RSS

Archives de Tag: Frappe

Troisième superpuissante éruption solaire classée X en deux jours, Un séisme de magnitude 8.2 frappe le Mexique

Troisième superpuissante éruption solaire classée X en deux jours
D’abord , lendemain de la plus puissante éruption solaire de ces 12 dernières années, survenue mercredi 6 septembre, un nouveau phénomène de grande envergure s’est produit .L’éruption en question s’est vue notamment attribuer la classe X, d’après l’intensité de son flux. L’activité géomagnétique s’est intensifiée à nouveau alors que la Terre traverse une région de forte activité magnétique dans le sillage de l’ejection de masse coronale qui est arrivé la nuit dernière. Les débris de l’éruption solaire de la classe X 9 de mercredi ont atteint la Terre hier soir – et son impact n’a pas déçu prévisionnistes. Une sévère  tempête géomagnétique de classe G4 a commencé … 

Une troisième éruption solaire classée X en deux jours s’est produite sur le Soleil vers 10h00, heure de Paris, a communiqué le Laboratoire d’astronomie du Soleil de l’Institut de physique Lebedev auprès de l’Académie des sciences de Russie. La force de ce phénomène est 10 fois plus grande que ce à quoi l’on s’attendait.

Une nouvelle éruption solaire, 10 fois plus puissante que ce qui avait été prévu par les scientifiques, s’est produite sur le Soleil vers 10h00, heure de Paris, a-t-on appris ce vendredi par le Laboratoire d’astronomie du Soleil de l’Institut de physique Lebedev auprès de l’Académie des sciences de Russie.

Ainsi, au Canada, qui se trouve actuellement sur la face nord de la Terre, il est possible d’observer de fortes aurores boréales dans les latitudes hautes ou moyennes. Cette tempête revêt un caractère planétaire.

Pour l’heure, il serait difficile d’anticiper les conséquences de ce phénomène naturel.

L’éruption en question s’est vue notamment attribuer la classe X, d’après l’intensité de son flux.

L’éruption solaire la plus puissante depuis 12 ans s’est produite mercredi suite à la collision de deux groupes de taches sombres sur la surface de l’étoile, a constaté le Laboratoire de l’astronomie du Soleil de l’Institut de physique Lebedev auprès de l’Académie des sciences de Russie.

Les éruptions solaires sont classées d’après l’intensité de leur flux, mesuré en watts par mètre carré. Il existe quatre catégories: B, C, M et X. La classe X désigne les éruptions les plus puissantes, tandis que le chiffre associé donne plus d’information sur leur puissance. L’éruption de mercredi a été classée Х9.3, ce qui en fait l’une des plus puissantes enregistrées par les chercheurs depuis le début de leurs observations.

Activité solaire et sismologie sont étroitement liés .. Comme une réponse de la planète,  Un séisme de magnitude 8.2 a frappé le Mexique, causant au moins 32 morts, et une alerte au tsunami :

Un séisme de magnitude 8.2 a frappé le sud du Mexique dans la nuit du 7 au 8 septembre, selon le centre géologique américain USGS qui fait état d’un risque de tsunami. Au moins 32 victimes sont à déplorer selon un nouveau bilan provisoire.

Le Mexique a été frappé par un tremblement de terre d’une magnitude de 8.2, dans la nuit du 7 au 8 septembre. La forte secousse, qui a été ressentie dans la capitale, est localisée à environ 120 kilomètres au sud-ouest de la localité de Tres Picos, dans l’Etat de Chiapas.

Un dernier bilan fait état de 32 personnes tuées, selon une déclaration du gouverneur de l’Etat mexicain d’Oaxaca.

Le président Enrique Pena Nieto a déclaré sur Twitter que les protocoles de la protection civile avaient été déclenchés du fait de la puissance de la secousse.

«J’ai entendu une détonation. J’ai pensé que c’était un transformateur qui avait explosé […] Les feux de circulation s’agitaient de façon impressionnante», a raconté Mayaro Ortega, une psychologue de 31 ans vivant au nord de la capitale qui avait évacué son immeuble.

«C’était un séisme fort mais pour le moment aucun dégât ne m’a été signalé», a témoigné Luis Felipe Puente, responsable de la protection civile, sur la chaîne Televisa, après ce séisme, qui a également été ressenti au Guatemala.

Le Mexique est situé sur un point de rencontre entre cinq plaques tectoniques et enregistre une forte activité sismique.

En 1985, un tremblement de terre de 8.1 avait dévasté une grande partie de la capitale et fait plus de 10 000 morts. Le Service de sismologie du Mexique a estimé la magnitude du tremblement de terre à 8.2, ce qui en ferait le plus violent à avoir jamais été enregistré dans ce pays.

Le président du pays, Enrique Pena Nieto, a confirmé le bilan humain, et a également déclaré que 62 répliques avaient été enregistrées consécutivement à la secousse initiale, prévenant d’ores et déjà qu’une réplique de magnitude 7.1 était attendue.

Un tsunami pourrait suivre

Le centre d’alerte au tsunami du Pacifique a prévenu que «des vagues de tsunami atteignant plus de trois mètres» étaient possibles le long des côtes du Mexique.

L’alerte au tsunami concerne également le Guatemala, le Salvador, le Costa Rica, le Nicaragua, le Panama le Honduras et jusqu’à l’Equateur.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 8 septembre 2017 dans Climat - Environnement, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Soral frappe Daniel Conversano après que ce dernier lance «On en a marre des Arabes !» – lors d’un débat organisé par Dieudonné !!

Incroyable scène ! Et regardez le tweet de Yann (merkado) avec qui je viens de prendre contact pour qu’il fasse des vidéos pour le blog !!!!! Nan Yann je suis pas du tout d’accord .. Mais vu qu’il y aura des « suites judiciaires » , je ne commenterais rien .

Rohhh le 1er coup de pied d’Alain genre « box tai » ! 🙂

Voici ce qu’en pense RT :

Lors de l’enregistrement de l’émission de Dieudonné, l’essayiste Alain Soral a perdu son calme après qu’un certain Daniel Conversano a émis des propos racistes et entrepris de corriger ce dernier. L’affaire pourrait connaître des suites judiciaires.

Ce devait être un débat d’idées sous la houlette de l’humoriste Dieudonné. Mais l’essayiste Alain Soral, fondateur de l’association Egalité et réconciliation, est aussi instructeur fédéral de boxe française. On s’en rend compte dans une démonstration donnée sur la personne de Daniel Conversano, une figure connu pour ses positions à l’encontre des Arabes et des musulmans.

L’objet de la querelle, le mérite supposé d’Alain Soral dans la montée du Front national (FN). Pour Daniel Conversano, le polémiste n’y serait pour rien. Pour Daniel Conversano, les bons scores du FN s’expliqueraient, plus simplement, par la présence des immigrés dans le pays. «Ce ne sont pas des Français», explique Conversano, «Comment oses-tu dire ça ?», lui rétorque Alain Soral, lequel prône une ligne de réconciliation entre les communautés dites «de souche» et «de branche» en France, donc exempte de considérations de races.

Daniel Conversano se met alors à hurler : «C’est pas ta ligne qui a amené le FN à 30 %… C’est parce que les gens en ont plein le cul des Arabes !» Et, là tout s’enchaîne, après les propos racistes : malgré l’intervention de Dieudonné, Alain Soral place quelques frappes efficaces et Daniel Conversano sortira de l’échange la bouche en sang.

Voici le dialogue du passage en question :

D.C : Tu ne veux pas vivre avec les immigrés. Donc tu prescris aux français de rester calme face à l’immigration dans une logique de réconciliation et cette réconciliation est impossible.

A.S  : Y a pas de réconciliation à avoir avec des citoyens français qui sont là depuis 3 générations…

D.C  : (lui coupe la parole) : « C’est pas des français, tu le sais très bien ».

A.S  : Tu veux dire que ce ne sont pas des blancs c’est tout ce que tu veux dire. De quel droit tu oses dire ça ?

D.C  : Parce que c’est le cas et tout le monde s’en rend compte.

A.S  : C’est qui « tout le monde petit merdeux ?

D.C : C’est pas ta ligne qui l’a mis à 30% c’est parce que parce que les gens en ont plein le cul des arabes ! Bordel !

Bien amoché quand même ….

 
25 Commentaires

Publié par le 8 décembre 2016 dans général, Insolite, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le Pentagone ne veut pas s’interdire la première frappe nucléaire en cas de conflit !

Incroyable déclaration !! Ça confirme que les US ont bien en tete d’appliquer la doctrine Bush et qu’ils prévoient bien une 1ere frappe nucléaire « préemptive » contre la Russie ou la Chine .C’est dit de plus en plus ouvertement .

Les Etats-Unis ne veulent pas s’interdire de dégainer les premiers l’arme nucléaire en cas de conflit, a déclaré le chef du Pentagone Ashton Carter, en visite dans un site de recherche nucléaire militaire américain.

Le maintien d’une possibilité de tirer les premiers «a été notre politique depuis longtemps et fait partie de nos plans pour l’avenir», a déclaré le secrétaire à la Défense américain sur la base aérienne de Kirtland (Nouveau-Mexique, sud-ouest), qui accueille le centre de recherches atomiques.

Des rumeurs à Washington ont récemment prêté à Barack Obama l’intention de faire cette déclaration de renoncement à la première frappe. En 2009, le président américain avait affirmé à Prague, dans un discours resté célèbre, son attachement à un monde sans armes nucléaires.

La question de première frappe a été soulevée dans la soirée du 27 septembre par Lester Holt, le présentateur du premier débat télévisé opposant les candidats à la Maison Blanche Hillary Clinton et Donald Trump. Mais les deux candidats n’ont pas articulé de réponse claire, Donald Trump répondant par des phrases ambigües, et Hillary Clinton n’abordant pas la question

Le 27 septembre, deux parlementaires démocrates ont déposé un projet de loi qui interdirait au président américain de lancer une première frappe nucléaire sans qu’il n’y ait eu auparavant de déclaration de guerre par le Congrès.

«Le risque d’une guerre nucléaire menace gravement la survie de l’espèce humaine. Malheureusement, en n’excluant pas d’être les premiers à utiliser l’arme atomique, les Etats-Unis augmentent le risque d’une escalade nucléaire involontaire», a indiqué le sénateur démocrate Edward Markey, co-signataire du texte avec le représentant démocrate Ted Lieu.

«Le président ne devrait pas utiliser les armes nucléaires, sauf en réponse à une attaque nucléaire», selon lui.

 

Source

 

Étiquettes : , , , , , ,

L’effondrement économique frappe partout dans le monde, Ceux qui en ont conscience commencent à s’affoler

Stock-World-Fall-Fail-Crash-Globe-Money-Economy

Stock-World-Fall-Fail-Crash-Globe-Money-Economy

Sauf pour ceux qui sont au courant depuis longtemps et que ça n’étonne pas, qui se sont préparés, pour la plupart dés les 1ers stades de cet effondrement au ralenti : Aka nous et notre public ! Tout ce qu’on dit depuis 3 ans se réalise .Et d’autres médias alternatifs bien sur .

Les mainstreams ne se réveillent que maintenant comme on l’a vu : en même temps ils jouent leur crédibilité car quand ça va recommencer de plus belle, le public qui leur a fait confiance sera tondu ! Ils pourront aussi dire « on vous avait prévenu » , mais c’est tard et leur discours reste encore bien trop ambigu ….

« ce chaos est organisé » , comme l’a révélé Mervin King l’ancien patron de la BOE et Wikileaks, prévenant que le FMI prépare un événement de crédit en Grèce pour déstabiliser l’Europe, cet été .

————————————————————————————–

Nous n’avons qu’une chose à faire si le contenu de l’article dit vrai, nous nous approchons réellement d’un chaos financier tel que nous en avait parlé Pierre Jovanovic dans son livre « 777 ». Fadaises? Nous risquons de vite le savoir, mais au vu du nombre d’articles nous prévenant de cette finalité, penser que tout va bien relève de la naïveté.

La seule véritable question à la limite que l’on pourrait se poser: ce chaos est-il accidentel ou organisé? Car au vu de tous les détournements de capitaux, des fraudes colossales qui n’ont jamais été punies, des escroqueries bancaires, et de tout ce qui touche l’argent en général pour finir dans les paradis fiscaux, on peut légitimement se demander si ce chaos n’est pas voulu pour mettre  en place leur « Nouvel Ordre Mondial » avec argent complètement dématérialisé et tout ce qui va avec, pour notre plus grande sécurité bien sur…

Les grands médias commencent déjà à utiliser l’expression “effondrement économique” pour décrire ce qui se passe dans certaines parties du monde en ce moment.

Pour beaucoup d’Américains, cela peut sembler un peu étrange, mais la vérité est que le ralentissement économique mondial qui a commencé au cours de la seconde moitié de l’année 2015 commence à s’aggraver. Dans cet article, nous allons examiner l’évidence même de cet effondrement avec la situation économique en Amérique du Sud, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Une fois que nous aurons terminé, vous trouverez évident qu’il n’y a absolument aucune raison d’être optimiste quant à la trajectoire que prend l’économie mondiale actuellement. Les avertissements de tant d’éminents experts sont en train de se matérialiser et donc de devenir réalité, et ce que nous avons vu jusqu’à présent ne sont que les prémisses d’une terrible crise économique qui aura une incidence sur chaque homme, femme et enfant dans le monde entier.

Commençons par le Brésil. C’est la 7ème plus grande économie au monde, et elle endure déjà sa pire récession depuis 25 ans. En fait, à la fin de l’année 2015, Goldman Sachs avait déclaré que ce qui se passait là-bas était en fait une “dépression”.

Mais maintenant, la crise au Brésil s’est aggravée significativement.

Je veux partager avec vous l’extrait d’un article récent intitulé “Brésil: l’effondrement économique est pire qu’on ne le craignait”. Je sais, ce titre sonne comme s’il venait directement du site “The economic collapse blog” , mais je ne l’ai pourtant pas écrit.

En réalité, cet article provient de CNN

Au milieu du chaos politique, l’effondrement économique du Brésil est pire que ce qu’avait prévu son gouvernement.

Au milieu des appels croissants à la destitution de la présidente Dilma Rousseff, la banque centrale du Brésil a annoncé jeudi qu’elle s’attendait maintenant à ce que l’économie du pays se contracte de 3,5% cette année.

C’est pire que l’estimation précédente de la banque centrale qui prévoyait une contraction de 1,9%. Ces prévisions plus sombres correspondent à ce que le Fonds monétaire international(FMI) avait prévu pour le Brésil – le plus grand pays d’Amérique latine – et c’est aussi ce que beaucoup d’économistes indépendants suspectaient.

C’est une chose lorsque Michael Snyder vous dit que le Brésil est en train de “s’effondrer économiquement”, mais c’est tout autre chose lorsque c’est CNN qui le dit.

Et bien sûr, j’ai alerté au sujet de la crise brésilienne depuis un certain temps maintenant. Pour obtenir des informations supplémentaires sur ce sujet, lisez mon précédent article intitulé “L’effondrement économique de l’Amérique du Sud est sur la bonne voie !”.

Pendant ce temps-là, les choses sont en réalité bien pire au Venezuela qu’elles ne le sont au Brésil. Le Venezuela fait face à une pénurie de nourriture et de produits de base, le taux d’inflation a atteint 720 %, et la criminalité est devenue hors de contrôle.

Ce qui suit provient d’un article du quotidien généraliste britannique The Independent intitulé “Le Venezuela est au bord de l’effondrement économique complet”

La seule question qu’il faut se poser à l’heure actuelle est de savoir si c’est le gouvernement ou bien l’économie du Venezuela qui s’effondrera complètement en premier.

Le mot clé est “complètement”. Les deux sont bien en train d’agonir. En effet, le parti au pouvoir vient de perdre les élections législatives, ce qui a donné à l’opposition le droit de lancer un vote de censure contre le vice-président ou l’un des ministres, et il est difficile de voir comment cela pourrait s’améliorer pour eux dans l’immédiat – voire même jamais.

Pour les nouveaux, la tendance n’a pas l’air si favorable car selon le Fonds monétaire international, l’économie s’est contractée de -10 % en 2015, les prévisions ne sont guère plus optimistes pour 2016 (-6%), et l’inflation explose à 720 %. Pas étonnant, alors, que les marchés s’attendent à ce que le Venezuela fasse défaut sur sa dette dans un avenir très proche. Le pays est fondamentalement en faillite.

Une fois encore, nous voyons un grand média respecté tel que le quotidien britannique “The Independent” utiliser l’expression “effondrement économique” pour décrire ce qui se passe en Amérique du Sud actuellement.

Vous pouvez trouver une vidéo étonnante du “désastre économique” qui se déroule au Venezuela sur youtube. Je vous encourage à regarder cette vidéo que j’ai placé ci-dessous, parce que ce qui se passe là-bas, finira par arriver aux Etats-Unis.

 

Pendant ce temps-là, en Europe, l’effondrement du système bancaire italien est entré dans une nouvelle phase inquiétante. Le ministre italien des Finances a convoqué une réunion à Rome lundi axée sur un plan de sauvetage de la “dernière chance” pour les banques en difficulté…

Le ministre des Finances Pier Carlo Padoan a convoqué une réunion à Rome lundi avec les dirigeants de grandes institutions financières italiennes afin d’accepter les derniers détails du plan de sauvetage de la “dernière chance”.

Pourtant, à la veille de cette rencontre, des inquiétudes subsistent quant à savoir si le plan sera suffisant pour isoler la plus faible des grandes banques italiennes, Monte dei Paschi di Siena, de la contagion, selon les personnes impliquées dans les pourparlers.

Les actions bancaires italiennes ont perdu près de la moitié de leur valeur cette année du fait des préoccupations des investisseurs par rapport aux 360 milliards d’euros de créances douteuses – équivalent à 20 % du PIB.

Bien que l’Italie s’enfonce dans un chaos financier, le reste du continent européen mérite une attention particulière. N’oubliez pas qu’un effondrement des banques italiennes menacerait de faire plonger dans le chaos le système financier européen. Depuis la publication de cet article par Michael Snyder, un fonds structurel pour aider les banques italiennes fragiles a été crée mais selon Jacques Sapir, cette création n’est absolument pas rassurante.

Vous souvenez-vous combien il avait été difficile de sauver la Grèce pour le reste de l’Europe ?

Eh bien, la Grèce est la 44ème plus grande économie au monde et l’Italie est la 8ème.

Il serait difficile d’exagérer la gravité de ce qui se passe en Europe, et il ne s’agit pas seulement de l’Italie. Partout sur ​​le continent des grandes banques sont en grande difficulté, et le président de la seconde banque de détail en France(BPCE:Banque Populaire et la Caisse d’Epargne) a récemment déclaré aux journalistes: “je suis beaucoup plus inquiet que je ne l’étais en 2009”.

Et il y a de très bonnes raisons d’être inquiet. Il y a 48 heures, Le dimanche 10 Avril 2016, nous avons appris qu’un “bail-in”venait d’ être annoncé pour l’une des banques autrichiennes les plus en vue. Ce qui suit provient deexpress.live

Suite à une décision des autorités financières autrichiennes, l’Autriche est devenue le premier pays de l’UE à recourir à la réglementation de la directive européenne BRRD sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances, entrée en vigueur au début de cette année.

Depuis le 1er janvier de cette année, en effet, le sauvetage des banques avec l’argent des contribuables (“bail-out”) est donc – en théorie – proscrit. Désormais, il est prévu d’effectuer un “bail-in”, c’est à dire de mettre à contribution les actionnaires, puis les détenteurs d’obligations, et enfin, les déposants qui détiennent au moins 100.000 euros (le montant du dépôt garanti) sur des comptes ouverts auprès de l’institution en faillite.

Les créanciers devront peut-être s’asseoir sur 54% de leurs créances:

  • Le régulateur bancaire autrichien a opéré une “coupe de cheveux” (c’est à dire, une annulation pure et simple) sur les dettes échues de Heta de l’ordre de 54%,
  • et reporté l’échéance de paiement des 46% restants au 31/12/2023.
  • En outre, tous les paiements d’intérêts seront annulés rétroactivement au 1er mars 2015.

Ce qui est particulièrement frappant dans tout cela, c’est la faible couverture médiatique de ces événements et de cette application de ces nouvelles règles bancaires de “bail-in”, alors que celles-ci posent un risque majeur pour les dépôts des investisseurs, des épargnants et même des entreprises.

Voici le conseil de Dirk Bauwens:

“Vos économies et les miennes sont réellement en danger. Et cela en raison de l’insuffisance du régime de garantie des dépôts, de la situation douteuse des banques en Europe, ainsi que des nouvelles règles de bail-in pour elles. Il est donc conseillé d’opter pour une banque conservatrice avec des capitaux propres décents (au moins 10% de son total de bilan) et de ne pas y détenir un montant de plus de 50.000 €.”

Les dominos commencent à tomber en Europe, et je m’attends à encore plus d’annonces de ce type dans les semaines et les mois à venir.

Par ailleurs en Asie, le chaos économique progresse aussi.

En Chine, le marché boursier est déjà en baisse de plus de 40 % par rapport à ses sommets, les exportations chinoises ont plongé de -25,4 % à fin février par rapport à l’année précédente, et les chiffres économiques chinois n’ont jamais été aussi mauvais depuis la dernière récession mondiale.

Dans le même temps, l’économie japonaise va vraiment mal actuellement. Comme je l’avais déjà expliqué l’autre jour, La croissance du PIB a reculé sur deux des trois derniers trimestres , la production industrielle japonaise vient de vivre sa plus forte baisse en un mois depuis le tsunami de 2011, et le climat des affaires vient de tomber à son plus faible niveau depuis trois ans. Le Nikkei a chuté d’environ 5000 points par rapport au niveau où il était l’ été dernier, et certains analystes estiment que les marchés japonais ” sont détruits ” en raison de l’ intervention massive de la Banque du Japon(BOJ).

Ici aux Etats-Unis, nous n’avons pas été impactés aussi durement que dans le reste du monde pour l’instant, mais il y a beaucoup de signaux avant-coureurs très inquiétants que l’on peut dorénavant constater.

A la fin de la semaine dernière, nous avons appris selon les anticipations que le PIB américain n’augmentera que de seulement 0,1 ou 0,2 % au cours du premier trimestre de 2016. Et sur ​​les bénéfices des sociétés, la saison des publications démarre, et cela devrait être très, très mauvais. Ce qui suit provient de Business Insider

Nous sommes sur le point d’obtenir la confirmation que la croissance des bénéfices pour les plus grandes entreprises américaines a été négative au premier trimestre, par rapport à la même période il y a un an.

Lorsque le géant de l’aluminium Alcoa publiera ses résultats lundi, elle marquera ainsi le début officieux de la plus lourde saison de publications des entreprises composants le S&P 500.( Depuis la publication de cet article par Michael Snyder, les résultats du géant de l’aluminium et des métaux composites qu’est Alcoa ont été publiés et c’est catastrophique: Alcoa: plongeon de 92% des bénéfices au 1er trimestre et des suppressions d’emplois en perspective)

Les bénéfices des sociétés sont attendus en baisse de 9,1% pour le 1er trimestre 2016, selon John Butters, analyste sur les bénéfices des sociétés, chez FactSet.

Si ces projections se révèlent être précises, ce sera le 4ème trimestre consécutif de baisse de bénéfices. C’est une situation que nous ne voyons jamais en dehors d’une récession.

Et un tas d’autres chiffres indiquent que l’économie américaine est en très grande difficulté actuellement. Lisez à ce sujet mon article précédent intitulé “En 6 mois, la situation économique américaine n’a fait qu’empirer. La preuve en 19 points !”.

Bien sûr, je ne suis juste qu’une voix parmi des milliers d’autres tirant la sonnette d’alarme sur l’économie américaine qui se dirige vers des temps très difficiles. Par exemple, il suffit de lire ce que le célèbre stratège de la Société générale Albert Edwards vient de prédire

Une “vague gigantesque” de défauts de paiement ne tardera pas à submerger l’économie américaine, laquelle ne permettra sans doute pas aux Etats-Unis d’éviter une récession généralisée, a prévenu l’analyste de la banque Société générale Albert Edwards

Bien que la situation avec les actifs à risques (dont les revenus dépendent de la dynamique du marché, ndlr) soit calme depuis plusieurs semaines, notre indicateur d’alerte à la récession ne clignote plus en jaune, mais est devenu bien rouge

Et d’ajouter qu’une brusque chute des bénéfices des sociétés américaines, “criblées de dettes”, était le principal précurseur d’une récession imminente.

Bien que les prévisions d’activité aux Etats-Unis restent très honorables comparées à celles de l’Europe, les spécialistes font valoir que, depuis le XIXe siècle, aucune phase d’expansion américaine n’a duré plus de huit ans. Et à présent, estiment-ils, toutes les conditions sont de nouveau réunies pour un scénario noir.

“Nous y sommes”, résume Albert Edwards, qui recommande aux investisseurs de ne pas trop compter sur les obligations des compagnies américaines.

Selon lui, ce ne sont que des bulles qui ne demandent qu’à exploser.

“L’avalanche de défauts de paiement de compagnies américaines serait un choc pour les investisseurs”, avertit l’analyste.

Selon ce dernier, la panne de l’économie américaine, qui représente à elle seule 20% de la production mondiale, serait évidemment une catastrophe. D’autant qu’elle se produirait simultanément avec celle de la Chine.

Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas seulement un pays ou bien une zone géographique qui est concernée mais bien l’ensemble de la planète.

L’effondrement économique fissure de partout dans le monde. Ceux qui en ont conscience commencent à s’affoler…

Malheureusement, ils ont eu sept ans pour essayer d’arranger les choses depuis la dernière récession mondiale, et ils ont failli à la tâche.. Toute personne qui croit que, par miracle, ils seront en mesure de nous sortir de cette crise cette fois et que tout s’arrangera est simplement en train de prendre ses désirs pour des réalités.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 avril 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

La France frappe en Libye ceux qu’elle a aidés à s’emparer du pays

Afficher l'image d'origine

A voir la Vidéo ICI

…. Mais ça ne gène pas Le Monde de Bergé/niel et Pigasse qui titre La France mène des opérations secrètes en Libye :

La France procède en Libye à des frappes ponctuelles très ciblées, préparées par des actions discrètes voire secrètes. Face à la menace de l’organisation Etat islamique (EI), la ligne fixée par le président François Hollande repose, pour l’heure, sur des actions militaires non officielles. Elles s’appuient sur des forces spéciales – leur présence, dont Le Monde a eu connaissance, a été repérée dans l’est de la Libye depuis mi-février par des blogueurs spécialisés.

Ce n’est pas tout. Plusieurs sources ont indiqué au Monde que la lutte contre les terroristes pouvait couvrir des opérations clandestines, menées par le service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Les premières engagent la France car leurs soldats, même très discrets, agissent sous l’uniforme. Les secondes sont aussi assurées par des militaires mais restent invisibles.

Lire l’intégralité de notre enquête :   La guerre discrète de la France en Libye

Ces deux composantes sont considérées, dans la doctrine militaire, comme des « précurseurs », en l’absence de cadre disponible pour une guerre ouverte. Ces moyens, dits d’« ouverture de théâtre », ne préjugent toutefois pas d’une future opération en bonne et due forme. Un haut responsable de la défense française indique toutefois au Monde : « La dernière chose à faire serait d’intervenir en Libye. Il faut éviter tout engagement militaire ouvert, il faut agir discrètement. »

Frapper l’encadrement de l’EI

En Libye, l’objectif n’est pas de gagner une guerre mais de frapper l’encadrement de l’EI, dans l’idée de freiner sa montée en puissance. Une action menée de concert par Washington, Londres et Paris, comme l’a de nouveau illustré le raid américain du 19 février contre un cadre tunisien de l’EI à Sabratha, une ville de l’Ouest libyen située à une soixantaine de kilomètres de Tripoli.

Considéré comme le plus haut responsable de l’EI en Libye, l’Irakien Abou Nabil avait, lui, été tué à Derna, en novembre 2015, par un bombardement similaire. Selon les informations du Monde, cette frappe a été initiée par Paris.

 

Étiquettes : , , , , , ,

Aucune frappe américaine en Syrie depuis le déploiement des systèmes S-400 par la Russie

Le déploiement des systèmes S-400 en Syrie

Trouble-fête: le S-400 russe bouscule les plans américains en Syrie .

Les autorités américaines sont préoccupés par la décision russe de déployer en Syrie des systèmes antiaériens S-400. Désormais, le Pentagone est contraint d’accompagner les bombardiers américains d’un aéronef équipé d’un système de contre-mesure électronique et pourrait même cesser ses frappes, rapporte la CNN.

Le président russe Vladimir Poutine a expliqué que la Russie était obligée d’assurer la sécurité de son aviation après l’incident aérien avec la Turquie, raison pour laquelle elle a déployé le système S-400.

Le radar du système S-400 est capable de viser simultanément 300 cibles, et possède une capacité antimissile. 72 missiles peuvent y être chargés simultanément.

Le déploiement de ces batteries antimissile de dernière génération complète les mesures annoncées mardi soir par l’état-major de l’armée russe: envoi près de la province de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, du croiseur lance-missiles Moskva de la flotte russe, équipé de systèmes antiaériens, et le fait que les bombardiers russes voleront désormais sous la protection de chasseurs.

Le Pentagone ne croit pas que système soit déjà en alerte opérationnelle. Pourtant, un militaire américain a confié à la chaîne américaine CNN qu’ils suivaient attentivement l’évolution de la situation.

Le lieutenant général à la retraite Mark Hertling, analyste militaire de CNN, a expliqué que beaucoup de conversations se passaient au niveau tactique ou opérationnel alors que les chefs de l’Etat conservent un ton belliqueux. Cela revient à augmenter la mise dans le « grand jeu syrien », mais on ne sait jamais à quoi ça peut mener.

Si les systèmes russes sont activés, les avions militaires américains seront accompagnés  par des aéronefs dotés d’un système de contre-mesure électronique et pourraient même devoir arrêter leurs frappes.

En attendant, l’administration Obama  a fait également face à d’autres difficultés. Dans un entretien, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a déclaré qu’il était peut-être temps de coopérer avec  l’armée syrienne dirigée par le président Bachar el-Assad dans la lutte contre l’EI.

Barbara Starr, correspondante de la CNN au Pentagone, a fait remarquer que la situation serait encore plus compliquée pour l’administration Obama. Environ 50 combattants des forces spéciales américaines seront déployés dans la Syrie du Nord dans les prochains jours. Ils seront là pour la première fois. Le chef du Pentagone Ashton Carter sera sans doute contraint d’en parler lors de son entretien devant le Congrès la semaine prochaine, a conclu la correspondante.

Aucune frappe américaine en Syrie depuis le déploiement des systèmes S-400 par la Russie

Les forces de l’air américaine et turque ont arrêté leurs frappes en Syrie depuis que la Russie a déployé les systèmes de défense aérien S-400 sur sa base aérienne de Khmeimin, d’où elle organise ses opérations contre Daesh.

Le porte-parole du groupe de forces interarmées multinationales de l’opération Inherent Resolve (CJTF-OIR) qui vise à combattre l’Etat islamique en Irak et en Syrie, a indiqué à l’agence Sputnik vendredi que l’absence de raids de la coalition anti-Daesh «n’a rien à voir avec le déploiement des S-400» en Syrie.

«La fluctuation ou absence des frappes en Syrie reflète les hauts et les bas du conflit», a noté le porte-parole ajoutant que le CJTF-OIR effectue des frappes quand et où c’est nécessaire, se concentrant sur la recherche de cibles pour garantir un effet maximal et minimiser le risque de morts civiles.

Comme le CJTF-OIR l’a fait savoir vendredi, la coalition menée par les Etats-Unis n’a effectué aucune sortie depuis jeudi, alors que les frappes contre Daesh en Irak ont été poursuivies, avec 18 raids menés par la coalition sur des positions terroristes.

Le 24 novembre, la Turquie a abattu un avion de combat russe SU-24 à la frontière turco-syrienne qui bombardait les positions de Daesh. Selon Ankara, l’avion russe a violé l’espace aérien turc et a été prévenu plusieurs fois avant d’être abattu. Cependant, la Russie a affirmé que son bombardier a été abattu sur le territoire syrien.

Les pilotes à bord ont réussi à s’éjecter de l’appareil avant l’incendie. Cependant, un des pilotes a été abattu par un groupe de militants lors de sa descente en parachute. Dans le même temps le co-pilote du SU-24 a été sauvé lors d’une opération de sauvetage menée par la Russie. Un marin a péri dans cette opération et un hélicoptère a été perdu après avoir été frappé par un missile anti-char TOW de fabrication américaine en possession des terroristes.

Le lendemain de l’incident, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a annoncé le déploiement de systèmes antimissiles S-400 à l’aérodrome de Khmeimim en Syrie pour garantir la sécurité de ses appareils.

Le S-400 Triumph est capable d’abattre tout hélicoptère ou missile se déplaçant à des vitesses jusqu’à 4,8 kilomètres par seconde (près de 17 000 kilomètres par heure). La seule cible que le système ne pourrait pas abattre, c’est un missile balistique international, qui vole à la vitesse de 6-7 kilomètres par seconde.

sptutnik – RT

 
 

Étiquettes : , , , , , , ,

L’Armée de l’air Russe frappe au portefeuille d’Al Baghdadi et détruit des dizaines de camions de pétrole d’ISIS : le double jeu US mis à jour

Vidéo exclusive des services russes

Plus tôt aujourd’hui, nous avons revisité la  source de revenus la plus importante de l’État islamique : le pétrole brut.

Lorsque les avions de chasse américains  ont détruits 116 camions de pétrole d’ISIS le 16 Novembre (prétendument après avoir laissé tomber des tracts avertissant les conducteurs «innocents» de se disperser), ça avait prétendument marqué un changement de stratégie. « D’une certaine manière », l’administration Obama avait grossièrement sous-estimé les recettes ISIS au tire du commerce de pétrole illicite tout en surestimant les dommages que l’aviation américaine avait infligé à l’infrastructure pétrolière du groupe.

En outre, Bloomberg suggère que le Pentagone a systématiquement refusé d’attaquer des camions-citernes de crainte de dommages collatéraux.« Aucun de ces gars-là ne sont d’ISIS. Nous ne nous voyons pas les vaporiser », de sorte que nous avons vu le pétrole de ISIS circuler pendant un an,  » a déclaré à Bloomberg. Michael Knights, un expert à l’Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient en Irak .

Les bombardiers Su-34 russes ont procédé à la destruction des sites pétroliers contrôlés par l’EI en Syrie.

Il y a un paquet de choses qui devraient vous sauter aux yeux là. Premièrement, on ne comprend pas exactement pourquoi le fait que l’administration a « sous-estimé » le montant des recettes ISIS dérivé du pétrole importe . Autrement dit, la différence entre 100 millions $ et 400 millions $ par année serait très significative si vous parliez d’une société , mais cela est un groupe terroriste. Bien sûr, que ça  importe quand ils font quatre fois plus que ce que vous ne pensiez quand il en vient à l’évaluation de leurs capacités opérationnelles (le plus d’argent vous avez, le plus vous pouvez faire), mais ça n’aurait plus d’importance quand il s’agit de formuler une stratégie pour paralyser leur capacité à produire du brut. Ce n’est pas comme si vous pouviez dire «oh, bien si ils ne font, que 100 millions $ par année, alors ça va .. maintenant si c’est 400 millions $, c’ est là que nous aurons à tracer la ligne rouge ».

Deuxièmement, depuis quand est ce que les Etats-Unis sont inquiets des dommages collatéraux quand il agit de prendre « des terroristes? » Comme l’interception mis au jour d’une série de rapports d’enquête récents, montrant que 90% des personnes tuées dans les frappes de drones dont ils ne sont pas la cible. Ce n’ est pas comme si la CIA n’était pas au courant de cette statistique à chaque fois qu’ ils appuient sur la gâchette d’un Reaper MQ9.

Alors que, peut-être que les États-Unis ont surestimé l’effet que ses frappes aériennes avaient sur ​​les capacités de production de pétrole de l’État islamique et peut-être le Pentagone a été concerné par le fait de tuer les chauffeurs de camion innocents, mais il se pourrait aussi que, comme Sergueï Lavrov l’a suggéré plus tôt cette semaine, que les Etats-Unis ont jusqu’au maintenant délibérément évité de frapper ISIS où ça fait mal afin de les garder dans le jeu et faire en sorte qu’ils puissent être encore efficace pour déstabiliser Assad. Si vous coupez le commerce du pétrole, ils perdent la capacité de lutter contre le régime.

En tout état ​​de cause, il y a d’autres questions pressantes à propos de Isis et du pétrole, et nous vous encourageons à lire « La question la plus importante à propos de Isis que personne ne pose, » mais pour l’instant, nous nous tournons vers la Russie et les efforts du Kremlin de fraapper au Portefeuille d’Al Baghdadi.

Selon le porte-parole de l’état-major russe  le général Andrey Kartapolov, « environ 500 véhicules à carburant citernes transportant des cargaisons illégales de pétrole de la Syrie vers l’Irak pour être traités ont été détruits par les forces aériennes de la Russie. » 

Voici Spoutnik :

Environ 500 camions-citernes, transportant illégalement du pétrole de Syrie en vue de son raffinage en Irak, ont été détruits par les avions russes en quelques jours, a annoncé Andreï Kartapolov, le chef du service opérations de l’Etat-major général des Forces armées russes.

« L’aviation russe a détruit près de 500 camions-citernes en quelques jours. Les terroristes ont moins de possibilités d’exporter illégalement des produits pétroliers et leurs revenus provenant de la contrebande de pétrole ont diminué », a indiqué le général Kartapolov lors d’un point presse.

Les bombardiers russes Su-34 visent des sites de production, de transformation, et de transport de pétrole appartenant aux terroristes du groupe terroriste Etat islamique (EI). « Ces dernières années, l’EI et d’autres groupes extrémistes ont mis en service un « oléoduc mobile » sur les territoires qu’ils contrôlent », a ajouté le général Kartapolov présentant des photos où des centaines de camions-citernes.

Selon lui, des centaines de camions-citernes transportent des milliers de tonnes de pétrole en Irak et cela constitue la principale source de revenus pour les terroristes.

Zero Hedge – Spoutnik – resistanceauthentique

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :