RSS

Archives de Tag: etf

Ted Butler: « Le Silver cauchemard » sera bientôt terminé

Si des millions, je dis bien « millions » de personnes se sont mis au Silver, c’est ted BUTLER qui est à l’origine de ce mouvement: c’est lui qui à été le 1er a approfondir dans le silver et pointé les nombreuses incohérences, le fait que le Silver allait etre en pénurie (et meme que si il avait explosé en 2011 c’était à cause d’une pénurie) , que des pertes importantes et soudaines de plus de 2,5 milliards de dollars sur des dizaines de milliers de contrats sur l’or et l’argent du Comex sont ce qui avaient tué la banque Bear Stearns, que l’argent était l’actif le plus sous évalué de l’histoire … Ted BUTLER est LA référence dans le monde du Silver, c’est lui qui a mis le feu aux poudres qui à fait exploser la demande d’investissement : on a qualifié la performance du Silver en 2012 d’année SPROTT (en référence à eric SPROTT qui aurait fait explosé le prix du silver que par sa communication, et celle de son groupe : sisi certains ont expliqué la performance du silver ainsi …) , hé bien jusque là c’était les année BUTLER … Et ce qu’il dit est juste , Il est vrai que les dérivés ont complètement déformés la réalité du marché, provocant d’énormes distorsions, qui finiront bien un jour par se manifester dans les prix.

Halloween ne pouvait pas être plus terrifiant pour les investisseurs dans l’argent. Le métal gris s’est  fissuré a moins de 16 $ US / oz le vendredi, un prix jamais vu depuis près de la moitié d’une décennie.

Depuis des années, il semblait que l’argent fut tellement abattu que son prix ne pouvait pas aller plus bas. Mais il l’a fait.

Pourquoi a-t-on vu une telle baisse de prix pour l’argent ? (Maintenant moins 2/3 par rapport à son haut à la fin de 2011). Et ne verra-t-il jamais des jours meilleurs à nouveau?

Ce week-end, Chris a une longue discussion avec un expert de l’argent Ted Butler sur le véritable coupable derrière les claquements de prix sauvages qui ont frappé l’argent : des positions injustement concentrés dans le marché des produits dérivés :

Vous devez vous asseoir et essayer de percer la cause de ce qui se passe. Les mesures prises par la Banque du Japon et les actions de notre propre Banque centrale ont essentiellement gonflés tous les actifs de placement tels que les obligations, actions, l’immobilier… Et l’ironie est que dans le passé chaque fois que nous sommes passés par ce mode d’inflation des actifs, l’or et l’argent et une variété de produits y ont toujours participé. Sauf que cette fois , contrairement aux mouvements de tous les autres actifs, l’or et l’argent ont été particulièrement faible.

La seule explication pour expliquer pourquoi il en est ainsi que celle que nous avons mis au point, et pas seulement pour l’or et l’argent, mais pour tous les métaux du COMEX et du NYMEX- le cuivre, le platine, le palladium, l’or et l’argent, même des articles comme le pétrole brut, et même pour le grain – nous avons développé un mécanisme qui est si déformé que c’est comme si nous permettions aux fous de courir dans l’asile. En d’autres termes, si vous êtes à la recherche de la cause spécifique de la raison pour laquelle l’or et l’argent ont été particulièrement faible au cours des dernièrs quelques jours ou toute autre période de temps, vous pouvez vous retrouver directement sur le marché des produits dérivés. Plus précisément, le COMEX. Il ya un tel volume, et non seulement le volume des transactions, mais aussi leur positionnement. Le positionnement est si extrême dans ces marchés, et à une telle échelle, qu’il devient effectivement la queue qui remue le chien.

Nous devrions nous rappeler que les produits dérivés (dans lesquels les contrats à terme sur l’or et l’argent négociés sur le COMEX sont classés ) sont censés être dérivés des fondamentaux réel de l’offre et de la demande de toute marchandise. Et ils sont censés suivre un peu ce que sont les développements dans le monde réel de l’offre et de la demande. Cela a été déformé. Cela n’est donc plus le cas.

Il est maintenant possible d’avoir un plongeon de 25% du prix du pétrole en quelques mois ou l’équivalent de 25% ou plus de baisse sur l’argent ou toute autre marchandise dans un très court laps de temps. Les choses dans le monde réel de l’offre et de la demande ne changent pas aussi vite. C’est un changement de type glaciaire quand vous parlez de la production et de la consommation de cuivre , de pétrole et d’argent. Et la meme chose est vrai du côté de la consommation. Qu’est-ce qui précipite tout cela est que le marché des produits dérivés est devenu si grand, et il ya certains opérateurs spécifiques qui ont compris comment marche le système , que le marché des produits dérivés est toujours la cause pour laquelle nous avons ces vifs mouvements. Ce qui est fou à ce sujet, c’est que c’est quantifiable. Nous avons analysé les rapports qui sortent chaque semaine du Commitment Of Traders de la  Commodities and Futures Trading Commission (CFTC).. Et il montre clairement et sans équivoque que certains grands opérateurs faussent le marché. Et cela est si contraire à la loi des produits de base , au principe des marchés libres , et à la loi de l’offre et de la demande, que ça en est devenu inaccessible. Et je pense que est ça. C’ est devenu si extrême maintenant que je pense que nous ne pouvons que être dans une position de retour à la « normale », où faire tout cela ne sera plus permis . 

Donc, je suis plein d’espoir que de plus de gens deviendront conscients de ce qu’est ce jeu , et que suffisamment de gens vont s’asseoir , regarder en arrière et se dire : « Hé, mais attendez une minute. Ceci est la chose la plus folle que je connaisse ! » et demande que cela change. Ou demande au moins à ce que le gouvernement ou le CME se lève et réponde à ces questions. Je veux dire que je suis assis ici les accusant d’être tordus et expliquant comment fonctionne le jeu ; c’est pourquoi il y a de la manipulation, parce que les marchés à terme dictent à la réalité du marché ce que le prix devrait être. Voilà qui’est fou. Ce est illégal. Et pourtant, il n’y a aucune réponse de leur part. Ils veulent faire comme si ça n’existait pas.

Ces jours-ci avec les sautes d’humeur qui sont à l’origine de ces bas prix (en particulier pour l’argent), nous allons faire face à ce réel rapidement. Parce qu’il est terrible que les mineurs doivent être soumis à cela. Si les prix de l’argent ne se mobilisent pas, et ne se mobilisent pas rapidement, la plupart des mineurs d’argent vont se retirer des affaires. Je pense que les prix de l’argent vont se rallier et ils vont se rallier bientôt. 

http://www.peakprosperity.com/podcast/88558/ted-butler-silver-nightmare-will-over-soon / resistanceauthentique

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 4 novembre 2014 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Les investisseurs achètent de l’argent métal malgré la baisse de prix

Les investisseurs ont tendances à acheter de l’argent métal quand les prix augmentent , mais c’est quand il baisse qu’il faut acheter : Acheter bas, vendre haut (personne ne peut faire ça parfaitement) , et je pense que nous sommes plus proches des bas que des records de prix pour le métal blanc : c’est plus le moment d’acheter que de vendre ça c’est sur … ; Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Le prix de l’argent demeure très bas depuis le début de l’année, et a perdu 5% depuis un an. Il est aujourd’hui en passe d’atteindre un record à la baisse sur quatorze mois. Et naturellement, la psychologie des investisseurs s’est trouvée affectée par cette faiblesse de prix.

Bien que la faiblesse du prix de l’argent ait affecté la psychologie des marchés, certaines tendances intéressantes sont apparues, qui semblent signaler que la vente d’argent au détail et l’investissement institutionnel demeurent résistants, et vont même jusqu’à percevoir la faiblesse de prix actuelle comme une opportunité d’achat.

La tendance actuelle semble vouloir que lorsque les prix baissent, les investisseurs conservent leur métal voire en achètent plus. Bien que le prix de l’argent ait baissé, les réserves d’ETF sur l’argent demeurent proches de leur record historique. Voilà qui suggère que les investisseurs sur l’argent espèrent voir le prix de leur métal grimper d’ici peu en raison du niveau élevé de la demande industrielle et en investissement.


Réserves d’ETF sur l’argent – 2006-septembre 2014 (Thomson Reuters)

Globalement, 26.000 tonnes d’argent sont extraites chaque année, et près de 7.000 tonnes d’argent sont récupérées par le biais de l’activité de recyclage. La demande industrielle représente 14.500 tonnes par an, le secteur de la bijouterie en représente 8.000, la fabrication de pièces 2.500, et la photographie 1.700.

Voilà qui représente un total de 27.000 tonnes et ne laisse qu’un résidu de 6.000 tonnes, dont une partie est redirigée vers les ETF.

Sur les ETF sur l’argent, la base d’investisseurs privilégie en majorité les achats au détail. N’oublions pas que l’argent est plus abordable que l’or pour les investisseurs au détail. Les ETF sur l’or ont une proportion plus élevée d’investisseurs institutionnels et de hedge funds. Pour les ETF sur l’argent basés aux Etats-Unis, les investisseurs au détail représentent 80% des réserves.

Les investisseurs au détail tendent à adopter une vision de long terme, et ceux qui investissent sur les ETF sur l’argent achètent principalement du métal pour le conserver. Les récents flux entrants enregistrés par ces ETF prouvent une accumulation continuelle de la part de ces investisseurs. Il semblerait que la faiblesse actuelle du prix de l’argent les encourage à accumuler plus de réserves.

Reuters annonçait cette semaine que les six plus importants ETF ont enregistré un flux entrant de 104 tonnes d’argent la semaine dernière, et possèdent actuellement un total de 17.135 tonnes d’argent. iShares Silver Trust représente plus de 60% de ce total. L’ETF iShare a récemment enregistré son plus gros flux entrant quotidien sur quatre mois.

Bloomberg est parvenu à une conclusion similaire, mais a inclus plus d’ETF que Reuters à ses calculs. Bloomberg annonçait aujourd’hui que les ETP qu’il observe ont désormais atteint 19.900 tonnes, ce qui est très proche du record de 20.121,5 tonnes enregistré en octobre 2013. Selon Bloomberg, les investissements sur les ETP ont augmenté de 2,7% en 2014. Les ETF sur l’argent n’ont pas enregistré de flux sortants importants en 2013, contrairement aux ETF sur l’or, qui ont enregistré un déclin de plus de 30%.

Le plus récent sondage mené par Bloomberg auprès d’analystes du marché de l’argent montre une estimation de prix de 20 dollars pour le dernier trimestre de cette année, et de 20,40 dollars pour l’année prochaine.

Certaines sociétés minières ont couvert une partie de leur production afin de pouvoir vendre leur production à un prix donné et de ne pas souffrir d’une éventuelle baisse de prix. Cœur Mining a vendu ses réserves pour 18 dollars l’once. Mais cette tactique peut avoir des conséquences : si le prix de l’argent venait à grimper, ces sociétés minières n’auraient d’autre choix que de vendre leur production au prix fixé.

Hier, lors du Sommet de l’or de Denver, Keith Neumeyer, président et PDG de FirstMajestic Silver Corp annonçait que depuis la demande en faveur d’une transparence accrue sur le LBMA, rien n’a vraiment changé.

« A chaque fois qu’un petit groupe de personnes est chargé de fixer un prix, une manipulation est susceptible d’avoir lieu, a-t-il dit. Il n’y a aucune différence entre la manière dont les choses étaient faites il y a quelques mois et la manière dont elles sont faites aujourd’hui – les participants sont simplement différents, et ils fixent les prix par ordinateur ».

Il a ensuite ajouté que les nouveaux participants ne sont en fin de compte pas si différents que les précédents. L’ancien fixing du prix de l’argent était géré par HSBC, Bank of Nova Scotia et Deutsche Bank. En avril, après l’annonce de son retrait par Deutsche Bank, le LBMA a lancé une nouvelle méthode de fixation du prix de l’argent.

Quand ce nouveau système a été mis en place en août, HSBC et Nova Scotia sont de nouveaux apparus en tant que participants, accompagnés de Mitsui à la place de Deutsche Bank. Ce sont donc encore les mêmes qui sont chargés de la fixation du prix de l’argent à Londres, et il n’y a pas plus de transparence qu’auparavant, à l’exception de la publication d’une poignée de volumes d’achat et de vente.

Reste à voir si ce nouveau système accueillera dans le futur plus de participants directs tels que des sociétés minières et des raffineurs.

D’ici là, le marché au détail de l’argent, comme nous l’indiquent les flux entrants sur les ETF, tirent avantage de la faiblesse du prix de l’argent pour accumuler du métal. C’est aussi vrai sur le marché des barres et pièces.

Conclusion

Lorsqu’une faiblesse de prix se présente, le niveau de nervosité augmente. Mais l’histoire des marchés montre qu’une fois qu’un cycle atteint le point où il en est aujourd’hui, les attentes se font plus optimistes.

L’argent demeure sous-évalué par rapport à l’or, avec un ratio or : argent supérieur à 66. A 18,53 dollars, il est 63% inférieur à son record nominal de 50 dollars enregistré en 1980 et en avril 2011.

Le prix de l’argent pourrait encore s’affaiblir sur le court terme, puisque sa dynamique actuelle est clairement à la baisse. Son niveau de support est à 18 dollars.

L’or et l’argent demeurent sous-évalués et devraient atteindre un palier. Ils devraient enregistrer de nouveaux records au cours de ces prochaines années. Les deux métaux continueront de jouer le rôle de valeurs de réserve au vu des risques financiers actuels.

 
2 Commentaires

Publié par le 29 septembre 2014 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Léonard Sartoni : Volume historique sur les mines juniors GDXJ le 12 juin 2014 !

maplle

C’est sur que ce qu’on nomme les mains faibles ont étés nettoyées depuis l’année dernière , après je suis environ d’accord ; le retournement pourrait bien déjà avoir eu lieu en décembre , et après le dernier point bas à 1244 $, l’or semble désormais reprendre sa marche en avant, et nous sommes sur le point de passer un niveau clef à 1280 $ , puis 1300 $ (environs) , la pression baissière semble s’être estompée, un peu grâce à la conjoncture internationale : l’or pourrait être sur le point d’aller chercher les 1434 $ voir plus, et un volume historique sur les mines juniors est un signal de plus … Von gruyere pense qu’un bas est encore à venir en juillet et que le prochain rally aura lieu cet automne : si nous passons franchement les 1300 $, il y a peu de chances que cela se produise ,  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Le marché a vraiment tout fait pour éjecter le maximum de participants de ses positions sur l’or, l’argent et les mines associées ! Y compris parmi les goldbugs les plus endurcis.

Les volumes énormes sur GDXJ depuis le début de l’année trahissent l’accumulation des mines par des grosses poches, qui ne sont pas du genre à faire des commentaires, gratuits ou payants, dans les journaux, les lettres financières ou sur les sites web. La seule trace qu’ils laissent peut s’observer sur les volumes, comme celles d’un troupeau de buffles dans la terre fraiche :

 

 

Hier le volume journalier sur l’indice des mines d’or junior GDXJ a battu tous les records, excédant de 33% sa plus grande valeur historique, et produisant une hausse de 5,78%, démultipliant de 5 fois la performance du prix de l’or ! Les bears avaient tenté de reprendre en main le marché, mais ils se sont retrouvés bien seuls après avoir provoqué une capitulation des dernières mains faibles sur les mines d’or, les 27 et 28 mai. Résultat : une raclée magistrale pour les bears. La même situation explosive risque à présent de se produire sur le marché de l’or et de l’argent.

Cela fait plus d’une année que le marché actions nage en plein délire et plus d’une année que les analystes du marché de l’or sont tournés en bourrique. Résultat : la peur a totalement disparu des marchés actions et ceux qui sont restés debout pour prédire la hausse irrésistible du prix de l’or dans les années à venir ont perdu toute crédibilité. Le mur de doutes qu’on a construit autour du marché de l’or est largement suffisant pour lui permettre de gravir plusieurs milliers de dollars dans l’incrédulité générale.

Voici encore la première page du Financial Times :

 

 

Vu sur King World News. On annonce la mort de la volatilité, donc de la peur sur les marchés actions. C’est juste. Après une année de délire complet, les marchés ont crucifié tous les bears et le consensus ne voit plus que de la hausse à perte de vue. C’est le prélude idéal pour un krach historique. J’avais signalé à l’époque la divergence baissière apparue en 2013 sur le Dow Jones. Elle est à présent triple ! Les volumes sont décroissants et l’argent intelligent a sans doute déjà fait ses valises.

 

 

Les deux graphiques suivants de Dan Popescu nous montrent pourquoi le contrôle du prix de l’or est intenable :

 

 

La Chine et l’Inde sont clairement des acteurs majoritaires pour la demande de l’or physique. En 2013, la demande d’or de la Chine a explosé, comme on le voit sur le second graphique, et en 2014 l’Inde va enlever un gros frein sur ses importations d’or !

 

 

Ajoutez à cela une demande de la part des investisseurs occidentaux qui peut difficilement aller plus bas, mais très facilement exploser durant le prochain pic de volatilité sur les marchés actions, et vous avez tous les ingrédients pour assécher totalement le marché de l’or physique.

Sans parler des déboires à venir sur le dollar, monnaie de réserve internationale qui ne tient plus qu’à un fil… et qui pourrait causer la plus grande crise monétaire généralisée de l’histoire, ou accélérer les préparatifs par la Chine et/ou la Russie pour créer une nouvelle devise d’échange pour le commerce mondial, couverte avec de l’or physique. Pour ceux à qui cela semble complètement surréaliste, un simple coup d’œil à la durée de vie des précédentes devises de réserve mondiale peut les faire réfléchir :

 

 

On voit sur ce tableau que seul l’or a survécu à toutes ces devises qui sont toutes nées dans la force et mortes dans la faiblesse. Pour rappel, lorsque le dollar est devenu la seule monnaie convertible en or, les USA possédaient une réserve d’or gigantesque ! Près de 20’000t peu après la fin de la seconde guerre mondiale ! Rien à voir avec les 8133t qui restent aujourd’hui, alors que la masse monétaire M3 en dollars a été multipliée par 100 depuis la fin de la guerre !

La seule sortie des 900t d’or physique des ETFs en 2013 ne peut plus se reproduire, car le peu d’or restant dans les ETFs a très certainement été accumulé par des investisseurs qui recherchaient une assurance financière ou monétaire. N’en déplaise à Goldman Sachs, tout le monde n’est pas spéculateur sur ce marché !

Ne pouvant plus alimenter le marché du physique pour tenir à des prix aussi bas, les banques qui jouent à contrôler le prix sur le COMEX se rapprochent toujours plus d’une situation intenable. Les signes de backwardation se sont multipliés en 2013 et 2014, alors que cela arrivait extrêmement rarement dans le passé.

Aujourd’hui les petites mines juniors nous disent clairement que la dernière tentative de reprise de contrôle du marché baissier sur l’or a échoué et que l’or va repasser définitivement sur les $1300. Les mêmes initiés qui vendaient en avance les mines avant l’effondrement du prix de l’or en 2013 sont repassés à l’achat depuis le début de l’année, certainement au courant des limites atteintes par la manipulation du prix. Le signal de « golden cross » envoyé en début d’année a été interrompu par un nouvel assaut des bears, mais le retournement définitif du marché de l’or a toutes les chances de s’être déjà effectué en décembre 2013.

https://www.goldbroker.com/fr/actualites/volumes-historiques-mines-juniors-gdxj-12-juin-2014-516

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 juin 2014 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

L’ETF GLD en mode défragmentation de disque dur.

L e cours de l’or semble se diriger vers le  niveau critique des 1260 $ , et je ne pense pas qu’il ira plus bas ,et  à 19.4 $ pour l’argent ;  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Voilà un truc cool que j’ai aperçu sur un blog australien que je ne peux pas m’empêcher de partager avec vous.

Warren James sur le blog Screwtape Files a publié une animation assez étonnante concernant l’activité dans les stocks d’or de l’ETF SPDR Gold Shares (GLD).
Lequel d’entre vous ne s’est jamais surpris à contempler l’écran de son ordinateur lorsque le défragmenteur de disque était en train de tourner ?  Voir ces petits clusters se déplacer, apparaître et disparaître au rythme des cycle du disque, en ayant l’impression de suivre une séquence totalement aléatoire, aurait un effet aussi relaxant que de regarder un aquarium peuplé de quelques poissons nageant sans but précis.
A typical defrag program – showing data allocations on a computer file system.
The software would remove blocks from one location and write them in another.
Some files did not move at all (and you could see which blocks stayed).
La façon dont bouge les petits blocs à l’écran est relativement similaire au fonctionnement d’un coffre renfermant des barres d’or: un espace défini avec une grande quantité de petits blocs identiques qui prennent de la place et qui peuvent facilement être déplacés.
La photo ci-dessous donne un aperçu de ce à quoi ressemble un coffre à or, en l’occurrence ici celui de HSBC:
Bob Pisani acheived something neither you or I could manage –
getting television cameras inside the HSBC GLD vault.
Un jour, l’idée lui est venue d’appliquer les mêmes principes de fonctionnement d’une défragmentation de disque dur à une animation qui montrerait les mouvements d’un stock d’or, dans ce cas-ci le plus grant ETF d’or connu: SPDR Gold Shares.
Il a donc choisi de représenter les mouvements des barres d’or de la même façon, que je vais essayer de vous expliquer ici:
Tous les lingots sont représentés à l’écran dans l’ordre d’apparence des relevés publiés. Si un lingot est ajouté, il est placé au premier espace disponible qui devient « sa » position. Si le lingot est retiré, la couleur jaune est enlevée mais l’espace reste vacant. Si le lingot revient dans le stock, il est remis à sa place.
Tout comme le défragmenteur de votre ordinateur, l’animation montre les changements au fur et à mesure que le temps s’écoule: on peut voir ainsi les mouvements d’une date par image qui défile.
Chaque bloc représente une palette de 80 lingots, tout comme cela est le cas dans la réalité.
La couleur d’une palette remplie de lingots présente dans le coffre est représentée par un bloc jaune. Les lingots qui sont ajoutés au coffre sont flashés en Cyan et en Magenta lorsqu’ils quittent le coffre.
Le résultat est une animation qui couvre la période entre mi-2011 et la semaine dernière, mi-mars 2014.
Le résultat est intéressant, surtout lorsqu’on connait l’évolution des stocks d’ETF en fonction des cours de l’or durant ces dernières années.
Vous constaterez notamment que le maximum du stock, la plus grande surface jaune, apparaît dans le courant d’août 2011, lorsque l’or était à son record historique de 1.920$ l’once.De la même manière, le crash organisé en avril 2013 avec la complicité des ETF se voit clairement ici lorsque les stocks d’or ont été massivement balancés sur le marché pour à la fois satisfaire faire chuter le cours ainsi que satisfaire l’appétit aurifère de la Chine.
Je trouve que cette animation donne une bonne idée du fonctionnent d’un ETF pour ceux qui ont du mal à réaliser leur rôle dans le marché de l’or.N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ci-dessous.SOURCE:  http://screwtapefiles.blogspot.com.au/2014/03/defragmenting-gld.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 mars 2014 dans or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , ,

Minières aurifères : encore un peu de patience…

leadimg

Je ne conseille rien sous forme de papier tant que les problèmes fondamentaux structurels ne sont pas résolus, et ils ne le sont pas ; pas même les Minières aurifères . Par contre un papier très instructif !    Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Selon la China Gold Association, la consommation en 2013 a augmenté de 41% en un an, pour atteindre un record de 1 176 tonnes.

▪ L’appétit de la Chine pour l’or métal reste insatiable.

Selon la China Gold Association, la consommation en 2013 a augmenté de 41% en un an, pour atteindre un record de 1 176 tonnes. Impressionnant. Mais un autre indicateur de la demande est encore plus impressionnant…

Une autre manière de mesurer la demande totale effective d’or en Chine est “la quantité d’or qui est retirée des coffres de la Shanghai Gold Exchange (SGE)”, écrit dans une note récente Chris Wood, stratégiste chez CLSA. “A ce stade, les retraits en or des coffres de la SGE ont augmenté de 93%, passant à 2 197 tonnes en 2013. Il est à remarquer qu’il est obligatoire que l’or importé et extrait des mines doit d’abord être vendu via la SGE”.

C’est un fait que sur un marché secondaire (comme celui des actions), pour chaque acheteur d’un actif, il doit y avoir un vendeur. C’est pourquoi il ne faut pas tenir compte des commentaires des meneurs de marché à propos des “liquidités thésaurisées” ou de l’argent “entrant ou sortant” d’une classe d’actifs. De tels commentaires supposent qu’il n’existe qu’une seule partie dans un marché à double sens. C’est l’urgence avec laquelle l’investisseur souhaite acheter ou vendre par rapport à l’urgence de l’autre partie qui détermine le prix.

Quelle partie a donc vendu de l’or physique de façon si urgente en 2013 qu’elle a submergé la demande chinoise, faisant baisser les prix ? A notre avis, il s’agit de la liquidation des ETF aurifères (GLD) aux Etats-Unis.

— Nouvelle édition 2014 —
Comment faire pour avoir le PEA parfait !

Découvrez…
– Les 5 valeurs à éliminer TOUT DE SUITE de votre portefeuille…
– Comment éviter les erreurs et les pièges les plus communs qui guettent tout investisseur en PEA…
– Ce que vous devez faire sur les valeurs que vous avez sans doute déjà en portefeuille…

… Et tout ça pour moins de 11 centimes par jour !

Continuez votre lecture pour tout savoir…

La baisse des GLD a dépassé la baisse des futures aurifères à plusieurs reprises l’année dernière. A son tour ceci a entraîné un rétrécissement des GLD en circulation et une purge de l’or physique détenu par leurs dépositaires. Ces derniers ont vendu l’or physique (et réduit le nombre d’actions GLD) pour empêcher les GLD de trop s’écarter des prix des futures.

Exacerbée par des traders à haute fréquence, la demande de GLD varie très rapidement — bien plus rapidement que la demande d’or physique en Chine. Cela permet d’expliquer pourquoi les GLD ont eu une influence négative démesurée sur le prix de l’or en 2013.

Toutefois, en 2014, la liquidation d’or physique à partir des ETF a ralenti. Wood conclut : “parmi tous ces points positifs, le seul domaine où la demande d’or s’est effondrée a été celui des ETF… Cependant, les /opérations sur les ETF en 2014 ont jusqu’ici été un peu plus encourageantes puisque les détentions d’or via des ETF n’ont diminué que de 22 tonnes jusqu’ici en 2014, comparé à une baisse de 869 tonnes en 2013, selon Bloomberg”.

Et si les détentions d’or physique des ETF augmentent en 2014 ? En février, l’ETF GLD a enregistré une entrée de 7,3 tonnes d’or. Peut-être est-ce le début d’une tendance, ce qui ne serait pas surprenant. Si c’est le cas, le prix devrait fortement augmenter pour tirer plus de réserves physiques des vendeurs. Et il n’est guère probable que la Chine sera une source pour l’offre.

Un rally de l’or en 2014 — si le facteur ETF aurifère se révèle positif — pourrait s’avérer être aussi marqué que la baisse de 2013.

Un rally de l’or en 2014 — si le facteur ETF aurifère se révèle positif — pourrait s’avérer être aussi marqué que la baisse de 2013. Cela signifierait une hausse beaucoup plus forte des valeurs minières aurifères…

▪ Deux facteurs qui devraient devenir positifs
Il y a quelques semaines, j’ai assisté à un comité d’investissement sur l’or qui se tenait dans le cadre du Global Financial Summit. Adrian Day, un investisseur émérite dans les valeurs minières, a abordé le sujet de la forte inflation des coûts dans l’industrie minière, ce qui m’a rappelé deux facteurs qui devraient devenir positifs à l’avenir :

D’abord, les coûts d’investissement élevés et sans cesse croissants au cours de ces 10 dernières années devraient s’inverser. Les dirigeants des minières aurifères ont mené une politique de croissance très dynamique pendant le marché haussier de 2001 à 2011 parce que le marché récompensait les minières à la croissance la plus rapide et les valorisations les plus élevées. Les dirigeants étant accros aux fortes valorisations pour leurs actions, la plupart se sont précipitées dans les projets d’acquisition et de développement à coûts élevés et à rendements faibles.

C’est là qu’entre en jeu la comptabilité : plus vite une entreprise croît via des projets d’acquisitions et de développement, plus élevées seront ses charges de dépréciation et d’amortissement. En d’autres termes, la croissance rapide d’une compagnie minière crée une forte pression sur les coûts sur le court terme.

A présent que le développement ralentit, les charges et coûts du compte de résultat devraient eux aussi ralentir. Le marché peut être surpris de la rapidité avec laquelle les charges d’amortissement tombent sur les minières qui ont freiné le développement il y a deux ans. Des charges moins élevées et des marges de bénéfices plus élevées aideront à compenser toute déception liées à la croissance de la production. De toute façon, le prix de l’or constituera un facteur beaucoup plus puissant que la production pour déterminer les bénéfices futurs.

Les coûts d’exploitation élevés et croissants de ces 10 dernières années devraient s’inverser.

Deuxièmement, les coûts d’exploitation élevés et croissants de ces 10 dernières années devraient s’inverser. Les minières aurifères sont en concurrence avec les minières de métaux de base pour l’équipement, les approvisionnements et la main-d’oeuvre. Un boom simultané des activités d’exploitation des métaux de base et de l’or au cours du marché haussier de 2001 à 2011 s’est traduit par le fait que la demande a tiré sur les ressources de la chaîne d’approvisionnement de l’exploitation minière. Les prix de ces ressources minières ont rapidement augmenté au niveau d’un approvisionnement rationné.

Grâce au ralentissement en Chine, nous savons qu’un grand nombre de grandes minières de métaux de base réduisent radicalement leurs plans de développement de mines. Avec le temps, cela soulagera la pression qui pèse sur la chaîne d’approvisionnement. Les prix des équipements, des approvisionnements et de la main-d’oeuvre devraient cesser d’augmenter et pourraient même diminuer.

Nous avons vu la preuve de la chute des coûts dans les comptes de résultats d’Agnico Eagle et Pan American Silver, par exemple. Le marché n’arrive toujours pas à imaginer que les coûts des minières aurifères puissent diminuer mais à mon avis c’est probable. Et cela est positif pour les détenteurs de valeurs minières, qui font preuve d’une patience à toute épreuve.

http://la-chronique-agora.com/minieres-auriferes/

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mars 2014 dans or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Pièces et lingots d’or : JAMAIS LA DEMANDE N’A ÉTÉ AUSSI ÉLEVÉE !

On a ici des précisions sur les chiffres d’hier : donc , offre, (et non « production ») 4340 t en comptant les 800 t des ETF qui ont d’ailleurs fait chuter les prix (sinon l’offre est fondamentalement déficitaire) : aucune chance qu’un tel chiffre se reproduise les autres années ! Demande, 3756 t dont la demande pour les Pièces et lingots d’or qui s’est élevée à 1.654 tonnes, le reste étant de la bijouterie : c’est ÉNORME ! Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Le marché de l’or a été contrasté en 2013. Comme vient de le révéler le World Gold Council (WGC), la demande globale a en effet reculé de 15% à 3.756 tonnes. Une tendance peu engageante pour les prix sachant que la production est ressortie à 4.340 tonnes (-2%). D’ailleurs, l’once s’échangeait à 1.276 dollars en moyenne au quatrième trimestre contre 1.631 dollars au premier.

Ceci étant, ces données méritent d’être regardées dans le détail. La baisse de la demande provient en effet uniquement des professionnels. Tandis que les achats de l’industrie ont stagné (404,8 tonnes), les ETF ont vendu plus de 800 tonnes d’or. Rappelons que ces fonds indiciels achètent ou vendent de l’or en fonction des besoins de couverture de leur activité.

Deux fois plus qu’en 2008

En revanche, du côté des particuliers, la demande a atteint des records. Certainement soutenue par le statut de valeur refuge de l’or, la demande pour les pièces et lingots s’est élevée à 1.654 tonnes, soit 28% de plus qu’en 2012. A titre de comparaison, elle n’était que de 875 tonnes en 2008.

Dans le détail, les lingots ont compté pour 1.267 tonnes, les pièces officielles pour 2383 tonnes et les médailles pour 104 tonnes.

L’Asie en pointe

Ce n’est en tout cas pas de France qu’est venue la demande. Les volumes achetés dans l’Hexagone ont même reculé de 2,9 tonnes à 1,9 tonne en un an. La demande a d’ailleurs été en recul dans l’ensemble de l’Europe (-4% à 265 tonnes), excepté en Allemagne (+10% à 121 tonnes).

Pour comprendre la raison de cette envolée mondiale, il faut regarder vers l’Asie. En Chine, les volumes ont bondi de 38% à 397 tonnes. Le pays est ainsi passé devant l’Inde et ses 362 tonnes (+16%).

Les bijoux brillent également

En ajoutant la joaillerie, les chiffres deviennent encore plus spectaculaires avec une demande cumulée de 1.065 tonnes en Chine (+32%) et de 975 tonnes en Inde (+13%).

Les deux pays expliquent d’ailleurs en grande partie les bons chiffres également enregistrés du côté de la demande mondiale en bijoux. Avec 2.209 tonnes, elle est pratiquement revenue à ses niveaux de 2008.

Au total, le WGC estime donc que dans le monde entier les particuliers ont acquis 3.863 tonnes d’or en 2013. Un chiffre en hausse de 21% en un an et qui constitue lui aussi un record.

http://argent.boursier.com/passion/actualites/pieces-et-lingots-dor-jamais-la-demande-na-ete-aussi-elevee-1283.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 février 2014 dans or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Les régulateurs veulent plus de transparence sur l’or et l’argent : Berlin et Londres enquêtent sur le prix du Gold et du Silver !!

a45

Ah une grande nouvelle mes amis : il n’est pas bon d’être dans le viseur de l’Allemagne , ce qui est le cas des états unis d’Amérique (cause : espionnage, son or volé par la FED, plus autres …) !

La CFTC (autorité de contrôle US) ne fait pas son travail ? Berlin et L’autorité allemande des marchés financiers, le Bafin, le fera, ainsi que Le régulateur britannique, la Financial Conduct Authority ! Quel espoir , sachant que l’or devrait être à plusieurs milliers, et l’argent plusieurs centaines , avec tout l’argent déversé par es planches à billet !

revue de presse 2013 Z@laresistance

Après les changes, le taux interbancaire et le pétrole, c’est au tour du marché de l’or et de l’argent d’être dans le collimateur des autorités de régulation. L’ouverture d’une enquête au Royaume-Uni et en Allemagne, à propos de la fixation des cours des deux métaux précieux, souligne la volonté de mettre au pas les compagnies privées, qui sont chargées de déterminer les indices de référence, et d’assurer une meilleure transparence des prix, sur des marchés brassant des sommes gigantesques.

Le régulateur britannique, la Financial Conduct Authority, a annoncé l’ouverture d’une investigation sur le « fixing » de l’or. Parallèlement, le superviseur allemand Bafin a fait de même avec le marché du métal jaune mais aussi de l’argent.

La Commodities Future Trading Commission, la tutelle des marchés à terme américains, qui a sonné l’alarme en mars, serait à l’origine de ces deux investigations, a affirmé le Wall Street journal dans son édition du 27 novembre, sans fournir de précisions.

UN TOUT PETIT GROUPE DE BANQUES

La fixation du prix de l’once de métal jaune à Londres a lieu électroniquement deux fois par jour, matin et après-midi par un groupe de cinq banques internationales (Barclays, Deutsche Bank, HSBC, Société générale, Bank of Nova Scotia).

Le prix de l’argent est déterminé chaque jour lors d’une seule session, qui se tient à midi, par trois établissements de la City, Bank of Nova Scotia, Deutsche Bank et HSBC.

Le marché de l’or, qui fonctionne 24 heures sur 24, est planétaire. Les cours spots de Londres servent de référence aux transactions impliquant ces deux métaux précieux. Le cours affecte directement les prix des bijoux mais surtout les revenus des compagnies aurifères et les prix que doivent payer les raffineurs.

Le fixing a un effet direct sur les actions attachées à l’or, les ETF (Exchange-Traded Funds), des fonds indiciels côtés en bourse.

« RIEN D’ARBITRAIRE, TRANSPARENCE TOTALE »

Londres fixe le prix de l’or depuis 1919 et celui de l’argent depuis 1897. Les deux marchés fonctionnent de la même manière. Le prix reflète l’état de l’offre et de la demande d’or ou d’argent physique à un moment donné.

Le président en exercice de la séance – une fonction tournante – propose un prix de départ, généralement le cours de Sydney, qui ferme quand Londres ouvre son marché de l’or. Ses collègues, pendus au téléphone, relaient le cours à leurs équipes qui leur transmettent les ordres de vente ou d’achat reçus des clients.

Lors du fixing de l’après-midi, le cours de l’or tient compte, cette fois, des transactions de New York, l’autre centre de négoce mondial des matières premières.

Le rôle clé joué par un club fermé de banques, l’importance des transactions de gré à gré, en dehors des bourses, le secret des négociations et l’absence de données ont amené les autorités à tenter de mettre au pas ces électrons libres non réglementés.

Un porte-parole de la London Bullion Market Association réfute les accusations d’opacité : « Le fixing n’a rien d’arbitraire au contraire, la transparence est totale,assure-t-il. Il ne s’agit pas d’un prix basé sur une estimation, mais sur l’état réel de l’offre et de la demande. »

Visiblement, aux yeux des autorités, l’or reste le mythe éclatant cher à Diderot qui (dans Le neveu de Rameau) affirmait : « l’or est tout et le reste, sans or, n’est rien. »

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/11/28/les-regulateurs-veulent-plus-de-transparence-sur-l-or-et-l-argent_3522133_3234.html

Berlin enquête sur le prix de l’or

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/11/27/97002-20131127FILWWW00318-berlin-enquete-sur-le-prix-de-l-or.php

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2013 dans général, or et argent métal

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :