RSS

Archives de Tag: frapper

Vladimir Poutine : « Si la bagarre s’avère inévitable, il faut frapper le premier » !!

Ouhhh attention, nous sommes à un tournant ici .

La situation globale en lecture superficielle est limpide – Soit Poutine se laissait déborder avec les menaces (djihadistes et OTAN) se rapprochant de plus en plus de ses frontières, sachant qu’a la fin c’est la Russie et la Chine qui étaient directement ciblés, soit il prenait les devant pendant que la situation n’était pas encore brûlante, ce qui lui permet , pense-t-il, d’éviter une 3e guerre mondiale : espérons qu’il a bien calculé, car il pourrait au contraire la déclencher cette guerre .

Tout est dans cette phrase :

 « Si la bagarre s’avère inévitable, il faut frapper le premier »

Dans les 2 cas c’est tendu, et avec une lecture plus profonde, poutine n’est qu’une marionnette aussi : des intérêts puissants , l’élite mondiale veut la guerre pour redessiner le monde en utilisant 2 visions apparemment opposées, unipolaire et multipolaire, qui s’affrontent, pour au final le même mondialisme : là est la vérité, les élites se servent de ces marionnettes proposant un faux choix,  pour parvenir à la même fin ;

L’excuse profonde apparente, celle qu’on donne à lire :  les US ont besoin de guerres, mieux, d’une grande guerre, pour redémarrer leur économie qui s »effondre et préserver leur leadership, idem pour la Chine avec d’autres ambition (prendre le leadership mondial).

Voici un résumé des principales déclarations de président russe Vladimir Poutine devant ses élites à la réunion du club de discussion international  Valdaï (cherchez ce que c’est .. : « La mission du club est de créer une plateforme internationale pour permettre aux élites russes de débattre du développement du pays et de son rôle dans le monde, avec des experts étrangers issus du monde académique, de la politique et des médias1. » = le fake autre mondialisme)  à Sotchi, le 22 octobre :

« Les États-Unis essaient d’induire le monde entier en erreur »

Il y a quelques jours, on a lancé en Europe les premiers tests du système de défense antimissile américain. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que nous avions raison, lorsque nous contestions la position de nos partenaires américains. On a tenté de nous induire en erreur, et tout le reste du monde avec nous. Et pour parler plus simplement, on nous a trompés. Le problème n’est pas dans une hypothétique menace nucléaire iranienne, qui n’existe pas et n’a jamais existé. Ce que nous voyons, c’est une volonté de détruire l’équilibre stratégique, de modifier le rapport de forces à leur avantage, afin non seulement de dominer, mais encore de pouvoir dicter leur volonté à tous : concurrents géopolitiques mais aussi, je pense, alliés. C’est un scénario de développement des événements extrêmement dangereux pour tous, et également pour les États-Unis eux-mêmes.

« Les sanctions sont un outil de concurrence déloyale »

Malheureusement, la terminologie militaire s’applique aujourd’hui à tous les domaines de la vie. La réalité de l’économie moderne globale, ce sont des guerres commerciales et de sanctions, c’est même devenu un cliché des médias de masse. Les sanctions sont utilisées notamment comme un outil de concurrence déloyale, pour gêner l’adversaire, voire l’« éjecter » des marchés. Je citerai à titre d’exemple l’épidémie d’amendes infligées aussi aux entreprises européennes par les États-Unis. Tous les prétextes sont bons pour châtier ceux qui ont osé enfreindre les sanctions unilatérales américaines. Pour la seule année en cours, une banque française a été condamnée à verser près de 9 milliards de dollars. Toyota a payé 1,2 milliard de dollars, l’allemande Commerzbank s’est engagée à verser 1,7 milliard de dollars au budget américain, et j’en passe.

Ce n’est peut-être pas le problème des Russes, bien sûr, mais je me permettrai tout de même de vous poser la question : est-ce ainsi que l’on agit avec ses alliés ? Non, on agit de cette façon avec des vassaux, qui ont eu l’audace d’agir à leur guise – on les punit pour s’être mal comportés.

La version complète du discours en russe

« La force militaire sera longtemps encore un instrument de politique internationale »

Chers collègues, soyons réalistes : la force militaire restera évidemment, et pour longtemps encore, un instrument de politique internationale. On peut le déplorer ou s’en réjouir, mais c’est un fait. La question est ailleurs : ne sera-t-elle utilisée que lorsque tous les autres moyens auront été épuisés ? Quand il faut affronter des menaces comme le terrorisme, par exemple, et selon les règles établies du droit international ? Ou bien montrera-t-on le poing en toute occasion, simplement pour rappeler au monde qui est le chef à la maison, sans s’interroger sur la légitimité de l’emploi de la force ni sur ses conséquences, et sans régler les problèmes mais, à l’inverse, en les multipliant ?

« Il ne faut pas séparer les terroristes entre modérés et radicaux »

On voit ce qui se passe aujourd’hui au Proche-Orient. L’organisation terroriste État islamique a pris le contrôle de territoires immenses. Comment ? Réfléchissez seulement : si elles avaient pris Damas ou Bagdad, les bandes terroristes auraient quasiment obtenu le statut de pouvoir officiel et créé une place d’armes pour leur expansion mondiale. Est-ce que quelqu’un pense à cela ? Il est temps que toute la communauté internationale comprenne enfin à quoi nous avons affaire. Nous sommes face à un ennemi de la civilisation, de l’humanité et de la culture mondiale, porteur d’une idéologie de haine et de barbarie, qui foule aux pieds la morale et les valeurs des religions mondiales, y compris de l’islam, en le compromettant.

Et il ne faut pas jouer avec les mots, séparer les terroristes entre modérés et radicaux. On voudrait comprendre où se situe la différence. Peut-être, pour certains spécialistes, les bandits modérés ne décapitent-ils les enfants qu’en nombre modéré ou selon des méthodes tendres ? On ne se débarrassera pas de ces terroristes, et c’est une illusion de croire qu’on pourra en venir à bout par la suite, les éloigner du pouvoir ou s’entendre avec eux d’une quelconque façon.

« L’opération militaire russe en Syrie est totalement légitime »

Nous comprenons bien que les combattants qui se battent dans au Proche-Orientconstituent une menace pour tous, y compris pour nous, pour la Russie. Notre pays sait ce qu’est une agression terroriste,  nous savons ce qu’ont fait les bandits dans le Nord Caucase. Nous nous souvenons des attentats terroristes à Bouddionovsk, à Moscou, à Beslan, dans d’autres villes de Russie. La Russie a toujours combattu le terrorisme, sous toutes ses manifestations.

Après que les autorités syriennes officielles nous ont demandé de l’aide, nous avons décidé de lancer une opération militaire dans ce pays. Je le souligne de nouveau : cette opération est totalement légitime, et son seul but est de contribuer au rétablissement de la paix. Et je suis certain que l’action des soldats russes aura une influence positive sur la situation et aidera les autorités officielles à créer les conditions nécessaires pour se diriger vers une régulation politique et frapper de façon préventive les terroristes qui menacent aussi notre pays, la Russie. Et aider de cette façon tous les pays et les peuples qui se trouveront en danger si les terroristes rentrent chez eux.

Source : Figaro

« La Syrie peut devenir un modèle de partenariat au nom d’intérêts communs »

La Syrie, malgré tout le caractère dramatique de la situation actuelle, peut devenir un modèle de partenariat au nom d’intérêts communs, pour la solution de problèmes qui touchent le monde entier et pour élaborer un système efficace de gestion des risques. L’accord russo-américain sur la garantie de sécurité des vols militaires des deux pays au-dessus de la Syrie a constitué une étape de taille. Nous allons aussi très bientôt commencer à échanger des informations avec nos collègues occidentaux sur les positions et les déplacements des terroristes. L’important est de se considérer les uns les autres comme des alliés dans un combat commun, de se comporter de façon honnête et franche. C’est la seule façon de garantir la victoire sur les terroristes.

« Le peuple russe est le peuple le plus séparé dans le monde »

Je continue d’insister sur le fait que l’effondrement de l’URSS a constitué une tragédie, et avant tout humanitaire. Il a résulté de la chute de l’URSS que 25 millions de Russes ethniques se sont retrouvés en territoire étranger contre leur gré et, comme on dit chez nous en langage populaire, « en un clin d’œil ». Le peuple russe s’est retrouvé le peuple le plus séparé dans le monde, et c’est indéniablement une tragédie. Et je ne parle pas de la composante socio-économique. La chute de l’URSS a entraîné un effondrement du système social, de l’économie – une économie vieillissante et peu efficace, certes, mais qui, en s’effondrant, a appauvri des millions de gens, ce qui est aussi une tragédie pour des gens concrets et pour des familles concrètes.

« Il n’y a pas de menace nucléaire iranienne »

Il ne faut pas créer des emplois qui, par leur nature, représentent une menace pour toute l’Humanité. Créons plutôt des emplois dans la sphère de la biologie, de la pharmaceutique, des hautes technologies non liées à la production d’armes.

Je vous assure que les spécialistes américains des secteurs de la sécurité et des armements stratégiques se rendent parfaitement compte que leur travail menace le potentiel militaire russe. Et tout ce système est créé pour réduire à néant les potentiels de tous les autres États possédant l’arme nucléaire, à l’exception des États-Unis. Pourtant, les arguments ont toujours été autres, on n’a cessé de nous parler de la « menace nucléaire iranienne ». Mais la Russie est toujours partie de l’idée qu’il n’y avait aucune menace nucléaire iranienne, et aujourd’hui, toute la communauté internationale considère, avec nous, que cette menace n’existe pas.

« Pourquoi créer un système de défense antimissile ? Arrêtez cela »

Les États-Unis ont initié la signature d’un accord avec Téhéran sur le règlement du problème nucléaire iranien. Nous avons activement accompagné et soutenu nos partenaires américains et iraniens, nous avons obtenu une décision d’entente et l’accord est entré en vigueur, l’Iran a accepté de transférer son uranium enrichi. Il n’y a pas de problème nucléaire iranien. Dans ce cas, pourquoi créer un système de défense antimissile ? Arrêtez cela. Mais non – non seulement rien ne s’arrête, mais de nouveaux tests sont conduits, des exercices sont organisés, ces systèmes seront mis en place en Hongrie avant la fin de cette année, et en Pologne d’ici 2018 ou 2020.

Je peux vous dire – et les spécialistes le savent bien – qu’un site de positionnement de missiles anti-balistiques peut être utilisé efficacement aussi pour y installer des systèmes de missiles de croisière. Est-ce que ça ne constitue pas une menace pour nous ? Évidemment que si, et cela modifie jusqu’à la philosophie même de la sécurité internationale. Si un pays estime qu’il peut se protéger de toute frappe de croisement ou de riposte parce qu’il a mis en place au-dessus de lui un « parapluie anti-missiles », il a les mains libres pour employer n’importe quel armement. Et c’est cela qui constitue une violation de l’équilibre stratégique.

« Je ne fais pas de différence entre les Russes et les Ukrainiens »

Bien sûr que l’Ukraine crée un danger pour nous. Mais est-ce nous qui avons provoqué cette situation ? Rappelez-vous l’année où M. Ianoukovitch a perdu les élections et où M. Iouchtchenko est arrivé au pouvoir. À l’issue d’un troisième tour de vote, qui n’était pas prévu par la Constitution ukrainienne. Cela avait été activement soutenu par les pays occidentaux. Une violation totale de la Constitution ! Où est la démocratie ? Des bacchanales, pures et simples !

La position de la Russie ne consiste pas à s’opposer au choix du peuple ukrainien. Nous acceptons tout choix des Ukrainiens, c’est véritablement un pays frère pour nous, un peuple frère. Je ne fais absolument aucune différence entre les Russes et les Ukrainiens. Mais nous nous opposons à une telle forme de changement du pouvoir.

« Vous êtes en train de nous refaire l’Irak, ici »

Comment peut-on admettre des coups d’État ? Vous êtes en train de nous refaire l’Irak et la Libye, ici. Les autorités américaines n’ont pas honte de déclarer qu’elles consacrent des milliards de dollars – ouvertement, publiquement -, qu’elles ont dépensé 5 milliards pour soutenir l’opposition. Est-ce le bon choix ?

Tout le monde sait que, dans l’histoire des États-Unis, on a vu deux fois arriver au pouvoir un président élu par la majorité des grands électeurs, mais bénéficiant en réalité du soutien d’une minorité d’électeurs. C’est ça, la démocratie ? Non. La démocratie, c’est le pouvoir du peuple, de la majorité du peuple. Un homme choisi pour le plus haut poste de l’État par une minorité d’électeurs – comment ça ? Ce problème existe dans la Constitution américaine. Eh bien, nous n’exigeons pas que vous changiez votre constitution.

On peut discuter autant que l’on voudra, mais quand on finance l’opposition intérieure… L’opposition est une chose normale – simplement, elle doit exister sur ses propres bases. Mais dépenser des milliards quasiment ouvertement pour soutenir une opposition intérieure – pensez-vous que ce soit une pratique politique normale, que cela crée une atmosphère de confiance entre les États ? Je ne le pense pas.

« Nous sommes inquiets de l’approche de cette infrastructure militaire vers nos frontières »

Parlons maintenant de l’avancée de la démocratie vers nos frontières ! (Rires) Pensez-vous que nous soyons contre l’avancée de la démocratie vers nos frontières ? Mais qu’entendez-vous par le terme de « démocratie » ? L’OTAN qui s’approche de nos frontières ? Ce qui nous inquiète n’est pas l’avancée de la démocratie, c’est l’approche à grands pas d’une infrastructure militaire. Comment voudriez-vous que nous réagissions, que devrions-nous en penser ? Voilà ce qui nous inquiète.

Nous avons proposé de travailler à trois sur ce système de défense antimissile : les États-Unis, la Russie et l’Europe. Qu’est-ce que ça veut dire, travailler à trois ? Ça veut dire définir des directions sensibles, avoir un accès égal à la gestion de ce système et à plusieurs autres questions secondaires. Mais non, on nous a opposé un refus. Ce n’est pas nous qui avons dit non – on nous a dit non.

«Rien d’efficace n’a pu être fait en Syrie »

Nous espérons que les actions coordonnées de notre aviation et des autres moyens de frappes, en accord avec les attaques de l’armée syrienne, donneront un résultat positif. Ce résultat suffira-t-il à dire que le terrorisme est vaincu en Syrie ? Non. Il faudra encore de sérieux efforts pour l’affirmer. Il y faudra encore un travail important et, je tiens à le souligner – un travail commun.

Ça fera tout de même bientôt six mois que la coalition dirigée par les États-Unis vise des positions sur place, plus de 11 pays y ont pris part et plus de 500 frappes ont été lancées sur divers objectifs – mais il n’y a aucun résultat, c’est un fait manifeste. De quel résultat pourrait-on parler, alors que depuis le début de ces opérations, les terroristes n’ont fait que se renforcer sur le territoire de la Syrie et de l’Irak, se sont consolidés sur les frontières où ils se trouvaient déjà et ont étendu leur zone de présence ? De fait, selon moi, nos collègues ne sont parvenus à rien d’efficace pour le moment.

« La question du départ d’Assad doit être réglée par le peuple syrien lui-même »

Je considère qu’un partage de la Syrie serait la pire des options, une solution inadmissible qui ne permettrait pas de résoudre le conflit mais créerait, au contraire, les conditions pour qu’il se poursuive et s’aggrave. Ce conflit deviendrait alors permanent. Si la Syrie est divisée en parties isolées, en territoires isolés, ces territoires se feront la guerre éternellement, et rien de bon n’en sortira.

Ensuite, quant à savoir si Assad doit partir ou non – je l’ai répété à de nombreuses reprises : je considère que ce n’est absolument pas correct. Comment pourrions-nous, de l’extérieur, poser la question et décider si tel ou tel chef d’État doit ou non s’en aller. C’est le peuple syrien lui-même qui doit en décider. Certes, et ici je dois émettre des réserves, nous devons être assurés que le pouvoir se forme sur la base de procédures démocratiques ; mais il doit évidemment s’agir d’un contrôle objectif – c’est le plus important – et non à la solde de tels ou tels puissance ou groupe de pays.

« L’armée syrienne remporte des succès avec notre soutien »

Je regarde les enregistrements vidéo après les frappes. C’est impressionnant. Il y a tellement d’explosions de munitions qu’elles atteignent presque les avions. On a le sentiment que ces munitions et ces armes viennent de tout le Proche-Orient, une puissance colossale a été amassée sur place. Et une question s’impose : d’où vient l’argent ? C’est une puissance tout simplement colossale ! Qui s’est pourtant amoindrie aujourd’hui, évidemment. Et l’armée syrienne remporte des succès avec notre soutien. Ces succès sont encore modestes, mais ils sont bien là. Et je suis certain qu’il y en aura encore.

Un « centre d’information » a été mis en place à Bagdad, associant la Russie, la Syrie et l’Irak : il sert à échanger des informations et déterminer les orientations principales de la lutte contre le terrorisme, notamment contre l’EIIL. Mais il n’est absolument pas prévu, pour le moment, d’élargir nos opérations militaires à l’aide des forces de défense aérospatiale.

« Nous avons d’excellentes relations avec les États où la majorité de la population est chiite »

Le but de ces opérations militaires et de ces efforts diplomatiques est la lutte contre le terrorisme, et non la médiation entre les représentants des diverses orientations de l’islam. Nous avons la plus haute estime pour nos amis qui confessent le chiisme, autant que pour les représentants de l’orientation sunnite, et alaouite – tous, nous ne faisons pas de différence.

Nous avons d’excellentes relations avec toute une série d’États où l’orientation sunnite prédomine, nous avons d’excellentes relations avec les États où la majorité de la population est chiite, et nous ne faisons donc aucune différence. Je le répète encore une fois : notre objectif le plus important – le seul – est la lutte contre le terrorisme.

Avec ça, nous comprenons la réalité dans laquelle nous évoluons et travaillons. En Syrie, par exemple, vous savez que sur les 34 – je crois – membres du gouvernement, plus de la moitié (environ, je peux me tromper) sont des sunnites, et cette part est aussi importante dans l’armée. La Syrie a toujours été pour une grande part un État laïc.

« Il y a toujours eu et il continuera d’y avoir des problèmes en Russie, de la même façon que comme dans les autres pays »

Dans le monde contemporain, le rôle et l’importance de n’importe quel État au niveau international dépendent du niveau de développement de son économie. Je considère que la Russie a toutes les chances de devenir un leader mondial – je veux parler de la qualité de l’éducation de sa population et du niveau élevé de développement de sa science fondamentale. Chez nous aussi, nous avons beaucoup de problèmes. Il y en a toujours eu et il y en aura toujours, comme dans les autres pays. Mais nous nous consacrons de plus en plus non seulement au rétablissement de la science, fondamentale et appliquée, mais aussi au fait de donner une nouvelle impulsion au développement de ces sphères cruciales. Il est pour moi évident que la Russie a de bonnes perspectives, mais l’avenir est indéniablement aussi dans le développement des relations avec nos voisins proches, nos partenaires et nos alliés au sein d’organisations comme l’Union économique eurasiatique et l’OTSC (Organisation du traité de sécurité collective). Et évidemment, nous ne pensons pas non plus notre développement sans développer les relations avec l’Europe.

« Dieu merci, il y a des gens en Russie qui aiment les États-Unis »

Que vont devenir les gens qui aiment les États-Unis en Russie, et ceux qui aiment la Russie aux États-Unis ? Car Dieu merci, ces gens existent. Ils doivent suggérer à la société dans son ensemble et aux gens qui prennent des décisions que, malgré les différences entre les pays et leurs approches du développement, de leur propre développement ou de la solution des problèmes mondiaux, il y a tout de même des gens en Russie qui aiment les États-Unis, et ça veut dire qu’il y a quelque chose dans ce pays qui mérite le respect.

Et à l’inverse, si une partie de la société et du peuple américains considèrent la Russie avec bienveillance et même avec amour, ça veut dire qu’ils doivent expliquer, en l’occurrence à la société américaine et aux gens qui prennent les décisions politiques, qu’il faut respecter la Russie.

« Si la bagarre est inévitable, il faut frapper le premier »

Il y a 50 ans déjà, à Léningrad, la rue m’a appris une règle : si la bagarre s’avère inévitable, il faut frapper le premier. Et la menace de frappes terroristes en Russie n’est pas devenue plus importante – ni moins – du fait de notre opération militaire en Syrie : je peux vous en assurer. Elle existait et elle existe toujours, malheureusement. Qu’est-ce qui a poussé les terroristes à frapper la gare de chemin de fer de Volgograd, en décembre 2013, alors que nous n’avions entrepris aucune opération militaire en Syrie ? Rien d’autre que leur mentalité de haine, leur mépris de la vie humaine, leur combat contre la Russie en tant que telle ? Et pour cette raison, mieux vaut les combattre là-bas, comme je l’ai dit, que les attendre ici.

Le courrier de russie

 

Étiquettes : , , , , , ,

McCain : « les USA doivent frapper les troupes d’Assad en réponse aux raids russes » !

Cet homme et sa clique (les néocons) sont des fous furieux, des tarés . Voilà une des sources du grand danger qui nous menace tous ..

Le président de la commission des forces armées du Sénat américain, le républicain John McCain, a déclaré jeudi que les Etats-Unis devaient frapper les sites militaires ayant une grande importance pour Bachar el-Assad en réponse aux raids aériens russes en Syrie.

Cette déclaration intervient peu après que les militaires russes et américains aient annoncé avoir échangé des propositions sur la façon d’assurer la sécurité des vols dans le ciel syrien.

Selon le sénateur McCain, l’implication de Moscou dans le conflit en Syrie « requiert une plus grande présence des Etats-Unis » dans cette région.

« Si la Russie poursuit ses attaques contre l’opposition que nous soutenons, nous devrons augmenter le prix qu’elle va payer pour imposer ses intérêts, par exemple en attaquant des ouvrages qui ont une grande importance pour le régime syrien », a indiqué le sénateur lors de débats au Sénat.

Parmi les moyens de pression sur Moscou, il a également cité les livraisons d’armes à l’Ukraine, les nouvelles sanctions et le renforcement de l’isolement international de la Russie.

Et il est partout john !  

Syrie, Ukraine, aucun théâtre d’opération ne lui (leur) échappe .

Apres  avoir déclaré que le refus d’armer Kiev est une honte pour les USA , Le sénateur McCain insiste sur les livraisons d’armes à Kiev :

Le projet de budget militaire pour l’exercice financier 2016 n’engage pas le Pentagone à livrer des armes à l’Ukraine, mais autorise le secrétaire à la Défense à prendre une telle décision.

Proposé par le Parti républicain, ce document comprend des dispositions autorisant Washington à livrer des armes à Kiev, y compris des systèmes antichars de grande précision Javelin, a annoncé mardi le sénateur républicain John McCain.

Selon lui, l’armée ukrainienne n’a pour le moment rien à opposer au matériel de guerre utilisé par les républiques autoproclamées du Donbass.

« C’est la raison pour laquelle les Javelin figurent parmi les systèmes clés que nous devons livrer », a déclaré McCain qui préside la commission des forces armées du Sénat.

Le président de la commission similaire à la Chambre des représentants, le républicain Mac Thornberry, a pour sa part affirmé que cette initiative bénéficiait d’un « soutien sérieux » au Congrès.

Le projet de budget militaire n’engage pas le Pentagone à livrer des armes à Kiev, mais accorde au secrétaire à la Défense le droit de prendre une telle décision. Il est prévu de débloquer à cet effet 300 millions de dollars. D’après le document, le soutien préconisé par les républicains doit comprendre l’octroi de renseignements, ainsi qu’une « aide létale », dont des armes perforantes, des mortiers, des lance-grenades, des armes d’infanterie et des munitions ».L’administration américaine s’est déjà opposée à ce projet de budget militaire. La Maison Blanche a fait savoir qu’elle avait seule le droit de décider comment dépenser les fonds budgétaires. Il n’est pas exclu que le président Barack Obama oppose un veto à ce texte.

source

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Intervention en Syrie et 3e guerre mondiale : Téhéran appellerait à frapper l’ambassade US en Irak + 10 000 combattants du Hezbollah déployés à Damas!!

Image

Donc résumons : si l’otan attaque la Syrie  et elle vient d’en faire la déclaration http://french.irib.ir/info/international/item/273526-l-otan-appelle-la-communaut%C3%A9-internationale-%C3%A0-surmonter-ses-divisions-sur-la-syrie, l’IRAN attaque les intérêts US en IRAK , et ISRAËL : rien que ça rendrait la situation hors de contrôle  car que ce soit ISRAËL ou les USA , ils répondront !

Et nous ne parlons même pas de la RUSSIE qui est en état d »alerte https://resistanceauthentique.wordpress.com/2013/09/05/la-russie-a-mis-les-troupes-de-la-defense-spatiale-en-etat-dalerte-le-tueur-des-portes-avions-moskva-en-route-pour-la-mediterranee-la-russie-est-prete-a-frapper/ et de la Chine https://resistanceauthentique.wordpress.com/2013/09/06/la-chine-envoie-des-navires-de-guerre-en-syrie/

OBAMA est prêt à lancer l’attaque même sans l’accord du congres, qui n’a un rôle que consultatif ( et la France suivra…)  . https://resistanceauthentique.wordpress.com/2013/09/05/syrie-une-frappe-militaire-presente-un-risque-nucleaire-moscou/

Nous pensons à ce niveau qu’un 1er échange aura hélas bien lieu , question de temps…et après l’ONU se réunira .

revue de presse 2013 Z@laresistance

Le renseignement américain a intercepté une conversation dans laquelle les services spéciaux iraniens ordonnaient à des activistes en Irak d’attaquer l’ambassade des Etats-Unis et d’autres représentations diplomatiques à Bagdad si une action militaire était lancée contre la Syrie,  a annoncé jeudi soir le Wall Street Journal.

Selon le journal, qui se réfère à des sources au sein du renseignement américain, l’ordre a été donné par le général Qasem Soleimani, commandant de l’unité spéciale Al Qods  faisant partie du corps  des Gardiens de la révolution islamique. Le message était adressé à des milices chiites irakiennes soutenues par le gouvernement de Téhéran.

Le département d’Etat a appelé jeudi les ressortissants américains à éviter tout déplacement autre qu' »essentiel » en Irak.

© RIA Novosti.

Participants possibles à une intervention militaire en Syrie

http://fr.rian.ru/world/20130906/199230824.html

10 mille effectifs des forces du Hezbollah sont  déployés à Damas pour empêcher la chute de l’Etat d’ Assad, lors de l’attaque éventuelle des Etats-Unis, ont fait part des sources concordantes  libanaises.

Le Hezbollah libanais s’apprête à 2 missions importantes en Syrie lors de l’attaque américaine contre ce pays, selon ces sources. La première mission consiste à  empêcher la chute de Damas par les opposants syriens. À cet effet environ 10 mille effectifs des forces du Hezbollah libanais sont déployés à Damas. La 2ème mission consiste à être disponible à répondre par missiles à Israël en cas où la situation s’aggrave en Syrie et simultanément à l’attaque éventuelle des Etats-Unis, ont précisé ces sources.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/273547-10-mille-effectifs-des-forces-du-hezbollah-d%C3%A9ploy%C3%A9s-%C3%A0-damas

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 septembre 2013 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Killshot aura-t-il lieu en 2013 ?

Je vous en avait déja parlé, du coup fatal, le Killshot prévu par les remots viewers ; apparement le « coup de semonce  »  a déja eu lieu …. Pour rebondir sur l’article précédent je vous propose de lire celui ci ….Et surveillez RSOE EDIS , car comme je vous l’ai fait remarqué, les volcans se réveillent et le climat perd la tete : c’est actuellement la canicule à Moscou et en Sibérie ! Revue de presse 2013 Z@laresistance

s1

Dans un article du mois dernier, on pouvait déjà constater que le soleil s’était réveillé de sa léthargie apparente et il vient tout juste de refaire parler de lui ces derniers jours. Nous assistions dans le même temps à une tension extrême entre les deux Corée qui ne s’est pas totalement apaisée  Ces deux signes peuvent être mis en relation avec le Killshot, évoqué il y a près de 10 ans par le major Ed Dames aujourd’hui retraité et exerçant dans le civil dans son domaine de « remote viewing ».



Il évoquait alors une série d’éruptions solaires massives qui viendraient frapper la terre et serait d’un telle force qu’elle grillerait tout les alimentations électriques et laisserait une bonne partie de la terre à l’âge de pierre mais il ne fut pas en mesure d’estimer une date pour ces événements à l’époque (ce n’est plus le cas). Bien évidemment, la NASA et les autorités se gardent bien d’en parler ou alors c’est pour décrédibiliser l’information mais c’est une possibilité que bien des scientifiques évoquent, d’autant qu’il y a eu au moins un précédant.

En 1859, une tempête solaire massive à touché la terre. Elle fut la plus forte jamais enregistré à cette époque (supérieur à X10) et elle atteignit la terre en à peine 17H (autant dire que l’ont a peu de temps pour s’y préparer lorsque cela arrive). La violence de la tempête provoqua des courants électriques qui grillèrent littéralement les réseaux télégraphiques. Heureusement, à l’époque les conséquences furent bien moins importantes car la vie quotidienne des gens n’était pas dépendante de l’électricité. Or aujourd’hui notre civilisation est tellement dépendante des technologies modernes qu’une panne complète dépassant quelques jours serait tout simplement catastrophique.

Tout d’abord voyons certaines des prévisions du major Dames qui se sont avérés exacts:

– La disparition progressive des abeilles.
– Le coup de semonce (tempête solaire X45 du 4 Novembre 2003, la plus forte jamais enregistrée, heureusement non dirigée vers la terre).
– Les Attentats de Madrid en 2004.
– Le Tsunami de 2004 en Indonésie.
– Le séisme 8,6 du 28 Mars 2005 en Indonésie.
– Une Nouvelle souche de champignon qui attaquerait les productions agricoles et qui s’étendrait dans le monde.
– Le tsunami de 2011 au Japon.
– La grippe aviaire.

Voici ses autres prévisions qui n’ont pas encore eu lieu:

Crash économique mondial, précédé d’une forte hausse de la valeur de l’or.
– Une pandémie mondiale concomitante au crash.
– Un conflit armée entre Israël et l’Iran.
– Une bombe nucléaire déclenchée par la Corée du Nord dans un accès de colère.

– l’atterrissage en urgence d’un véhicule spatial à cause de chutes de débris spatiaux (météorites) vers la Terre.

– Le killshot (les deux derniers événements étant les deux derniers annoncés avant que cela n’arrive).

Il y aurait d’autres prévisions dont le major n’aurait pas le droit de parler au public apparemment car elles pourraient constituer une menace pour la sécurité nationale (c’est lui qui le dit…). J’ai par contre visionné des séances de remote viewing qui indiqueraient que des météorites pourraient bien s’écraser près des zones côtières et que celles ci provoqueraient des exodes massifs. Les remote viewers ayant principalement fait des recherches sur l’Amérique du Nord, impossible de savoir si ces événements concernerait également le reste de la terre. Le killshot par contre est annoncé comme un événement global et le major est de plus en plus préoccupé par l’imminence de cet événement. Les déclarations qu’il a fait lors de l’émission de radio Coast to Coast du 23 Avril 2013 sont intéressantes à plusieurs titres. Certaines ne m’étonnent pas tandis que d’autres me paraissent très suspectes, je vais y venir. Voici le résumé de l’émission:


« Dans la seconde moitié du programme, le professeur de « remote viewing » Ed Dames a parlé de ses prédictions concernant la Corée du Nord qui serait susceptible d’utiliser une arme nucléaire lors d’un accès de colère et la façon dont un effondrement économique mondial arriverait en même temps qu’une  pandémie dans un avenir pas si lointain. Dames a affirmé que son équipe a découvert le «réel plan» du gouvernement nord-coréen. Selon lui, ils ont mis au point de petits dispositifs nucléaires qui seraient transportés par sous-marin pour être placé au large des côtes de territoires américains. Si les Etats-Unis attaquent la Corée du Nord, dit-il, ces armes nucléaires secrètement placés exploseraient en représailles.

Malgré ce danger imminent, Dames mis en avant qu’il est « beaucoup plus préoccupé » par une pandémie mondiale se déclarant de manière concomitante à un effondrement économique mondial, et se poursuivant d’une éruption solaire dévastatrice qui frapperait la planète. À ce sujet, il a déploré que l’émergence récente de la grippe aviaire H7N9 en Chine « pourrait réellement être un candidat potentiel » pour cette pandémie. En outre, il a exprimé sa préoccupation concernant la comète ISON qui pourrait être le facteur déclenchant du killshot, dont il a mis en garde depuis des années. « Toutes ces choses s’emboîtent comme les pièces d’un puzzle, » a t-il indiqué. Dans la mesure ou la comète est censé passer près du soleil en Novembre, Dames suppose que fin 2013 ou début 2014, pourrait être le moment ou ces événements se dérouleront. « Même le Dr Doom commence à avoir peur désormais», se dit-il, «et quand le Dr Doom prend peur, se devrait être une alerte rouge pour beaucoup de gens. »

Alors autant pour le crash économique, il est évident qu’on y aura le droit à un moment ou un autre, tout le monde s’y attend à part ceux qui préfèrent fermer les yeux en attendant que ça passe. La pandémie associée parait crédible et l’hiver prochain pourrait être décisive (encore une grippe créer en laboratoire certainement, à suivre). Les événements passés et présents nous montrent que le soleil peut faire de gros dégâts et qu’il produit des éruptions de plus en plus fortes, un killshot est donc possible.

Par contre pour le coup des nord-coréens qui viendraient mettre des bombes nucléaires aux Etats-Unis, très franchement, je n’y crois pas. Déjà car le plan est peu crédible mais surtout quand on le met en relation avec l’opération ring of fire qui est elle orchestrée par les américains, il y a des ressemblances flagrantes qui ne trompent pas. Ne voudrait-on pas nous faire croire que de futurs explosions nucléaires aux Etat-Unis proviendrait des coréens alors que ce serait un coup monté des américains (le false flag étant un grand classique chez eux). Cette supposée opération prévoit justement l’implantation de bombes nucléaires dans plusieurs villes du territoire américain qui seraient un jour déclenchées pour mettre en place un état policier, des mesures répressives contre la population (camps FEMA, confiscation des armes, la loi martiale etc..) et en fonction de l’origine des menaces, des mesures pourraient être logiquement entreprises en représailles par les américains (attaques particulièrement en Corée du Nord et en Iran, les deux bêtes noires des USA et la mafia mondialiste).

chaos-mondial2

A la lumière de ces nouvelles déclarations, soit les remote viewers n’ont pas compris l’origine de la menace attribuée faussement aux nord-coréens soit on nous enfument. Dans l’absolue, on peut aussi se dire que l’ensemble de ces menaces sont crédibles mais qu’elles pourraient être provoqués par l’homme: un crash mondiale (aucun soucis), une pandémie (ça a déjà été fait), des explosions nucléaires (« ring of fire » en est un exemple). La seule menace qui est difficilement falsifiable est le killshot lui même (même si des explosions EMP, accompagnés de coupure des centrales électriques feraient peut être illusion).

Que ces menaces soient d’origine naturelle ou fabriqués par les hommes, dans les deux cas, l’avenir parait bien sombre d’après les prédictions des remote viewers. D’ailleurs, lorsque l’on voità quel point la planète est en train de changer avec de la neige au mois de Mai en Ecosse, untsunami de neige aux Etats-Unis, le réveil de plusieurs volcans, des morts inexpliqués et massives d’animaux partout dans le monde, l’augmentation constante du nombre de séismes et j’en passe ainsi que les signes annonciateurs du kill shot, on ne peut que constater que quelque chose ne tourne pas rond sur la planète bleu et que ça ne va pas probablement pas aller en s’arrangeant.

Autre fait dérangeant, Ed Dames n’a fait aucune autre prédiction après le Killshot. Pourquoi cela? La fin du monde qu’on nous annonçait soit disant pour le 21 décembre n’était pas la fin du monde mais la fin d’un monde et le début d’un autre: ces événements, s’ils ont lieu, amorceront-t-ils des changements majeurs pour notre civilisation? On constate que ce premier semestre 2013 a déjà permis d’amorcer des changements, certains d’ordre météorologiques, d’autres d’ordre plus terre à terre avec de plus en plus de scandales qui émergent.

On assiste à une vrai prise de conscience de la population sur bien des sujets. Les gens se rendent davantage compte que les gouvernements et les médias les manipulent depuis longtemps, trop longtemps. D’ailleurs, la théorie fumeuse de la fin de monde pour 2012 a été en grande partie orchestrée par les médias, tantôt à coup d’émissions à la télé, tantôt avec des articles aux titres cataclysmiques sans oublier le film 2012. Une fois que la sauce a pris, le bouche à oreille et internet à fait le reste. Ils ont dû se dire qu’une fois cette théorie éventée, les gens ne prêteraient plus attention aux signes plus inquiétants qui viendraient. Nous ne savons pas clairement ce qui nous attends, l’élite elle a l’air de le savoir et depuis longtemps.

Cet article pointe le doigt sur des éléments qui indiquent que les gouvernements s’attendent à un événement majeur à venir à partir de 2013:

– Les missions spatiales américaines ont été arrêtés à la mi 2011. Après tout les investissements déjà engagés par la NASA pour conquérir l’espace, tout stoppé sans raison est suspect, comme s’ils anticipés de plus pouvoir le faire à l’avenir.

– L’ache végétale de Svalbard contenant une grande partie des semences mondiales a été construite afin de permettre de recommencer l’agriculture après une catastrophe globale. Tout a été fini pour 2012.

– Le montant de la dette des Etats-Unis est sans cesse repoussé (tout comme celui de la plupart des pays) comme s’ils n’envisageait pas réellement d’avoir à payer ces dettes un jour (qu’ils n’arriveront de toute façon jamais à faire à moins de faire un braquage à la chypriote…et encore).

– Les gouvernements agissent tous comme si le dollar n’allait plus être la monnaie internationale de référence.

– Des gouvernements telles que les Etats-Unis, la Russie et la Chine ont creusés sans relâche d’immenses bunkers sous-terrains depuis des années. Tous étaient prêt pour la même période.
Les Etats-Unis ont même creuser une ville sous-terraine sous l’aéroport de Denver pour servir de base de repli pour le gouvernement US. Ce documentaire parle à la fois du killshot et de l’aéroport de Denver.

Pourquoi ces gouvernements auraient dépensés tant d’argent et d’énergie s’ils n’anticipaient pas de manière certaine un cataclysme majeur à venir? Nous verrons dans un prochain article ce qu’implique le Killshot et ce qui peut être fait pour s’y préparer. Les six mois à venir nous permettront de voir vers quoi tout cela va nous mener, gardons espoir.

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 juin 2013 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Le leader nord-coréen veut préparer ses missiles à frapper les Etats-Unis !!! + Coup fatal !

 

Image

Sources : Le figaro, Reuters :

Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un a ordonné que les unités de fusées de l’armée populaire soient placées en état d’alerte, prêtes à viser les bases américaines en Corée du Sud et dans le Pacifique, rapporte vendredi l’agence de presse nord-coréenne KCNA.

Cette décision prise lors d’une réunion d’urgence convoquée en pleine nuit fait suite au survol du territoire nord-coréen par des bombardiers furtifs de l’US Air Force. 

Lors de la réunion avec des chefs militaires, Kim « a jugé que le temps était venu de régler les comptes avec les impérialistes américains, étant donné la situation actuelle », ajoute KCNA. 

« Il a finalement signé un ordre sur les préparatifs techniques des fusées stratégiques de l’armée populaire, ordonnant qu’elles soient placées en alerte afin d’être en mesure de frapper à n’importe quel moment le continent américain, les bases militaires américaines sur les théâtres d’opération dans le Pacifique, notamment Hawaï et Guam, et les bases en Corées du Sud », poursuit l’agence.

Il pète carrément les plombs le Kim Jong-un ! Ne sait-il pas que les américains en sont déjà depuis longtemps AU MHD ! ( magnéto-Hydro-dynamique : chercher « Jean pierre Petit et AURORA » sur google ) , dont l’inventeur et celui qui à tout révélé est le français Jean pierre Petit . Ainsi ils peuvent envoyer des torpilles à plus de 10 000 Km / h !!! Même moi je le sais : à quoi il joue là, le Kim ? 

Une chose me fait peur la dedans , c’est une prédiction qui semble prendre forme : les  » remote-viewers » ( PSI = vision à distance ) ont prédit une attaque de la Corée du nord sur …..le Kremlin (c’est la bonne traduction, celle dans la vidéo est erroné ) !

Je met le lien de cette vidéo « le coup fatal »  . Ecoutez tout…

 
1 commentaire

Publié par le 29 mars 2013 dans général, Vidéos indispensables

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :