RSS

Archives de Tag: entrer

Guerre : Les USA s’apprêterait à frapper l’Iran en août !

Résultat de recherche d'images pour "trump iran caricature"

On le voit venir depuis longtemps, dernièrement la tension est encore monté entre les US et l’Iran . Israël n’y est pas pour rien, et met la pression pour que les US attaquent l’Iran . Mais selon d’autres sources, ce pourrait être les Saoudiens qui feront le travail . C’est pourquoi les Russes se bougent dernièrement avec Lavrov qui a encore faire une visite surprise en Israël il y a quelques jours (lire ici et ici) . J’en avais parlé la semaine dernière, Si l’Iran est attaquée par qui que ce soit, inutile d’être devin pour prédire que la région va s’enflammer et que ça risque vraiment de finir en guerre mondiale . Z 

Washington s’apprêterait à frapper en août les installations nucléaires iraniennes, affirme la chaîne de télévision ABC en se référant à des sources au sein du gouvernement australien. Ces allégations ont toutefois été réfutées par le Premier ministre du pays.

Les États-Unis pourraient frapper les installations nucléaires iraniennes début août, estime des responsables hauts placés du gouvernement australien cités par la chaîne de télévision locale ABC.

Selon le média, les systèmes de défense australiens ainsi que les agences de renseignement britanniques pourraient contribuer à l’identification des cibles sur le territoire iranien.

Dans le même temps, le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a déclaré vendredi qu’il n’avait aucune raison de croire que Donald Trump entendait bombarder l’Iran.

«Aujourd’hui, j’ai vu le reportage à ce sujet sur ABC qui cite des sources gouvernementales haut placées. Il s’agit des spéculations, elle [la chaîne, ndlr] cite des sources anonymes», a-t-il précisé.

Les allégations concernant une possible frappe américaine contre l’Iran interviennent sur fond de déclarations hostiles entre Donald Trump et Hassan Rohani.

Lundi 23 juillet, Donald Trump avait averti l’Iran sur sa page Twitter de ne jamais menacer les États-Unis.

«Ne menacez plus jamais les États-Unis ou vous allez subir des conséquences telles que peu au cours de l’histoire en ont connues auparavant. Nous ne sommes plus un pays qui supportera vos paroles démentes de violence et de mort. Faites attention!», avait-il écrit.

Auparavant, le Président iranien avait appelé Donald Trump à «ne pas jouer avec la queue du lion» soulignant que Téhéran «ne faisait la guerre à personne» et «qu’une guerre avec l’Iran serait la mère de toutes les guerres».

Les relations entre les deux pays se sont détériorées depuis mai 2018, lorsque le Président américain a annoncé le retrait de son pays de l’accord sur le nucléaire iranien et a décidé d’imposer à nouveau des sanctions unilatérales à Téhéran. Cette décision a été contestée par la Russie, la Chine, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’UE, qui ont confirmé leur engagement en faveur de l’accord nucléaire.

 

Source

Des actions militaires US contre l’Iran ? Elles seront menées par les Saoudiens

Alors que les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran s’intensifient, l’administration du président américain Donald Trump étudie les différentes options militaires qui pourraient être nécessaires pour maintenir la sécurité du trafic maritime au Moyen-Orient, a rapporté samedi CNN, citant deux hauts responsables du gouvernement.

Selon ces sources, si des actions militaires sont entreprises, elles seront menées par des alliés américains régionaux, tels que les Saoudiens, et non par les forces américaines.

L’armée américaine assiste d’ores et déjà la coalition saoudienne dans la préparation des cibles de ses raids aériens dans leur offensive contre le Yémen.

Mais si les Etats-Unis envoient régulièrement des navires et des avions prêtant main forte à ses alliés, tout effort militaire à long terme nécessiterait la participation d’autres nations, affirment les responsables.

Le commandant des forces américaines au Moyen-Orient, Joseph Votel, s’est rendu cette semaine dans la région pour rencontrer ses homologues et organiser une réunion des commandants afin de discuter des problèmes de sécurité. Mais aucun détail sur les entretiens n’a été divulgué.

Selon un porte-parole, la réunion était cependant prévue depuis longtemps.

Néanmoins, le ton monte entre les Etats-Unis et l’Iran, et la menace du président iranien Hassan Rohani qui a en outre de nouveau averti que l’Iran pourrait fermer le détroit stratégique d’Ormuz, qui contrôle le Golfe et par où passe jusqu’à 30% du pétrole mondial transitant par voie maritime, a suscité l’inquiétude.

Selon des déclarations vendredi du ministre américain de la Défense, Jim Mattis, les Etats-Unis sont déterminés à maintenir ouvertes les voies maritimes internationales.

Et si les Iraniens entraînaient l’arrêt du trafic dans la région, «il faudrait évidemment une intervention internationale, car l’économie mondiale dépend de cette énergie (pétrole)», a-t-il prévenu.

Mattis a par ailleurs réitéré que le Pentagone continuerait à coopérer avec l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Koweït et les Emirats Arabes Unis pour contrer l’influence iranienne dans la région.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 29 juillet 2018 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Frontex : «des terroristes pourraient entrer en Europe sous couvert de droit d’asile»

En Mars l’OTAN avait déjà affirmé que Daesh se «propage comme un cancer» parmi les réfugiés :

Le commandant de l’OTAN en Europe, le général américain Philip Breedlove, a indiqué ce mardi 1er mars que des terroristes, des criminels et des combattants étrangers profitaient du flot de réfugiés pour s’infiltrer en Europe.

Les membres de l’organisation terroriste «profitent du manque de résistance pour se frayer un chemin, traitant les nations européennes comme les leurs», a notamment déclaré le général devant le comité sénatorial des services armés.

Le Kremlin et Bachar el-Assad utiliseraient l’immigration comme une arme pour affaiblir l’unité de l’Europe et ses infrastructures, d’après le général. Il a ajouté que les mouvements nationalistes européens qui s’opposent à l’arrivée des réfugiés représentaient également un risque de violence.

C’est gonflé non ?!

Il y a quand même un certain temps que nous savons tous ça, et c’est seulement maintenant que l’OTAN et la force frontalière de l’UE s’en inquiète ?!

Voici RT citant The Guardian :

Le rapport annuel de l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures tire la sonnette d’alarme sur les risques liés aux flux migratoires en Europe.

Mieux vaut tard que jamais. Alors que depuis plusieurs mois, experts et politiques brandissent la menace que des terroristes infiltrés parmi les réfugiés pénètrent en Europe, Frontex, la force frontalière de l’UE s’en inquiète à son tour.

Dans son rapport annuel sur l’analyse des risques publié mardi, l’agence s’appuie sur les attentats de Paris du 13 novembre pour affirmer que «les flux de migrants pourraient permettre à des terroristes de pénétrer dans l’UE». L’agence note en effet que deux des terroristes du Bataclan avaient atteint le continent par un bateau venu de Turquie.

«Deux des terroristes impliqués dans les attentats de Paris étaient entrés par Leros et avaient été enregistrés par les autorités grecques. Pour accélérer l’étude de leur dossier, ils avaient présenté ce qui s’est révélé être de faux papiers syriens» précise le rapport.

Les conclusions de Frontex, qui arrivent plusieurs semaines après que les responsables européens ont introduit une stricte politique migratoire, qui contraindra tous les demandeurs d’asile arrivant sur des îles telles que Leros à retourner en Turquie, conforte pourtant ceux qui en Europe redoutent le plus les risques liés aux réfugiés et à la porosité des frontières.

En Grande-Bretagne, les partisans du Brexit accueillent ainsi le rapport de Frontex comme une évidence de plus qui les conforte dans leurs positions sur le risque terroriste lié à l’arrivée des réfugiés par les frontières européennes, comme en atteste le témoignage d’un porte-parole du mouvement Leave.EU, cité par The Guardian : «La politique de libre circulation empêchant de mener des enquêtes approfondies sur les citoyens de pays membres de l’UE, nous sommes clairement à la merci des islamistes européens qui pourraient chercher à installer des cellules terroristes au Royaume-Uni après être passés sans être inquiétés par les frontières poreuses de l’espace Schengen», avertit-il.

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Le cadeau de Noël du gouvernement : Le nouveau dispositif de surveillance du net prêt à entrer en vigueur

Manuel Valls, Premier ministre.
Manuel Valls, Premier ministre. © Guerric Poncet / Creative Commons by-nc-sa 2.0 via Flickr

« Le 24 décembre » ! Quand il n’y a personne et que tout le monde est occupé . « Habile » écrit LE POINT, je dirait que c’est plutôt « traître » . Et nous les sites sommes en 1ere ligne !   C’est GRAVE,et les gens ne se rendent pas compte de la « dérive » que ça représente ! 

J’ai commencé un petit papier plus bas : vous allez mieux comprendre. 

 » La veille de Noël, le gouvernement a publié le décret d’application de l’article 20 de la loi de programmation militaire votée il y a un an. Ce texte étend, les interceptions de communication sur internet et notamment la collecte des« données de connexion ». Il est critiqué par la CNIL et la CNCIS, la commission chargée de contrôler les interceptions de sûreté. » précise médiapart . Z .

Le cadeau de Noël du gouvernement aux internautes : la surveillance

Le 24 décembre, Matignon a publié un décret sur une mesure très contestée permettant aux agents de l’État de surveiller le Net français. Habile

C’est un cadeau de Noël dont les internautes et les opérateurs français se seraient bien passés. Le gouvernement a publié mercredi 24 décembre, à la faveur des fêtes de Noël, le décret d’application du très contesté article 20 de la loi de programmation militaire (LPM). Ce texte prévoit un accès très vaste des services de l’État aux télécommunications (téléphone, SMS, Internet, etc.) des Français, et à toutes les informations qui transitent par les réseaux nationaux.

La mesure de surveillance, pudiquement nommée « accès administratif aux données de connexion », avait été votée fin 2013 et entrera en vigueur le 1er janvier 2015. Dénichées par notre excellent confrère Next INpact, qui évoque « un décret qui sent le sapin », ce sont les modalités de sa mise en oeuvre, tout aussi importantes, qui ont été dévoilées pour Noël.

Comme dans de nombreuses démocraties, le spectre terroriste permet au gouvernement de faire passer des mesures très floues et de tirer pleinement parti des systèmes d’information de plus en plus performants afin de surveiller la population.

Qui chapeaute le système ?

Le décret du 24 décembre présente « le groupement interministériel de contrôle […], un service du Premier ministre chargé des interceptions de sécurité et de l’accès administratif aux données de connexion ». Ce groupement est chargé de centraliser les demandes des agents et de les transmettre aux opérateurs concernés, en les épurant de toute information sensible.

En effet, si les services de l’État doivent justifier leurs requêtes auprès du Premier ministre (qui nomme une « personnalité qualifiée »), il est hors de question de transmettre ces explications aux opérateurs. Les fournisseurs d’accès ne sauront même pas de quel service ou ministère émane une demande, ni à quelle date elle a été formulée.

Quelles données sont concernées ?

Sans surprise, le décret se réfère à l’article 20 de la LPM, sans vraiment le préciser. Peuvent donc être interceptés les « informations ou documents traités ou conservés par les réseaux ou services de communications électroniques, y compris les données techniques relatives à l’identification des numéros d’abonnement ou de connexion à des services de communications électroniques, au recensement de l’ensemble des numéros d’abonnement ou de connexion d’une personne désignée, à la localisation des équipements terminaux utilisés ainsi qu’aux communications d’un abonné portant sur la liste des numéros appelés et appelants, la durée et la date des communications ».

On notera l’utilisation de la formule « y compris », qui n’est aucunement exhaustive : difficile de faire plus vaste.

Un contrôle démocratique insignifiant

Face aux critiques sur l’intrusion dans la vie privée, le gouvernement invoque la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), un organe très joli sur le papier mais qui n’a jusqu’à présent pas été doté d’un réel pouvoir. Cette commission « dispose d’un accès permanent aux traitements automatisés », et « l’autorité ayant approuvé une demande de recueil d’informations ou de documents fournit à la commission tous les éclaircissements que celle-ci sollicite », promet le décret, plein de bons sentiments.

Néanmoins, la CNCIS n’a toujours pas le pouvoir de sanction et ne peut même pas alerter la justice en cas de manquement sur un dossier couvert par le secret de la défense nationale. Habile…

Par ailleurs, le gouvernement se protège en supprimant ses archives en un temps record. Si l’on peut saluer la suppression des informations et des fichiers recueillis au bout de trois ans, on ne peut être que surpris par le fait que les registres mentionnant qui a autorisé telle ou telle surveillance soient eux aussi « automatiquement effacés » après trois ans. Le seul contrôle démocratique possible lorsqu’on jongle avec le secret défense, celui qui s’effectue a posteriori, est donc rendu impossible, pour la CNCIS comme pour la justice.

À quel prix ?

« Les coûts supportés par les opérateurs pour la transmission des informations ou des documents font l’objet d’un remboursement par l’État », précise le décret. Pas un mot sur la grille tarifaire qui sera appliquée, car ils seront définis par les ministères concernés.

Qui peut demander les informations ?

Trois ministères sont habilités à émettre des demandes. Le décret détaille le nombre impressionnant de services pour lesquels les vannes du Web français sont ouvertes :

– Au ministère de l’Intérieur : la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), la Direction générale de la police nationale (unité de coordination de la lutte antiterroriste, Direction centrale de la police judiciaire, Direction centrale de la sécurité publique, Direction centrale de la police aux frontières), la Direction générale de la gendarmerie nationale (sous-direction de la police judiciaire ; sous-direction de l’anticipation opérationnelle ; service technique de recherches judiciaires et de documentation ; sections de recherches), la préfecture de police (Direction du renseignement ; direction régionale de la police judiciaire ; service transversal d’agglomération des événements ; cellule de suivi du plan de lutte contre les bandes ; sûreté régionale des transports ; sûretés territoriales).

– Au ministère de la Défense : la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction de la protection et de la sécurité de la défense, la Direction du renseignement militaire.

– Au ministère des Finances et des Comptes publics : la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, le service de traitement du renseignement et d’action contre les circuits financiers clandestins.

Dans tous ces services, seuls les agents et officiers « dûment habilités » par leur directeur pourront réclamer des informations, assure le décret.

Des perspectives inquiétantes

La loi de programmation militaire a mis en place un outil de surveillance de la population française qui aurait fait pâlir d’envie les pires dictateurs de l’histoire. Si nous sommes très loin d’un régime totalitaire en France, il n’est pas exclu que des leaders extrémistes disent demain merci au gouvernement Valls pour leur avoir fourni un tel outil clé en main.

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/guerric-poncet/le-cadeau-de-noel-du-gouvernement-aux-internautes-la-surveillance-26-12-2014-1892495_506.php

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 janvier 2015 dans général, Insolite, Nouvel ordre mondial

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

L’EURO VA-T-IL ENTRER DANS LE JEU DE LA DÉDOLLARISATION ? (Bloomberg)

La guerre des monnaies, par Jon Pawelko

La guerre des monnaies, par Jon Pawelko

 

Bien sur ! nous avons reporté l’accord swap conclu entre l’Europe et la Chine récemment : c’est un gros pas vers la dé-dollarisation (souvenez vous des déclarations de sapin et de noyer dans ce sens …)

Notez qu’aprés l’affaire BNP , UBS risque une amende record en France (ou la loi du plus fort …)

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Nous avons plusieurs fois souligné que les projets de dédollarisation envisagés au sein des pays du groupe BRICS ne prendraient tout leur sens que si les pays de l’eurogroupe, c’est-à-dire les pays utilisateurs de l’euro, s’y joignaient. Ainsi pourrait s’édifier la première phase d’un euroBRICS, dont la constitution, au sens strict, changerait la face du monde. La domination du dollar, sous-tendant celle des États-Unis, pourrait commencer à perdre de son influence.

Or selon un article de Blomberg [1], groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et dans l’information économique et financière, l’euro devrait rejoindre prochainement le groupe des monnaies directement échangeables en yuan (monnaie chinoise) à Shanghai, après les dollars américain, australien et néo-zélandais, la livre et le yen. Le yuan est la septième monnaie en importance utilisée pour les échanges financiers internationaux. L’arrivée de l’euro marquera un grand pas dans l’internationalisation du yuan, en diminuant sensiblement les coûts de transaction. L’euro et le yuan devraient en bénéficier conjointement, ainsi que leurs échanges avec le reste du monde.

En quoi, dira-t-on, s’agira-t-il, d’un nouveau pas dans la dédollarisation ? Simplement parce que les opérateurs ayant recours à l’euro-yuan dans leurs échanges, par exemple pour les ventes d’Airbus en Chine, n’utiliseront plus le dollar. Ils échapperont ainsi aux fluctuations de cette monnaie, découlant en partie des stratégies politiques ou économiques de Washington.

Nous n’avons pas à notre niveau confirmation de l’exactitude des propos de Blomberg. Il serait douteux cependant qu’il s’agisse d’un simple bruit destiné à provoquer des mouvements spéculatifs sur les cours. Affaire à suivre donc.

Selon Blomberg, les relations commerciales entre la Chine et les pays européens ont cru de 12 % l’année dernière, jusqu’à atteindre 404 milliards de dollars US pour les huit premiers mois de 2014, chiffre à comparer aux 354 milliards de dollars pour les échanges américano-européens dans la même période. Les sociétés françaises et allemandes tiennent la tête des opérateurs utilisant le yuan.

Les accords euro-yuan ne marqueront pas une dédollarisation complète des échanges entre l’Europe, la Chine et plus largement l’Asie, mais il s’agira d’un début prometteur. Dans cette perspective, on comprend pourquoi les États-Unis font de telles pressions sur l’Europe pour lui faire accepter un Traité de libre-échange transatlantique. Dans le cadre de ce traité, les entreprises européennes pourraient s’engager (librement, bien sûr), à n’utiliser que le dollar, comme le fit à ses dépens la BNP.

Jean-Paul Baquiast

Note

[1] Yuan to Start Direct Trading With Euro as China Pushes Usage (blomberg.)

traduit par le saker

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 octobre 2014 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Va-t-on vraiment entrer en guerre avec la Russie ?

Ici un article neutre qui donne pas mal d’infos intéressantes , notez aussi :

La Russie appréhende le déploiement des troupes de l’OTAN en Ukraine après les exercices

Kiev a perdu la guerre dans l’est (général de l’OTAN)

Les voies politiques et diplomatiques de l’OTAN restent ouvertes pour la Russie (Rasmussen)

 Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Vladimir Poutine a envahi l’Ukraine. Est-ce fou de se préparer à une guerre totale avec la Russie? Ou est-ce naïf de ne pas le faire?

De Varsovie, Pologne. Encore et encore – à travers toute ma vie d’adulte, ou du moins j’en ai l’impression – on m’a montré des photo polonaises du bel été 1939: les enfants jouaient dans la lumière du soleil, les femmes élégantes déambulaient dans Cracovie. J’ai même vu la photo d’un mariage de famille qui se déroula en juin 1939, dans le jardin d’une maison de campagne de Pologne qui m’appartient aujourd’hui. Toutes ces photos donnent le sentiment d’une tragédie à venir, parce que l’on sait ce qui arriva ensuite.

Septembre 1939 amena l’invasion de l’Est et de l’Ouest, l’occupation, le chaos, la destruction, le génocide. La plupart des gens qui assistèrent au mariage, ce mois de juin 1939, furent bientôt morts ou exilés. Aucun d’entre eux ne remit jamais les pieds dans la maison de campagne.

Rétrospectivement, ils ont aujourd’hui tous l’air naïfs. Au lieu de célébrer des mariages, ils auraient dû tout laisser tomber, se mobiliser, se préparer pour une guerre totale, tant que c’était encore possible. Et je dois maintenant poser la question: est-ce que les ukrainiens, cet été 2014, devraient le faire aussi? Est-ce que les habitants d’Europe centrale devraient se joindre à eux?

Je me rends bien compte que cette question a l’air folle, et bêtement apocalyptique pour des lecteurs Américains ou d’Europe de l’Ouest. Mais écoutez-moi, ne serait-ce que parce que c’est une conversation que beaucoup de gens en Europe de l’Est ont en ce moment.

Novorossia, la création d’un pays

Au cours des derniers jours, des troupes russes, portant le drapeau d’un pays européen jusqu’à présent inconnu, Novorossia (Nouvelle Russie), ont traversé la frontière sur Sud Est de l’Ukraine. L’académie des Sciences russe a récemment annoncé qu’elle publierait à l’automne une Histoire de la Novorossia, probablement pour retracer ses origines jusqu’à Catherine II de Russie. Différentes cartes de la Novorossia, circulent apparemment à Moscou. Certaines incluent Kharkov et Dnipropetrovsk, des villes qui sont encore à des centaines de kilomètres des combats actuels.

Certains placent même la Novorossia le long de la côte, de manière à ce qu’elle connecte la Russie à la Crimée, et à la fin la Transnistrie, la province occupée par la Russie de Moldavie. Même si elle ne commence que comme un rebut d’Etat, pas reconnu—l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, des «Etats» que la Russie a façonné à partir de la Géorgie, sont ici les modèles—la Novorussie peut grossir avec le temps.

Les soldats russes devront créer cet Etat —leur succès dépendra de la virulence avec laquelle l’Ukraine combattra, et de l’aide qu’ils recevront—mais à la fin, la Russie aura besoin de plus que de simples soldats pour protéger son territoire.

La Novorossia ne sera pas stable tant qu’elle sera habitée par des Ukrainiens qui veulent rester ukrainiens. Il y a bien une solution familière à ce problème. Il y a quelques jours, Alexander Dugin, un nationaliste extrémiste dont les vues ont contribué à former celles du président russe, a émis un communiqué extraordinaire. «L’Ukraine doit être nettoyée de ses idiots» a-t-il écrit—il a ensuite appelé au «génocide» de la «race des bâtards.»

Mais la Novorossia sera aussi difficile à maintenir si elle a des opposants à l’Ouest.

Des solutions possibles à ce problème sont en cours de discussion. Il y a peu de temps, Vladimir Zhirinovsky—membre russe du Parlement, et sorte de bouffon du roi se permettant de dire des choses que ceux au pouvoir ne peuvent pas— a expliqué à la télévision que la Russie devrait utiliser des armes nucléaires pour bombarder la Pologne et les pays de la Baltique —«des Etats nains» les a-t-il appelés —et ainsi montrer qui a vraiment le pouvoir en Europe: «Rien ne menace l’Amérique, c’est loin. Mais les pays d’Europe de l’Est vont se placer sous la menace de l’annihilation totale» a-t-il déclaré. Vladimir Poutine encourage ces commentaires: les déclarations de Zhirinovsky ne sont pas la politique officielle, a expliqué le président russe, mais elles «démarrent les festivités».

Une personne bien plus sérieuse, le dissident russe et analyste Andrei Piontkovsky, a publié récemment un article assurant, dans une logique qui faisait écho aux menaces de Zhirinovsky, que Poutine évalue réellement la possibilité de frappes nucléaires limitées—peut-être contre des capitales de la Baltique, peut-être une ville polonaise—pour prouver que l’OTAN n’est qu’une entité creuse, dénuée de sens, qui n’osera jamais répliquer de peur d’une plus grande catastrophe. En effet, dans des exercices militaires en 2009 et 2013, l’armée russe s’est ouvertement «entraînée» pour une attaque nucléaire sur Varsovie.

Est-ce que tout ça n’est rien de plus que le charabia de fous furieux? Peut-être bien. Et peut-être que Poutine est trop faible pour faire quoi que ce soit de tout ça, et peut-être qu’il ne s’agit que de tactiques d’intimidation, et peut-être que les oligarques le freineront.

Mais Mein Kampf avait aussi l’air complètement fou, pour des lecteurs d’Europe de l’Ouest, ou d’Allemagne, en 1933. Les ordres de Staline de «liquider» des classes et groupes sociaux entiers au sein de l’URSS aurait eu l’air tout aussi fou à l’époque, si nous avions été là pour les entendre.

Mais Staline fut fidèle à ses promesses et mit ses menaces à exécution, pas parce qu’il était fou, mais parce qu’il suivait sa propre logique jusqu’aux conclusions ultimes et avec un dévouement intense—et parce que personne ne l’arrêtait. Aujourd’hui, personne n’est capable d’arrêter Poutine non plus. Donc est-ce hystérique de se préparer pour une guerre totale? Ou est-ce naïf de ne pas le faire?

http://www.slate.fr/story/91579/guerre-russie

 
3 Commentaires

Publié par le 4 septembre 2014 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le volcan le plus actif d’Islande, l’Hekla, pourrait bientôt entrer en éruption…

L’Hekla, qui a déjà connu 20 éruptions depuis l’an 874, est sur le point de libérer des cendres et sa lave. Si les éruptions ne sont pas dangereuses, il arrive, lorsqu’elles s’étalent sur plusieurs mois, que les particules dégagées refroidissent les contrées septentrionales. © Fishking_1, Flickr, cc by 2.0

Comme on l’a signalé, on va avoir un pic de volcanisme et de tremblements de terres les 5 prochains mois …Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Tous les signaux sont au rouge : l’Hekla, le volcan le plus actif d’Islande, pourrait bien rentrer en éruption très prochainement. La chambre magmatique semble bien pleine, à tel point que le sol a gonflé. 

Quatre ans, presque jour pour jour, après l’éruption de l’Eyjafjöll, la terre de glace menace de bientôt redevenir une terre de feu. Le volcan le plus actif d’Islande sur le dernier millénaire écoulé, l’Hekla, serait au bord d’une nouvelle éruption, à en croire Páll Einarsson, géologue à l’université d’Islande. La roche en fusion s’accumule dans les fissures et les crevasses de la chambre magmatique, comme le révèle la déformation du terrain : le sol de la face nord se bombe sous la pression de la lave qui circule.

Le seuil du 26 février 2000, date de la dernière éruption, a été dépassé : les analyses GPS montrent qu’il y a désormais encore plus de magma dans les entrailles de l’Hekla qu’au moment de son précédent réveil, confie le géologue au quotidien Morgunblaðið. Déjà en 2006, en 2011 et en 2013, de tels signaux avaient alerté les autorités, mais le volcan n’avait pas craché ses cendres ou sa lave.

Tous les yeux des scientifiques de la région sont braqués sur l’Hekla. Des relevés sismographiques sont effectués en temps réel afin de mieux suivre la progression des événements. Problème : l’explosion se produit en général sans prévenir longtemps à l’avance. En 2000 par exemple, l’éruption avait commencé seulement 79 minutes après les premières secousses. Les géologues invitent donc la population à ne pas tenter d’escalader ce sommet de 1.488 m et, dans le pire des cas, à garder un téléphone portable allumé pour que l’on puisse les prévenir en cas de danger avéré. L’Hekla peut être observé en permanence à l’aide d’une webcam.

http://fr.sott.net/article/20165-Le-volcan-islandais-Hekla-pourrait-bientot-entrer-en-eruption // http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/volcanologie-bref-volcan-islandais-hekla-pourrait-bientot-entrer-eruption-52884/

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 mars 2014 dans Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :