RSS

Archives de Tag: EDF

EDF perd 100 000 clients par mois depuis 6 mois

C’est une dépêche Reuters qui nous apprend que “les opérateurs alternatifs d’électricité accélèrent depuis six mois leurs gains de part de marché en France et EDF perd en moyenne 100 000 clients par mois, citant le dernier bilan de l’ouverture des marchés de détail de l’énergie que la Commission de régulation de l’énergie (CRE)”.

Les fournisseurs alternatifs représentent une part de marché qui atteint désormais 17 %.

On peut s’en féliciter sur l’autel de la libre concurrence ou s’en agacer comme moi, car l’énergie a un coût, et son acheminement nécessite des infrastructures tellement coûteuses qu’en réalité, aucune entreprise, et pas même EDF, ne peut vendre de l’énergie à un prix où l’on peut se la payer.

La réalité, c’est que sans l’intervention des États, il n’y a pas d’infrastructures viables financièrement. Nous sommes donc simplement en train de privatiser les gains en attendant de devoir socialiser les pertes.

C’est d’ailleurs exactement le cas avec EDF et le démantèlement des centrales nucléaires. Personne ne sait par quel bout prendre les problèmes aussi bien techniques que financiers que pose la fin de nos centrales.

Cette histoire d’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie est une vaste fumisterie économique, doublée d’une bouffonnade politique et se terminera inévitablement par une Bérézina financière dont nous serons les payeurs et derniers ressorts.

Pathétique.

Charles SANNAT

Source Reuters via Boursorama.com

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 7 décembre 2017 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

Attention – EDF en état d’alerte avant la vague de froid

la chute des températures attendue à partir de mardi prochain risque de mettre le réseau électrique à rude épreuve. – AFP

Comme je l’ai rapporté avant hier ,  La France aussi connaît un pic de froid exceptionnel  et il y a eu Plusieurs morts en Europe à cause du froid, ainsi qu’une recrudescence d’accidents en France . 

Et dire que Les Français sont de plus en plus nombreux à avoir du mal à payer pour se chauffer ….

La précarité énergétique concernait l’an dernier pas moins 12 millions de personnes dans l’Hexagone, soit près d’un Français sur cinq – C’est une honte absolue ! 

Face à la baisse attendue des températures, le réseau sera certes très exposé. Les autorités et les différents acteurs sont d’ores et déjà mobilisés.

Rappelez vous – J’en avais parlé fin 2016 (Electricité : la France menacée par un black-out cet hiver), alors qu’une vingtaine de réacteurs nucléaires d’EDF étaient à l’arrêt – pour des opérations de maintenance ou des tests de résistance -, l’approvisionnement électrique semblait menacé en cas de grand froid.

Tout est fait pour que le scénario tant redouté ne se produise pas . 

En début de semaine prochaine, les températures se situeront quand même à 3° en moyenne en dessous des normales saisonnières .

Préparez vous, la semaine prochaine le froid sera rude . (j’ai déjà sorti mon matériel de Ski … au cas où)

Du fait – EDF est en état d’alerte avant la vague de froid

La demande pourrait approcher son record historique. Le gestionnaire du réseau d’électricité RTE n’exclut pas de devoir mobiliser des moyens exceptionnels.

Les risques sur l’approvisionnement en électricité sont désormais extrêmement élevés en France. A partir de mardi prochain, les températures devraient passer en territoire négatif sur la majeure partie du pays, avec des températures de 5 à 10 degrés inférieures aux normales saisonnières. Dans certaines zones, le thermomètre pourrait baisser jusqu’à – 13 degrés la nuit, selon les cartes prévisionnelles de Météo France.

Le système électrique risque ainsi d’être mis à rude épreuve. Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité, RTE, estimait fin novembre qu’il entrerait en « zone de vigilance pour la mobilisation de moyens exceptionnels » à partir d’une température de 0 degré la semaine prochaine – or elles seront bien inférieures.

Une demande proche du record historique

Electricité : cette vague de froid qu'EDF redoute

Jeudi, RTE estimait, compte tenu des prévisions de Météo France à date, une consommation électrique évoluant autour de 100 gigawatts (GW) entre mercredi et vendredi prochain au pic de demande quotidien, à 19 heures chaque soir. Un niveau proche du record historique de demande d’électricité en France de février 2012 (102,1 GW), qui avait représenté « un niveau de consommation que l’on n’atteint qu’une fois tous les vingt ans », selon RTE.

Les moyens de production disponibles en France ne permettent pas, actuellement, de couvrir cette demande. A fin 2015, le pays comptait près de 130 GW de capacités installées, mais ces moyens ne sont jamais disponibles en totalité. Selon nos informations, les moyens de production disponibles pour le pic de 19 heures la semaine ­prochaine ne seront que de 85.000 mégawatts, selon les prévisions de RTE de jeudi.

Décaler les arrêts de réacteurs nucléaires

Cela peut toutefois encore varier. Selon plusieurs sources, des discussions sont en cours entre EDF et l’Autorité de sûreté nucléaire pour décaler à nouveau l’arrêt de deux réacteurs nucléaires (Civaux 1 et Tricastin 2, pour une puissance totale de 2.400 mégawatts) prévu la semaine prochaine, dans le cadre des contrôles de qualité de certains composants. Cinq autres réacteurs seront de toute façon indisponibles. En février 2012, trois réacteurs étaient à l’arrêt lors de la vague de froid, et le pays comptait davantage de centrales thermiques.

Les lignes à haute tension entre la France et ses voisins permettent en théorie d’importer jusqu’à 12.200 mégawatts d’électricité, mais RTE ne table pas sur beaucoup plus de 7.000 mégawatts disponibles la semaine prochaine. Des industriels et des ménages pourront aussi réduire leur consommation dans le cadre de contrats d’effacement, pour 2,5 GW au total. Au fil des jours, Météo France va aussi affiner ses prévisions de températures, dont l’impact est particulièrement fort dans l’Hexagone. Avec près d’un foyer sur trois chauffé à l’électrique en France, « pour chaque degré de température en moins au niveau national, la consommation augmente jusqu’à 2.400 MW, soit l’équivalent de la consommation de Paris intra-muros », indique RTE.

Appels à la modération

Pour éviter l’interruption immédiate de certains sites industriels ou, pis, des déles­tages de courant qui priveraient plusieurs millions de foyers d’électricité pendant deux heures, les appels à la modération de la consommation vont se multiplier.

Les fournisseurs d’électricité (EDF, Engie, Direct Energie, Lampiris…) en discuteront ce vendredi au ministère de l’Energie. Sur ses 1,2 million de sites résidentiels, Direct Energie compte par exemple 100.000 abonnés à ses alertes. RTE a de son côté demandé aux présentateurs météo de France Télévisions de relayer les « gestes simples » d’économies. Il espère ainsi réduire la consommation de 2 à 3 % la semaine prochaine, soit entre 2 et 3 GW. Une estimation basée sur les résultats d’une initiative (EcoWatt) du même type en Bretagne.

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 janvier 2017 dans Climat - Environnement, général, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

EDF cherche à censurer des révélations sur ses centrales nucléaires en invoquant la « propriété intellectuelle »

François Hollande lors de son discours pendant la Conférence environnementale

François Hollande lors de son discours pendant la Conférence environnementale – JACKY NAEGELEN / POOL / AFP

Et comme par hasard on apprend ce jour que EDF devra proposer la «fermeture de certaines centrales nucléaires en 2018 .. :

Ces propositions d’EDF devront permettre de tenir les objectifs fixés dans la loi sur latransition énergétique, à savoir la baisse de la part du nucléaire à 50 % de la production d’électricité d’ici 2025, en parallèle de la montée en puissance des énergies renouvelables.

« Fermer des centrales n’est pas une décision qui s’improvise », a ajouté François Hollande, précisant que ces fermetures « doivent se faire selon un calendrier précis, dans le respect des personnels, des territoires et de nos engagements en matière de climat ».

Il a confirmé que Fessenheim (Bas-Rhin) serait la première centrale nucléaire à fermer dans les années qui viennent. Le décret qui abrogera l’autorisation d’exploiter de cette centrale sera pris « cette année », a-t-il ajouté.

« En 2018 », « dans les années qui viennent » … Rien de concret !

On nous balade … (NB – Macron chahuté: « Vous allez le payer de vous foutre de la gueule du peuple »)

——————————————————————————————————————–

Il y a quelques semaines, le Journal de l’énergie révélait une série de notes internes d’EDF mettant en lumière l’état de délabrement de nombreux moteurs diesel de secours dans les centrales nucléaires françaises. Ces moteurs sont indispensables pour assurer le refroidissement des réacteurs en cas de coupure de l’accès au réseau électrique, comme c’est arrivé à Fukushima. En 2014, la majorité d’entre eux avaient été jugés par EDF elle-même en état « dégradé » ou « inacceptable » ; aucun n’était considéré comme en état correct. Les documents internes révélés par le Journal de l’énergie font également état de pannes graves survenues sur ces moteurs diesel en 2010.

L’entreprise a cherché à minimiser ces révélations, et a menacé nos confrères de poursuites si ces documents n’étaient pas retirés de leur site. L’argument invoqué ? La publication de ces notes sans autorisation porterait atteinte à la « propriété intellectuelle » d’EDF ! Ces informations d’utilité publique sur les risques des centrales françaises relèvent-elles vraiment de la propriété privée ?

« EDF n’a pas apprécié la publication sur notre site de ses rapports internes sur les diesels de secours », écrit le Journal de l’énergie. Ce dernier a reçu un recommandé d’EDF le 5 avril qui met en demeure le Journal de l’énergie de « retirer immédiatement » de son site les bilans de fiabilité des diesels de secours et les liens vers ces documents. EDF leur demande également de cesser « de divulguer, reproduire et diffuser ces notes techniques auprès de quiconque », rapporte leJournal de l’énergie. Selon le service juridique du groupe EDF, « ces notes internes sont « la propriété d’EDF » et le Journal de l’énergie n’a pas reçu l’autorisation d’EDF pour les publier ». Le Journal de l’énergie explique avoir « décidé de révéler ces rapports internes d’EDF à cause des informations inédites qu’ils apportent sur la fiabilité dégradée de moyens de secours vitaux à la sûreté des centrales nucléaires françaises ».

« Menace pour la liberté d’informer »

« Au vu des risques que font courir les centrales nucléaires aux populations, le Journal de l’énergie estime que ces dernières sont en droit de connaître l’état réel de ces installations », poursuivent nos confrères. EDF estime apparemment que ces défaillances ne la concernent qu’elle-même en tant qu’entreprise et que personne ne devrait s’en mêler.

« Il s’agit d’une stratégie classique pour faire taire les lanceurs d’alerte, réagit le réseau Sortir du nucléaire dans un communiqué. Une grande entreprise a les moyens de se payer des avocats et des procédures judiciaires longues. Tel n’est pas le cas des associations ou médias indépendants. Ce genre de menace est donc un moyen de dissuasion puissant, et représente une menace pour la liberté de la presse et l’exercice démocratique du droit d’informer le public. »

Le Réseau Sortir du nucléaire, qui dénonce « la tentative de censure et d’intimidation engagée par EDF », a décidé de mettre en ligne sur son site web l’intégralité de ces documents confidentiels, en soutien au Journal de l’Énergie.

- Lire l’intégralité de l’article sur le site du Journal de l’énergie

- L’enquête originale du Journal de l’énergie, en deux volets, est accessible ici et .

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

EDF « au bord de la faillite »- les syndicats de l’énergie alertent Hollande

Le géant de l'énergie EDF va quitter l'indice CAC 40 dans lequel il était présent depuis son introduction en Bourse en 2005, et sera remplacé par la foncière Klépierre, a annoncé lundi l'opérateur boursier Euronext

Le géant de l’énergie EDF va quitter l’indice CAC 40 dans lequel il était présent depuis son introduction en Bourse en 2005, et sera remplacé par la foncière Klépierre, a annoncé lundi l’opérateur boursier Euronext – afp.com/CHARLY TRIBALLEAU

Je ne sais pas pour vous, mais mes factures d’EDF sont de plus en plus salées sans hausse notable de la consommation, un rapport avec la descente aux enfers du géant Français de l’énergie ? 

—————————————————————-

Paris – Les syndicats de l’énergie alertent mercredi le président François Hollande sur la situation d’EDF, « au bord de la faillite », à la veille d’une rencontre de l’intersyndicale avec le ministre de l’Economie Emmanuel Macron.

Dans une lettre ouverte au président, qu’elles disent souhaiter rencontrer, les fédérations CGT, CFDT, CFE-CGC et FO de l’énergie, auxquelles s’associent les syndicats européens IndustriALL et EPSU, regrettent que leurs nombreuses alertes passées soient restées « sans réponse de sa part« .

Elles imputent la situation critique du géant électrique français à « l’échec total de la politique énergétique européenne« , approuvée par le gouvernement français.

« Il n’est pas concevable que le consommateur français, qui devait être le premier bénéficiaire des choix de politique énergétique, se trouve dans la situation paradoxale d’un service public devenant plus cher et beaucoup moins efficace. Pire encore, qu’en cette période du 70ème anniversaire de la nationalisation, un des fleurons industriels français d’après-guerre, EDF, se trouve au bord de la faillite« , déclarent-elles.

Les fédérations se disent notamment très préoccupées par « la mise en demeure » de la Commission européenne pour l’ouverture des concessions hydrauliques à la concurrence. Elles exigent « un moratoire pour ne pas tomber dans le travers d’un processus précipité, bâclé et empreint de compromis néfastes« .

Elles dénoncent aussi le projet de « construction de deux EPR en Grande-Bretagne« , estimant que « la priorité doit être de consacrer les moyens humains et financiers d’EDF au grand carénage (prolongation du parc nucléaire historique), à la mise au point d’un EPR optimisé (…), aux investissements sur les réseaux et à la préservation de l’intégrité du parc de production historique« .

Les syndicats CGT, FO et CFE-CGC ont déjà demandé à plusieurs reprises le report du projet Hinkley Point, un chantier de 18 milliards de livres (environ 23 milliards d’euros), pour lequel EDF devrait prendre début mai une décision finale d’investissement. Ce projet de construction de deux EPR soulève des inquiétudes sur sa faisabilité et son poids sur les finances d’EDF, y compris chez l’électricien.

Les fédérations exhortent enfin le président de la République à se poser « les vraies questions » pour l’avenir, notamment celle de « l’indépendance énergétique » et du « niveau de défaillance du système électrique français et européen« .

Source

 
2 Commentaires

Publié par le 18 avril 2016 dans économie, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :