RSS

Archives de Tag: extremes

Canicule, incendies, inondations, froid… la planète affronte des situations climatiques extrêmes

Résultat de recherche d'images pour "canicule caricature"

On va ici plus parler de la Canicule, mais dans certains coins du monde il y a aussi des vagues de froid intense … 

Grèce, Japon, Suède, Pérou. Plusieurs endroits du globe connaissent en ce moment des situations climatiques extrêmes, de la canicule au froid polaire. 

Au Pérou, c’est l’hiver et le froid qui sévissent. Fin juin, le pays a déclaré l’état d’urgence dans 122 municipalités des régions andines touchées par les basses températures. La pneumonie a coûté la vie à au moins 700 personnes selon le ministère de la Santé, dont 177 mineurs. Selon les médias péruviens, cette situation n’est pas nouvelle et se répète chaque année bien que le gouvernement distribue de l’aide humanitaire. Entre janvier et juin 2018, le centre national d’épidémiologie a enregistré plus de 30.000 cas de pneumonie, le chiffre le plus élevé au cours des cinq dernières années. (source)

Grèce, Japon, Finlande… la canicule fait des ravages à travers le monde

La chaleur exceptionnelle et les incendies ont tué depuis juillet des centaines de personnes et provoqué de nombreux dégâts dans le monde.

Des dizaines d’incendies continuaient à ravager la Grèce, mercredi 25 juillet, ainsi que plusieurs pays d’Europe du Nord, tandis qu’une grande partie du continent suffoque sous la chaleur. De la Suède au Québec en passant par le Japon, la canicule affecte la moitié de l’hémisphère Nord. Selon les experts climatiques, ces vagues de chaleur exceptionnelles pourraient devenir de plus en plus courantes.

  • Incendies en Grèce

Le bilan provisoire des incendies de forêt qui ont ravagé lundi soir la côte à l’est d’Athènes est évalué, aujourd’hui, par les autorités, à 79 morts. Les pompiers poursuivaient mercredi les recherches de personnes bloquées dans des maisons ou des voitures carbonisées, aux environs des stations balnéaires de Mati et de Rafina, dévastées par des incendies meurtriers.

Qualifié de « tragédie nationale » par les médias du pays, le feu, parti du mont Pendeli attisé par des vents de 100 km/h, s’est rapidement propagé et a envahi Mati, à 40 kilomètres d’Athènes, détruisant des centaines d’habitations.

Les résidents, paniqués, ont fui en direction de la plage proche, où plusieurs d’entre eux ont dû rester plusieurs heures. Mardi, le pays était sous le choc des découvertes macabres, en particulier celle de 26 personnes, dont des enfants, carbonisées.

Le pays, qui a activé le mécanisme européen de protection civile, s’est vu offrirde l’aide, notamment en moyens aériens, par l’Espagne, la France, l’Israël, la Bulgarie, la Turquie, l’Italie, la Macédoine, le Portugal et la Croatie, tandis que les messages de condoléances arrivaient en nombre de l’étranger.

  • L’Europe du Nord suffoque

D’Oslo à Riga, les pays nordiques et baltes sont écrasés depuis plusieurs semaines par la chaleur et la sécheresse qui embrasent forêts et tourbières, brûlent les pâtures, vident les nappes phréatiques et font même baisser le niveau des grands lacs.

La Suède, qui par endroits n’a quasi pas enregistré de précipitations en près de trois mois et connaît le mois de juillet le plus chaud depuis au moins deux siècles et demi, a dû faire appel à la solidarité européenne pour lutter contre le feu. Plus de 25 000 hectares sont déjà partis en fumée ; ce qui représente plus de deux fois la superficie de Paris.

Le risque est jugé « extrême » par les autorités, en particulier dans la partie méridionale, où le thermomètre pourrait atteindre 35 oC dans les prochains jours, sans espoir de pluie. L’office des forêts suédois a d’ores et déjà estimé les préjudices à 87 millions d’euros.

En Finlande, la province septentrionale de la Laponie est particulièrement touchée, avec des feux de forêt et d’herbe persistants, qui viennent s’ajouter, à sa frontière orientale, à des incendies partis de Russie.

Dans le sud de la Norvège, plusieurs feux de forêts se sont déclarés ces dernières semaines, provoquant, le 15 juillet, la mort d’un pompier. Et comme en Suède, des éleveurs sont contraints d’abattre une partie de leur cheptel, faute d’herbe et de foin.

  • Canicule : au moins 80 morts au Japon

L’Europe, qui oscille entre canicule et incendies, n’est pas seule à souffrir de la canicule. Une vague de chaleur s’est abattue sur le Japon depuis deux semaines. Les températures élevées – au-delà de 40 oC – ont fait au moins 80 morts et 35 000 personnes ont dû être hospitalisées.

La majorité des décès concerne des personnes âgées, mais des enfants figurent au nombre des victimes, dont un garçon de 6 ans qui a succombé à un coup de chaleur à la suite d’activités extérieures et alors que la salle de classe n’était pas climatisée.

« Des mesures d’urgence sont nécessaires pour protéger les enfants », a déclaré mardi matin le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d’une conférence de presse. Le gouvernement va subventionner l’installation de climatiseurs dans les écoles, les collèges et les lycées à partir de l’été 2019.

A la date du 1er avril 2017, moins de la moitié des salles de classes d’établissements scolaires publics disposaient d’une climatisation. L’extension de la durée des congés d’été figure également parmi les dispositions à l’étude, a déclaré M. Suga. Des températures inédites ont été atteintes dans tout le pays, notamment dans la ville de Kumagaya (préfecture de Saitama), au nord de Tokyo, qui a battu le record national lundi avec un thermomètre affichant 41,1 oC.

 Lire la tribune de Jean-François Heimburger, journaliste spécialiste du Japon :   « Il est nécessaire d’améliorer la prise en compte des catastrophes naturelles au Japon »

  • Vague de chaleur meurtrière au Québec

Une vague de chaleur a frappé le Québec au début du mois de juillet, avec une température ressentie allant jusqu’à 45 oC et provoquant 70 morts, selon un bilan des autorités sanitaires communiqué le 10 juillet. Une chaleur d’une intensité comparable à celle qui, en 2010, avait entraîné la mort d’une centaine de personnes dans la région de Montréal.

Les victimes font partie de « populations très vulnérables, personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques ou mentales » et ne disposant pas de la climatisation, a précisé la docteure Drouin, directrice régionale de la santé publique de Montréal.

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 25 juillet 2018 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Bill Bonner – Des signaux d’alerte extrêmes

Les leçons apprises ces 30 dernières années pourraient se retourner contre nous lors de la prochaine crise.

Les investisseurs sont habitués à dépendre du put Greenspan/Bernanke/Yellen. En d’autres termes, ils sont relativement certains que les autorités interviendront avec un surcroît d’alcool lorsque la fête commencera à donner des signes de faiblesse.

« Achetez les creux », se disent-ils, confiants dans le fait qu’ils pourront compter sur les autorités en cas de problème.

Nombreux sont ceux qui pensent que la nouvelle Loi sur la fiscalité US est elle aussi à 80° d’alcool – capable donc de faire redémarrer les choses en mettant plus d’argent entre les mains des actionnaires et des consommateurs.

Peut-être que ça va faire grimper les prix des actions. Ou peut-être en pas. En tout cas, ça ne fera pas disparaître la prochaine crise.

Nous n’aimons pas annoncer de mauvaises nouvelles, mais les mauvaises nouvelles sont tout ce que nous avons à annoncer.

Les entreprises américaines sont déjà pleines aux as. Les PER sur le S&P 500 sont désormais 70% supérieurs à la moyenne de long terme. En fait, ils n’ont atteint de tels sommets que deux fois ces 118 dernières années… à chaque fois suite aux options put de la Fed.

Et plus les actions grimpent… plus elles tomberont de haut.

Pour revenir à des niveaux plus traditionnels, notait Martin Feldstein dans le Wall Street Journal cette semaine, le prochain marché baissier devrait effacer quelque 10 000 Mds$ de richesse boursière.

Cela, dit-il, éliminerait 2% du PIB annuel… faisant basculer les Etats-Unis dans la récession.

Alerte : signaux extrêmes

Cette crise est-elle proche ? Nous nous tournons vers notre chercheur d’élite, Joe Withrow :

« Notre Indice de la Catastrophe est remonté à 7 ce mois-ci – notre niveau d’alerte maximal.

Après un troisième trimestre étonnamment exubérant en 2017, la croissance du crédit est retombée à 1,6% durant le quatrième trimestre. Pour paraphraser votre ami Richard Duncan, quand la croissance du crédit passe sous les 2%, il y a du grabuge…

En ce qui concerne les marchés du crédit, les dégradations de notes ont continué pour les obligations d’entreprises, à un niveau accéléré au trimestre dernier. Et les junk bondscommencent à montrer des signes de faiblesse, ayant perdu plus d’1% sur le trimestre (tel que mesuré par HYG). Ceci étant dit, les junk bonds ont tout de même clôturé 2017 en territoire positif.

Comme vous le savez, les valorisations boursières sont toujours très hautes par rapport à leurs moyennes historiques… mais nous n’avons pas vraiment vu les ‘instincts animaux’ que l’on constate généralement à la fin de tout marché haussier.

Cela commence toutefois à changer… l’optimisme des investisseurs a grimpé de plus de 20 points de pourcentage au dernier trimestre, tel que mesuré par l’indice AAII.

Nos indicateurs financiers ont été les premiers à nous crier des avertissements en 2000 et 2007… mais les marchés ne se sont pas effondrés avant que nous recevions aussi des signaux d’alertes de la part de nos indicateurs de productivité. Je soupçonne que ce sera le cas à nouveau cette fois-ci… mais on ne peut jamais en être totalement certain.

Ce dont on peut être certain, cependant, c’est qu’on est beaucoup plus proche de la catastrophe aujourd’hui que lors du trimestre précédent. Ce pourrait être une bonne idée d’épousseter ce bon vieux drapeau d’Alerte au Krach… s’assurer qu’il est bien présentable. »

Un inévitable marché baissier

Nous avons hissé ce pavillon si souvent – sans succès – que tant lui que notre réputation en matière de timing boursier sont en lambeaux. Nous hésitons à afficher l’une et l’autre, désormais.

Mais un marché baissier est inévitable. Nous nous rappelons les années 70. C’est en 1973 que le Dow a franchi pour la première fois la barre des 1 000 points. Il a ensuite chuté pour ne plus remonter jusqu’à 1 000 pendant une décennie .

Pendant cette période, les prix nominaux ont baissé, sans toutefois perdre plus de 25%. Les dommages ne semblaient pas si affreux. Sauf que l’inflation réduisait aussi continuellement les valeurs réelles.

On peut voir ce qui s’est vraiment produit en examinant le Dow en termes d’or.

Le sommet réel a été atteint en 1965, lorsqu’il a fallu environ 25 onces d’or pour acheter les actions du Dow. Puis les prix ont chuté… chuté… chuté…

… Au point qu’on pouvait acheter le Dow tout entier pour une seule once d’or. En termes réels, les actions avaient perdu 96% de leur valeur.

A vos armes… en joue… feu !

Nous voyons une débâcle similaire arriver.

Les banques centrales augmentent les taux. L’inflation semble prendre de la vitesse. Dans le même temps, les autorités doivent financer de gigantesques déficits.

Le marché obligataire va être pris entre une augmentation de l’offre et une diminution de la demande. Les prix obligataires chuteront à mesure que les rendements augmentent.

Les actions chuteront aussi, soit à cause de la hausse des taux d’intérêt… ou malgré elle. Vous pouvez vous attendre à des pertes initiales de 50% environ.

Ensuite, une fois encore, les investisseurs tourneront leurs yeux mélancoliques vers la Fed.

A vos armes… en joue… feu !

La Fed donnera l’ordre. Mais le coup ne retentira pas dans le monde entier. En fait, c’est tout juste si on l’entendra… parce que la Fed est à court de cartouches.

Comme l’explique M. Feldstein, la Fed a attendu trop longtemps avant de commencer à augmenter les taux. Si un krach se produit, elle voudra les réduire… mais à moins que la crise ne patiente encore deux ans, elle n’aura quasiment pas de taux à baisser et pas de relance monétaire à proposer.

Et la relance budgétaire alors, demandez-vous ? Ah ha… C’est censé être le rôle de la Loi sur la fiscalité.

En réalité, alors que la Fed était en retard… le Congrès US a fait tonner son canon trop tôt – avant même que l’ennemi apparaisse.

A présent, lors de la prochaine crise, il sera presque impossible de décréter une nouvelle baisse d’impôts ou une augmentation des dépenses… ou de financer plus de déficits sans faire grimper les taux.

Mais attendez… que voyons-nous là ?

Des renforts !

Source 

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 février 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , ,

Conditions Météorologiques Extrêmes, et Changements Terrestres, Octobre 2015

 

Étiquettes : , , , , ,

Décembre 2014 – Météorologies extrêmes et bouleversements planétaires

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 janvier 2015 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , ,

En route vers la 3ème Guerre Mondiale : Ce que vous ne savez pas sur la crise en UKRAINE …

 RAPPEL :  En route vers la 3ème Guerre Mondiale

 StormCloudsGathering est une excellente chaîne qu’on vous recommande (maintenant vous avez  de bonnes traductions  sur YT) 

 Ce que vous ne savez pas sur la crise en UKRAINE

Ils reviennent sur les preuves du coup monté occidental (etasunien):

6 mars : le public découvre la conversation entre Catherine Ashton (patronne des relation étrangères de l’UE) et le ministre des affaire étrangères de l’estonie , qui explique le « plan de déstabilisation » (rendu public par le FSB) : ils donnent l’extrait …

Ils reviennent sur la rencontre entre victoria NULAND (du dept d’état US) et SVOBDA (néo nazis) en février (ndlr :  on en a parlé de tout ça …)

Sur john Mac Cain qui a été soutenir SVOBODA place Maidan ( ou « de  l’indépendance »)

Et sur la fameuse discussion préparant le coup d’état entre  victoria NULAND et des responsables de SVOBODA , et le fameux « fuc* the EU » ;

Ils parlent aussi de la liaison entre right sector (néo nazis extremes) et svoboda… etc etc …

Ils remontent au CFR (concil of foreign relation) qui seraient derrière tout cela ; et démontre que les financements des « opposants » vient des US ;

Enfin voilà, on a tous les faits qui nous permettent d’affirmer que c’est un coup monté étasunien, qui n’hésitent pas a s’appuyer sur des néo nazis : très dangereux pour l’Europe !

 Vive la démocratie ! Non ?

Ils terminent  » nous sommes à la fin d’une partie d’échecs géopolitique qui mènera à  la 3ème Guerre Mondiale « 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 mars 2014 dans général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :