RSS

Archives de Tag: enlevé

Un reporter affirme que l’homme qui l’a brutalement enlevé en Syrie travaille maintenant avec la CIA

Le kidnappeur d’un journaliste, qui avait notamment tiré deux balles dans la cheville de celui-ci après l’avoir enlevé en Syrie en 2014, apparaîtrait dans la vidéo récente d’un groupe de rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis.

«C’est avec une certaine surprise qu’en regardant une vidéo d’un groupe de rebelles [syriens] soutenus par l’Occident (…), j’ai reconnu le visage du nouvel allié des Etats-Unis dans leur guerre contre l’Etat islamique». C’est par cette phrase que le journaliste Anthony Loyd entame son surprenant témoignage, dans les colonnes du journal britannique Times du 3 septembre 2016.

Le «nouvel allié» américain dont il est question n’est autre que l’homme qui l’a enlevé, maintenu en captivé puis blessé par balles en Syrie, il y a tout juste deux ans. Sur la vidéo qu’il dit avoir visionné, l’homme brandit une kalachnikov à l’issu d’une bataille remportée par des rebelles soutenus par la CIA, dans la ville d’Al-Rai, près de la frontière turque.

L’histoire commence en 2014, lorsqu’Anthony Loyd, ainsi qu’un photographe du nom de Jack Hill qui se trouvait avec lui, sont capturés par un gang de kidnappeurs sur le chemin de la Turquie, après plusieurs jours de reportage dans la ville d’Alep en proie à la guerre civile. Le leader du groupe de ravisseurs, Hakim Anza, est selon le journaliste un homme que le photographe et lui connaissaient depuis deux ans, et qui les avait hébergés la nuit précédente.

Après une tentative de fuite ratée, Loyd et son collègue sont tous deux passés à tabac par Hakim Anza, qui décide également de lui tirer deux balles dans la cheville, afin d’éviter toute nouvelle tentative d’évasion. Le journaliste rapporte qu’en lui infligeant ce supplice, le bourreau l’aurait traité d’«agent de la CIA».

Par la suite, des hommes armés se présentant comme des officiers de police des forces rebelles permettent la libération des deux étrangers.

Aucune réaction des autorités américaines

Deux ans plus tard, après avoir découvert le visage d’Hakim Anza sur la vidéo de rebelles syriens, Anthony Loyd écrit au Commandement central des États-Unis, afin de demander comment un tel preneur d’otage pouvait bénéficier de l’aide militaire américaine – mais n’a à ce jour obtenu aucune réponse.

Au moment de nouer de nouvelle alliances en Syrie, conclut le journaliste dans son article du Times, Washington «ferait bien de se rappeler l’acte de trahison dont a fait preuve Hakim».

Des rebelles syriens à la «modération» douteuse

Si les Etats-Unis soutiennent officiellement des mouvements rebelles syriens «modérés», en lutte à la fois contre l’Etat islamique et les forces loyalistes de Bachar el-Assad, certaines révélations viennent parfois compromettre le caractère «non-extrémiste» de ces groupes armés.

Mi-juillet, par exemple, une vidéo diffusée sur internet montrait des combattants syriens liés à un groupe financé par la coalition internationale menée par les Etats-Unis en train d’égorger un enfant d’une dizaine d’années.

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Sémantique à la FED , augmentations de taux absurdes et « Flash crash » historique du dollar : « Le fait que nous ayons enlevé le mot patient du communiqué ne signifie pas que nous allons être impatients » (J.Yellen)

La présidente Réserve Fédérale , Janet Yellen connu flash-crash dollar

La présidente de la Réserve Fédérale , Janet Yellen a connu son premier flash-crash du dollar – AFP

 « Just because we removed the word ‘patient’ doesn’t mean we’re going to be impatient. »  , ou :

 « Le fait que nous ayons enlevé le mot patient du communiqué ne signifie pas que nous allons être impatients » ! vient de déclarer Janet Yellen !

Ils jouent vraiment avec les mots, c’est de la pure com pour ne pas emballer les marchés .

C’est vraiment n’importe quoi cette affaire de taux : donc on peut s’attendre à une explosion de l’économie si le FED montait ses taux en juin ou en septembre …

Mais si elle n’en fait rien , le dollar va plonger (et l’Euro monter : c’est peut etre ce qu’ils voudront)) ;

De toutes façon si elle le fait (augmenter les taux) ce sera juste symbolique, à moins de vraiment vouloir un crash .

Alors Je n’ai pas de suite compris la dynamique derrière le mini flash crash du dollar face à l’Euro suite à la déclaration de Yellen qui avait enlevé le mot « patient » (qu’elle a donc apparemment remis depuis ..) ce qui aurait du faire monter le dollar à 1ere vue , il m’a fallu plus de précisions, voici une explication . 

« Flash crash » historique de la devise américaine :

La chute brutale du dollar lors de la réunion de la Fed met en lumière l’action des traders haute fréquence et des « hedge funds ».

Le dollar a connu mercredi une journée d’une volatilité jamais vue depuis quinze ans. Deux heures après la publication du communiqué de la Réserve fédérale (Fed), en pleine conférence de presse de Janet Yellen, le billet vert a plongé de 4,6 % en quelques secondes, propulsant l’euro à 1,1052 dollar, avant de remonter : un krach pour une devise comme le dollar, la première monnaie mondiale étant peu habituée à ce type de mouvement violent. La Fed est apparue moins désireuse de relever rapidement ses taux, ce qui a provoqué une chute du dollar et des taux, et une envolée de Wall Street. Une surprise qui n’explique cependant pas une disparition aussi brutale de la liquidité (plus aucun acheteur de dollars pour satisfaire beaucoup de vendeurs). Sur les changes, des firmes de trading haute fréquence (THF), des automates de trading ultra rapides comme Virtu, représentent 30 % des volumes au comptant. Ils peuvent se retirer du marché aussi vite qu’ils y sont entrés quand ils estiment que les risques et la volatilité sont trop importants – comme lors de cette séance chaotique.

Autres intervenants suspectés, les grands « hedge funds » « global macro » (Bridgewater, Caxton, Moore, Tudor, Brevan Howard, Bluecrest…). Ces fonds, qui investissent sur tous les grands marchés, étaient massivement vendeurs d’euros contre des dollars, une stratégie qui leur avait beaucoup réussi depuis le début de l’année. Longtemps frustrés par la résistance inhabituelle de la monnaie unique, notamment durant la crise de la zone euro, ils ont commencé à vendre des euros depuis l’été dernier au point de faire de ce pari un élément clef de leur performance. Ils ont pu ainsi racheter, massivement et tous ensemble, des euros contre des dollars, quand le changement de ton de la Fed a été jugé comme un signal crédible pour prendre rapidement leurs bénéfices. D’ailleurs ce sont déjà ces fonds global macro, plus que les THF, qui avaient été montrés du doigt, dans un rapport de la Fed, comme les principaux responsables d’un autre « flash crash » retentissant, celui des Tbonds à la mi-octobre de 2014.

Controverses récurrentes

Les « global macro » initient les tendances plus qu’ils ne les suivent passivement. Ainsi, Ils ont par exemple provoqué le glissement de la monnaie unique sous 1,10 dollar début mars. L’action des fonds spéculatifs et des THF lors de ces séances très volatiles est l’objet de controverses récurrentes. Le 18 septembre 2013, la décision surprise du président de la Fed (Ben Bernanke) de poursuivre sa politique de soutien avait provoqué des secousses sur les devises (baisse de 1,2 % du dollar par rapport à l’euro), mais sans commune mesure avec celles de mercredi

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0204239519783-flash-crash-historique-de-la-devise-americaine-1103629.php?Q7Bjk5ZJpdbrqmZu.99

Sémantique à la FED et augmentations de taux absurdes

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous le savez, Janet Yellen, la grande mamamouchi de la FED, la banque centrale américaine, a parlé.

Oui mes amis, elle a parlé. Elle a tout plein de trucs et les exégètes de la parole « FEDienne » ont dépecé, analysé, pesé chaque mot pour retirer la substantifique moelle des propos tenus.

Et accrochez-vous bien… le mot « patience » au sujet d’une augmentation des taux d’intérêt a disparu du discours officiel, ce qui signifie que les taux vont monter vu que si le discours officiel a perdu le mot « patience » c’est que la mamamouchi à la tête du biniou a elle aussi perdu patience…

Les taux vont monter vous dis-je, enfin moi je ne vous dis pas cela, je vous dis que les autres pensent qu’elle pense (Janet Yellen) qu’il faut monter les taux.

Moi je pense que monter les taux c’est au mieux une immense connerie économique et au pire… la volonté de créer une nouvelle immense crise !

Regardez simplement ce graphique effrayant !

Il vous permettra de constater que chaque augmentation de taux un peu importante lors de ces dernières années décidée par les banques centrales (agissant de concert), que l’on parle de la FED ou de la BCE, a déclenché les deux plus beaux effondrements boursiers et crises économiques de ce début de siècle.

Eh oui… Dès 1999, les banques centrales augmentent les taux qui iront jusqu’à presque 6,5 % par an et déclenchent ainsi consciemment la crise qui portera le nom « d’explosion de la bulle Internet »…

Puis les taux seront abaissés presque à zéro… puis à partir de 2004, ils vont remonter… pour aller jusqu’à presque 5,5 % et déclencher ainsi la crise dite « des subprimes »…

Alors lorsque j’entends la FED dire que les taux vont monter, alors que l’économie US est fragile, l’économie mondiale convalescente et l’économie européenne en plein naufrage ; lorsque j’entends la FED dire qu’elle va augmenter les taux alors que toute l’économie US ou ce qui en reste repose sur une montagne de dettes à taux variable, que ce soit l’immobilier américain, les 1 000 milliards de dettes des étudiants (qui ne trouvent pas de boulot) ou les 5 400 milliards de dettes ayant servi à financer l’industrie du gaz de schiste, sans même parler de la dette de plus de 18 000 milliards de l’État fédéral US, je vous assure qu’augmenter les taux n’est vraiment pas l’idée géniale du siècle…

Ha, j’oubliais, le dollar est « fort »… tellement fort que les pertes sont en train de s’accroître aux États-Unis, perte de change, perte de compétitivité, perte de marché à l’export…

Graphique. Source France inflation ici

Alors quelle mouche a piqué Yellen ? Soit Janet Yellen n’augmentera pas ses taux ou à peine et tellement doucement que c’est juste une approche marketing pour dire que les monnaies valent encore quelque choses (et d’ailleurs l’or ne s’effondre pas alors que si les taux augmentent significativement il devrait alors chuter lourdement), soit Janet Yellen a décidé de recréer une nouvelle crise et un nouvel effondrement… comme cela a déjà été fait par deux fois récemment mais en réalité, l’histoire économique des banques centrales qui augmentent les taux est intimement liée à toutes les crises économiques qui ont secoué le monde… Je vous laisse donc méditer sur ce simple graphique que je vous invite à ne jamais perdre des yeux. Car ceci explique toujours cela !!

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

http://www.lecontrarien.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 mars 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :