RSS

Archives de Tag: fait trembler

« Révolution pourpre » – Un nouveau document explosif sur le « piratage » Russe fait trembler l’Amérique : Trump compare son traitement médiatique à « l’Allemagne nazie », le Kremlin dénonce une « falsification totale » …

 Le rapport est jugé crédible par le renseignement américain. © Reuters

Les Russes n’ont fait qu’aider wikileaks (nous avons assez de confirmations que c’est bien le cas comme je l’ai rapporté : je ne me suis pas trompé sur ce point – trop fort Poutine) , mais on ne peut pas vraiment parler de « piratage » de l’élection US  . Ils l’ont influencé certes, et ce fut surement décisif, ça a fait pencher la balance en faveur de Trump – mais c’est avant tout le choix du peuple américain qui en avait assez des politiques corrompus .

Très peu d’américains s’intéressent à la politique d’une part, et encore moins aux révélations de Wikileaks qui a d’ailleurs infiniment peu été relayé par les médias achetés  comme je vous en ai informé…. 

L’élite Atlanto mondialiste fera désormais tout pour renverser Trump et déstabiliser les états unis . D’après ma source,  l’état profond et le FBI ont bien voulu laisser fuiter les révélations Podesta sans en informer l’establishment de l’élite (la CIA aurait pu sortir ses « révélations » pendant l’élection et la miner au profit de Clinton) .  Les Russes ne sont qu’un Bouc émissaire au final … 

En effet, c’est maintenant une sextape de Trump filmée clandestinement en 2013 à Moscou qui serait entre les mains des Russes .  Ces informations très sensibles auraient été recueillies pendant des années par la Russie. Le Kremlin dément farouchement.

La chaîne CNN et d’autres médias ont rapporté mardi l’existence d’un document de 35 pages, composé d’une série de notes datées de juin à décembre 2016 et rédigées par un ancien agent du contre-espionnage britannique, jugé crédible par le renseignement américain, pour le compte d’opposants politiques à Donald Trump.

Selon ces médias, dont CNN et le New York Times, les chefs du renseignement américain ont présenté au président élu un résumé de deux pages de ces 35 pages, en même temps qu’ils lui détaillaient leur rapport, partiellement déclassifié vendredi, récapitulant l’ensemble des opérations russes de piratage informatique et de désinformation aux États-Unis.

« Une chasse aux sorcière »

A l’annonce de ces révélations, Donald Trump a d’abord dénoncé «  une chasse aux sorcières totale !  » et une «  fausse information  »

« Les agences de renseignement n’auraient jamais dû permettre à cette fausse information de « fuir ». Un dernier coup porté à mon encontre. Vivons-nous dans l’Allemagne nazie? »

«  La Russie n’a jamais tenté de faire pression sur moi. JE N’AI RIEN A VOIR AVEC LA RUSSIE. PAS DE CONTRAT. PAS DE PRETS. RIEN DU TOUT !  », a réaffirmé Donald Trump sur Twitter à quelques heures seulement de sa première conférence de presse depuis son élection.

Moscou a dénoncé une « falsification totale » et accusé le renseignement américain de vouloir saper les relations entre les deux pays .

La Russie dément avoir des «dossiers compromettants» sur Trump

La Russie de son coté assure qu’elle n’a pas de « dossiers compromettants » sur le président élu Donald Trump, a affirmé mercredi le Kremlin, dénonçant les accusations des chefs du renseignement américain comme une « falsification totale » destinée à saper les relations avec Washington.

« Le Kremlin ne possède pas de ’kompromat’ sur Donald Trump », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, utilisant un terme hérité du jargon soviétique qui désignait des informations compromettantes recueillies contre des personnes susceptibles d’être soumises à un chantage.

La tentative de déstabilisation de Trump par les élites sous la houlette de Soros, ce qu’on nomme la « révolution pourpre » – continue  . Je ne suis pas certain qu’il terminera son mandat :

Des manifestants espèrent faire tourner la prestation de serment de Trump à l’émeute

Le 20 janvier est la date choisie par plusieurs groupes radicaux pour descendre sur Washington. Les forces de sécurité sont sur la brèche.

Jeff Sessions, le futur ministre de la Justice choisi par Donald Trump, est entendu ce mardi par les sénateurs. Son audition a été plusieurs fois interrompue par des manifestants dans la salle. C’est ainsi que deux hommes, grimés en membres du Ku Klux Klan, ont lancé des slogans antiracistes au visage du futur « Attorney general ».

Un avant-goût des perturbations attendues le jour de la prestation de serment de Donald Trump ? Les autorités le craignent.

Le vendredi 20 janvier, c’est « Inauguration day » : le jour où Donald Trump doit devenir officiellement le nouveau président des États-Unis d’Amérique. Ce jour a aussi été choisi par plusieurs groupes radicaux pour se rassembler à Washington. Ils espèrent le transformer en émeute.

30.000 manifestants

Cette possibilité n’est pas nouvelle. On se souvient qu’immédiatement après la victoire électorale du milliardaire républicain, des manifestations ont eu lieu un peu partout dans le pays.

Dès la mi-novembre, un officier de police déclarait se préparer à canaliser 30.000 manifestants le 20 janvier 2017.

Depuis, la menace pour les autorités s’est précisée. Le groupe Answer (act now to stop war & end racism), en pointe dans les mobilisations contre la guerre, appelle ses partisans à descendre sur le Capitole le 20 janvier. «  Nous pensons que nous entrons dans une nouvelle ère de manifestations de masse aux États-Unis  », explique Walter Smolarek, un porte-parole d’Answer. Sur la page Facebook de « l’événement », plus de 11.000 personnes affirment qu’elles s’y rendront et plus de 36.000 se disent « intéressées » (à la date du 10 janvier).

Mais Answer n’est que l’une de la quinzaine de groupes ou groupuscules qui appellent à «  perturber  » l’« Inauguration day » de Trump. Là, une émanation d’Occupy Wall Street propose de faire grève ; ici, un groupe antifasciste appelle à « stopper le régime Trump-Pence avant qu’il ne commence  », s’offrant le luxe d’une page de publicité dans le « New York Times » du 4 janvier  ; ou encore là, des anarchistes demandent «  à toutes les personnes de bonne volonté à perturber  » la prestation de serment de Donald Trump…

Pour les forces de sécurité comme pour les anti-Trump, le 20 janvier s’annonce chaud….

Du chaos naît l’ordre et de l’ordre, naît le chaos .

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

La Banco Espirito Santo fait trembler le Portugal, …. et l’Europe !

INFOGRAPHIE – La banque portugaise a encore perdu près de 8 % à la Bourse de Lisbonne. Le risque de défaut de paiement du groupe inquiète l’Europe.

Moins 30 % de capitalisation boursière en un mois pour la 1ere banque du Portugal !!! Autant dire la faillite ! Une affaire qui risque de mal se terminer, toutes les banques étant interconnectées et beaucoup exposées, comme lez CA   ! Revue de presse spéciale été  2013-2014 Z@laresistance 

Nouvel avis de tempête sur le Banco Espirito SantoLes difficultés financières que rencontre la première banque du Portugal font souffler un vent de panique depuis trois semaines sur le pays, à peine sorti de trois ans de tutelle internationale et dont l’économie reste très fragile. La banque a perdu en quelques mois plus de 30 % de sa capitalisation boursière. Inquiet des risques de contagion, le premier ministre, Pedro Passos Coelho, a appelé lundi la famille Espirito Santo – propriétaire du holding à l’origine des pertes – à négocier au plus vite une restructuration «ordonnée» de sa dette «afin d’éviter qu’un éventuel défaut de paiement ait un impact important sur l’économie du pays». L’affaire est prise au sérieux jusqu’à Berlin. Pour la chancelièreAngela Merkel, la crise de la banque «montre à quelle vitesse les marchés s’inquiètent et à quel point la structure de l’euro est fragile».

Après une brève accalmie mercredi à la suite de la nomination d’un nouveau PDG, le titre de la banque portugaise a de nouveau dévissé ce jeudi de près de 8 % à la Bourse de Lisbonne. Les marchés ont réagi à une nouvelle sanction des agences de notation. Moody’s a dégradé de «Ca2» à «Ca» la note de la dette à long terme de Espirito Santo Financial Group (ESFG), la plaçant à un cran du défaut de paiement. L’abaissement de deux crans de la note du principal actionnaire de la banque BES «reflète le risque accru d’un défaut du groupe», a expliqué l’agence américaine dans un communiqué. Un risque dû «à l’exposition élevée d’ESFG» aux holdings Espirito Santo International (ESI) et Rioforte, qui s’élevait fin juin à 2,35 milliards d’euros. Rioforte, qui n’a pas pu honorer une échéance de 847 millions d’euros auprès de son créancier Portugal Telecom, devrait être placé sous peu en redressement judiciaire. «Cette multitude de holdings et la difficulté d’identifier qui est exposé et à combien en raison de l’opacité a mis le feu aux poudres», rappelle l’économiste de Natixis Jésus Castillo.

Intervention de l’État

De son côté, le BES – soutenu par la Banque du Portugal – minimise le risque en mettant en avant 2,1 milliards d’euros d’excédent de capital par rapport au minimum réglementaire. Un montant suffisant pour couvrir une exposition au groupe Espirito Santo de 1,18 milliard d’euros. Pour autant, une augmentation de capital pourrait s’avérer nécessaire pour rassurer les marchés, qu’elle vienne de capitaux publics ou privés. «Si l’État a les moyens d’intervenir à hauteur de 6,4 milliards d’euros grâce à son fonds de restructuration bancaire, cela soulignerait une nouvelle fois les fragilités du système bancaire face à un choc externe», ajoute l’économiste de Natixis. Au risque de provoquer des tensions sur les marchés obligataires et de compromettre le redressement des finances publiques.

http://www.lefigaro.fr/societes/2014/07/18/20005-20140718ARTFIG00010-le-banco-espirito-santo-fait-trembler-le-portugal.php

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 juillet 2014 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :