RSS

Archives de Tag: la fin des temps

La fin des temps pour l’Eschatologie Musulmane et catholique

 

Étiquettes : , , ,

Interview du Sheikh Imran Hosein – La Fin des Temps

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 août 2016 dans général

 

Étiquettes : , ,

David Cameron : « Je suis prêt à appuyer sur le bouton rouge… » ! (+ Sheikh Imran Hosein, Guerre Nucléaire et la Fin des Temps)

 

Allons nous vers un monde multipolaire où nous aurions plusieurs grands « pôles » mondiaux décisionnels et de pouvoir , ou un monde unipolaire contrôlé exclusivement par l’élite Euro-Atlantiste (sioniste) : c’est tout l’enjeu de la Guerre en Syrie, qui est en train de basculer vers une guerre totale . (Quand on connait  le rôle central de Damas Dans la fin des temps pour certaines religions …)

On apprend dans ce sens que L’Amérique craint pour « son » ordre mondial :

Un récent rapport du Service de recherche du Congrès américain (CRS) se penche sur le « Changement dans l’environnement international de sécurité et les potentielles implications pour la défense » :

 Les formules de prudence cachent à peine que, d’après le rapport, une mutation a bel et bien eu lieu, marquée par la « tactique du salami » (tranche après tranche) pratiquée par Pékin en Mer de Chine orientale et la « guerre hybride » menée par la Russie en Ukraine. Cette nouvelle donne sécuritaire se caractérise par « le renouvellement de la compétition entre les grandes puissances » et « la remise en cause de certains éléments de l’ordre mondial dominé par les Etats-Unis ».

Pour appuyer ce constat, le rapport cite longuement la nouvelle Stratégie militaire nationale américaine, publiée en juin.

La principale préoccupation aujourd’hui, c’est la Chine et la Russie et, surtout, les conclusions à tirer du comportement de ces deux puissances « agressives et révisionnistes ». Le rapport suggère trois pistes d’action : la revalorisation de la flotte des sous-marins pour« préserver le contrôle US sur les mers à l’échelle globale » ; une prudence accrue quant à la place, dans les équipements militaires américains, des composantes d’origine russe ou chinoise ; et la modernisation de l’arsenal nucléaire US en fonction du « nouvel ordre », y compris une réflexion renouvelée sur le nombre et l’emplacement des bombes. source

En attendant sur le terrain en Syrie, les belligérants aux intérêts divergents se retrouvent face à face comme c’était prévisible, pour le moment c’est une 3 guerre mondiale par procuration .

Un monde unipolaire dirigé par une élite de fous furieux, David Cameron viens carrément de déclarer « Je suis prêt à appuyer sur le bouton rouge… » . :

Le premier ministre, David Cameron a déclaré à Sky News qu’il serait « prêt à appuyer sur le bouton rouge » …si il le devait.

David Cameron, au premier jour du Congrès du Parti conservateur à Manchester, a déclaré que le Royaume-Uni devait conservé le programme de dissuasion nucléaire Trident.

Il a également critiqué le leader des travaillistes Jeremy Corbyn qui avait déclaré récemment qu’il n’autoriserait pas l’emploi d’une arme atomique même si la Grande-Bretagne était elle-même menacée d’une attaque nucléaire.

« Vous devez reconnaître qu’il existe des circonstances dans lesquelles le recours à l’arme nucléaire serait justifiée« , a insisté David Cameron cité par la chaîne d’information Sky News.
Il a déclaré sur la BBC, qu’on ne pouvait pas donner d’autre réponse au risque de mettre en danger la stratégie de dissuasion nucléaire britannique…
Et il a dénoncé les commentaires de Jeremy Corbyn leader du Parti travailliste comme ayant « sapé la sécurité nationale« … (Sky news)

Ainsi  les Duels Aériens entre des Sukhoi SU-30 SM russes et des F-15 israéliens auraient commencé en Syrie, l’info n’est pas confirmée mais si ce n’est pas cette fois ce sera la prochaine :

Syrie: Duel Aérien entre des Sukhoi SU-30 SM russes et des F-15 israéliens

Les pilotes israéliens ont dû faire une drôle de tête en se retrouvant face aux Sukhoi SU-30 SM russes. Eux qui avaient l’habitude de jouer les aigles fiers et invincibles dans le ciel de Gaza, savent maintenant ce que ressentent les Gazaoui qu’ils survolent impunément et qui s’attendent à recevoir un missile à tout moment. A leur tour de se dire : « pourvu que j’en réchappe ».  RI

***

Six chasseurs multirôles russes de type Sukhoi SU-30 SM ont mis en fuite des chasseurs israéliens de type McDonnell Douglas F-15 au large des côtes syriennes.

Les appareils israéliens survolent depuis des mois l’espace aérien syrien et plus particulièrement la base aéronavale de Lattaquié, tête de pont des forces russes en Syrie. Les appareils israéliens suivent en général un plan de vol assez complexe et approchent Lattaquié à partir de la mer.

Dans la nuit du 1er au 02 octobre 2015, six Sukhoi SU-30 SM russes ont décollé de la base aérienne syrienne de Hmimim en direction de Chypre avant d’intercepter en position d’attaque quatre  chasseurs israéliens F-15.

Surpris par une situation aussi inattendue et probablement non préparés à un combat aérien avec l’un des meilleurs chasseurs polyvalents russes, les pilotes israéliens ont vite rebroussé chemin vers le Sud en survolant à très grande vitesse le Liban.

L’armée libanaise a annoncé officiellement à 2313 Z (heure locale) que quatre « appareils ennemis » (israéliens) avaient franchi l’espace aérien du Liban.

Cet « incident » entre des avions de combat russes et israéliens a frappé de stupeur le commandement des forces aériennes israéliennes, lequel a estimé qu’un éventuel combat aérien entre les F-15 israéliens et les Su-30 russes aurait débouché sur la destruction des quatre appareils israéliens. Israël a vivement protesté auprès de Moscou de cet incident mais les Russes ont exigé des explications sur la présence d’avions de combat israéliens en plein espace aérien syrien. Cet incident indique que la protection de l’espace aérien syrien est désormais sous la protection de l’arme aérienne russe. Ce qui cause des grincements de dents à Washington.

L’incident a été passé sous silence par les grandes agences de presse mais les relais politiques et médiatiques d’Israël aux Etats-Unis, en Europe et dans le monde arabe vont redoubler d’efforts pour diaboliser le soutien russe au gouvernement syrien.

Photo: Sukhoi Su-30 SM russe. Ce chasseur multirôle basé sur la famille du Su-30 MK est admiré par l’ensemble des analystes militaires US.

source

La Guerre Nucléaire et la Fin des Temps – Sheikh ImranHosein

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 octobre 2015 dans général, International, Nouvel ordre mondial

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Étonnantes prédictions d’un rabbin du XIIe siècle

JERUSALEM – Judah Ben Samuel était un rabbin allemand légendaire et prolifique du douzième siècle qui a fait des prédictions étonnantes et précises concernant l’avenir de Jérusalem et d’Israël qui se sont réalisées.

Judah Ben Samuel, également connu sous le nom de Judah he-Hassid (Judah le Pieux), a vécu et travaillé de la fin du douzième siècle jusqu’au début du treizième siècle, à Regensburg (Ratisbonne), et il a été l’auteur d’un certain nombre de livres en langue allemande. (2)

Ludwig Schneider, du magazine Israel Today (3), a traduit certains de ses travaux en anglais au cours de ces dernières années ; notamment : « Le Livre du Pieux – Sefer Hassidim » et le « Livre des calculs – Sefer Gematriyot ».

Suite aux croisades chrétiennes en Terre Sainte, entre 1096 et 1270, une correspondance régulière s’est développée entre les Juifs de Terre Sainte et les Chrétiens d’Occident. Ainsi, par exemple, les rabbins de Worms et de Regensburg en Allemagne savaient que les Ayyoubides de Saladin avaient gouverné la Terre Sainte depuis 1187.

A cette époque, Judah Ben Samuel publia les résultats de ses calculs bibliques (Gematria) et ses observations astrologiques qu’il résuma comme suit :

«Quand les Ottomans (Turcs) – qui étaient déjà une puissance non négligeable sur le Bosphore à l’époque de Judah Ben Samuel – conquerront Jérusalem, ils régneront sur Jérusalem pendant huit jubilés. Ensuite, Jérusalem deviendra une terre interdite pendant un jubilé, puis, pendant le neuvième jubilé, la ville sera à nouveau en possession de la nation juive, ce qui signifierait le début de la fin des temps messianiques. »

Un jubilé, c’est 50 ans (Lévitique 25). C’est la cinquantième année après sept fois sept ans, (4) l’année où chaque personne doit reprendre possession de sa terre. Les calculs de Judah Ben Samuel étaient purement théoriques ; il n’y avait absolument aucun signe de leurs accomplissements à cette époque-là. Lui-même n’était pas en mesure de voir leurs accomplissements, parce que ce n’est que 300 ans après sa mort que la première de ses prédictions devait seulement se réaliser.

Les Mamelouks, qui ont régné sur Jérusalem depuis l’an 1250, ont été conquis en 1517 par les Turcs Ottomans. Les Ottomans y ont régné pendant huit jubilés (8 x 50 = 400 ans), ce qui veut dire qu’ils ont régné à Jérusalem pendant 400 ans. Exactement 400 ans plus tard, en 1917, les Turcs Ottomans ont été conquis par les Britanniques. La Société des Nations a confié le mandat de la Terre Sainte et de Jérusalem aux Britanniques. Ainsi, dès 1917, et en vertu du droit international, Jérusalem fut une terre interdite (no man’s land).

Puis, quand Israël s’est emparé de Jérusalem lors de la guerre des Six Jours en 1967, exactement un jubilé (50 ans) après 1917, Jérusalem est redevenue à nouveau la propriété des Juifs Israéliens. Ainsi, selon les prophéties de Judah Ben Samuel, la Fin des Temps messianiques commença.

De nombreux chercheurs ont étudié les écrits de Judah Ben Samuel et s’y sont référés pour faire l’effort de comprendre comment il avait atteint ses conclusions. Parmi ceux qui se référaient à Judah Ben Samuel, il y avait le Rabbi Isaac Ben Salomon Louria, un mystique traitant avec le monde messianique (Jérusalem, 1531-1572, Safed) ; Joseph Salomon Delmegido (1591 Candia – 1655 Prague), un mathématicien et astronome (« Mazref le-Chochma ») ; Azoulai I (1724-1806), un bibliographe célèbre ; Samuel David Luzzatto (1800-1865), un érudit de la Bible; l’historien Heinrich Graetz (1817-1891) ; et l’érudit de la Torah Jacob Epstein (1925-1993).

Le secret par lequel Judah le Pieux est arrivé à de telles prédictions si précises relève moins de calculs concrets, qu’au fait d’avoir consacré sa vie à Dieu. Ses élèves, le Rabbin Isaac ben Moïse (Vienne), le Rabbin Baruch ben Samuel (Mayence) et le Rabbin Simcha (Speyer), attestent que Judah Ben Samuel était un modèle d’abstinence, d’abnégation et qu’il attendait avec un ardent désir la venue du Messie.

Judah Ben Samuel était souvent appelé « Lumière d’Israël ». Même les évêques venaient lui demander conseil. Si quelqu’un lui demandait d’où provenait sa sagesse, il répondait :
« Le prophète Élie, qui va précéder le Messie, m’est apparu et m’a révélé beaucoup de choses et a souligné que la condition préalable pour une réponse à la prière, c’est qu’elle soit alimentée par l’enthousiasme, la joie de la grandeur et de la sainteté de Dieu. ».

Voici pour résumer ces prédictions étonnantes : en l’an 1217, ce rabbin érudit et pieux a prophétisé que les Turcs Ottomans régneraient sur la ville sainte de Jérusalem pendant huit jubilés. Maintenant, gardez à l’esprit qu’il a fait cette prédiction 300 ans avant que les Turcs Ottomans prennent le contrôle de Jérusalem en 1517. En effet, si vraiment 1217 et 1517 allaient être des années jubilaires comme le croyait Judah Ben Samuel, alors sa prophétie était tout à fait exacte, car exactement 400 ans après que les Turcs aient pris le contrôle de Jérusalem, ils furent chassés de la ville et de la terre sainte en 1917 par les forces alliées sous le commandement du général George Allenby, pendant Hanouccah d’ailleurs.

Mais, cela devient encore plus intéressant.

Le rabbin a aussi prophétisé que pendant le neuvième jubilé, Jérusalem serait une « terre interdite » (no man’s land). C’est exactement ce qui s’est passé de 1917 à 1967, en raison du fait que la Terre Sainte a été placée sous mandat britannique en 1917 par la Société des Nations et, littéralement « n’appartenait » à aucune nation.

Même après la guerre d’indépendance d’Israël en 1948-49, Jérusalem était encore divisée par une bande de terre passant pratiquement au cœur de la ville, avec la Jordanie contrôlant la partie orientale de la ville, et Israël contrôlant la partie occidentale. Cette bande de terre était considérée et même appelée « no-man land », à la fois par les Israéliens et les Jordaniens.

Il a fallu attendre la guerre des Six Jours de 1967, quand la totalité de la Cisjordanie en Terre Sainte fut conquise par l’armée israélienne, pour que la totalité de la ville de Jérusalem retourne entre les mains d’Israël. Donc, une fois de plus, une prophétie faite par un rabbin, 750 années auparavant, a été accomplie à la lettre.

Ce serait certainement significatif si les années 1917 et 1967 avaient été des années jubilaires, compte tenu de ce qui s’est passé à Jérusalem pendant ces années. Mais, ça devient même encore plus intéressant, parce que Judah Ben Samuel a aussi prophétisé que Jérusalem serait sous le contrôle des Juifs pendant le dixième jubilé et que «la fin des temps » messianique allait commencer. S’il a raison, le dixième jubilé a commencé en 1967 et s’achèvera en 2017.

« La Bible doit être notre norme pour les prophéties et l’interprétation des événements prophétiques », a déclaré Joseph Farah, rédacteur en chef et fondateur deWorldNetDaily, après avoir pris connaissance des prédictions de Judah Ben Samuel dans Israel Today.

« Mais, on ne peut ignorer ce que ce rabbin du douzième siècle a dit et écrit. Cela est bien documenté. Et j’applaudis Israel Today pour l’avoir apporté à la lumière. Les implications de ces prédictions sont stupéfiantes, c’est le moins que l’on puisse dire. » (Traduction: Jacq. Mengal).

Tableau des dix jubilés prophétisés


Commentaires

Certains lecteurs pourraient s’étonner de la publication de cet article décrivant les révélations d’un rabbin du Moyen-Age, puisque le monde « chrétien » considère en général le don de prophétie comme l’apanage de ceux qui appartiennent à la Nouvelle alliance.

Mes amis, sachez que cette idée est tout à fait érronée. En fait, elle nous vient de la fausse théologie dite du « Remplacement » qui prétend que l’Eglise a pris la place d’Israël dans l’élection et les promesses divines.

Le peuple juif n’a jamais été rejeté ! Même si pour un temps il n’a pas reconnu son Messie qui est venu en la personne de Yéchoua Ben David (Jésus-Christ).

«Je demande donc: Dieu aurait-il rejeté son peuple ? Certainement pas ! Car je suis moi-même Israélite, descendant d’Abraham, membre de la tribu de Benjamin, Dieu n’a pas rejeté son peuple, qu’il s’est choisi d’avance.» (Rom. 11: 1-2).

Ce rabbin (Judah Ben Samuel) ne croyait probablement pas que Yéchoua était le Messie attendu. Et en formulant ses prédictions, il ne savait probablement pas que c’est le même Messie qui reviendra aux derniers jours. Malgré cela, cet homme était certainement très intégre, droit et animé d’un amour ardent pour la recherche de la vérité et de la compréhension des Ecritures.

Ses prières et son comportement exemplaire durant sa vie auraient-ils été sans réponses ? Sincèrement, j’en doute ! Car, en lisant le résultat de ses recherches, on ne peut être qu’impressionné par la précision et l’exactitude de ses prédictions déjà réalisées.

Remarquons tout de même que si nous sommes bien aux temps de la fin – et peut-être depuis 1967 comme le disait le rabbin – 2017 ne peut pas représenter l’année du retour du Messie, puisque nous savons, par d’autres prophéties, qu’une dernière période de 7 ans (la 70e semaine de Daniel) doit avoir lieu avant le retour de notre Seigneur et Messie.

«Pendant la dernière période de sept ans, il imposera de dures obligations à un grand nombre de gens … » (Dan. 9: 27).

Par conséquent, il est possible que cette année 2017 soit le début de cette 70e semaine de Daniel et représente ce que la Bible appelle « les Derniers jours ». Cette période de temps représentera vraisemblablement la dernière phase des prédictions de Judah Ben Samuel.

Je voudrais aussi préciser que nous avons perdu le repère permettant de calculer précisément les années de Jubilés (Lévitique 25). Certains pensent – et j’en avait parlé dans l’article intitulé «L’année de relâche et le Jubilé» – que la prochaine année de relâche, qui tombe tous les sept ans, sera 2015 … Mais il s’agit bien ici d’une supposition, car à la lecture des prédictions de Judah Ben Samuel, il semblerait que la prochaine année du Jubilé tombe en 2017. Que représentera alors vraiment cette année 2017 ? …

«Ne vous endormez pas, priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver et de vous présenter debout devant le Fils de l’homme.  » (Luc 21: 36).

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

La fin des temps est proche, il faut s’y préparer

Jesus-sur-la-croix

 

ITW de Louis D’Alencourt : je dis rien mais avec ‘dans 40 jours Babylone sera détruite’ et ce qu’on voit sur le yellowstone ; 8.2 au chili , les débris de linéar etc  Il pourrait encore Etre très prés de la solution, comme en septembre, avec la 3e guerre mondiale … ;  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Voici le texte d’une interview donnée le 23 mars 2014 à un hebdomadaire et qui paraîtra la semaine prochaine. Il a l’avantage de résumer en quelques questions l’ensemble de mes thèses développées sur ce blog ; bref c’est une synthèse globale et actualisée. Pour approfondir un sujet en particulier, il suffit de naviguer sur le blog, ou de se reporter aux liens proposés en fin d’article.
Pour télécharger le fichier PDF de cette interview, cliquez ici.

 

Louis d’Alencourt bonjour. Pouvez-vous vous présenter ?
Bonjour. Bien que mon métier ne m’y prédestinais pas, je suis devenu de fil en aiguille eschatologue catholique. L’eschatologie, je le rappelle, consiste à étudier la fin des temps via les prophéties. Poussé par l’actualité du 21 décembre 2012, j’ai créé à cette époque un blog, Le Grand Réveil. Celui-ci a pour but d’éveiller nos contemporains sur la perversité de cette génération et de leur expliquer que le temps étant compté à Satan on pouvait, via l’eschatologie, découvrir et étudier les signes nous donnant une compréhension plus exacte du calendrier.

En quoi l’eschatologie est-elle une science (ou une technique) fiable ?
Tout dépend des bases que vous avez. Issu d’un milieu catholique traditionaliste, j’avais déjà une bonne vision de l’évolution calamiteuse des deux derniers siècles. Restait à l’approfondir, ce que j’ai fait. Ensuite, j’ai orienté mes recherches sur les prophéties pour mieux les appréhender et les comprendre. Enfin, mon travail a consisté à essayer de faire correspondre géopolitique et prophéties afin d’identifier leurs imbrications. D’illustres prédécesseurs m’ont précédé dans cette tâche, il suffit de les étudier, de rectifier le cas échéant, et surtout de « recoller » les morceaux avec les temps modernes.

Et qu’avez-vous découvert ?
J’ai découvert qu’il y a deux plans différents : le plan de Satan et le plan divin. Ce ne sont pas les mêmes. L’erreur que font la plupart des dénonciateurs des œuvres du Malin, comme ceux que l’on appelle les « complotistes » sur Internet, c’est de suivre uniquement ce plan, d’essayer de savoir et d’anticiper ce que nous préparent les Illuminatis. Du coup, ils oublient l’enjeu principal entre les deux plans : les âmes. L’objectif ultime de Satan consiste à capturer les âmes à son profit, et pour cela tous les moyens sont bons. Alors que le plan de Dieu consiste à mener son peuple à la Jérusalem Céleste via une phase de purification. C’est pourquoi Dieu autorise Satan à commettre le mal comme il ne l’avait jamais fait auparavant (les fameuses dernières tribulations), car les siens, que l’Apocalypse appelle les « justes » ou les « élus », et par conséquent son Eglise, doivent auparavant être purifiés. C’est pourquoi on parle de Passion de l’Eglise, et c’est toute la signification du mystère d’iniquité.

Quel est le lien avec la Parousie, le retour du Christ ?
J’y viens. Les Saintes Ecritures, et Notre-Seigneur lui-même, nous expliquent qu’à la fin des temps, le Christ reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts et régner à jamais sur son peuple. C’est ce que nous explique en substance l’Apocalypse. Les Pères de l’Eglise et tous les exégètes sérieux ont identifié cette période comme étant aussi celle de l’Antéchrist, c’est à dire celle où règne sans partage un suppôt de Satan, pour une période a priori de 42 mois. Ce personnage précède le retour du Christ (ante) et s’y oppose totalement (anti), d’où les deux orthographes possibles. De ceci découle une nécessité de définition : la Fin des Temps correspond au règne de l’Antéchrist, à sa chute par le souffle divin et à l’éradication de tous les méchants, et au retour du Christ sur terre pour une période indéterminée, mille ans disent certains (le fameux millenium). Puis c’est la fin du monde et le jugement dernier.

Est-ce que fin des temps et fin du monde peuvent se cumuler ?
Oui, c’est ce que je pense. Quand vous étudiez de près le texte de l’Apocalypse, il semblerait qu’il n’y ait pas de délai véritable entre la destruction du mal, le retour du Christ, le jugement dernier et la Jérusalem céleste, inaugurée par « la nouvelle épouse » (l’Eglise purifiée). J’en conclus que la fin des temps est aussi la fin d’un monde, de celui où cohabitent le bien et le mal. Relisez les chapitres 21 et 22 de l’Apocalypse, il est clairement expliqué que nous vivrons en présence de Dieu et qu’il n’y aura « rien de souillé » dans la Jérusalem céleste, donc plus aucune once de mal.

Pourtant il semblerait que le millénium soit indiqué dans l’Apocalypse…
Il ne faut pas avoir une lecture linéaire et totalement chronologique des visions de saint Jean.
Comme dans tout texte prophétique, il y a des répétitions, des flash-back, un sens mystique et un sens « terrestre ». Il faut savoir les différencier. L’ambiguïté du millénium vient de l’indication, au chapitre 20, que Satan sera enchaîné pour mille ans et qu’après ce délai, il sera relâché pour un peu de temps. Comme cette information arrive après la description des 7 trompettes et des 7 coupes, on peut penser qu’il se passera après. Erreur ! Ces mille ans sont un flash-back, ils correspondent à la période où l’Eglise grandit et étend son influence à toute la terre, c’est à dire grosso modo les mille ans du Moyen-Age, où effectivement le diable était singulièrement en retrait.

Revenons aux plan de Satan et de Dieu…
Pour comprendre les enjeux, il faut étudier la progression du plan de Satan. Dès que Satan est libéré de ses chaînes au bout de mille ans, il attaque fort : par la Renaissance (du paganisme en réalité) et surtout 1517, la Réforme de Luther. Une hérésie qui, contrairement aux autres, ne sera pas éradiquée. Seconde grande étape du plan, 1776, où apparaissent dans la même année les Illuminés de Bavière (futurs Illuminatis) et les Etats-Unis, nation créée de toutes pièces par la Synagogue de Satan pour servir ses plans. Enfin troisième date-clé, et ultime étape, 1914. Cette année-là, le dernier grand pape disparaît (et quel pape ! Il fallait un saint pour nous préparer à l’ultime affrontement) et Satan inaugure « son » siècle par une débauche de sang, mais pas n’importe lequel : celui de la jeunesse rurale et catholique. 1914-2014 sera le siècle de Satan.

Pourquoi cette période 1914-2014 et non pas une autre ?
Je vais vous détailler quatre preuves pour démontrer ce que j’avance. D’abord, les Saintes Ecritures nous ont révélé que le temps de Satan était compté ; relisez le livre de Job.
Deuxièmement, le dialogue de Léon XIII du 13 octobre 1884 nous a permis de savoir quelle était la durée ultime accordée à Satan : « de 75 à 100 ans » pour détruire l’Eglise, et Jésus autorise Satan à y arriver, sans dire dans quelles proportions. Il préfigure ainsi bel et bien la Passion de l’Eglise. Or le 13 octobre 1914, 30 ans après, Benoît XV nomme le cardinal Gasparri à la secrétairie d’Etat. Gasparri était franc-maçon, c’est lui qui signera le 11 février 1929 les accords de Latran, sous Pie XI.
Et trois ans plus tard jour pour jour, Notre-Dame viendra confirmer à Fatima que nous sommes bien entrés dans l’ultime confrontation. La même année saint Pie X + Gasparri + 1ère guerre mondiale, ça fait beaucoup comme faisceau de présomptions. Un Benoît commence le siècle de Satan, un autre Benoît le clôt.

La troisième preuve ?
Dans l’évangile où Jésus décrit les circonstances de son retour, le fameux chapitre 24 en saint Matthieu, il précise que ce sera « comme au temps de Noé », c’est à dire que la société sera indifférente à ses signes, jusqu’au jour où Noé entre dans l’arche, et là c’est trop tard. Or les Pères de l’Eglise nous expliquent que les cent ans de construction de l’arche ont constitué un avertissement grandeur nature aux hommes, qui ont refusé de le considérer. Scrutons, voulez-vous, la période 1914-2014 : le monde a connu en un siècle une transformation plus extraordinaire qu’en 6000 ans. Dans tous les domaines -économique, politique, social, scientifique, environnemental, démographique, technique, culturel, religieux- la mutation est telle qu’il est impossible de revenir en arrière. Non seulement notre façon de vivre a changé, mais aussi notre façon de penser, nos mentalités. Or, est-ce que cette évolution s’est faite dans une direction identique ou opposée au christianisme ? Poser la question c’est y répondre. Les voici vos cent ans de construction du monde de Satan. Il y a bel et bien un avant et un après 1914.

Et la quatrième ?
Quelques calculs viennent corroborer ces observations. Jésus en Matthieu 24 nous invite aussi à scruter le Livre de Daniel pour comprendre la Fin des Temps. En Daniel, vous apprenez deux notions majeures : que le diable est limité à 49 (les 49 coudées des flammes en Daniel 3, 47 ; explication donnée par les Pères de l’Eglise) et que la venue du Christ (et donc son retour aussi) est préfigurée par 70 semaines d’années, soit 490 ans. Déjà, on retrouve à nouveau le 49. Faisons maintenant un calcul simple en prenant comme base que 2014 est une année-clé, si ce n’est l’année du grand final. De 1517 (Luther, notre première date) à 2014, il y a 497 ans, soit les 70 semaines de Daniel + 7 ans de tribulations (symbolisés par les 45 jours ajoutés en Daniel 12). Ensuite 1776, la seconde date. Cette fois-ci l’écart est de 238 années. Cela fait quatre périodes de 49 ans plus une de 42 ans : que des chiffres symboliques. De plus, fait étrange, dans l’affaire du Boeing de la Malaysian Airlines, il y avait 239 passagers, soit notre 238 plus un… l’ultime délai ? Autre indice, il s’agit d’un Boeing 777 ; or 1776 forme aussi 777 et 2014 également. Enfin pour la troisième période qui commence en 1914, elle a commencé par une guerre mondiale, elle se terminera en 2014 par une guerre mondiale.

Oui mais il manque une donnée essentielle :où est l’Antéchrist dans votre période 1914-2014 ?
« Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. » Quand on réfléchit sereinement à la notion d’Antéchrist en relisant les Ecritures, force est de constater que le terme d’Antéchrist désigne tout autant une période, un système, une mentalité : un moment où l’iniquité et la perversité seront poussés à l’extrême. Dans les Ecritures, il est habituel de décrire une multitude par un singulier : l’impie, l’apostat, le fils de perdition, de nombreux hommes peuvent se reconnaître dans ces vocables. Il est donc plus judicieux de parler de période antichristique, précédant le retour du Christ. Reste à savoir s’il y aura un personnage qui coiffera ce système pour les derniers 42 mois. Rien n’est moins sûr. Sur le papier ça fait bien, et Satan se complaît à nous habituer à cette idée. Mais si son objectif est la récolte d’âmes, alors il n’a pas besoin d’un super fils de perdition pour cela : le travail est déjà fait. Par contre, en leurrant les hommes avec cette perspective, il les amène à négliger l’essentiel : se préparer spirituellement. Franchement, l’arrivée de l’Antéchrist serait un signe trop visible. Or Jésus, en Matthieu 24, répète plusieurs fois de se méfier des faux prophètes et de ceux qui usurperont son Nom, et il parle au pluriel. D’autre part, il nous dit bien que le Fils de l’Homme viendra au moment où on ne l’attendra pas. Comment concilier ces paroles avec un signe aussi évident qu’un super chef mondial puçant tout le monde ? « Je viendrai comme un voleur » nous répète-il dans l’Apocalypse : ce n’est pas compatible avec un Antéchrist-personne, par contre tout s’éclaire avec un Antéchrist à la fois système, période et multitude. Et religion. Car l’ultime étape, c’est l’adoption de la religion de l’homme par les catholiques grâce à Vatican II.

Comment être sûr que nous arrivons bien à la fin ?
L’archange Gabriel, au chapitre 12 du livre de Daniel, lui demande de sceller ses révélations jusqu’à la fin des temps, et qu’alors elles se révéleraient. Tant que certains événements ne s’étaient pas accomplis, on ne pouvait pas faire les ultimes relations entre géopolitique et prophéties. Les grands auteurs qui nous ont précédés auraient probablement révisé leurs conclusions s’ils avaient vécu aujourd’hui. Nous constatons d’ailleurs que la plupart n’avaient pas anticipé une attaque du Malin à l’intérieur même de l’Eglise catholique. Quels sont ceux qui avaient imaginé Vatican II ? Quasiment aucun. Or on n’a pu faire la relation entre les événements et les prophéties qu’avec deux événements récents : la démission de Benoît XVI d’une part et les canonisations du 27 avril 2014 d’autre part.

En quoi la démission de Benoît XVI est-elle un signe fort ?
Je reviens à Gasparri : il signe les accords de Latran le 11 février 1929, accords par lesquels il transforme le Vatican en un Etat comme un autre ; en d’autres termes, l’Eglise s’accorde avec le monde, un monde qui, on l’a vu, est satanique dans son essence. 84 ans après jour pour jour, Benoît XVI démissionne. 84 ans, c’est l’âge de la prophétesse Anne, et celle-ci est liée à une notion de purification. C’est aussi 2×42, or 42 c’est la durée de pouvoir de la bête de l’Apocalypse, mais il y a DEUX bêtes ! Enfin, dans la Genèse, le descendant de Caïn, Lamech, affirme que « Caïn sera vengé 7 fois et Lamech 77 fois ». 7 plus 77 = 84.
Second point essentiel, la prophétie des papes de saint Malachie. Benoît XVI était le 111ème et dernier pape. Cette liste a été suivie sans erreur depuis son début. Après Benoît XVI il n’y a plus qu’un dernier pape, Pierre le Romain, celui des tribulations et du jugement dernier. Nous y sommes.

Ce mystérieux Pierre le Romain, vous l’avez identifié ?
Oui : après 111 devises désignant chacune un pape, le 112ème et dernier n’a pas de devise mais un nom : Petrus Romanus. Pourquoi ? Parce que saint Malachie devait trouver une périphrase pour désigner une personne qui ne serait pas pape mais occuperait néanmoins le siège de Pierre. Comment faire ? Vous l’appelez Pierre pour faire comprendre qu’il occupe le Saint Siège, vous complétez par « le romain » pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté (façon aussi de révéler que la Rome chrétienne redeviendra païenne), mais vous ne lui attribuez pas de devise car c’est un faux pape. Or qu’avons-nous aujourd’hui ? Deux papes ! Dont un dont les circonstances de la démission sont plus que suspectes, pour ne pas dire irrégulières.

Une dernière preuve ?
Oui, elle nous est rapportée par le Diable au XIXème siècle, paru en 1892. Lors d’une séance de questions posée à Lucifer dans une réunion de maçons, à la question « Combien de papes après Léon XIII ? », Lucifer répond « 9 et après je règnerai ». Le neuvième c’était Benoît XVI. Même si on conteste l’honnêteté de l’auteur, l’authenticité du document ne fait aucun doute. Comment en 1892 pouvait-on savoir ce qui se passerait en 2013, tout en en étant exactement en phase avec la prophétie des papes et les 84 ans de la prophétesse Anne ?

Et les canonisations du 27 avril ?
La plupart des exégètes expliquent qu’à la fin, la bête de l’Apocalypse (l’Antéchrist) voudra imiter le Christ en s’élevant dans les airs comme lui, pour monter au ciel, et qu’à ce moment le Souffle divin l’expédiera dans la géhenne. Canoniser Jean XXIII et Jean-Paul II est un acte décisif. Non seulement l’Eglise engage son magistère, mais en plus elle couronne leur œuvre, Vatican II. Il ne nous appartient pas de juger si ces deux papes sont en enfer, mais il n’est pas possible, au vu de leurs actes et des hérésies qu’ils ont contribué à véhiculer, de déclarer qu’ils sont dignes de vénération et qu’ils sont allés directement au ciel. Les canoniser revient donc à accomplir ce signe d’imitation de l’Ascension par l’Antéchrist dans l’Apocalypse. Autre indice extrêmement probant : le vénérable Holzhauser est l’auteur d’une Interprétation de l’Apocalypse écrite dans les années 1650 et considérée comme une des meilleures. Or Holzhauser, à moment donné, divise 666 par 12 et trouve 55,5 ans. Il en déduit que ce sera la durée de vie de l’Antéchrist. Du 28 octobre 1958, élection de Jean XXIII au souverain pontificat au 27 avril 2014, sa canonisation, il y a très exactement 55 ans et demi. C’est signé ! Le 27 avril, Satan commettra l’abomination de la désolation qui lui sera fatale. Son temps sera terminé, place aux châtiments.

Quel est, selon vous, le calendrier de la fin ?
Je ne peux pas tout dire, ce serait trop long. Notez juste la date de cette interview, 23 mars, car les événements peuvent arriver très vite maintenant. J’invite vos lecteurs à lire le dernier article « Dans 40 jours Babylone sera détruite » sur le blog Le Grand Réveil, où je précise ma vision des derniers mois: tout pourrait se jouer entre le 16 janvier (foudre sur le Christ de Rio) et le 16 juillet 2014 (Notre-Dame du Mont Carmel). J’ajoute que mes calculs respectent les paroles de Notre-Seigneur : « Vous ne connaîtrez ni le jour ni l’heure », sachant qu’il n’a jamais interdit d’identifier la période correspondante, bien au contraire. Il nous invite à voir et comprendre les signes qu’il nous envoie. De toute façon, 2014 sera une année-clé. Si je me trompe et qu’elle n’est pas celle de la grande purification, alors ce sera l’avènement de l’Antéchrist-personne ce qui repousserait les grandes échéances à 2017 début 2018. Mais pas au-delà. Par conséquent, la seule préparation valable est celle de l’âme. Comme les Ninivites du livre de Jonas, il est urgent de sortir de Babylone, et de se sanctifier par la prière, la pénitence et les sacrements.

 

Pour en savoir plus sur l’affaire du Boeing 777 de la Malaysian Airlines :
http://legrandreveil.wordpress.com/2014/03/12/un-boeing-peut-en-cacher-un-autre/

Pour comprendre les enjeux des événements de Crimée :
http://legrandreveil.wordpress.com/2014/03/05/il-faut-forcer-la-russie-a-attaquer/

Pour comprendre ce qui se passe au Vatican depuis un an et le rapport avec la fin des temps :
http://legrandreveil.wordpress.com/2014/02/12/le-pape-et-la-fin-des-temps/

Pour comprendre la religion de l’homme mise en place par Vatican II :
http://legrandreveil.wordpress.com/2014/01/23/la-religion-de-lhumanite/

Pour comprendre la dérive et la perversité de la société actuelle :
http://legrandreveil.wordpress.com/2014/02/08/reveillez-vous-et-sortez-de-la-matrice/
http://legrandreveil.wordpress.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 avril 2014 dans général

 

Étiquettes : , , , , ,

Un rabbin du douzième siècle a prédit la fin des temps, en 2017 !

Un rabbin du 12e siècle

N’oubliez pas qu’en Israël, le machia’h (messie qu’attend le peuple juif) serait au « coin de la rue » pour une majorité de la population, comme aime à le répéter rav ron Chaya par exemple ; Cette vision apocalyptique imminente du peuple juif impact fortement le reste du monde, car j’ai découvert une corrélation directe, semble-t-il, entre cette vision apocalyptique imminente du peuple juif (dont notamment le sionisme messianique) , et un grand nombre de prédictions apocalyptiques que l’on peut voir ici et là , et donc maintes prédictions sur le sujet de la fin des temps ressurgissent en ce moment : je ferai un long papier sur le sujet …. Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance    

Un rabbin du douzième siècle a prédit l’avenir d’Israël. Maintenant, ses prophéties concernant le retour du Messie sont étudiées.

 

Judah Ben Samuel était un rabbin allemand légendaire et prolifique du douzième siècle qui a fait quelques prédictions étonnantes et spécifiques concernant l’avenir de Jérusalem et d’Israël qui se sont réalisées.

Judah Ben Samuel, également connu sous le nom de Judah he-Hassid (Juda le Pieux), a vécu et travaillé de la fin du douzième siècle jusqu’au début du treizième siècle, à Regensburg (Ratisbonne), et a été l’auteur d’un certain nombre de livres en langue allemande.

Ludwig Schneider, du magazine Israël Today, a traduit certains de ses travaux au cours des dernières années, y compris « Le Livre du Pieux – Sefer Hassidim » et le « Livre des calculs – Sefer Gematriyot ».

Après les croisades chrétiennes en Terre Sainte, entre 1096 et 1270, une correspondance régulière s’est développée entre les Juifs en Terre Sainte et les Chrétien de l’Occident. Ainsi, par exemple, les rabbins de Worms et de Regensburg en Allemagne savaient que les Ayyoubides de Saladin avaient dirigé en Terre Sainte depuis 1187.

A cette époque, Judah Ben Samuel a publié les résultats de ses calculs bibliques (Gematria) et ses observations astrologiques, et a résumé comme suit : « Lorsque les Ottomans (Turcs), qui étaient déjà une puissance à ne pas négliger sur le Bosphore à l’époque de Juda Ben Samuel, conquièrent Jérusalem, ils vont régner sur Jérusalem pendant huit jubilés. Ensuite, Jérusalem deviendra la terre interdite pendant un jubilé, puis, pendant le neuvième jubilé, la ville sera de nouveau la possession de la nation juive, ce qui signifierait le début de la fin des temps messianiques. »

Un jubilé dure 50 ans (Lévitique 25). Il s’agit de la cinquantième année après sept fois sept ans, l’année où chaque personne doit reprendre possession de sa terre. Les calculs de Judah Ben Samuel étaient purement théoriques ; Il n’y avait absolument aucun signe à cette époque de leurs accomplissements. Il n’était pas en mesure de faire l’expérience de leurs accomplissements, parce que ce n’est que seulement 300 ans après sa mort que la première de ses prévisions devait se réaliser.

Les Mamelouks, qui avaient régné sur Jérusalem depuis l’année 1250, ont été conquis en 1517 par les Turcs Ottomans. Les Ottomans y ont régné pendant huit jubilés (8 x 50 = 400 ans), c’est-à-dire qu’ils ont régné à Jérusalem pendant 400 ans. Exactement 400 ans plus tard, en 1917, les Turcs Ottomans ont été conquis par les Britanniques. La Société des Nations a conféré le mandat de la Terre Sainte et de Jérusalem aux mains des Britanniques. Ainsi, à partir de 1917, en vertu du droit international, Jérusalem était une terre interdite (no man’s land).

Puis, quand Israël s’est emparé de Jérusalem dans la guerre des Six Jours en 1967, exactement un jubilé (50 ans) après 1917, Jérusalem est redevenue la propriété des Juifs Israéliens une fois de plus. Ainsi, selon les prophéties de Judah Ben Samuel, la Fin des Temps messianiques commencèrent.

De nombreux chercheurs ont étudié et ont fait référence aux écrits de Judah Ben Samuel dans un effort pour comprendre comment il avait atteint ses conclusions. Parmi ceux se référant à Judah Ben Samuel, il y avait le Rabbi Isaac Ben Salomon Louria, un mystique traitant avec le monde messianique (Jérusalem, 1531-1572, Safed) ; Joseph Salomon Delmegido (1591 Candia – 1655 Prague), un astronome et mathématicien (« Mazref le-Chochma ») ; Azoulay I (1724-1806), un célèbre bibliographe ; Samuel David Luzzatto (1800-1865), un érudit de la Bible ; L’historien Heinrich Graetz (1817-1891) ; Et l’érudit de la Torah Jacob Epstein (1925-1993).

Le secret de la manière dont Juda le Pieux est arrivé à des prédictions tellement précises, à moins à voir avec les calculs réels, qu’avec le fait qu’il avait consacré sa vie à Dieu. Ses élèves, le Rabbin Isaac ben Moïse (Vienne), le Rabbin Baruch ben Samuel (Mayence) et le Rabbin Simcha (Speyer), témoignent que Judah Ben Samuel était un modèle d’abstinence, d’abnégation et attendait avec un ardent désir la venue du Messie.

Judah Ben Samuel était souvent appelé « Lumière d’Israël ». Même les évêques venaient lui demander conseil. Si quelqu’un lui demandait d’où provenait sa sagesse, il lui répondait : « Le prophète Élie, qui va précéder le Messie, m’est apparu et m’a révélé beaucoup de choses et a souligné que la condition préalable pour répondre à la prière, c’est qu’elle soit alimentée par l’enthousiasme et la joie de la grandeur et de la sainteté de Dieu. »

Mais, pour résumer les prédictions étonnantes : En l’an 1217, ce rabbin érudit et pieux a prophétisé que les Turcs Ottomans règneraient sur la ville sainte de Jérusalem pendant huit jubilés. Maintenant, gardez à l’esprit qu’il a fait cette prédiction 300 ans avant que les Turcs Ottomans prennent le contrôle de Jérusalem en 1517. En effet, si 1217 et 1517 allaient être des années jubilaires comme le croyait Judah Ben Samuel, alors, sa prophétie était tout à fait exacte, car, exactement 400 ans après que les Turcs aient pris le contrôle de Jérusalem, ils furent chassés de la ville et de la terre sainte en 1917 par les forces alliées sous le commandement du général George Allenby, soit dit en passant pendant le Hanoukka.

Mais, cela devient encore plus intéressant.

Le rabbin a aussi prophétisé que, pendant le neuvième jubilé, la ville de Jérusalem serait une « terre interdite » (no man’s land). C’est exactement ce qui s’est passé de 1917 à 1967, en raison du fait que la Terre Sainte a été placée sous mandat britannique en 1917 par la Société des Nations et, littéralement, « n’appartenait » à aucune nation.

Même après la guerre d’indépendance d’Israël en 1948-49, Jérusalem était encore divisée par une bande de terre passant directement au cœur de la ville, avec la Jordanie contrôlant la partie orientale et Israël contrôlant la partie occidentale de la ville. Cette bande de terre était considérée et a même appelée « no-man land » à la fois par les Israéliens et les Jordaniens.

Il a fallu attendre la guerre des Six Jours de 1967 pour que la totalité de la Cisjordanie et de la Terre Sainte soient conquises par l’armée israélienne et que la totalité de la ville de Jérusalem retourne entre les mains d’Israël. Donc, une fois de plus, une prophétie faite par un rabbin, 750 années auparavant, a été accomplie à la lettre.

Ce serait certainement significatif si les années 1917 et 1967 auraient été des années jubilaires, compte tenu de l’importance de ce qui s’est passé à Jérusalem pendant ces années. Mais, ça devient encore plus intéressant, parce que Judah Ben Samuel a aussi prophétisé que Jérusalem, pendant le dixième jubilé, serait sous le contrôle des Juifs et que la « fin des temps » messianiques allait commencer. S’il a raison, le dixième jubilé a commencé en 1967 et s’achèvera en 2017.

« La Bible doit être notre norme pour les prophéties et l’interprétation des événements prophétiques », a déclaré Joseph Farah, rédacteur en chef et fondateur de WorldNetDaily, après avoir pris connaissance des prévisions de Judah Ben Samuel dans Israël Today. « Mais, on ne peut ignorer ce que ce rabbin du douzième siècle a dit et écrit. C’est bien documenté. Et j’applaudis Israël Today pour avoir tout amené à la lumière. Les implications de ces prédictions sont stupéfiantes, c’est le moins que l’on puisse dire. »

http://www.wnd.com/2012/11/12th-century-rabbi-predicted-israels-future/

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 
22 Commentaires

Publié par le 31 mars 2014 dans Insolite, Religion - Prophéties

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :