, gay, bi et trans), exaspérés de voir des vidéos publiées par des Youtubeurs issus de la communauté passer en « mode restreint« . Vendredi 21 avril, la plateforme de vidéos en ligne a rectifié le tir en débloquant près de 12 millions de vidéos, comme l’indique le blog Pixel hébergé par Le Monde. Johanna Wrights, la vice-présidente de la firme américaine, s’est excusée dans la foulée d’avoir filtré de façon « non intentionnelle » ces contenus.

Ce « mode restreint » tant décrié part pourtant d’une bonne intention. Il permet en effet aux utilisateurs de se protéger des contenus « susceptibles de choquer » ou « inappropriés ». Confrontés à ce type de vidéos, les internautes sont chargés de les signaler. Cependant, durant le week-end du 18 mars, plusieurs d’entre eux ont accusé YouTube d’avoir lui-même masqué certaines vidéos faisant référence à la sexualité ou aux relations amoureuses des personnes issues de la communautéLGBT. Les réseaux sociaux s’étaient aussitôt emparés de l’affaire, créant un hashtag de protestation #YouTubeIsOverParty. Ce cri de ralliement avait même fini en trends (les sujets les plus commentés sur Twitter).

Face au tollé, la plateforme s’était fendue d’un communiqué de presse : « Nous sommes fiers de représenter sur notre plateforme les voix LGBT (…). L’objectif du mode restreint est de filtrer notre contenu mature pour le petit sous-ensemble des utilisateurs souhaitant une expérience plus limitée. Les vidéos LGBT sont disponibles sur le mode restreint, mais les vidéos qui traitent de questions plus sensibles ne le sont pas nécessairement. Nous regrettons toute confusion et entendons vos préoccupations ». YouTube fait désormais un pas de plus vers la communauté et espère clore la polémique. (source)

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 mai 2017 dans général, société

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le plan de Cazeneuve pour calmer la grogne des policiers : La gendarmerie pas sure de pouvoir payer les loyers de novembre

Pour le moment, pendant que le ministre annonce un plan , on ne sait même pas encore si la gendarmerie pourra payer les loyers de novembre  :

La gendarmerie pourra-t-elle payer ses loyers? Pas sûr. Car les crédits destinés aux loyers sont gelés… Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve souhaite que la mise en réserve soit levée et que les crédits encore gelés (112 millions d’euros en autorisations d’engagement, 99 millions en crédits de paiement) soient dégelés d’ici à la fin de l’année, a expliqué la semaine dernière devant les députés le patron de la gendarmerie, le général Richard Lizurey. « S’ils ne le sont pas, nous ne serons plus en mesure de payer les loyers à partir de novembre, ce qui serait évidemment préjudiciable à nos bailleurs. Mais nous avons bon espoir que ce dégel ait lieu », précise le directeur général de la gendarmerie nationale.

Voici son « plan » :

Forte augmentation des moyens, évolution législative sur la légitime défense ou encore suppression des «tâches indues» : le ministre de l’Intérieur a reçu 5 sur 5 les demandes des syndicats de policiers.

Critiqué par des policiers en colère qui manifestent depuis le 18 octobre, le ministre de l’Intérieur a répondu point par point aux demandes des syndicats. Ce mercredi, Bernard Cazeneuve a concrètement proposé d’appliquer tout ce que demandaient les policiers, des moyens à la légitime défense en passant par la communication avec les magistrats.

Ces annonces interviennent alors que les syndicats ont été reçus par François Hollande en fin de journée. Tour d’horizon.

Les crédits du ministère en hausse de 15%

D’après des propos rapportés par Libération, le ministère de l’Intérieur va recevoir une hausse des crédits de 15% dans le prochain projet de loi de finances, soit 843 millions d’euros. Dans le détail, 300 millions d’euros serviront à l’équipement et à la modernisation des locaux de police.

Comme le précise l’Agence France Presse (AFP), une «enveloppe globale de 250 millions» sera allouée aux équipements, notamment des casques balistiques, des gilets pare-balles porte-plaques et des fusils d’assaut HK G36 pour les « compagnies départementales d’intervention et des compagnies de sécurisation ». Exactement ce que demandaient les syndicats.

Le ministre a aussi promis « dès le 1er janvier 2017 » la livraison, entre autres, de 20.000 gilets pare-balles, de 8.000 casques et visières, de 4.730 boucliers ainsi que de nouvelles armes. Il a également évoqué le déploiement de « tenues résistantes au feu », du renforcement du vitrage des véhicules banalisés et sérigraphiés, et de « véhicules particulièrement protégés » dans les « quartiers les plus sensibles ».

Enfin, le renouvellement du parc automobile « devra bien entendu se poursuivre »: « En 2017 ce sont 3.080 véhicules neufs qui seront livrés pour la police nationale et 3.300 pour la gendarmerie », a précisé Bernard Cazeneuve.

Les « tâches indues » supprimées

Les revendications des syndicats ont également été entendues sur les «tâches indues». Ces dernières vont de la garde statique de lieux sensibles (tribunaux, préfectures, etc.), à la protection des personnalités, en passant par la surveillance de détenus dans les hôpitaux.

Ce mercredi soir, Bernard Cazeneuve a annoncé que des agents de sécurité seraient recrutés pour relever les policiers du devoir de garde statique devant les tribunaux et préfectures. Selon Libération, il s’agit de «plusieurs milliers d’euros sanctuarisés», ce qui va permettre de déployer «221 équivalents temps plein» auprès de la population.

Des peines plus lourdes

Bernard Cazeneuve a annoncé qu’il souhaitait aligner l’outrage à un policier ou un gendarme sur celui d’un magistrat. Ce qui augmenterait la peine encourue, de six mois aujourd’hui, à un an de prison et 15.000 euros d’amende, décrit Libération. L’anonymisation des policiers dans des enquêtes pourrait également être facilitée, alors que celle-ci ne concerne pour l’heure que les sections anti-terroriste et les unités d’intervention.

La légitime défense sera revue en novembre

Point central des revendications syndicales, repris en boucle par les candidats de la primaire à droite, la légitime défense devrait évoluer rapidement. Alors que les policiers veulent l’assouplir, les ministères de l’Intérieur et de la Justice vont étudier «les conditions d’évolution de la légitime défense», afin de faire des «propositions», dès la fin novembre, au Parlement, a annoncé Bernard Cazeneuve. Les propositions de moyens et de peines feront également partie du projet de loi.

«Les conditions d’évolution de la légitime défense vont être étudiées pour protéger au maximum les forces de l’ordre dans un cadre juridique scrupuleusement conforme à l’Etat de droit», a affirmé le ministre de l’Intérieur à l’issue d’une rencontre avec les syndicats de policiers à l’Elysée.

Plus de discussion entre policiers et magistrats

Enfin, comme le demandaient les syndicats, un système informatique va être mis en place pour lier policiers et magistrats, rapporte Libération. «Il permettra aux policiers de connaître les poursuites retenues à l’encontre des personnes interpellées», précise le quotidien.

Cependant, les modalités d’application de ce système restent encore assez floues.

Source
 
Poster un commentaire

Publié par le 27 octobre 2016 dans économie, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :