RSS

Archives de Tag: en éruption

Le Yellowstone pourrait être sur le point d’entrer en éruption, la NASA cherche des solutions ..

L'emblématique Lac de feu, dans le Parc du Yellowstone
L’emblématique Lac de feu, dans le Parc du YellowstoneCrédit : Creative Commons / Trey Ratcliff 

Le parc national de Yellowstone, étendu sur trois États aux États-Unis (le Wyoming, le Montana et l’Idaho), dissimule une véritable bombe à retardement. Connu pour ses couleurs étonnantes, dues aux bactéries thermophiles qui colorent les geysers en bleu, orange et jaune, le parc abrite en réalité, sous des kilomètres de roche, un supervolcan endormi. 

En effet, en-dessous du parc de Yellowstone se trouve une énorme réserve de magma (de 50 km sur 70), notamment responsable des sources d’eau chaude qui apparaissent en surface et attirent des millions de touristes chaque année. Et cette imposante réserve de lave pourrait être sur le point d’exploser. Selon la BBC, les experts de la Nasa font tout pour éviter l’accomplissement de ce scénario de fin du monde.

Au nombre de 31 dans le monde, les supervolcans présentent des explosions exceptionnelles en termes de violence et de volume de substances dégagées.

Le scénario catastrophe

Plus de 1.000 km³ de cendres et de dioxyde de soufre, un « hiver volcanique » recouvrant la moitié de la planète, une grave chute des températures pendant plusieurs mois, des pluies acides… Tel est le délicieux programme qui attend l’humanité si le supervolcan de Yellowstone explose.

Les supervolcans sont des volcans dont l’éruption est si importante qu’elle peut signer la fin de l’humanité. Ainsi, si celui-ci se réveille, l’existence de l’Homme sur Terre pourrait être éradiquée en seulement 74 jours(durée estimée par les Nations Unies), temps d’épuisement du stock alimentaire mondial.

Il y a 73.000 ans, l’explosion du volcan du Lac Toba (sur l’île de Sumatra en Indonésie) a été si violente que l’hiver volcanique qu’il a installé a réduit une partie de la population des hominidés vivant sur Terre.

Schéma représentant le point chaud de Yellowstone
Schéma représentant le point chaud de YellowstoneCrédit : CC / Wikipédia

Et même si ce scénario catastrophe ne s’est pas encore réalisé, les chercheurs de l’US Geological Survey (USGS), un organisme gouvernemental américain qui se consacre aux sciences de la Terre, y voient déjà les prémices. Ils ont enregistré 569 séismes au cours du mois de février 2018. Dans une étude réalisée en mars, l’USGS précise que l’activité sismique de Yellowstone « est actuellement à un niveau plus élevé comparé à l’activité sismique classique » de la région, même si le niveau d’alerte du supervolcan reste « normal ».

Une fréquence de 600.000 ans

Brian Wilcox, du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa, explique à la BBC qu’une éruption de ce volcan peut survenir tous les 600.000 ans : « Le Yellowstone explose tous les 600.000 ans environ, et cela fait 640.000 ans depuis sa dernière explosion ». Une nouvelle éruption est donc possible, même si prévoir avec précision ce type d’événement extrêmement rare reste impossible. « Je suis venu à la conclusion que la menace d’un supervolcan était nettement supérieure à celle des astéroïdes ou des comètes ».

Équivalent à six centrales industrielles, le supervolcan laisse échapper à l’heure actuelle entre 60 et 70% de la chaleur provenant de la croûte terrestre. Le reste de la chaleur s’accumule dans le magma, crée des gaz volatils et dissout les roches environnantes. Or, une fois que la chaleur atteint un certain seuil, tout explose…

Deux solutions… impossibles ?

L’une des solutions envisagées par les scientifiques de la Nasa, pour éviter le déroulement d’un scénario catastrophe, serait de refroidir le volcan. Selon l’agence spatiale américaine, si la chaleur du magma pouvait être réduite de 35%, le supervolcan ne constituerait plus une menace. Le plan qu’elle a conçu est donc de forer jusqu’à 10 km de profondeur et pomper de l’eau à haute pression. L’eau en circulation reviendrait à une température « raisonnable » de 350°C, ce qui permettrait d’extraire jour après jour la chaleur du magma.

Un tel projet coûterait environ 3,5 milliards de dollars et pourrait attirer les investisseurs. « Ce forage pourrait être utilisé pour créer une centrale géothermique générant de l’énergie électrique à des prix extrêmement compétitifs », explique Brian Wilcox. Mais là encore, ce plan a ses limites : forer un supervolcan n’est pas sans risque. En plus de fragiliser le « capuchon » de la chambre magmatique, cette technique pourrait déclencher l’éruption que l’on tient tant à éviter.

Une solution alternative ? Refroidir le supervolcan en entrant par le bas, depuis l’extérieur des limites du parc national de Yellowstone. De cette façon, la chaleur qui vient du centre de la Terre n’atteindrait jamais le haut de la chambre, qui constitue la véritable menace. Mais cette solution, bien pensée certes, pourrait prendre un temps infini : à raison d’un mètre d’eau par an, cela pourrait prendre des dizaines de milliers d’années avant de se retrouver avec un bain froid dans la chambre magmatique. De plus, rien ne garantirait l’aboutissement de l’effort.

En prenant en compte les autres supervolcans du monde, la fréquence d’explosion de ces mastodontes est de 100.000 années. Le dernier en date a eu lieu il y a 26.500 ans : il s’agissait de l’Oruanui, situé en Nouvelle-Zélande. Son indice d’explosivité volcanique atteignait le grade 8 sur l’échelle VEI, ce qui correspond au grade maximum, c’est-à-dire à l’explosion « apocalyptique ». De quoi rester vigilants…

source

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le 9 octobre 2018 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Un volcan sous-marin pourrait être entré en éruption au large de l’Oregon

volcan-sousmarin-oregon

Pendant ce temps le Népal est frappé à nouveau par un puissant séisme :

Un séisme de magnitude 7,4 sur l’échelle de Richter a secoué ce mardi matin le Népal, déjà dévasté par un tremblement de terre meurtrier le 25 avril. Ce fort tremblement de terre a été ressenti jusqu’à New Delhi, en Inde.

Les habitants de la capitale népalaise, Katmandou, terrifiés ont fui leur logement peu après la secousse qui s’est produite à 9 h 05 en France et a duré environ une minute. Des sirènes ont retenti dans la ville, cependant aucune victime n’était annoncée dans l’immédiat.

Un volcan sous-marin pourrait être entré en éruption au large de l’Oregon

Un volcan sous-marin à environ 480 km au large des côtes de l’Oregon cote ouest USA est probablement entré en éruption la semaine dernière, et un nouveau réseau de sismomètres de fond de mer a capturé un grand pic d’activité sismique.

Selon les scientifiques, il n’y pas de menace de tsunami, parce que les tremblements de terre qui ont eu lieu dans ces massifs sous-marins sont de faible intensité et les mouvements de fonds marins sont graduels, a rapporté l’Université d’Oregon le 30 Avril 2015.

Suite à cette activité, Nature a rapporté ces informations. Le réseau d’eau profonde sur le volcan Axial fait partie d’un programme plus large appelé Initiative Observatoires Océan qui a presque fini d’installer un équipement de surveillance sous-marin dans plusieurs parties de l’océan.

Le projet, le premier du genre, offrira un nouveau regard sur ​​les courants, la vie marine, et la chimie des eaux profondes, entraînant un nouvel âge de l’exploration dans les sciences de la Terre.

 Un volcan sous-marin pourrait être entré en éruption au large de l’Oregon

« Il est encore difficile de savoir si les tremblements de terre et la déflation de l’Axial sont liés à une éruption à part entière, ou si c’est juste une grande intrusion magmatique qui n’a pas encore atteint la surface », a déclaré le géologue Bill Chadwick, professeur de professeur de l’Oregon State University.

« Il y a quelques indications que la lave n’est pas encore effusive, mais on ne peux le savoir à coup sûr jusqu’à ce que nous y allions avec un bateau », a-t-il dit.

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

Sources : http://news.sciencemag.org/ / https://www.lagranepoca.com via http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2015/05/un-volcan-sous-marin-pourrait-etre-entre-en-eruption-au-large-de-l-oregon.html

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Vidéo

Ile de la Réunion : le volcan du Piton de la Fournaise en éruption

Le volcan du Piton de la Fournaise à la Réunion, l’un des plus actifs au monde, est entré en éruption, samedi, après quatre ans de sommeil, a-t-on appris auprès de l’Observatoire volcanologique de la Réunion. « C’est une éruption très jolie mais de petite ampleur », a déclaré le directeur de l’Observatoire Nicolas Villeneuve, sur Antenne Réunion. « Il y a une fissure active d’où s’échappe une coulée de lave qui se sépare en deux bras », a-t-il ajouté.

 

A picture taken on June 21, 2014 shows lava flowing out of the Piton de la Fournaise volcano, one of the world's most active volcanoes, located on the French island of La Reunion in the Indian Ocean. The Piton de la Fournaise started to erupt early on June 21. AFP PHOTO / RICHARD BOUHET
Une photo du 21 juin 2014 montre de la lave coulant hors du volcan du Piton de la Fournaise , un des volcans les plus actifs  situé, sur l’ile française de  La Reunion,  in the Indian Ocean. Le Piton de la Fournaise est entré en éruption le 21.juin  AFP PHOTO / RICHARD BOUHET (AFP RICHARD BOUHET)

 

L’éruption se situe à environ 2.200 mètres d’altitude, dans une zone très éloignée des habitations et ne présente donc aucun danger pour la population. Par mesure de précaution, la préfecture a interdit l’accès du site aux habitants.

Dans la matinée, les coulées de lave étaient visibles à Sainte-Rose (côte est de l’île). L’éruption a démarré à 1h35 du matin sur le flanc sud-sud-est du Piton de la Fournaise après plus d’une heure de crise sismique, selon l’Observatoire qui a noté dans la matinée une « baisse du trémor », ce signal continu lié à la montée du magma en surface.

 

A picture taken on June 21, 2014 shows lava flowing out of the Piton de la Fournaise volcano, one of the world's most active volcanoes, located on the French island of La Reunion in the Indian Ocean. The Piton de la Fournaise started to erupt early on June 21. AFP PHOTO / RICHARD BOUHET

 

La dernière éruption du Piton de la Fournaise remonte à décembre 2010 et n’avait duré que quelques jours. La dernière grande éruption, baptisée « éruption du siècle » remonte à 2007 et avait entraîné l’évacuation du petit village du Tremblet (sud-est) de l’île.

Le volcan de la Réunion est l’un des plus actifs au monde et entre en moyenne en éruption tous les 8 mois depuis 1640, selon l’Observatoire. La période d’inactivité observée ces dernières années n’est toutefois pas exceptionnelle, ayant déjà été enregistrée entre 1972 et 1977, et 1992 et 1998. « Elle est liée à la grande éruption de 2007 qui a beaucoup changé la physionomie et le dynamisme du Piton de la Fournaise », a expliqué M.Villeneuve.

 

A picture taken on June 21, 2014 shows lava flowing out of the Piton de la Fournaise volcano, one of the world's most active volcanoes, located on the French island of La Reunion in the Indian Ocean. The Piton de la Fournaise started to erupt early on June 21. AFP PHOTO / RICHARD BOUHET

http://www.lindependant.fr/2014/06/21/ile-de-la-reunion-le-volcan-du-piton-de-la-fournaise-en-eruption-video,1897481.php

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 juin 2014 dans général

 

Étiquettes : , , , ,

Le volcan le plus actif d’Islande, l’Hekla, pourrait bientôt entrer en éruption…

L’Hekla, qui a déjà connu 20 éruptions depuis l’an 874, est sur le point de libérer des cendres et sa lave. Si les éruptions ne sont pas dangereuses, il arrive, lorsqu’elles s’étalent sur plusieurs mois, que les particules dégagées refroidissent les contrées septentrionales. © Fishking_1, Flickr, cc by 2.0

Comme on l’a signalé, on va avoir un pic de volcanisme et de tremblements de terres les 5 prochains mois …Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Tous les signaux sont au rouge : l’Hekla, le volcan le plus actif d’Islande, pourrait bien rentrer en éruption très prochainement. La chambre magmatique semble bien pleine, à tel point que le sol a gonflé. 

Quatre ans, presque jour pour jour, après l’éruption de l’Eyjafjöll, la terre de glace menace de bientôt redevenir une terre de feu. Le volcan le plus actif d’Islande sur le dernier millénaire écoulé, l’Hekla, serait au bord d’une nouvelle éruption, à en croire Páll Einarsson, géologue à l’université d’Islande. La roche en fusion s’accumule dans les fissures et les crevasses de la chambre magmatique, comme le révèle la déformation du terrain : le sol de la face nord se bombe sous la pression de la lave qui circule.

Le seuil du 26 février 2000, date de la dernière éruption, a été dépassé : les analyses GPS montrent qu’il y a désormais encore plus de magma dans les entrailles de l’Hekla qu’au moment de son précédent réveil, confie le géologue au quotidien Morgunblaðið. Déjà en 2006, en 2011 et en 2013, de tels signaux avaient alerté les autorités, mais le volcan n’avait pas craché ses cendres ou sa lave.

Tous les yeux des scientifiques de la région sont braqués sur l’Hekla. Des relevés sismographiques sont effectués en temps réel afin de mieux suivre la progression des événements. Problème : l’explosion se produit en général sans prévenir longtemps à l’avance. En 2000 par exemple, l’éruption avait commencé seulement 79 minutes après les premières secousses. Les géologues invitent donc la population à ne pas tenter d’escalader ce sommet de 1.488 m et, dans le pire des cas, à garder un téléphone portable allumé pour que l’on puisse les prévenir en cas de danger avéré. L’Hekla peut être observé en permanence à l’aide d’une webcam.

http://fr.sott.net/article/20165-Le-volcan-islandais-Hekla-pourrait-bientot-entrer-en-eruption // http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/volcanologie-bref-volcan-islandais-hekla-pourrait-bientot-entrer-eruption-52884/

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 mars 2014 dans Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :