RSS

Archives de Tag: en politique

N. Polony décrypte les cas Ferrand – De Sarnez et la moralisation en politique

Si vous découvrez cette affaire, lisez ce papier qui résume : L’affaire Richard Ferrand en cinq points

Selon Troadecch , «Ferrand a constitué un réseau pour obtenir des électeurs via subventions» (RMC,31/05/17)

Et voici un Débat très intéressant sur l’Affaire Ferrand (CNEWS, 26/05/17, 9h)

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 mai 2017 dans général, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , ,

Changement majeur en politique étrangère – la Turquie abandonne l’UE pour l’Eurasie

Afficher l'image d'origine

Le président turc Tayyip Erdogan a déclaré le 20 novembre que la Turquie n’avait pas besoin de rejoindre l’Union européenne «à tout prix». Au lieu de cela, elle pourrait faire partie de l’Organisation de Coopération de Shanghai (SCO), ou Pacte de Shanghai. Le leader turc a déclaré qu’il avait déjà discuté de l’idée avec le président russe Vladimir Poutine et avec son homologue kazakh Nursultan Nazarbayev.

L’OCS est une organisation politique, économique et militaire eurasienne fondée en 2001 à Shanghai. Ses membres sont la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. Le Kazakhstan, le Kirghizistan et l’Ouzbékistan parlent le turc.

L’Inde et le Pakistan deviendront des membres à part entière lors de la prochaine réunion à Astana en 2017. La Mongolie, l’Inde, l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan sont des observateurs de l’OCS. En 2013, la Turquie a obtenu le statut de «partenaire de dialogue» de l’OCS. L’autre pays ayant le même statut est la Belarus. Les partenaires du dialogue ont le droit de participer à des réunions au niveau ministériel et à d’autres réunions de l’OCS, mais n’ont pas le droit de vote.

La Turquie avait formellement demandé à devenir membre de l’Union européenne en 1987 et les négociations d’adhésion ont débuté en 2005. Son ambition de faire partie du bloc remonte aux années 1960. Ses perspectives d’adhésion semblent sombres après 11 ans de négociations. Les prétextes soulevés par les Européens sont nombreux, mais la véritable raison est que l’UE veut rester un bloc chrétien et que la Turquie est un grand pays musulman. Compte tenu de l’islamophobie de plus en plus virulente en Occident, les pays musulmans, comme la Turquie, ont intérêt à se tourner vers un espace plus ouvert et plus tolérant : l’Asie.

L’UE a intensifié ses critiques à l’encontre d’Ankara depuis le coup d’État du 15 juillet dernier, affirmant que les lois antiterroristes du pays étaient appliquées trop brutalement. L’UE oublie, en passant, que c’est l’OTAN, qui a soutenu la tentative de coup d’état. Bien plus, certains pays européens, dont le Luxembourg et l’Autriche, ont appelé le bloc à cesser les pourparlers d’adhésion avec la Turquie ou à la punir par d’autres sanctions.

Pour sa part, la Turquie est frustrée par la longue impasse sur l’adhésion à l’UE. Ankara a accusé l’UE de traiter le pays différemment des autres candidats, bien moins fiables économiquement, au sujet de sa tentative d’adhésion et de ne pas débloquer tout l’argent qu’il avait promis de verser à la Turquie lors de l’accord sur les réfugiés. La Turquie envisage de relancer la peine de mort. Cette décision rendra l’adhésion à l’UE impossible. Le président Erdogan envisage d’organiser un référendum sur l’avenir de l’adhésion de la Turquie à l’UE.

L’adhésion de la Turquie à l’OCS constituerait une étape importante en réunissant l’organisation et le Conseil de coopération des pays turcophones (CCTS) comprenant l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Turquie. Le Secrétariat général se trouve à Istanbul, en Turquie. Le Turkménistan et l’Ouzbékistan sont de futurs membres potentiels du Conseil.

L’organisation internationale fonctionne également comme un organe de coordination pour tous les autres mécanismes de collaboration autonome tels que l’Assemblée parlementaire des pays turcophones (TURKPA), l’Organisation internationale de la culture turque (TURKSOY) et l’Académie turque.

Depuis sa création en 2009, le CPRST a fait des progrès significatifs en matière d’institutionnalisation de l’interaction. Le 6e Sommet des Chefs d’État du Conseil Turcique devrait avoir lieu jusqu’à la fin de l’année à Cholpon-Ata (Kirghizistan).

La déclaration du président Erdogan est un autre signe du départ d’Ankara de l’Ouest vers d’autres partenaires. Par exemple, la Turquie vient d’annoncer qu’elle est en pourparlers avec la Russie sur l’achat des systèmes avancés de défense aérienne à longue portée S-400 pour protéger son ciel. Elle cherche également à obtenir des contrats dans les systèmes électroniques, les munitions et la technologie des missiles. Le général Hulusi Akar, chef de l’état-major des forces armées turques, s’est rendu en Russie ce mois-ci pour discuter de la coopération militaire.

Lors de la visite de deux jours d’Erdogan au Pakistan le 16 novembre, le rédacteur en chef d’un journal pro-gouvernemental en Turquie a déclaré que le pays devait développer sa propre force de dissuasion nucléaire. Il aurait peut-être exprimé son opinion personnelle, mais il confirme la tendance générale à la réorientation de la Turquie vers une défense indépendante de l’OTAN et des États-Unis.

Lors du sommet du 9 août à Saint-Pétersbourg, la Russie et la Turquie ont signé une déclaration sur un partenariat sans précédent dans l’industrie de la défense. Les parties ont également convenu de former un mécanisme militaire et de renseignement conjoint pour coordonner leurs activités au Moyen-Orient. La coopération économique russo-turque devrait progresser encore avec la relance du projet gazier Turkish Stream.

Il convient de noter que la Russie, et non pas les États-Unis ou tout autre membre de l’OTAN, a été le premier pays à être visité par le président turc après le coup d’État.

Fin octobre, la Turquie et la Chine ont également tenu un symposium commercial à Istanbul, signant un total de 36 nouveaux contrats d’une valeur de 300 millions de dollars. En raison de sa géographie, la Turquie a un rôle crucial à jouer dans la mise en œuvre du projet One Belt One Road (route de la soie) en Chine. La Turquie prend de nouveau la position d’un partenaire d’investissement et de coopération clé qui aidera à combler l’Est et l’Ouest.

Elle est devenue la 17e économie du monde et une destination de plus en plus importante pour les entreprises chinoises qui veulent commercer et investir. Actuellement, la Chine est le troisième partenaire commercial d’Ankara, avec des échanges de 28 milliards de dollars. La Turquie est populaire parmi les touristes chinois, et les relations culturelles entre les deux pays se développent.

Le ministre turc des Douanes, Bulent Tüfenkci, a annoncé en janvier que le pays entend maintenant tripler le commerce avec l’Iran, un observateur de l’OCS, à 30 milliards de dollars «dès que possible».

Le passage progressif de l’Occident vers l’Eurasie et vers d’autres partenaires fait partie d’un processus plus large à mesure que l’Occident s’affaiblit et se divise. La notion même d ‘ «unité occidentale» s’efface. Sans surprise, comme ses relations avec l’Occident s’aigrissent, la Turquie tend vers d’autres pôles de pouvoir. D’autres progrès sur la voie d’Ankara à l’intégration avec l’OCS faciliteront la politique étrangère multidimensionnelle pour renforcer la position d’Ankara dans le monde.

Soumis par Peter Korzun de Strategic-Culture.org via CDP

 
 

Étiquettes : , , , , , , ,

Trump, Poutine : le retour des « hommes » en politique

Entretien intégral : https://vimeo.com/ondemand/secession

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 novembre 2016 dans général, International, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , ,

Lord Rothschild avertit : « C’est la plus grande expérimentation en politique monétaire dans l’histoire du monde »

Et les avertissements provenant des plus grands pontes de la finance moderne se multiplient – Il y a deux mois, Bill GROSS le gestionnaire d’obligations de ce qui était autrefois le plus grand fonds obligataire du monde avait une sombre prédiction sur la façon dont « tout cela » se terminera :

Maintenant, c’est le tour d’une autre icône financière, même si d’un héritage et d’un pedigree très différent – celui du Président  du Rothschild Investment Trust  lui-même, Lord Jacob Rothschild, qui semble être le dernier arrivant au club des milliardaires baissiers.

Et quand un  Rothschild s’exprime sur l’état de la finance mondiale et fait une telle déclaration que  « C’est la plus grande expérimentation en politique monétaire dans l’histoire du monde » – on l’écoute .

Nous avons été surpris de trouver son résumé des événements récents qui est carrément sombre, et certainement non conforme avec un «marché» action manipulé par les banques centrales , se négociant à des sommets de tous les temps. Voici les principaux extraits:

 Les six mois qui sont passé ont vu les banques centrales continuer dans ce qui est sûrement la plus grande expérience de politique monétaire dans l’histoire du monde . Nous sommes donc dans des eaux inconnues et il est impossible de prédire les conséquences imprévues des taux d’intérêt très bas, avec environ 30% de la dette publique mondiale avec des rendements négatifs, combinée à l’assouplissement quantitatif à une échelle massive.

À ce jour, au moins en termes de marché boursier, la politique a été couronnée de succès avec les marchés près de leurs sommets, alors que la volatilité sur l’ensemble est restée faible. Presque toutes les catégories d’investissements ont été stimulés par la marée montante monétaire. Pendant ce temps, la croissance reste anémique, une faible demande et la déflation frappe dans de nombreuses régions du monde développé.

 

Bon nombre des risques que je l’ ai souligné dans ma déclaration 2015 restent, la situation géopolitique qui  s’est en effet détériorée avec le Royaume – Uni ayant voté pour quitter l’Union européenne, l’élection présidentielle aux États – Unis en Novembre est susceptible d’être inhabituellement lourde , alors que la situation en Chine reste opaque et le ralentissement de la croissance économique va sûrement conduire à des problèmes. LConflit au Moyen – Orient continue et est peu susceptible d’être résolu avant de nombreuses années. Nous avons déjà ressenti les conséquences de ceci en France, en Allemagne et aux Etats – Unis avec les attentats terroristes.

En conséquence, Rothschild a mis son argent là où sa bouche est:  » . Nous avons réduit notre exposition de 55% à 44% Notre exposition Sterling a été considérablement réduite au cours de la période à 34%, et se situe actuellement à environ 25%. Nous avons augmenté l’ or et les métaux précieux à 8% d’ ici la fin de Juin. « 

* * *

Pas étonnant, le portefeuille d’investissement de RIT continue faire très bien, et est maintenant de retour à peu près 2.000% depuis la création

 

Voici la section complète du dernier rapport .semestriel financier de RIT Capital Partners

Zero Hedge – resistanceauthentique

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 août 2016 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :