RSS

Archives de Tag: frappes

La Corée du Nord n’y réfléchira pas à deux fois pour «appuyer sur le bouton» en cas de frappes américaines, préviennent un transfuge et un ancien diplomate

La Corée du Nord n’y réfléchira pas à deux fois pour «appuyer sur le bouton»  en cas de frappes américaines, préviennent un transfuge et un ancien diplomate
Le vrai danger d’une frappe irréfléchie des Etats-Unis contre la Corée du Nord est que cela déclenchera obligatoirement une guerre nucléaire mondiale. Les discours et les analyses ont trop tendance à localiser le conflit, et l’on pense généralement que « cela se passera là-bas », très loin de chez nous. Sans présumer des réactions de la Chine et de la Russie qui sont aux premières loges, il suffit d’écouter les déclarations du patron de l’OTAN, Jens Stoltenberg, pour prendre conscience que chacun des pays membres de cette organisation sera impliqué dans cette guerre jusqu’au cou. En déclarant à Séoul, mercredi, que « les menaces mondiales exigent des réponses mondiales », il annonce clairement que l’OTAN sera un des acteurs du conflit, sinon l’acteur principal, puisque nous savons qu’à l’heure actuelle, les Etats-Unis sont incapables de mener la moindre guerre sans l’OTAN, avec l’aide d’acteurs locaux et régionaux. Ce qui veut dire que le feu nucléaire que l’on imagine très lointain, localisé « là-bas », à des milliers de kilomètres, sera bel et bien focalisé sur l’Europe, juste au-dessus de nos têtes, car nous ferons partie des belligérants contre un pays qui n’a pas du tout l’intention de se laisser faire et rendra coup pour coup. L’hécatombe qui s’en suivra ne fera ni chaud ni froid à ceux qui déclencheront cette guerre par les premières frappes américaines ; ils n’en sont pas à quelques dizaines de millions de morts près, comme l’a montré l’Histoire. Il est bon d’en prendre conscience dès aujourd’hui. (source)

***

Pyongyang n’hésitera pas à frapper la Corée du Sud si Washington lance une attaque sur son territoire, a prévenu un ancien diplomate nord-coréen et transfuge du régime de l’Etat nord-coréen.

Alors que les Etats-Unis n’excluent pas une option militaire contre la Corée du Nord en raison des tensions accrues dans la péninsule, l’un des transfuges nord-coréens les plus importants, Thae Yong-ho, a déclaré qu’un scénario militaire inciterait Pyongyang à diriger son feu sur ses voisins du sud.

« Les officiers nord-coréens sont entraînés pour appuyer sur le bouton sans aucune autre instruction du commandement général si quelque chose se passait dans leur secteur », a déclaré mercredi Thae Yong-ho lors d’une audition du Comité des Affaires étrangères de la Chambre intitulée « Un regard d’initié sur le régime nord-coréen ».

« S’il y a un quelconque signe de feu, de bombe ou de frappe venant des Américains, les artilleries militaires et les missiles à courte portée tireront contre la Corée du Sud », a ajouté Thae.

Des milliers de missiles de courte portée déployés sur la ligne de démarcation sont prêts à tirer « à tout moment », a déclaré l’ancien diplomate. Des dizaines de millions de Sud-Coréens vivent dans un rayon de 70 à 80 km de cette zone, qui pourrait devenir des « sacrifiés »,selon Thae.

« Je crois fermement que s’il y a une attaque préventive ou chirurgicale, la guerre sera gagnée par l’Amérique et la Corée du Sud, cela ne fait aucun doute, mais nous devons considérer le sacrifice humain de cette option militaire », a déclaré le transfuge. .

Pendant ce temps, les services de renseignements sud-coréens suggèrent que le Nord prépare de nouveaux essais de missiles nucléaires tout en poursuivant «le développement d’ogives nucléaires miniaturisées et diversifiées», rapporte Yonhap. L’agence d’espionnage du Sud aurait détecté un « mouvement actif » de véhicules autour du centre de recherche sur les missiles à Pyongyang, selon le communiqué.

Auparavant, le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré qu’une réponse mondiale était nécessaire pour faire face au développement des missiles de longue portée de la Corée du Nord. Il s’est exprimé lors d’une réunion avec le ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, à Séoul, mercredi, lorsqu’il a déclaré que « les menaces mondiales exigent des réponses mondiales ».

Pendant ce temps, la Corée du Nord soutient que les Etats-Unis renforcent leur présence au large de la péninsule coréenne et organisent des exercices militaires avec leurs alliés régionaux, préparant ainsi une attaque préventive qui pourrait dégénérer en une éventuelle guerre nucléaire.

« Les exercices interarmées menés par les Etats-Unis tout au long de l’année sur la péninsule coréenne sont clairement des exercices de guerre agressifs dans leur nature et leur ampleur», a déclaré Ja Song-nam, le représentant permanent de la Corée du Nord auprès des Nations Unies dans la dernière lettre de Pyongyang adressée à l’ambassadeur de la France à l’ONU, François Delattre, l’actuel président du Conseil de sécurité de l’ONU.

S’adressant au Conseil de sécurité de l’ONU après la fin des exercices Maritime Counter Special Operations (MCSOFEX), qui impliquait la participation de navires de la Marine américaine et de la République de Corée (ROK) entre le 17 et le 20 octobre, le diplomate a déclaré que ces répétions navales avaient exacerbé les tensions dans la péninsule coréenne. « 

Malgré des appels répétés pour éviter l’escalade des tensions, les États-Unis continuent d’accroître leur présence militaire dans la région. Alors que les tensions augmentent, Moscou et Pékin ont à plusieurs reprises exhorté les deux parties à rester calmes. Ils ont appelé à la mise en œuvre de l’initiative dite du «double gel», qui prévoit que la Corée du Nord suspendra son programme nucléaire et de missiles en échange de l’abandon des exercices militaires dans la région par les États-Unis et la Corée du Sud. La proposition a été rejetée par Washington.

Source : https://www.rt.com/news/408562-nkorea-strike-south-defector/

Source

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Frappes françaises contre Daesh : La France viendrait à manquer de bombes

Un soldat français prépare un Rafale sur une base du Golfe, le 17 novembre 2015.
Un soldat français prépare un Rafale sur une base du Golfe, le 17 novembre 2015. – KARIM SAHIB / AFP

Contre Daesh, les avions français enchaînent les frappes sans relâche. Depuis le début de l’opération Chammal en septembre 2014, la France aurait ainsi largué 680 bombes, selon le journal Le Monde. D’après les chiffres cités par le quotidien, les Rafale et Mirage auraient sur cette période effectué « 2.500 sorties aériennes, 321 frappes » et détruit « 580 objectifs ».

Cependant, avec l’intensification des frappes depuis les attentats du 13 novembre à Paris, qui ont fait 130 morts, les munitions viendraient à manquer. Le ministère de la Défense aurait donc commandé en urgence « quelques centaines de bombes guidées GBU » [Guided Bomb Unit] à des fournisseurs américains, affirme le Monde.

L’aviation française effectue actuellement en moyenne « quatre ou cinq frappes par jour, en Syrie et en Irak », contre les positions de Daesh, selon une source militaire française. Le quotidien du soir croit savoir qu’en l’espace de trois jours seulement à la suite des attentats, les 15, 16 et 17 novembre, une soixantaine de bombes auraient été larguées.

source

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Frappes russes : quand la réalité perce le mur de la désinformation

Pour mener la guerre de l’info, les russes ont une arme fatale Que personne n’a : Maria Zakharova (j’adore la Russie d’un coup …)  

Plus sérieusement, les médias mainstreams occidentaux financé par l’oligarchie , comme encore  Xavier Niel, le grand magnat des médias, qui continue de s’intéresser activement aux médias, un point commun avec son concurrent Patrick Drahi.

Le milliardaire crée cette fois un gros fonds d’investissement :

La fièvre acheteuse ne va pas quitter l’univers des médias. D’après Le Figaro, Xavier Niel, accompagné du banquier Matthieu Pigasse et du producteur de télé Pierre-Antoine Capton ont donné naissance à un fonds d’investissement doté de 300 à 500 millions d’euros. MediaOne, c’est son nom, devrait s’illustrer avec le rachat de 75 % d’un grand média, selon le quotidien, avant de réaliser d’autres acquisitions dans ce secteur.

On peut sérieusement se demander pourquoi ces milliardaires achetent toute la presse, si ce n’est pour pouvoir manipuler directement l’opinion publique . 

Donc il ne faut pas s’étonner si Les médias occidentaux meurent, voici pourquoi :

Les méthodes pour diffuser des médias occidentaux de plus en plus discrédités et suscitant la méfiance sont devenues très créatives. Avec l’arrivée d’internet et des réseaux sociaux, des tentatives de produire des contenus viraux et des sources apparemment externes pour faire revenir le public qui se détourne en masse des médias dominants ont effectivement fait l’objet d’un document politique complet rédigé par l’ancien administrateur du Service de l’information et des réglementations de la Maison Blanche, Cass Sunstein. Le document a été présenté dans un article du magazine Salonintitulé Obama confidant’s spine-chilling proposal [La proposition terrifiante de l’homme de confiance d’Obama], qui précisait (les passages en gras ont été soulignés par moi) :

Sunstein recommande que l’infiltration furtive du gouvernement soit assurée par l’envoi d’agents spécialisés en la matière dans les forums de discussion, les réseaux sociaux en ligne ou même dans des groupes réels. Il propose aussi que le gouvernement effectue des versements secrets à ce qu’on appelle des voix indépendantes crédibles pour renforcer les messages du gouvernement (partant du principe que ceux qui ne croient pas les sources gouvernementales seront plus enclins à écouter ceux qui apparaissent comme des indépendants tout en agissant secrètement pour le compte du gouvernement).

Ce seraient eux – qui sont principalement des menteurs financés par le gouvernement – vers lesquels l’Occident se tournerait dans une tentative d’enterrer Hersh et les vestiges du véritable journalisme occidental avec lui.

Les médias russes qui sont déjà bien plus fiables (j’ai déjà dénoncé le fait qu’ils leur arrivait aussi de faire de la propagande dans une moindre mesure), dénoncent avec force (et charme) la propagande des médias occidentaux, une vrai « guerre de l’info » qui se déroule en ce moment même : 

Plusieurs médias occidentaux ont lancé une campagne de propagande antirusse de grande envergure dès que l’Armée de l’air russe a entamé son opération militaire contre l’Etat islamique en Syrie, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

« Nous avons subi des accusations de toute sorte. On nous a accusés de poursuivre nos propres intérêts, de défendre les intérêts exclusivement russes dans la région sous le voile de la lutte contre l’EI », a relevé la porte-parole.

« Les accusations portées contre la Russie en lien avec la mort de civils ainsi que les attaques contre l’opposition syrienne sont dépourvues de fondements et s’appuient sur des sources peu sûres », a souligné Mme Zakharova.

La porte-parole a également fait remarquer que toutes ces déclarations étaient étayées par des photos et des vidéos sans aucun lien avec la situation actuelle.

« Les accusations portées contre l’Armée de l’air russe en lien avec la mort de civils, notamment d’enfants, est une question à part. Là, c’est le comble. Ce n’est qu’une propagande mal dissimulée. Si on nous montre un gamin qui se cache des bombardements russes en essayant d’apporter du pain à sa famille, dans ce cas-là, faites-nous voir un garçon dont les parents ont été décapités par des terroristes de l’EI », a fustigé Mme Zakharova.

La porte-parole a en outre répondu aux déclarations du ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond, qui a affirmé que la participation russe au conflit syrien était « un échantillon de la méthode russe classique de guerre asymétrique ».

« Nous parlons de politique sérieuse, de choses sérieuses, nous évoquons depuis plusieurs années la lutte contre un fléau véritablement mondial. Comment peut-on utiliser de telles tournures, quand il s’agit de déclarations officielles, d’un représentant officiel de la direction du pays? », s’est interrogée Mme Zakharova.

Le jour même où le gouvernement russe a entamé une opération aérienne contre les terroristes en Syrie, l’ONG « Casques blancs » ainsi que de nombreux médias occidentaux ont inondé le Web de fausses informations tout en accusant la Russie de ne pas cibler les sites militaires de l’EI et leurs centres de communication, mais des civils syriens et des représentants de l’opposition modérée.

Ainsi, l’ONG en question a publié sur son compte Twitter une photo représentant une petite fille syrienne couverte de sang, prétendument blessée ainsi que bon nombre de ses concitoyens au cours des frappes aériennes russes le 30 septembre.

Cependant, la falsification a aussitôt été démontrée: des utilisateurs de Twitter ont découvert que la photo avait été prise le 25 septembre 2015, soit cinq jours avant les bombardements en question.

S’empressant d’accuser Moscou, les Casques Blancs ont publié un tweet fustigeant les frappes russes en Syrie plusieurs heures avant l’autorisation officielle du « recours aux forces armées à l’étranger » par le parlement russe.

Une autre photo « accusatrice », partagée sur Twitter le 30 septembre, a en réalité été prise le 4 novembre 2012 à Al-Bab après un bombardement massif.

L’Armée de l’air russe a entamé mercredi dernier une opération militaire contre l’EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d’armes, de munitions et de combustible appartenant à l’EI.

source

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Frappes russes en Syrie : Washington envisage une réponse

John Kerry et Sergueï Lavrov, Onu, septembre 2015

Selon le Pentagone, Moscou doit se rallier à l’approche US en Syrie :

La participation de l’armée de l’air russe aux actions militaires en Syrie est plus un obstacle qu’une assistance dans la lutte contre le groupe Etat islamique, a laissé entendre le ministre de la Défense US Ashton Carter lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au Pentagone.

M.Carter a commencé par indiquer « les incohérences dans la position de la Russie », qu’il voit notamment dans le désir de la Russie « de lutter contre l’EI » d’un côté, et de « soutenir Bachar el-Assad et son régime » de l’autre.Le chef du Pentagone estime que ces deux objectifs sont si incompatibles qu’ils ne permettent pas d’effectuer des actions cohérentes.

Il a également souligné que l’intervention russe pourrait être utile si Moscou adopte l’approche américaine.

Et on apprend que quant à l’intervention russe en Syrie, Washington envisage une réponse (mais il n’y aura pas de 3e guerre mondiale..) :

Les officiels du Pentagone sont en train de mettre au point une stratégie visant à protéger les opposants syriens modérés de possibles frappes russes, rapporte l’AP.

Selon l’agence, qui cite des sources proches du dossier, les militaires US étudient actuellement les risques liés à d’éventuelles attaques de l’aviation russe contre l’opposition anti-Assad.

L’AP indique que Washington redoute de voir ses tentatives d’assurer une couverture aérienne aux opposants syriens en cas de bombardements russes déboucher sur une confrontation directe avec Moscou.

Le chef du Pentagone Ashton Carter s’est refusé à tout commentaire sur ce sujet. Plus tôt dans la semaine, des sources à Washington ont affirmé au Wall Street Journal que les frappes aériennes menées par la Russie en Syrie avaient touché les insurgés d’un groupe d’opposition financé et entraîné par la CIA.Auparavant, les Etats-Unis avaient laissé entendre que les opposants syriens soutenus par Washington bénéficieraient d’une couverture aérienne US en cas d’attaques du groupe terroriste Etat islamique ou de l’armée régulière syrienne contre leurs positions.

La Russie a procédé à des frappes aériennes en Syrie mercredi 30 septembre, répondant ainsi à l’appel du président Bachar el-Assad qui avait demandé l’aide de Moscou dans la lutte contre les djihadistes de l’Etat islamique et d’autres organisations terroristes contrôlant à présent près de 60% du territoire du pays.

Depuis lors, le ministère russe de la Défense a constaté la destruction de plusieurs points de commandement, dépôts de munitions et équipements militaires de l’EI en Syrie. Dans le même temps, certains médias occidentaux ont diffusé des rapports selon lesquels les attaques aériennes russes avaient visé des opposants anti-Assad et fait des morts parmi les civils à Homs.Moscou a pour sa part démenti ces informations, évoquant une « guerre de l’information » menée à son encontre.

source

 

Étiquettes : , , , , ,

La Russie mène ses premières frappes en Syrie !! (la 3e guerre mondiale a déjà commencé)

Et voilà, comme je vous l’avais annoncé, la réalité sur le terrain et les intérêts stratégiques vitaux n’ont rien à voir avec les effets de manche diplomatiques : pendant que tous se retrouvent à l’ONU pour faire bonne figure (pas tant que cela), chacun mène ses opérations de son coté, et c’est là que ça peut sérieusement déraper !

 Les « occidentaux » financent et sponsorisent les djihadistes comme on l’a montré à de nombreuses reprises (outre les nombreux articles publiés, même médiapart a titré « Les Etats-Unis financent le djihad extrémiste » , c’est dire) ;  et comme l’on admis des hauts placés américains et partout dans le monde, tandis que les Russes luttent contre … (et je dis ça sans être pro-russe, c’est simplement une réalité démontrée)

« L’implication russe en Syrie peut changer la donne, selon Damas », qui se frotte les mains de l’intervention russe évidemment.

Pas « les occidentaux » pour qui comme je l’ai rappelé, l’EI n’est pas la cible des russes (selon la France et les USA) …

Ce qui va se passer donc, c’est que selon les cibles stratégiques de chacun, ils vont tous se retrouver face à face en syrie : la 3e guerre mondiale a déjà commencé, meme si ça pourra prendre un peu de temps avant de vraiment ouvertement s’enflammer . (quelques jours, mois, années ???)

Un peu d’humour qui traduit bien la réalité :

Message des USA à Poutine pour l’EI et la Syrie !


Le Grand Israël

Projet sioniste de « grand israël » et de « troisième temple »

greater_israel2.gif

Le Grand Moyen Orient

Bush invente le « Grand Moyen-Orient »

Afficher l'image d'origine

 

Donc, La Russie mène ses premières frappes en Syrie :

Quelques heures après le feu vert du Sénat russe, les forces militaires de Vladimir Poutine, stationnées en Syrie, ont procédé mercredi à leurs premiers bombardements aériens.

L’engagement russe en Syrie s’accélère. Quelques heures après le feu vert du Sénat russe, Moscou a procédé mercredi 30 septembre à des frappes aériennes en Syrie pour soutenir l’armée du présidentBachar al-Assad dans sa lutte contre le jihadisme.

« Les avions russes et syriens ont mené aujourd’hui plusieurs raids contre des positions terroristes à Hama, Homs et Lattaquié », dans le nord-ouest et le centre du pays, a affirmé une source de sécurité syrienne. La même source a confirmé des raids russes sur Rastane et Talbissé.

Les régions visées sont tenues par le Front al-Nosra – la branche syrienne d’Al-Qaïda – et des rebelles islamistes, non par les jihadistes de l’organisation de l’État islamique (EI).

Plus tôt dans la journée, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) avait annoncé la mort de 27 civils et de dizaines de blessés dans des raids contre les localités de Rastane, Talbissé et Zafarani dans la province de Homs.

GUERRE EN SYRIE – LA RUSSIE A MENÉ SES 1ERS BOMBARDEMENTS CONTRE L’ETAT ISLAMIQUE

Le Kremlin avait annoncé quelques heures plus tôt avoir demandé l’autorisation du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, à recourir à un « contingent des forces armées russes » en dehors du territoire national. Cette demande du chef de l’État à la chambre haute est formellement nécessaire pour que Vladimir Poutine, en tant que chef des armées, se lance dans une intervention militaire.

« Il ne s’agit pas de réaliser un quelconque objectif géopolitique »

Selon Sergueï Ivanov, cette initiative est temporaire et s’inscrit dans le cadre du droit international puisque le président syrien a officiellement demandé l’aide de la Russie dans le combat contre les jihadistes de l’EI. « Le président syrien s’est adressé au gouvernement de notre pays pour lui demander de lui fournir une aide militaire », a-t-il déclaré aux journalistes, refusant de préciser quel type d’équipements militaires sera utilisé par la Russie en Syrie.

« Nous parlons bien de la Syrie, mais il ne s’agit pas de réaliser un quelconque objectif géopolitique ou d’assouvir une quelconque ambition, comme nous en accusent régulièrement nos partenaires occidentaux. Il s’agit des intérêts nationaux de la Russie », a-t-il ajouté.


© EADS’ Astrium Press, AFP | Vue satellite d’une base militaire russe, en Syrie.

La Russie planche sur la « menace terroriste » à l’ONU

Cette décision intervient alors que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov doit présider plus tard dans la journée une session du Conseil de sécurité de l’ONU sur la lutte « contre la menace terroriste », en premier lieu celle de l’EI en Irak et en Syrie.

Vladimir Poutine avait appelé lundi lors de son premier discours depuis dix ans à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies à la formation d’une « large coalition antiterroriste » contre le groupe État islamique, incluant Damas et Téhéran.

Washington a accusé au cours des dernières semaines Moscou d’avoir solidement renforcé sa présence militaire dans l’ouest de la Syrie, bastion du régime, et d’avoir augmenté ses livraisons d’armes aux forces gouvernementales syriennes.

Avec AFP

 
 

Étiquettes : , , , , , , ,

Raids US en coordination avec la Syrie… mensonges et secrets !

Pendant ce temps tout le monde achète leur pétrole à prix discount , quelle hypocrisie ! Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Les raids aériens US sur les sites occupés par les terroristes de Daech, de Jabhat al-Nosra et apparentés, dans les provinces syriennes de Raqqa, Hassaka, Deir ez-zor et Idleb hier matin [23 septembre], constituent une timide inflexion de la part des États-Unis qui, pour autant, ne sont pas allés jusqu’à admettre l’urgente nécessité de réajuster leur politique anti-syrienne et abandonner leurs mensonges tonitruants, notamment celui concernant leur pari sur ceux que le président Obama qualifie maintenant d’opposants « modérés », oubliant qu’il avait lui-même déclaré qu’un tel pari serait pure fantaisie [1] !

Mais, il faut croire que sa « Guerre contre Daech » a ouvert une brèche permettant  aux États-Unis et à leurs alliés de reconsidérer ce pari fantaisiste, puisque dès son annonce elle s’est accompagnée du rejet de toute collaboration avec la Syrie et de la reprise du refrain invitant à armer et à entraîner une prétendue « opposition syrienne modérée » [2][3].

L’escalade verbale contre la Syrie a donc repris de plus belle. La Russie est alors intervenue pour conseiller aux autorités syriennes de se déclarer prêtes à participer à toute alliance internationale sérieusement déterminée à combattre le terrorisme tout en alertant sur les dangers d’une quelconque action menée sur le territoire syrien sans coordination avec l’État syrien, ceci pour permettre à Moscou de négocier avec Washington dans de meilleures conditions.

Le ministre syrien des Affaires étrangères, M. Walid al-Mouallem, a tenu une conférence de presse où il a précisé clairement et fermement les conditions requises pour une telle collaboration [4], précisions qui n’ont pas empêché les États-Unis de continuer sur le même refrain. En conséquence de quoi, Moscou et Téhéran ont déclaré soutenir la position syrienne et ont condamné toute velléité de violation de la souveraineté de l’État syrien.

La chaîne CNN a accordé un entretien à Mme Bouthaïna Chaabane, conseillère politique du Président Bachar al-Assad [5]. Mme Chaabane a rappelé les positions de son gouvernement, mais les médias US ont fait en sorte que son message se transforme en menace pour justifier le discours ultérieur de M. Obama ; lequel a réellement menacé de frapper les forces de défense aérienne syriennes si jamais elles osaient riposter à ses attaques [6].

Les raids US ont eu lieu et le Pentagone a conseillé à François Hollande, l’allié le plus enthousiaste pour participer à l’agression contre la Syrie, de ne pas s’approcher de la Syrie, de son espace aérien et de son territoire. Illico presto, ce dernier a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’envoyer son aviation sur la Syrie, mais qu’il limiterait ses mouvements à l’Irak [7].

Que s’est-il donc passé pour que Washington prévienne les autorités syriennes des détails de ses opérations aériennes et que la Syrie accepte de considérer ce préavis comme une coordination, même ponctuelle ?

Une source irakienne très bien informée a confié à Al-Binaa que les Services de renseignement irakiens ont recoupé une série d’informations de la plus haute importance avec leurs collègues des services occidentaux. Les Services US ont pu vérifier leur bien-fondé en Turquie et des consultations ont eu lieu avec la Syrie.

Ces informations se résument à dire que des armes sophistiquées et des formations combattantes, dirigées par des chefs notoirement connus, sont arrivées dans les zones syriennes contrôlées par Daech, via la Turquie.

Selon cette même source irakienne, l’Iran étant parfaitement au courant de ce qui se passait a considéré que l’énormité de ce qui se tramait méritait de dépasser les réserves des uns et des autres et de réduire le niveau de tension entre les USA et la Syrie. Les événements du Yémen ayant entraîné un rapprochement forcé de ses points de vue avec les USA, l’Iran a exigé des garanties les engageant à ne pas cibler des positions syriennes, ni cette fois-ci, ni plus tard, sous le prétexte des frappes contre les positions de Daech. Ce que l’Iran a obtenu.

De son côté, la Russie a exigé que les USA préviennent à l’avance le gouvernement syrien des frappes aériennes sur les cibles spécifiques de Daech et lui fournissent les notifications concernant les couloirs aériens et les horaires d’entrée et de sortie de l’espace aérien syrien, pour que le tout soit programmé sur les réseaux de la  défense aérienne syrienne, modernes et de fabrication russe.

Quant à la Syrie, elle a insisté sur deux points. Le premier consistant à ce que les États-Unis prouvent leur sérieuse volonté de combattre Daech en amenant la Turquie à rejoindre officiellement l’alliance internationale de lutte contre le terrorisme, dirigée par les USA, et à arrêter l’afflux d’armes et de combattants vers la Syrie. Le second consistant à ce que les États-Unis livrent leurs données par l’intermédiaire du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies à New York, le Docteur Bachar al-Jaafari, pour que la coordination se fasse dans un cadre diplomatique.

Toujours selon la source irakienne, Washington a répondu favorablement à ces deux conditions mises en avant par la Syrie, en posant deux conditions à son tour : les États-Unis ne cesseront pas de clamer leur rejet de toute collaboration avec le gouvernement syrien,[8] ni ne cesseront de soutenir l’opposition qu’ils qualifient de « modérée ».

Et cette source d’ajouter que l’opération US, méticuleusement préparée pendant des jours et qui a usé de missiles Tomahawk, a ciblé et intégralement détruit les entrepôts souterrains d’une usine fabricant des armes chimiques ainsi que les camions transportant les matières nécessaires à leur fabrication, lesquels auraient posé un problème insoluble militairement s’ils étaient restés aux mains de Daech un mois de plus !

Cette même source a nié que des pays arabes, et notamment l’Arabie saoudite, aient participé aux raids aériens, contrairement à ce que racontent les médias [9][10].

Et la source irakienne de conclure : « Si les USA mentent en prétendant qu’ils n’ont pas prévenu à l’avance le gouvernement syrien des frappes aériennes sur des positions de Daech, leurs alliés arabes mentent encore plus lorsqu’ils prétendent y avoir participé ! ».

Sources et notes : http://www.mondialisation.ca/raids-us-en-coordination-avec-la-syrie-mensonges-et-secrets/5404261

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Israël ouvre un nouveau couloir pour Al-Nosra vers le Liban pendant que les Etats-Unis font mine de bombarder l’Etat islamique

Israël ouvre un nouveau couloir pour Al-Nosra vers le Liban pendant que les Etats-Unis font mine de bombarder l’Etat islamique

Vous remarquerez qu’on entend peu la Russie sur la question, et pourtant …..C’est peut etre car  La Russie a été associée aux plans occidentaux en Irak et en Syrie : pourquoi les « médias alternatifs » n’en parlent pas de ça, c’est pourtant une clef de lecture ??? Sinon ce papier est correct, c’est vrai que l’attaque étasunienne ne semble pas en etre une, mais il faut plus de recul avant de se prononcer, et que dans la guerre stratégique, on utilise parfois un ennemi pour en atteindre un autre (ou un objectif) ;  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance   

Le premier acte concerne ​​l’attaque aérienne étatsunienne contre différentes cibles dans l’Est de la . Le second acte suivant révèle que de telles en n’ont eu que peu d’effet. Ces éléments semblent attester de la futilité de la campagne de étatsunienne actuelle, faisant partie des guerres par procuration en Syrie. En conséquence, l’État islamique n’en gagnera que plus de légitimité.

Les États-Unis et certaines «coalitions» des dictatures arabes ont bombardé plusieurs cibles liées à l’État islamique dans l’est de la Syrie. Le gouvernement syrien a été informé à propos de cette attaque et n’a pas trop protester contre celle-ci.

Les États-Unis n’ont pas attaqué les positions autour de la ville du nord de la Syrie, Kobane, où l’Etat islamiste se bat contre les milices kurdes pour tenter d’ouvrir une nouvelle voie logistique pour l’Etat islamiste (EI) vers la Turquie. Accepter l’ouverture de cette nouvelle voie logistique a été sans doute le prix payé par la Turquie suite à la libération récente de ses diplomates détenus par l’EI.

Les États-Unis seuls, ont en outre bombardé une cible constituée par une partie des milices de Jabhat al-Nosra au nord-ouest de la Syrie. Ils prétendent qu’ils ont bombardé le « groupe Khorasan ». Mais ce groupe est en fait, juste une invention du Pentagone. Ce n’est rien d’autre qu’une partie du groupe al-Nosra. Alors que L’Etat islamique s’était préparé pour les attaques aériennes US et avaient dispersé son personnel et son matériel, le groupe Jabhat al-Nosra ne s’y était pas préparé et a perdu près de 50 de ses combattants. Un des leaders d’al-Nosra, Mohsen al-Fadli al-koweïtien, a été tué dans cette attaque.

En conséquence, l’armée de l’air syrienne a voulu bombarder les positions d’al-Nosra dans les hauteurs du Golan où ce groupe est, comme nous l’avons publié ici, en train d’ouvrir un couloir de la Jordanie vers le Liban et de préparer des attaques sur Damas à partir de la ligne de démarcation entre Israël et la Syrie. Israël, dans un effort de soutien évident en faveur du plan d’al-Nosra, a abattu l’ syrien SU-24 en utilisant des missiles Patriot US. Bien que les forces israéliennes ont allégué du viol de leur frontière, le site du crash signalé était loin de la frontière israélienne près de Kanaker, en Syrie, à mi-chemin entre la ligne de démarcation et Damas.

Sous couvert d’attaque étatsunienne contre l’Etat islamique et d’autres cibles, Israël a, à présent, pratiquement établi une zone d’exclusion aérienne à côté du Golan qui permettra aux milices de Jabhat al-Nosra d’utiliser en toute ce couloir pour attaquer le Hezbollah dans Qalamoun et dans le sud du Liban. Cela permettra également de nouvelles attaques contre Damas.

L’attaque des Etats-Unis sur l’EI en Syrie, comme les titres du New York Times l’annonçaient, n’aura aussi peu d’effets que les attaques effectuées en Irak. Sans coordination des attaques aériennes avec une force terrestre disponible comme celles des forces libyennes, les  sur l’EI n’entraîneront aucune différence notable. Je n’ai pas encore vu de rapport faisant état que les avions US ont frappé les principaux dépôts de munitions capturés par l’EI à l’armée irakienne. Il y a quelques 50 chars de combat et beaucoup de pièces d’artillerie aux mains de l’EI. Mais qu’est ce qui a été vraiment mis en place pour les détruire ?

http://www.moonofalabama.org/

Traduction SLT
 
Poster un commentaire

Publié par le 25 septembre 2014 dans général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :