Cette question populaire est complètement à côté de la plaque. L’attaque étasunienne est un crime de guerre manifeste et indiscutable contre un pays souverain, que la Syrie ait ou non employé l’arme chimique à Douma, lors de l’offensive contre les terroristes sponsorisés par Washington. Personne n’a fait en sorte d’empêcher ce crime de guerre. Quelques vassaux de Washington, à l’exemple de l’Allemagne et de l’Italie, ont refusé de s’impliquer, mais nul n’a tenté d’empêcher ce crime de guerre. L’impuissant Conseil de sécurité de l’ONU, auquel la Russie fait perdre son temps, l’UE, l’OTAN, la Russie et la Chine, n’ont rien fait pour prévenir ce crime de guerre de l’ère nazie de Washington.

Les autorités russes ont fait savoir que si l’attaque de Washington portait préjudice à leurs citoyens, il y aurait des conséquences militaires, mais les Russes n’ont pas protégé leur allié syrien de l’attaque.

L’attaque n’a peut-être aucune importance, puisque menée avec soin, de façon à n’avoir aucun autre effet que de servir à Trump pour sauver la face. Apparemment, il n’y a eu aucune victime et rien de concret n’a été endommagé, à part un établissement servant à la fabrication d’antivenin pour morsure de serpent.

Par contre, l’attaque est grave à cause de l’image qu’en ont fait les organes de la pressetituée étasunienne : une grande victoire étasunienne contre le diabolique gouvernement syrien et son allié, le malfaisant gouvernement russe. Fabriquée par les journalistes avec leurs nouvelles trompeuses, cette perception de l’événement justifie le crime de guerre et inspirera d’autres attaques contre la Syrie.

Il est peu probable que le Conseil de sécurité de l’ONU condamne Washington, qui paie 25% du budget de l’ONU. De plus, le Conseil de sécurité étant rempli de vassaux de Washington, ils ne voteront pas pour censurer leur suzerain. Poutine perd son temps à porter l’affaire devant le Conseil de sécurité, à moins qu’il espère prouver que toute l’institution occidentale est complètement corrompue. Comme la plupart des gens informés le savent déjà, je ne comprends l’intention de prouver ce que l’on sait déjà. Poutine devrait lire cet article d’Eric Zuesse avant de trop se fier à l’ONU.

J’ai écrit de nombreuses fois que j’admire la personnalité chrétienne de Poutine, qui pour épargner au monde le nombre énorme de victimes d’une guerre mondiale, élude les coups qu’il prend en permanence de Washington. Le problème est qu’en « tendant l’autre joue », Poutine encourage Washington à aggraver ses agressions. Poutine a affaire à des psychopathes néocons, pas à des gens raisonnables.

Tout au long de la guerre froide, jamais l’ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies n’a parlé de façon agressive et irrespectueuse au représentant soviétique, comme le fait Nikki Haley s’adressant à l’ambassadeur russe. Pendant la guerre froide, aucun président étasunien n’aurait toléré Nikki Haley. La chienne folle aurait été virée sur-le-champ.

Devant un gouvernement étasunien où Trump a choisi Nikki Haley au poste de porte-parole du pays, où John Bolton, un belliciste néocons, a une influence majeure dans la politique militaire et étrangère, et où le président lui-même est menacé d’inculpation pour avoir voulu normaliser les relations avec la Russie, le gouvernement russe est piégé par ses illusions s’il pense avoir la moindre chance d’éviter la guerre.

Pour éviter la guerre qui vient, le mieux à faire, c’est de former l’alliance russo-sino-iranienne et provoquer une défaite des forces armées étasuniennes dans un contexte régional, ne valant pas que les psychopathes de Washington lancent les armes nucléaires. De fait, tant que l’Oncle Sam n’aura pas subi de dommages, ses vassaux européens, le Conseil de sécurité de l’ONU et l’OIAC, resteront avec lui. Dès qu’il subira une défaite, l’OTAN se dissoudra. Avec cette dissolution, sa couverture disparaîtra comme par enchantement, et il n’aura plus alors les moyens de menacer d’autres pays.

Paul Craig Roberts

Original : www.paulcraigroberts.org/2018/04/17/crisis-beginning-stages/
Traduction Petrus Lombard