RSS

Archives de Tag: Google

Google collecte 10 fois plus de données à votre sujet que Facebook

Google collecte 10 fois plus de données à votre sujet que Facebook

Il est vraiment temps d’en finir avec cet espionnage de masse organisé !!! Que ce soit les réseaux sociaux, les entreprises ou les gouvernements ! Z

Facebook, le plus grand réseau social au monde, est actuellement sous les feux de la critique car l’entreprise collecte en masse des données en ligne de ses utilisateurs pour les revendre à des tiers. Toutefois, Google va beaucoup plus loin, a indiqué le développeur web irlandais Dylan Curran.

Selon ce dernier, le volume des données détenues par Google est presque dix fois important que la taille de la base de données compilées par Facebook, rapporte le Daily Mail.Pour aboutir à ces conclusions, Curran a téléchargé toutes les données stockées à son sujet par Facebook et Google. Outre le fait que les informations rassemblées par Google remontaient à 2008, celles-ci comprenaient un niveau de détail qui a choqué l’informaticien.

Trois millions de documents Word

Alors que les données collectées par le réseau social sur chaque utilisateur ont un volume de 600 mégaoctets, soit environ 400.000 documents Word, les informations rassemblées par Google étaient de 5,5 gigaoctets, soit un volume près de dix fois plus important que celui de Facebook et qui correspond à trois millions de documents Word.

Selon Curran, il est pratiquement impossible de déterminer ce que Google sait exactement de tous ses utilisateurs. Ces informations allaient de tous les lieux qu’il avait visité aux sites web sur lesquels il avait cliqué et contenaient même des fichiers supprimés de ses comptes de stockage en nuage sur Google Drive.

Curran a également découvert que Google suivait également tous ses déplacements en arrière-plan ainsi que le temps nécessaire pour voyager entre deux points. La base de données de Google contenaient aussi des détails sur ses passe-temps et intérêts ainsi que des estimations sur son poids et sur ses revenus potentiels.

« C’est une erreur de faire confiance à une entité qui contrôle autant d’informations », a expliqué l’expert IT. « Google essaie juste de faire de l’argent, mais à un moment donné quelqu’un commettra une erreur« , avertit-il.

Lieux fréquentés

Les données compilées par Google au sujet de Dylan Curran comprenaient tous ses voyages en Irlande au cours des douze derniers mois, ses déplacements à l’étranger et incluaient également le nom d’un certain nombre de pubs visités, la durée de fréquentation de ces enseignes ainsi que le trajet emprunté pour rentrer chez lui. En outre, Google connaissait également les événements auxquels il avait participé.

Le développeur web souligne que Google stocke aussi un rapport de données des comptes et archives numériques de l’utilisateur.

« Google conserve ainsi une trace de l’historique complet des recherches réalisées par ses utilisateurs ».

Toutes les recherches effectuées, même celles qui ont été effacées par l’utilisateur sont stockées par le géant des moteurs de recherche. Mais ce n’est pas tout, Google rassemble également tous les sujets de marketing qui pourraient vous intéresser, thèmes basés sur des facteurs tels que votre âge, votre sexe, votre emplacement et votre activité sur Internet. Toutes les applications que vous avez recherchées, installées ou lancées, ainsi que chaque vidéo YouTube visionnée, chaque e-mail envoyé ou reçu, y compris les messages supprimés et les spams, sont également archivés par Google. Par ailleurs, toutes les informations et fichiers supprimés par les utilisateurs sont aussi compilés.

Le fichier de Google téléchargé par Curran incluait enfin toutes les photos qu’il avait prises avec son smartphone, l’heure et l’enregistrement des images.

Source

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Ce que Google et Facebook savent sur vous

Ce que Google et Facebook savent sur vous (Al Jazeera)

Ça fait peur !!! Il faut en finir avec cette espionnage de masse, qui a d’énormes implications et débouchés !! On a déjà certains gouvernements qui nous espionnent, alors si tout le monde s’y met ….. On a plus de vie privée nous !!! A chacun d’agir à son niveau aussi ! Z

Un expert a enquêté sur les données que deux sociétés Internet possèdent et avertit sur l’étendue de l’intrusion dans la vie privée.

Google et Facebook savent presque tout ce qu’un propriétaire de smartphone fait en ligne ou hors ligne et stockent les informations même si le propriétaire supprime les données sur l’appareil, a écrit un consultant technique et développeur web sur son compte Twitter.

« Vous voulez vous faire peur ? », a écrit Dylan Curran. « Je vais vous montrer le nombre d’informations que Facebook et Google stockent sur vous sans que vous ne vous en rendez compte. »

 

Voici une sélection de points de la liste de Curran :

Google enregistre votre position (si vous l’avez activé) chaque fois que vous allumez votre téléphone, et vous pouvez voir une chronologie à partir du premier jour où vous avez commencé à utiliser Google sur votre téléphone.
https://www.google.com/maps/timeline

    [Courtoisie de Dylan Curran]

[Courtoisie de Dylan Curran]

  • Google stocke l’historique de recherche sur tous vos appareils sur une base de données séparée, donc même si vous supprimez votre historique de recherche et l’historique de votre téléphone, Google stocke toujours tout jusqu’à ce que vous y alliez et supprimiez tout, et vous devez le faire sur tous les appareils. https://myactivity.google.com/myactivity
  • Google crée un profil publicitaire basé sur vos informations, notamment votre lieu de résidence, votre sexe, votre âge, vos loisirs, votre carrière, vos centres d’intérêt, votre statut relationnel, votre poids éventuel (besoin de perdre 4kilos en une journée ?) et votre revenu. https://adssettings.google.com/authenticated
  • Google stocke des informations sur chaque application et extension que vous utilisez, à quelle fréquence vous les utilisez, où vous les utilisez, et avec qui vous les utilisez pour interagir (avec qui vous parlez sur facebook, avec quels pays, à quelle heure vous parlez, à quelle heure vous allez dormir). https://myaccount.google.com/permissions?pli=1
  • Google stocke tout votre historique YouTube, de sorte qu’ils savent si vous serez bientôt un parent, si vous êtes un conservateur, si vous êtes un progressiste, si vous êtes juif, chrétien ou musulman, si vous vous sentez déprimé ou suicidaire, si vous êtes anorexique. https://www.youtube.com/feed/history/search_history
  • Google offre une option pour télécharger toutes les données qu’il stocke sur vous, « J’ai demandé à le télécharger et le fichier est grand de 5,5 Go, ce qui représente environ trois millions de documents Word. google.com/takeout« 
  • Facebook offre une option similaire pour télécharger toutes vos informations, la mienne était d’environ 600 Mo, soit environ 400 000 documents Word.
  • Cela comprend tous les messages que vous avez envoyés ou qui ont été envoyés, tous les fichiers que vous avez envoyés ou qui ont été envoyés, tous les contacts de votre téléphone et tous les messages audio que vous avez envoyés ou qui ont été envoyés.
(c) Dylan Curran

(c) Dylan Curran

  • Facebook stocke également ce qu’il pense vous intéresser en fonction de ce que vous avez aimé et de ce dont vous et vos amis parlez.
  • Un peu inutilement, ils stockent aussi tous les stickers que vous avez envoyés sur Facebook.
  • Ils enregistrent également chaque fois que vous vous connectez à Facebook, où vous vous êtes connecté, à partir de quelle heure et à partir de quel appareil.
  • Et ils stockent toutes les applications que vous avez jamais eues connectées à votre compte Facebook, « alors ils peuvent deviner que je suis intéressé par la politique et le web et le design graphique, que j’étais célibataire entre X et Y période avec l’installation de Tinder, et que j’ai eu un téléphone HTC en novembre ».
  • A noter que si vous avez Windows 10 installé, il s’agit d’une image des options de confidentialité avec 16 sous-menus différents, qui ont toutes les options activées par défaut lors de l’installation de Windows 10.
  • Cela inclut le suivi où vous êtes, quelles applications vous avez installées, quand vous les utilisez, à quoi elles servent, l’accès à votre webcam et microphone à tout moment, vos contacts, vos e-mails, votre calendrier, l’historique de vos appels, les messages que vous envoyez et recevez.
  • Cela inclut le suivi où vous êtes, quelles applications vous avez installées, quand vous les utilisez, à quoi elles servent, l’accès à votre webcam et microphone à tout moment, vos contacts, vos e-mails, votre calendrier, l’historique de vos appels, les messages que vous envoyez et recevez.
  • Les fichiers que vous téléchargez, les jeux auxquels vous jouez, vos photos et vidéos, votre musique, votre historique de recherche, votre historique de navigation, et même les stations de radio que vous écoutez.
  • C’est l’une des choses les plus folles de l’ère moderne, nous ne laisserions jamais le gouvernement ou une entreprise nous mettre des caméras ou des micros dans nos maisons ou des trackers de localisation sur nous, mais nous sommes allés de l’avant et l’avons fait nous-mêmes parce que je veux regarder des vidéos de chiens mignons.
  • Voici le document de l’historique de recherche, qui contient 90 000 entrées différentes, montrant même les images que j’ai téléchargées et les sites Web que j’ai consultés (j’ai montré la section ThePirateBay pour montrer les dommages que cette information peut causer).
  • « Voici mon calendrier Google décomposé, montrant tous les événements que j’ai ajoutés, si j’y ai assisté et à quelle heure (cette partie est celle à laquelle je suis allé pour une entrevue pour un emploi en marketing, et à quelle heure je suis arrivé).
  • « C’est mon disque dur Google, qui inclut les fichiers que j’ai explicitement effacés, y compris mon CV, mon budget mensuel, et tous les codes, fichiers et sites Web que j’ai créés, et même ma clé privée PGP, que j’ai effacée, que j’utilise pour crypter les courriels.
  • « C’est mon Google Fit, qui montre toutes les étapes que j’ai prises, toutes les fois que j’ai marché n’importe où, et toutes les fois que j’ai enregistré les méditations/yoga/entraînements que j’ai faits (j’ai effacé ces informations et révoqué les permissions de Google Fit).
(c) Dylan Curran

(c) Dylan Curran

  •     « Voici toutes les photos prises avec mon téléphone, ventilées par année, avec des métadonnées sur le moment et l’endroit où j’ai pris les photos. »
  • « Et maintenant mon activité Google, il y a des milliers de fichiers, alors je vais faire un bref résumé de ce qu’ils ont. »
  • « Tout d’abord, toutes les annonces Google que j’ai vues ou sur lesquelles j’ai cliqué, toutes les applications que j’ai lancées ou utilisées et quand je l’ai fait, tous les sites Web que j’ai visités et l’heure à laquelle je l’ai fait, et toutes les applications que j’ai installées ou recherchées « .
  • « Chaque image que j’ai cherchée et sauvegardée, chaque lieu que j’ai cherché ou sur lequel j’ai cliqué, chaque article de presse que j’ai cherché ou lu, et chaque recherche Google que j’ai effectuée depuis 2009 ».
  • « Et enfin, toutes les vidéos YouTube que j’ai cherchées ou visionnées depuis 2008 ».

Source

 

Étiquettes : , , , ,

Google et vous : on vous écoute en permanence. Voici comment trouver les enregistrements!

google

On en a déjà beaucoup parlé : tous les périphériques audios que vous utilisez sont retournés contre vous pour vous espionner. Ne parlez pas trop fort, on vous écoute.

Mauvaise nouvelle: Google vous suit constamment et enregistre vos conversations. Bonne nouvelle: vous pouvez effacer toutes les archives. Et voilà comment faire! 

Google écoute en permanence, sans attirer l’attention, les conversations de ses utilisateurs et conserve les enregistrements sur ses serveurs. Il ne s’agit pas que des conversations téléphoniques, mais des requêtes que vous faites sur son moteur de recherche.

La société n’en fait pas un secret mais en parle dans les Conditions d’utilisation sur plusieurs pages, que personne ne lit.

Quel est le but de Google? Fournir le total de l’information vous concernant à son intelligence artificielle, qui apprend à mieux vous comprendre et, en théorie, rend les produits de Google plus commodes pour vous.

Cependant, il y a là des inconvénients considérables. Primo, cette information peut être utilisée par des malfaiteurs s’ils piratent votre compte. Secundo, cette information peut être utilisée contre vous en cas de conflit avec les autorités. Tertio, cette information est utilisée pour vous montrer des publicités ciblées.

Heureusement, il est possible d’effacer toutes ces données! Ici, vous trouverez les archives des enregistrements réalisés par le micro de votre téléphone en vous connectant à votre compte Google. Si vous n’y voyez rien, c’est-à-dire que vous n’avez pas encore dit « ОК, Google ».

Et ici, vous trouverez le dossier complet sur vous dressé par Google sur la base de vos demandes sur internet et des sites que vous avez visités. Vous pouvez à tout moment effacer ces informations.

source

 

Étiquettes : , , , , , ,

« Fake news » : Google et Facebook accroissent leur censure du Net

On connaît la valeur et la déontologie des “journalistes” et de leurs sources… Halte au complotisme ! Plus besoin de réfléchir ni de faire nous-mêmes le tri : Ayons une confiance totale dans les équipes des deux géants américains, elles sauront nous orienter sur la voie de la vérité vraie. Comme le Décodex. OD

Google et Facebook lancent un « indicateur de confiance »contre les fake news

« Facebook et Google intègrent désormais un outil de vérification des sources mis au point par un consortium de journalistes. Cet indicateur prend la forme d’une icône indiquant si la source de l’information est réputée fiable.

Les efforts du réseau social aux deux milliards d’utilisateurs pour lutter contre la désinformation ne sont pas jugés efficaces par tous les observateurs, y compris les premiers intéressés : les fact-checkers. Mais malgré la persistance de nombreuses fake news sur Facebook, la plateforme enregistre toujours des bénéfices record.

Dans la continuité des initiatives engagées depuis un an pour vérifier les informations diffusées sur son site, Facebook vient de déployer un « indicateur de confiance. » L’outil a été mis au point par The Trust Project, un consortium de journalistes qui travaille au développement de standards permettant d’identifier les productions journalistiques fiables.

Le 16 novembre 2017, ce consortium a fait savoir que Google, Facebook, Bing et Twitter avaient donné leur accord pour utiliser de tels indicateurs sur leurs plateformes. Pour l’instant, Facebook devrait limiter la portée de cet outil à un nombre réduit de sources ».

Lire la suite sur Numerama

Facebook crée un nouvel outil anti-propagande russe

« Le réseau social a présenté sa nouvelle fonction destinée à montrer aux utilisateurs s’ils ont suivi des contenus pilotés par la propagande russe.

Facebook a annoncé, mercredi, l’apparition d’une nouvelle fonction, qui sera lancée d’ici la fin de l’année. Le concept : savoir si, entre janvier 2015 et août 2016, l’on a « aimé » ou « suivi » sur le réseau social des pages ou des comptes pilotés par l’Internet Research Agency.

Cette société, liée au renseignement russe, est accusée d’avoir publié des milliers de messages pour influencer la campagne qui a mené à l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

« Nous ne cessons de vouloir protéger notre plateforme et les gens qui l’utilisent des personnes mal intentionnées essayant de détruire notre démocratie », a justifié l’entreprise californienne.

150 millions d’utilisateurs concernés

Pour Facebook, « il est important que les gens comprennent comment des intervenants étrangers ont tenté de semer la division et la méfiance en utilisant Facebook avant et après l’élection américaine de 2016 », explique  la firme sur son blog.« 

Lire la suite sur Les Echos

 

Étiquettes : , , , , ,

L’ancienne directrice de la DARPA et cadre chez Google rejoint Facebook sur l’implant de la puce pour l’humanité

l'implant de la puce

On voit bien où veulent en venir nos élites : avoir leur main au dessus de chaque individu . Vers une surveillance et un contrôle généralisé toujours plus grand . Jusqu’à nous réduire en esclavage ! Z 

Avec les révélations récentes du lanceur d’alertes de la NSA Edward Snowden, ce n’est plus un secret que nous vivons sur une planète caractérisée par une surveillance de masse et pratiquement aucune confidentialité. Nous vivons dans un monde où nous sommes constamment bombardés de l’idée que nous sommes confrontés à des menaces, qu’un niveau élevé de sécurité nationale est nécessaire pour nous maintenir en sécurité. Pensez-y, les États-Unis pompent une grande majorité de leur argent dans le ministère de la Défense. Un état de peur, de guerre et de terreur est nécessaire pour que ces fonds circulent dans cette direction.

“Il est ironique que les États-Unis commencent une guerre dévastatrice, prétendument à la recherche d’armes de destruction massive lorsque les développements les plus inquiétants dans ce domaine se produisent dans votre arrière-cour. Il est ironique que les États-Unis combattront des guerres monstrueusement coûteuses qui allégueraient la démocratie à ces pays, alors que l’on ne peut plus prétendre qu’on appelle une démocratie quand il y a des milliards, et je veux dire, des milliers de milliards de dollars qui ont été consacrés à des projets auxquels le congrès et le commandant en chef ne connaissent rien » – Paul Hellyer, ancien ministre de la Défense du Canada (source)

Cela ne s’arrête pas là, rappelez-vous quand les cartes de crédit ont changé et qu’elles sont passées à la micro-puce ? Ce pourrait être vous dans quelques années alors que de multiples sociétés poussent à implanter des puces pour la race humaine. En fait, les implants chez les humains sont déjà sur le marché. Par exemple, une société américaine appelée Applied Digital Solutions (ADS) a développé une puce qui fait environ la taille d’un grain de riz et elle est déjà approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis pour la distribution et la mise en fonction. (1)

Voici une vidéo de l’ancienne directrice de la DARPA. Ancienne cadre de Google et maintenant employée de Facebook, Regina Dugan encourage l’idée d’implanter la puce chez les humains. Chez Facebook, son nouveau rôle sera de créer de nouveaux produits matériels pour relier le monde de manière optimale, quoi qu’il en soit.

Demandez-vous, que faire si cela devient une exigence d’authentification et d’identification ? Pour retirer de l’argent ou aller à l’épicerie ? Le feriez-vous ?

Ces micro-puces seraient implantées sous la peau et permettront de suivre les mouvements de l’utilisateur et de stocker des informations personnelles à leur sujet. Cela fait légèrement penser à l’état policier décrit par George Orwell dans “Big Brother” n’est-ce pas ?

Selon un rapport établi par une équipe d’universitaires, le Commissaire à l’information britannique Richard Thomas en 2006, au cours des deux prochaines années, croit que presque tout mouvement, achat et communication pourraient êtres surveillés par un réseau complexe de technologies de surveillance interconnectées (si ce n’est pas déjà le cas). (2)

Il ne s’agit pas de la sûreté des citoyens et de la sécurité nationale, mais il s’agit de contrôler la population humaine encore plus qu’elle ne l’est aujourd’hui. Nous vivons dans l’illusion de la liberté où notre potentiel en tant que race humaine pour créer quelque chose de mieux n’est pas recherché. Nous passons toute notre vie à travailler et à acquérir de petits morceaux de papier pour recueillir les nécessités dont nous avons besoin et ce faisant, nous devenons aveugles quant à ce qui se passe réellement sur notre planète.

L’argent ne devrait jamais s’avérer nécessaire, et nous avons le potentiel de créer un monde où les besoins de chacun sont prévus. De ce lieu de liberté, imaginez ce que nous pouvons faire. Nous avons le potentiel, et nous avons le pouvoir de le faire, nous devons simplement ouvrir nos yeux et réaliser que c’est possible. Ceux qui nous surveillent si étroitement ne veulent pas vraiment nous voir prospérer, et il semble qu’ils ne se soucient pas vraiment de nous.

Le pouvoir ne dépend pas d’eux, il se trouve avec nous. À tout moment, nous pouvons choisir de nous réveiller et de changer la façon dont nous faisons les choses ici sur la planète. Beaucoup de gens ne résonnent pas avec l’état de notre monde aujourd’hui et encore plus de gens commencent à se rendre compte que nous pouvons faire quelque chose à ce sujet.

Références :

(1) http://www.cbc.ca/news/canada/microchip-implants-in-humans-on-the-market-1.314623

(2) http://www.dailymail.co.uk/news/article-413345/Britons-microchipped-like-dogs-decade.html

Source : Collective-Evolution via ASR

 
1 commentaire

Publié par le 5 octobre 2017 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Google veut « aider » les médias mainstreams à recruter des abonnés

Google a annoncé lundi 2 octobre plusieurs nouveautés destinées à promouvoir les contenus payants des éditeurs de presse et faciliter les abonnements.

L’audience des médias mainstream est en chute libre, et c’est google qui vole à leur secours – En effet, A l’heure où la presse connaît une crise sans précédent, Google a décidé de faire en pas en direction des éditeurs de presse. La firme de Mountain View propose ainsi de nouvelles fonctionnalités aux médias pour leur permettre de gagner des abonnés payants. Dans ce sens, la filiale d’Alphabet permet notamment aux éditeurs de presse de limiter les contenus gratuits. «Nous voulons aider les éditeurs à trouver de nouveaux lecteurs et à les transformer en clients qui paient», explique Philipp Schindler, Chief Business Officer de Google, convaincu que la firme américaine et les éditeurs de presse «ont un intérêt commun».

Jusqu’à maintenant, les médias n’avaient d’autre choix que de proposer au minimum trois articles gratuits par jour aux internautes pour gagner le droit d’être références par Google. A partir d’aujourd’hui, ce système mis en place il y a plus d’une décennie sera obsolète. Il est remplacé par un modèle permettant aux éditeurs de presse de choisir le nombre d’articles en accès gratuit. S’ils le souhaitent, les groupes de presse peuvent désormais choisir de ne proposer aucun contenu gratuit aux internautes. Toutefois, Google leur conseille de mettre en ligne un minimum de 10 articles gratuits par mois pour éviter de faire fuir les lecteurs. Pour rassurer les médias, la filiale d’Alphabet assure que les résultats de recherche ne favoriseront pas les articles gratuits, au détriment du contenu payant.

Google met à disposition des médias les données personnelles de ses utilisateurs 

Toujours dans l’optique d’aider les éditeurs à attirer des abonnés payants, Google entend également faciliter le paiement de l’abonnement, «en un seul clic» dans l’idéal. Pour cela, la firme de Mountain View mise sur ses utilisateurs possédant des comptes Google ou Android, son système d’exploitation mobile. De plus, le géant américain affirme qu’il va également partager avec les éditeurs de presse les données personnelles qu’il possède sur les lecteurs (nom, adresse, mail…) afin de leur permettre de les contacter directement. Google voit même plus loin dans la mesure où la firme américain songe à utiliser des algorithmes de machine learning pour aider les médias à détecter des «abonnés potentiels et présenter la bonne offre au bon public au bon moment».

Avant de proposer ces nouveaux outils, destinés à apaiser les tensions avec la presse qui accuse régulièrement Google et Facebook de capter ses revenus publicitaires, la filiale d’Alphabet avait lancé en 2015 un fonds pour aider la presse européenne. Baptisé Digital News Initiative, il est doté de 150 millions d’euros sur trois ans. Il a pour objectif de «promouvoir le journalisme de qualité par la technologie et l’innovation». Parmi ses partenaires, Google compte notamment Les Echos en France, Die Zeit en Allemagne, ou encore The Guardian au Royaume-Uni. Depuis sa création, ce fonds a injecté plus de 70 millions d’euros dans plus de 350 projets dans 29 pays européens.

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 octobre 2017 dans Education - information, général, société

 

Étiquettes : , , , , ,

Google cherche un terrain pour créer un embryon de ville intelligente

Le géant californien travaille sur un projet de création d'une "Google City".

Le géant californien veut bâtir un laboratoire grandeur nature pour tester des voitures autonomes, des réseaux wifi ou encore de nouveaux moyens de transport. Toronto, Denver ou Detroit pourraient accueillir ce quartier pas comme les autres.

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 septembre 2017 dans général, International, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :